Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique des chaires au Collège de France

 | 
Wolf Feuerhahn

Idéaux et pratiques de la transformation des intitulés

Titulaire ou intitulé

Deux critères pour sélectionner les candidats au Collège de France

Céline Surprenant

Texte intégral

  • 1  « Pensées mêlées », in Pensées. Opuscules et lettres, éd. Philippe Sellier, Paris, « Classiques Ga (...)

Il y a des lieux où il faut appeler Paris, Paris,
et d’autres où il la faut appeler capitale du royaume
1.
Blaise Pascal

Une lettre de Charles Lévêque

  • 2  « Exposé de Monsieur Fauré-Frémiet, relatif à l’assemblée du 1er février 1931 », Archives du Collè (...)
  • 3  Registre des délibérations. Assemblées des professeurs 1909-1925, 2 AP 12, p. 390.

1Une lettre de Charles Lévêque, professeur de philosophie grecque et latine (1861-1900), datée du 5 novembre 1899, illustre à merveille l’usage selon lequel les professeurs défendent un projet de chaire devant l’assemblée sans mentionner le nom de « l’homme de la situation » ou du « savant », qui pourrait en devenir le titulaire2. Charles Lévêque adresse sa lettre à l’administrateur car, malade, il sera absent à l’assemblée du 5 novembre 1899 où sera débattu le maintien ou la transformation de la chaire de philosophie moderne, laissée vacante en raison du décès de Jean Nourrisson qui en avait été le titulaire de 1874 à 1899. C’est Théodule Ribot (Psychologie expérimentale et comparée, 1888-1901) qui se chargera de la lire. La lettre contient une sorte de rapport – autrefois appelé « mémoire » – rédigé en défense d’une chaire ou d’un candidat. Ces rapports peuvent être décrits de manière synthétique. On y trouve un exposé plus ou moins technique de l’objet d’enseignement. Les traditions et la mission du Collège y sont très souvent rappelées, et certains critères de sélection des disciplines, qui se répètent d’un rapport à l’autre, énoncés : existe-t-il une chaire semblable à la Sorbonne ? Si oui, cela suffit-il ? La discipline est-elle enseignée en Allemagne ? Supprimer cette chaire créerait une « immense lacune », ce n’est pas d’une chaire que nous avons besoin, mais de plusieurs3 ; créer la chaire nous permettrait d’annexer tel laboratoire au Collège, et ainsi de suite.

  • 4  Registre des délibérations. Assemblées des professeurs 1903-1909, 2 AP 11, p. 43.
  • 5  « Lettre de C. Lévêque en faveur du maintien de la chaire » (2 novembre 1899), 4 AP 11 d.

2Les rapporteurs ne s’en tiennent toutefois jamais à un exposé sur la discipline ou à des généralités sur le Collège. Ils en viennent habituellement à la question de savoir s’il existe un savant, qui est parfois décrit comme une « personnalité4 », pour occuper telle chaire si elle était créée, un savant qu’ils nomment le plus souvent par périphrase. Ainsi, dans ce cas-ci, le Collège gagnerait d’autant à créer cette chaire, dit Lévêque, que l’homme remplissant cette mission serait capable d’être théoricien et historien. Il ne s’agit pas d’énumérer les qualités générales requises pour le poste, mais de décrire à visage couvert le savant pressenti et rattaché au maintien de la chaire. Le philosophe passe d’une défense de la « philosophie moderne » à celle des travaux du « véritable historien des systèmes » qui est toujours « plus ou moins théoricien, chercheur, inventeur, capable d’augmenter la somme des résultats acquis ». Puis, en réponse à la question implicite de savoir s’il existe un candidat « derrière » un tel projet, le rapporteur exprime de l’étonnement : il se trouve que « ce professeur, nous l’avons », nous connaissons un « philosophe-théoricien que réclame notre chaire », qui a même déjà prouvé dans sa chaire en tant que suppléant qu’il « sait pénétrer, expliquer, bien juger des doctrines très obscures ». Le professeur conclut en suppliant l’assemblée de « maintenir la chaire de philosophie moderne et de la lui confier »5.

3Cette lettre éclaircit d’autant mieux l’usage – ou la règle ? – qui nous intéresse ici que, par un appel de note, le rapporteur y avait pris soin de révéler le nom du candidat, tout en spécifiant que celui-ci était « confidentiel » : « C’est M. Henry Bergson » [sic], apprend-on. Ribot ne lira vraisemblablement pas cette note en bas de page. Mais tout comme le nom du candidat est à la fois communiqué et omis dans la lettre, il est par ailleurs aussi connu du moins de certains des professeurs présents à l’assemblée, à qui le candidat aura fait des visites préalables à sa nomination.

  • 6  Voir dans ce volume le chapitre de J. Carroy, A. Ohayon et de R. Plas sur le maintien de l’intitul (...)
  • 7  Trente-deux professeurs sont présents à l’assemblée. Sur 30 votants, 21 sont en faveur du maintien (...)

4À la même assemblée présidée par Gaston Paris (Langue et littérature française du Moyen Âge, 1872-1903, et Administrateur entre 1894 et 1903), d’autres projets sont présentés, les professeurs ne souhaitant pas tous que la chaire soit maintenue. On observe alors une diversité de pratiques : le nom du candidat est tantôt tu, tantôt prononcé. Trois professeurs proposent respectivement de transformer la chaire de Philosophie moderne en chaire de Psychologie sociale, de Psychiatrie philosophique, et d’Antiquités nationales. Cinq autres sont en faveur de son maintien, car le titre est assez large pour « traiter toutes les questions qui se rattachent à la philosophie moderne, par exemple, l’anthropologie »6. Enfin, bien qu’il ne s’agisse pas de proposer des candidatures, du moins à cette étape-ci de la procédure, comme nous le verrons, un professeur signale celle du psychologue Alfred Binet (1857-1911) à la chaire, qui est finalement maintenue7.

Nommer ou non les candidats

  • 8  Registre des délibérations. Assemblées de professeurs 1925-1934, 2 AP 13, p. 160-192.
  • 9  Assemblée du 18 mars 1934, « Vacance de la chaire d’Histoire et antiquités nationales, demande de (...)
  • 10  « Lettre de Paul Langevin à l’administrateur proposant la création d’une chaire d’Éducation et psy (...)

