Version classiqueVersion mobile

Euripide et les légendes des Chants cypriens

 | 
François Jouan

Chapitre VI. L’enlèvement d’Hélène1

Texte intégral

  • 1 Bibliographie : Türk, s. v. Paris, Roschers-Lex., col. 1592-1598 ; 1634-35. C. Robert, p. 1077-1089 (...)

Σχέτλι’ Ἔρως, Μανίαι σ’ ἐτιθηνήσαντο λαϐοῦσαι · ἐϰ σέθεν ὤλετο μὲν Ἰλίου ἀϰρόπολις.
Théognis, 1231-32.

I. Hélène et Pâris

1Le plan de Zeus se réalise peu à peu : Hélène est unie à Ménélas, Achille grandit sous la garde de Chiron, Pâris a reçu d’Aphrodite la promesse d’épouser Hélène et la déesse va lui fournir les moyens de gagner Sparte. Toute la machinerie divine est en place pour l’acte décisif qui constituera le casus belli, l’enlèvement d’Hélène.

2Peu d’épisodes légendaires ont connu à travers l’antiquité classique une célébrité aussi grande et aussi constante, peu ont aussi vivement excité l’imagination des poètes et des artistes et la réflexion des penseurs. Les amours d’Hélène et du beau Pâris n’évoquent que des images de grâce et de volupté. Mais à cause de cet homme et de cette femme, la Grèce et l’Asie s’affronteront dans un conflit aux mille péripéties, dont le dénouement sera presque aussi tragique pour les vainqueurs que pour les vaincus. C’est ce qu’Euripide, pour sa part, n’a garde d’oublier. Le caractère idyllique de l’épisode ne lui cache jamais le piège caché sous les fleurs. Dans le bref instant de leur tête-à-tête, Hélène et Pâris engagent le sort des héros et des peuples. Aussi, on ne trouvera pas chez lui un récit pittoresque et détaillé des faits, depuis le moment où Pâris s’embarque pour la Grèce jusqu’à celui où les deux amants pénètrent dans le palais de Priam. L’essentiel pour Euripide ne réside pas dans les circonstances, mais dans le problème moral que pose le départ d’Hélène : celui des responsabilités. Qui est le coupable, ou, plus exactement, qui est le plus coupable, des dieux qui ont élaboré un plan ou des hommes qui l’ont exécuté ? Une fois de plus, dans un cas illustre entre tous, il faudra opter entre la fatalité et le libre arbitre.

3Il n’est pas une pièce troyenne d’Euripide où l’enlèvement d’Hélène ne se trouve mentionné, mais ces évocations peuvent prendre les formes les plus diverses, depuis l’allusion fugitive ou le rappel d’un détail matériel jusqu’à l’examen plus circonstancié des gestes et des responsabilités de chacun des protagonistes. Aussi, en empruntant indistinctement à tous les drames, nous suivrons l’ordre des faits légendaires et nous indiquerons les accusations portées à mesure contre les différents responsables. Celles-ci n’ont cependant pas toutes la même valeur aux yeux du poète, car chacun des coupables présumés s’efforce de rejeter la responsabilité sur un autre, dieu ou mortel, et la plupart des personnages d’Euripide sont habiles à manier l’ironie et le paradoxe. Il faudra donc tenir compte de la personne qui parle, du ton et des circonstances, pour démêler la véritable pensée de l’auteur. Nous rechercherons si cette pensée a évolué d’une pièce à l’autre et dans quelle mesure elle s’inspire des descriptions et des jugements de ses prédécesseurs.

  • 2 Tr.895-1059. Nous avons déjà eu l’occasion de nous référer à cette scène (cf. supra, p. 107). Sur s (...)

4L’examen le plus détaillé de l’enlèvement d’Hélène se trouve dans un agôn fameux des Troyennes2. Devant Ménélas, qui vient de retrouver Hélène à Troie et manifeste l’intention de la châtier, l’héroïne demande à prononcer sa défense, cependant qu’Hécube tiendra le rôle de l’accusation. La marche de cette scène fournira un plan commode à notre étude. En puisant, le cas échéant, dans le reste du théâtre d’Euripide pour compléter les indications qu’elle nous donne, nous aurons une idée d’ensemble des réflexions que l’épisode a inspirées au poète.

  • 3 Tr. 919-922. C’est le sujet et le problème de l’Alexandros, première pièce de la « trilogie troyenn (...)
  • 4 Tr. 936 : « εὐμορφίᾳ πραθεῖσα ».

5Dans les Troyennes, Hélène nomme comme les premiers responsables de ses malheurs Hécube, qui avait mis au monde Pâris, et le vieillard, qui n’avait pas obéi à l’ordre de tuer le nouveau-né3 : c’est là remonter bien haut dans les causes. L’héroïne incrimine ensuite le jugement des déesses et la promesse d’Aphrodite à Pâris (932-37) : Hélène a été « vendue pour sa beauté »4.

6La construction des vaisseaux qui devaient conduire Alexandre en Grèce est une conséquence de la promesse d’Aphrodite. Mais elle est aussi considérée comme un maillon dans la chaîne des causes de la guerre. Deux fois, à une dizaine d’années d’intervalle, Euripide a développé ce thème dans des morceaux lyriques. Dans Hécube, d’abord, le chœur des captives troyennes s’écriait :

« Je devais connaître le malheur, je devais connaître la peine,

dès le jour où Alexandre abattit la forêt de sapins de l’Ida, pour naviguer au loin sur l’onde marine,

  • 5 Héc. 629-637 : « Ἐμοὶ χρῆν συµφοράν,
    ἐμοὶ χρῆν πημονὰν γενέσθαι
    Ἰδαίαν ὅτε πρῶτον ὕλαν
    Ἀλέξανδρος εἰλα (...)

vers la couche d’Hélène, la plus belle des femmes que le soleil éclaire de ses rayons d’or »5.

7Puis, par un mouvement analogue, Hélène elle-même se lamentait, dans le drame qui porte son nom :

« Hélas, hélas, quel Phrygien, ou quel homme venu d’une terre grecque, abattit le pin, source de larmes pour Ilion,

dont le Priamide façonna le navire fatal sur lequel, à force d’avirons barbares, il vogua vers mon foyer,

  • 6 HL 229-239 : « Φεῦ φεῦ, τίς ἢ Φρυγῶν
    ἢ τίς Ἑλλανίας ἀπὸ χθονὸς
    ἔτεμε τὰν δαϰρυόεσ-
    σαν Ἰλίῳ πεύϰαν ;
    ἔν (...)

vers ma funeste beauté, pour s’unir amoureusement à moi ? Et avec lui, la rusée, la meurtrière Cypris apportait la mort aux Danæns »6.

  • 7 IA 582-83 : « ἐλεφαντοδέτων … δόμων ». L’expression s’inspire de l’Odyssée, δ 73.

8Parvenu en Grèce, Pâris est accueilli à Sparte en hôte honoré, « dans le palais incrusté d’ivoire »7 de Ménélas. Mais celui-ci commet une faute insigne : il s’absente pour se rendre en Crète, en confiant le prince aux soins d’Hélène. Déjà, dans Andromaque, Pélée lui en avait fait le reproche :

  • 8 Αη. 591-93 : « Σοὶ ποῦ μέτεστιν ὡς ἐν ἀνδράσιν λόγου ;
    ὅστις πρὸς ἀνδρὸς Φρυγὸς ἀπηλλάγης λέχος,
    ἄϰλη (...)

« Peux-tu compter encore parmi les hommes, toi qui t’es vu ravir ta femme par un Phrygien, pour avoir laissé ta maison ouverte, sans serviteur à ton foyer ? »8.

9Dans les Troyennes, Hélène reprend ce grief, avec plus de force encore. Après avoir évoqué l’arrivée de Pâris accompagné d’Aphrodite, elle s’écrie :

  • 9 Tr. 943-44 : « Ὅν, ὧ ϰάϰιστε, σοῖσιν ἐν δόμοις λιπὼν
    Σπάρτης ἀπῆρας νηὶ Κρησίαν χθόνα. »
    Dans Iphigén (...)

« Voilà, misérable, l’homme que tu as laissé dans ton palais en quittant Sparte pour voguer vers la terre de Crète »9.

10Alors, entre le Priamide et la fille de Zeus se joue une scène muette, magnifiquement évoquée par un passage lyrique d’Iphigénie à Aulis. Dans une apostrophe à Pâris, le chœur disait :

  • 10 IA 583-86 : « … Ἑλένας
    ἐν ἀντωποῖς βλεφάροισιν
    ἔρωτα τ’ ἔδωϰας,
    ἔρωτι δ’ αὐτὸς ἐπτοάθης. »
    Nous adopton (...)

« Les yeux rivés à ceux d’Hélène, tu lui donnas l’amour et tu fus toi-même transporté d’amour »10.

11A quelle cause attribuer cette brusque flambée de passion ? A la beauté d’Hélène ? A celle de Pâris ? A l’intervention d’Aphrodite ?

12Pour Hélène, c’est bien Cypris la grande coupable :

  • 11 Hécube, présente sur la scène.

« Il arriva, et avec lui une déesse puissante, le mauvais génie né de cette femme11, que tu veuilles lui donner le nom d’Alexandre ou celui de Pâris.

  • 12 Tr. 940-42 et 946-47 : « Ἦλθ’ οὐχὶ μιϰρὰν θεὸν ἔχων αὑτοῦ μέτα
    ὁ τῆσδ᾿ ἀλάστωρ, εἴτ’ Ἀλέξανδρον θέλε (...)

… A quoi pouvais-je penser pour suivre un étranger loin de mon foyer, en trahissant ma patrie et ma maison »12 ?

13Et elle continue, s’adressant à Ménélas :

  • 13 Tr. 948-950 : « Τὴν θεὸν ϰόλαζε ϰαὶ Διὸς ϰρείσσων γενοῦ,
    ὅς τῶν μὲν ἄλλων δαιμόνων ἔχει ϰράτος,
    ϰείνη (...)

« Châtie la déesse et montre-toi plus fort que Zeus, qui étend son pouvoir sur les autres divinités mais est esclave de celle-ci »13.

  • 14 Tr. 953 : « θεοπόνητα λέχη. »
  • 15 Tr. 1042 : « τὴν νόσον τὴν τῶν θεῶν. »

14Comment Hélène aurait-elle pu résister à un mariage « arrangé par les dieux »14 ? C’est de force, conclut-elle, que Pâris l’a épousée, et Ménélas est stupide s’il veut l’emporter sur la divinité (Tr. 962- 65). A la fin de la scène, elle affirme encore que le mal est venu des dieux15. Si son argumentation ne semble pas sur le moment convaincre Ménélas, il faut croire qu’Hélène finissait par persuader son mari, puisque celui-ci proclamait plus tard :

  • 16 An. 680 : « Ἑλένη δ’ ἐμόχθησ’ οὐχ ἑϰοῦσ’, ἀλλ’ ἐϰ θεῶν. »
    L’argument qui accompagne cette déclaratio (...)

« Si Hélène a eu à souffrir, ce n’est point par sa volonté mais du fait des dieux »16.

15Dans Oreste, Hélène disait encore :

  • 17 Or. 78-79 : « ….. ἐπεὶ πρὸς Ἴλιον
    ἔπλευσ’ ὅπως ἔπλευσα θεομανεῖ πότμῳ. »

« Lorsque j’ai fait voile pour Ilion, comme je l’ai fait, sous l’empire d’une fatale folie envoyée par les dieux… »17.

  • 18 HL 237-39 (Cf. supra, p. 169) et 1121 (« πομπαῖσιν Ἀφροδίτας »).

16Dans Hélène, aussi bien l’héroïne que le chœur soulignent une fois de plus la présence d’Aphrodite au côté du berger18.

  • 19 Tr. 962-982 (cf. supra, Ch. III, p. 107-109).

17La cause est-elle entendue ? Certes non. Écoutons la réplique d’Hécube. A l’habile plaidoyer d’Hélène, la vieille reine va opposer une argumentation serrée qui vise à accabler l’épouse infidèle de Ménélas. Elle réfute, comme invraisemblable, la version donnée par Hélène du jugement des déesses19. Elle ne peut croire non plus que la toute-puissante Aphrodite ait pris la peine d’accompagner Pâris :

  • 20 Tr. 985-86 : « Οὐϰ ἂv μένουσ’ ἂv ἥσυχός γ’ ἐν οὐρανῷ
    αὐταῖς Ἀμύϰλαις <σ’> ἤγαγεν πρὸς Ἴλιον ; »

« N’aurait-elle pas pu, en restant tranquillement dans les cieux, te transporter à Ilion avec toute la ville d’Amyclées ? »20.

  • 21 Tr. 987.

18Hélène a succombé à la beauté de Pâris21. Mais ce n’est pas seulement le charme de son visage qui l’a séduite, la réalité est moins glorieuse :

  • 22 Tr. 991-92 : « Ὃν εἰσιδοῦσα βαρϐάροις ἐσθήμασι
    χρυσῷ τε λαμπρὸν ἐξεμαργώθης φρένας. »

« En le voyant avec ses vêtements barbares, tu ne t’es plus possédée »22.

19Cette explication inattendue, Euripide la donne deux fois encore, en termes voisins. Il la présente sous une forme humoristique dans le Cyclope, où le chœur des satyres déclare :

  • 23 Cyc. 182-86 : « Τὴν προδότιν, ἣ τοὺς θυλάϰους τοὺς ποιϰίλους
    περὶ τοῖν σϰελοῖν ἰδοῦσα ϰαὶ τὸν χρύσεο (...)

« La traîtresse ! A la vue des chausses brodées qu’il avait autour des jambes et du harnachement d’or qui s’étalait sur son col, elle a perdu la tête et planté là Ménélas, ce brave petit homme »23.

20Sur un ton plus sérieux, Agamemnon disait encore dans le prologue d’Iphigénie à Aulis :

  • 24 IA 73-76 : « Ἀνθηρὸς μὲν εἱμάτων στολῆ
    χρυσῷ δὲ λαμπρός, βαρϐάρῳ χλιδήματι,
    ἐρῶν ἐρῶσαν ᾤχετ’ ἐξαναρπ (...)

« Revêtu d’une robe splendide, tout éclatant d’or et de luxe barbare, l’amant ravit l’amante, et il emmena Hélène vers ses étables de l’Ida »24.

21A ce motif déjà peu honorable, Hécube ajoute encore deux accusations supplémentaires. Hélène, en premier lieu, est une impudique :

  • 25 C’est-à-dire déraison. Tr. 988-990 :
    « Ὁ σὸς δ’ ἰδών νιν νοῦς ἐποιήθη Κύπρις ·
    τὰ μῶρα γὰρ πάντ’ ἐστὶ (...)

« A sa vue, ton esprit est devenu Cypris. Toutes les folies d’amour prennent, chez les mortels, le nom d’Aphrodite : c’est à juste titre que le nom de la déesse commence comme le mot aphrosyné »25.

  • 26 Il ne faut pas comprendre avec B. Meissner, Mythisches und Rationales in der Psychologie der euripi (...)
  • 27 Pélée : An. 595 (« πασῶν ϰαϰίστην »] ; 608 ; 621. Le Cyclope : Cyc. 280. Oreste : IT 566 ; Or. 248. (...)
  • 28 El. 1027 : « μάργος ».
  • 29 An. 229 : « τῇ φιλανδρίᾳ » ; cf. Cyc. 181 : « πολλοῖς ἥδεται γαμουμένη ».

22Ainsi, Aphrodite n’est plus que le symbole de la passion déréglée qui avait envahi le cœur d’Hélène26. Car, si elle-même s’absout finalement, tous ceux qui la connaissent dénoncent sa perversité, jusqu’à ses proches, son père, sa sœur, son mari. Les termes de mauvaise, méchante, sont monnaie courante à son propos27. Clytemnestre avoue que c’est une impudique28, Andromaque affirme qu’elle « aime les hommes »29, et Pélée déclare qu’

  • 30 An. 603-04 : « … ἐξεϰώμασεν
    νεανίου μετ’ ἀνδρὸς εἰς ἄλλην χθόνα. »

« elle est allée faire la fête avec un jouvenceau en terre étrangère »30.

  • 31 Tr. 881 : « μιαιφονωτάτης » ; ΙΑ 485-86.

23Ménélas, qui l’a traitée de scélérate dans la scène des Troyennes, reconnaît, dans Iphigénie à Aulis, qu’il trouverait facilement une meilleure épouse31.

24Fascinée par les vêtements de Pâris, entraînée par les sens, Hélène, au dire d’Hécube, aurait encore cédé à la cupidité :

  • 32 Tr. 993-97 : « Ἐν μὲν γὰρ Ἄργει μίϰρ’ ἔχουσ’ ἀνεστρέφου,
    Σπάρτης δ’ ἀπαλλαχθεῖσα τὴν Φρυγῶν πόλιν
    χρυ (...)

