Version classiqueVersion mobile

Euripide et les légendes des Chants cypriens

 | 
François Jouan

Introduction

Texte intégral

I. Position du problème

« Ἐϰ μὲν Ἰλιάδος ϰαὶ Ὀδυσσείας μία τραγῳδία ποιεῖται ἑϰατέρας ἢ δύο μόναι, ἐϰ δὲ Κυπρίων πολλαί. »
Aristote, Poét., 23, 1459 b 2-4.

  • 1 Les tentatives de tragédie historique de Phrynichos (Prise de Milet) ou d’Eschyle (Perses) ont été (...)

1La mythologie, qui a fourni à la tragédie attique la presque totalité de sa matière1, offrait aux poètes une diversité presque infinie de sujets propres à être mis en scène. Cette masse de récits fabuleux, qui s’épanouissaient à travers la littérature et les arts, la religion, les traditions populaires, ne présentait pas encore la belle ordonnance que lui imposeront plus tard les traités des mythographes. Les légendes qui la constituaient différaient profondément entre elles par leur origine, leur nature, leur cadre et leur expansion géographique. Les unes semblent avoir été apportées par les envahisseurs indo-européens qui, en vagues successives, s’installèrent sur le sol de Grèce. D’autres appartenaient aux premiers occupants du pays ou furent introduites de l’extérieur à la faveur des guerres, des brassages de populations ou des relations commerciales. La Crète, l’Égypte, et surtout l’Orient, contribuèrent à l’enrichissement de ce trésor légendaire. En Grèce même, des contes naissaient du souvenir, amplifié par l’imagination populaire, d’un événement historique ou d’un grand homme du passé, des mythes ou des récits édifiants se répandaient avec le rayonnement d’un lieu de culte. Certains avaient pour objet d’expliquer aux hommes la nature de l’univers et l’origine des grandes forces qui le régissent, d’autres racontaient la vie et les exploits fabuleux d’un de ces héros nés de l’union d’un dieu et d’une mortelle, d’autres encore faisaient revivre une période des temps héroïques. Moins ambitieux, certains se bornaient à expliquer l’origine d’une particularité locale, un nom de lieu, une pratique ou une interdiction cultuelle. D’autres enfin contaient, pour le plaisir de l’auditoire, une belle histoire sans portée morale ni religieuse.

2Ces légendes ont connu des fortunes diverses, du conte local qui n’a jamais franchi les limites d’un canton aux grands récits dont la renommée s’est étendue jusqu’aux extrémités du monde grec. Les plus célèbres devaient pour une part ce privilège à la popularité des héros dont elles contaient les aventures, un Héraclès, un Achille, un Thésée, un Jason, à la puissance des cités ou au rayonnement des sanctuaires qui les patronnaient, à l’éclat des grandes familles qui y rattachaient leurs origines. Elles le devaient plus encore au talent des aèdes qui les avaient chantées dans leurs poèmes. Cette élaboration proprement littéraire avait débuté bien avant Homère, car telle allusion de l’Iliade ou de l’Odyssée n’était compréhensible que pour un auditoire familiarisé avec les héros et les événements auxquels elle se rapportait. Le développement de la poésie épique introduisit un certain ordre dans ce chaos. En choisissant parmi les légendes, en les disposant autour d’un héros ou d’un épisode central, les poètes constituaient des groupes d’épopées, dont l’ordonnance d’ensemble offrait une histoire à peu près continue des premiers âges du monde, depuis sa création jusqu’aux temps historiques. Dans ce « cycle épique », au sens large du terme, certaines parties jouirent d’une popularité et d’un développement plus grand que d’autres ; ainsi l’expédition des Argonautes, les aventures d’Héraclès, l’histoire de la dynastie thébaine des Labdacides ou la guerre de Troie. Ces cycles particuliers, associés entre eux, soit par le passage d’un même héros de l’un à l’autre, soit de façon plus générale, par les liens de parenté qui unissaient les grandes dynasties légendaires, exerçaient leur attraction sur les héros locaux et sur des contes primitivement indépendants.

3Ces épopées, élaborées au viiie et viie s., ont contribué à fixer les légendes qu’elles avaient diffusées à travers la Grèce. Mais, par leur succès même, elles ont assuré la vitalité de ces traditions au cours des siècles suivants, aussi bien dans les croyances populaires que parmi les œuvres des poètes. Comme tout organisme vivant, les récits légendaires venus de l’épopée ont continué à croître et à se modifier, dans leur forme et dans leur esprit, jusqu’au moment où les poètes tragiques les ont recueillis et leur ont donné en quelque sorte une nouvelle naissance en les portant sur la scène.

  • 2 Sur la répartition des pièces par cycles légendaires, voir pour Eschyle l’édition des fragments de (...)

4Parmi les différents cycles de légendes, la geste qui s’était constituée autour de la guerre de Troie formait l’ensemble à la fois le plus riche et le plus populaire. Les légendes troyennes bénéficiaient à Athènes du prestige inégalé que leur avaient conféré dans la Grèce entière l’Iliade et l’Odyssée. Elles offraient de plus une gamme très étendue de sujets. Ceux-ci provenaient pour la plupart des poèmes épiques qui complétaient l’œuvre d’Homère en présentant un récit suivi de la guerre de Troie, depuis ses origines jusqu’à ses plus lointaines conséquences : les Chants Cypriens pour les événements antérieurs à l’Iliade, l’Éthiopide, le Sac de Troie (Iliou Persis), la Petite Iliade et les Retours (Nostoi) pour les faits qui se déroulaient entre l’Iliade et l’Odyssée, enfin la Télégonie, qui menait jusqu’à la mort d’Ulysse. Le tableau ci-dessοus suffira à montrer l’importance des sujets troyens chez les trois grands tragiques d’Athènes2.

  • 3 Nous ne tenons compte ici que des titres certains. La tradition attribuait à Eschyle 90 drames, à S (...)

5Même si une incertitude subsiste pour certains titres ou certains sujets, un tel tableau est éloquent. En effet, d’après l’évaluation la plus prudente, appartiennent sûrement au cycle troyen : pour Eschyle, 3 pièces conservées sur 7 et 18 drames perdus, soit au total 21 titres sur les 80 que l’on connaît ; pour Sophocle, 3 pièces conservées encore sur 7, 38 drames perdus, c’est-à-dire 41 titres sur 112 connus ; pour Euripide enfin, 9 pièces conservées sur 18 et 8 pièces perdues, soit 17 titres sur 733 : donc plus du tiers des sujets sont empruntés par Sophocle aux légendes de la geste troyenne, un peu plus du quart par Eschyle et un peu moins par Euripide. De loin, chez chacun des trois grands tragiques, ces sujets forment le groupe le plus important.

6Cette constatation montre l’intérêt qu’offre l’étude de ces légendes dans la tragédie attique, spécialement par référence aux poèmes du cycle troyen. Il vaut la peine d’examiner de plus près et d’une manière plus systématique qu’on ne l’a fait jusqu’ici comment les auteurs de théâtre ont adapté la matière épique. En sens inverse, l’examen des œuvres théâtrales peut jeter quelque lumière sur le contenu de ces épopées que nous connaissons si imparfaitement.

7Cependant, on ne saurait songer à étudier la totalité de la légende troyenne dans la totalité du théâtre attique ; la matière serait énorme et l’entreprise démesurée. On peut dès lors envisager plusieurs façons de délimiter le sujet : ou bien prendre une des épopées du cycle et examiner l’usage qu’en ont fait les tragiques d’Athènes, en particulier les trois plus grands, dont l’œuvre est partiellement conservée ; ou bien envisager l’ensemble des légendes troyennes chez un seul tragique ; enfin, se limiter à l’examen d’une seule épopée chez un seul de ces poètes. C’est à ce dernier parti que nous nous sommes arrêté, comme celui qui permettait le mieux d’approfondir le sujet et d’en tirer les conclusions les plus précises. Il nous faut maintenant justifier notre choix et dire pourquoi il s’est fixé, d’une part sur Euripide, d’autre part sur l’épopée des Chants Cypriens.

  • 4 « Τεμάχη ἀπὸ τῶν μεγάλων Ὁμήρου δειπνῶν », Ath., VIII, 347e. Le mot τεμάχη est traduit habituelleme (...)
  • 5 D. L., IV, 20 ; Souda, s. v. Πολέμων.
  • 6 Zoïle, chez Athénée, VII, 277c. D’autres témoignages ont été rassemblés par Pearson, I, p. xxiii-xx (...)
  • 7 Fragments des Myrmidons, de Tennès (?) et de Philoctète, auxquels s’ajoutent beaucoup de morceaux, (...)

8Pourquoi, en effet, Euripide plutôt qu’Eschyle ou Sophocle ? C’est chez lui que le groupe des pièces troyennes est le moins nombreux (17, contre 21 pour Eschyle et 41 pour Sophocle). D’autre part, les anciens ont signalé l’importance de l’inspiration troyenne chez ces deux auteurs. Eschyle lui-même reconnaissait sa dette à l’égard de l’épopée en définissant ses drames comme « des tranches des grands repas d’Homère »4. Sophocle avait reçu le beau qualificatif d’« Homère tragique »5 et un critique ancien avait dit que « Sophocle prenait un tel plaisir au cycle épique qu’il a composé des drames entiers où il suivait pas à pas la narration épique »6. Notons toutefois que nous ne lisons plus de l’un comme de l’autre que trois drames conservés, contre neuf pour Euripide. En ce qui concerne les pièces perdues, les fragments d’Eschyle sont en général peu nombreux et peu étendus. L’apport papyrologique, très sensible en ces dernières années, concerne assez peu les pièces troyennes7. Le caractère archaïque de son théâtre a fait que la plupart de ses drames ont cessé assez tôt d’être lus et la trace en est peu profonde dans les récits de mythographes. Ainsi, ni la tradition directe ni la tradition indirecte ne sont d’un grand secours pour reconstituer l’intrigue de ces tragédies.

9La situation paraît plus favorable pour Sophocle, à cause du nombre très élevé de titres, de la fidélité du poète aux données épiques attestée par les anciens, de l’importance des fragments, sensiblement égaux en nombre, sinon en étendue, à ceux d’Euripide, de l’appoint papyrologique non négligeable. Cependant, la reconstruction des pièces perdues se heurte à des difficultés, très souvent même insolubles, du fait du peu d’étendue des fragments, de la proportion assez élevée des drames satyriques sur lesquels les renseignements sont particulièrement minces, de l’aide insuffisante qu’apporte la tradition indirecte. La plupart des résultats qui pouvaient être atteints dans ce domaine sont réunis dans la monumentale édition des fragments de Pearson, qui n’a été corrigée ou complétée depuis quarante-cinq ans que sur un petit nombre de points. Il existait donc peu d’espoir de faire sensiblement progresser cette question.

10Chez Euripide, le groupe troyen offre l’intérêt de représenter presque la moitié de l’œuvre conservée, c’est-à-dire plus à lui seul que le total des drames subsistants de même inspiration chez les deux autres tragiques. Il est donc possible d’étudier l’adaptation des légendes épiques dans son théâtre en utilisant à la fois l’importante matière fournie par les pièces conservées et les drames perdus, dont la reconstruction est partiellement possible à partir des citations antiques et des fragments sur papyrus. On ne dispose sans doute pas d’une édition commentée comparable à celle de Pearson, mais, par suite de la relative abondance de la tradition indirecte, les recherches sur les pièces perdues ont été plus nombreuses et ont conduit à des résultats plus précis et plus sûrs.

11D’autres considérations ont encore dirigé notre choix. Euripide n’a abordé la scène qu’après la mort d’Eschyle, et, s’il a été le rival de Sophocle, il était plus jeune que lui d’une quinzaine d’années. Il a donc été souvent conduit à reprendre des sujets troyens que ces auteurs avaient déjà traités. Lorsque ce cas se présentera, nous devrons examiner la légende à travers l’œuvre de deux des grands tragiques, ou même des trois, et nous retrouverons ainsi un autre des plans d’étude envisagés plus haut. Nous serons également conduit à préciser les procédés dramatiques utilisés par le poète pour renouveler le sujet et à définir son originalité par rapport à ses devanciers.

12Celle-ci, qui est grande, ne s’explique pas seulement par des nécessités théâtrales, mais par sa formation et par la nature profonde de son génie. Euripide est le témoin d’une époque au cours de laquelle l’attitude à l’égard des mythes s’est profondément modifiée. Les sophistes ont poussé l’analyse et la critique des traditions légendaires beaucoup plus loin qu’on ne l’avait fait jusqu’alors. En partie sous leur influence, mais suivant aussi la pente naturelle de son esprit, dans le même moment où il met en scène les légendes épiques, il lui arrive d’exprimer des doutes sur leur réalité ou de s’indigner devant le comportement des dieux et des héros des anciens âges. Il s’efforce d’éliminer les traits qui lui paraissent contraires à la vraisemblance, à la vérité des caractères ou à la morale, et se trouve conduit à recréer l’univers héroïque à l’image de la société de son temps. On retrouve dans son théâtre les hommes et les problèmes de l’Athènes du ve siècle. En particulier, la geste troyenne le conduit à méditer sur le grand conflit pendant lequel s’est déroulée la majeure partie de sa carrière dramatique. Entre le passé et le présent, la guerre de Troie et la guerre du Péloponnèse, il est amené à relever tant d’analogies qu’on ne sait parfois s’il découvre dans l’histoire héroïque des enseignements et des consolations pour les hommes de son temps, ou si ces légendes sont seulement pour lui un prétexte à donner son avis sur les événements contemporains.

  • 8 Sur cette question, voir les études stylistiques de W. Breitenbach, Untersuchungen zur Sprache der (...)
  • 9 Arstt., Poét., 23, 1459 b 2. Sur ce point, voir E. Howald, Mythos und Tragödie (1927), p. 24 ; K. B (...)
  • 10 On a parfois estimé que ce dernier drame traitait des aventures de jeunesse du héros (cf. infra, p. (...)