5Les discussions de cette assemblée sont représentatives d’un état de fait que l’on observe sur une plus longue durée. Entre 1873 et les années 1960, pour nous limiter à une période dont le début et la fin correspondent respectivement à la troisième révision du règlement relatif à la procédure de nomination et à l’une des dates extrêmes du projet « Passage des disciplines », les professeurs adoptent divers usages – ou suivent diverses règles ? – pour désigner les candidats aux chaires. À partir de 1873, en raison des changements dans la procédure de nomination que nous détaillerons par la suite, le nom des candidats est en effet le plus souvent passé sous silence, du moins dans les rapports et les débats retranscrits dans le registre des délibérations de l’assemblée. Cela ne veut pas dire que les pratiques deviennent uniformes en raison de ce changement. Ainsi, à l’assemblée du 15 juin 1930, Édouard Le Roy (Philosophie moderne, 1921-1940) annonce d’emblée qu’il propose une chaire d’Histoire de la philosophie française afin de présenter Jacques Chevalier comme titulaire de la chaire. Charles Andler (Langues et littératures d’origine germanique, 1926-1933) nomme Marcel Mauss dans son rapport sur l’affectation des crédits à la création d’une chaire de Sociologie, et Louis Massignon (Sociologie et sociographie musulmanes, 1926-1954) propose de créer une chaire d’Histoire de la philosophie au Moyen Âge en présentant le candidat auquel il pense pour cette chaire : « le nom d’Étienne Gilson convient éminemment comme celui du titulaire de la chaire envisagée »8. À l’assemblée du 18 mars 1934, Joseph Bédier (Langue et littérature française du Moyen Âge, 1903-1936) prépare ses collègues à l’examen de plusieurs projets de chaire de la manière suivante : « Nous devons donc nous attendre, dit-il, à une suite d’exposés où l’on fera valoir non seulement l’importance des diverses disciplines considérées, mais aussi, plus ou moins explicitement, les mérites des divers savants : ceux dont déjà nous savons les noms, et dont nous avons reçu la visite, d’autres encore peut-être »9. Son propos sous-entend qu’il existe une restriction à développer les titres des candidats à cette étape de la procédure, sans qu’il soit spécifié si les noms connus seront prononcés. À la même époque, le 3 novembre 1935, on trouve d’ailleurs des rapports sous forme de lettres qui taisent le nom du candidat, comme celle que rédige Paul Langevin (Physique théorique, 1932-1949) en faveur de la création d’une chaire de Psychologie et éducation de l’enfance (pour le candidat Henri Wallon) : « Nous comptons comme candidats possibles à une chaire de cet ordre certains des hommes qui ont le plus contribué au développement de la science nouvelle et de ses applications »10. Plutôt que les caractères individuels d’un savant, ce sont les critères de sélection des candidats qui sont ici mis en avant, par le biais desquels est présenté le candidat pressenti. Ainsi, les manières de s’abstenir de nommer le candidat sont multiples.

  • 11  « Droit de présentation aux chaires transformées, cas de la chaire de Langue et littérature aramée (...)

6On peut se demander jusqu’à quel point les professeurs peuvent ignorer le nom des candidats se rattachant à des chaires, car, comme le rappelle Edmond Faral (Littérature latine, 1925-1954, et administrateur de 1937 à 1955), « les emplois [au Collège] vont à des personnes bien connues d’avance par leurs travaux… il ne peut y avoir de candidature imprévue ». Ainsi, lorsque « manque passagèrement un candidat d’une notoriété suffisante » pour offrir un enseignement, un autre enseignement est proposé, dont l’assemblée sait qu’il peut « être confié à des savants d’un mérite reconnu »11. Ce que recouvre l’expression de « notoriété suffisante » n’est pas spécifié et ce point mériterait à lui seul un examen. Quoi qu’il en soit, dès lors que le Collège réunit des ordres de sciences hétérogènes, dont le classement est d’ailleurs instable entre 1873 et 1960, il est vraisemblable que les professeurs ignorent véritablement le nom (et le renom ?) des candidats d’un ordre de science à l’autre. Des candidatures ont pu ainsi sembler « imprévues » du moins à certains membres de l’assemblée.

  • 12  « Rapport de M. Merleau-Ponty pour la création d’une chaire d’Anthropologie sociale », 16 CDF 295/ (...)

7L’usage ou la règle de voiler le nom des candidats pressentis se rencontre ultérieurement, entre autres dans le rapport pour la création d’une chaire d’Anthropologie sociale, que Maurice Merleau-Ponty présente à l’assemblée du 30 novembre 1958. Le philosophe ne passe pas seulement sous silence le nom de Claude Lévi-Strauss, il attire l’attention sur ce silence, en désignant l’« esquisse de l’anthropologie sociale » soumise à l’attention de ses collègues comme le « signalement abstrait de quelqu’un », c’est-à-dire le signalement d’un « savant » dont l’œuvre « où brille une intelligence sévère, personnelle, sensible » a inspiré le rapport12.

8La description par un rapporteur de l’état d’une recherche et des méthodes particulières qui fonctionne comme le signalement abstrait d’un savant soulève une question toute simple : quel rôle, s’il en a un, joue ce mode de signalement dans la procédure de sélection d’une discipline et d’un intitulé ? Loin d’être un élément essentiel de la procédure, ne s’agit-il pas d’une simple technique oratoire utilisée inégalement et à diverses époques, au Collège, d’un artifice de présentation, ou même d’une règle juridique, indépendante des us et coutumes du Collège, et à laquelle serait soumise la nomination de tout fonctionnaire d’État tels les professeurs du Collège de France ? Cette pratique, règle ou usage, s’est installée à partir du moment où la procédure d’élection a été scindée en deux étapes distinctes, comme nous le verrons, mais elle n’a pas pour autant été fixée dans les articles du règlement prescrivant le rôle de l’assemblée dans le renouvellement des disciplines, dont les principaux éléments ont été fixés en 1873. Elle apparaît et disparaît ainsi en marge de la procédure.

  • 13  Voir dans ce volume le chapitre de W. Feuerhahn sur la manière dont la mission du Collège s’est fi (...)
  • 14  Lettre au ministre s. d., « Règlements du Collège de France », 12 CDF J49.
  • 15  « Rapport de M. Fernand Braudel pour la création d’une chaire d’Analyse des faits économiques et s (...)

9On trouve cependant des échos aux difficultés que cette contrainte introduit dans les débats, faute de trouver des discussions de nature juridique sur cette pratique. Les professeurs y reviennent périodiquement, notamment autour de la question de savoir s’il faut ou non, dans le choix d’une discipline, séparer les considérations scientifiques des considérations sur la personne. Ils soutiennent par exemple que ne pas mentionner de candidat dans la défense d’un projet de chaire garantit l’ouverture aux sciences nouvelles, cette ouverture qui définit la mission du Collège en pratique, depuis la fondation mais surtout à partir de la fin du xviiie siècle, ainsi que dans les discours internes et officiels de manière de plus en plus évidente, au cours du xixe siècle13. Car n’est-il pas plus aisé de respecter « le besoin de modifier sans cesse qui tient à [l] a nature même14 » du Collège, en évaluant des sciences nouvelles plutôt que des candidats ? C’est-à-dire en exerçant la liberté de choix envers des « programmes15 » plutôt qu’envers des personnes ?

10Toutefois, plusieurs professeurs défendent l’idée que juger de l’importance d’une science nouvelle est indissociable de l’évaluation du savant qui en est à l’origine. Il serait « irrationnel » de séparer les sciences des personnes, car toute science relève d’un « homme ». Ainsi, que le nom des candidats soit prononcé ou non, l’identité des candidats est nécessairement en jeu dans les discussions sur les intitulés de chaire.

  • 16  Foucault, 1983, p. 13.
  • 17  Les rapports sur les projets de chaire où le nom des candidats est omis induisent un difficile jeu (...)