« En terre argienne où tu vivais, tu avais de petits moyens. Mais en quittant Sparte pour la cité phrygienne où l’or coule à flots, tu comptais qu’elle fournirait au débordement de tes dépenses. Le palais de Ménélas ne suffisait pas à ton luxe effréné »32.

25A cette soif de richesse s’ajoute la vanité :

  • 33 Tr. 1020-22 : « Ἐν τοῖς Ἀλεξάνδρου γὰρ ὕϐριζες δόμοις
    ϰαὶ προσϰυνεῖσθαι βαρϐάρων ὕπ’ ἤθελες ·
    μεγάλα (...)

« Il fallait à tes excès le palais d’Alexandre, tu voulais voir les barbares prosternés à tes pieds ; voilà ce qui comptait pour toi »33.

  • 34 Or. 1112 ; 1416-17 ; 1426-1436.

26Euripide prend-il au sérieux cette accusation d’Hécube ? Pour s’en assurer, il suffit de voir le rôle que tient Hélène dans la pièce d’Oreste : rentrée à Sparte, la reine continue à vivre sa vie de princesse orientale au milieu des trésors arrachés à Troie, des miroirs, des parfums et des étoffes somptueuses. Autour d’elle se presse une foule de servantes et d’eunuques phrygiens34. Oreste lui-même ne manque pas de le souligner :

  • 35 Or. 1114 : « ‘Ελλὰς αὐτῇ σμιϰρὸν οἰϰητήριον. »

« La Grèce est une demeure trop petite pour elle »35.

27Dans son plaidoyer, Hélène avait invoqué comme excuse la contrainte morale qu’elle avait subie, la force irrésistible d’Aphrodite. Feignant de s’être méprise sur cet argument, Hécube répliquait :

  • 36 Tr. 998-1001 : « Εεν · βίᾳ γὰρ παῖδα φῄς <σ’> ἄγειν ἐμόν ·
    τίς Σπαρτιατῶν ᾔσθετ’, ἢ ποίαν βοὴν
    ἀνωλό (...)

« Bon : mon fils usa de la force, dis-tu, pour t’emmener ? Mais qui s’en est aperçu à Sparte ? As-tu poussé un cri ? Pourtant, le jeune Castor et son frère étaient là. Ils n’avaient pas encore pris place parmi les astres »36.

28Ménélas déclare un peu plus tard :

  • 37 Tr. 1036-39 : « Ἐμοὶ σὺ συμπέπτωϰας ἐς ταὐτὸν λόγου,
    ἑϰουσίως τήνδ’ ἐϰ δόμων ἐλθεῖν ἐμῶν
    ξένας ἐς εὐν (...)

« Ton avis s’accorde avec le mien : c’est de son plein gré qu’elle a quitté mon palais pour une couche étrangère. Pour Cypris, c’est par vanité qu’elle la met en cause »37.

  • 38 Tr. 373 ; El. 1065 ; cf. aussi IA 270-71.

29Dans d’autres passages, Cassandre et Électre affirment aussi qu’Hélène a suivi Pâris librement38.

  • 39 Tr. 865-66 : « ὃς ἐξ ἐµῶν | δόµων δάμαρτα ξεναπάτης ἐλῄσατο. » Μénélas ajoute que, lui du moins, il (...)
  • 40 Tr. 932-34 (cf. supra, p. 103). Cassandre reconnaît que son union avec la fille de Zeus l’a rendu c (...)

30Mais le séducteur n’est-il pas au moins aussi coupable que celle qu’il a séduite ? A lire les drames d’Euripide, il ne le semble pas. Ménélas est seul à dénoncer dans l’enlèvement de sa femme une offense aux lois de l’hospitalité39. Hélène trouve au Priamide d’ingénieuses justifications40. Le héros sympathique de l’Alexandros est déchargé de toute accusation : les coupables, ce sont ceux qui l’ont épargné à sa naissance, ce sont les divinités qui l’ont égaré. Ainsi le chœur d’Iphigénie à Aulis déclare :

  • 41 IA 580-81 : « …. σε ϰρίσις ἔμηνε θεᾶν,
    ἅ σ’ Ἑλλάδα πέμπει. »
    Cf. An. 289-90.

« C’est le jugement des déesses qui t’a rendu fou et t’a conduit en Grèce »41.

  • 42 Par exemple, Héc. 641 sqq. ; 943-49 ; Tr. 597-98 ; Or. 1364-65.
  • 43 Or. 1389 (ἐρινύν) ; cf. Alex., supra, p. 133 ; Tr. 1213 (θεοστυγής) ; An. 103 (ἄταν) ; Or. 1584 (τὴ (...)

31Il est vrai qu’à plusieurs reprises il est tenu pour responsable de la prise de Troie42, mais c’est parce qu’il a introduit dans sa patrie l’« Érinye », la « réprouvée », la « malédiction », l’« opprobre de l’Hellade »43.

  • 44 Tr. 947 ; [Rh.] 910-11 ; cf. Or. 649-650 ; 1305 :
    « τὰν λιποπάτορα λιπόγαμόν θ’. »

32Ainsi, Hélène a trahi sa maison, sa patrie44, les siens, et elle a suivi le Troyen sur son navire. Sans s’attarder aux détails du retour de Pâris, Euripide le résume d’une phrase, dans un chœur d’Hélène :

  • 45 HL 1117-1121 : « Ὅτ’ ἔδραμε ῥόθια πεδία βαρϐάρῳ πλάτᾳ
    ὅτ’ ἔμολεν ἔμολε, μέλεα Πριαμίδαις ἅγων
    Λαϰεδαί (...)

« Lorsque, courant à travers les houles marines sur sa nef barbare, il arriva, il arriva de Lacédémone, il apportait aux Priamides ton funeste amour, Hélène, ce Pâris, l’époux sinistre, conduit par Aphrodite »45.

33Que l’enlèvement d’Hélène ait été suivi d’un mariage célébré à Troie, c’est ce qui ressort de nombreux passages où il est question des « noces » d’Hélène. Ainsi, dans Hécube, le chœur s’écriait à propos de cette union :

  • 46 Héc. 948-49 : « ….. οὐ γάμος ἀλλ’ ἀλάστορός τις οἰζύς. »

« non pas un mariage, mais un désastre, œuvre d’un génie vengeur »46.

34De même, Andromaque déclare :

  • 47 An. 103-04 : « Ἰλίῳ αἰπεινᾷ Πάρις οὐ γάμον ἀλλά τιν’ ἄταν
    ἠγάγετ’ εὐναίαν ἐς θαλάμους Ἑλέναν. »

« Lorsque Pâris introduisit Hélène dans la chambre nuptiale, ce n’était pas une épouse, mais une malédiction pour la haute Troie »47.

  • 48 HL 668 (ἀδίϰων) ; 697 (αίσχροῖς). Dans cette pièce, on le sait, Hélène est innocente.
  • 49 IA 467-68 ; 1253-54.
  • 50 IA 1236-37 ; cf. IT 356 ; 566 ; El. 1027-29.

35Ces noces ne sont jamais mentionnées sans être déplorées. Presque toujours, elles reçoivent une épithète péjorative : Hélène elle-même les dit injustes, honteuses48. Dans Iphigénie à Aulis, leurs conséquences funestes, en particulier pour les Atrides49 et pour Iphigénie50, sont dénoncées avec insistance.

*

  • 51 Par exemple, les malheurs des Phrygiens : Héc. 443 ; Tr. 773 ; [Rh.] 912-14 ; ceux des Grecs : Tr. (...)
  • 52 Sur la présence possible de ce motif dans le Protésilas, voir infra, p. 325, n. 6. Le caractère de (...)
  • 53 Pour ce dernier thème, voir Héc. 269 ; 442 ; 635 ; Tr. 772-73 ; 891-94 ; 936 ; HL 237. Ce sont uniq (...)
  • 54 Cf. G. Perrotta, SIFC, 6 (1928), p. 102 sqq. ; N. B. Greenberg, Harv. St., 66 (1962), p. 162. Ménél (...)
  • 55 R. Goossens, p. 637.

36Si l’on examine maintenant les drames dans leur ordre chronologique, on ne distinguera guère de changement dans la pensée d’Euripide. D’Hécube à Iphigénie à Aulis, l’évocation des faits matériels tient bien moins de place que la recherche des responsabilités, et les plus lourdes sont toujours celles qui pèsent sur Hélène. C’est avant tout à elle qu’on attribue les malheurs des Phrygiens et des Grecs51. Tout au plus peut-on dire que la condamnation s’aggrave et se motive plus précisément de pièce en pièce. Dans Hécube, le blâme associe encore Pâris et Hélène. Dans Andromaque, les reproches se partagent entre la Tyndaride, type de la Spartiate aux mœurs relâchées, et son lâche et méprisable époux52. Les Troyennes marquent une étape importante dans la conception de l’enlèvement : toute la faute retombe sur Hélène, que les autres personnages, Cassandre, Hécube, Andromaque, le Coryphée, Ménélas lui-même, condamnent tour à tour. Le plaidoyer de l’héroïne s’appuie sur la légende épique, qui est encore acceptée pour l’essentiel dans les pièces précédentes. Hélène montre l’influence du jugement des déesses et le rôle des dieux, en particulier d’Aphrodite, elle développe le thème de la beauté souveraine et irresponsable53. Mais cette conception est vigoureusement battue en brèche par Hécube, qui exonère les dieux de toute faute par une critique rationaliste et montre que c’est dans l’âme d’Hélène qu’il faut chercher la cause des événements. Si Électre et Iphigénie en Tauride ne contiennent que peu d’allusions à l’enlèvement, celles-ci sont toutes défavorables à l’héroïne. Oreste offre une image d’Hélène qui s’accorde avec les propos d’Hécube et comporte aussi une sorte d’explication a posteriori de l’interprétation que la vieille reine avait donnée de son enlèvement : égoïste, frivole, vaine, assoiffée de luxe, la fille de Tyndare est détestée de tous, et même ses proches54 renoncent à la défendre. D’autre part, le ton de comédie qui caractérisait par moment l’agôn des Troyennes se retrouve dans les scènes où Hélène figure en personne, ou dans les propos qui sont tenus sur elle55. Enfin, dans Iphigénie à Aulis, on voit succomber une nouvelle victime de son inconstance et de la passion égoïste de Ménélas.

  • 56 Voir infra, p. 193.

37Reste, il est vrai, une pièce aberrante : Hélène. Dans ce drame, Euripide a trouvé le moyen de rendre l’héroïne entièrement innocente, puisque Pâris n’a enlevé qu’un fantôme à son image. Nous nous interrogerons plus loin sur les origines et le sens de cette légende, sur le degré de sérieux aussi qu’a apporté le poète à la développer56. Nous retiendrons seulement ici les insultes — imméritées, sans doute — qui continuent à pleuvoir sur elle tout au long de la pièce. Quelle réputation elle s’est acquise dans tout le monde grec ! Quels ravages son rapt — même fictif — a causés parmi les hommes ! Entre autres, le suicide de Léda et, croit-on, celui des Dioscures, les morts par milliers devant Troie et dans la cité mise à sac, les courses errantes de Ménélas et des autres chefs achéens.

  • 57 Cf. par exemple, An. 362-63 ; 605-06 ; Cyc. 283-84 ; Tr. 368-69 ; 864-65 ; El. 1024-28 ; HL 72-74.
  • 58 Télèphe, fr. 722 (Agamemnon) : cf. infra, p. 232 et 234, n. 5 ; An. 607-09 (Pélée) ; Cyc. 283-84 (C (...)
  • 59 Sur le caractère pacifiste de la pièce, cf. infra, p. 194 et n. 1.

38Mais, d’une autre manière encore, cette pièce illustre la réflexion d’Euripide sur l’enlèvement d’Hélène. Le poète a toujours paru frappé par la disproportion existant entre le rapt d’une seule femme et ses conséquences57. Souvent, dans son théâtre, des personnages affirment que Ménélas et les Grecs n’auraient pas dû entrer en guerre à cause d’elle58, et qu’une femme aussi peu digne d’estime ne méritait pas de tels sacrifices. Deux mondes s’opposant au sujet d’une Hélène, quelle dérision ! Avec la tragédie d’Hélène, un nouveau pas est franchi : la cause de cette guerre de dix ans n’est même pas une femme infidèle, mais le fantôme d’une femme. Cette pièce où les dieux ont repris le premier rôle et conduisent toute l’action réduit à sa véritable proportion l’enlèvement d’Hélène en tant que cause déterminante de la guerre de Troie : un piège tendu par la divinité et dans lequel est venu donner l’aveuglement des hommes. Euripide, dans sa méditation sur l’origine des guerres, renforce par cet exemple sa conviction de l’inanité de la plupart des causes de conflit entre les peuples59.

*

39Le thème de l’enlèvement d’Hélène constitue un des motifs centraux du cycle troyen, puisque le but de la guerre des Achéens est la restitution à Ménélas de l’héroïne et des trésors ravis avec elle. L’Iliade s’y réfère sans cesse, mais le plus souvent sous forme de brèves allusions. Au contraire, partant des indications homériques, Stasinos avait composé un récit continu et détaillé de cet important épisode, dont Proclos nous a conservé les grandes lignes. Rappelons ce morceau :

  • 60 Proclos, 1. 91-105 (cf. supra, p. 16).

« Sur les conseils d’Aphrodite (Pâris) se construit une flottille. Puis Hélénos leur prédit l’avenir, et Aphrodite engage Énée à naviguer avec lui. Et Cassandre fait des révélations sur l’avenir. Alexandre gagne Lacédémone, où il est reçu en hôte par les fils de Tyndare ; et ensuite à Sparte, où l’accueille Ménélas. Au cours du festin, Hélène reçoit des cadeaux d’Alexandre. Ensuite, Ménélas fait voile vers la Crète, après avoir recommandé à Hélène de fournir aux besoins de leurs hôtes jusqu’à ce qu’ils prennent congé. C’est alors qu’Aphrodite jette Hélène dans les bras d’Alexandre. Leur union consommée, ils embarquent tout ce qu’ils peuvent de richesses et, la nuit venue, ils s’éloignent par mer. Une tempête leur est envoyée par Héra. Alexandre aborde à Sidon et s’empare de la ville. Il fait voile vers Ilion, où il célèbre ses noces avec Hélène »60.

40En suivant point par point ce sommaire, éclairé s’il y a lieu par les références homériques et complété par les textes qui s’inspirent des Chants Cypriens, nous verrons d’abord, dans le domaine des faits, ce qu’Euripide doit à Stasinos. Nous reprendrons ensuite d’ensemble le problème des diverses responsabilités dans l’enlèvement d’Hélène.

  • 61 Sur ce dernier point, cf. toutefois infra, p. 181.

41Une constatation préliminaire s’impose : même à travers le sec résumé de Proclos, le récit de Stasinos apparaît comme beaucoup plus riche de détails concrets et de péripéties que les pièces d’Euripide. A première vue, ce dernier a omis les prédictions d’Hélénos et de Cassandre, le rôle d’Énée, le séjour de Pâris chez les Dioscures, l’offre des présents à Hélène, l’union des amants à Sparte, le vol des trésors, les péripéties du retour61. Cependant, dans certains cas, l’omission n’est qu’apparente, soit qu’Euripide ait transposé un détail dans le temps, soit qu’il y fasse allusion indirectement, soit enfin qu’il ait repris la donnée épique sous une forme nouvelle.

  • 62 A la fin de l’Alexandros (cf. supra, Ch. IV, p. 135).

42C’est ainsi qu’Euripide avait porté à la scène les vaticinations de Cassandre, et sans doute aussi montré Aphrodite invitant Pâris à se constituer une flottille pour se rendre en Grèce, mais il plaçait ces événements aussitôt après la reconnaissance d’Alexandre62. Comme chez Stasinos, la construction de ces vaisseaux était la conséquence directe du jugement des déesses et de la promesse d’Aphrodite.

43Homère mentionnait déjà incidemment les navires de Pâris à propos de la mort de leur constructeur. C’était un habile artisan, aimé d’Athéna, Phéréclos, fils de Tecton et petit-fils d’Harmon. Il avait, dit le poète,

  • 63 E 62-64. P. Mazon, ad loc., relève à juste titre le caractère symbolique des noms de Tecton et d’Ha (...)

« pour Alexandre construit les bonnes nefs, cause de tous les maux, fléau pour les Troyens, fléau pour lui-même qui ne savait rien des décrets des dieux »63.

  • 64 Sur la construction des vaisseaux à l’aide des pins du Mont Phalacros, cf. Lyc., Alex., 24 ; Ov., H (...)
  • 65 Sc. AD en Γ 443 ; sc. A en E 60 ; BL en E 62 ; cf. sc. Lyc. 93. Selon le critique alexandrin, l’aut (...)
  • 66 HL 230. L’intervention d’Aphrodite dans les Kypria n’exclut pas le rôle de Phéréclos (comme semblen (...)
  • 67 Cf. Ch. Vellay, Le règne de Laomédon, Classica et Mediaevalia, VIII (1946), p. 72-74. Hellanicos (f (...)

