Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

Relire Nathaniel Akinrẹmi Fadipẹ pour Liana Nissim

Olympe Bhêly-Quenum

Texte intégral

1The Sociology of the Yoruba, œuvre majeure pour connaître et comprendre le peuple yoruba, me semble inconnue en Francophonie; en lisant nombre de sociologues français et africains francophones, je n’ai repéré ni chez les uns, ni chez les autres, la moindre référence à cet auteur important; d’autre part, les ‘communications’ francophones traitant des Yoruba dénotent, en l’occurrence, la culture approximative des auteurs; il va sans dire que l’objectif de mon apport aux Mélanges pour Liana Nissim n’est ni de dénoncer une ignorance ou une inculture, ni de réparer un oubli, mais de faire plaisir à une grande Amie qui est aussi une universitaire de renom, en entrouvrant devant elle la porte d’une demeure africaine peuplée de richesses tant culturelles que cultuelles.

  • 1   Employé de bureau.

2Né le 2 Octobre 1893 dans le quartier Oke-Sajẹ, à Abeokuta (Nigeria), mort en juin 1944, à Londres, Nathaniel Akinrẹmi Fadipẹ était le fils d’un pasteur baptiste, membre illustre de la Mission baptiste du Nigeria; sa mère était commerçante; le pasteur savait et appréciait l’importance de l’éducation en tant que vecteur de culture et de mobilité sociale; on ignore à quel âge le jeune Nathaniel fut inscrit à l’école primaire; on sait qu’il en fréquenta deux, notamment: Church Missionary Society (C.M.S.) School, à Ilugun, près d’Abeokuta, et Christ Church School, Iporo-Ake, à Abeokuta; de 1906 à 1908, les études secondaires furent effectuées au C.M.S. Grammar School, à Lagos; fort de sa formation et de ses diplômes, N.A. Fadipẹ postula et obtint un poste de clerk1 au Secrétariat du Gouvernement; Lagos était alors la capitale du Nigeria; mais il démissionna, trouva un travail plus rémunérateur de secrétaire personnel du Directeur de Barclays Bank et y resta jusqu’en 1920.

3Vivre dans le patchwork ethnique qu’était et reste Lagos où everything’s in the melting pot ne l’empêchait pas d’entreprendre des recherches à Abeokuta, Ibadan et dans les milieux de racines yoruba. Ses économies lui permettront de se rendre – à ses frais – à Londres, de s’inscrire au prestigieux London School of Economics and Political Science (L.S.E.); il obtint des diplômes, approfondit les recherches afférentes à son pays natal; la bibliographie et les références donnent l’impression que cet étudiant africain avait lu tout ou le maximum d’ouvrages de sociologie, d’anthropologie ainsi que les communications consacrées au Nigeria, notamment aux Yoruba par des Africains, des Américains et des Européens.

4Après deux ans d’études au Royaume Uni, il en effectua autant aux USA, à Columbia University. Master of Arts en Sociologie, reconnu, sollicité à Achimota College of Gold Coast (Ghana actuel), il enseigna de 1932 à 1935, mais retournait souvent au Nigeria pour ses recherches sur le terrain objectif.

  • 2   Fadipẹ N.A., 1970, The Sociology of The Yoruba, Nigeria, Ibadan University Press.

5Mobile, très actif, inépuisable, il revint à Londres, en 1935, se consacra à sa thèse de PhD (Doctorat en philosophie) intitulée The Sociology of The Yoruba2 brillamment soutenue en 1939.

6Selon Francis Olu Okediji (PhD) et Ọladẹjọ O. Okediji (PhD), les éditeurs, la version originale de la thèse comptait 1017 pages dactylographiées sectorisées en 34 chapitres; l’évolution du Nigeria dans son ensemble, la psychologie de ses nombreuses ethnies depuis les recherches de l’auteur et l’édition ont requis des élagages et des ajustements; d’autre part, il appert que, monothéiste ou polythéiste, la religion des parents laisse rarement les enfants intacts; ainsi, celle de N.A. Fadipẹ lui faisait parfois sous-estimer certaines réalités endogènes; peu importe: bien que les 34 chapitres du manuscrit aient été réduits à 11, les 1017 pages, à 354 imprimées serrées, illustrées avec une vingtaine de photographies significatives, les faits concrets, les informations assez rares, les données linguistiques permettant des approches avec les Yoruba constituent la richesse de ce livre inconnu des Francophones, fussent-ils Africains, à moins que, mutatis mutandis, par ascendance matrilinéaire ou patrilinéaire ils n’aient des liens solides avec les Yoruba, ne s’intéressent aux us et coutumes, à la culture traditionnelle et ne comprennent la langue yoruba émaillée de litotes, de proverbes et de subtilités.