13Notre dévolu une fois jeté sur Euripide, quelle portion du cycle troyen étudier d’après son œuvre ? Nous avons écarté d’emblée les poèmes homériques. Certes, comme le théâtre des autres tragiques, le sien, fond et forme, est tout nourri de réminiscences de l’Iliade et de l’Odyssée 8. Mais, ainsi que l’avait déjà signalé Aristote, ces deux épopées n’ont fourni qu’un petit nombre de sujets de pièces9. Les tragiques semblent même avoir éprouvé quelque scrupule à porter Homère à la scène. Pour Euripide, mis à part le drame satyrique du Cyclope, le seul Rhésos serait à prendre en compte, si l’on n’avait lieu de mettre en doute son authenticité. Il reste alors deux grands groupes de légendes, les unes se rapportant aux Antehomerica, les autres aux Posthomerica. Les secondes ont fourni les sujets de huit sur neuf des pièces troyennes conservées, mais de deux pièces perdues seulement, Philoctète et Pélée 10. Pour les légendes des Antehomerica, c’est-à-dire en fait celles des Chants Cypriens, la proportion est inversée : une pièce connue, Iphigénie à Aulis, mais six pièces perdues, Alexandros, les Skyrioi, Télèphe, Protésilas, Palamède, (Tennès). Des légendes traitées en passant dans les Chants Cypriens forment le sujet d’un drame conservé, Héraclès Furieux, et de trois drames perdus, Antiope, Œdipe et Thésée. Mais surtout, on peut relever un très grand nombre de références aux épisodes des Antehomerica dans les pièces troyennes que nous lisons encore. Les meilleures éditions commentées de ces derniers drames fournissent dans leur préface des indications précises sur les sources épiques du sujet et sur les modifications que le poète leur a apportées. Mais on cherchera en vain une étude d’ensemble sur une suite de légendes comme celles des Chants Cypriens, qui, sans constituer le sujet principal de ces drames, sont évoquées à travers plusieurs œuvres échelonnées dans le temps. Il n’est cependant pas dépourvu d’intérêt de voir comment le poète a envisagé à diverses époques des mythes comme ceux du jugement des déesses, de l’enlèvement d’Hélène ou du sacrifice d’Iphigénie. Il n’est pas non plus inutile de reprendre l’examen d’un groupe de pièces perdues qui n’ont en général pas été étudiées depuis de longues années.

14Le sujet une fois fixé — Euripide et les légendes des Chants Cypriens — le plan à suivre en découle naturellement. Après avoir fait le point de nos connaissances sur l’épopée de Stasinos et défini la méthode à suivre pour l’étude des pièces d’Euripide, et en particulier des pièces perdues, nous prendrons les épisodes dans l’ordre où ils se présentent dans les Kypria, des origines de la guerre de Troie au début de l’Iliade. Pour chacun, nous préciserons la forme de la légende chez Euripide, nous la confronterons avec la version épique et nous chercherons le cas échéant la raison des divergences, soit dans l’utilisation d’œuvres intermédiaires, soit chez Euripide lui-même. C’est dire que nous ne nous bornerons pas à une simple recherche des sources — une « Quellenforschung » — si nécessaire et délicate que soit déjà cette investigation. Mais, devant les changements introduits par le poète dans les données héritées de ses prédécesseurs, nous nous efforcerons de comprendre à quel mobile il a obéi. C’est sans doute une entreprise aventurée que de tenter de pénétrer le mécanisme de la création littéraire chez un poète mort depuis plus de deux millénaires, et dont nous connaissons si imparfaitement la vie, la personnalité et l’entourage. Aussi formulerons-nous nos hypothèses avec beaucoup de prudence.

15Après un dernier chapitre consacré aux épisodes présentés dans les Kypria sous forme de digressions, nous récapitulerons les résultats atteints, mais en nous plaçant cette fois dans la perspective chronologique du théâtre d’Euripide. Nous essaierons de retracer l’évolution des idées du poète sur les légendes des Chants Cypriens et de préciser à la faveur de ce cas particulier la place qu’occupe le mythe dans sa pensée et dans son art.

  • 11 2 Vol., Bonn : I, 1835, 2e éd. 1865 ; II, 1849.
  • 12 Die Griechischen Tragödien, mit Rücksicht auf den Epischen Kyklus geordnet, 2 vol., Bonn, 1839-1841 (...)

16Au seuil de cet ouvrage, nous voudrions placer le nom d’un savant du siècle dernier, Friedrich Gottlieb Welcker. Cet illustre érudit allemand ouvrait, en effet, il y a un peu plus d’un siècle, la double voie dans laquelle nous nous engageons. Dans son Epische Kyklus 11, il rassemblait la somme des connaissances de l’époque sur le cycle épique. Il tentait d’en tracer l’histoire, d’en marquer les limites et d’en préciser le contenu. Vers la même époque, il publiait ses Griechischen Tragödien 12, ouvrage dans lequel il étudiait les pièces perdues des trois grands tragiques et s’efforçait de les reconstituer, en les classant pour chacun de ces auteurs d’après les sujets, dans l’ordre même des épisodes du cycle. Si, sur beaucoup de points de détail, son Cycle Épique est maintenant caduc, si les restitutions de Welcker se sont révélées bien souvent aventureuses, ces deux ouvrages n’en fournissent pas moins une base solide sur laquelle la critique moderne a pris un ferme appui. Toute étude du cycle épique, toute reconstitution de tragédie perdue est, directement ou indirectement, redevable aux travaux de Welcker.

  • 13 Euripides Restitutus, sive scriptorum Euripidis ingeniique censura, 2 vol., Hamburg, 1843-44.

17Peu d’années après les Griechischen Tragödien paraissait l’Euripides Bestitutus de J. A. Hartung13. Cet autre grand philologue s’était donné pour tâche de reconstituer, de grouper en trilogies et de dater l’ensemble des tragédies d’Euripide. La tentative était audacieuse, et Hartung, malgré une connaissance approfondie des textes antiques, n’en est pas venu à bout sans s’être fréquemment fourvoyé. Le groupement des pièces est souvent arbitraire. Le souci de trouver une place à chacun des fragmenta adespota, même les moins significatifs, aboutit à des localisations peu vraisemblables. Enfin, allant sur les brisées de Welcker, il a été plus d’une fois conduit à rechercher à tout prix des solutions différentes des siennes. Il n’en reste pas moins que les études euripidéennes doivent beaucoup à ce chercheur enthousiaste et érudit.

  • 14 Une nouvelle édition du Sommaire de Proclos et des fragments du cycle est préparée par ce philologu (...)

18Depuis cette date, notre connaissance des épopées cycliques a peu à peu progressé, grâce aux recherches et aux éditions de Kinkel, de Wagner, de Monro, d’Allen, de Wilamowitz, de Bethe et de Kullmann14. Une place à part doit être faite aux travaux de l’éminent homérologue belge Albert Severyns, dont les recherches poursuivies depuis de longues années sur le cycle et sur la Chrestomathie de Proclos ont beaucoup enrichi notre connaissance des légendes épiques.

  • 15 L’expression est d’Edmond Pottier. Elle forme le titre d’un chapitre de l’important ouvrage de L. S (...)

19La « Philologie archéologique »15, encore dans l’enfance du temps de Welcker, mais dont le développement doit beaucoup à ce savant lui-même, a enseigné comment utiliser le témoignage d’une œuvre d’art au même titre que celui d’un texte. Tant pour l’épopée que pour la tragédie, les travaux d’Overbeck, de Luckenbach, de C. Robert, de Huddilston, de L. Séchan, pour ne citer que quelques noms parmi les plus connus, ont permis de combler bien des lacunes des sources écrites. De nombreuses monographies, classant par séries les représentations connues d’un même épisode, ont montré l’évolution parallèle de ces légendes chez les artistes et chez les poètes.

  • 16 H. J. Mette, Die Fragmente der Tragödien des Aischylos, Berlin (1959). Voir aussi les notices de l’ (...)
  • 17 Pour les fragments papyrologiques, encore peu nombreux dans l’édition de Nauck, cf. H. von Arnim, S (...)

20Dans le domaine philologique, le texte des tragiques a été inégalement servi. Si une récente édition des fragments d’Eschyle fournit un bon texte critique16, ni cet auteur ni Euripide n’ont encore suscité une édition commentée comparable à celle de Pearson. Pour Euripide en particulier, on en revient toujours aux Tragicorum Graecorum Fragmenta de Nauck (2e éd., 1889), dont l’ampleur et l’acuité critique semblent avoir découragé d’éventuelles tentatives de refonte. Pourtant, d’importants compléments doivent maintenant lui être ajoutés grâce aux apports papyrologiques ou à un inventaire plus complet de la tradition indirecte17. Mythographes, scoliastes, lexicographes, historiens, dont les témoignages forment la base de nos recherches, ont de leur côté fait l’objet d’éditions modernes qui offrent un texte plus correct, parfois accompagné de notes ou de commentaires.

21Parmi tant d’ouvrages de critique qui nous ont été utiles, nous ne pouvons citer ici que quelques titres et quelques noms. Bornons-nous donc à rappeler, pour la mythologie, la grande synthèse des Griechischen Heldensagen de C. Robert et les articles du Lexicon de Roscher et de la Real-Encyclopädie, et, pour la tragédie en général, et Euripide en particulier, les travaux de Delebecque, de Goossens, de Lesky, de Murray, de Pohlenz, de Rivier, de Schmid, de J. de Romilly. Plus que d’autres, peut-être, le genre de recherches où nous nous engageons nous rend tributaire des travaux de nos devanciers, et nous remplissons un devoir de reconnaissance en plaçant en tête de notre étude les noms de quelques-uns de ceux à qui nous nous sentons le plus redevable.

II. Les Chants Cypriens et leur fortune littéraire18

  • 18 Bibliographie : F. G. Welcker, EC, i2 (1865) ; II (1849). U. von Wilamowitz, Homerische Untersuchun (...)
  • 19 Sc. Euseb., Praep. evang., 39, 3 (p. 98 Allen) ; E. M., 327-330 ; Procl., Chrest., p. 96, 33 — 97, (...)
  • 20 Sur la thèse de W. Kullmann, cf. infra, p. 25, n. 5.

22Les poèmes constituant le « cycle épique » racontaient toute l’histoire légendaire du monde, depuis l’union d’Ouranos et de Gaïa jusqu’à la mort d’Ulysse19. Les épopées troyennes en formaient la dernière partie, la plus importante par le nombre et l’étendue des œuvres qui la composaient et sans doute par leur influence littéraire. Six poèmes, en s’ajoutant à ceux d’Homère, retraçaient tout le conflit troyen de ses causes premières à ses ultimes conséquences : soit, en suivant l’ordre chronologique, les Chants Cypriens (l’Iliade), l’Éthiopide, la Petite Iliade, le Sac d’Ilion, les Retours (l’Odyssée), la Télégonie. Ils paraissent avoir été composés dans une étroite dépendance de l’Iliade et de l’Odyssée 20 : ce ne peut être un hasard si les Chants Cypriens s’arrêtent exactement au seuil de l’Iliade et si l’Éthiopide en forme la suite immédiate, ou encore si la Télégonie raconte les dernières aventures d’Ulysse telles qu’elles sont prédites dans le Chant XXIII de l’Odyssée. Mais leur structure est différente de celle des poèmes homériques : ceux-ci ne décrivaient à proprement parler que quelques jours de la dixième année du siège de Troie et le retour d’un seul chef achéen dans ses foyers. Toutes les références aux événements du passé et de l’avenir étaient donc dispersées à travers le récit sous forme de rappels ou de prédictions. Dans les poèmes du cycle, au contraire, la narration suit l’ordre chronologique des faits. Outre le texte des épopées homériques, leurs auteurs utilisaient des traditions légendaires plus anciennes et sans doute des poèmes dont Homère s’était lui-même inspiré. Ils y ajoutaient des détails nouveaux et des épisodes tirés du répertoire troyen ou d’autres cycles de légendes.

  • 21 Par exemple, la Petite Iliade couvrait une partie des sujets de l’Éthiopide et du Sac d’Ilion. On n (...)
  • 22 Sur ce problème, voir en particulier les études de Wilamowitz et d’Allen citées plus haut, et E. Sc (...)

23L’ordonnance générale de ces poèmes résulte-t-elle d’un plan concerté ? Est-elle le fait d’un seul homme ou d’une seule école ? Cela semble bien douteux quand on relève des contradictions sur un même point de la légende ou des chevauchements entre les diverses épopées21. D’autre part, leur composition s’étale sur plus d’un siècle, du début du viie au milieu du vie. Considérées comme « homériques » jusque avant dans le Ve s., les épopées du cycle sont nettement distinguées de l’Iliade et de l’Odyssée par Aristote, mais elles restent anonymes jusqu’à l’époque romaine, où l’on commence à donner le nom de leurs auteurs : encore y a-t-il bien des incertitudes et des confusions dans ces témoignages. Que valent-ils ? Résultent-ils du besoin qu’ont toujours éprouvé les Grecs de combler les lacunes de leurs connaissances en forgeant de belles explications, ou proviennent-ils de recherches alexandrines et sont-ils fondés sur des traditions locales dignes de considération ? Il est très difficile de le dire22.

  • 23 Cf. en particulier p. 288 ; 291 ; Schmid-Stählin, p. 196-197.
  • 24 L’Éthiopide…, p. 174 sqq.
  • 25 Cf. sur ce point, E. Schwartz, o. c., p. 5.

24L’incertitude règne encore sur la date où ces poèmes ont été réunis en un ensemble. E. Bethe23, qui plaçait leur composition au vie s., estimait que dès l’origine chacun d’eux n’avait pas eu d’existence propre et que leur réunion, œuvre d’un seul homme, était contemporaine du rassemblement et de la mise en ordre des poèmes homériques, sous Solon et les Pisistratides. A. Severyns24 est d’avis que le cycle — le mot et la chose — était constitué au début du ve s., tandis que d’autres considèrent sa formation comme l’œuvre artificielle d’éditeurs ou d’érudits, soit entre Aristote et Callimaque25, soit même plus tard. Ces quelques indications permettent de mesurer combien l’origine des poèmes du cycle troyen est enveloppée d’obscurité.

  • 26 Ce renseignement est donné par Proclos (1. 81 Sev.), mais il est très rare que les citations ancien (...)
  • 27 Nous reproduisons ici, avec la généreuse autorisation de l’auteur, le texte et la traduction donnés (...)

25Parmi eux, les Chants Cypriens tenaient une place importante. Avec leurs onze livres26, c’était la plus longue épopée troyenne après l’Iliade et l’Odyssée. C’était aussi celle qui mettait en œuvre la matière la plus abondante, puisqu’elle couvrait toute la période qui allait des origines lointaines de la guerre de Troie au début de l’Iliade. Sur le contenu des poèmes du cycle, le témoignage le plus précieux, malgré ses incertitudes et ses lacunes, est le résumé qu’en avait donné Proclos dans sa Chrestomathie et qui figure en particulier au début de quelques-uns des manuscrits de l’Iliade. Comme ce résumé fournira le point de départ et le cadre de notre recherche, il nous paraît essentiel de donner préalablement le texte et la traduction de la partie correspondant aux Chants Cypriens 27

Allen

Sev.