44Les deux passages d’Euripide relatifs à cet épisode développent l’idée homérique que ces navires « étaient la cause de tous les maux ». Mais ils s’inspirent sans doute aussi de Stasinos, qui avait dû décrire l’abattage des pins et la mise en chantier des vaisseaux64. Une note d’Aristarque nous confirme l’intérêt porté par Stasinos à la personne de leur constructeur65. Euripide suggérait que la flotte avait été construite par un Grec66. Était-ce déjà Stasinos qui, se fondant sur la consonance grecque des noms de cette famille, attribuait à Phéréclos une origine hellénique ? C’est assez vraisemblable, d’autant que la tradition ancienne dépeignait les Troyens comme étrangers aux choses de la mer67.

  • 68 Tr. 1000-01. Peut-être aussi la mention d’Amyclées (Tr. 986), lieu de culte d’Aphrodite mais aussi (...)

45Euripide ne parle pas du séjour de Pâris chez les Dioscures, mais il prend soin de souligner qu’ils étaient encore présents en Laconie à l’époque de l’enlèvement68.

  • 69 N 626-27. Cf. Eschl., Ag. 410 sqq., et la note de P. Mazon. Cette tradition se retrouve par la suit (...)
  • 70 Apd., Ep. III, 3. Catrée était le père d’Aéropé, mère de Ménélas. L’Iliade mentionnait déjà les lie (...)

46Chez Homère, Ménélas était-il absent lors du rapt d’Hélène ? Le poète ne le dit pas expressément. On a cru pouvoir le déduire d’un passage où l’Atride invective les ravisseurs qui lui ont enlevé sa femme et ses trésors, « alors qu’ils avaient été reçus amicalement chez elle », déclare-t-il, comme si lui-même était alors absent69. Mais l’argument n’est pas décisif. Les Chants Cypriens, eux, racontaient comment Ménélas avait été obligé de partir inopinément pour la Crète, sans doute pour assister aux obsèques de son grand-père Catrée70, confiant ses hôtes aux soins d’Hélène. Sur ce point, Euripide se conforme donc à la version du cycle. Mais lorsqu’il fait dire à Pélée que Ménélas a laissé sa maison « ouverte, sans serviteurs », il s’agit manifestement d’une exagération sophistique qui lui appartient en propre.

  • 71 Γ 70 ; 91 ; 282 ; 285 ; 458 ; H 350 ; 363 ; 389-390 ; N 626 ; X 114.

47Dans l’épopée, après le départ de Ménélas, Pâris séduisait Hélène et les amants s’enfuyaient, accompagnés de deux des servantes de la reine de Sparte, en emportant avec eux de riches trésors. Ceux-ci sont souvent mentionnés dans l’Iliade et constituent, presque autant que la femme de Ménélas, l’enjeu de la guerre71. Au contraire, Euripide ignore délibérément le vol des trésors, qu’il écarte sans doute comme un trait de mœurs primitives, et concentre son intérêt sur le seul cas d’Hélène.

  • 72 Γ 445.
  • 73 Au large de Gythéion : Paus., III, 22, 1 ; à Cythère : sc. BT et Eust. (p. 433, 20) en Γ 445 ; à Sa (...)
  • 74 Hécatée, fr. 128 Jac. Sur cette identification, cf. encore sc. ABT et Eust. en Γ 445 ; Str., IX, 1, (...)

48Stasinos avait placé la première union des deux amants à Sparte même, avant leur départ. En cela, il s’opposait à Homère qui l’avait située dans l’îlot de Cranaé72. Si Euripide ne prend pas position sur ce point, il introduit cette île dans la nouvelle version du mythe que propose son Hélène. Les anciens ne s’accordaient pas sur l’emplacement de Cranaé, localisée tantôt au large de Gythéion, près de la côte de Laconie, tantôt à Cythère ou à Salamine73. On l’identifiait encore avec l’île d’Hélénè, située au sud-ouest de l’Attique, à proximité du cap Sounion. Cette explication se trouvait chez Hécatée, qui la justifiait en disant qu’au retour de Troie Ménélas et Hélène y avaient fait leur première escale en terre grecque74. Euripide affirme à son tour l’identité Cranaé-Hélénè, mais il l’explique autrement. Lorsque Hermès, déclare-t-il par la voix des Dioscures, avait enlevé Hélène de Sparte en se conformant aux ordres de Zeus, il s’était d’abord posé, avant de gagner l’Égypte, dans

  • 75 HL 1673-75 : « Φρουρὸν παρ’ ’Αϰτὴν τεταμένην νῆσον λέγω,
    Ἑλένη τὸ λοιπὸν ἐν βροτοῖς ϰεϰλήσεται,
    ἐπεὶ (...)

« cette île qui monte la garde le long de l’Acté : les mortels lui donneront désormais le nom d’Hélène, puisqu’elle t’a reçue quand tu fus enlevée de ton palais »75.

49Par un tel aition, propre à satisfaire l’amour-propre des Athéniens, le poète confirmait la légende de la « nouvelle Hélène » qu’il venait de leur proposer, et en même temps il résolvait de façon originale un petit problème de géographie homérique.

  • 76 Proclos, 1. 103-04 ; cf. encore Apd., Ep. III, 4 ; Dict., I, 5. D’après les scolies ABN en Z 291 et (...)
  • 77 Hdt., II, 117 = Kyp., fr. XII ; cf. Alcid., Ul., 18-19 ; Colouthos, 389-390 ; Darès, X.
  • 78 L’interpolation avait pu être introduite dans les Kypria après Hérodote pour tenter d’accorder les (...)
  • 79 HL 1117. La même impression ressort d’Eschl., Ag. 691-92.

50Sur le retour de Pâris et d’Hélène dans les Kypria, on rencontre des témoignages contradictoires. D’après Proclos, Héra suscitait une tempête qui jetait la flotte troyenne sur la côte de Sidon et Pâris s’emparait de la ville76. Au contraire, Hérodote affirme que les Troyens avaient accompli le trajet en trois jours, par vent favorable et mer calme77. Malgré l’accord du résumé de Proclos et de l’Epitomé d’Apollodore, qui garantit en général l’origine épique de la version qu’ils exposent, il semble qu’on doit admettre avec la grande majorité des critiques l’exactitude de l’affirmation d’Hérodote78. L’expression d’Euripide lui-même, qui montre les navires de Pâris « courant à travers la houle marine »79, introduit encore une présomption en faveur d’un retour facile et rapide des vaisseaux troyens.

  • 80 Eschl., Ag. 705 sqq., où le détail du chant d’hyménée entonné par les Priamides peut provenir de ce (...)

51Enfin, lorsque Euripide parle des noces d’Hélène à Troie, il se souvient sans doute de l’épisode correspondant des Chants Cypriens, qui a laissé quelques traces dans les textes et les représentations figurées80.

  • 81 L’étude la plus détaillée sur ce point est celle de M. Becker, p. 8-28.
  • 82 Γ 173-75. Ces vers, déjà paraphrasés par Alcée (fr. 283, 7-9 LP) et Sappho (fr. 16, 9-11), sont san (...)
  • 83 Γ 156-58. Il n’en existe pas moins à Troie une certaine hostilité contre Hélène : les vieillards so (...)
  • 84 Γ 164-65 ; cf. Ω 770-72 ; ψ 222, et les affirmations d’Hélène, Z 349 sqq. ; 357-58. Les Grecs croie (...)
  • 85 Cf. E 349 et tout l’épisode Γ 383-420, en particulier les v. 399-402.
  • 86 C’est le sens du discours des vieillards troyens, Γ 154 sqq. Il est rare qu’elle reçoive des reproc (...)

52Comment les prédécesseurs d’Euripide envisageaient-ils les responsabilités dans l’affaire du rapt d’Hélène ? A ce point de vue, les épopées homériques présentent un tableau complexe81. Hélène, il est vrai, ne cesse de déplorer sa faute : « Ah, dit-elle à Priam, comme j’aurais dû préférer le trépas cruel, le jour où j’ai suivi ton fils jusqu’ici, abandonnant ma chambre nuptiale, mes proches, ma fille si choyée, mes aimables compagnes »82. Mais les Troyens eux-mêmes ne semblent pas lui en tenir rigueur : témoins les vieillards sur le rempart83. Priam affirme : « Tu n’es cause de rien ; les dieux sont cause de tout ; ce sont eux qui ont déchaîné cette guerre, source de pleurs, avec les Achéens »84. Hélène a bien suivi le bel Alexandre de son plein gré, mais elle ne pouvait pas plus, à Sparte, résister à la toute-puissante Aphrodite, protectrice déclarée du prince troyen, qu’elle ne le peut à Troie85. Enfin, l’héroïne représente la beauté souveraine qui courbe tous les hommes sous sa loi et n’est pas responsable des ravages qu’elle cause86.

  • 87 Le même mot, ἄτη, se trouve en Z 356 et en δ 261. IA 580 s’inspire de la même idée.
  • 88 Γ 351-54 ; N 622-27.
  • 89 Γ 39.
  • 90 Γ 46-57 ; 99-100 ; Ζ 282-85 ; H 390.

53Bien que les deux amants soient également les victimes d’une malédiction envoyée par les dieux87, Pâris est beaucoup plus sévèrement traité par Homère. Non seulement Ménélas appelle le châtiment de Zeus sur l’homme qui a osé enfreindre les lois sacrées de l’hospitalité88, mais les Troyens eux-mêmes dénoncent sa turpitude : « Pâris de malheur, oh ! le bellâtre, coureur de femmes et suborneur », l’appelle Hector89. Les deux partis l’accusent à l’envi d’être la cause de leurs souffrances et souhaitent sa mort90.

54Les Chants Cypriens paraissent avoir mis l’accent sur deux des motifs homériques : celui du rôle des dieux et celui de la beauté souveraine. Tous deux tendaient à décharger les deux héros de leurs responsabilités. Leur union était nécessaire à l’accomplissement du plan de Zeus. Aphrodite promettait Hélène à Pâris, mettait le Troyen sur le chemin de Sparte, réunissait les deux amants et protégeait leur fuite. Pâris lui-même ne pouvait résister aux attraits d’Hélène, dont la séduction irrésistible s’exerçait sur tous les hommes. Ayant résolu autrement qu’Homère le problème moral de l’enlèvement d’Hélène, le poète pouvait s’abandonner au plaisir de conter leurs aventures sans avoir à porter un jugement sur leur conduite.

55Quelques-uns de ces motifs épiques se retrouvent chez Euripide, mais surtout dans la bouche d’Hélène et de Ménélas : lorsque Hélène met en avant pour s’absoudre la volonté des dieux et la puissance d’Aphrodite, lorsqu’elle incrimine l’absence de Ménélas, lorsque celui-ci dénonce l’outrage infligé par Alexandre au dieu protecteur des hôtes, ils puisent leurs arguments dans l’épopée. A un moindre degré, le poète tragique a utilisé le thème de la beauté souveraine dont les effets échappent à la volonté de celle qui l’incarne. Mais les attaques les plus vives contre l’Argienne, celles qui tiennent le plus à cœur au poète, sont étrangères à l’esprit des épopées homériques et des Chants Cypriens.

  • 91 Proclos, 1. 224-27 (Petite Iliade).
  • 92 Od., δ 274-79. Cette anecdote, glissée dans un tout autre contexte, paraît bien inspirée par la Pet (...)
  • 93 Pet. II., fr. XVII (14), et Ibycos, fr. 15 P. C’est le thème de la scène qui ouvre l’agôn des Troye (...)

56En effet, plus de deux siècles de littérature avaient altéré la sereine beauté de cette figure légendaire. La dégradation de l’héroïne avait commencé avant même les Kypria. Déjà dans les poèmes du cycle, en particulier dans la Petite Iliade, sa légende comprenait des épisodes peu honorables : elle aidait Ulysse mendiant à pénétrer dans la ville et à massacrer des Troyens91, et, autour du cheval de Troie, elle imitait la voix des femmes de ceux qui se cachaient dans ses flancs92. Cette attitude tranchait avec le rôle un peu passif qui était le sien chez Homère et chez Stasinos, et ajoutait à son caractère une nuance de duplicité, voire de perfidie. Dans le même poème, Ménélas jugeait sa femme assez coupable pour dégainer contre elle son épée lors de la prise de Troie93.

  • 94 Hés., fr. 93. La légende est développée par Pausanias, III, 15, 11.
  • 95 Stés., fr. 46 : « Κείνα (= Κύπρις) | …διγάμους τε ϰαὶ τριγάμους τίθησι | ϰαὶ λιπεσάνορας. » Compare (...)
  • 96 Alc., fr. 42 ; 283, 3-8 LP, et Page, Sappho and Alcaeus, p. 275-78 ; Bowra, Greek Lyric Poetry2, p. (...)

57Suivant la voie ainsi indiquée, d’autres poètes incriminèrent ouvertement les mauvaises mœurs d’Hélène. C’est ainsi qu’Hésiode expliquait l’inconduite des filles de Tyndare par le ressentiment d’Aphrodite contre leur père94. Stésichore, dans son Hélène, reprenait cette explication. Considérant la Tyndaride, la « femme aux trois maris », comme une simple mortelle, il l’accusait d’avoir volontairement abandonné Ménélas et d’avoir ainsi provoqué la grande guerre troyenne95. C’était aussi ce que pensait Alcée. Sans nier la responsabilité des dieux, il établissait entre Thétis et Hélène une comparaison désavantageuse pour cette dernière, dont la trahison était cause de la prise de Troie96.

  • 97 « ξειναπάτης », Ibycos, fr. 1, 10 P. ; Alc., fr. 283, 5, adjectif repris par Euripide, Tr. 866 : «  (...)

58Pâris n’en est pas disculpé pour autant. Plusieurs poètes lyriques, Alcman, Alcée, Sappho, Ibycos, condamnent la conduite de celui qui a été « traître à son hôte »97.

  • 98 Alc., l. c., et surtout Sappho, fr. 16, 6-12 LP ; cf. Page, o. c., p. 56. Cette évolution s’achève (...)

59Ainsi, le rôle des dieux dans cette aventure passe au second plan, tandis que s’affirme la culpabilité humaine d’Hélène et de Pâris. Sans doute, Hésiode et Stésichore, Alcée et Sappho n’oublient pas de mentionner l’influence d’Aphrodite sur le comportement d’Hélène, mais Cypris est moins dans leurs vers la divinité qui régit les mortels que le symbole de la beauté et de l’amour triomphant de tous les obstacles98. C’est au nom de cet amour que Sappho — à la différence des autres poètes lyriques — exempte l’héroïne de tout reproche.

  • 99 Ag. 60-62 ; 362-66 ; 399-402 ; 534 ; 701-713 (au v. 712, « Πάριν τὸν αἰνόλεϰτρον » annonce HL 1120  (...)
  • 100 Ag. 737-743. Hélène n’est pas seulement une femme, c’est une Érinye (749), appellation reprise par (...)
  • 101 Ag. 406-08 ; 688-692 ; 803 ; 1454.
  • 102 Ag. 1470-71.
  • 103 Ag. 62 : « πολυάνορος ἀμφὶ γυναιϰός » (cf. Eur., An. 229 : « τῇ φιλανδρίᾳ »).
  • 104 Ag. 450-51 ; 822-23.
  • 105 Ag. 62-67 ; 448 ; 686-87 ; 717-749 ; 804 ; 823-24 ; 1455-56 ; 1464-66.

60Mais, à propos de l’enlèvement d’Hélène, c’est d’Eschyle qu’Euripide semble avoir le plus profondément médité la leçon. Dans l’Agamemnon reparaissent, il est vrai, des motifs épiques, comme l’idée que Pâris a violé les lois édictées par Zeus Hospitalier et que Ménélas, en cherchant à le punir, est l’instrument de la justice divine99. Parfois aussi, le poète tragique semble considérer Hélène, avec une sorte d’horreur sacrée, comme la dépositaire irresponsable d’une beauté au pouvoir funeste100. Mais, le plus souvent, il traite celle qui n’est plus pour lui que la fille de Tyndare en épouse coupable, complice d’Alexandre101. Digne sœur de Clytemnestre102, elle est « celle qui fut à plus d’un homme »103. Aussi, les Atrides ont été fous d’entraîner la Grèce dans une telle guerre pour Hélène104. Eschyle a exprimé avec une force singulière l’idée souvent reprise par Euripide de la disproportion entre cette simple femme et les désastres qu’elle a provoqués, en particulier pour des êtres qui lui étaient tout à fait étrangers105.

