Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

Le style ‘Nouvelle Vague’. Une révolution dans la garde-robe

Claudio Vinti

Texte intégral

1. Liminaire

1«La mode se démode, le style jamais» affirmait Coco Chanel1. Évidemment, c’est à cette citation très connue qu’a pensé Karl Lagerfeld en signant un film muet très ‘Nouvelle Vague’ pour présenter la collection printemps-été 2013. Le cinquantenaire du mouvement cinématographique a été l’occasion pour faire redécouvrir au grand public le goût un peu rétro des années 1960. Electro Femina a célébré le retour ‘couture’ du phénomène godardien avec une soirée entièrement consacrée à des projections vidéo et à des sélections musicales ayant pour thème la «Nouvelle Vague Night». Sur la passerelle on a vu défiler de merveilleuses mais impossibles robes bouffantes de Prada, des lunettes ‘cat style’ de Tom Ford et des sacs à main style ‘jeune fille bonne famille’ (la peek-a-boo de Fendi). Dsquared2 a proposé des chemises en organdi avec des manches ballon et des shorts en soie et coton. Dolce & Gabbana, pour sa part, des soutien-gorge en dentelle, tandis que, plus téméraires encore, les sœurs Rodarte ont redessiné le t-shirt New York Herald Tribune porté par Jean Seberg dans À bout de souffle (considéré comme le premier exemple de maillot ‘communicatif’). Il deviendra alors plus qu’un article d’habillement, mais un véritable mythe médiatique. Parallèlement, le maquillage mise décidément sur un eyeliner protagoniste: un trait épais contournant la partie supérieure de l’œil et s’allongeant légèrement vers l’extérieur, avec un rouge à lèvres couleurs absolument nues. Pour avoir une idée de tout cela, il suffit peut-être de regarder les photos de Brigitte Bardot dans Le Mépris.

  • 2   Le cinéma a toujours été considéré comme un formidable moyen de persuasion et de communication de (...)

2Ce retour ‘couture’ du phénomène ‘Nouvelle Vague’ nous permet de réfléchir brièvement sur le rôle de l’habillement (et donc de la mode) dans le cinéma et, en particulier, sur l’importance capitale de ce qu’on peut appeler le ‘style Nouvelle Vague’ pour les jeunes des années 1960. Pour cette génération, le cinéma donnait des références et des points de repères essentiels, à une époque où aucun modèle ne paraissait plus utile et la vague iconoclaste semblait pouvoir abattre toutes les barrières2. Phénomène sociologique avant que cinématographique, la ‘Nouvelle Vague’ caractérise, tout d’abord, une génération, celle qui, née pendant les troubles et les tensions de l’entre-deux-guerres, était devenue adulte à la Libération. C’est Françoise Giroud qui, dans un ouvrage publié en 1958, inventera cette expression pour commenter les résultats d’un sondage de «L’Express» à propos de la façon de vivre des jeunes hommes et femmes, issus de la guerre et des tentatives multiples de reconstruire une Europe et, en particulier, une France moderne et penchée vers l’avenir.

3C’est Geneviève Sellier à nous offrir une synthèse appropriée de cette époque, soulignant le rôle remarquable d’André Bazin, chef indiscutable de cette (r)évolution des mœurs et de l’approche à la culture (de la conception élitaire, voire fasciste, à la démocratisation du produit culturel):

Le contexte culturel de l’après-guerre en France, marqué par le développement des ciné-clubs, a créé les conditions favorables à l’intervention des pouvoirs publics dans la production cinématographique et à l’émergence d’un nouveau cinéma. Le personnage phare de cette nouvelle attitude culturelle de l’après-guerre est André Bazin, sensibilisé par son appartenance au courant catholique social [...] à la dimension populaire du cinéma, qui va devenir, dans le contexte de la Libération, un instrument de démocratisation culturelle. (2005: 21)

4La question du ‘style’ devient fondamentale, car il est l’emblème du génie du ‘créateur’, si bien qu’André Bazin s’exprime par ces mots:

Le style est une qualité plus rare au cinéma que dans les autres arts parce qu’étant l’expression la plus intime (après la graphologie) de la personnalité du créateur, la complication des techniques et les multiples collaborations ainsi requises s’interposent entre le réalisateur et son œuvre. (1983: 163)