102,13

Ζεὺς βουλεύεται μετὰ τῆς Θέμιδος περὶ τοῦ Τρωϊϰοῦ

84

πολέμου.

15

Παραγενομένη δὲ Ἔρις εὐωχουμένων τῶν θεῶν ἐν τοῖς

Πηλέως γάµοις νεῖϰος περὶ ϰάλλους ἀνίστησιν Ἀθηνᾷ, Ἥρᾳ

ϰαὶ Ἀφροδίτῃ, αἳ πρὸς Ἀλέξανδρον ἐν Ἴδῃ ϰατὰ Διὸς

προσταγὴν ὑφ’ Ἑρμοῦ πρὸς τὴν ϰρίσιν ἄγονται · ϰαὶ προϰρίνει

τὴν Ἀφροδίτην ἐπαρθεὶς τοῖς Ἑλένης γάμοις Ἀλέξανδρος.

90

20

Ἔπειτα δὲ Ἀφροδίτης ὑποθεμένης ναυπηγεῖται, ϰαὶ

103

Ἕλενος περὶ τῶν μελλόντων αὐτοῖς προθεσπίζει, ϰαὶ ἡ Ἀφρο-

δίτη Αἰνείαν συμπλεῖν αὐτῷ ϰελεύει. Καὶ Κασσάνδρα περὶ

τῶν μελλόντων προδηλοῖ.

Ἐπιϐὰς δὲ τῇ Λαϰεδαιμονίᾳ Ἀλέξανδρος ξενίζεται

95

παρὰ τοῖς Τυνδαρίδαις, ϰαὶ μετὰ ταῦτα ἐν τῇ Σπάρτῃ παρὰ

5

Μενελάῳ · ϰαὶ Ἑλένῃ παρὰ τὴν εὐωχίαν δίδωσι δῶρα ὁ Ἀλέξ-

ανδρος. Καὶ µετὰ ταῦτα Μενέλαος εἰς Κρήτην ἐϰπλεῖ, ϰελεύ-

σας τὴν Ἑλένην τοῖς ξένοις τὰ ἐπιτήδεια παρέχειν, ἕως ἂν

ἀπαλλαγῶσιν. Ἐν τούτῳ δὲ Ἀφροδίτη συνάγει τὴν Ἑλένην τῷ

100

Ἀλεξάνδρῳ ϰαὶ μετὰ τὴν μίξιν τὰ πλεῖστα ϰτήματα ἐνθέ-

10

μενοι νυϰτὸς ἀποπλέουσι.

Χειµῶνα δὲ αὐτοῖς ἐφίστησιν Ἥρα. Καὶ προσενεχθεὶς

Σιδῶνι ὁ Ἀλέξανδρος αἱρεῖ τὴν πόλιν. Καὶ ἀποπλεύσας

εἰς Ἴλιον γάμους τῆς Ἑλένης ἐπετέλεσεν.

105

Ἐν τούτῳ δὲ Κάστωρ µετὰ Πολυδεύϰους τὰς Ἴδα ϰαὶ

15

Λυγϰέως βοῦς ὑφαιρούμενοι ἐφωράθησαν. Καὶ Κάστωρ μὲν

ὑπὸ τοῦ Ἴδα ἀναιρεῖται, Λυγϰεὺς δὲ ϰαὶ Ἴδας ὑπὸ Πολυ-

δεύϰους. Καὶ Ζεὺς αὐτοῖς ἑτερήµερον νέμει τὴν ἀθανασίαν.

Καὶ μετὰ ταῦτα Ἶρις ἀγγέλλει τῷ Μενελάῳ τὰ

110

γεγονότα ϰατὰ τὸν οἶϰον. ‛Ο δὲ παραγενόμενος περὶ τῆς ἐπ’

20

Ἴλιον στρατείας βουλεύεται μετὰ τοῦ ἀδελφοῦ, ϰαὶ πρὸς

Νέστορα παραγίνεται Μενέλαος.

Νέστωρ δὲ ἐν παρεϰϐάσει διηγεῖται αὐτῷ ὡς Ἐπωπεὺς

φθείρας τὴν Λυϰούργου θυγατέρα ἐξεπορθήθη, ϰαὶ τὰ περὶ

115

Οἰδίπουν ϰαὶ τὴν Ἡραϰλέους µανίαν ϰαὶ τὰ περὶ Θησέα

ϰαὶ Ἀριάδνην.

2684 Θεμίδος Heyne : Θετίδος codd., K || 87 ἐνίστησιν A || 92 αὐτῷ A || 110 ἀναγγέλλει A

Zeus délibère avec Thémis sur la façon d’amener la guerre de Troie.

Éris survient comme les dieux festoyaient aux noces de Pélée. Elle fait en sorte qu’une contestation oppose Athéna, Héra et Aphrodite pour savoir qui des trois est la plus belle. Zeus ordonne qu’auprès de Pâris-Alexandre, habitant sur l’Ida, Hermès les conduise pour être départagées. Exalté par la perspective d’épouser Hélène, Alexandre accorde la préférence à Aphrodite.

Ensuite, sur les conseils d’Aphrodite, il se construit une flottille. Puis Hélénos leur prédit l’avenir, et Aphrodite engage Énée à naviguer avec lui. Et Cassandre fait des révélations sur l’avenir.

Alexandre gagne Lacédémone, où il est reçu en hôte par les fils de Tyndare ; et ensuite à Sparte, où l’accueille Ménélas. Au cours du festin, Hélène reçoit des cadeaux d’Alexandre. Ensuite, Ménélas fait voile vers la Crète, après avoir recommandé à Hélène de fournir aux besoins de leurs hôtes jusqu’à ce qu’ils prennent congé. C’est alors qu’Aphrodite jette Hélène dans les bras d’Alexandre. Leur union consommée, ils embarquent tout ce qu’ils peuvent de richesses et, la nuit venue, ils s’éloignent par mer.

Une tempête leur est envoyée par Héra. Alexandre aborde à Sidon et s’empare de la ville. Il fait voile vers Ilion, où il célèbre ses noces avec Hélène.

C’est alors que Castor avec Pollux sont surpris à dérober le bétail d’Idas et Lyncée. Castor est tué par Idas, tandis que Lyncée et Idas sont tués par Pollux. Et Zeus accorde aux Dioscures une immortalité alternée.

Après cela, Iris annonce à Ménélas ce qui était advenu à son foyer. Rentré chez lui, il délibère avec son frère Agamemnon sur l’expédition à monter contre Troie. Et Ménélas se rend auprès de Nestor.

Celui-ci, dans une digression, lui raconte comment Epopeus, pour avoir fait violence à la fille de Lycurgue, fut massacré ; il lui raconte aussi l’histoire d’Œdipe, la folie d’Héraclès, ainsi que le roman de Thésée et Ariane.

Ἔπειτα τοὺς ἡγεμόνας ἀθροίζουσιν ἐπελθόντες τὴν

25

Ἑλλάδα. Καὶ μαίνεσθαι προσποιησάμενον Ὀδυσσέα ἐπὶ

τῷ μὴ θέλειν συστρατεύεσθαι ἐφώρασαν, Παλαμήδους ὑποθεμέvoυ

120

τὸν ὑιὸν Τηλέμαχον ἐπὶ ϰόλασιν ἐξαρπάσαντες.

104

Καὶ μετὰ ταῦτα συνελθόντες εἰς Αυλίδα θύουσι. Καὶ

τὰ περὶ τὸν δράϰοντα ϰαὶ τοὺς στρουθοὺς γενόµενα δείϰ-

νυται ϰαὶ Κάλχας περὶ τῶν ἀποϐησομένων προλέγει αὐτοῖς.

Ἔπειτα ἀναχθέντες Τευθρανίᾳ προσίσχουσι ϰαὶ ταύ-

125

5

την ὡς Ἴλιον ἐπόρθουν. Τήλεφος δὲ ἐϰϐοηθεῖ Θέρσανδρόν

τε τὸν Πολυνείϰους ϰτείνει ϰαὶ αὐτὸς ὑπὸ Ἀχιλλέως τιτρώσϰεται.

Ἀποπλέουσι δὲ αὐτοῖς ἐϰ τῆς Μυσίας χειµὼν ἐπιπίπτει

ϰαὶ διασϰεδάννυνται. Ἀχιλλεὺς δὲ Σϰύρῳ προσσχὼν

130

γαµεῖ τὴν Λυϰοµήδους θυγατέρα Δηϊδάμειαν.

10

Ἔπειτα Τήλεφον ϰατὰ μαντείαν παραγενόμενον εἰς

Ἄργος ἰᾶται Ἀχιλλεὺς ὡς ἡγεμόνα γενησόμενον τοῦ ἐπ’

Ἴλιον πλοῦ.

Καὶ τὸ δεύτερον ἠθροισµένου τοῦ στόλου ἐν Αὐλίδι

135

Ἀγαμέμνων ἐπὶ θηρῶν βαλὼν ἔλαφον ὑπερϐάλλειν ἔφησε

ϰαὶ τὴν Ἄρτεμιν. Μηνίσασα δὲ ἡ θεὸς ἐπέσχεν αὐτοὺς τοῦ

15

πλοῦ χειμῶνας ἐπιπέμπουσα. Κάλχαντος δὲ εἰπόντος τὴν

τῆς θεοῦ μῆνιν ϰαὶ, Ἰφιγένειαν ϰελεύσαντος θύειν τῇ

Ἀρτέμιδι, ὡς ἐπὶ γάμον αὐτὴν Ἀχιλλεῖ μεταπεμψάμενοι

140

θύειν ἐπιχειροῦσιν. Ἄρτεμις δὲ αὐτὴν ἐξαρπάσασα εἰς

Ταύρους µεταϰοµίζει ϰαὶ ἀθάνατον ποιεῖ, ἔλαφον δὲ ἀντὶ

20

τῆς ϰόρης παρίστησι τῷ βωμῷ.

Ἔπειτα ϰαταπλέουσιν εἰς Τένεδον. Καὶ εὐωχουμένων

αὐτῶν Φιλοϰτήτης ὑφ’ ὕδρου πληγεὶς διὰ τὴν δυσοσμίαν

145

ἐν Λήμνῳ ϰατελείφθη, ϰαὶ Ἀχιλλεὺς ὕστερος ϰληθεὶς δια-

φέρεται πρὸς Ἀγαμέμνονα.

105

Ἔπειτα ἀποϐαίνοντας αὐτοὺς εἰς Ἴλιον εἴργουσιν

οἱ Τρῶες, ϰαὶ θνῄσϰει Πρωτεσίλαος ὑφ’ Ἕϰτορος. Ἔπειτα

Ἀχιλλεὺς αὐτοὺς τρέπεται ἀνελὼν Κύϰνον τὸν Ποσειδῶνος.

150

Καὶ τοὺς νεϰροὺς ἀναιροῦνται.

Καὶ διαπρεσϐεύονται πρὸς τοὺς Τρῶας, τὴν Ἑλένην

5

ϰαὶ τὰ ϰτήματα ἀπαιτοῦντες. Ὡς δὲ οὐχ ὑπήϰουσαν ἐϰεῖνοι,

ἐνταῦθα δὴ τειχομαχοῦσιν.

Ἔπειτα τὴν χώραν ἐπεξελθόντες πορθοῦσι ϰαὶ τὰς

155

περιοίϰους πόλεις.

Καὶ μετὰ ταῦτα Ἀχιλλεὺς Ἑλένην ἐπιθυµεῖ θεάσασθαι,

ϰαὶ συνήγαγεν αὐτοὺς εἰς τὸ αὐτὸ Ἀφροδίτη ϰαὶ Θέτις.

27126 ἐϰϐοηθήσας Α. || 146 ὕστερον A.

Ils rassemblent les chefs après une randonnée dans toute la Grèce. Ils surprennent Ulysse à feindre la folie parce qu’il ne voulait pas être de la partie : à l’instigation de Palamède, ils avaient dérobé son fils Télémaque pour le tourmenter.

Après quoi, ils rallient Aulis, où ils offrent un sacrifice. On nous expose l’histoire du serpent et des moineaux ; Calchas leur explique ce qui doit en résulter.

Ensuite, ils prennent le large et abordent à Teuthrania de Mysie : ils se croient à Ilion et en commencent le siège. Télèphe leur court sus, abat Thersandre, le fils de Polynice, mais lui-même est blessé par Achille.

Comme leur flotte s’éloigne de Mysie, une tempête les assaille et les disperse. Achille aborde à Scyros, où il épouse la fille de Lycomède, Déidamie.

Ensuite Télèphe, sur l’avis d’un oracle, se rend en Argolide. Il est guéri par Achille pour qu’il guide la flotte jusqu’à Troie.

Et pendant que, pour la seconde fois, l’expédition était concentrée à Aulis, Agamemnon, au cours d’une chasse, abat une biche ; du coup, il se vante d’avoir fait mieux qu’Artémis. La déesse, irritée, pour empêcher l’appareillage, envoie des tempêtes en mer. Calchas leur dit la colère de la déesse et ordonne qu’Iphigénie soit sacrifiée à Artémis. On la fait donc venir sous prétexte d’épouser Achille et on prépare le sacrifice. Mais Artémis la dérobe, la transporte chez les Taures et la rend immortelle, après avoir remplacé la jeune fille par une biche à l’autel.

Ensuite, ils débarquent à Ténédos. Au cours d’un festin, Philoctète est mordu par un serpent d’eau. Sa blessure dégageant une odeur écœurante, on l’abandonne à Lemnos. Pour une invitation tardive, Achille se dispute avec Agamemnon.

Ils débarquent au rivage d’Ilion ; les Troyens les repoussent et Protésilas tombe sous les coups d’Hector. Puis Achille les met en fuite après avoir tué Cycnos, fils de Poséidon. Et on ramasse les morts.

Une ambassade est envoyée aux Troyens, pour réclamer Hélène et ses richesses. Ceux-là n’ayant pas accepté, les Grecs se préparent à mettre le siège.

Puis ils battent l’arrière-pays et saccagent également les villes à la ronde.

Et après cela, Achille désire contempler Hélène ; un rendez-vous leur est ménagé par Aphrodite et Thétis.

10

Εἶτα ἀπονοστεῖν ὡρµημένους τοὺς Ἀχαιοὺς Ἀχιλ-

λεὺς ϰατέχει. Κἄπειτα ἀπελαύνει τὰς Αἰνείου βοῦς, ϰαὶ

160

Λυρνησσὸν ϰαὶ Πήδασον πορθεῖ ϰαὶ συχνὰς τῶν περιoιϰίδων

πόλεων, ϰαὶ Τρωΐλον φονεύει.