  • 106 Les éditions les plus récentes sont celles de O. Immisch (1927), avec commentaire ; L. Radermacher, (...)
  • 107 Avant 415 : M. Pohlenz, II, p. 151 ; H. Grégoire, éd. d’Hélène (Budé), p. 28- 29 ; L. Ghali, p. 145 (...)
  • 108 Voir en particulier les arguments d’H. Grégoire et de M. L. Orsini, ll. cc.
  • 109 El. d’Hél., 6.
  • 110 C. Robert, p. 1078, pense qu’Hélène était enlevée de force dans la forme primitive de la légende. M (...)
  • 111 El. d’Hél., 19.
  • 112 Cf. Tr. 988 : « Ὁ σὸς δ’ ἰδών νιν νοῦς ἐποιήθη Κύπρις » ; 991 : « ὃν εἰσιδοῦσα » ; Cyc. 183 : « ἰδο (...)
  • 113 El. d’Hél., 19.

61Une dernière œuvre doit être mise en rapport avec l’agôn des Troyennes : c’est l’Éloge d’Hélène de Gorgias106. La date ne peut en être fixée avec certitude. On admet cependant qu’elle est proche de celle des Troyennes 107et la similitude des arguments paraît prouver que le poète tragique et le rhéteur ont rivalisé d’ingéniosité sur le même thème. La comparaison des deux morceaux conduit à penser que l’Éloge d’Hélène est le plus ancien et que la scène des Troyennes constitue une réponse au plaidoyer de Gorgias108. En effet, dans son discours, le sophiste entreprenait de laver l’héroïne, de tout blâme. Recherchant les explications possibles de son enlèvement, il en trouvait quatre : la volonté du destin et des dieux — motif des Kypria —, la violence, la persuasion ou l’amour109. Puis il passait en revue ces quatre motifs pour conclure que, dans tous les cas, la responsabilité d’Hélène n’était pas engagée. Parmi ces quatre mobiles, Euripide a passé sous silence la persuasion par le « logos », idée particulièrement chère au rhéteur Gorgias, mais qui n’avait pas pour lui un attrait aussi fort. Deux autres sont discutés pour être finalement rejetés : l’intervention d’Aphrodite, invoquée par Hélène et jugée invraisemblable par Hécube, et l’hypothèse d’un enlèvement réalisé par la force, aussitôt écarté qu’évoqué par la reine de Troie110. Reste l’amour, la passion. Celle-ci, dit Gorgias, peut naître de la vision des êtres ou des objets, et il développe longuement cette idée par des exemples. « Si donc, conclut-il, le regard d’Hélène, pénétré de plaisir par l’aspect physique d’Alexandre, a fait naître dans son cœur l’ardeur et le désir amoureux, faut-il s’en étonner ? »111. Euripide a fait sienne cette observation si fine, et il a insisté à plusieurs reprises sur le rôle joué par la vue du beau Pâris dans l’éclosion du sentiment d’Hélène112. En revanche, il a écarté la conclusion qu’en tirait Gorgias. Car, pour le sophiste, que l’amour soit un dieu, Éros, plus fort que les hommes, ou qu’il constitue « une maladie humaine, un oubli de l’âme »113, il annihile la responsabilité, de telle sorte qu’Hélène ne saurait être tenue pour coupable. Euripide a retenu le trait d’observation psychologique, mais il n’y voit pas une raison suffisante pour absoudre l’héroïne.

  • 114 Wilamowitz, Textgesch. d. gr. Bukoliker, p. 189, pensait que déjà dans les Kypria Hélène était sédu (...)
  • 115 Sur une hydrie attique de Carlsruhe (Clairmont, K 165), du dernier quart du ve s., représentant le (...)

62Enfin, à la beauté de Pâris, le poète tragique associe celle de ses riches vêtements phrygiens, qui ont également contribué à la séduction d’Hélène. Ce motif se rencontre pour la première fois chez Euripide. Il est introduit comme une plaisanterie dans le Cyclope, ce qui pourrait faire croire à une origine comique, mais il est donné sérieusement dans les Troyennes et Iphigénie à Aulis. Une telle insistance permet de penser qu’il s’agit d’une invention du poète lui-même. Peut-être lui a-t-elle été inspirée par le souvenir des beaux présents offerts dans les Kypria par Alexandre à son arrivée à Sparte114, ou encore par quelque fresque ou peinture de vase figurant de riches Phrygiens dans leur costume national115.

63Cet épisode illustre bien les rapports d’Euripide avec les Chants Cypriens. On sent qu’il n’ignore rien du récit de l’enlèvement d’Hélène contenu dans le poème de Stasinos. Mais il est rare qu’il se laisse aller au plaisir de la narration pour elle-même. Si parfois il reproduit tel quel un trait de l’épopée, le plus souvent il commente, il discute, il juge. Il choisit parmi les épisodes, écartant ceux qui le gênent ou qui lui semblent dépourvus d’intérêt pour son propos. Les faits sont insérés dans les véhémentes controverses qui opposent les acteurs et les victimes de l’enlèvement. Ils prennent ainsi une coloration morale différente dans la bouche de chacun de ceux qui cherchent à déterminer les causes et les conséquences et qui en tirent argument pour condamner ou pour absoudre les protagonistes. Hélène et Ménélas s’en tiennent en général au point de vue d’Homère et de Stasinos, mais les autres personnages ne s’en satisfont pas plus que le poète. A travers les opinions diverses exposées d’âge en âge par les lyriques, les tragiques, les rhéteurs, sur cet événement légendaire si lourd de conséquences, Euripide puise avec éclectisme les éléments d’une démonstration. D’un bout à l’autre de l’épisode, il relève un enchaînement de fautes individuelles — certaines, celles des « Spartiates » Hélène et Ménélas, plus lourdes que d’autres — dont aucune ne suffit pourtant à expliquer ou à justifier une si grande guerre avec son cortège de ruines et de souffrances. Mais cette discussion n’est jamais abstraite ou gratuite. A travers l’enlèvement d’Hélène, cause majeure de la guerre de Troie, ce sont les causes de la guerre du Péloponnèse que l’esprit du poète cherche à percer avec un douloureux acharnement. A ce titre, l’épisode mythologique illustre les préoccupations les plus actuelles d’Euripide et de son public.

II. Hélène en Égypte : l’Hélène116

  • 116 Bibliographie : M. Mayer, p. 6-19. A. von Premerstein, Ph., 55 (1896), p. 634- 653. J. Vürtheim, St (...)

64Nous avons voulu traiter à part le mythe de l’enlèvement tel qu’il apparaît dans Hélène, parce qu’il diffère du tout au tout de la légende traditionnelle acceptée dans ses grandes lignes par le poète à travers les autres pièces troyennes. L’essentiel de ce mythe est annoncé en quelques mots par les Dioscures à la fin d’Électre :

  • 117 El. 1280-83 : « Πρωτέως γὰρ ἐϰ δόμων
    ἥϰει λιποῦσ’ Αἴγυπτον οὐδ’ ἦλθεν Φρύγας.
    Ζεὺς δ’, ὡς ἔρις γένοιτ (...)

« Hélène revient du palais de Protée. Elle a quitté l’Égypte et ne s’est pas rendue en Phrygie. Zeus, pour provoquer discorde et tueries parmi les mortels, avait envoyé un fantôme d’Hélène à Ilion »117.

65Dans le prologue d’Hélène, représentée l’année suivante, en 412, l’héroïne expose en détail sa surprenante aventure. Après avoir rappelé le jugement des déesses et l’arrivée du prince troyen à Sparte, elle ajoute :

  • 118 HL 31-36 : « Ἥρα δὲ μεμφθεῖσ’ οὕνεϰ’ οὐ νιϰᾷ θεάς,
    ἐξηνέμωσε τἄμ’ Ἀλεξάνδρῳ λέχη,
    δίδωσι δ’ οὐϰ ἔμ’, (...)

« Héra, irritée de n’avoir pas vaincu les autres déesses, fit croire à Pâris qu’il partageait ma couche alors qu’il n’embrassait que du vent. Elle lui donna, non pas ma personne, mais un fantôme animé, à ma ressemblance, qu’elle composa d’un fragment de ciel. Le roi, fils de Priam, crut donc me posséder, mais ce n’est qu’une ombre vaine, ce n’est pas moi »118.

66Il en résulte que Grecs et Phrygiens ne se battent que pour « un nom », car, continue-t-elle :

  • 119 HL 44-48 : « Λαϐὼν δέ μ’ Ἑρμῆς ἐν πτυχαῖσιν αἰθέρος
    νεφέλῃ ϰαλύψας — οὐ γὰρ ἠμέλησέ μου
    Ζεύς — τόνδ’ (...)

« Hermès m’enleva, dans les replis de l’éther, cachée dans une nuée (Zeus, en effet, ne s’était pas désintéressé de moi), et m’établit ici, dans la demeure de Protée, élu par lui comme le plus sage de tous les mortels : je devais y garder intact le lit de Ménélas »119.

67Au cours du drame, quelques détails complètent le récit de l’enlèvement. Dans un passage lyrique, l’héroïne déclare :

« Héra envoya le fils de Maïa aux pieds rapides.

Je coupais de frais pétales de roses, dont je remplissais ma robe, pour les porter à Athéna Chalkioikos,

  • 120 HL 242-47 : « Ἥρα τὸν ὠϰύπουν
    ἔπεμψε Μαιάδος γόνον ·
    ὅς με χλοερὰ δρεπομέναν
    ἔσω πέπλων ῥόδεα πέταλα,
    Χ (...)

lorsqu’il m’entraîna à travers l’éther jusqu’à ce pays d’infortune »120.

  • 121 Cf. supra, p. 181.

68Hermès, nous l’avons vu121, avant d’atteindre l’Égypte s’était arrêté en route dans « l’île d’Hélène », auprès des côtes de l’Attique.

69Gardée par le vertueux Protée, puis par son moins vertueux fils, Théoclyménos, Hélène reste ainsi en terre égyptienne, près de l’île de Pharos. La pièce raconte comment elle retrouva Ménélas, jeté sur la côte par une tempête au retour de Troie, et comment — la véritable Hélène s’étant substituée au fantôme auprès du roi de Sparte — les deux époux parvinrent à déjouer la vigilance jalouse de Théoclyménos et à s’embarquer tous deux pour rentrer en Laconie. Mais nous nous bornerons ici à chercher les sources de la nouvelle version de l’enlèvement d’Hélène proposée par Euripide et à montrer comment le poète les a mises en œuvre.

  • 122 Od. γ 300 ; δ 83 ; 227-230 ; 351-585.
  • 123 Sur la forme de l’hypocoristique Εἰδώ (HL 11), cf. Pisani, p. 484-85. Euripide préfère l’appeler Th (...)
  • 124 HL 5.

70Homère connaissait déjà un séjour d’Hélène en Égypte : c’était au retour de Troie que les cinq navires de Ménélas étaient poussés sur les côtes de l’Égypte. Les époux étaient bien reçus à Thèbes. Ensuite, dans l’île de Pharos, Ménélas obtenait, grâce à l’aide d’Eidothée, de pouvoir consulter Protée, le « Vieux de la Mer », sur son avenir122. Sans doute, les circonstances étaient toutes différentes de celles qu’a imaginées le poète tragique, mais Homère lui fournissait déjà plusieurs données : la présence de Ménélas en Égypte, les noms de Protée et d’Eidothée123, le site de l’île de Pharos124.

  • 125 Énée : Il., E 449-451 ; Agénor : Φ 600-01 ; Endymion : Hés., fr. 148 ; Ixion : Pd., Py., II, 36-40  (...)

71La création par les dieux d’un fantôme à l’image d’un autre être est attestée dans des récits anciens. On trouve déjà de telles substitutions dans l’Iliade, dans la légende d’Endymion chez Hésiode, dans celle d’Ixion chez Pindare125.

  • 126 Hés., fr. 266 (sc. paraphr. Lyc. 822, p. 71 Sch.). Le scoliaste dit qu’« Hésiode fut le premier à f (...)
  • 127 En particulier par Seeliger, Die Überlieferung der gr. Heldensagen bei Stesichoros, Meissen, 1886, (...)
  • 128 C’est l’avis de Premerstein, p. 634 ; 638 ; C. Robert, p. 1086 ; Becker, p. 70- 71 ; Pohlenz, II, p (...)
  • 129 L. Ghali, p. 287 (d’après Holzinger, comm. à Lyc., Alex. 820 sqq.), croit retrouver chez Lycophron (...)

72C’est au Catalogue hésiodique que remonterait, d’après une scolie à Lycophron, le motif du fantôme d’Hélène126. Bien que la valeur de ce témoignage soit parfois contestée127, il n’y a pas de motif absolu de l’écarter128. Comme il n’y a pas de raison de penser qu’Hésiode tirait parti de cette invention pour innocenter Hélène, il est probable que les dieux ne substituaient une fausse Hélène à la vraie qu’après son enlèvement par Pâris, mais il est vain de rechercher, comme on l’a parfois tenté129, dans quel contexte le Catalogue plaçait cet épisode.

  • 130 Stésich., fr. 15 P. (où on trouvera commodément rassemblés tous les témoignages directs et indirect (...)
  • 131 Plat., Phèdre, 243a ; Rép. IX, 586c ; D. Chr., XI, 40 ; Arstd., XLV, 54 (II, 72D.).
  • 132 Seeliger, o. c., p. 4 ; Premerstein, p. 646 ; Robert, R. u. L., p. 25 ; Gr. Held., p. 1086, n. 3 ; (...)
  • 133 D’après Conon, Narr. 18 ; Paus., III, 19, 11 ; sc. Plat., Phèdre 243a. C’était en particulier l’avi (...)
  • 134 D’après Hor., Ep. XVII, 40-44 : cf. Vürtheim, p. 58-59 ; 70 ; Bowra, p. 109.
  • 135 Pisani, p. 479 ; Becker, p. 75 sqq. D’autres critiques préfèrent ne pas se prononcer (Schmid-Stähli (...)

73La source principale de la légende d’Euripide doit être recherchée dans la Palinodie de Stésichore130. Utilisant peut-être la légende hésiodique, le poète d’Himère lui donnait un tout autre sens. Alors que, dans son Hélène, il avait repris la légende traditionnelle en mettant l’accent sur la culpabilité de l’héroïne, il affirmait dans la Palinodie qu’Hélène était innocente et qu’elle ne s’était pas embarquée sur le navire de Pâris. Celui-ci n’avait emporté qu’un fantôme, et c’était pour ce fantôme que les Troyens et les Grecs s’étaient battus pendant dix ans131. Cependant, les témoignages anciens ne nous disent pas où se trouvait la véritable Hélène pendant tout ce temps. A cette question, les critiques modernes ont apporté les réponses les plus diverses : Hélène avait été transportée en Égypte, comme chez Euripide132 ; Hélène se trouvait dans l’île des Bienheureux133 ; Hélène aurait été transformée en étoile134. Pour certains même, Stésichore serait resté dans le vague sur ce point135. Un document récemment publié apporte un témoignage en faveur de la première de ces hypothèses. Dans un fragment de commentaire sur papyrus, on lit à propos de la Palinodie :

  • 136 Fr. 16 Page (cf. P. Oxy., XXIX (1963), 2506, fr. 26a, et le commentaire de Page, p. 35-37) : « [μέμ(...)

« < Stésichore > blâme Homère parce qu’il a représenté à Troie Hélène et non pas son fantôme, et dans l’autre <ode> il blâme Hésiode. En effet, il y a deux Palinodies différentes, dont l’une commence par : « Viens encore, déesse amie des chants », l’autre par : « Vierge aux ailes d’or », comme l’a indiqué Chamæléon. Pour sa part, Stésichore dit que le fantôme alla à Troie, mais qu’Hélène resta auprès de Protée »136.

  • 137 C’est la première indication que nous ayons sur l’existence d’une double Palinodie (cf. Page, o. c. (...)
  • 138 Elle n’avait donc pas été enlevée par Hermès, comme le croyait Premerstein, p. 646.

74Ce témoignage, important à plus d’un égard137, paraît appuyé sur des documents sérieux, comme le montre la mention du péripatéticien Chamæléon, et il n’y a guère de motif de le mettre en doute. Il prouve, ce qui était généralement admis, que Stésichore s’opposait à la fois à Homère, puisqu’il affirmait que seul un fantôme d’Hélène était présent à Troie, et à Hésiode, puisque dans la Palinodie l’héroïne était innocente. Le fragment papyrologique nous apprend de plus que la véritable Hélène était en Égypte auprès de Protée. Comme le remarque Page, cette indication, qui se retrouve chez le scoliaste d’Aristide et chez Tzetzès, oblige à croire ces derniers quand ils disent que l’Hélène de Stésichore avait accompagné Pâris par mer jusqu’en Égypte138. C’est là seulement que s’était opérée la substitution, dont l’auteur était Protée, maître dans l’art des métamorphoses. Si la dette du poète tragique à l’égard de Stésichore est donc importante, Euripide ne s’en est pas moins très librement inspiré de son récit.