11Néanmoins, on peut faire l’hypothèse qu’expliciter les travaux d’un savant, décrire la singularité de sa recherche par périphrase pour éviter de le nommer, afin d’obéir ou non à une règle juridique, comme le font de manière intermittente les professeurs lors de nombreuses élections au Collège, entre 1873 et le début des années 1960, est allé de pair ou a peut-être même contribué à la spécialisation grandissante des intitulés que l’on observe à la même période du moins au Collège de France. L’usage nous intéresse donc ici par ses effets possibles sur l’évolution des intitulés de chaire. Il fait se croiser histoire des fonctionnements internes du Collège, qui peuvent être partagés par d’autres établissements publics, et histoire des intitulés. Ceux-ci se sont particularisés au fur et à mesure que des thèmes nouveaux sont apparus dans les sciences, surtout à partir du début du xxe siècle, et que s’est modifié le « régime de propriété » des disciplines, c’est-à-dire la manière dont celles-ci ont renvoyé plus ou moins directement à des individus qui les ont formées, comme l’a analysé Michel Foucault, professeur d’Histoire des systèmes de pensée au Collège entre 1970 et 198416. Pour étudier ce croisement, et se rendre compte de la richesse pour l’historien des sciences et des établissements d’enseignement supérieur d’un usage apparemment marginal, il est utile de circonscrire l’évolution des pratiques de nomination au Collège, en nous appuyant sur les discours administratifs et scientifiques consignés dans les rapports de présentation, ainsi que sur les procès-verbaux des assemblées et des commissions sur le règlement autour de 1873 et de 191117.

L’évolution du règlement

  • 18  « Copie des lettres patentes du roi concernant le collège royal données à Versailles le 16 mai 177 (...)

12La composition du Collège a été nécessairement fluctuante depuis ses origines du fait de l’accroissement du nombre de chaires. Le rôle de l’assemblée lors de la vacance d’une chaire a varié selon les époques, et les professeurs ont progressivement acquis la liberté de transformer les chaires à partir de la fin du xviiie siècle. En sorte que, bien avant que l’assemblée n’acquière ses droits de présentation pour la nomination des candidats, l’idée que la liste des enseignements dispensés puisse changer était déjà présente à l’esprit des dirigeants. Ainsi, en 1773, la Maison du roi sous l’autorité de laquelle le Collège avait été placé depuis 1671, se réservait le « droit de changer l’objet de [chaires] qui paraitraient les moins nécessaires à mesure qu’elles viendraient à vacquer [sic] sur les mémoires qui pourraient lui être présentés »18. Sans entrer ici dans les détails de l’évolution du règlement dans son ensemble, il importe de préciser la manière dont la procédure de sélection des chaires s’est scindée en deux étapes, une fois qu’a été établie la possibilité que les enseignements puissent changer et que leur choix ne soit devenu la prérogative de l’assemblée.

  • 19  Voir « Décret du 12 mars 1808 organisant l’université, note », 2 CDF 3/9 c.
  • 20  Les discours et pratiques du Collège se sont affirmées dans le sens de la liberté, mais le fait qu (...)

13L’assemblée a acquis le droit de présenter deux candidats concurremment à l’Institut en même temps que les corps des grands établissements en 180819. Ce droit n’a été inscrit au règlement qu’en 1829, date à partir de laquelle l’assemblée « choisit les candidats pour les chaires vacantes, nomme les suppléants, agrée les remplaçants » (titre III, article 18). On ne cessera ensuite d’avoir à défendre cette relative autonomie sous les pressions plus ou moins fortes des tutelles successives. Une restriction au droit de présentation est introduite dans le décret de 1852, intégré au décret de 1857, selon laquelle « lorsqu’il survient une vacance, les professeurs sont convoqués avec l’autorisation du Ministre pour procéder à la présentation de deux candidats, conformément à l’article 2 du décret du 9 mars 1852 ». L’assemblée s’occupe immédiatement de la discussion des titres des personnes qui se présentent pour remplir la chaire vacante (titre III, article 11)20.

  • 21  « Création d’une commission d’examen d’un nouveau règlement, composée d’Édouard Laboulaye, Adolphe (...)

14C’est en référence à ces restrictions qu’en 1869, les professeurs membres de la commission pour la révision du règlement (qui aboutira au décret de 1873) demandent au ministre de l’Instruction publique de revenir au règlement de 182921. Mais, plutôt qu’un retour en arrière, une question est introduite, celle de savoir « s’il y a lieu de présenter un candidat pour la chaire vacante », avant d’avoir à présenter deux candidats au ministre – c’est-à-dire s’il y a lieu de maintenir la chaire devenue vacante.

15La procédure est alors statuée dans deux articles qui encouragent la transformation des chaires, même si des chaires ont été « transformées » avant que cette pratique ne soit codifiée. Un premier article traite de l’ajout de la question des « cours complémentaires », et énonce que l’assemblée « propose, concurremment avec la classe correspondante de l’Institut, les candidats aux chaires vacantes ; elle donne son avis sur l’opportunité des suppléances, sur le choix des suppléants et des remplaçants ; elle donne son avis toutes les fois qu’il lui est demandé par le Ministre sur l’institution de cours complémentaires » (titre IV, article 15). Un second article, fondamental pour ce qui nous intéresse, sépare la question du choix de la chaire de celui du candidat : « lorsque survient une vacance, le Ministre, dans le mois qui suit, invite l’assemblée à lui faire connaître les considérations scientifiques qui peuvent justifier le maintien du titre de la chaire ou nécessiter sa transformation. Cette première question résolue, l’annonce de la vacance est insérée au Journal officiel, et la discussion des titres des candidats est ouverte un mois après la publicité donnée à cet avis » (titre IV, article 16).

16Dans la révision du règlement en 1911, les deux étapes de la procédure sont conservées, sans qu’on y trouve la prescription de taire le nom des candidats. La question des crédits de la chaire devenue vacante, qui deviendra de plus en plus déterminante, apparaît dans le texte même de l’article : « Lorsque les crédits affectés à l’un des enseignements du Collège de France deviennent libres par suite du décès, de la retraite, démission du professeur qui en était chargé ou pour toute autre cause, l’Assemblée est convoquée dans un délai minimum d’un mois pour examiner à quel enseignement et à quel ordre de recherche il conviendrait de les affecter » (titre IV, article 15). Comment se traduit cette évolution dans les délibérations de l’assemblée ? À quel moment l’anonymat dans la présentation des candidats entre-t-il en jeu ?

Des candidats aux intitulés

  • 22  Registre des délibérations. Assemblées des professeurs 1857-1873, 2 AP 6, p. 170. La nomination de (...)

17À partir du décret du 1er février 1873, la distinction entre l’intitulé et le titulaire semble établie, à condition que la formule « considérations scientifiques qui peuvent justifier le maintien du titre de la chaire » équivaille à s’interroger sur le maintien de la chaire « sans s’inquiéter des personnes ». C’est ce qu’Ernest Renan (Langues hébraïque, chaldaïque et syriaque, 1862-1892) propose de faire lors de l’assemblée du 16 mars 1873, quand est débattu le maintien de la chaire de philologie égyptienne (l’objet de la première délibération sous la « nouvelle constitution » du Collège). Renan énumère cependant tout de suite les candidats « qui se présentent naturellement à la pensée », dont Gaston Maspero, candidat idéal mais encore trop jeune pour être nommé professeur, et qui par conséquent pourrait être nommé chargé de cours22. Certains pensent que la jeunesse ne doit pas être un critère négatif de sélection, et Édouard Laboulaye (Histoire des législations comparées, 1849-1883), qui est installé au poste d’administrateur lors de cette même assemblée, poste qu’il occupera jusqu’en 1883, rappelle à ses collègues qu’ils n’ont pas encore à « s’occuper du choix des candidats ». La chaire de Philologie égyptienne est maintenue.

  • 23  « Note adressée au ministre de l’Instruction publique pour défendre les traitements des professeur (...)
  • 24  Registre des délibérations. Assemblées des professeurs 1873-1880, 2 AP 7, p. 54.
  • 25  Assemblée du 16 novembre 1924, 2 AP 12, p. 475.
  • 26  Assemblée du 12 mai 1912, 2 AP 12, p. 134.
  • 27  Assemblée du 4 décembre 1887, 2 AP 9, p. 60.

