Version classiqueVersion mobile

Le « livre » de Martial et l’autoportrait du poète en épigrammatiste romain

 | 
Jean-Claude Julhe

Première partie. Publier des épigrammes ? Contours et authentification du corpus épigrammatique

Chapitre I. Réflexions sur la lecture orale, la publication commerciale et la propriété intellectuelle des épigrammes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La critique contemporaine tend souvent à remettre en cause la pertinence des recherches menées sur les aspects économiques de la diffusion des livres antiques, tout en soulignant le silence de la plupart des juristes ou des écrivains latins sur les transactions financières conduites entre l’auteur et le libraire. Un commentateur comme Rex Winsbury considère que les études consacrées aux éditeurs-libraires, au prix des livres ou au nombre d’exemplaires produits relèvent de problématiques assez anachroniques et conduisent à des résultats pour le moins incertains ; il juge préférable de mettre l’accent sur l’importance de l’oralité dans le processus de création et de circulation des œuvres, à l’intérieur du monde romain1. En s’appuyant sur les lettres de Pline le Jeune, en particulier, Emmanuelle Valette-Cagnac a montré quant à elle que la recitatio constitue, d’une part, une sorte d’« écriture orale » – en ce sens qu’elle permet à l’auteur de corriger ses œuvres encore sur le métier e...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search