5Cette définition peut être facilement appliquée à la mode, dont le style est le paradigme de base parce qu’il sert à identifier ses ‘époques’ et ses tendances. Du reste, c’est le binôme mode-identité qui constitue le point de départ d’un domaine d’études assez récent et novateur, appelé ‘Fashion Studies’. Le point de départ se trouve dans l’idée que la mode représente un terrain de recherche fertile pour l’analyse de comportements, attitudes et constructions identitaires, parce qu’il s’agit essentiellement

di un prodotto culturale sempre meno localizzato le cui dimensioni assumono proporzioni mondiali che lo condizionano, inserendolo in dinamiche sociali multiple e frammentarie. Si passa quindi da una visione della moda come rappresentazione di un’identità al singolare ad una revisione identitaria al plurale dove tale aggettivo apporta tutta quella assiologia positiva di cui si è caricato nel corso del tempo. (Mattioda 2011: 62)

  • 3   Cf., à ce propos, les études de Barthes (1967); Crane (2004); Segre (2005).

6Grâce à sa dimension sociologique, la ‘Nouvelle Vague’ se pose comme une marque identitaire, déterminant et influençant la mode, avant de devenir, elle-même, une mode éphémère ou de longue durée, répondant à la loi de Vico des cours et recours historiques. À bout de souffle inspire des milliers de jeunes, heureux de s’identifier au look mi-chic mi-bandit de Belmondo. Un look d’anti-héros qui fait des adeptes aux quatre coins du globe. Sa veste en tweed, jusqu’alors portée par les chasseurs et les pécheurs, s’introduit dans la mode lors du tournage du film. Blanche ou rayée, la chemise légèrement entrouverte perd sa banalité quotidienne pour apporter du sex-appeal à la tenue d’un jeune rebelle irrévérencieux dont le style accompagnera le courant entier de la ‘Nouvelle vague’ (Drenca 2013). À partir de ce moment on modifie le concept même d’habillement, qui n’est plus seulement un objet indispensable pour ‘protéger’ le corps humain, mais un outil formidable de communication avec son langage et sa grammaire descriptive / prescriptive3.

2. Mode et cinéma, la mode au cinéma: histoire d’un amour qui dure depuis plus d’un siècle

  • 4   Cf. Press releases 2007: nov. 06, 2006, Berlinale Retrospective 2007: City Girls. Images of Women (...)

7La mode a toujours été très importante au cinéma. On pourrait même affirmer qu’elle est née avec le cinéma. Les années 20 du XXe siècle représentent, à ce propos, l’une des époques les plus glorieuses de toute l’histoire du cinéma. Si on lit le slogan, «City Girls – Images of Woman in Silent Film»4, on se rend compte que, déjà à cette époque-là, les actrices protagonistes du cinéma muet représentaient une référence pour toute une génération de femmes. Dès lors, la vie quotidienne commence à puiser à pleines mains dans le set cinématographique et l’écran se fait bientôt promoteur d’un féminisme ante litteram. Les actrices, dont on ne pouvait pas entendre la voix, constituaient déjà un modèle sans égal pour les femmes de l’époque et les costumes de scène seront bientôt adaptés aux exigences de la vie de tous les jours. La mode propose des bérets portés sur le côté, des pantalons, des robes cintrées à la taille et des boas de plumes. Bientôt elle sera dictée par la scène. Marlène Dietrich, par exemple, choque le public avec son tailleur-pantalon (aujourd’hui très apprécié, le ‘pantalon Marlène’) dans L’Ange bleu (1930); quant à Marilyn Monroe, elle marque une étape légendaire dans un film culte de 1955, Sept ans de réflexion (The Seven Years Itch). Cette dernière est la quintessence de ce qu’Antoine de Baecque définit comme un «érotisme réglé et codifié, sulfureux et fétichiste» (2003: 283), pratiqué par les critiques des «Cahiers du Cinéma». Dans l’imaginaire collectif, on crée ainsi le culte de Marilyn: en effet, est-il possible d’imaginer une publicité plus efficace pour un article d’habillement que la scène mythique de la merveilleuse comédie de Billy Wilder, où l’actrice discute tranquillement du film qu’elle vient de voir avec Tom Ewell (L’étrange créature du lac noir, de Jack Arnold), puis s’arrête au dessus d’une grille d’aération du métro new-yorkais et, du coup, un jet d’air chaud soulève sa robe blanche, une robe que toutes les femmes pendant des dizaines d’années rêveront d’endosser!