  • 3   Korzybski A., 1933, Science and Sanity. An Introduction to Non-Aristotelian Systems and General S (...)

7Énumérer les titres des chapitres serait fastidieux; mais à «Physical Environment» (ch. 1) on ferait observer que désigner les frontières du Yoruba- land par des noms de lieux yoruba, semble se conformer à la théorie selon laquelle il n’y aurait pas, chez les Yoruba, de différence de frontière entre la géographie et la politique. Autre chose est la réalité; Alfred Korzybski notait déjà: «A map is not the territory it represents, but, if correct, it has a similar structure to the territory, which accounts for its usefulness»3. On touche du doigt le système colonial du partage de l’Afrique noire délimitant les frontières arbitrairement.

8Yoruba au fait des réalités endogènes, les éditeurs ont noté que le chapitre 2 titré «History of the Yoruba» est plutôt «Ethnic History»; en effet, en utilisant des généralisations sans mystère afférentes aux traditions de plusieurs groupes yorubas, Fadipẹ en infère que, unanimes, les Yoruba revendiquent Ile-Ifẹ comme le creuset de leur origine; héros culturel, Odùduwà est collectivement considéré comme leur ancêtre; forte est la probabilité qu’Ọoni d’Ifẹ était le chef que les Ọyọ-Yoruba venus de l’Est ont trouvé à Ile-Ifẹ; qu’Aláàfin était un descendant des anciens immigrants de l’Est; et que les traditions migratoires de beaucoup d’autres groupes yoruba révélaient que les lieux où ils émigraient en quittant Ile-Ifẹ n’étaient pas entièrement inhabités quand ils y arrivaient.

9Puisque ces différentes traditions n’avaient pas été complètement explorées ou authentifiées, la nécessité s’imposait pour des recherches en tenant compte des normes de la tradition orale en linguistique comparée; les données scientifiques de sources archéologiques sont aussi des preuves qui pourraient jeter la lumière sur l’histoire ancienne des Yoruba; c’est dans ce chapitre que Fadipẹ décrit le déclin de l’Empire Ọyọ, la suprématie de l’État militaire d’Ibadan et la pénétration des Européens dans Egbaland.

  • 4   Quenum M., 1938, Au Pays des Fons, Paris, Larose; ce livre a fait de son auteur un lauréat de l’A (...)

10À l’instar de Au Pays des Fons4, Fadipẹ consacre un chapitre à la langue et à sa structure, au vocabulaire, à la numérisation; l’apparition des nouveaux mots n’a pas déterritorialisé les anciens, creuset des subtilités, des roueries et des finesses de ce que j’appellerais figures de rhétorique dont la force des litotes me séduisait quand j’entendais parler ma grand-mère maternelle qui était Yoruba.

11Bien qu’un chapitre soit souché sur «Marital Process, Family and Kinship», je ne m’y appesantirais pas, malgré l’intérêt des analyses sociologiques; je noterais néanmoins que l’auteur insiste autant sur l’infiltration du Christianisme et de l’Islam dans les us et coutumes yoruba que sur l’importance de la virginité de la jeune fille à marier; en l’occurrence, quoi que fait exceptionnel, le cas de la dot dénote l’exploitation commerciale du futur beau-fils par son futur beau-père, sans doute parce que chez les Yoruba, la virginité de la fille à marier est un prestige et un honneur pour la famille du marié. Mais chose assez étrange, cet agissement, qui pourrait choquer, génère, a posteriori, la solidarité tant sociale et économique que financière dans les familles des époux: réciprocité d’acceptation des obligations pour inconduite, endettement, etc. Ainsi, les modalités de mariage deviennent le mécanisme du maintien de la communauté d’intérêts; il appert que la parenté élargie (extensive kinship) est d’une richesse dont le résumé déborderait les limites de ce petit travail.