18Qu’il existe des candidats pour remplir la chaire est, cela va de soi, un argument en faveur du maintien d’une chaire, et il semble y avoir le plus souvent eu des candidats pour occuper les chaires jusqu’aux années 1860, comme cela est énoncé dans une lettre adressée au ministre de l’instruction publique pour défendre le traitement des professeurs en 1841 : la force et la renommée du Collège dépendent de la « célébrité de ses professeurs et de son enseignement plus élevé que partout ailleurs. Aussi lorsqu’une chaire devient vacante dans son sein, les professeurs font-ils toujours choix de l’homme le plus éminent pour la remplir, et cherchent-ils à s’associer successivement toutes les illustrations »23. Ainsi, le 13 février 1876, Jules Oppert (Philologie et archéologie assyriennes, 1874-1905) conclut son rapport en faveur du maintien de la chaire de langue persane, en arguant qu’il « existe des savants capables de remplir et de continuer avec honneur l’enseignement des hommes qui l’ont illustrée »24. Cet énoncé se retrouve lors de plusieurs élections subséquentes, et la formule est fixée dans la langue de l’assemblée pour signaler de nombreux maintiens de chaires aussi bien que l’introduction de sciences nouvelles. Car, même s’il s’agit d’une « discipline nouvelle », le devoir du Collège est de l’accueillir à condition qu’elle se présente « avec un homme qualifié »25. Le principe du Collège selon lequel il faut « considérer moins le titre des chaires que la valeur des hommes qui se présenteraient pour les occuper » opère dans divers cas de figure26, et s’énonce de multiples manières au point où Marcelin Berthelot (Chimie organique, 1865-1907) affirme ainsi en 1887 que « le mérite des personnes qui sont à la disposition du Collège et l’actualité de leurs travaux sont la principale préoccupation dont on doive tenir compte » lors de la sélection des disciplines27.

L’absence de candidats

  • 28  « Droit de présentation aux chaires transformées, cas de la chaire de Langue et littérature aramée (...)
  • 29  Voir dans ce volume l’article d’H. Gispert, qui étudie la permanence de la chaire de mathématique, (...)

19L’absence de candidats à une chaire devenue vacante peut motiver sa transformation, comme il est rappelé le 21 mai 1908 : « En transformant une chaire, l’Assemblée se propose le plus souvent de substituer à un enseignement, pour lequel manquent passagèrement des candidats d’une notoriété suffisante, un autre enseignement qu’elle sait pouvoir être confié à des savants d’un mérite reconnu »28. Il existe cependant des cas où l’absence de candidats n’entraîne pas la transformation de la chaire, lorsqu’il s’agit d’une chaire dite fondamentale. À l’assemblée du 16 mars 1873, le destin de la chaire de Chinois vacante à la suite du décès de Stanislas Julien (Langues et littératures chinoises et tartare-mandchoue, 1832-1873) est débattu. Jules de Mohl, professeur de Persan (1850-1876), affirme qu’il « avait pensé à un candidat mais que le candidat vient de mourir ». La scission de la procédure en deux étapes nouvellement instituée est réaffirmée : « il faut en premier lieu maintenir le titre ». Mais, dans ce cas-ci, l’objet de l’enseignement prime sur l’existence de candidats dans la décision de maintenir la chaire. S’il n’y a pas de professeur pour la remplir, il faut « [la] laisser vacante » car « il y a certaines chaires qui sont fondamentales et qui en aucun cas ne doivent être rayées de notre affiche. Telle est la chaire de Mathématiques, telle est la chaire de Chinois »29. Cela est d’autant plus vrai qu’il serait peut-être difficile de rétablir la chaire de chinois si on la supprimait, disent les professeurs. Il n’y a pas de consensus : selon Adolphe Franck (Droit de la nature et des gens, 1856-1887), « l’enseignement au Collège de France [étant] un enseignement varié, qui doit être toujours en mouvement et s’ouvrir par les talents nouveaux et les études nouvelles, qu’on modifie donc l’enseignement, c’est-à-dire le titre, si l’on n’a pas un talent suffisant pour enseigner ». Ainsi, invoquer la catégorie de « chaire fondamentale » peut servir à défendre le maintien des chaires en l’absence de candidat malgré la mission du Collège qui est d’accueillir des disciplines nouvelles. Cela peut contribuer à l’établissement et à la conservation des intitulés les plus généraux possibles qui puissent désigner plusieurs programmes de recherche.

La démographie des chaires et le « jeu normal des transformations »

  • 30  Assemblée du 4 décembre 1887, 2 AP 9, p. 60.
  • 31  Cournot, 1864, p. 433.

20L’absence de candidats n’explique pas à elle seule la décision de transformer les chaires. Le faible nombre de chaires au Collège est aussi un facteur dans les délibérations sur le maintien ou non d’une chaire. Le 4 décembre 1887, le jour où il propose la création de la chaire de Psychologie expérimentale et comparée pour Ribot, Renan souligne que, puisque le nombre de chaires s’élève à 40, on peut supposer qu’il y aura désormais très peu de créations nouvelles. C’est pourquoi, dit-il, « la science qui a marché depuis le commencement du siècle par des créations de chaires nouvelles se trouverait barrée, si on ne suppléait pas par des transformations aux créations d’autrefois »30. Renan renvoie aux chaires qui furent créées de 1815 à 1830, qu’Auguste Cournot énumérait ainsi : « une chaire de Littérature sanscrite et une de Langues et de littératures chinoises et mandchoues », puis, de 1830 à 1848, une chaire « d’Archéologie, d’Économie politique, de Législations comparées, de Langues et de littératures slaves, de Langues et de littératures méridionales, de Langues et littératures d’origine germanique, d’Embryogénie comparée »31.

  • 32  Assemblée du 30 novembre 1958, 4 AP 573.
  • 33  Cournot, 1864, p. 433.
  • 34  « Lettre de Lévêque en faveur du maintien de la chaire [de Philosophie moderne] » (2 novembre 1899 (...)

21Opter pour la transformation d’une chaire, faute de candidats, ou pour répondre aux besoins des « progrès de la science » ne supprime pas la question de savoir si les transformations procèdent du choix d’un titulaire ou de celui d’un intitulé. L’alternative « titulaire ou intitulé » est reconduite dans la discussion des propositions de nouveaux intitulés, qui sont introduits grâce au « jeu normal des transformations32 », où la question « Existe-t-il des candidats pour justifier le maintien de cette chaire ? » est remplacée par l’énoncé d’une condition : pour que telle science nouvelle soit accueillie au Collège, il faudrait que le titulaire de la future chaire possède tels ou tels talents. Puisque les propositions de transformation (comme de maintien et de créations) sont faites en relation avec des « noms propres bien connus » qui les justifient, comme l’affirmait Cournot au sujet des créations de chaires entre 1815 et 184833, on trouve dans les rapports des formules telles que la suivante : « Il se trouve que ce savant nous l’avons »34.