8Scène mythique et inoubliable. Inoubliable comme le charme, la beauté et l’élégance d’une icône du cinéma et de la mode: Audrey Hepburn. À l’opposé d’actrices de la même époque, elle était le symbole de la féminité, sans dégager le sex-appeal de Marilyn Monroe ou d’Elisabeth Taylor:

Dès la sortie de Vacances Romaines, son premier grand rôle au cinéma et véritable succès mondial, Audrey marquera les femmes, et le monde de la mode ne sera jamais plus comme avant. Edith Head reçut d’ailleurs l’Oscar des meilleurs costumes pour ce film. Son élégante robe cintrée, son chemisier, son foulard, ses sandales plates et ses cheveux courts sont encore dans les mémoires. Cette tenue avait été créée par Edith Head, mais c’était Audrey qui avait eu l’idée du foulard et de la ceinture. Avec son flair instinctif, elle commençait alors à influencer les couturiers et stylistes. La princesse Anne se libère des contraintes du protocole de la cour, en s’habillant décontracté, et en se faisant couper ses longs cheveux normalement serrés en un chignon austère. De nombreuses femmes adoptèrent alors son style de coiffure, mèches courtes et en désordre sophistiqué. Avant même son association bienheureuse avec son grand ami et célèbre couturier Hubert de Givenchy, elle avait déjà marqué et influencé le monde. Quelle femme dans l’histoire a autant influencé le choix des autres femmes, à part peut-être Jacqueline Onassis, la Princesse Diana ou Coco Chanel? Audrey Hepburn a porté des vêtements mieux que toutes les autres actrices. C’était un point essentiel de ses personnages. (L’influence d’Audrey Hepburn sur la mode et les femmes 2007)

  • 5   Les années 1950 marquent l’apparition sur scène d’une littérature féminine scandaleuse, où les je (...)

9Avec l’émergence d’une nouvelle génération et de l’ère des médias de communication de masse, on assiste à l’apparition d’un nouveau modèle féminin, consacré par le succès littéraire du livre de Françoise Sagan Bonjour tristesse (1954)5 et, ensuite, par l’explosion du ‘phénomène B.B.’ après la sortie du film de Roger Vadim Et Dieu créa la femme (1956). Quelques années plus tard, ce sera le tour de la musique ‘yéyé’ et de l’affirmation d’une jeunesse franche et affranchie, dont les idoles féminins sont le symbole de la libération de la femme du modèle ancestral et traditionnel de l’ange du foyer.

10Cette génération qui dérange et déstabilise les teneurs des valeurs sera stigmatisée par un cinéaste de ‘l’ancienne vague’, tel que Marcel Carné, qui, un an avant le triomphe des 400 coups de François Truffaut, réalise un film, Les Tricheurs (1958), dont l’histoire est centrée sur une jeune femme et sa ‘révolte sans cause’, ainsi que sur l’incapacité des jeunes de s’engager véritablement. Ces jeunes expriment un malaise; un malaise qui deviendra de plus en plus évident au cours des années 1960 et qui explosera dans la Révolution de 1968.

11C’est la raison pour laquelle l’époque la plus passionnante dans l’histoire des rapports entre la mode et le cinéma est représentée par les années 60, où la ‘Nouvelle Vague’ fera la loi:

Le cinéma, la presse populaire, le livre de poche, le microsillon, la télévision fabriquent cette ‘nouvelle vague’ et sont portés par elle, autour de figures féminines dont le nombre et l’importance sont sans précédent. Ils incarnent une revendication de la liberté, scandaleuse aux yeux de la génération précédente, parce qu’elle remet en cause le double standard de la morale bourgeoise qui impose aux filles ‘convenables’ réserve, docilité et virginité jusqu’au mariage, pendant que leurs futurs fiancés ont toute liberté pour jeter ‘leur gourme’ avant de se marier. (Sellier 2005: 14)

  • 6   À vrai dire, l’avènement au cinéma de la femme moderne, affranchie du fétichisme de la star, est (...)
  • 7   Dans son analyse de l’œuvre de François Truffaut, Anne Gillain met en évidence la fonction fondam (...)
  • 8   À côté du cinéma, la publicité constitue aujourd’hui «une des composantes majeures de notre envir (...)

