Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie méconnue des temples mésopotamiens

 | 
Dominique Charpin

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Voir J.-L. Huot, Y. Calvet, D. Charpin, S. Cleuziou & J.-D. Forest, « Larsa, rapport préliminaire s (...)
  • 2 Voir D. Charpin, Le Clergé d’Ur au siècle d’Hammurabi (xixe-xviiie siècle av. J.-C.), HEO 22, Genèv (...)
  • 3 Le cours est disponible en audio et vidéo sur le site du Collège de France (http://www.college-de-f (...)
  • 4 On trouvera l’édition de la plupart des textes d’archives paléo-babyloniens cités dans ce livre sur (...)

1Mon expérience de l’archéologie orientale a débuté par la fouille du temple du dieu Soleil à Larsa en 1974, à laquelle j’eus la chance d’être associé par Jean-Louis Huot alors que je débutais mon année de maîtrise1. Plus tard, je fus amené à m’intéresser de manière approfondie au grand sanctuaire d’Ur, dont j’étudiai le clergé dans ma thèse d’État2. Si j’ai décidé de consacrer aux temples mésopotamiens ma première année de cours au Collège de France, en 2014/20153, c’est avant tout parce qu’un tel thème me fournissait une occasion privilégiée d’aborder un aspect essentiel de la civilisation mésopotamienne de manière globale, en combinant les informations des textes avec les témoignages matériels des fouilles. Il convient en effet de « dépasser les frontières », selon le beau mot d’ordre du CNRS. Celle qui sépare les archéologues des épigraphistes n’est d’ailleurs pas la seule : à l’intérieur même de l’assyriologie, les spécialistes de la littérature ne voient pas toujours ce que les documents d’archives peuvent apporter, et la nécessaire spécialisation coupe trop souvent la sumérologie du reste du domaine cunéiforme. J’ai voulu montrer le rôle central que les temples mésopotamiens jouaient dans la société de leur temps en combinant toutes les approches possibles : il fallait donc tenter de faire parler ici un hymne sumérien, là une épopée akkadienne, ailleurs un humble document comptable, ailleurs encore un ex-voto en bronze ou une plaquette en terre cuite… S’agissant de phénomènes de longue durée, il était également nécessaire de franchir les limites chronologiques traditionnelles, pour trouver les éléments utiles à mon enquête dans les trois millénaires qu’a duré la civilisation mésopotamienne : si la première moitié du deuxième millénaire est plus fréquemment citée que d’autres époques, c’est moins parce qu’il s’agit de ma période de prédilection que parce qu’elle offre le plus de témoignages4.

2J’ai souhaité rendre ce livre accessible à un public de non-spécialistes, comme l’avait été mon cours, selon la tradition du Collège de France dont la mission est d’« enseigner la recherche en train de se faire ». Pour alléger la lecture, j’ai choisi de bannir les notes, fournissant les justificatifs nécessaires sous forme d’annexes bibliographiques en fin de volume (sous le titre « Sources et études ») : on y verra ma dette à l’égard de nombreux travaux, en particulier ceux d’Andrew George. J’aurais pu poursuivre mes recherches encore longtemps et je suis sûr que des collègues trouveront des compléments à la documentation ici réunie, qui ne se veut pas exhaustive. En outre, la part de la comparaison avec d’autres cultures a volontairement été gardée réduite : sortant de ma spécialité, il m’aurait fallu encore bien du temps pour entreprendre une telle étude, et j’espère que d’autres prolongeront dans cette perspective les résultats auxquels je suis parvenu à partir des seules données mésopotamiennes. Il m’a semblé que le temps était venu de présenter la nouvelle vision des temples mésopotamiens qui résulte de cette longue enquête.

  • 5 Ma communication, en allemand, a été publiée quelques années plus tard dans un ouvrage collectif re (...)

3Le présent ouvrage a pris naissance à l’occasion d’un colloque qui eut lieu à Vienne en juillet 2007 en l’honneur de l’assyriologue Hermann Hunger5. J’ai eu depuis l’occasion de reprendre mon enquête lors de conférences à Leyde (novembre 2007), à Québec (mars 2009), puis à Rome (janvier 2014). Je tiens à remercier les membres des différents auditoires auxquels je me suis adressé, dont les questions et réactions m’ont permis de progresser au fil des années. Thomas Römer, qui a proposé mon nom à ses collègues du Collège de France pour poursuivre l’enseignement de Jean-Marie Durand, a droit comme ce dernier à toute ma reconnaissance. Je remercie les Trustees du British Museum pour m’avoir permis d’éditer et reproduire la tablette BM 97327. Mon fils Émile Charpin a bien voulu relire mon manuscrit et m’a fait de pertinentes remarques pour faciliter l’accès du texte à des néophytes. Je suis heureux que ce livre inaugure une nouvelle collection associant le Collège de France aux Éditions des Belles Lettres : ma gratitude s’adresse à Céline Vautrin du Collège de France et à Caroline Noirot et son équipe des Belles Lettres pour le travail accompli sur mon manuscrit. Floriane Brill a bien voulu réaliser les cartes et Marine Béranger m’aider à relire les épreuves.

4Pour finir, je souhaite dédier cet ouvrage à ma femme Nele Ziegler, assyriologue elle aussi, dont la présence à mes côtés depuis deux décennies est plus précieuse que je ne saurais le dire.

5Wetzawinkel/Novigrad/Francueil/Antony
juillet-août 2016

Notes

1 Voir J.-L. Huot, Y. Calvet, D. Charpin, S. Cleuziou & J.-D. Forest, « Larsa, rapport préliminaire sur la sixième campagne de fouilles », Syria 53, 1976, p. 1-45, pl. I-IV.

2 Voir D. Charpin, Le Clergé d’Ur au siècle d’Hammurabi (xixe-xviiie siècle av. J.-C.), HEO 22, Genève-Paris, 1986.

3 Le cours est disponible en audio et vidéo sur le site du Collège de France (http://www.college-de-france.fr/site/dominique-charpin/course-2014-2015.htm). Un résumé a été publié sous le titre « Les temples en Mésopotamie : approche fonctionnelle », Annuaire du Collège de France 2014-2015, Paris, 2016, p. 431-444.

4 On trouvera l’édition de la plupart des textes d’archives paléo-babyloniens cités dans ce livre sur le site http://www.archibab.fr.

5 Ma communication, en allemand, a été publiée quelques années plus tard dans un ouvrage collectif resté assez confidentiel : D. Charpin, « Zur Funktion mesopotamischer Tempel », dans G. J. Selz & K. Wagensonner (éd.), The Empirical Dimension of Ancient Near Eastern Studies. Die empirische Dimension altorientalischer Forschungen, WOO 6, Vienne, 2011, p. 403-422.

© Les Belles Lettres, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540