22La question du faible nombre de chaires sera par la suite souvent soulevée. Dans des contextes de réduction budgétaire, notamment dans les premières décennies du xxe siècle, les professeurs et la tutelle s’interrogeront à plusieurs reprises pour savoir s’il faut fixer et restreindre ou non le nombre de chaires au Collège de France. La réduction du nombre de chaires permettrait l’augmentation du traitement des professeurs (il y a eu des décrets à cet effet en 1913 et en 1934). Cependant, certains professeurs s’opposent à ce que l’on confonde les considérations budgétaires et scientifiques, alors que Jacques Flach (Histoire des législations comparées, 1884-1919), parmi d’autres, pense que l’accroissement du nombre de chaires fait partie de l’évolution du Collège.

  • 35  Registre des délibérations. Assemblées des professeurs 1903-1909, 2 AP 11, p. 202.
  • 36  Entre 1926, par exemple, le Collège comprend cinq chaires coloniales : Sociologie et sociographie (...)

23La question de savoir si des candidats, et lesquels, se rattachent aux projets de chaires nouvelles est soulevée de manière aigue lorsque ces derniers émanent directement du ministre35. Pendant les trois premières décennies du xxe siècle, la désignation des premiers titulaires pose également un problème en ce qui concerne les chaires dites « de fondation », c’est-à-dire les chaires subventionnées sur « fonds de concours » par les gouvernements coloniaux, les fondations privées (notamment la fondation Albert Kahn) et par la Ville de Paris36. À la suite de la récurrence de cette question lors des délibérations sur la création et le maintien de ces chaires, et en l’absence de textes explicites dans les décrets quant à la nomination des titulaires de ces chaires, « des procédures fort diverses » avaient été adoptées. Une commission chargée d’examiner la question en 1932-1933 est l’occasion pour l’assemblée d’insister sur l’importance des candidats dans le choix des enseignements :

  • 37  « Procédure de création de chaires et de désignation du premier titulaire », rapport du 2 avril 19 (...)

Il n’est pas à méconnaître qu’en un certain nombre de cas les projets de fondations visent une personne autant (sinon plus, dira-t-on même peut-être) qu’un enseignement ; et c’est alors évidemment qu’une désignation d’autorité peut le plus volontiers intervenir, et présenter le risque d’une qualification insuffisante. Faut-il nous en étonner ? Moins qu’ailleurs cet étonnement se justifierait de façon générale et sur exception en cette maison où, comme il a été remarqué naguère en nos Assemblées mêmes, nos décisions sur l’affectation des chaires sont guidées, conditionnées par la considération de la personne qui nous paraît qualifiée pour y correspondre ; et cela est pleinement selon l’esprit et selon la raison d’être de notre Maison. Ce qui importe au Collège, c’est, en pareil cas, que la personnalité visée par la fondation soit dûment qualifiée pour cette Maison37.

La discussion est suivie d’une proposition d’amendement du règlement pour spécifier que l’assemblée doit être consultée pour tout projet de création de chaire, quelle que soit sa source de financement, et qu’en tout état de cause, la procédure suivie pour la désignation des candidats lors des créations devrait être la même que lors du maintien ou de la transformation des chaires subventionnées par le budget de l’État.

Transformer pour écarter un candidat

  • 38  Compagnon, 1997, p. 193-198.

24Il a encore été question de prévenir le Collège contre l’introduction de talents insuffisants lorsque le droit de transformation a été revendiqué pour écarter un candidat. C’est ce que Louis Havet (Philologie latine, 1885-1925) propose de faire lors de la délibération sur le destin de la chaire de Langue et littérature française en 1904, délibération qui a été analysée par Antoine Compagnon dans son étude sur Ferdinand Brunetière, candidat indésirable pour la majorité des professeurs étant donné, entre autres éléments, son antidreyfusisme38. Le 31 janvier 1904, Havet, Albert Réville (Histoire des religions, 1880-1906) et Michel Bréal (Grammaire comparée, 1866-1905) souhaitent transformer la chaire en une chaire d’histoire de France pour les raisons suivantes :

Il est toujours regrettable, dit-il, que lors d’une vacance les précédents fassent présumer le maintien de la chaire. D’abord, des conditions sont posées et des engagements sont pris avant l’heure. Ensuite, au lieu d’observer au dehors le développement de toutes les sciences et de s’en inspirer pour tenir à jour l’organisation du Collège, les professeurs sont induits à concentrer leurs regards sur les filières existantes. Et le Collège, au lieu d’assumer la direction de l’esprit scientifique en France, s’abandonne à une inertie qui est une abdication.
Dans la circonstance actuelle la transformation permettra d’écarter, sans vote comparatif sur les personnes et avec une plus entière liberté des suffrages, un candidat que M. Havet nomme, dont la personne est respectable et dont le talent de parole est merveilleux, mais dont la méthode doctrinale est en opposition directe avec celle qui doit caractériser l’œuvre collective du Collège de France.

  • 39  Registre des délibérations. Assemblées des professeurs 1903-1909, 2 AP 11, p. 43.
  • 40  Assemblée du 22 novembre 1909, Registre des délibérations. Assemblées des professeurs 1903-1909, 2 (...)

C’est le maintien de la chaire de Langue et littérature qui est en jeu, mais tout le débat porte sur la candidature de Ferdinand Brunetière pour cette chaire, au point où Paul Leroy-Beaulieu « regrette que la discussion porte dès maintenant sur les candidats ». Le différend tient, entre autres choses, à la critique de la science de Brunetière qui « refuse le caractère scientifique à l’exégèse, la géologie », dit Havet. Pour trancher, l’administrateur rappelle à ses collègues qu’il est « inutile de vouloir supprimer aujourd’hui une chaire en vue d’écarter plus tard une personne », car les professeurs pourront voter « avec autant de liberté […] sur la question des personnes qu’ils pourront le faire […] sur la question de principe »39. La position de Havet dans ce cas précis est cohérente avec ses interventions à l’assemblée tout au long de son professorat, où il a insisté sur la liaison indissoluble entre le choix d’un enseignement et celui d’un homme, jusqu’à proposer, dans les discussions qui ont mené à la refonte du règlement de 1911, de supprimer les titres de chaires. Puisque le Collège devrait être un groupe d’hommes choisis en vue de leurs talents, il faudrait, dit-il, « faire passer la personne avant la chaire ». La désignation de la chaire, ou l’intitulé, doit être une « conséquence » de la délibération sur des hommes. De plus, « si la chaire ne recevait son titre que de l’homme, les suppressions deviendraient plus faciles » et permettraient de nombreuses transformations, comme Renan l’appelait de ses vœux en 188740.

Pour la levée de l’anonymat

  • 41  Registre des délibérations. Assemblées des professeurs 1909-1925, 2 AP 12, p. 41.

25Les professeurs rappellent souvent la nécessité de séparer les « considérations scientifiques » des « considérations de personne » relativement aux textes du règlement, mais ils peinent à respecter cette consigne. Certains professeurs souhaitent que les « questions de la transformation des chaires et celle des titres des candidats susceptibles de les occuper » soient traitées ensemble, on l’a vu. La règle de ne pas mentionner le nom des candidats tout en donnant le plus d’indices possible sur leurs travaux sert à contourner une difficulté, à n’obéir que partiellement aux textes réglementaires, afin de réunir les deux étapes de la procédure. Or, si l’origine exacte de cette règle que les professeurs désignent comme un usage n’est pas à ma connaissance consignée du moins dans les registres, on trouve des demandes pour que « les noms des candidats soient prononcés quand on discutera les transformations de chaires », en l’occurrence par Bergson lui-même, le 14 novembre 1909, même si, comme nous l’avons vu, l’usage persiste au moins jusque pendant les années 1960. Bergson revient encore sur la question à l’assemblée du 5 juin 1910 « pour rappeler que la principale difficulté relative à la transformation des chaires provenait de ce que l’assemblée s’interdisait de prononcer des noms dans la discussion des transformations »41. Il affirme que cette difficulté n’existe plus, en faisant référence, sans doute aux discussions qui se sont tenues en 1909 lors de la révision du règlement qui a mené au décret de 1911, mais qui n’ont pas été intégralement consignées dans les registres et qui n’ont pas non plus conduit à l’explicitation de cet usage, ni à la prescription que les noms soient désormais mentionnés lors des débats.