  • 139 Hdt., II, 113-118.
  • 140 Contrairement à l’avis de Seeliger, p. 8 ; de Robert, B. u. L., p. 25 ; de Pohlenz, I, p. 408.
  • 141 Aucune explication satisfaisante ne peut être donnée de ce silence. L’hypothèse d’H. Grégoire, o. c(...)
  • 142 Cf. Diels, H., 22 (1887), p. 411 sqq. ; de Sanctis, Riv. Fil., 16 (1936), p. 12 sqq. ; Ph. E. Legra (...)
  • 143 Hécatée a pu cependant fournir à Hérodote quelques précisions d’ordre géographique. On trouvera les (...)
  • 144 Premerstein, p. 634. Becker, p. 83-84 ; Legrand, l. c. Mais il est très douteux, comme le pense Pre (...)
  • 145 Voir en particulier Legrand, p. 32-33.

75Sans mentionner le fantôme d’Hélène, Hérodote se fait l’écho d’une tradition recueillie auprès des prêtres égyptiens de l’« Aphrodite Étrangère » à Memphis139. Dans ce récit, après avoir enlevé Hélène, Pâris fut jeté par la tempête sur la côte d’Égypte, près de la bouche canopique du Nil. Dénoncé par un de ses serviteurs au gouverneur Thônis, il fut conduit à Memphis et traduit devant le roi Protée. Celui-ci flétrit sa conduite et ne le laissa partir qu’en retenant Hélène et les trésors, afin de les rendre par la suite à leur légitime possesseur. Bien que les Troyens eussent affirmé n’avoir chez eux ni Hélène ni les trésors, les Grecs assiégèrent la ville et la prirent. Mais, ne trouvant pas à Troie ce qu’ils y cherchaient, ils envoyèrent Ménélas auprès de Protée qui lui réserva le meilleur accueil et lui rendit sa femme. Sur la provenance du récit d’Hérodote, les avis sont très partagés. Il ne semble pas qu’il puisse dépendre directement de Stésichore140, car il y manque le motif essentiel du fantôme. De toute manière, il est singulier qu’Hérodote, qui cite Homère et les Chants Cypriens, ne mentionne pas le poète de Sicile141. On a avancé aussi le nom d’Hécatée142, qui serait l’auteur d’une version rationalisée de la légende du fantôme, mais rien n’est moins certain143. Il n’y a pas lieu de douter qu’Hérodote ait réellement recueilli cette version sur place, sinon auprès de « prêtres égyptiens », au moins dans les milieux gréco-égyptiens de Memphis qui ont pu combiner des traditions locales avec des motifs homériques144. Elle a pu naître d’un rapprochement entre Aphrodite-Astarté et Hélène. Le caractère moralisant et apologétique en est évident145 : Protée y tient le beau rôle, Pâris est condamné, mais l’attitude d’Hélène semble surtout passive.

  • 146 H. Grégoire, o. c., p. 35.
  • 147 C’est la thèse de Preuss (cf. supra, p. 185, n. 9).
  • 148 Plutôt directement qu’à travers Stésichore, comme le pense Premerstein, p. 648. Mais le poète sicil (...)
  • 149 H. H. Aphr., 117-125. Pour les souvenirs de ce poème dans les Troyennes, voir notre article, REG, 6 (...)

76Que conclure de ces témoignages ? Si Euripide, comme on l’admet communément, a combiné dans l’intrigue d’Hélène des souvenirs de Stésichore et d’Hérodote, la part du premier l’emporte de beaucoup sur le second. L’historien a été mis à contribution pour parfaire la couleur locale égyptienne de la pièce, mais en ce qui concerne l’enlèvement même d’Hélène, son influence est faible, puisque dans la tragédie Hélène est innocente et Pâris n’a pas abordé en Égypte. Tout au plus a-t-il assimilé le « Vieux de la mer » homérique à un Pharaon146, mais cette innovation pouvait venir d’Hécatée, ou même de Stésichore. Il est également douteux qu’Euripide se soit ici inspiré de Gorgias147 : les deux auteurs se rejoignent dans leur commune intention d’innocenter Hélène, mais chacun se sert de moyens qui lui sont propres. Le poète a utilisé avant tout le récit de Stésichore, qu’il a complété par des motifs tirés de l’Odyssée et des Chants Cypriens, en particulier celui de la volonté de Zeus indiqué dans le prologue de la pièce148. Le motif de l’enlèvement d’Hélène par Hermès rappelle aussi un passage de l’Hymne homérique à Aphrodite, poème dont il s’était déjà inspiré dans les Troyennes 149.

  • 150 Ce point de vue est vigoureusement défendu dans la Notice de l’édition d’Hélène d’A. Y. Campbell, L (...)
  • 151 Sur le pacifisme dans Hélène, cf. Becker, p. 88 ; Delebecque, p. 326-337 ; Goossens, p. 572. Sur le (...)
  • 152 Sur le romanesque dans Hélène, cf. Rivier, Essai sur le tragique d’Euripide, p. 176 sqq. Le caractè (...)

77Toute la pièce repose sur le postulat de l’innocence d’Hélène. Mais il est difficile de préciser à quelles intentions profondes du poète répond ce « rachat », si inattendu dans son théâtre. Euripide s’est-il sérieusement appliqué à réhabiliter l’héroïne qu’il avait tant malmenée jusqu’alors et à l’idéaliser au point d’en faire une nouvelle Pénélope150 ? Ou bien s’est-il amusé à soutenir une thèse paradoxale et à rivaliser ainsi d’ingéniosité avec un sophiste comme Gorgias ? La légende de la « nouvelle Hélène » cache-t-elle des arrière-pensées politiques ? Plusieurs historiens l’ont affirmé ; les tendances pacifistes et « spartophiles »151 qui apparaîtraient dans cette pièce, représentée peu après le désastre de Sicile, traduiraient de la part d’Euripide le souhait d’un rapprochement entre Sparte et Athènes. Pour d’autres critiques, au contraire, Hélène serait une œuvre de pur divertissement, qui viserait à distraire le public des tristes réalités du moment. Cette sorte de féérie exotique, riche en situations romanesques, en scènes de comédie152 et en rebondissements théâtraux, ne serait qu’un exercice de virtuosité sans portée politique ou morale.

  • 153 Supra, p. 177.
  • 154 Fr. 178 P. (Revendication d’Hélène).
  • 155 Le rôle de Théoclyménos emprunte des traits à la légende de Busiris.

78En fait, le choix d’un tel sujet paraît répondre à des intentions diverses. Malgré les apparences, nous l’avons vu153, la leçon de la pièce avait sa place dans le développement de la pensée d’Euripide sur les origines des guerres. Le « combat pour une ombre » de la légende stésichoréenne pouvait faire réfléchir les Athéniens sur la vanité des causes du conflit actuel. L’enlèvement d’Hélène par Hermès permettait encore de renouveler la psychologie traditionnelle de l’héroïne. L’image d’une Hélène accablée par la mauvaise réputation qu’elle s’était acquise parmi les Grecs avait peut-être été esquissée par Sophocle154. Mais il était piquant de montrer de plus, en faisant d’Hélène le personnage le plus estimable de la pièce, que cette réputation était injustifiée. Il entre une part de jeu dans cette présentation de la « nouvelle Hélène », comme le montre le ton souriant de certaines scènes. Mais le transfert de l’épisode dans la lointaine Égypte, dont les mœurs et les légendes paraissaient si étranges aux Grecs155, atténuait son invraisemblance. De plus, Euripide a mis tout son art à faire accepter ce conte à son public, en y insérant notamment des motifs traditionnels tirés de l’Odyssée et des Chants Cypriens. Il lui conférait ainsi la saveur plus familière des vieilles légendes épiques.

III. Mort et apothéose des Dioscures156

  • 156 Bibliographie : Voir en particulier : Bethe, s. v. Dioskuren, RE, V, 1 (1903), col. 1087-1123. C. R (...)
  • 157 Tr. 1000-01.
  • 158 HL 137-142.
  • 159 HL 206-211 ; 220-21 ; 284-85 ; 720-21.

79D’accord avec toute la tradition, Euripide affirme que Castor et Pollux étaient vivants et présents en Laconie lors de l’enlèvement d’Hélène157, mais qu’ils disparurent peu de temps après. Que leur était-il arrivé ? Au début d’Hélène, l’héroïne le demande à Teucros, et ce dernier lui fait part du double récit qui a cours à ce sujet parmi les Grecs : d’après les uns ; métamorphosés en astres, les Dioscures sont devenus des dieux ; selon d’autres, l’inconduite de leur sœur les a poussés au suicide158. Dans le cours du drame, Hélène déplore à plusieurs reprises cette mort dont, bien qu’innocente, elle est la cause159.

  • 160 Tr. 1001 ; El. 312-13 ; 991-92 ; HL 140 ; 1496-98 ; IA 768-69.
  • 161 HL 1659.
  • 162 HL 1658 ; 1664-65. Sans s’opposer au meurtre de Clytemnestre, voulu par Phoïbos, ils n’y restent ce (...)

80La version du suicide des Dioscures ne se rencontre que dans Hélène. En revanche, celle de l’apothéose, indiquée pour la première fois dans les Troyennes, figure à plusieurs reprises dans le théâtre d’Euripide160. Elle reçoit même une confirmation éclatante au dénouement d’Hélène, où les Jumeaux, apparus ex machina sous leur forme « humaine », confirment que Zeus les a mis au rang des dieux161. Vivant dans le ciel, parmi les astres, Castor et Pollux surveillent et protègent leur sœur162.

  • 163 Le qualificatif de σωτῆρες,, le verbe σῴζω reviennent souvent à leur sujet : El. 993 ; 1348 ; HL 15 (...)
  • 164 El. 1241-42 ; 1347-48 ; HL 1495-1505 ; 1663-65 ; Or. 1689-90.
  • 165 El. 1349-1356.
  • 166 IT 272 ; HL 1668-69.
  • 167 Dans Hélène (1666-69) et Oreste (1635-37 ; 1683-1690).

81Mais leur rôle de protecteurs163 est plus large encore. A travers l’éther, ils volent au secours des marins en péril, apaisent les tempêtes et conduisent les navires à bon port164, à condition toutefois que ceux qui les montent aient l’âme pure165. C’est pourquoi les mortels invoquent leur protection, aussi bien en Grèce que sur les côtes inhospitalières de la Tauride, et leur offrent libations saintes et festins rituels166. A deux reprises dans le théâtre d’Euripide, il est annoncé qu’après sa mort, Hélène sera associée à ses frères, dans leurs fonctions tutélaires comme dans les honneurs qui leur sont rendus167.

  • 168 Procl., 1. 106-109 ; Kyp., fr. XI ; Pd., Ném., X, 55-90 ; Py., XI, 61-64 ; Apd), III, 11, 2 ; Virg. (...)
  • 169 Cf. supra, Ch. V, p. 153.

82La version du suicide et celle de l’apothéose sont l’une et l’autre étrangères aux Chants Cypriens. Dans l’épopée, les Dioscures, peu après avoir accordé l’hospitalité à Pâris, enlevaient les troupeaux d’Idas et de Lyncée, mais Castor était tué par Idas et Pollux le vengeait en massacrant ses deux cousins. Zeus leur accordait ensuite l’immortalité, alternativement un jour chacun168. Euripide a écarté cette légende : comme ils étaient chez lui égaux par la naissance169, Castor et Pollux sont égaux dans la mort et bénéficient également et simultanément de l’apothéose.

83Cependant, le « double récit » dont parle Teucros correspond pour l’essentiel aux deux traditions opposées relatives à la disparition des Dioscures. Suivant la première, qui est celle d’Homère, les frères d’Hélène ont connu le sort commun à tous les mortels. Dans l’épisode de la Teichoscopie, le poète déclare en effet :

  • 170 Il., Γ 243-44. Homère ne donne aucune explication sur la cause de leur mort. D’après une tradition (...)

« C’est la glèbe, source de vie, qui les retient dans leur Lacédémone, au sol même de leur patrie »170.

84Il est vrai que ni Homère, ni aucun autre auteur ne disent qu’ils se sont suicidés. Mais l’idée que la conduite d’Hélène avait déshonoré ses frères se trouve déjà dans le même épisode de l’Iliade. L’héroïne, n’apercevant pas ses frères parmi les combattants, s’écriait :

  • 171 Γ 239-242.

« N’ont-ils donc pas quitté, pour suivre l’armée, l’aimable Lacédémone ? Ou après l’avoir suivie jusqu’ici sur ses nefs marines, serait-ce qu’ils se refusent maintenant à s’enfoncer dans la mêlée, par peur des mots ignominieux ou infamants qui sont leur lot désormais ? »171.

  • 172 HL 133-136. Cette version ne se retrouve non plus nulle part.

85Exploitant une telle suggestion, Euripide la pousse à l’extrême en déclarant que la honte a pu provoquer le suicide des Dioscures comme il a été la cause de celui de Léda172.

  • 173 L’expression de θεοὶ σωτῆρες est relativement rare dans les inscriptions votives (Bethe, col. 1094) (...)
  • 174 Sur la date de l’Hymne aux Dioscures, cf. J. Humbert, Hymnes homériques (Budé), p. 250-51. D. Page, (...)
  • 175 HL 1495 ; 1665 ; cf. HH. Diosc., I, 18 ; Alcée, fr. 34a, 6, et sur les blancs chevaux des Dioscures (...)

86La seconde version, celle de l’immortalité, qui apparaît sous une forme mitigée dans les Kypria, s’accorde avec le culte que les Grecs rendaient aux Dioscures dès l’âge archaïque. On vénérait en eux les « dieux sauveurs »173, et c’est à ce titre qu’ils apparaissent au dénouement d’Électre et d’Hélène pour veiller au salut de leur neveu et de leur sœur. Mais leur protection s’étendait plus particulièrement sur les gens de mer, ainsi que le prouvent à la fois un poème d’Alcée et l’Hymne homérique aux Dioscures, qui n’est sûrement pas postérieur au début du ve s. et peut être sensiblement plus ancien174. Dans ce rôle, ils étaient ordinairement représentés comme des cavaliers montés sur de blancs coursiers, et cette image reparaît chez Euripide lui-même175.

  • 176 Hdt., VIII, 22 ; Plut., Lys., 18. Cf., F. Chapouthier, p. 142.
  • 177 Cf. F. Chapouthier, passim, et en particulier p. 98. Bethe, col. 1096, pense qu’à l’origine ils n’é (...)
  • 178 Alcée, fr. 34a, 9-12 ; cf. D. Page, l. c. Cette explication du « feu Saint-Elme » est traditionnell (...)

87Mais il était naturel d’imaginer que ces fils de Zeus, dieux de lumière, apportaient aux marins en danger cette lumière, qui était pour eux le salut. Ainsi les étoiles apparaissent comme l’attribut des Dioscures dès le temps des guerres médiques. A Delphes, les Éginètes avaient consacré aux Jumeaux des étoiles d’or après Salamine, de même Lysandre après Ægos-Potamos176. Dans les siècles suivants, et surtout à l’époque romaine, les deux étoiles se multiplieront sur les monuments figurés, ajoutées ou même substituées à la représentation « humaine » des Dioscures177. Les textes littéraires portent témoignage de cette croyance. Alcée paraît attribuer à ces dieux les manifestations lumineuses du « feu Saint-Elme », lorsqu’il les montre « bondissant sur la cime des mâts » et « apportant dans la nuit la lumière aux noirs vaisseaux »178.

  • 179 Vürtheim, Stesichoros, p. 68-70 ; 72 ; Bowra, Greek Lyric Poetry2, p. 110.
  • 180 Pour Agrigente, cf. Pd., Ol., III, 1-2 ; pour Sparte, Bethe, col. 1106.

88On a suggéré aussi avec quelque vraisemblance que l’apothéose des Dioscures et leur transformation en astres était évoquée dans la Palinodie de Stésichore et déjà associée à la métamorphose d’Hélène179, qui partageait leurs honneurs dans certaines cités doriennes comme Agrigente et Sparte180.

  • 181 El. 1347-48.
  • 182 Cf. Pd., Ol., III, 1-2 ; 39-40 et sc. ; Bacchyl., fr. 21 Sn. ; Bethe, col. 1109-1110.
  • 183 L’Anakeion d’Athènes avait été décoré par Polygnote et Micon de fresques illustrant la légende des (...)
  • 184 Comme l’Artémis d’Hippolyte ou la Thétis d’Andromaque. Cf. H. E. Mierow, Cl. J., 22 (1926-27), p. 4 (...)
  • 185 El. 1329-1330.