Λυϰάονά τε Πάτροϰλος εἰς Λῆμνον ἀγαγὼν ἀπεμπολεῖ.

Καὶ ἐϰ τῶν λαφύρων, Ἀχιλλεὺς μὲν Βρισηΐδα γέρας

15

λαμϐάνει, Χρυσηΐδα δὲ Ἀγαμέμνων.

165

Ἔπειτά ἐστι Παλαμήδους θάνατος.

Καὶ Διὸς βουλὴ ὅπως ἐπιϰουφίσῃ τοὺς Τρῶας Ἀχιλ-

λέα τῆς συμμαχίας τῆς Ἑλλήνων ἀποστήσας.

Καὶ ϰατάλογος τῶν τοῖς Τρωσὶ συμμαχησάντων.

Ensuite, comme les Achéens s’apprêtaient à rembarquer, Achille les retient. Puis il s’en va pourchasser le bétail d’Énée ; il dévaste Lyrnessos, Pédasos et nombre de cités voisines. Il assassine Troïle.

Patrocle conduit Lycaon à Lemnos et l’y vend comme esclave.

Du butin recueilli, Achille reçoit par privilège Briséis, tandis que Chryséis échoit à Agamemnon.

Vient ensuite la mort de Palamède.

Et la volonté de Zeus qui, pour soulager les Troyens, pousse Achille à quitter l’alliance des Grecs.

Et le catalogue de ceux qui combattirent aux côtés des Troyens.

  • 28 La vraisemblance penche en faveur du néo-platonicien (Immisch, Bethe, Rzach, Allen, Severyns) ; cf. (...)
  • 29 Ce n’est cependant pas l’avis d’Allen (p. 56-57).
  • 30 E. Bethe, H., 26 (1891), p. 593-633 ; Homer, p. 204-09 ; Wilamowitz, p. 365, n. 44. C. Robert et Sc (...)
  • 31 Il s’agit de l’épisode du retour de Pâris à Troie après l’enlèvement d’Hélène (cf. infra, p. 181-82 (...)
  • 32 Voir le compte rendu de l’article de Bethe par O. Gruppe (Jahresb., 122 (1894), p. 89-94) ; Romagno (...)

28On a beaucoup discuté sur l’auteur de ce Sommaire et la valeur de son témoignage. Faut-il identifier ce Proclos avec le grammairien du IIe s. de ce nom ou avec le néo-platonicien du ve ? Les avis sont partagés et les raisons alléguées dans un sens ou dans l’autre ne sont pas déterminantes28. On admet communément que Proclos ne lisait plus les poèmes épiques eux-mêmes29, mais quelle était sa source ? E. Bethe pensait qu’il avait sous les yeux un manuel mythographique qui offrait une sorte de vulgate légendaire, en sorte que son résumé des épopées troyennes était entaché d’erreur : il donnait pour les poètes du cycle des versions tirées d’Homère ou d’autres sources, et il ne répartissait pas exactement les épisodes et les variantes légendaires entre les diverses épopées30. Le second de ces reproches concerne surtout les Posthomerica. Pour le premier, les exemples allégués par Bethe sont peu nombreux et peu probants, à l’exception d’un seul31. Il apparaît bien que le scepticisme de Bethe était excessif. Proclos semble avoir disposé d’hypothéseis remontant à l’époque alexandrine ou même à l’école d’Aristote32. Qu’il y ait beaucoup de lacunes dans son résumé, c’est ce qu’on constate si on examine les fragments subsistants ; que, dans de rares cas, la version homérique se substitue à celle des poètes du cycle, on peut l’admettre. Mais, dans l’ensemble, pourvu qu’on le contrôle toujours par les autres témoins, le résumé de Proclos forme la base même de toute recherche sur les Chants Cypriens comme sur les autres épopées troyennes.

  • 33 A. Severyns, Recherches sur la Chrestomathie de Proclos, I, 2 (1938), p. 93.
  • 34 Trois éditions de ces fragments sont à mentionner, celles de Kinkel, Epicorum Graecorum fragmenta ( (...)

29Les Kypria ont été cités trente fois nommément dans l’antiquité33 et il en reste vingt-six fragments, dont le plus long n’excède pas douze vers34. Un petit nombre d’entre eux sont tirés des auteurs du ve et du ive s. (XII : Hérodote ; XXIII : Platon) ou des sources papyrologiques (II, XVI (?)). A l’époque romaine, les citations les plus nombreuses sont données par Pausanias (VIII ; XIV ; XVII ; XXI ; XXII), Athénée (IV ; V ; VII ; XIII) et Clément d’Alexandrie (VI ; XXV), sans doute de seconde main. Tout le reste provient d’ouvrages de caractère technique : scolies d’Homère et Eustathe (I ; III ; X ; XVIII ; XIX), scolies de Pindare (XI), de Sophocle (XV), d’Euripide (IX ; XXVI), de Lycophron (XX), traité grammatical d’Hérodien (XXIV).

  • 35 Editio princeps de R. Wagner, Teubner (1894). Nous citons d’après l’excellente édition de Frazer, A (...)
  • 36 Hygini Fabulae, éd. H. I. Rose, Leyde (1934) (cf. Wilamowitz, p. 333).

30Parmi les autres sources, il faut placer au premier rang l’Epitomé du pseudo-Apollodore35. Son auteur combine souvent des traditions d’origines différentes, mais il a dû se servir, entre autres, d’hypothéseis des épopées troyennes identiques ou comparables à celles dont disposait Proclos. Aussi l’accord de ces deux sources nous permet-il de déterminer assez sûrement l’existence et la forme d’un épisode dans le poème épique. On doit être beaucoup plus circonspect à l’égard d’un recueil comme celui d’Hygin36 qui, outre de nombreuses bévues et un texte fort altéré, mêle aux légendes épiques beaucoup de traits empruntés en particulier à la tragédie.

31Dans la masse des commentaires homériques, il y avait beaucoup à glaner pour la connaissance des épopées du cycle et ce fut le grand mérite d’A. Severyns d’avoir soumis les scolies, et en particulier celles d’Aristarque, à un examen systématique. En effet, le philologue alexandrin, voulant « expliquer Homère par Homère », s’est attaché à distinguer la forme de la légende proprement homérique des développements et explications de ses successeurs, les néôtéroi, au premier rang desquels se trouvaient naturellement les cycliques. Les débris de son exégèse, conservés surtout dans les scolies du Venetus A, ont fourni maints renseignements, qui ont à leur tour permis de rattacher à nos épopées des textes connus par ailleurs.

  • 37 Sur l’importance de la tragédie attique pour la connaissance de l’épopée, cf. Wilamowitz, p. 375.
  • 38 Voir par exemple C. Robert, Bild und Lied (1881). Rzach, col. 2380-2394, cite pour chaque épisode d (...)

32Bien entendu, nous aurons encore à chercher la trace des légendes des Kypria dans toute la littérature vivante du vie siècle à l’époque alexandrine, en particulier chez les poètes lyriques, dans la tragédie attique37, chez les historiens, chez les sophistes ou les philosophes. Citons enfin, à côté des sources littéraires, les œuvres d’art, dont l’importance a été bien mise en valeur par des critiques comme C. Robert ou A. Rzach38. En effet, les monuments figurés de l’âge archaïque, qui ne sont pas encore influencés par la lyrique chorale ou la tragédie, illustrent souvent les épisodes de l’épopée. Les descriptions laissées par Pausanias d’œuvres comme le coffre de Cypsélos, le trône de Bathyclès, les grandes fresques de Polygnote, et d’autre part les vases à figures noires ou à figures rouges de style sévère trouvés en Grèce ou en Italie, illustrent et enrichissent sur bien des points les brèves indications des textes. Là encore, il faut être en garde contre les libertés que l’artiste a souvent prises avec l’épopée, mais on ne saurait se priver sans dommage de ce secours.

  • 39 Fr. 221 Tu. (EL, V. H., IX, 15) ; cf. aussi Procl., Chrest., p. 97, 15-17 ; Souda, Vita Hom., 1. 36 (...)
  • 40 Par exemple, la Thébaïde (Callinos ap. Paus., IX, 9, 5 ; Certamen Hom. et Hés., 1. 256 A1.) ; les É (...)
  • 41 Hdt., II, 115-117. Aristophane semble encore considérer le cycle comme homérique (Allen, p. 251).
  • 42 Poét., 23, 145913 1-2 : « ὁ τὰ Κύπρια ποιήσας » ; même expression chez Philodème (Kyp., fr. II) ; c (...)
  • 43 Cf. Wilamowitz, p. 346 : « L’anonymat des epos est pour les grammairiens anciens naturel et général (...)
  • 44 Le texte n’est pas sûr. Il porte (XV, 6826) : « Δημοδάµας γὰρ ὁ Ἁλιϰαρνασσὺς ἢ Μιλήσιος ἐν τῷ περὶ (...)
  • 45 Outre Athénée et les auteurs cités supra, n. 1, Clém. Alex. (fr. XXV) ; la sc. A à l’Iliade A5 (fr. (...)
  • 46 A la différence de celui d’Hégésias (ou Hégésinos, Procl., p. 97, 14 A1.) de Salamine, que Wilamowi (...)
  • 47 Cf. Rzach, col. 2395. Στασῖνος semble un hypocoristique de Στασίας, qui est attesté à Chypre. On re (...)

33Sur l’auteur des Chants Cypriens et la date de sa composition, les traditions sont incertaines et fuyantes. A l’origine, nous trouvons une légende déjà connue de Pindare39 : Homère aurait donné ce poème en guise de dot à son gendre Stasinos de Chypre « et à cause de la patrie de celui-ci, le poème aurait reçu le nom de Kypria ». Il n’y a à retenir de cette légende, dont on trouve des parallèles pour d’autres épopées du cycle40, que l’attribution populaire des Chants Cypriens à Homère. Celle-ci n’apparaît contestée que dans la deuxième moitié du ve s., par Hérodote41. Aristote parle simplement de « l’auteur des Chants Cypriens »42, et telle semble bien être encore la tradition alexandrine, qui apparaît dans les scolies et nombre de témoignages tardifs43. Cet anonymat cesse à l’époque romaine, mais l’exemple d’Athénée montre l’incertitude qui régnait à ce sujet. A un endroit (fr. IV), il donne pour auteur au poème « Hégésias, ou Stasinos ou peut-être Cyprias d’Halicarnasse »44, ailleurs « Cyprios, Stasinos, ou quelque autre nom qu’on veuille lui donner » (fr. VII), ailleurs encore « le poète des Chants Cypriens, quel qu’il puisse être » (fr. XII). Dans les autres sources, c’est le nom de Stasinos qui revient avec le plus de fréquence45. Si peu que cette tradition ait pour elle, elle ne présente en soi pas d’invraisemblance. Le vocalisme, qui n’est pas ionien46, s’accorde bien avec l’onomastique chypriote, car celle-ci présente d’autres noms propres de même formation47. Le rôle de Chypre, conservatoire des traditions achéennes dans le monde grec après les invasions doriennes, rendrait plausible une telle origine du poète. Pour ces motifs, et aussi pour des raisons de brièveté et de commodité, nous conserverons donc au cours de notre exposé le nom de Stasinos comme l’équivalent de « l’auteur des Chants Cypriens », étant bien entendu que nous n’exprimons pas ainsi une confiance aveugle dans la réalité historique de ce personnage.

  • 48 Τὰ Κύπρια ou τὰ Κύπρια ἔπη, parfois τὰ Κυπριαϰά.
  • 49 Sur ces « gloses chypriotes », cf. M. Leumann, Homerische Wörter, Bale, 1950, en particulier p. 270 (...)
  • 50 Wilamowitz, p. 366 ; Rzach, col. 2395-96 ; Bethe, p. 344.

34Le titre même du poème48 n’est pas encore expliqué de façon satisfaisante. Vient-il simplement de ce que l’auteur était originaire de Chypre ? On a remarqué aussi le rôle important joué par Aphrodite, qui comptait dans l’île quelques-uns de ses plus fameux sanctuaires. On a recherché dans le texte de nos maigres fragments la trace d’expressions dialectales chypriotes, mais sans grand succès49. Tout ce que l’on peut constater en étudiant les quelque quarante-cinq vers conservés, c’est une assez forte proportion de formes « jeunes », qui apparentent les Kypria aux autres épopées cycliques et à la poésie d’Hésiode50.

  • 51 P. 343-45.

35L’examen des légendes fait plutôt ressortir l’importance des éléments mythiques et cultuels attiques dans le poème. Ainsi la déesse Némésis était honorée à Rhamnonte, Artémis et Iphigénie à Brauron, et aussi à Aulis, aux portes de l’Attique. Stasinos contait l’enlèvement d’Hélène par Thésée, l’expédition de représailles des Dioscures, la prise d’Aphidna et la .capture d’Aethra, mère du héros. Mais ceci ne suffit pas à prouver, comme l’a entrepris E. Bethe51, que les Chants Cypriens soient l’œuvre d’un poète attique, surtout de la fin du vie s.

  • 52 Par exemple Wilamowitz, Ilias und Homer, p. 428, suivi par Rzach, col. 2396 ; Severyns, Rev. Phil., (...)
  • 53 Frühe Griechische Sagenbilder in Boötien, Athènes, 1936. R. Hampe donne en appendice la liste des r (...)
  • 54 J. D. Beazley, Attic Black Figure, 1951, p. 11. Sur ce motif, voir infra, p. 91.
  • 55 Beazley, o. c., p. 8 ; CVA, Berlin, 2, Pl. 31-33 ; R. Hampe, o. c., p. 80.
  • 56 L. Ghali-Kahil, Les enlèvements d’Hélène…, p. 18 ; R. Hampe, l. c.

36En effet, pour des raisons diverses, les critiques datent en général le poème du viie s.52. Il est possible de préciser un peu plus à l’aide d’une double chronologie, absolue et relative. D’une part, les plus anciennes représentations figurées des Kypria déterminent un terminus ante quem. On peut supposer, il est vrai, que de petites épopées plus anciennes et aujourd’hui disparues avaient déjà mis ces thèmes en faveur. Mais il nous semble de meilleure méthode de transposer à l’âge archaïque ce que nous montre par exemple l’Athènes du ve s., c’est-à-dire l’influence décisive d’une œuvre littéraire sur la forme et sur la vogue d’une légende mythologique chez les artistes, en particulier chez les peintres de vases. Or les plus anciennes représentations des légendes des Kypria apparaissent dans l’art grec dès le milieu du viie s. R. Hampe53 a donné une liste des représentations des Kypria antérieures au début du vie s., liste que l’on peut compléter par d’autres documents. Bornons-nous à trois œuvres, les plus anciennes qu’on puisse invoquer : un motif des Chants Cypriens, Achille dévorant la moelle des os des bêtes fauves, figure déjà sur des vases attiques du milieu du viie s.54. Vers 650 également, une peinture de vase montre le rassemblement des héros avant le départ pour la guerre de Troie55. Enfin, l’Olpè Chigi, qui représente le jugement de Pâris, serait à dater entre 650 et 63056. La conclusion est donc que les Chants Cypriens doivent être antérieurs à 650, mais de peu, c’est-à-dire qu’ils pourraient être du second quart du VIIe s.