12À ce propos, le film culte de Jean-Luc Godard, À bout de souffle (1960), ne marque pas seulement la rupture avec tous les canons du ‘cinéma de papa’ et des films américains hollywoodiens, tant critiqués par les jeunes turcs des «Cahiers du cinéma». Jean-Luc Godard et les autres inventent une nouvelle esthétique cinématographique et, en même temps, ils imposent une nouvelle figure de femme et d’homme. Avec la ‘Nouvelle Vague’ plus de femmes fatales habillées pour accentuer les formes et les rondeurs, plus de protagonistes masculins aux yeux langoureux, les cheveux huilés de brillantine, mais une nouvelle figure de femme et d’homme qui deviendront bientôt les symboles de la nouvelle génération s’opposant à la société sortie de la Deuxième Guerre Mondiale6. C’est un peu ce qu’on pourrait appeler le ‘style Jean Seberg’ et le ‘style Jean-Paul Belmondo’, icônes fraîches et un peu coquines de la jeunesse de l’époque qui n’en pouvaient plus des règles d’une société hypocrite et étouffante si bien dessinée par Truffaut dans Les 400 coups7. Et pourtant, il ne faut pas oublier que les rapports entre hommes et femmes, ainsi que la construction des identités sexuées, avaient déjà constitué le centre de l’analyse réalisée par Edgar Morin en 1956, dans Le Cinéma ou l’homme imaginaire, où le sociologue avait bien compris les problématiques principales mises en relief par ce nouveau cinéma et sa conception de l’imaginaire individuel et/ou collectif8.

13Jean Seberg représente la femme moderne: ses cheveux courts, son t-shirt, ses fuseaux et ses ballerines resteront une image inoubliable dans l’imaginaire des cinéphiles. Sa promenade sur les Champs-Elysées avec Jean-Paul Belmondo, petit truand décontracté et un peu prétentieux, habillé en dandy, cigarette à la bouche et chapeau style gangster, sera à jamais l’emblème du cinéma français.

14Désinvolture, goût de l’authenticité, provocation seront le manifeste de la jeunesse des années 1960, ayant la rue pour décor. Toutefois, ils sont aussi une forme puissante d’inquiétude:

Le film peut être potache et ses héros inconséquents, il est bien le portrait d’enfants du siècle aux prises avec un déferlement libertaire dont ils jouissent autant qu’il les submerge. L’éloge du dérisoire coïncide avec une gravité évidente […] ce sont les pauvres dandys de leur temps, sublimes et misérables. L’époque y a vu, parfois, un relativisme moral indigent qui mettrait sur le même plan l’amour et les voitures, la mort et l’éphémère […] s’il demeure profondément un film d’époque, donc un film daté, il enchante par sa manière de revêtir la pensée d’atours charmants et de la mettre, dans le même élan, violemment en crise. (Tessé 2005: 6-7)

  • 9   Ce n’est pas un hasard s’il est aussi le modèle de Mic, la fille ‘dérangée’, protagoniste du film (...)

15Comme James Dean qui pour une génération entière a incarné l’idée même de rébellion9 en portant ensemble jeans et t-shirt (aujourd’hui devenue un must dans la garde-robe moderne de tous les hommes), les cinéastes de la ‘Nouvelle Vague’ offrent un style à la jeunesse, celui de Patricia Franchini et de Michel Poiccard:

À cette époque, la mode est en pleine mutation: les adolescents veulent prendre leur destin en main, incarner le rôle de leur vie, devenir l’idole de leur propre film, avec son charisme et sa French Touch Jean-Paul Belmondo sera le porte-parole de toute une génération, celle de la Nouvelle Vague. (Drenca 2013)

16Ce sera la liberté, la gestualité, le jeu digressif et nonchalant de Belmondo; ce sera la beauté et la fraicheur de Jean Seberg; ce sera le comportement désinhibé, la présence hypersexuée et presque agressive de Brigitte Bardot à bousculer la figure sage de l’héroïne française, cérébrale et distante.