89Ce serait donc à des sources non seulement cultuelles mais aussi littéraires qu’Euripide aurait emprunté ces évocations des Dioscures. Il en avait tiré un parti patriotique en montrant les Jumeaux divins soucieux de protéger les vaisseaux athéniens croisant dans les mers lointaines181. En effet, les Dioscures n’étaient pas seulement adorés en pays dorien, où on leur offrait des repas rituels, les théoxénies182. A Athènes aussi, on leur rendait un culte : ils y avaient leur sanctuaire, l’Anakeion, et leur fête qui associait jeux hippiques, sacrifices et banquets183. Protecteurs des marins athéniens, dieux sauveurs que leurs fonctions rendaient particulièrement propres au rôle de deus ex machina, les Dioscures avaient encore d’autres titres à la faveur d’Euripide. Celui-ci, qui dénonce plus d’une fois l’insensibilité et la malfaisance des Olympiens, accorde sa confiance aux dieux jeunes, à ceux qui se penchent avec sympathie sur les humains et les assistent dans l’épreuve184. Une telle sympathie se manifeste à la fin d’Oreste, où Castor, après avoir discrètement marqué sa réprobation devant la conduite d’Apollon, déclare qu’il fait partie de ces habitants du ciel « qui éprouvent de la compassion pour toutes les misères humaines »185.

Notes

1 Bibliographie : Türk, s. v. Paris, Roschers-Lex., col. 1592-1598 ; 1634-35. C. Robert, p. 1077-1089. Rzach, col. 2385-87. M. Becker, Helena, Diss., Strasbourg, 1939. E. Wüst, s. v. Paris, RE, XVIII, 4 (1949), col. 1502-08. D. Ebener, Die Helenaszene der Troerinnen, Wissensch. Zeitschr. der Univ. Halle-Witenberg, 1953-54, p. 691- 722. L. B. Ghali-Kahil, Les enlèvements et le retour d’Hélène, Paris 1955, 364 p. et CIV Pl. (Trav. et Mém. des anciens membres étrangers de l’École fr. d’Athènes, T. X). J. Alsina-Clota, Studia Euripidea II, Helena en Euripides, Helmant., 8 (1957), p. 197 212 ; Helena de Troja, ibid., p. 373-394.
Tr. 895-1059. Nous avons déjà eu l’occasion de nous référer à cette scène (cf. supra, p. 107). Sur sa signification, voir en particulier H. Steiger, Euripides, p. 61-64 ; Becker, p. 54-56 ; Schmid-Stählin, p, 484-85 ; L. Ghali-Kahil, p. 132-134 ; D. Ebener, p. 711-14 ; M. Pohlenz, I, p. 369 ; II, p. 151 ; J. Alsina Clota, Helena en Euripides, p. 201-204 ; A. Lesky, Entr. Fond. Hardi, VI (1961), p. 129-133.

2 Tr.895-1059. Nous avons déjà eu l’occasion de nous référer à cette scène (cf. supra, p. 107). Sur sa signification, voir en particulier H. Steiger, Euripides, p. 61-64 ; Becker, p. 54-56 ; Schmid-Stählin, p. 484-85 ; L. Ghali-Kahil, p. 132-134 ; D. Ebener, p. 711-14 ; M. Pohlenz, I, p. 369 ; II, p. 151 ; J. Alsina Clota, Helena en Euripides, p. 201-204 ; A. Lesky, Entr. Fond. Hardt, VI (1961), p. 129-133.

3 Tr. 919-922. C’est le sujet et le problème de l’Alexandros, première pièce de la « trilogie troyenne » de 415 (cf. supra, Ch. IV, p. 117 sqq.).

4 Tr. 936 : « εὐμορφίᾳ πραθεῖσα ».

5 Héc. 629-637 : « Ἐμοὶ χρῆν συµφοράν,
ἐμοὶ χρῆν πημονὰν γενέσθαι
Ἰδαίαν ὅτε πρῶτον ὕλαν
Ἀλέξανδρος εἰλατίναν
ἐτάμεθ’ ἅλιον ἐπ’ οἶδμα ναυστολήσων
Ἑλένας ἐπὶ λέϰτρα, τὰν
ϰαλλίσταν ὁ χρυσοφαὴς
Ἅλιος αὐγάζει. »
La forme donnée par le poète à cet épisode, celle d’un regret concernant un événement fatal du passé, lui est familière. Il l’utilisait déjà au début de Médée (1-6) à propos de la construction de la nef Argo. Cf. encore IA 70.

6 HL 229-239 : « Φεῦ φεῦ, τίς ἢ Φρυγῶν
ἢ τίς Ἑλλανίας ἀπὸ χθονὸς
ἔτεμε τὰν δαϰρυόεσ-
σαν Ἰλίῳ πεύϰαν ;
ἔνθεν ὀλόμενον σϰάφος
συναρμόσας ὁ Πριαμίδας
ἔπλευσε βαρϐάρῳ πλάτᾳ
τὰν ἐμὰν ἐφ’ ἑστίαν,
ἐπὶ τὸ δυστυχέστατον
ϰάλλος, ὡς ἕλοι, γάμων
ἀμῶν · ἅ τε δόλιος,
ἁ πολυϰτόνος Κύπρις
Δαναΐδαις ἄγουσα θάνατον [Πριαµίδαις]. »

7 IA 582-83 : « ἐλεφαντοδέτων … δόμων ». L’expression s’inspire de l’Odyssée, δ 73.

8 Αη. 591-93 : « Σοὶ ποῦ μέτεστιν ὡς ἐν ἀνδράσιν λόγου ;
ὅστις πρὸς ἀνδρὸς Φρυγὸς ἀπηλλάγης λέχος,
ἄϰληστ’ ἄδουλα δώμαθ’ ἑστίας λιπών ; »

9 Tr. 943-44 : « Ὅν, ὧ ϰάϰιστε, σοῖσιν ἐν δόμοις λιπὼν
Σπάρτης ἀπῆρας νηὶ Κρησίαν χθόνα. »
Dans Iphigénie à Aulis, Agamemnon, qui ne veut pas accabler son frère, dit seulement que Pâris a profité de l’absence de Ménélas (IA 76-77 : « ἔϰδημον λαϐὼν | Μενέλαον »).

10 IA 583-86 : « … Ἑλένας
ἐν ἀντωποῖς βλεφάροισιν
ἔρωτα τ’ ἔδωϰας,
ἔρωτι δ’ αὐτὸς ἐπτοάθης. »
Nous adoptons ici la colométrie proposée par W. J. W. Koster, Traité de métrique grecque, p. 97 et n. 1.

11 Hécube, présente sur la scène.

12 Tr. 940-42 et 946-47 : « Ἦλθ’ οὐχὶ μιϰρὰν θεὸν ἔχων αὑτοῦ μέτα
ὁ τῆσδ᾿ ἀλάστωρ, εἴτ’ Ἀλέξανδρον θέλεις
ὀνόματι προσφωνεῖν νιν εἴτε ϰαὶ Πάριν …
τί δὴ φρονοῦσά γ’ ἐϰ δόμων ἅμ’ ἑσπόμην
ξένῳ, προδοῦσα πατρίδα ϰαὶ δόμους ἐμούς ; »

13 Tr. 948-950 : « Τὴν θεὸν ϰόλαζε ϰαὶ Διὸς ϰρείσσων γενοῦ,
ὅς τῶν μὲν ἄλλων δαιμόνων ἔχει ϰράτος,
ϰείνης δὲ δοῦλός ἐστι. »
Nous avons montré ailleurs que ces vers s’inspiraient de l’Hymne homérique à Aphrodite, 36-48 (REG, 69 (1956), p. 299-300). La toute-puissance d’Aphrodite est déjà proclamée dans l’Iliade, Ξ 198-199. Pour l’expression, comparer An. 631, où Pélée dit à Ménélas :
« Ἥσσων πεφυϰὼς Κύπριδος … »

14 Tr. 953 : « θεοπόνητα λέχη. »

15 Tr. 1042 : « τὴν νόσον τὴν τῶν θεῶν. »

16 An. 680 : « Ἑλένη δ’ ἐμόχθησ’ οὐχ ἑϰοῦσ’, ἀλλ’ ἐϰ θεῶν. »
L’argument qui accompagne cette déclaration annonce un de ceux d’Hélène dans l’agôn des Troyennes (An. 681-83 ; Tr. 932-34).

17 Or. 78-79 : « ….. ἐπεὶ πρὸς Ἴλιον
ἔπλευσ’ ὅπως ἔπλευσα θεομανεῖ πότμῳ. »

18 HL 237-39 (Cf. supra, p. 169) et 1121 (« πομπαῖσιν Ἀφροδίτας »).

19 Tr. 962-982 (cf. supra, Ch. III, p. 107-109).

20 Tr. 985-86 : « Οὐϰ ἂv μένουσ’ ἂv ἥσυχός γ’ ἐν οὐρανῷ
αὐταῖς Ἀμύϰλαις <σ’> ἤγαγεν πρὸς Ἴλιον ; »

21 Tr. 987.

22 Tr. 991-92 : « Ὃν εἰσιδοῦσα βαρϐάροις ἐσθήμασι
χρυσῷ τε λαμπρὸν ἐξεμαργώθης φρένας. »

23 Cyc. 182-86 : « Τὴν προδότιν, ἣ τοὺς θυλάϰους τοὺς ποιϰίλους
περὶ τοῖν σϰελοῖν ἰδοῦσα ϰαὶ τὸν χρύσεον
ϰλῳφὸν φοροῦντα περὶ μέσον τὸν αὐχένα
ἐξεπτοήθη, Μενέλεων, ἀνθρώπιον
λῷστον, λιποῦσα. »
Le Cyclope est probablement antérieur aux Troyennes, mais ce n’est pas sûr. R. Hampe (Paris oder Helena, Mus. Helv., 8 (1951), p. 145) a cru trouver dans les vers 185-86 un écho parodique des vers de Sappho (fr. 16, 7-8 LP) :
… « Ἑλένα [τὸ]ν ἄνδρα
τὸν [ἄρ]ι ̣στον
ϰ̣αλλ[ίποι]σ̣’… »
Mais c’est d’autant plus douteux que la reconstitution est incertaine.

24 IA 73-76 : « Ἀνθηρὸς μὲν εἱμάτων στολῆ
χρυσῷ δὲ λαμπρός, βαρϐάρῳ χλιδήματι,
ἐρῶν ἐρῶσαν ᾤχετ’ ἐξαναρπάσας
Ἑλένην πρὸς Ἴδης βούσταθμ’… »
Les « étables de l’Ida » sont ici une pure clause de style. Pour l’expression, on rapprochera des v. 73-74, Tr. 991-92.

25 C’est-à-dire déraison. Tr. 988-990 :
« Ὁ σὸς δ’ ἰδών νιν νοῦς ἐποιήθη Κύπρις ·
τὰ μῶρα γὰρ πάντ’ ἐστὶν Ἀφροδίτη βροτοῖς,
ϰαὶ τοὔνομ’ ὀρθῶς ἀφροσύνης ἄρχει θεᾶς. »

26 Il ne faut pas comprendre avec B. Meissner, Mythisches und Rationales in der Psychologie der euripideischen Tragödie (1951), p. 137, que Cypris s’est glissée dans le nous d’Hélène. Hécube écarte Aphrodite et substitue à la causalité mythique une causalité humaine : cf. fr. inc. 1018 : « Ὁ νοῦς γὰρ ἡμῶν ἐστιν ἐν ἑϰάστῳ θεός » ; Tr. 886 : « Ζεύς…εἴτε νοῦς βροτῶν » ; cf. A. Lesky, Zur Problematik des Psychologischen in der Trag. des Eur., Gymnas., 67 (1960), p. 14-15. Dans Andromaque (631), il en va de même lorsque Pélée accuse Ménélas d’avoir été « vaincu par Cypris ». Sur le dérèglement de l’esprit féminin, voir encore Hipp. 164.

27 Pélée : An. 595 (« πασῶν ϰαϰίστην »] ; 608 ; 621. Le Cyclope : Cyc. 280. Oreste : IT 566 ; Or. 248. Pylade : Or. 741. Tyndare : Or. 521. Ménélas : IA 488. Clytemnestre : IA 1169.

28 El. 1027 : « μάργος ».

29 An. 229 : « τῇ φιλανδρίᾳ » ; cf. Cyc. 181 : « πολλοῖς ἥδεται γαμουμένη ».

30 An. 603-04 : « … ἐξεϰώμασεν
νεανίου μετ’ ἀνδρὸς εἰς ἄλλην χθόνα. »

31 Tr. 881 : « μιαιφονωτάτης » ; ΙΑ 485-86.

32 Tr. 993-97 : « Ἐν μὲν γὰρ Ἄργει μίϰρ’ ἔχουσ’ ἀνεστρέφου,
Σπάρτης δ’ ἀπαλλαχθεῖσα τὴν Φρυγῶν πόλιν
χρυσῷ ῥέουσαν ἤλπισας ϰαταϰλύσειν
δαπάναισιν · οὐδ’ ἦν ἱϰανά σοι τὰ Μενέλεω
μέλαθρα ταῖς σαῖς ἐγϰαθυϐρίζειν τρυφαῖς. »
Dans Hélène, 927-28, l’héroïne évoque encore le bruit d’après lequel elle avait abandonné son mari pour aller « vivre dans les demeures remplies d’or des Phrygiens ». Sur la φιλοπλουτία d’Hélène, voir aussi Plut., Conj. praeaec., 21, p. 140 F.

33 Tr. 1020-22 : « Ἐν τοῖς Ἀλεξάνδρου γὰρ ὕϐριζες δόμοις
ϰαὶ προσϰυνεῖσθαι βαρϐάρων ὕπ’ ἤθελες ·
μεγάλα γὰρ ἦν σοι. »

34 Or. 1112 ; 1416-17 ; 1426-1436.

35 Or. 1114 : « ‘Ελλὰς αὐτῇ σμιϰρὸν οἰϰητήριον. »

36 Tr. 998-1001 : « Εεν · βίᾳ γὰρ παῖδα φῄς <σ’> ἄγειν ἐμόν ·
τίς Σπαρτιατῶν ᾔσθετ’, ἢ ποίαν βοὴν
ἀνωλόλυξας, Κάστορος νεανίου
τοῦ συζύγου τ’ ἔτ’ ὄντος, οὐ ϰατ’ ἄστρα πω ; »

37 Tr. 1036-39 : « Ἐμοὶ σὺ συμπέπτωϰας ἐς ταὐτὸν λόγου,
ἑϰουσίως τήνδ’ ἐϰ δόμων ἐλθεῖν ἐμῶν
ξένας ἐς εὐνάς, χἡ Κύπρις ϰόμπου χάριν
λόγοις ἐνεῖται. »
On a douté du sérieux de la conviction exprimée ici par Ménélas (cf. Becker, p. 55, n. 8). A notre avis, il est momentanément persuadé par Hécube, mais c’est un faible et il sera bientôt repris par Hélène.

38 Tr. 373 ; El. 1065 ; cf. aussi IA 270-71.

39 Tr. 865-66 : « ὃς ἐξ ἐµῶν | δόµων δάμαρτα ξεναπάτης ἐλῄσατο. » Μénélas ajoute que, lui du moins, il a expié sa faute. Dans Iphigénie en Tauride, 13-14, l’outrage est mentionné, mais non le coupable. Dans Iphigénie à Aulis, l’accent est mis sur le rapt d’une Grecque par un Barbare (1266 ; 1275 ; 1380-82) : la responsabilité personnelle de Pâris devient celle de toute sa race.

40 Tr. 932-34 (cf. supra, p. 103). Cassandre reconnaît que son union avec la fille de Zeus l’a rendu célèbre (Tr. 398-99).

41 IA 580-81 : « …. σε ϰρίσις ἔμηνε θεᾶν,
ἅ σ’ Ἑλλάδα πέμπει. »
Cf. An. 289-90.

42 Par exemple, Héc. 641 sqq. ; 943-49 ; Tr. 597-98 ; Or. 1364-65.

43 Or. 1389 (ἐρινύν) ; cf. Alex., supra, p. 133 ; Tr. 1213 (θεοστυγής) ; An. 103 (ἄταν) ; Or. 1584 (τὴν Ἑλλάδος μιάστορα ; cf. Tr. 132-133).

44 Tr. 947 ; [Rh.] 910-11 ; cf. Or. 649-650 ; 1305 :
« τὰν λιποπάτορα λιπόγαμόν θ’. »

45 HL 1117-1121 : « Ὅτ’ ἔδραμε ῥόθια πεδία βαρϐάρῳ πλάτᾳ
ὅτ’ ἔμολεν ἔμολε, μέλεα Πριαμίδαις ἅγων
Λαϰεδαίμονος ἄπο λέχεα
σέθεν, ὦ Ἑλένα, Πάρις αἰνόγαμος
πομπαῖσιν Ἀφροδίτας. »

46 Héc. 948-49 : « ….. οὐ γάμος ἀλλ’ ἀλάστορός τις οἰζύς. »

47 An. 103-04 : « Ἰλίῳ αἰπεινᾷ Πάρις οὐ γάμον ἀλλά τιν’ ἄταν
ἠγάγετ’ εὐναίαν ἐς θαλάμους Ἑλέναν. »

48 HL 668 (ἀδίϰων) ; 697 (αίσχροῖς). Dans cette pièce, on le sait, Hélène est innocente.

49 IA 467-68 ; 1253-54.

50 IA 1236-37 ; cf. IT 356 ; 566 ; El. 1027-29.

51 Par exemple, les malheurs des Phrygiens : Héc. 443 ; Tr. 773 ; [Rh.] 912-14 ; ceux des Grecs : Tr. 369 ; Or. 743 ; 1305 ; IA 1334-35 ; ceux des combattants en général : Tr. 892-93 ; Or. 1135-36 ; 1142.

