Version classiqueVersion mobile

L’Homosexualité féminine dans l’Antiquité grecque et romaine

 | 
Sandra Boehringer

II. La Grèce classique et hellénistique : du silence à l’humour

Représentations et silences de l’époque classique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si tout n’est pas dit, ni peint, en Grèce classique, cela ne signifie pas nécessairement que ce qui n’a pas d’écho dans les discours n’existe pas. C’est majoritairement parce que tout ne se dit pas ou ne se peint pas, et surtout, parce que tout ne se dit pas ou ne se peint pas de la même façon selon les types de discours. Les zones de silence, qui portent sur des sujets très variés, se décèlent par le contraste qui apparaît lorsque l’on compare les types de discours : un exemple frappant de différence entre le discours des images et celui des textes est le tatouage des hommes thraces. Dans sa vaste étude sur les Thraces dans l’imaginaire grec, M.-A. Desbals fait ce constat : « Hérodote, Strabon et d’autres rapportent que les Thraces (οἱ Θρᾷκες) sont tatoués ; ce masculin pluriel désigne les hommes thraces, et sans doute aussi les femmes ; or les peintres ne montrent tatouées que les femmes. Il ne s’agit pas de redécouvrir ici que l’iconographie grecque n’est pas un reportage photogr...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search