  • 42  Assemblée du 27 novembre 1966, 4 AP 606.

26Malgré cela, le vœu de Bergson n’a été que partiellement exaucé, comme le rapport de Merleau-Ponty sur Lévi-Strauss l’indique, de même qu’une discussion tenue à l’assemblée du 27 novembre 1966, où Alfred Sauvy (Démographie sociale : la vie des populations, 1959-1969), « demande les noms des personnes auxquelles pense l’auteur de chaque proposition », où Francis Perrin (Physique atomique et moléculaire, 1946-1972) « proteste contre l’obscurité des débats, tenant à l’absence du nom et des titres de l’homme auquel pense chaque auteur de propositions », alors que Louis Robert (Épigraphie et antiquités grecques, 1939-1974) rappelle que, « puisque des visites ont été faites par chaque candidat, les professeurs savent bien quel candidat correspond à chaque titre de chaire »42. Trois chaires de biologie (Biologie chimique de la reproduction, Physiologie cellulaire, et Biochimie générale et comparée) sont débattues, et les défenseurs de ces chaires insistent sur la nécessité de défendre « une spécialisation étroite » dans les sciences du vivant.

27L’agacement que provoque l’« obscurité des débats », celle-ci étant due à l’absence du nom des candidats auxquels pense chaque auteur de propositions, est frappant. On peut supposer qu’il est partagé par plusieurs professeurs. En témoignent les paroles d’Ernest Tonnelat lisant, le 30 novembre 1947, pour Lucien Febvre (Histoire de la civilisation moderne, 1933-1949) un rapport sur la création d’une chaire d’Histoire de l’expansion coloniale. Le professeur de Langues et littératures germaniques (1934-1948) affirme qu’il

  • 43  Assemblée du 30 novembre 1947, 4 AP 527/4. Fernand Braudel (Histoire de la civilisation moderne, 1 (...)

n’a pas à user de savantes prétéritions pour […] désigner l’homme à qui [il] fait allusion. Un de nos anciens collègues, dit-il, a parlé un jour avec humour, ici même, de cette pudique hypocrisie qui consiste à feindre d’ignorer le nom du candidat que l’on a dessein de proposer à vos suffrages. Je crois que dans la circonstance présente l’hypocrisie – ou plutôt : l’excès de réserve – consisterait à ne pas prononcer de nom propre [celui de Robert Montagne, directeur du centre des Hautes études d’administration musulmane et professeur d’histoire de l’expansion de l’Occident, 1948-1954]43.

  • 44  Assemblée du 1er avril 1860, 2 AP 6, p. 28.
  • 45  Un autre écart peut se creuser entre le titre d’un enseignement et l’enseignement lui-même. S’il f (...)

Les diverses interventions des professeurs sur l’alternative titulaire et intitulé lors des délibérations portant sur le choix des enseignements met en évidence une tension entre la tâche de « créer une nouvelle chaire » « dès qu’une science a été ajoutée au domaine indéfini des connaissances humaines », et le rattachement des sciences nouvelles à des savants, à des hommes, dont il faut évaluer les « titres »44. L’assemblée a parfois été obligée de faire de véritables « sacrifices », dit Jacques Flach, lorsqu’elle a eu à proposer la transformation d’une chaire « en vue de savants déterminés », contre la suppression ou la suspension de telle branche d’enseignement, telle la chaire d’histoire à la mort d’Alfred Maury (Histoire et morale, 1862-1892) pour accueillir Auguste Longnon à une chaire de Géographie historique de la France (1892-1911). On peut supposer que plusieurs cas de transformation ont constitué des « sacrifices » dans l’esprit des professeurs, où deux éléments hétérogènes – une science et une personne – ont été mis en concurrence45.

***

  • 46  Antoine Meillet (Grammaire comparée, 1906-1936), assemblée du 16 novembre 1924, 2 AP 12, p. 475.
  • 47  Rapport de Louis Massignon défendant la transformation de la chaire de Paul Valéry (Poétique, 1937 (...)
  • 48  Pierre Joliot : « Le caractère particulier de l’enseignement que nous donnons dans cette maison fa (...)

28Nous avons cerné la tension entre le choix d’un candidat et celui d’un intitulé. L’usage ou la règle, inégalement respecté, qui consiste à parler d’un candidat en explicitant les lignes de sa recherche sans le nommer nous a servi d’indicateur de cette tension, qui devient manifeste surtout à partir du moment où le recrutement se fait en deux étapes, après le décret de 1873, mais qui est aussi perceptible avant cette date, dans l’histoire de la sélection des enseignements. Car cette alternative touche à la mission de l’établissement, telle qu’elle a été définie dans les textes officiels et les comptes rendus des séances de l’Assemblée par les professeurs eux-mêmes, dont un des éléments centraux est la recherche d’enseignements « véritablement nouveaux »46. Pour ce faire, qu’il y ait ou non une prescription contre l’identification des candidats lors des délibérations, s’interdire de « personnaliser » les débats doit laisser le plus de liberté possible dans l’évaluation des sciences. Faute d’une analyse exhaustive de toutes les élections, il est impossible de dire si l’un ou l’autre membre de l’alternative « titulaire ou intitulé » a primé comme critère de sélection des enseignements. Il est plutôt frappant et important à ce stade-ci de la recherche de constater que la question ne cesse d’être soulevée dans les débats, et que la « règle d’une décision mûrie en deux temps », est perçue comme un instrument de la liberté de transformation des enseignements par les professeurs du Collège47, avec la consigne de s’abstenir de « désigner nommément le candidat »48, comme auxiliaire de cette liberté.

  • 49  « Rapport de M. Jules Vuillemin pour la création d’une chaire d’Histoire des systèmes de pensées ( (...)

29Revenons à la lettre de Lévêque. Décrire Bergson sans le nommer ne consiste pas à dire qu’il « attire les foules », ou qu’il a enseigné au lycée de Clermont-Ferrand à telle époque donnée, ou à simplement faire son éloge de manière générique, comme c’est souvent le cas dans les rapports, au fur et à mesure que les formules se fixent. Le rapporteur fait plutôt état, certes de manière sommaire, des travaux de Bergson comme historien et théoricien de la philosophie, comme « historien des systèmes ». Or, il est notable que l’on retrouve, soixante-dix ans plus tard, ces termes dans l’intitulé de la chaire de Foucault, « Histoire des systèmes de pensée », que le philosophe occupa de 1970 à 1984. C’est Jules Vuillemin (Philosophie de la connaissance, 1962-1990), relayant Jean Hyppolite (Histoire de la pensée philosophique à partir de 1963), mort en 1968, avant d’avoir pu présenter Foucault au Collège, qui soumet le projet de chaire à l’assemblée, le 30 novembre 1969. Son rapport vise à défendre « la nouveauté et l’entreprise qu’elle instituerait », en la situant dans « la tradition de la philosophie, en général et, plus particulièrement au Collège de France ». Vuillemin défend la nouvelle chaire en affirmant qu’elle « continuerait, en la renouvelant, la tradition non-cartésienne » développée par Bergson, Merleau-Ponty, et Hyppolite, dont les travaux sont orientés par l’expérience et la vie. Vuillemin poursuit en explicitant ce que « pensées » veut dire dans le projet de chaire, c’est-à-dire les « comportements et conduites non encore objectivées ou réfléchis dans la représentation », dont « la liaison étroite à des institutions, des techniques et des pratiques » se concrétisent dans des expériences individuelles et sociales49.