52 Sur la présence possible de ce motif dans le Protésilas, voir infra, p. 325, n. 6. Le caractère de Ménélas dans le théâtre d’Euripide a été étudié par E. M. Blaiklock, The Male Characters… (1952), p. 74-85.

53 Pour ce dernier thème, voir Héc. 269 ; 442 ; 635 ; Tr. 772-73 ; 891-94 ; 936 ; HL 237. Ce sont uniquement Hélène et Ménélas qui mettent en avant de tels arguments.

54 Cf. G. Perrotta, SIFC, 6 (1928), p. 102 sqq. ; N. B. Greenberg, Harv. St., 66 (1962), p. 162. Ménélas reste cependant dominé par elle (Or. 742).

55 R. Goossens, p. 637.

56 Voir infra, p. 193.

57 Cf. par exemple, An. 362-63 ; 605-06 ; Cyc. 283-84 ; Tr. 368-69 ; 864-65 ; El. 1024-28 ; HL 72-74.

58 Télèphe, fr. 722 (Agamemnon) : cf. infra, p. 232 et 234, n. 5 ; An. 607-09 (Pélée) ; Cyc. 283-84 (Cyclope) ; Or. 521-22 (Tyndare) ; 648-650 ; 717 (Oreste) ; IA 389-390 (Agamemnon).

59 Sur le caractère pacifiste de la pièce, cf. infra, p. 194 et n. 1.

60 Proclos, 1. 91-105 (cf. supra, p. 16).

61 Sur ce dernier point, cf. toutefois infra, p. 181.

62 A la fin de l’Alexandros (cf. supra, Ch. IV, p. 135).

63 E 62-64. P. Mazon, ad loc., relève à juste titre le caractère symbolique des noms de Tecton et d’Harmon (le « Charpentier » et l’« Ajusteur »).

64 Sur la construction des vaisseaux à l’aide des pins du Mont Phalacros, cf. Lyc., Alex., 24 ; Ov., Hér., XV, 107-110 ; Darès, VIII.

65 Sc. AD en Γ 443 ; sc. A en E 60 ; BL en E 62 ; cf. sc. Lyc. 93. Selon le critique alexandrin, l’auteur des Chants Cypriens appelait Phéréclos le constructeur des navires, alors que l’interprétation de la phrase homérique conduisait à donner ce rôle à son père Harmonidès (cf. A. Severyns, CE, p. 265-66). Quoi qu’il en soit, le nom de Phéréclos s’était imposé dans la tradition : Lyc., Alex., 97 et sc. ; Nic., Ther. 268 ; Apd., Ep., III, 2 ; Ov., Hér., XV, 21-22, etc. Dans Hélène (233), le verbe συναρμόσας rappelle Ἅρμων, « l’Ajusteur ».

66 HL 230. L’intervention d’Aphrodite dans les Kypria n’exclut pas le rôle de Phéréclos (comme semblent le croire C. Robert, p. 1078, et E. Wüst, col. 1502), pas plus que, chez Euripide (Héc. 631-34), la participation de Pâris aux travaux.

67 Cf. Ch. Vellay, Le règne de Laomédon, Classica et Mediaevalia, VIII (1946), p. 72-74. Hellanicos (fr. 142 Jac.), qui reproduit souvent des traditions épiques, rapportait un oracle conseillant aux Troyens de s’abstenir de la navigation et de s’adonner à l’agriculture, de peur de causer leur ruine et celle de leur cité.

68 Tr. 1000-01. Peut-être aussi la mention d’Amyclées (Tr. 986), lieu de culte d’Aphrodite mais aussi résidence des Dioscures, atteste-t-elle le souvenir de cet épisode.

69 N 626-27. Cf. Eschl., Ag. 410 sqq., et la note de P. Mazon. Cette tradition se retrouve par la suite (Ov., Hér., XV, 299 ; Dict., I, 3 ; Darès, IX ; sc. Tr. 943), mais on ne peut concéder à Wüst, col. 1503, que c’est celle que suit Euripide (Tr. 943 ; IA 76).

70 Apd., Ep. III, 3. Catrée était le père d’Aéropé, mère de Ménélas. L’Iliade mentionnait déjà les liens d’hospitalité unissant Ménélas au Crétois Idoménée, neveu de Catrée (Γ 230-33). Autres explications des motifs du voyage en Crète : Alcid., Ul., 17-18 ; Ptol. Heph., V, p. 192, 28 West. ; Dict., I, 1 ; Tzetz., Antehom., 100-101.

71 Γ 70 ; 91 ; 282 ; 285 ; 458 ; H 350 ; 363 ; 389-390 ; N 626 ; X 114.

72 Γ 445.

73 Au large de Gythéion : Paus., III, 22, 1 ; à Cythère : sc. BT et Eust. (p. 433, 20) en Γ 445 ; à Salamine : Lyc., Alex. 110 et sc. ; cf. St. Byz., s. v. Κραναή. Il est possible que le drame satyrique de Sophocle, Ἑλένης γάμος, dont nous ne savons que peu de choses, ait eu pour cadre Cranaé (Pearson, I, p. 126-129). Mais même ceci admis, nous ignorons où Sophocle plaçait cet îlot.

74 Hécatée, fr. 128 Jac. Sur cette identification, cf. encore sc. ABT et Eust. en Γ 445 ; Str., IX, 1, 22 ; St. Byz., l. c. ; Mela, II, 109 ; sc. Lyc. 112.

75 HL 1673-75 : « Φρουρὸν παρ’ ’Αϰτὴν τεταμένην νῆσον λέγω,
Ἑλένη τὸ λοιπὸν ἐν βροτοῖς ϰεϰλήσεται,
ἐπεὶ ϰλοπὰς σὰς ἐϰ δόμων ἐδέξατο. »
Mme J. Duchemin (L’île d’Hélène dans la tragédie d’Euripide, REG, 53 (1940), p. 163- 171) a suggéré qu’Euripide identifiait l’île avec celle de Pharos, dans le site où il place l’action d’Hélène, mais cette hypothèse se heurte à des difficultés (signalées déjà par l’auteur) qui la rendent peu vraisemblable : cf. L. Ghali-Kahil, p. 298 et n. 2. Les vers d’Euripide s’insèrent dans un contexte épique : dessein de Zeus (1669), apothéose d’Hélène et des Dioscures, transfert de Ménélas aux îles des Bienheureux. Le nom de Pâris apparaît au v. 1672. E. Delebecque, p. 344-45, suppose avec beaucoup de vraisemblance que ces vers évoquent un fait d’actualité, l’île d’Hélénè ayant dû, à ce moment de la guerre du Péloponnèse, être fortifiée comme l’était le cap Sounion, afin de protéger la navigation athénienne.

76 Proclos, 1. 103-04 ; cf. encore Apd., Ep. III, 4 ; Dict., I, 5. D’après les scolies ABN en Z 291 et Apollodore, par ce détour, Pâris avait cherché à se dérober à ses poursuivants éventuels.

77 Hdt., II, 117 = Kyp., fr. XII ; cf. Alcid., Ul., 18-19 ; Colouthos, 389-390 ; Darès, X.

78 L’interpolation avait pu être introduite dans les Kypria après Hérodote pour tenter d’accorder les versions de Stasinos et d’Homère (Z 289-292) et donner un pendant aux pérégrinations d’Hélène et de Ménélas après la prise de Troie (δ 227 sqq.) ; cf. Welcker, EC, p. 93-96 ; C. Robert, p. 1083-85 ; L. Ghali-Kahil, p. 30 ; ou encore la source commune d’Apollodore et de Proclos (Bethe) est indépendante des Chants Cypriens (W. Kullmann, p. 203-206).

79 HL 1117. La même impression ressort d’Eschl., Ag. 691-92.

80 Eschl., Ag. 705 sqq., où le détail du chant d’hyménée entonné par les Priamides peut provenir de ce poème. Le cortège des noces de Pâris et d’Hélène apparaît sur un cratère du corinthien moyen (Métropol. Mus. n° 27.116, L. Ghali, n° 112, p. 117-18 et Pl. XL, 1). Cet épisode ne paraît cependant pas avoir été le sujet des Noces d’Hélène de Sophocle comme le pensait Hartung (cf. Pearson, l. c., et note au fr. 183).

81 L’étude la plus détaillée sur ce point est celle de M. Becker, p. 8-28.

82 Γ 173-75. Ces vers, déjà paraphrasés par Alcée (fr. 283, 7-9 LP) et Sappho (fr. 16, 9-11), sont sans doute la source de Tr. 947. Cf. aussi Γ 404 ; Ζ 344-45 ; 355-56 ; Ω 764 ; δ 145-46 ; 261-64.

83 Γ 156-58. Il n’en existe pas moins à Troie une certaine hostilité contre Hélène : les vieillards souhaitent qu’elle s’en aille, et dans l’émotion qui la saisit devant la dépouille d’Hector, elle s’écrie que « tous les Troyens l’ont en horreur » (Ω 775).

84 Γ 164-65 ; cf. Ω 770-72 ; ψ 222, et les affirmations d’Hélène, Z 349 sqq. ; 357-58. Les Grecs croient aussi à l’innocence d’Hélène (B 356).

85 Cf. E 349 et tout l’épisode Γ 383-420, en particulier les v. 399-402.

86 C’est le sens du discours des vieillards troyens, Γ 154 sqq. Il est rare qu’elle reçoive des reproches, et ceux-ci sont plus sentimentaux que moraux : T 325 (Achille), ξ 68-69 (Eumée).

87 Le même mot, ἄτη, se trouve en Z 356 et en δ 261. IA 580 s’inspire de la même idée.

88 Γ 351-54 ; N 622-27.

89 Γ 39.

90 Γ 46-57 ; 99-100 ; Ζ 282-85 ; H 390.

91 Proclos, 1. 224-27 (Petite Iliade).

92 Od., δ 274-79. Cette anecdote, glissée dans un tout autre contexte, paraît bien inspirée par la Petite Iliade (cf. Severyns, CE, p. 335-37).

93 Pet. II., fr. XVII (14), et Ibycos, fr. 15 P. C’est le thème de la scène qui ouvre l’agôn des Troyennes. Peut-être, dans l’épopée, était-ce aussi Hélène qui donnait aux Grecs venus de Ténédos le signal de l’attaque contre la cité (cf. Alsina Clota, Helm., 8 (1957), p. 384.

94 Hés., fr. 93. La légende est développée par Pausanias, III, 15, 11.

95 Stés., fr. 46 : « Κείνα (= Κύπρις) | …διγάμους τε ϰαὶ τριγάμους τίθησι | ϰαὶ λιπεσάνορας. » Comparer Eur., Or. 1305 : « Τὰν λιποπάτορα λιπόγαμόν θ’ » ; Or. 249-250. Un fragment anonyme (adesp. 96 P.), attribué à Stésichore par Bergk et Diehl, qualifie Hélène de πολυνείϰης.

96 Alc., fr. 42 ; 283, 3-8 LP, et Page, Sappho and Alcaeus, p. 275-78 ; Bowra, Greek Lyric Poetry2, p. 169.

97 « ξειναπάτης », Ibycos, fr. 1, 10 P. ; Alc., fr. 283, 5, adjectif repris par Euripide, Tr. 866 : « Δάμαρτα ξεναπάτης ἐλῄσατο. » Cf. encore Alcman, fr. 77 P.

98 Alc., l. c., et surtout Sappho, fr. 16, 6-12 LP ; cf. Page, o. c., p. 56. Cette évolution s’achève dans les Troyennes (988-990). Il est excessif de dire avec G. Goossens, p. 75, qu’Euripide a voulu ridiculiser dans ces vers l’« Aphrodite l’a voulu » de Sappho. Il en donne seulement une interprétation psychologique, qui tourne au détriment de l’héroïne.

99 Ag. 60-62 ; 362-66 ; 399-402 ; 534 ; 701-713 (au v. 712, « Πάριν τὸν αἰνόλεϰτρον » annonce HL 1120 : « Πάρις αἰνόγαμος ») ; 748,1156 ; Cho. 935-36. Cf. aussi Myrmidons (?), fr. 223a, 4-6 : « …. Ἑ̣λλ̣ά̣δ̣ος λοχαγέταις
οἵπερ Με]νέλεῳ τὴν βίαιον ἁρπαγὴν
γυναιϰὸς ἐϰ]π̣ρά̣σσουσι Π̣ρ̣[ι]α̣μ̣[ί]δην̣ Π̣άριν̣. »

100 Ag. 737-743. Hélène n’est pas seulement une femme, c’est une Érinye (749), appellation reprise par Euripide (Or. 1389). Son pouvoir est comparé à celui d’Atè (735-36) et d’Éris (1460-61).

101 Ag. 406-08 ; 688-692 ; 803 ; 1454.

102 Ag. 1470-71.

103 Ag. 62 : « πολυάνορος ἀμφὶ γυναιϰός » (cf. Eur., An. 229 : « τῇ φιλανδρίᾳ »).

104 Ag. 450-51 ; 822-23.

105 Ag. 62-67 ; 448 ; 686-87 ; 717-749 ; 804 ; 823-24 ; 1455-56 ; 1464-66.

106 Les éditions les plus récentes sont celles de O. Immisch (1927), avec commentaire ; L. Radermacher, Artium Scriptores (1951), p. 52-57 ; Diels, Vorsokratiker, II’, p. 288-294. L’authenticité du discours, longtemps mise en doute, est maintenant admise en général.

107 Avant 415 : M. Pohlenz, II, p. 151 ; H. Grégoire, éd. d’Hélène (Budé), p. 28- 29 ; L. Ghali, p. 145, n. 5 ; M. L. Orsini, Dioniso, 19 (1956), p. 82-88. Entre 415 et 412 : E. Preuss, De Euripidis Helena, Leipzig, 1911, p. 9 sqq. Après 412 : I. Bruns, Vorträge und Aufsätze, 1905, p. 88.

108 Voir en particulier les arguments d’H. Grégoire et de M. L. Orsini, ll. cc.

109 El. d’Hél., 6.

110 C. Robert, p. 1078, pense qu’Hélène était enlevée de force dans la forme primitive de la légende. Mais, mis à part un vers de l’Iliade (B 356), cette conception n’apparaît qu’à la fin du ve s., et comme une hypothèse, chez Gorgias et dans les Troyennes d’Euripide. Pour la première fois, Lycophron la présente comme un fait (Alex., 106 sqq. ; cf. Serv. ad. En., I, 651).

111 El. d’Hél., 19.

112 Cf. Tr. 988 : « Ὁ σὸς δ’ ἰδών νιν νοῦς ἐποιήθη Κύπρις » ; 991 : « ὃν εἰσιδοῦσα » ; Cyc. 183 : « ἰδοῦσα » ; IA 583-85 : « Ἑλένας | ἐν ἀντωποῖς βλεφάροισιν | ἔρωτα δέδωϰας. »

113 El. d’Hél., 19.

114 Wilamowitz, Textgesch. d. gr. Bukoliker, p. 189, pensait que déjà dans les Kypria Hélène était séduite par la splendeur orientale de Pâris, mais le riche costume phrygien du héros n’apparaît dans les représentations de la rencontre des deux amants qu’à l’extrême fin du ve s., en partie, sans doute, sous l’influence d’Euripide, et non au milieu du siècle, comme le soutenait à tort C. Robert, p. 1080 et n. 1 : cf. L. Ghali, p. 176, et les nos 128 ; 130 ; 132 ; 133 ; 139 ; 141 ; 147 ; 148 ; 159, etc.

115 Sur une hydrie attique de Carlsruhe (Clairmont, K 165), du dernier quart du ve s., représentant le jugement des déesses, Pâris est vêtu d’un magnifique vêtement phrygien (cf. Ch. Dugas, Ant. Cl., 6 (1937), p. 11-12 et Pl. II, f. 5).