  • 57 On sait que la thèse opposée a été défendue avec beaucoup de brio par W. Kullmann, qui estime que l (...)
  • 58 Pour le premier de ces motifs, la démonstration d’A. Severyns, CE, p. 285- 291, nous paraît définit (...)
  • 59 Severyns, CE, p. 328-331 ; 365-69. W. Kullmann, p. 217-18 ; 360, admet que Leschès a remanié la mat (...)
  • 60 La chronographie antique (à laquelle Allen accorde peut-être une confiance excessive), en plaçant A (...)
  • 61 On peut toujours considérer, il est vrai, qu’il s’agit d’interpolations ou de parties « jeunes » de (...)
  • 62 E. Bethe, p. 377-380, place dans l’ordre : la forme la plus ancienne de l’Odyssée, les Nostoi, la f (...)
  • 63 Voir par exemple l’épisode des noces de Thétis et de Pélée, infra, p. 72 sqq. Sur ce poème, dont la (...)
  • 64 Épisode du jugement des déesses, infra, p. 101, n. 3.
  • 65 Sur l’Alcméonide, considérée par Severyns comme une épopée de raccord entre les deux gestes, cf. R. (...)

37La datation relative — par rapport aux autres épopées troyennes — confirme une telle manière de voir. Ce poème est assurément postérieur à l’Iliade, dont il reprend et développe tant de thèmes57. Il est également postérieur à la Petite Iliade de Leschès de Mitylène, comme le montre la comparaison de deux légendes dans ces épopées, celle d’Achille à Skyros et celle de Télèphe58. Mais la Petite Iliade est elle-même plus jeune que les deux poèmes d’Arctinos, l’Éthiopide et l’Iliou Persis, dont elle reprend en partie la matière. A propos des épisodes légendaires du jugement des armes et de la mort d’Astyanax, Arctinos et Leschès étaient en désaccord, et l’examen des deux versions montre que ce dernier a brodé et renchéri sur son prédécesseur59. Les poèmes d’Arctinos, et surtout l’Éthiopide, appartiennent à la couche la plus ancienne des épopées troyennes après l’Iliade 60. On serait même tenté de penser qu’ils sont antérieurs à l’Odyssée : d’abord, à cause du rôle peu important qu’y jouait Ulysse, ensuite, parce que, dans l’épopée homérique, de nombreux épisodes des derniers mois de la guerre sont évoqués d’une manière qui concorde avec les récits d’Arctinos61. Ces arguments sont loin d’être décisifs, et nous dirons seulement qu’à notre avis la composition de ces trois œuvres date en gros de la même époque et que la Petite Iliade est un peu plus récente. Il est difficile de situer les Chants Cypriens par rapport aux Nostoi 62, mais l’épopée de Stasinos est en revanche sûrement antérieure au Catalogue hésiodique 63, à l’Hymne homérique à Aphrodite 64et, bien entendu, à la Télégonie d’Eugammon de Cyrène (vers 570). Pour être complet, ajoutons que les allusions à la geste thébaine dans le prologue des Kypria et dans un des récits de Nestor donnent à penser que notre épopée est postérieure à la Thébaïde, et peut-être aux Épigones 65.

  • 66 Procl., Chrest., p. 97, 8-11 : « Τοῦ ἐπιϰοῦ ϰύϰλου τὰ ποιήματα διασῴζεται ϰαὶ σπουδάζεται τοῖς πολλ (...)
  • 67 On ne citera guère que le P. Oxy. 1611, dont les fr. 2 et 4 pourraient être des morceaux de vers de (...)
  • 68 P. 159-161.

38Quels étaient les caractères et la valeur littéraire des Chants Cypriens ? Ce ne sont pas les quelques vers conservés qui permettent de se faire une idée claire du style et de la composition. Dans l’ensemble, les critiques de l’antiquité ne semblent pas avoir tenu en haute estime les poèmes du cycle, si l’on en croit Proclos qui dit qu’on les lisait « en général non tant pour leur valeur que pour le récit suivi qu’ils donnaient des événements »66. Aristote les met bien au-dessous des poèmes d’Homère et, dans les siècles suivants, Callimaque, Aristarque, Horace adoptent la même attitude à l’égard de la poésie cyclique. Il est à remarquer que, dans les papyrus de l’Égypte gréco-romaine, qui offrent en grande quantité des vers d’Homère et ont rendu d’importants fragments du Catalogue des Femmes, ces épopées sont pratiquement absentes67. Nous savons pourtant que, si les Chants Cypriens sont rarement cités à l’époque classique, les poètes lyriques ou tragiques s’en sont beaucoup inspirés, et ceci ne peut s’expliquer par le seul fait qu’ils donnaient un « récit suivi » des événements. Parmi les modernes, Welcker a consacré quelques pages charmantes à réhabiliter l’auteur des Kypria 68et son admiration — peut-être excessive — s’appuie sur une analyse très fine, dont les attendus ont été souvent repris. A défaut de porter un jugement de valeur, nous indiquerons au moins ce qui différencie ce poème de ceux d’Homère.

  • 69 Monro, p. 6.
  • 70 En particulier E. Bethe, p. 294 ; 343 ; Schmid-Stählin, p. 210.
  • 71 Kullmann, p. 221-224.
  • 72 Lesky, p. 99.

39Le trait le plus apparent est l’étirement de l’action sur de longues années. En face de l’intrigue ramassée de l’Iliade et de l’Odyssée, les Kypria offrent un récit qui suit la marche du temps. Cette tendance de l’épopée posthomérique, qui se manifeste déjà dans l’Éthiopide et l’Iliou Persis, est plus marquée dans la Petite Iliade et les Nostoi. Cette dernière épopée place même les uns à la suite des autres les récits de faits qui se déroulent simultanément, mais dans des lieux et avec des héros différents. Une telle composition linéaire exige moins d’art, les tableaux et les épisodes s’enchaînent naturellement, mais c’est au détriment de l’unité du poème. Chaque épisode tend à être traité pour lui-même et l’intérêt du lecteur se disperse de l’un à l’autre69. Même si le poète ne se borne pas à combiner entre elles de petites épopées préexistantes, comme on l’a parfois soutenu70, l’association des thèmes homériques avec des légendes de provenance diverse risque de donner une impression de disparate et de surabondance. Ce dernier caractère se manifeste par la présence de nombreux doublets légendaires : les Kypria présentent deux débarquements, en Teuthranie et en Troade, deux famines, en Grèce et en Asie, deux sacrifices propitiatoires, à Aulis et à Ténédos, etc. L’auteur multiplie les prédictions et les oracles, en sorte que certains événements à venir (chute de Troie, mort d’Achille) se trouvent motivés de plusieurs manières différentes. La juxtaposition d’histoires distinctes conduit à mettre plusieurs héros en concurrence pour le même emploi : Calchas et Télèphe, Ulysse et Palamède, Chiron, Phœnix et Patrocle71. Si Stasinos fait un usage légitime de l’anticipation (destin de Polyxène et d’Astyanax), procédé familier à Homère, il ne semble pas avoir hésité à interrompre son récit par de longues digressions, comme les récits de Nestor à Ménélas72.

  • 73 Bethe, p. 295 ; Kullmann, p. 223. C’est ce que E. Schwartz (H., 75 (1940), p. 2) a appelé « die His (...)
  • 74 Bethe, p. 292 ; Kullmann, p. 221.
  • 75 Monro, p. 5.

40En revanche, ce procédé de composition traduit chez l’auteur un éveil du sens de l’histoire73 : l’épopée cyclique regarde vers l’avenir en annonçant les récits d’abord mi-fabuleux, mi-historiques des premiers logographes. D’autre part, l’unité formelle est assurée par divers moyens. Dans les Kypria, le motif de la volonté de Zeus domine la diversité des épisodes et leur donne une signification commune74. Sous le regard de Zeus, Aphrodite conduit l’action comme Athéna dirigeait celle de l’Odyssée : victorieuse de ses rivales divines, elle protège Pâris, l’aide à mener à bien la séduction d’Hélène et intervient à plusieurs reprises, en particulier pour retenir Achille en Troade75.

  • 76 Bethe, p. 295 ; 343 ; 392 ; Rzach, col. 2394. Pour l’emploi de ces allégories dans la Théogonie, cf (...)
  • 77 Bethe, p. 296.
  • 78 Schmid-Stählin, p. 210.

41La « Volonté de Zeus », motif emprunté à l’Iliade, se charge encore d’une signification morale qu’elle ne comportait pas chez Homère : si les hommes souffrent et meurent dans la guerre de Troie, c’est leur propre impiété qui a attiré ces malheurs sur leur tête. L’importance de l’élément moral rapproche les Chants Cypriens de la poésie hésiodique dont elle est contemporaine. Comme l’auteur de la Théogonie, Stasinos aime à mêler aux Olympiens des divinités allégoriques, Thémis, conseillère de Zeus, Némésis, Éris76. Le jugement des déesses et le rôle d’Aphrodite comportaient sans doute aussi leur part de symbole77. L’auteur du Catalogue des Femmes avait donné une liste de prétendants d’Hélène : de même, Stasinos énumérait sans doute les héros assemblés à Aulis et il avait terminé son œuvre par un catalogue des alliés troyens78.

  • 79 Rzach, l. c.
  • 80 Rzach, ibid. ; Kullmann, p. 221-22.

42Les Kypria se caractérisent aussi par l’abondance des épisodes romanesques. Comme il est naturel dans un poème dont Cypris était une des protagonistes, les amours des dieux et des héros y occupaient une grande place : citons celles de Zeus et de Némésis, de Pélée et de Thétis, des Dioscures et des Leucippides, d’Hélène surtout, dont la beauté captive Thésée, Ménélas, Pâris, Achille lui-même, celles de ce dernier avec Déidamie, peut-être avec Iphigénie, avec Briséis. Le merveilleux, dont l’épopée homérique avait limité le rôle, intervient fréquemment avec les métamorphoses de Thétis et de Némésis, le récit de la naissance d’Hélène, le miracle d’Aulis et le transport d’Iphigénie au fabuleux pays des Taures, les pouvoirs surnaturels des Oenotropes, l’entrevue d’Achille et d’Hélène arrangée par les dieux79. L’élément divin apparaît encore dans les multiples prédictions et oracles : Thétis, Cassandre, Hélénos, Anios (?), Calchas vaticinent, cependant que les dieux posent condition sur condition à l’accomplissement des souhaits humains80.

  • 81 Aspect souligné avec raison par Welcker, p. 159-161.
  • 82 Kullmann, p. 223.
  • 83 Cf. K. Bielohlawek, Das Heldenideal in der Sagendichtung vom Troischen Kreis, WS, 66 (1953), p. 5-1 (...)
  • 84 Cf. Schmid-Stählin, p. 210.

43Le ton n’a pas non plus la gravité de celui de l’Iliade, dans cette épopée où Mômos est le conseiller de Zeus et où les mille sourires d’Aphrodite se mêlent à un destin dont le fond est tragique81. Des anecdotes comme la querelle des déesses, la séduction d’Hélène, ou encore l’histoire d’Ulysse victime de sa propre ruse, apportaient au récit une touche plaisante. Ailleurs, la peinture de la guerre troyenne se faisait réaliste. Dans la dernière partie du poème, Stasinos montrait les misères d’une armée enlisée dans une campagne lointaine, amenée par la lassitude, les pertes et la famine à se mutiner contre ses chefs ou à chercher dans les razzias de bœufs et le sac des villes ouvertes une compensation à son insuccès devant les murs de la cité assiégée82. A côté des héros de l’Iliade apparaissent de nouvelles figures, un Philoctète, un Protésilas, un Palamède. Stasinos semble avoir mis en relief le personnage de Pâris, qu’Homère avait sacrifié à Hector. Mais c’est surtout Achille — retiré sous sa tente pendant une grande partie de l’Iliade — qui apparaît dans toute sa gloire. Partout il est à la tête des Grecs, à Aulis, en Teuthranie, à Ténédos, en Troade où il multiplie les exploits83. Si terne que l’on suppose le style des Chants Cypriens — et les fragments n’autorisent pas une telle condamnation84 — le fond avait assez de mérites pour expliquer l’influence si forte et si constante que ces poèmes ont eue sur l’imagination des poètes et des artistes, du viie à la fin du Ve s. avant notre ère.

  • 85 Wilamowitz, p. 363-64.
  • 86 Comme le dit Bethe, p. 344-45.
  • 87 Cf. par exemple W. Aly, Volskmärchen bei Herodot, p. 54 ; 67.

44Le naufrage presque complet des œuvres littéraires de l’époque archaïque ne permet de déceler cette influence que çà et là, au hasard des morceaux conservés, mais de multiples indices montrent combien le souvenir des Kypria était encore vivant au ve s. A Athènes, il est probable que leur récitation était de règle aux Panathénées à côté de celle de l’Iliade et de l’Odyssée et des autres épopées troyennes85. La place tenue dans les Chants Cypriens par les légendes attiques ne devait pas être étrangère à cette popularité, si elle n’en était pas sans doute la raison principale86. Pindare et Bacchylide s’y réfèrent souvent, les tragiques et même les comiques y puisent de très nombreux sujets de pièces. On a relevé son influence sur Hérodote87, sur Gorgias et, au début du ive s., sur Isocrate et sur Platon. Dans le domaine religieux, le renouveau du culte de Némésis à Rhamnonte serait dû en partie à l’influence du poème de Stasinos.

  • 88 Dès le ve s., les ouvrages en prose de Phérécyde, Hellanicos, etc., ont pu contribuer à cette décad (...)
  • 89 Wilamowitz, p. 369 ; Schmid-Stählin, p. 198.
  • 90 D’autres sources nomment l’auteur de cette traduction Naevius (Charis., 184, 16). Sur Ninnius Crass (...)
  • 91 A. Severyns, Recherches…, I, 2 (1938), p. 92. Allen, p. 52-59, estime au contraire que ces poèmes é (...)