  • 50  Les quelque 700 rapports de présentation produits entre 1800 et 1960 au Collège de France sont acc (...)

30On ne peut pas dire que l’intitulé de la chaire de l’auteur des Mots et les Choses provienne directement du « rapport » dans lequel Charles Lévêque vantait les qualités de « savant et de philosophe théoricien » de Bergson. Cependant, il est légitime d’affirmer que la tradition de la philosophie au Collège à laquelle Vuillemin nous renvoie a été formée par les travaux de ses professeurs. Dans le contexte des procédures de recrutement des professeurs, « tradition » désigne également les discours qui ont servi à défendre les projets de chaire afin qu’ils soient admis au Collège. Ainsi, sans même avoir répondu à la question de savoir si les travaux et l’intitulé de la chaire de Foucault s’inscrivent bien dans la lignée des travaux de Bergson et, plus généralement, dans la tradition de la philosophie au Collège, il est possible de dire qu’ils s’y rattachent au moins par la manière dont les rapporteurs ont rendu compte de ses travaux, discours dont l’intitulé garde en partie la mémoire50.

  • 51  « Démystifier » les pratiques du Collège fait aussi partie des discours officiels, comme Ernest Re (...)

31Se pencher sur un usage ou une règle qui, par ailleurs, participe du « mystère » entourant le fonctionnement interne du Collège51, peut ouvrir une piste de recherche féconde sur la particularisation des intitulés, parallèlement à la spécialisation des disciplines qui s’observe à partir de la fin du xixe siècle. La description détaillée de l’approche singulière d’un savant, au moyen des longues périphrases que constituent les rapports de présentation, du moins dans la procédure de renouvellement des chaires au Collège de France depuis 1873, peut sembler secondaire, même si elle a parfois représenté un obstacle aux débats, selon certains professeurs. Toutefois, cette manière de faire a pu jouer un rôle important dans la formation des intitulés au Collège et au-delà. En effet, faire connaître les travaux d’un savant sans le nommer a pu obliger les rapporteurs à forger un vocabulaire utile à l’invention de l’intitulé des disciplines nouvelles, caractérisées par leurs « approches » inédites au cœur des disciplines établies (comme on l’a rappelé, par exemple, pour la biologie, où, à l’assemblée du 27 novembre 1966, sont proposées trois chaires de biologie, dont les intitulés témoignent de la spécialisation croissante de cette discipline).

32Certains intitulés se sont en effet particularisés, jusqu’à fonctionner presque comme un nom propre – Physiologie des sensations (Henri Piéron, 1923-1951), Neuropsychologie du développement (Julian de Ajuriaguerra, 1975-1981), Communications cellulaires (Jean-Pierre Changeux, 1976-2006) –, et, en tout cas comme le « signalement… d’un savant », pour reprendre la formule de Merleau-Ponty en supprimant l’idée de « signalement abstrait ». En retour, l’évolution des intitulés du général au particulier a peut-être eu pour effet d’atténuer la tension entre le choix d’un enseignement et celui d’un homme, dont Havet avait formulé la « liaison indissoluble ». Dans ce contexte de réflexion, les usages apparemment marginaux du Collège de France, comme la pratique de la périphrase dans certains rapports de présentation pour obéir à une règle administrative transformée en « usage », comme en témoignent certaines interventions des professeurs, s’avèrent être des matériaux utiles à l’étude de la spécialisation dans les arts et les sciences.

Notes

1  « Pensées mêlées », in Pensées. Opuscules et lettres, éd. Philippe Sellier, Paris, « Classiques Garnier », 2011, p. 493.

2  « Exposé de Monsieur Fauré-Frémiet, relatif à l’assemblée du 1er février 1931 », Archives du Collège de France, Registre des délibérations. Assemblées de professeurs 1925-1934, 2 AP 13, p. 215.

3  Registre des délibérations. Assemblées des professeurs 1909-1925, 2 AP 12, p. 390.

4  Registre des délibérations. Assemblées des professeurs 1903-1909, 2 AP 11, p. 43.

5  « Lettre de C. Lévêque en faveur du maintien de la chaire » (2 novembre 1899), 4 AP 11 d.

6  Voir dans ce volume le chapitre de J. Carroy, A. Ohayon et de R. Plas sur le maintien de l’intitulé de « Philosophie moderne » et l’élection de Gabriel Tarde à cette chaire.

7  Trente-deux professeurs sont présents à l’assemblée. Sur 30 votants, 21 sont en faveur du maintien de la chaire, contre 6 pour sa transformation (3 bulletins blancs) ; cf. Registre des délibérations. Assemblées des professeurs 1894-1902, 2 AP 10, p. 133. Voir la lettre de Bergson demandant son transfert de la chaire de Philosophie grecque et latine à celle de Philosophie moderne, laissée vacante par le décès de Gabriel Tarde (9 novembre 1904), AP 4 338 c.

8  Registre des délibérations. Assemblées de professeurs 1925-1934, 2 AP 13, p. 160-192.

9  Assemblée du 18 mars 1934, « Vacance de la chaire d’Histoire et antiquités nationales, demande de propositions pour l’affectation des crédits : lettre de Bédier, administrateur, aux professeurs » (15 février 1934), 4 AP 46 a.

10  « Lettre de Paul Langevin à l’administrateur proposant la création d’une chaire d’Éducation et psychologie de l’enfance » (20 octobre 1935), 4 AP 467 k.

11  « Droit de présentation aux chaires transformées, cas de la chaire de Langue et littérature araméennes, projet de résolution de l’assemblée » (21 mai 1908), 14 CDF 1 a/10.

12  « Rapport de M. Merleau-Ponty pour la création d’une chaire d’Anthropologie sociale », 16 CDF 295/24 ou 4 AP 573/33 v.

13  Voir dans ce volume le chapitre de W. Feuerhahn sur la manière dont la mission du Collège s’est fixée en des devises à partir de la fin du xixe siècle. Au sujet de l’importance de Renan pour l’historiographie du Collège, je me permets de renvoyer aussi à Surprenant, 2013, p. 55-73.

14  Lettre au ministre s. d., « Règlements du Collège de France », 12 CDF J49.

15  « Rapport de M. Fernand Braudel pour la création d’une chaire d’Analyse des faits économiques et sociaux », assemblée des professeurs du 28 novembre 1954, 4 AP 556 n.

16  Foucault, 1983, p. 13.

17  Les rapports sur les projets de chaire où le nom des candidats est omis induisent un difficile jeu de pistes lorsque ces derniers ne sont pas acceptés, et que les débats ne trahissent pas l’identité des savants qui s’y « dissimulent ».

18  « Copie des lettres patentes du roi concernant le collège royal données à Versailles le 16 mai 1772, registrées en parlement le 26 mars 1773 », 2 CDF 3/7 t.

