Version classiqueVersion mobile

Le « livre » de Martial et l’autoportrait du poète en épigrammatiste romain

 | 
Jean-Claude Julhe

Deuxième partie. Publications augmentées et révisées : de la multiplicité des épigrammes à l’unité du corpus épigrammatique

Chapitre VI. L’autoportrait de Martial et l’unité du corpus épigrammatique en douze livres

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les réflexions de Martial sur le livre et la création littéraire que nous avons étudiées dans les chapitres précédents constituent une sorte d’apologia pro opere suo, dans laquelle le poète se justifie, d’une part, d’avoir choisi le genre de l’épigramme, face à ceux qui considèrent ce genre comme « mineur », et, d’autre part, de l’avoir intégré dans la forme du livre, face à ceux qui reprochent à l’auteur la monotonie de ses ouvrages ou, au contraire, leur disparité, inaequalitas. De telles réflexions nous apparaissent comme une tentative de Martial pour faire valoir aux yeux du lecteur sa propre identité poétique, c’est-à-dire les traits caractéristiques qui le rendent unique et reconnaissable entre tous. Parallèlement à ces épigrammes de critique littéraire, un certain nombre d’autres jouent sur les correspondances entre la poésie épigrammatique et les arts figurés, soit qu’elles cherchent, par exemple, à rivaliser avec le tableau représentant les traits d’un visage, soit qu’elles...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search