  • 5   Yaga, plus exactement: Iya agba, ma grand-mère maternelle, originaire d’Abeokuta, en avait apport (...)

12Comme dans la plupart de mes lectures, j’avais souligné et marginé dans le livre de Fadipẹ; mais un fait que je ne me souvenais pas d’y avoir remarqué concernait le culte de la terre natale chez la Yoruba qui s’expatrie à cause de son mariage avec un étranger; cet attachement est incidemment illustré dans Les Appels du Vodún par un morceau de la roche Olumo5.

13«Economic Organisation» of the Yoruba people – le chapitre le plus long – révèle des faits significatifs hors du commun; ceux qui méritent d’être soulignés concernent la société secrète Ogboni et les esclaves; les luttes d’Ogboni contre le colonialisme et son entrisme ne sont pas absents des livres des écrivains yoruba tels qu’Amos Tutuola et Wole Soyinka; d’autre part, ne devient pas Ogboni qui veut: il faut être Yoruba par filiation patrilinéaire; des considérations assez complexes surgissaient dans le cas de filialité matrilinéaire parce que les normes de la société secrète excluaient l’initiation d’un étranger; ce qui frappe dans ce chapitre en en faisant la singularité est le processus d’admission d’esclaves méritants, qui, ayant acheté leur liberté «buy their freedom» grâce aux possibilités offertes par leurs Maîtres ou par leurs propres entregents, devenaient des hommes libres; un dignitaire Ogboni «owner» (propriétaire) d’un esclave devenu homme libre pouvait, eu égard aux qualités humaines, à la formation, à l’attachement pour Egbaland de ce dernier, lui proposer d’être Ogboni! Fadipẹ note des cas d’anciens esclaves employés dans des secteurs socio-économiques qui ont accédé à des rangs de dignitaires et exercé de hautes fonctions dans cette confrérie très fermée.

  • 6   Cf. Bhêly-Quenum O., «Les Francs-Maçons», Lagos, juillet 1954 – Eu (France) Printemps 1955, in Bh (...)
  • 7   Lire: Marcato Falzoni F., 1989, «L’Initié» di Olympe Bhêly-Quenum: Un Cristo Nero, in G. Giorgi-E (...)

14En 1954, c’est à Abeokuta où je me trouvais pour un motif personnel que j’eus vent de The Sociology of the Yoruba, de feu son auteur6, de l’importance de la teneur de l’ouvrage pour «the Ogboni secrete society» ainsi que du rôle politique significatif de cette société au Nigeria; le livre parut en 1970; je le fis vite acquérir et le lus; c’est dire qu’on ne poserait pas ici une dalle de béton sur les fondements tant spirituels que socioculturels, forces incontournables de l’Afrique7, fût-elle émergente en effectuant des bonds qualitatifs; l’ignorance des fondements spirituels et socioculturels, le mépris voire l’indifférence à leur égard font ruer des opportunistes d’Afrique francophones dont plus d’un chef d’État vers la Franc-Maçonnerie où ils subodorent le tremplin de pérennité au pouvoir; mais hors de la loge, les Landmarks, l’éthique, les exigences du rituel et des Working Tools sont allègrement bafoués.

15De tels agissements sont inimaginables dans la confrérie Ogboni; en insistant sur son impact, Fadipẹ  déclarait – je traduis –: «la société Ogboni était politiquement plus puissante chez les Ẹgba et les Ijẹbu que parmi les Ọyọ-Yoruba; chez les premiers, les membres avaient la haute main sur le Conseil administratif et tenaient les rênes de toutes les fonctions; mais le roi intervenait toujours quand la résolution d’un problème était une impasse et il pouvait même passer outre l’avis des membres d’Ogboni».

  • 8   Cf. 4ème page de couverture, 1979, Paris, Présence Africaine: «Annoncé en 1960 sous le titre de F (...)
  • 9   Soyinka W., 1984, Aké, Les années d’enfance, Paris, Belfond.
  • 10Shorten the road: raccourcir la route, réduire la distance d’un trajet. 