116 Bibliographie : M. Mayer, p. 6-19. A. von Premerstein, Ph., 55 (1896), p. 634- 653. J. Vürtheim, StesichorosFragmente und Biographie, Leyde, 1919, p. 64-72. C. Robert, p. 1085-86. V. Pisani, Elena e l’eidôlon, Hiv. di Filol., 56 (1928), p. 476-499. M. Becker, Helena, p. 70-93. Schmid-Stählin, p. 501-05 ; 512-15. Wüst, s. v. Paris, RE, XVIII, 4 (1949), col. 1506-08. H. Grégoire, Euripide, V (Budé), 1950, Notice d’Hélène, p. 30-36. E. Delebecque, p. 326 sqq. L. Ghali, Les Enlèvements et le retour d’Hélène, 1955, p. 285-301. J. Alsina Clota, La « Helena » y la « Palinodia » di Stesicoro, Est. Clas., 4 (1957-58), p. 157-175 ; id., Helmantica, 8 (1957), p. 206-09 ; 385-390. J. Schwartz, p. 550-56. C. M. Bowra, Greek Lyric Poetry2, Oxford, 1961, p. 107-112.

117 El. 1280-83 : « Πρωτέως γὰρ ἐϰ δόμων
ἥϰει λιποῦσ’ Αἴγυπτον οὐδ’ ἦλθεν Φρύγας.
Ζεὺς δ’, ὡς ἔρις γένοιτο ϰαὶ φόνος βροτῶν,
εἴδωλον Ἑλένης ἐξέπεμψ’ ἐς Ἴλιον. »
Sur les deux derniers vers, cf. supra, Ch. I, p. 41.

118 HL 31-36 : « Ἥρα δὲ μεμφθεῖσ’ οὕνεϰ’ οὐ νιϰᾷ θεάς,
ἐξηνέμωσε τἄμ’ Ἀλεξάνδρῳ λέχη,
δίδωσι δ’ οὐϰ ἔμ’, ἀλλ’ ὁμοιώσασ’ ἐμοὶ
εἵδωλον ἔμπνουν οὐρανοῦ ξυνθεῖσ’ ἄπο
Πριάμου τυράννῳ παιδί · ϰαὶ δοϰεῖ μ’ ἔχειν,
ϰενὴν δόϰησιν, οὐϰ ἔχων. »

119 HL 44-48 : « Λαϐὼν δέ μ’ Ἑρμῆς ἐν πτυχαῖσιν αἰθέρος
νεφέλῃ ϰαλύψας — οὐ γὰρ ἠμέλησέ μου
Ζεύς — τόνδ’ ἐς οἶϰον Πρωτέως ἱδρύσατο,
πάντων προϰρίνας σωφρονέστατον βροτῶν,
ἀϰέραιον ὡς σώσαιμι Μενέλεῳ λέχος. »

120 HL 242-47 : « Ἥρα τὸν ὠϰύπουν
ἔπεμψε Μαιάδος γόνον ·
ὅς με χλοερὰ δρεπομέναν
ἔσω πέπλων ῥόδεα πέταλα,
Χαλϰίοιϰον ὡς Ἀθάναν μόλοιμ’,
ἀναρπάσας δί’ αἰθέρος
τάνδε γαῖαν εἰς ἄνολϐον. »

121 Cf. supra, p. 181.

122 Od. γ 300 ; δ 83 ; 227-230 ; 351-585.

123 Sur la forme de l’hypocoristique Εἰδώ (HL 11), cf. Pisani, p. 484-85. Euripide préfère l’appeler Théonoé.

124 HL 5.

125 Énée : Il., E 449-451 ; Agénor : Φ 600-01 ; Endymion : Hés., fr. 148 ; Ixion : Pd., Py., II, 36-40 : dans ces deux derniers cas, les héros tentent de s’unir à un fantôme d’Héra. Cf. S. Trenkner, The Greek Novella, p. 43.

126 Hés., fr. 266 (sc. paraphr. Lyc. 822, p. 71 Sch.). Le scoliaste dit qu’« Hésiode fut le premier à faire intervenir le fantôme d’Hélène ».

127 En particulier par Seeliger, Die Überlieferung der gr. Heldensagen bei Stesichoros, Meissen, 1886, p. 8, n. 2 ; Wilamowitz, Sappho und Simonides, p. 141, n. 1. D’autres auteurs ont suggéré de corriger dans la scolie Ἡσίοδος en Στησίχορος (M. Mayer, p. 6, suivant Markscheffel). Sans se prononcer formellement, d’autres encore sont sceptiques sur la valeur de la scolie (Pisani, p. 477 ; Delebecque, p. 327 ; 332 ; Grégoire, p. 34, n. 2 ; J. Schwartz, p. 552 ; Goossens, p. 571).

128 C’est l’avis de Premerstein, p. 634 ; 638 ; C. Robert, p. 1086 ; Becker, p. 70- 71 ; Pohlenz, II, p. 159 ; L. Ghali, p. 287 ; J. Alsina Clota, Helmant., p. 381 ; Bowra, p. 89. Il est confirmé par le nouveau document cité infra, p. 191.

129 L. Ghali, p. 287 (d’après Holzinger, comm. à Lyc., Alex. 820 sqq.), croit retrouver chez Lycophron la version hésiodique : les dieux substituent un fantôme à Hélène après son enlèvement par Pâris. L’héroïne est transportée en Égypte. Après la prise de Troie, le fantôme échappe à Ménélas en disparaissant dans les airs et l’Atride retrouve sa femme en Égypte au cours de son voyage de retour.

130 Stésich., fr. 15 P. (où on trouvera commodément rassemblés tous les témoignages directs et indirects) et 16.

131 Plat., Phèdre, 243a ; Rép. IX, 586c ; D. Chr., XI, 40 ; Arstd., XLV, 54 (II, 72D.).

132 Seeliger, o. c., p. 4 ; Premerstein, p. 646 ; Robert, R. u. L., p. 25 ; Gr. Held., p. 1086, n. 3 ; M. Mayer, p. 7-9.

133 D’après Conon, Narr. 18 ; Paus., III, 19, 11 ; sc. Plat., Phèdre 243a. C’était en particulier l’avis de Welcker.

134 D’après Hor., Ep. XVII, 40-44 : cf. Vürtheim, p. 58-59 ; 70 ; Bowra, p. 109.

135 Pisani, p. 479 ; Becker, p. 75 sqq. D’autres critiques préfèrent ne pas se prononcer (Schmid-Stählin, p. 476 ; L. Ghali, p. 288-89).

136 Fr. 16 Page (cf. P. Oxy., XXIX (1963), 2506, fr. 26a, et le commentaire de Page, p. 35-37) : « [μέμ
φεται τὸν Ὅμηρο[ν ὅτι Ἑ
λέ]νην ἐποίησεν ἐν T[ροίᾳ
5 ϰαὶ οὐ τὸ εἴδωλον αὐτῆ[ς, ἒν
τε τ[ῇ] ἑτέρᾳ τὸν Ἡσίοδ[ον
μέμ[φε]ται · δίτται γάρ εἰσι πα-
λινῳδ[ίαι δια]λλάττουσαι, ϰαί ἐ-
στιν ἡ μὲν ἀρχή . « δεῦρ’ αὖ-
10 τε θεὰ φιλόμολπε », τῆς δέ·
« χρυσόπτερε παρθένε », ὡς
ἀνέγραφε Χαμαιλέων · αὐ-
τὸ[ς δ]έ φησ[ιν] ὁ Στησίχορο[ς
τὸ μὲν ε[ἴδωλο]ν ἐλθεῖ[ν ἐς
15 Τροίαν, τὴν δ’ Ἑλένην π[αρὰ
τῷ Πρωτεῖ ϰαταμεῖν[αι. »

137 C’est la première indication que nous ayons sur l’existence d’une double Palinodie (cf. Page, o. c., p. 37-38).

138 Elle n’avait donc pas été enlevée par Hermès, comme le croyait Premerstein, p. 646.

139 Hdt., II, 113-118.

140 Contrairement à l’avis de Seeliger, p. 8 ; de Robert, B. u. L., p. 25 ; de Pohlenz, I, p. 408.

141 Aucune explication satisfaisante ne peut être donnée de ce silence. L’hypothèse d’H. Grégoire, o. c., p. 36, pour lequel la Palinodie est un faux, postérieur aux débuts de la guerre du Péloponnèse, n’est guère acceptable.

142 Cf. Diels, H., 22 (1887), p. 411 sqq. ; de Sanctis, Riv. Fil., 16 (1936), p. 12 sqq. ; Ph. E. Legrand, Hérodote, II (Budé), p. 32 ; Pohlenz, l. c. Cette influence est considérée comme possible par Schmid-Stählin, p. 502 ; L. Ghali, p. 295.

143 Hécatée a pu cependant fournir à Hérodote quelques précisions d’ordre géographique. On trouvera les principales références réunies par Ph. E. Legrand, l. c., n. 3 (qui en tire, à notre sens, des conclusions erronées).

144 Premerstein, p. 634. Becker, p. 83-84 ; Legrand, l. c. Mais il est très douteux, comme le pense Premerstein, que la légende recueillie à Memphis soit d’origine laconienne. On ne croira pas non plus avec Pisani, p. 489-490, qu’Hérodote ait appliqué de son propre chef à Hélène un conte local égyptien.

145 Voir en particulier Legrand, p. 32-33.

146 H. Grégoire, o. c., p. 35.

147 C’est la thèse de Preuss (cf. supra, p. 185, n. 9).

148 Plutôt directement qu’à travers Stésichore, comme le pense Premerstein, p. 648. Mais le poète sicilien avait pu motiver son récit par le désir d’Héra de faire pièce à Aphrodite.

149 H. H. Aphr., 117-125. Pour les souvenirs de ce poème dans les Troyennes, voir notre article, REG, 69 (1956), p. 298-300.

150 Ce point de vue est vigoureusement défendu dans la Notice de l’édition d’Hélène d’A. Y. Campbell, Liverpool, 1950 ; cf. aussi Becker, p. 88-92 ; Schmid-Stählin, p. 503- 04 ; Delebecque, p. 332.

151 Sur le pacifisme dans Hélène, cf. Becker, p. 88 ; Delebecque, p. 326-337 ; Goossens, p. 572. Sur les sympathies pour Sparte, Delebecque, p. 328 sqq. ; L. Ghali, p. 296.

152 Sur le romanesque dans Hélène, cf. Rivier, Essai sur le tragique d’Euripide, p. 176 sqq. Le caractère comique de la pièce a été souvent souligné, en particulier par Steiger, Ph. (1907), p. 200 sqq. ; Kuiper, Mn., (1926), p. 180 sqq., et surtout par A. Maniet, LEC, 15 (1947), p. 305-322 ; cf. aussi Goossens, p. 572. Sans aller aussi loin qu’A. Maniet, nous pensons qu’Euripide a lâché la bride à sa fantaisie et que, s’il n’a pas pris très au sérieux cette « réhabilitation » d’Hélène, il a exploité toutes les possibilités scéniques, et aussi dialectiques, d’un sujet à l’ordre du jour parmi les sophistes. L’intrigue offre de nombreuses ressemblances avec celle d’Iphigénie en Tauride, dont la date est incertaine, mais qui pourrait être de peu antérieure (414 ou 413) : thèmes du sauveur, du roi barbare berné, du retour de Grecs exilés dans leur patrie (cf. S. Trenkner, The Greek Novella, p. 50-55 ; 59-64).

153 Supra, p. 177.

154 Fr. 178 P. (Revendication d’Hélène).

155 Le rôle de Théoclyménos emprunte des traits à la légende de Busiris.

156 Bibliographie : Voir en particulier : Bethe, s. v. Dioskuren, RE, V, 1 (1903), col. 1087-1123. C. Robert, p. 306-328. F. Chapouthier, Les Dioscures au service d’une déesse, Paris, 1935, p. 131-143.

157 Tr. 1000-01.

158 HL 137-142.

159 HL 206-211 ; 220-21 ; 284-85 ; 720-21.

160 Tr. 1001 ; El. 312-13 ; 991-92 ; HL 140 ; 1496-98 ; IA 768-69.

161 HL 1659.

162 HL 1658 ; 1664-65. Sans s’opposer au meurtre de Clytemnestre, voulu par Phoïbos, ils n’y restent cependant pas indifférents (El. 1242-43).

163 Le qualificatif de σωτῆρες,, le verbe σῴζω reviennent souvent à leur sujet : El. 993 ; 1348 ; HL 1500 ; 1658 ; 1664 ; Or. 1637.

164 El. 1241-42 ; 1347-48 ; HL 1495-1505 ; 1663-65 ; Or. 1689-90.

165 El. 1349-1356.

166 IT 272 ; HL 1668-69.

167 Dans Hélène (1666-69) et Oreste (1635-37 ; 1683-1690).

168 Procl., 1. 106-109 ; Kyp., fr. XI ; Pd., Ném., X, 55-90 ; Py., XI, 61-64 ; Apd), III, 11, 2 ; Virg., En., VI, 121 ; Ov., Fastes, V, 715-720 ; Luc., D. D., 26, 1 ; sc. AD en Γ 243. Sur cette légende, cf. A. Severyns, CE, p. 275-281, et Ant. Cl., 1 (1932), p. 261-271. Sur la mort des Dioscures, cf. aussi un fragment du Rhadamanthe, pièce attribuée à Euripide, supra, Ch. V, p. 154, n. 8. Dans les Troyennes 132, l’expression Κάστορι λώϐαν appliquée à Hélène ne paraît pas renvoyer à la légende des Kypria.

169 Cf. supra, Ch. V, p. 153.

170 Il., Γ 243-44. Homère ne donne aucune explication sur la cause de leur mort. D’après une tradition tardive rapportée par Darès (XI), partis à la poursuite des fugitifs, ils auraient disparu dans une tempête au large de Lesbos.

171 Γ 239-242.

172 HL 133-136. Cette version ne se retrouve non plus nulle part.

173 L’expression de θεοὶ σωτῆρες est relativement rare dans les inscriptions votives (Bethe, col. 1094). Pour les textes, cf. HH Diosc., 6 ; fr. lyr. 109c (= Terpandre, fr. 4 Bgk.) ; fr. tr. adesp. 14 Na. Pour leur rôle, voir l’anecdote contée par Simonide (fr. 5 P.).

174 Sur la date de l’Hymne aux Dioscures, cf. J. Humbert, Hymnes homériques (Budé), p. 250-51. D. Page, Sappho and Alcæus, 1955, p. 265-68, n’exclut pas qu’il soit antérieur au poème d’Alcée (fr. 34a LP), avec lequel il est étroitement apparenté par l’inspiration, ainsi que l’Hymne aux Dioscures de Théocrite (XXII, 8 sqq.). Sur ce rôle des Dioscures, voir encore Isoc., X, 61 ; Plat., Euthyd. 293a, et les très nombreux témoignages d’époque romaine. Pour les monuments figurés, voir F. Chapouthier, p. 23 sqq.

175 HL 1495 ; 1665 ; cf. HH. Diosc., I, 18 ; Alcée, fr. 34a, 6, et sur les blancs chevaux des Dioscures, supra, Ch. V, p. 167.

176 Hdt., VIII, 22 ; Plut., Lys., 18. Cf., F. Chapouthier, p. 142.

177 Cf. F. Chapouthier, passim, et en particulier p. 98. Bethe, col. 1096, pense qu’à l’origine ils n’étaient pas représentés par des astres particuliers, mais plus tard ils furent identifiés aux Gémeaux (cf. C. Robert, p. 323).

178 Alcée, fr. 34a, 9-12 ; cf. D. Page, l. c. Cette explication du « feu Saint-Elme » est traditionnelle à l’époque romaine (Luc., Navig. 9 ; [Charid.] 3). Pour la représentation astrale des Dioscures, cf. encore Call., Bain de Pallas, 24-25 ; Polémon, fr. 76a Mül. ; Prop., I, 17, 18 ; Hor., Od., I, 3, 2 ; 12, 27-32 ; Ov., Mét., VIII, 372, etc.

179 Vürtheim, Stesichoros, p. 68-70 ; 72 ; Bowra, Greek Lyric Poetry2, p. 110.

180 Pour Agrigente, cf. Pd., Ol., III, 1-2 ; pour Sparte, Bethe, col. 1106.

181 El. 1347-48.

182 Cf. Pd., Ol., III, 1-2 ; 39-40 et sc. ; Bacchyl., fr. 21 Sn. ; Bethe, col. 1109-1110.

183 L’Anakeion d’Athènes avait été décoré par Polygnote et Micon de fresques illustrant la légende des Dioscures. Sur les Anakeia, cf. Lys., fr. XVII, 3 (Budé) ; Ath., VI, 235b ; Eust. ad Od. α 399, p. 1425, 62 ; Bethe, col. 1102 ; F. Chapouthier, p. 132-134. Les Dioscures avaient aussi une place dans les mystères d’Éleusis (Bethe, col. 1101).

184 Comme l’Artémis d’Hippolyte ou la Thétis d’Andromaque. Cf. H. E. Mierow, Cl. J., 22 (1926-27), p. 41-42 ; F. Chapouthier, Entr. Fond. Hardt, I, p. 221-23.

185 El. 1329-1330.

© Les Belles Lettres, 1966

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search