19  Voir « Décret du 12 mars 1808 organisant l’université, note », 2 CDF 3/9 c.

20  Les discours et pratiques du Collège se sont affirmées dans le sens de la liberté, mais le fait que le décret de 1852 n’a toujours pas été abrogé lors de la dernière révision du règlement (décret du 24 juillet 2014), suggère que les restrictions qu’il a introduites ont peut-être eu un impact plus symbolique qu’effectif dans l’affirmation de la liberté de transformation. De plus, outre qu’il a restreint le droit de présentation, le décret aurait eu pour effet de renforcer la détermination des professeurs d’affirmer leur liberté dans la sélection des chaires. Voir « La tradition du changement », in Compagnon, Corvol, Scheid, 2015, p. 30-45.

21  « Création d’une commission d’examen d’un nouveau règlement, composée d’Édouard Laboulaye, Adolphe Franck, Jules de Mohl, Stanislas Julien et Joseph-Alfred Serret », 4 AP 153.

22  Registre des délibérations. Assemblées des professeurs 1857-1873, 2 AP 6, p. 170. La nomination des chargés de cours apparaît en 1853. Elle peut servir à suspendre provisoirement les prises de décision relatives à un crédit de chaire.

23  « Note adressée au ministre de l’Instruction publique pour défendre les traitements des professeurs », 2 CDF 3/9-1.

24  Registre des délibérations. Assemblées des professeurs 1873-1880, 2 AP 7, p. 54.

25  Assemblée du 16 novembre 1924, 2 AP 12, p. 475.

26  Assemblée du 12 mai 1912, 2 AP 12, p. 134.

27  Assemblée du 4 décembre 1887, 2 AP 9, p. 60.

28  « Droit de présentation aux chaires transformées, cas de la chaire de Langue et littérature araméennes, projet de résolution de l’assemblée » (21 mai 1908), 14 CDF 1-a/10.

29  Voir dans ce volume l’article d’H. Gispert, qui étudie la permanence de la chaire de mathématique, malgré les changements qui affectent cet intitulé.

30  Assemblée du 4 décembre 1887, 2 AP 9, p. 60.

31  Cournot, 1864, p. 433.

32  Assemblée du 30 novembre 1958, 4 AP 573.

33  Cournot, 1864, p. 433.

34  « Lettre de Lévêque en faveur du maintien de la chaire [de Philosophie moderne] » (2 novembre 1899), 4 AP 11 d. Dans son « Rapport sur la création d’une chaire d’Histoire et technologie des systèmes philosophiques », présenté à l’assemblée du 11 mars 1951, Jean Pommier (Histoire des créations littéraires en France, 1946-1964), dit de Martial Gueroult qu’il « serait exactement l’homme de sa chaire » 16 CDF 170.

35  Registre des délibérations. Assemblées des professeurs 1903-1909, 2 AP 11, p. 202.

36  Entre 1926, par exemple, le Collège comprend cinq chaires coloniales : Sociologie et sociographie musulmanes, Histoire et philologie indochinoises – Études coloniales : protistologie pathologique, Histoire coloniale, Enseignement de la coopération. Voir 14 CDF 2-b, « Chaires rétribuées sur fonds de concours ». Voir également dans ce volume l’article de F. Desprez.

37  « Procédure de création de chaires et de désignation du premier titulaire », rapport du 2 avril 1933, commission d’examen de l’article 15 du règlement, 14 CDF 1-a/13.

38  Compagnon, 1997, p. 193-198.

39  Registre des délibérations. Assemblées des professeurs 1903-1909, 2 AP 11, p. 43.

40  Assemblée du 22 novembre 1909, Registre des délibérations. Assemblées des professeurs 1903-1909, 2 AP 11, p. 5.

41  Registre des délibérations. Assemblées des professeurs 1909-1925, 2 AP 12, p. 41.

42  Assemblée du 27 novembre 1966, 4 AP 606.

43  Assemblée du 30 novembre 1947, 4 AP 527/4. Fernand Braudel (Histoire de la civilisation moderne, 1950-1972) exprime une réticence similaire dans son rapport pour la création d’une chaire d’analyse des faits économiques et sociaux : « si je précisais davantage ma pensée, j’en arriverais malheureusement à abuser vos instants et, surtout, à mettre en pleine lumière l’action et les efforts d’un candidat auquel je pense […]. Le procédé, vous le savez, n’est pas dans les usages du Collège » ; assemblée du 28 novembre 1954, 4 AP 556/n.

44  Assemblée du 1er avril 1860, 2 AP 6, p. 28.

45  Un autre écart peut se creuser entre le titre d’un enseignement et l’enseignement lui-même. S’il faut renouveler l’enseignement tous les ans, comment garantir que le nom d’un enseignement soit pertinent après de nombreuses années d’invention ?

46  Antoine Meillet (Grammaire comparée, 1906-1936), assemblée du 16 novembre 1924, 2 AP 12, p. 475.

47  Rapport de Louis Massignon défendant la transformation de la chaire de Paul Valéry (Poétique, 1937-1945), 18 novembre 1945, 4 AP 51/88.

48  Pierre Joliot : « Le caractère particulier de l’enseignement que nous donnons dans cette maison fait que les propositions qui sont soumises successivement à notre jugement soient étroitement liées. L’usage veut ici qu’à chaque proposition d’un titre de chaire soit associé, dans notre pensée, le nom d’un homme. Toutefois vous vous êtes, en général, abstenus dans la première phase de nos délibérations, de désigner nommément le candidat. Je vous demanderai la permission, dans le cas présent, de déroger à cette règle » – en défendant en l’occurrence une proposition de chaire de physique pour Maurice de Broglie (Physique générale et expérimentale, 1942-1945), assemblée du 16 novembre 1941, 14 CDF 58 c 4.

49  « Rapport de M. Jules Vuillemin pour la création d’une chaire d’Histoire des systèmes de pensées (crédit Jean Hyppolite) », assemblée du 30 novembre 1969, 4 AP 620 f.

50  Les quelque 700 rapports de présentation produits entre 1800 et 1960 au Collège de France sont accessibles sur « Salamandre », le portail des archives du Collège de France, depuis 2016, sous la rubrique « Collections numérisées », « Rapports de présentation ».

51  « Démystifier » les pratiques du Collège fait aussi partie des discours officiels, comme Ernest Renan le fait en parlant du « secret de la comédie » qui entoure certaines élections : « Nous avons demandé une chaire de géographie historique que parce nous désirons y placer [Auguste] Longnon », entretien, Le Temps, 23 avril 1892, cité dans Charle, 1986, p. 411.

Auteur

Céline Surprenant est chercheur associée à la chaire de Littérature française moderne et contemporaine : histoire, critique, théorie (Antoine Compagnon) au Collège de France, et membre non-permanent de « République des savoirs » (USR 3608). Docteur en études françaises de l’Université de Sussex (Brighton, Royaume-Uni), où elle a été maître de conférences puis professeur (Senior Lecturer) de 1996 à 2010, elle a publié notamment Freud’s Mass Psychology : A Question of Scale (2003). Elle a récemment collaboré à l’ouvrage Le Collège de France. Cinq siècles de libre recherche d’Antoine Compagnon, Pierre Corvol et John Scheid (2015). Elle coordonne depuis 2012 le programme de recherche « Passage des disciplines : histoire globale du Collège de France, xixe-xxe siècles », dirigé par Antoine Compagnon, au Collège de France.

© Les Belles Lettres, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540