45La rapide décadence de la poésie au ive s. entraîne le déclin des épopées cycliques. Comme Homère reste au centre de la vie littéraire et surtout de l’école, c’est surtout par rapport à l’Iliade et à l’Odyssée que sont étudiées les légendes contenues dans ces poèmes. Dès le ive s. commencent à se substituer au texte original des résumés en prose88, et cette littérature mythographique finira par évincer les épopées troyennes dont les mérites littéraires ne pouvaient se comparer à ceux de l’Iliade et de l’Odyssée. Certes, les Kypria étaient bien connus des poètes alexandrins, Callimaque, Lycophron, Théocrite. Ils avaient peut-être été l’objet de travaux d’édition89, et Zénodote et Aristarque à Alexandrie, ou Cratès à Pergame s’en servaient pour commenter Homère, mais le grand public ne les lisait plus. Vers la même époque, nous savons cependant qu’ils ont été traduits en latin par Ninnius90. Le texte original se perd à une date indéterminée entre le iie et le ve s.91, et sans doute plutôt vers le début que vers la fin de cette période. Il est à peu près sûr que Pausanias, Athénée et Clément d’Alexandrie ne citent plus les Chants Cypriens que d’après des extraits et, à l’époque de Quintus de Smyrne, de Tryphiodoros et de Colouthos, ils ont disparu depuis longtemps, victimes, comme tant d’autres œuvres de l’antiquité, de l’érudition de seconde main.

III. Les légendes des Chants Cypriens chez Euripide. Questions de méthode

« Μή μοι λεπτῶν θίγγανε μύθων [ψυχή]· τί περισσὰ φρονεῖς ; εἰ μὴ μέλλεις σεμνύνεσθαι παρ’ ὁμοίοις. »
Eur., fr. 924 (Augè ?)

46Pour l’histoire légendaire de la guerre de Troie jusqu’au point où commence l’Iliade, le poème de Stasinos est, avec celui d’Homère, la source première d’Euripide. Même s’il a existé auparavant de petites épopées qui développaient un épisode particulier, il est certain qu’on ne les connaissait plus dans l’Athènes du ve siècle. Mais une étude qui se limiterait à l’influence des Chants Cypriens sur le théâtre d’Euripide en atteindrait assez vite le terme et risquerait d’être d’un mince profit. En effet, avec moins de cinquante vers du poème épique conservés, il n’y a qu’une chance infime de déceler dans les tragédies des imitations littérales. Pour la forme des légendes, on pourra dans les meilleurs cas confronter la version de Stasinos avec celle d’Euripide. Plus souvent, il ne sera pas possible de dire avec certitude comment le poète épique avait traité le sujet, et parfois même, s’il l’avait traité. Enfin, la difficulté augmentera encore si la tragédie correspondante est perdue et si on doit au préalable en reconstituer l’intrigue à l’aide des fragments et de la tradition indirecte. Il sera donc nécessaire de faire intervenir tous les témoignages intermédiaires entre Stasinos et Euripide, c’est-à-dire ceux de l’épopée tardive, du lyrisme, du théâtre, des prosateurs et des artistes. Ceux-ci nous éclaireront parfois sur l’état de la légende épique. Surtout, nous nous replacerons, autant que possible, dans les conditions même où se trouvait le poète quand il mettait sur le chantier un de ses drames, car la matière mythique se présentait à lui à la fois sous la forme que lui avait donnée Stasinos et sous des formes différentes, élaborées par deux siècles d’activité littéraire.

47La manière dont les légendes épiques s’offrent à nous dans ce théâtre impose pour chaque cas une approche particulière. Tantôt, en effet, un épisode des Chants Cypriens forme le sujet d’un drame entier, soit conservé (Iphigénie à Aulis), soit perdu (Alexandros, Skyrioi, Télèphe, (Tennès), Protésilas, Palamède). Tantôt cet épisode constitue un motif accessoire dans une pièce qui porte sur une autre partie du cycle troyen : le plus souvent, il s’agit d’un drame conservé ((Rhésos), Troyennes, Hécube, Cyclope, Hélène, Oreste, Andromaque, Iphigénie en Tauride), parfois d’un drame perdu (Phoenix, Philoctète, Pélée). Tantôt enfin, la légende évoquée au passage dans les Chants Cypriens appartient à une autre partie de la geste troyenne ou est étrangère au cycle, et il faudra chercher, soit dans les pièces conservées (Hécube, Troyennes, Héraclès Furieux), soit dans les pièces perdues (Antiope, Œdipe, Thésée) qui reprennent ces mythes, si l’influence du poème de Stasinos est encore perceptible.

48Dans tous les cas, le but à atteindre sera le même : établir l’état de la légende chez Euripide, et dans la mesure du possible, chez Stasinos, afin d’apercevoir ce que le poète tragique a conservé de la légende ancienne, examiner ensuite ce qu’il doit à des sources plus récentes, déterminer enfin les points sur lesquels il a innové et essayer de préciser les raisons qui l’ont poussé à modifier les traditions reçues. Mais la démarche sera différente selon qu’il s’agit de drames conservés ou de drames perdus, et aussi selon que le thème épique se rencontre dans une ou plusieurs pièces.

49Le cas privilégié où une pièce conservée traite d’ensemble un épisode des Kypria (celui d’Iphigénie à Aulis) offre à la recherche les conditions les plus favorables et permet d’espérer les résultats les plus fructueux. Il suffit alors de suivre la marche que nous venons d’indiquer. Il en est de même lorsqu’un motif accessoire se rencontre dans un seul des drames conservés.

50Quand un même thème des Kypria apparaît occasionnellement dans plusieurs de ces pièces (ce qui se produit encore pour le sacrifice d’Iphigénie en dehors d’Iphigénie à Aulis), on prendra celles-ci dans l’ordre chronologique. On pourra ainsi voir si la forme de la légende et l’esprit dans lequel elle est traitée diffèrent d’un drame à l’autre, et, dans l’affirmative, si ces modifications proviennent d’un changement de sources ou doivent être attribuées à des mobiles personnels de l’auteur.

51Dans le cas, assez rare par suite de l’indigence de nos fragments, où un motif secondaire se rencontre dans une ou plusieurs des pièces perdues, il serait évidemment sans profit de reconstituer l’intrigue entière. On se contentera d’insérer le témoignage à sa place parmi ceux que fournissent les pièces conservées.

52Il n’en va pas de même pour les épisodes qui formaient la matière d’un drame perdu. Ici, avant toute étude, il est essentiel d’établir aussi exactement que possible la marche de l’action. Comme ces reconstitutions forment une partie importante de notre tâche, nous devons indiquer dans quel esprit et suivant quels principes nous avons procédé.

  • 92 Sur les difficultés de cette tâche, voir déjà Nauck, Euripidis tragoediae, III (1885), p. viii-xv, (...)

53Et d’abord, l’entreprise vaut-elle d’être tentée ? Il est vrai que l’étude des pièces perdues a suscité des travaux de valeur, et des savants comme Welcker, Hartung, Zielinski, Séchan et bien d’autres s’y sont illustrés. Mais beaucoup de philologues éprouvent une méfiance instinctive pour une recherche qui fait par nécessité la part trop large à l’hypothèse et ne peut aboutir qu’à des résultats toujours provisoires92. On ne compte dans ce domaine que des tentatives isolées depuis une trentaine d’années et la tendance générale est plutôt de laisser ces problèmes en sommeil, en attendant des documents littéraires ou artistiques nouveaux qui permettraient d’asseoir plus solidement les reconstitutions. Or, pendant cette période, les papyrus d’Égypte ont fourni des morceaux plus ou moins importants de plusieurs de nos drames troyens (Alexandros, Skyrioi, Télèphe). D’autres considérations encore nous ont encouragé à nous engager dans cette voie. Bien que la somme des témoins utilisables ne se soit pas très sensiblement accrue depuis trente ans, les progrès d’ensemble de la philologie nous permettent d’en faire un meilleur usage : les textes essentiels sont mieux édités, la technique de la tragédie et les particularités du drame euripidéen plus exactement définies. Enfin, par le fait que le champ de notre recherche est restreint à un petit groupe de pièces apparentées par le sujet et puisant à la même source épique, il sera possible de procéder à des confrontations plus précises, dont on peut espérer quelques enseignements nouveaux.

54De quelles ressources dispose-t-on pour ces reconstitutions ? Les fragments fournis par la tradition indirecte, plus ou moins abondants suivant les pièces, sont en général d’un faible secours. La majorité provient de compilations ou d’anthologies (Clément d’Alexandrie, Stobée, Orion, etc.) qui ont surtout recueilli des maximes de portée générale, donc sans lien direct avec l’action. Les citations des traités grammaticaux se limitent le plus souvent à un mot ou à un vers. Les références les plus utiles proviennent des rhéteurs, qui paraphrasent volontiers les tragiques, des scoliastes, qui distinguent les diverses versions d’une même légende, des mythographes, lorsqu’ils indiquent leurs sources et ne contaminent pas des versions différentes, enfin des auteurs techniques — historiens, géographes, astronomes, écrivains militaires, etc. — qui font parfois appel au témoignage de la tragédie au cours de leurs recherches.

55Les fragments papyrologiques, lorsqu’ils existent, sont d’autant plus précieux qu’ils présentent en général plus d’étendue que les citations anciennes, mais des lacunes et des mutilations en altèrent trop fréquemment le sens. Dans ce cas, nous avons rarement essayé de les compléter, car l’expérience montre qu’au-delà de quelques lettres, on n’a plus que des chances minimes de rétablir le véritable texte.

56Nous avons encore la possibilité de suivre la trace des drames d’Euripide chez les écrivains des siècles suivants, qui s’en inspirent souvent sans éprouver le besoin de citer leur source. Les réminiscences d’Euripide ne sont pas rares chez les poètes alexandrins comme Lycophron, Callimaque, Théocrite, et les poètes latins, Ovide surtout, parfois Catulle ou Virgile. Ses pièces ont été traduites ou adaptées par les tragiques latins de l’époque républicaine et par Sénèque. Les traités de mythologie, comme la Bibliothèque d’Apollodore ou les Fables d’Hygin, reproduisent souvent la version légendaire que le succès des pièces d’Euripide avait imposée et l’influence du poète subsiste à travers les autres compilations de la fin de l’âge hellénique ou de l’époque byzantine qui sont parvenues jusqu’à nous. Mais aucun de ces auteurs ne s’est fait scrupule de combiner entre elles des sources différentes et il est toujours délicat de démêler chez eux ce qui provient d’Euripide de ce qui a une autre origine.

  • 93 Sur l’ensemble de la question, cf. Séchan, p. 51-57 ; 534-542 ; 576-578.
  • 94 Sur ces différents types de représentations figurées on trouvera une étude d’ensemble et une biblio (...)
  • 95 Séchan, p. 54-56 ; E. Pottier, Études d’art et d’archéologie (1937), p. 475 sqq.

57A côté des sources proprement littéraires, les documents archéologiques représentent un apport non négligeable93. Les vases à figures rouges de la seconde moitié du ve s. attestent déjà l’influence d’Euripide, mais celle-ci est plus marquée encore par la suite, au ive s. à Athènes, au ive et au iiie s. en Grande Grèce. La céramique italiote, les urnes étrusques, les miroirs, la peinture pompéienne, les sarcophages grecs et romains illustrent en grand nombre les scènes les plus populaires de son théâtre94. L’œuvre d’art reproduit parfois la scène centrale de la pièce, celle qui a le caractère le plus dramatique, et fournit ainsi un sérieux appoint pour la reconstitution de l’intrigue. Parfois aussi l’artiste représente des scènes qui étaient seulement l’objet d’un récit de messager. Il s’efforce de donner aux personnages des gestes et une attitude qui traduisent leur caractère dans la tragédie. Cependant, là encore, les documents ne sont pas toujours fidèles95. L’artiste ne travaille pas en général d’après un texte écrit. Ou bien il illustre une scène d’après ses souvenirs de la représentation, et il a plus ou moins bien compris la pièce et sa mémoire est plus ou moins fidèle : il arrive que les noms soient vagues ou erronés, qu’il manque des personnages principaux, qu’un jeu de scène soit mal interprété. Ou bien il puise dans des traditions populaires qui ne s’inspirent que partiellement de la tragédie. Ou bien encore la reproduction est au second degré, d’autres œuvres d’art s’interposant entre le tragique et lui-même. Or il est certain que les motifs théâtraux tendent à se déformer rapidement dans la céramique industrielle et la tradition des ateliers. Le peintre de vases se considère comme libre d’ajouter ou de retrancher en fonction des nécessités propres à son art. Ainsi, il dispose à sa manière des personnages dans l’espace qu’il doit décorer, il comble les vides avec des divinités, des figures secondaires ou allégoriques absentes de la tragédie. Il arrive encore qu’il imagine une composition synthétique en fondant plusieurs scènes dramatiques en une seule. Aussi les documents figurés, tout en apportant une contribution précieuse, parfois irremplaçable, à ce travail de reconstitution, doivent toujours être interprétés en tenant compte des textes littéraires.

  • 96 Pour reconstituer les tragédies perdues de la littérature grecque, RBPhH, 6 (1927), p. 593-602 ; 7  (...)

58Th. Zielinski96 a montré qu’un examen attentif de ces derniers, en particulier des drames attiques, pouvait révéler des variantes légendaires provenant de pièces perdues. Le savant polonais a recherché dans les œuvres conservées les « motifs rudimentaires » qui montrent chez un poète la connaissance d’une forme antérieure de la légende. Tantôt il s’agit d’un doublet, le motif principal étant accompagné d’un motif secondaire en apparence inutile, mais qui provient d’une œuvre plus ancienne. Quelquefois, le souvenir apparaît sous la forme d’un dessein aussitôt abandonné que conçu (« consilium irritum »), d’une proposition rejetée ou d’une « vaine rumeur » que le poète dément par la voix de ses personnages. Assez souvent, la présentation même des faits cache une polémique de l’auteur contre l’un ou l’autre de ceux qui ont traité le sujet avant lui. Enfin, une contradiction inconsciente peut résulter du fait qu’il adopte un motif nouveau sans avoir entièrement chassé de son esprit le motif ancien.

  • 97 Cf. le cas de l’Iphigénie d’Eschyle, infra, p. 271, n. 4. Il est remarquable que les travaux récent (...)

59Dans l’emploi de ces procédés, Zielinski n’a pas toujours usé lui-même de la grande prudence qu’il préconise97. Il les a surtout appliqués à la recherche des thèmes d’Eschyle et de Sophocle dans les pièces conservées d’Euripide. Si nous y avons parfois recours, ce sera donc surtout pour préciser un état de la légende intermédiaire entre Stasinos et notre tragique.