16Le manuscrit de The Sociology of the Yoruba existait déjà en 1940; L’Initié8 étant écrit avant la parution du livre de Fadipẹ, je fus surpris par ses réticences et ses doutes concernant les données de la pharmacopée yoruba, l’efficacité opératoire des «noms premiers», manifeste dans un cas approprié, même chez Wole Soyinka9, bien que le mot èpè n’ait pas été utilisé. Dans L’Initié, les «noms premiers de toute chose» étaient opérationnels dans trois ou quatre événements qui n’ont pas échappé à la sagacité de Franca Marcato Falzoni. Quant aux éditeurs de Fadipẹ, ils n’ont pas hésité à noter que tout en reconnaissant que la magie chez les Yoruba ne concerne pas seulement les cas d’espèce incontrôlables, l’auteur n’était pas convaincant dans son analyse de ká nàkò10; en se référant aux noumènes de Afrique des profondeurs, on pourrait dire que le phénomène de ká nàkò fait penser à Jésus, qui, franchissant les distances considérables en Judée, en Galilée et ailleurs dans la région, apparaissait là où personne ne l’attendait.

  • 11   Processus de divination chez le Yoruba, les Fon au Bénin, les Mina au Togo. Je me réfère ici à: A (...)
  • 12   Ellis A.B., 1894, The Yorùba-Speaking Peoples of the Slaves Coast of Africa, London, Chapman & Ha (...)

17L’analyse d’Ifá11 dans The Sociology of the Yoruba fait cas des principes de moralité; dans leurs écrits sur la religion traditionnelle, nombre d’auteurs européens ayant dénié ou passé sous silence la moralité chez les Yoruba. Et Fadipẹ de s’insurger contre Ellis12 selon qui Ọlórun (Dieu) est «otiose» (inutile) chez les Yoruba. C’est ignorer qu’avant de consulter Ifá pour un client, Babaláwo (devin) rend d’abord hommage à Ọlórun en le prenant à témoin de la consultation de l’oracle; c’est aussi le cas au Bénin; consulter Ifá ou Ọrúnmilà (son autre nom), c’est vouloir connaître l’avenir, c’est s’attendre à des obligations, et dans la vie pratique, à des interdits auxquels il faut se soumettre. Il y a dans Plutarque, entre autres, une analogie avec les augures d’Ifa; rapportant un fait, l’écrivain grec déclare:

Apollon nous éclaire par ses oracles et fixe nos incertitudes sur les divers événements de la vie; mais il abandonne à la sagacité de notre esprit les discussions philosophiques, en nous inspirant un grand désir de connaître la vérité.

18En l’occurrence, se référant au mot Ei gravé sur la porte du temple de Delphes, il ajoute:

L’empereur Néron vint à Delphes pour consulter l’oracle sur une prédiction des astrologues, qui lui annonçaient qu’il serait dépouillé de l’empire. Le dieu lui répondit de prendre garde à la soixante-treizième année; réponse équivoque comme l’étaient toutes celles des oracles, qui fit croire à Néron qu’il régnerait tranquillement au moins jusqu’à la soixante-treizième année de son âge, mais qui, par l’événement, se trouva convenir à Galba, qui était âgé de soixante-treize ans lorsqu’il détrôna Néron. 

  • 13   Mot yoruba pour: camisole, chemisier.
  • 14   Tissu en coton de fabrication traditionnelle teint avec de l’indigo.

19Puisqu’on ne saurait être exhaustif en présentant The Sociology of the Yoruba, je voudrais, au terme de ma collaboration à ces Mélanges, évoquer le langage, une des choses qui participaient du charme d’Iya agba, la Grande Dame yoruba qu’était ma grand-mère maternelle; quand elle se vêtait d’un bùbá13 et de pagnes adirẹ14, on savait qu’elle se sentait Egba; alors, comme le soulignait Fadipẹ, au lieu de répliques acerbes à une inconvenance, proverbes lapidaires ou ironiques, litotes, voire adverbes imbibés d’humour servaient de réponses: depuis la nuit des temps, l’usage de l’idiome dans sa pureté permettait aux Sages de mémoriser en proverbes précis et didactiques des expressions de sagesse pour synthétiser des événements cosmiques; dans les temps modernes où la langue est de plus en plus corrompue par les emprunts sans distinction de langues étrangères, notamment de la langue anglaise, chez des Yoruba, les proverbes sont le noyau de résistance linguistique à l’invasion; ils permettent aussi de maintenir la pureté de la langue; en Yorubaland, le proverbe est le moyen de valoriser la richesse du ‘parler’; il maintient sa pérennité, son profond enracinement dans la tradition culturelle et définit la position du Yoruba dans le cosmos.

