Version classiqueVersion mobile

Le « livre » de Martial et l’autoportrait du poète en épigrammatiste romain

 | 
Jean-Claude Julhe

Première partie. Publier des épigrammes ? Contours et authentification du corpus épigrammatique

Chapitre II. Allongement des livres et possibilités de sélection : remarques sur les vertus modulables du volvmen

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme nous l’avons rappelé, les épigrammes grecques et latines pouvaient circuler, avant l’époque de Martial, sous la forme de collections, de libelli ou d’anthologies de différentes longueurs, mais le poète lui-même n’avait encore publié, en 85-86, aucun ouvrage dont la taille fût comparable à celle de son premier livre d’épigrammes variées1 : les critiques d’aujourd’hui supposent que le De spectaculis n’était qu’une mince plaquette – même s’il faut tenir compte du fait qu’il nous a été transmis de manière incomplète –, tandis que les Xenia ou les Apophoreta comptent chacun deux fois moins de vers que les livres les plus longs, parmi ceux que le poète a composés par la suite2. En revanche, il nous semble qu’au moment où il achevait le premier ouvrage ce cette série, l’epigrammaton libellus publié par Atrectus – ouvrage sensiblement plus long que les trois précédents, et dont il donnerait plus tard une édition augmentée3 –, Martial avait d’ores et déjà surmonté cette double difficul...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search