  • 98 C’est sur ce principe qu’est fondé le plan d’étude d’Euripide dans l’ouvrage de Schmid-Stählin (cf. (...)
  • 99 Il n’existe pas d’ouvrage d’ensemble sur la technique dramatique d’Euripide, mais de très nombreuse (...)
  • 100 Cette règle ne paraît pas comporter d’exception (cf. W. Pickard-Cambridge, The dramatic festivals o (...)

60Plus souvent, nous devrons tenir compte des habitudes d’Euripide dans le choix des thèmes et la manière de les développer. Par exemple, les sujets qui l’attirent ne sont pas les mêmes aux diverses périodes de sa carrière théâtrale98. En construisant son intrigue, il aime à y inclure certains types de scènes : reconnaissance, intervention d’un sauveur, agôn, arrivée du deus ex machina, etc.99. Des repères chronologiques permettent de dire si, à une date donnée, il utilise ou non tel ressort de théâtre, tel artifice de mise en scène, telle ordonnance des parties lyriques. Enfin, le poète était tenu par la limitation du nombre des acteurs et le partage des rôles entre eux : on n’a pas toujours accordé assez d’attention à ces nécessités dramatiques, qui peuvent orienter le choix entre plusieurs solutions possibles. Non seulement on ne peut imaginer une scène où quatre personnages seraient présents ou parleraient, mais on tiendra compte du rythme des entrées et des sorties, du temps minimum nécessaire à un changement de costume ou de l’impossibilité de faire jouer un rôle par deux acteurs différents100.

61Tels sont les moyens, dont aucun n’est à vrai dire nouveau, que nous avons mis en œuvre pour reconstituer les pièces perdues. On ne saurait en attendre des résultats décisifs, mais ils permettront au moins de faire un tri parmi les schémas d’intrigues possibles et d’indiquer les plus vraisemblables.

*

62L’étude que nous allons maintenant entreprendre se caractérise à la fois par l’abondance de la matière mythique et les difficultés qu’on éprouve à l’ordonner par rapport à Stasinos et à Euripide. On doit suppléer à la disparition d’un grand nombre d’œuvres littéraires par des déductions fondées sur des bases étroites. L’étude des légendes des Chants Cypriens dans le théâtre d’Euripide est rendue souvent ingrate par le fait qu’il manque un des deux termes de la comparaison — l’épopée du cycle — et parfois même les deux, quand le drame correspondant est perdu. L’extrême agilité d’esprit du poète tragique, qui prend avec la tradition légendaire des libertés grandes, ne facilite pas la tâche. Aussi débouchera-t-on beaucoup plus souvent sur des possibilités et des vraisemblances que sur des certitudes. Nous nous sommes efforcé de distinguer les unes des autres et de marquer dans chaque cas le degré de probabilité de nos conclusions. Au cours de ces recherches, nous nous sommes constamment proposé d’offrir une aide aux lecteurs d’Euripide, en leur indiquant les œuvres, souvent peu connues, dont il s’inspire, et en mettant en évidence la manière très personnelle dont il les plie à ses fins dramatiques. Euripide a-t-il été un esprit puissant et original ? La réponse n’est pas évidente. Mais nous souhaitons faire partager au lecteur, s’il en est besoin, l’admiration, confirmée par les longues années d’intimité avec son œuvre, que nous éprouvons pour le génie du poète et de l’homme de théâtre.

Notes

1 Les tentatives de tragédie historique de Phrynichos (Prise de Milet) ou d’Eschyle (Perses) ont été sans lendemain ; les anciens citaient comme une curiosité l’Anthos ou Antheus d’Agathon, dont tous les personnages étaient inventés (cf. Arstt., Poét., 9, 1451 b 21 ; P. Lévêque, Agathon (1955), p. 105-114).

2 Sur la répartition des pièces par cycles légendaires, voir pour Eschyle l’édition des fragments de Mette, p. 259-260 ; pour Sophocle, celle de Pearson, I, p. xxviii-xxxi, et Schmid-Stählin, Gr. Lit., VII, 1, 2, p. 442-448. Sur ce tableau, nous n’avons pas fait figurer les œuvres des tragiques mineurs, dont nous ne connaissons le plus souvent que le titre.

3 Nous ne tenons compte ici que des titres certains. La tradition attribuait à Eschyle 90 drames, à Sophocle 123 et à Euripide 92 (parmi lesquels quatre, Rhésos, Pirithoos, Rhadamanthe et Tennès, dont l’authenticité était déjà contestée par les anciens).

4 « Τεμάχη ἀπὸ τῶν μεγάλων Ὁμήρου δειπνῶν », Ath., VIII, 347e. Le mot τεμάχη est traduit habituellement par « miettes » ou « desserte ». Sur ce sens, « quartier » ou » tranche », cf. W. Schadewalt, H, 71 (1936), p. 52, n. 3. « Homère » représente ici l’ensemble des poèmes troyens (voir infra, p. 22-23).

5 D. L., IV, 20 ; Souda, s. v. Πολέμων.

6 Zoïle, chez Athénée, VII, 277c. D’autres témoignages ont été rassemblés par Pearson, I, p. xxiii-xxiv.

7 Fragments des Myrmidons, de Tennès (?) et de Philoctète, auxquels s’ajoutent beaucoup de morceaux, en général très mutilés, dont la localisation est incertaine.

8 Sur cette question, voir les études stylistiques de W. Breitenbach, Untersuchungen zur Sprache der Euripideischen Lyrik, Tübingen, 1934 ; J. Smereka, Studia Euripidea, Lwow, 1936 ; P. Keseling, Homerische Anklänge bei Euripides, Ph. W., 1943, p. 262-64.

9 Arstt., Poét., 23, 1459 b 2. Sur ce point, voir E. Howald, Mythos und Tragödie (1927), p. 24 ; K. Bielohlawek, WS, 66 (1953), p. 15-16.

10 On a parfois estimé que ce dernier drame traitait des aventures de jeunesse du héros (cf. infra, p. 65). Une troisième pièce, Epeios, est citée par le seul Marmor Albanum, mais on n’en possède aucun fragment (cf. Nauck, TGF2, p. 464).

11 2 Vol., Bonn : I, 1835, 2e éd. 1865 ; II, 1849.

12 Die Griechischen Tragödien, mit Rücksicht auf den Epischen Kyklus geordnet, 2 vol., Bonn, 1839-1841 (T. 1 : Eschyle et Sophocle ; T. 2 : Euripide).

13 Euripides Restitutus, sive scriptorum Euripidis ingeniique censura, 2 vol., Hamburg, 1843-44.

14 Une nouvelle édition du Sommaire de Proclos et des fragments du cycle est préparée par ce philologue.

15 L’expression est d’Edmond Pottier. Elle forme le titre d’un chapitre de l’important ouvrage de L. Séchan.

16 H. J. Mette, Die Fragmente der Tragödien des Aischylos, Berlin (1959). Voir aussi les notices de l’édition de H. Weir-Smyth (Loeb II2, 1963), avec un appendice de H. Lloyd-Jones contenant les fragments papyrologiques découverts depuis 1930.

17 Pour les fragments papyrologiques, encore peu nombreux dans l’édition de Nauck, cf. H. von Arnim, Supplementum Euripideum, Bonn (1913) ; D. L. Page, Greek Lit. Pap., Loeb (1941), p. 54-135 ; 154-59, et les listes de W. N. Bates (AJPh, 62 (1941), p. 469-75), de P. Collart (R. Ph., 16 (1943), p. 5-36), de R. A. Pack, Greek and Latin Pap.2 (1962), nos 378-454. Pour la tradition indirecte, un complément au recueil de Nauck, procuré par Br. Snell (WS, 69 (1956), p. 86-95), figure à la suite d’une récente réimpression des Tragicorum Graecorum Fragmenta (Hildesheim, 1963). M. Van Looy, AC, 32 (1963), p. 162-199 et 607-08, a donné la liste des morceaux d’Euripide de toute origine absents des TGF2, accompagnée d’un historique de l’étude du texte et d’un choix bibliographique sur les drames perdus.

18 Bibliographie : F. G. Welcker, EC, i2 (1865) ; II (1849). U. von Wilamowitz, Homerische Untersuchungen (1884), p. 328-380. D. B. Monro, The poems of the epic cycle, JHS, 5 (1884), p. 1-41. A. Rzach, s. v. Kyklos, RE, XI, 2 (1922), col. 2347- 2435. T. W. Allen, Homer, the origins and transmission, Oxford (1924), p. 51-76. Schmid-Stählin, Gr. Lit., VII, 1, 1 (1929), p. 195-210. E. Bethe, Homer, III (1927) ; II2 (1929), p. 149-389. A. Severyns, L’Éthiopide d’Arctinos et la question du cycle épique, R. Ph., 49 (1925), p. 153-183 ; CE (1928) ; Homère, III (1948). W. Kullmann (1960). A. Lesky, Gesch. der Griech. Liter. (1963), p. 98-103.

19 Sc. Euseb., Praep. evang., 39, 3 (p. 98 Allen) ; E. M., 327-330 ; Procl., Chrest., p. 96, 33 — 97, 8 Al. Dans un sens plus restreint, le cycle épique désigne seulement les gestes thébaine et troyenne (sc. Clém. Al., Protr., II, 30 ; cf. Bethe, p. 204-05).

20 Sur la thèse de W. Kullmann, cf. infra, p. 25, n. 5.

21 Par exemple, la Petite Iliade couvrait une partie des sujets de l’Éthiopide et du Sac d’Ilion. On ne peut admettre la thèse de E. Bethe qui considérait ces deux derniers poèmes comme des subdivisions de la Petite Iliade. Pour les variantes légendaires entre les poèmes, cf. infra, p. 26.

22 Sur ce problème, voir en particulier les études de Wilamowitz et d’Allen citées plus haut, et E. Schwartz, Der Name Homeros, H., 75 (1940), p. 1-9.

23 Cf. en particulier p. 288 ; 291 ; Schmid-Stählin, p. 196-197.

24 L’Éthiopide…, p. 174 sqq.

25 Cf. sur ce point, E. Schwartz, o. c., p. 5.

26 Ce renseignement est donné par Proclos (1. 81 Sev.), mais il est très rare que les citations anciennes soient accompagnées de la mention du livre (Livre I chez Athénée, XV, 682 d = fr. IV). D’après une conjecture assez hasardeuse d’Allen (p. 62), appuyée sur un fragment de la Tabula Borgiaca, les Kypria auraient compté 9.500 vers.

27 Nous reproduisons ici, avec la généreuse autorisation de l’auteur, le texte et la traduction donnés par A. Severyns, Recherches sur la Chrestomathie de Proclos, IV (1963), p. 77-85. Dans l’apparat, A désigne l’édition d’Allen (Homère, V, OCT, p. 102-105) ; K, celle de Kullmann (Die Quellen…, p. 52-53).

28 La vraisemblance penche en faveur du néo-platonicien (Immisch, Bethe, Rzach, Allen, Severyns) ; cf. cependant L. Sicherl, Gnom., 28 (1956), p. 210, n. 1.

29 Ce n’est cependant pas l’avis d’Allen (p. 56-57).

30 E. Bethe, H., 26 (1891), p. 593-633 ; Homer, p. 204-09 ; Wilamowitz, p. 365, n. 44. C. Robert et Schmid ont partagé cette méfiance.

31 Il s’agit de l’épisode du retour de Pâris à Troie après l’enlèvement d’Hélène (cf. infra, p. 181-82).

32 Voir le compte rendu de l’article de Bethe par O. Gruppe (Jahresb., 122 (1894), p. 89-94) ; Romagnoli, SIFC, 9 (1901), p. 35 sqq.

33 A. Severyns, Recherches sur la Chrestomathie de Proclos, I, 2 (1938), p. 93.

34 Trois éditions de ces fragments sont à mentionner, celles de Kinkel, Epicorum Graecorum fragmenta (Teubner, 1877) ; T. W. Allen, Homeri opera, V (1912, éd. corr. 1946), p. 116-125 ; E. Bethe, Homer IP (1929), p. 151-165. Nous donnons ici la numérotation d’Allen (en chiffres romains). Le lecteur trouvera à la fin du volume, dans l’index des auteurs anciens, une concordance avec la numérotation de Bethe (en chiffres arabes).

35 Editio princeps de R. Wagner, Teubner (1894). Nous citons d’après l’excellente édition de Frazer, Apollodorus, T. II (Loeb), 1921. On admet en général que cette compilation n’est pas du même auteur que la Bibliothèque. Disons ici une fois pour toutes que nous n’avons pas alourdi nos nombreux renvois à l’Epitomé en indiquant dans chaque cas qu’il s’agit d’un pseudo-Apollodore !

36 Hygini Fabulae, éd. H. I. Rose, Leyde (1934) (cf. Wilamowitz, p. 333).

37 Sur l’importance de la tragédie attique pour la connaissance de l’épopée, cf. Wilamowitz, p. 375.

38 Voir par exemple C. Robert, Bild und Lied (1881). Rzach, col. 2380-2394, cite pour chaque épisode des Chants Cypriens les principaux monuments figurés correspondants connus à cette date ; cf. aussi Luckenbach, Jhrb. f. Philol., XI (1880), Suppl.B., p. 491-638. Des monographies récentes ont donné des listes complètes des représentations figurées pour des épisodes des Kypria comme le jugement des déesses, l’enlèvement d’Hélène, la mort de Troïlos, etc. Très utile est aussi le répertoire de Fr. Brommer, Vasenlisten zur griechischen Heldensage2 (1960).

39 Fr. 221 Tu. (EL, V. H., IX, 15) ; cf. aussi Procl., Chrest., p. 97, 15-17 ; Souda, Vita Hom., 1. 36 A1.

40 Par exemple, la Thébaïde (Callinos ap. Paus., IX, 9, 5 ; Certamen Hom. et Hés., 1. 256 A1.) ; les Épigones (ibid., 1. 258) ; la Petite Iliade (Vita Hom. herod., 1. 203 A1.), etc. La Souda (Vita Hom., 1. 44-48 A1.) attribue entre autres à Homère la Petite Iliade, les Nostoi, « le cycle » et les Kypria.

41 Hdt., II, 115-117. Aristophane semble encore considérer le cycle comme homérique (Allen, p. 251).

42 Poét., 23, 145913 1-2 : « ὁ τὰ Κύπρια ποιήσας » ; même expression chez Philodème (Kyp., fr. II) ; cf. déjà Plat., Euthyphr. 12 a (fr. XXIII).