20Très chère Liana, mon désir était de prendre votre main et, vous emmenant, pianissimo, loin des sentiers trop battus, d’entrebâiller devant vous la porte d’une bâtisse culturelle du pays de ma grand-mère; c’était une gageure, je ne sais pas si je l’ai réussie; peu importe, je suis heureux que le Nigeria et le Bénin soient symbolisés dans l’hommage que vos admirateurs vous rendent.

Très affectueusement,
Olympe BHÊLY-QUENUM

Notes

1   Employé de bureau.

2   Fadipẹ N.A., 1970, The Sociology of The Yoruba, Nigeria, Ibadan University Press.

3   Korzybski A., 1933, Science and Sanity. An Introduction to Non-Aristotelian Systems and General Semantics, s.l., The International Non-Aristotelian Library Publishing Company: 58.

4   Quenum M., 1938, Au Pays des Fons, Paris, Larose; ce livre a fait de son auteur un lauréat de l’Académie française; nouvelle édition: 1983, Paris, Maisonneuve et Larose.

5   Yaga, plus exactement: Iya agba, ma grand-mère maternelle, originaire d’Abeokuta, en avait apporté un morceau dans son bagage de mariée et au Dahomey (Bénin actuel) pays de son mari, elle enterra le morceau de la roche Olumo dans la maison de son mari d’ethnie fon, donc étrangère; ainsi, même à Ouidah, la ville où elle vivait avec son mari, elle se sentait aussi à Abeokuta, sa ville natale.

6   Cf. Bhêly-Quenum O., «Les Francs-Maçons», Lagos, juillet 1954 – Eu (France) Printemps 1955, in Bhêly-Quenum O., 1998, La naissance d’Abikou, recueil de nouvelles, Bénin, Phœnix.

7   Lire: Marcato Falzoni F., 1989, «L’Initié» di Olympe Bhêly-Quenum: Un Cristo Nero, in G. Giorgi-E. Biancardi et al. (eds.), Le culture esoteriche nella letteratura francese / Le culture esoteriche nelle letterature francofone / Problemi di lessicologia e lessicografia dal Cinquecento al Settecento, Atti del XV convegno della S.U.S.L.L.F. (Pavia, 1-3 ottobre 1987), Fasano, Schena: 263-277. Elle fut la seule Européenne qui me semble encore avoir bien lu et compris ce roman dont certains chapitres sont campés en Italie (Milan, Rome…). Lire aussi: Kapko M., Fait religieux et Résistance culturelle dans l’œuvre d’Olympe Bhêly-Quenum, en ligne: www.obhelyquenum.com; Quenum A., Récit initiatique et expression mystique dans l’œuvre d’Olympe Bhêly-Quenu, Doctorat d’État, Paris Sorbonne, mention: Très honorable; Invernizzi A., Il Vudù nell’opera di Olympe Bhêly-Quenum, tesi di laurea, Universtà degli Studi di Milano.

8   Cf. 4ème page de couverture, 1979, Paris, Présence Africaine: «Annoncé en 1960 sous le titre de Forces obscures, terminé en 1964 mais publié en 1979, pour des motifs politiques».

9   Soyinka W., 1984, Aké, Les années d’enfance, Paris, Belfond.

10Shorten the road: raccourcir la route, réduire la distance d’un trajet. 

11   Processus de divination chez le Yoruba, les Fon au Bénin, les Mina au Togo. Je me réfère ici à: Abimbola W., 1972, Sixteen Great Poems of Ifa, Unesco; en francophonie, il y a beaucoup d’ouvrages dont le plus ancien est Maupoil B., 1961, La Géomancie à l’ancienne Côte des Esclaves, Paris, Institut d’ethnologie.

12   Ellis A.B., 1894, The Yorùba-Speaking Peoples of the Slaves Coast of Africa, London, Chapman & Hall.

13   Mot yoruba pour: camisole, chemisier.

14   Tissu en coton de fabrication traditionnelle teint avec de l’indigo.

Auteur

© Ledizioni, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search