43 Cf. Wilamowitz, p. 346 : « L’anonymat des epos est pour les grammairiens anciens naturel et général. » Cf. sc. Clém. Alex., citée p. 117 A1, sc. MA Eur., Héc. 41, et les fragments donnés par Clément d’Alexandrie (fr. VI), Pausanias (VIII, XVII), les scoliastes (III, IX, XI, XIX, XX), Hérodien (XXIV).

44 Le texte n’est pas sûr. Il porte (XV, 6826) : « Δημοδάµας γὰρ ὁ Ἁλιϰαρνασσὺς ἢ Μιλήσιος ἐν τῷ περὶ Ἁλιϰαρνασσοῦ Κύπρια Ἁλιϰαρνασσέως δὲ αὐτὰ εἶναί φησι ποιήματα ». Allen, p. 62, comprend que, d’après Démodamas, en dépit du nom de Cypria l’auteur était d’Halicarnasse. Wilamowitz, après Becker, accentue Κυπρία et restitue le nom d’un poète Cyprias d’Halicarnasse (cf. Ath., VIII, 334b : « ὁ τὰ Κύπρια ποιήσας εἴτε Κύπριός τίς ἐστιν, ἢ Στασῖνος… » où on peut comprendre soit Cyprios, soit seulement un habitant de Chypre). Jacoby, FGrH, 428 T 3, retient la suggestion de Wilamowitz et estime que les indications d’Athénée proviennent des Pinakes de Callimaque. A son sens, Démodamas d’Halicarnasse (iiie s. av. J.-C.) aurait tiré arbitrairement du titre des Kypria le nom d’un poète Cyprias.

45 Outre Athénée et les auteurs cités supra, n. 1, Clém. Alex. (fr. XXV) ; la sc. A à l’Iliade A5 (fr. I) ; la sc. à l’Euthyphron (fr. XXIII) ; Tzetz., Chil., XIII, 637-640.

46 A la différence de celui d’Hégésias (ou Hégésinos, Procl., p. 97, 14 A1.) de Salamine, que Wilamowitz (Ilias und Homer, p. 428) rattache à Salamine d’Attique.

47 Cf. Rzach, col. 2395. Στασῖνος semble un hypocoristique de Στασίας, qui est attesté à Chypre. On rencontre aussi Στάσανδρος, Στασίδαμος, Στασιϰράτης, etc. Kullmann, p. 215, estime de son côté que ce nom de Stasinos peut remonter à une tradition ancienne.

48 Τὰ Κύπρια ou τὰ Κύπρια ἔπη, parfois τὰ Κυπριαϰά.

49 Sur ces « gloses chypriotes », cf. M. Leumann, Homerische Wörter, Bale, 1950, en particulier p. 270-274 : les « gloses chypriotes » des grammairiens anciens ne seraient le plus souvent que des mots provenant des Chants Cypriens. Pour la critique de cette thèse, cf. E. Fraenkel, Gnom., 23 (1951), p. 373 ; Kullmann, p. 363-65.

50 Wilamowitz, p. 366 ; Rzach, col. 2395-96 ; Bethe, p. 344.

51 P. 343-45.

52 Par exemple Wilamowitz, Ilias und Homer, p. 428, suivi par Rzach, col. 2396 ; Severyns, Rev. Phil., 49 (1925), p. 179 ; Schmid-Stählin, p. 210 ; Lesky, p. 100 (viie s. tardif). Allen, qui étudie avec soin les indications chronologiques données par les anciens, situe au contraire tous les poèmes du cycle troyen, sauf les Nostoi et la Télégonie, dans la seconds moitié du viiie s. (p. 62-69). Il est vrai qu’il place à notre avis Homère beaucoup trop tôt (vers 850). Allen rattache ces poèmes, surtout les Kypria et l’Éthiopide, aux entreprises de colonisation de Milet dans la mer Noire (p. 69 ; 76).

53 Frühe Griechische Sagenbilder in Boötien, Athènes, 1936. R. Hampe donne en appendice la liste des représentations troyennes antérieures au début du vie s. (p. 80- 81). Les épisodes illustrés sont le jugement des déesses (peigne en ivoire du temple d’Artémis Orthia, dont la date, très controversée, est maintenant fixée par l’auteur assez tard dans le viie s. (Festschrift Schweitzer, 1954, p. 77-86), l’enlèvement d’Hélène (plats attiques géométriques et vase de Thèbes (p. 78-79), relief d’ivoire de Sparte), le rassemblement des chefs par Ménélas (« Vase de Ménélas »), le rapt des troupeaux d’Énée par Achille (Pithos à relief), l’épisode d’Achille et de Troïlos (?) (métope de Calydon). On y ajoutera entre autres une amphore protoattique du milieu du viie s. (CVA, Berlin, Antiqu., B1, A9, Pl. 5) représentant la remise du petit Achille à Chiron (cf. infra, p. 91, n. 2). Les Kypria ont moins fourni de sujets à l’art archaïque — surtout pour la sculpture — que d’autres épopées ou parties du cycle (Iliade, Iliou Persis, cycles d’Héraclès et de Thésée) : cf. Ch. Picard, Sculpt. archaïque (1935), p. 329-330.

54 J. D. Beazley, Attic Black Figure, 1951, p. 11. Sur ce motif, voir infra, p. 91.

55 Beazley, o. c., p. 8 ; CVA, Berlin, 2, Pl. 31-33 ; R. Hampe, o. c., p. 80.

56 L. Ghali-Kahil, Les enlèvements d’Hélène…, p. 18 ; R. Hampe, l. c.

57 On sait que la thèse opposée a été défendue avec beaucoup de brio par W. Kullmann, qui estime que l’auteur de l’Iliade a travaillé sur des motifs fournis par les Chants Cypriens, l’Éthiopide et la Petite Iliade. Nous ne pouvons ici discuter cette thèse (contre laquelle les arguments d’Allen, p. 72-75, restent valables), et nous nous contenterons de renvoyer à notre compte rendu (RE G, 74 (1961), p. 484-88). Nous aurons par ailleurs souvent l’occasion de nous référer à cet ouvrage, fort important pour notre sujet. Les motifs parallèles dans l’Iliade et les Kypria ont été souvent relevés, en particulier par Bethe, p. 216-18 ; Schmid-Stählin, p. 201, et surtout Kullmann, p. 227-302 ; 358 ; 366.

58 Pour le premier de ces motifs, la démonstration d’A. Severyns, CE, p. 285- 291, nous paraît définitive (contra, W. Kullmann, p. 196-197). Pour l’un et l’autre, voir du même auteur, Homère, III, p. 58-59. On pourrait également faire entrer en compte l’épisode de l’abandon de Philoctète (infra, p. 316) et le rôle donné par Leschès à Aethra.

59 Severyns, CE, p. 328-331 ; 365-69. W. Kullmann, p. 217-18 ; 360, admet que Leschès a remanié la matière de ces deux épopées antérieures, mais il place celles-ci avant l’Iliade, et le poème de Leschès après (p. 220).

60 La chronographie antique (à laquelle Allen accorde peut-être une confiance excessive), en plaçant Arctinos vers 740 (Souda, Eusèbe) et Leschès vers 700 (Hellanicos, Phainias, Xanthos, ap. Clém. Alex., Strom. I, 21, 131), traduit la même idée. Outre Kullmann, d’autres critiques ont cru discerner dans l’Éthiopide des motifs qui ont servi de modèle à ceux de l’Iliade (H. Pestalozzi, Die Achilleis als Quelle der Il., Zürich, 1945 ; J. T. Kakridis, Homeric Researches, Lund, 1949 ; W. Schadewalt, Von Homers Welt und Werk3, Stuttgart, 1959, p. 155-202).

61 On peut toujours considérer, il est vrai, qu’il s’agit d’interpolations ou de parties « jeunes » de l’Odyssée. De même pour les motifs qui se retrouvent dans les Nostoi. Ces thèmes cycliques sont énumérés par Allen, p. 75-76.

62 E. Bethe, p. 377-380, place dans l’ordre : la forme la plus ancienne de l’Odyssée, les Nostoi, la forme définitive de l’Odyssée, puis les Kypria et la « Petite Iliade » (c’est-à-dire les trois poèmes des Posthomerica). Les Nostoi nous paraissent plus tardifs que les autres épopées troyennes, à l’exception de la Télégonie.

63 Voir par exemple l’épisode des noces de Thétis et de Pélée, infra, p. 72 sqq. Sur ce poème, dont la composition a pu s’étendre sur un temps assez long, cf. J. Schwartz, Pseudohesiodeia, Leyde, 1960.

64 Épisode du jugement des déesses, infra, p. 101, n. 3.

65 Sur l’Alcméonide, considérée par Severyns comme une épopée de raccord entre les deux gestes, cf. R. Ph., 49 (1925), p. 179-181. En réunissant ces résultats partiels, nous proposons — sous toute réserve — la chronologie suivante :
vers 750 : Iliade
725-700 : Éthiopide, Iliou Persis, Odyssée
700-680 : Petite Iliade
680-660 : Chants Cypriens
650-625 : Nostoi, Catalogue hésiodique
vers 600 : Alcméonide
vers 570 : Télégonie

66 Procl., Chrest., p. 97, 8-11 : « Τοῦ ἐπιϰοῦ ϰύϰλου τὰ ποιήματα διασῴζεται ϰαὶ σπουδάζεται τοῖς πολλοῖς οὐχ οὕτω διὰ τὴν ἀρετὴν ὡς διὰ τὴν ἀϰολουθίαν τῶν ἐν αὐτῷ πραγμάτων ».

67 On ne citera guère que le P. Oxy. 1611, dont les fr. 2 et 4 pourraient être des morceaux de vers de l’Éthiopide.

68 P. 159-161.

69 Monro, p. 6.

70 En particulier E. Bethe, p. 294 ; 343 ; Schmid-Stählin, p. 210.

71 Kullmann, p. 221-224.

72 Lesky, p. 99.

73 Bethe, p. 295 ; Kullmann, p. 223. C’est ce que E. Schwartz (H., 75 (1940), p. 2) a appelé « die Historizierung des Epos ».

74 Bethe, p. 292 ; Kullmann, p. 221.

75 Monro, p. 5.

76 Bethe, p. 295 ; 343 ; 392 ; Rzach, col. 2394. Pour l’emploi de ces allégories dans la Théogonie, cf. H. Fränkel, Dichtung und Philosophie des Fruehen Griechentums, 1951, p. 145.

77 Bethe, p. 296.

78 Schmid-Stählin, p. 210.

79 Rzach, l. c.

80 Rzach, ibid. ; Kullmann, p. 221-22.

81 Aspect souligné avec raison par Welcker, p. 159-161.

82 Kullmann, p. 223.

83 Cf. K. Bielohlawek, Das Heldenideal in der Sagendichtung vom Troischen Kreis, WS, 66 (1953), p. 5-10.

84 Cf. Schmid-Stählin, p. 210.

85 Wilamowitz, p. 363-64.

86 Comme le dit Bethe, p. 344-45.

87 Cf. par exemple W. Aly, Volskmärchen bei Herodot, p. 54 ; 67.

88 Dès le ve s., les ouvrages en prose de Phérécyde, Hellanicos, etc., ont pu contribuer à cette décadence. Pour le ive s., les Tragodoumena d’Asclépiade de Tragile étudiaient la forme prise par les légendes dans la tragédie (cf. Wilamowitz, p. 361).

89 Wilamowitz, p. 369 ; Schmid-Stählin, p. 198.

90 D’autres sources nomment l’auteur de cette traduction Naevius (Charis., 184, 16). Sur Ninnius Crassus, cf. W. Kroll, s. v. Ninnius 6), RE, XVII, 1 (1936), col. 634.

91 A. Severyns, Recherches…, I, 2 (1938), p. 92. Allen, p. 52-59, estime au contraire que ces poèmes étaient encore lus au temps de Proclos et de Porphyre, époque où on conservait des œuvres de Callimaque ou d’Euphorion aujourd’hui perdues. Il est à noter que les pièces d’Euripide extérieures au « choix » commencent de leur côté à disparaître dès le début du iiie s. (P. Collart, R. Ph., 16 (1943), p. 31).

92 Sur les difficultés de cette tâche, voir déjà Nauck, Euripidis tragoediae, III (1885), p. viii-xv, et TGF2, p. viii : « Qui ex frustulis fortuito servatis et confisi testimoniis haud raro fallacibus oeconomiam perditarum fabularum instaurare temptant, plerumque aedificia struunt solido fundamento destituta ideoque mox collapsura » ; L. Séchan, p. 59 ; V. Martin, Genava, 7 (1959), p. 18-19 ; H. Lloyd-Jones, Cl. R., 9 (1959), p. 284. En revanche, pour des plaidoyers en faveur des reconstitutions de pièces perdues, énumérant les ressources et les procédés à utiliser, voir H. Weil, Études sur le drame antique (1908), p. 213-14 ; H. Philippart, Humanitas, 4 (1929), p. 112-118.

93 Sur l’ensemble de la question, cf. Séchan, p. 51-57 ; 534-542 ; 576-578.

94 Sur ces différents types de représentations figurées on trouvera une étude d’ensemble et une bibliographie dans l’ouvrage de Séchan, p. 10-31 ; 534-542. Citons pour la peinture pompéienne K. Schefold, Die Troiasage in Pompei, Mél. Byvanck (1954), p. 211-224.

95 Séchan, p. 54-56 ; E. Pottier, Études d’art et d’archéologie (1937), p. 475 sqq.

96 Pour reconstituer les tragédies perdues de la littérature grecque, RBPhH, 6 (1927), p. 593-602 ; 7 (1928), p. 5-19.

97 Cf. le cas de l’Iphigénie d’Eschyle, infra, p. 271, n. 4. Il est remarquable que les travaux récents dans ce domaine émanent en majorité de philologues polonais (S. Srebrny, W. Steffen, W. Klinger, auxquels on ajoutera B. Borecky, à Prague).

98 C’est sur ce principe qu’est fondé le plan d’étude d’Euripide dans l’ouvrage de Schmid-Stählin (cf. p. 335-38).

99 Il n’existe pas d’ouvrage d’ensemble sur la technique dramatique d’Euripide, mais de très nombreuses études de détail (cf. infra, p. 427, n. 2). Sur l’emploi de ces procédés chez Euripide, voir S. Trenkner, The greek Novella (1958), p. 31-78.

100 Cette règle ne paraît pas comporter d’exception (cf. W. Pickard-Cambridge, The dramatic festivals of Athens (1953), p. 139-148, et en particulier 143-144).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/lesbelleslettres/docannexe/image/12553/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 201k

© Les Belles Lettres, 1966

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search