17En descendant dans la rue pour filmer la jeunesse de leur époque, les auteurs de la ‘Nouvelle Vague’ proposent une approche nouvelle et décomplexée du cinéma, un montage révolutionnaire basé sur une méthode baptisée ‘jump-cuts’. En s’appropriant les méthodes issues du cinéma documentaire, ils s’engagent dans un formidable effort vers l’authenticité et le réalisme, dans le sillage du néo-réalisme italien. Paris et tous les paysages urbains en général jouent un rôle de personnage et deviennent des protagonistes de l’histoire racontée au cinéma. Désinvolture, impatience, nonchalance, liberté de langage et effronterie typiquement jeune: voilà les armes utilisées par les acteurs de la ‘Nouvelle Vague’.

18Toutefois, ce sera l’habillement l’élément véritablement révolutionnaire qui marquera la différence par rapport au passé, signant en même temps la volonté d’un changement identitaire. Puissance du cinéma!

19S’il est parfois difficile de nous rappeler le nom du styliste qui a lancé un article qui nous a frappés par sa nouveauté ou son originalité, il est beaucoup plus facile de l’identifier à une actrice ou à un acteur qui l’ont porté dans un film culte. Quand on parle de marinière, par exemple, comment ne pas penser à Jean Seberg dans À bout de souffle! Vous n’aimez pas le t-shirt à rayures? D’accord! Mais il faut reconnaître que celui de Jean Seberg était séduisant. Pourquoi? Parce que sa façon de le porter était séduisante, parce que l’actrice américaine était charmante et tout ce qu’elle endossait, comme par miracle, se transformait en article convoité. La mode passe mais le style reste: chapeau Borsalino, lunettes ‘cat style’, jupe plissée, sac-à-main, bas blancs, ballerines et trench n’auraient eu rien d’innovant sans l’extraordinaire et charmant sourire de Jean Seberg.

20Puissance du cinéma, des grandes actrices et des grands acteurs! Pensons à Jean-Paul Belmondo et à son style unique et légendaire, au geste culte de se passer lentement le pouce sur les lèvres, répété dans la dernière scène du film juste avant de mourir, après avoir été abattu par un policier. Geste repris dans un spot sexy en noir et blanc très connu, qui voyait comme modèle une toute jeune Charlize Theron, choisie pour la première fois par la marque de boisson d’apéritif Martini (cf. Amar 2013) en 1993. Attirée par la boisson mais surtout par l’homme mystérieux qui conduit le bateau à moteur et qui, sans prononcer un seul mot, passe tout simplement le pouce sur ses lèvres, la jeune fille se lève et abandonne à son destin le vieux riche, avec qui elle échangeait des élans amoureux en public, paisiblement assise à la table d’un bar à Santa Margherita Ligure. La jeune fille s’en va d’un geste énervé, sans trop se préoccuper du sort de sa robe qui, s’accrochant à la chaise, s’effile rapidement et met en évidence toute la beauté de l’actrice sud-africaine devant des clients stupéfaits.

21Puissance du cinéma, puissance de l’image et du non dit! En regardant ce spot très connu, tout un univers nous assaille et toutes les explications sont possibles: de l’expert en communication à l’historien jusqu’au sociologue, chacun de nous pourra donner une interprétation acceptable.

3. La mode et le cinéma. La mode au cinéma. Mais le cinéma est-il la mode?

  • 10   Cf. Campagne publicitaire Prada 2013.

22Bonne question! Une question à laquelle il n’est pas facile de répondre, même si, aujourd’hui, c’est Prada qui rallume les feux de cet amour. En effet, pour la promotion du nouveau parfum «Candy l’eau» la marque italienne s’inspire d’un véritable pierre milliaire et tout à fait révolutionnaire dans l’histoire du cinéma: Jules et Jim de François Truffaut. Pour ce faire, Prada a engagé deux metteurs en scène des plus connus: Roman Coppola et Wes Anderson, qui essayent de faire revivre le ménage à trois le plus célèbre de l’histoire du cinéma, qui scandalisa les bien-pensants de l’époque. Dans la nouvelle campagne publicitaire signée Prada, à la place de Jeanne Moreau, femme libre et sensuelle vivant un amour anarchique et désordonné, éternellement indécise entre son Jules et son Jim, il y a Candy, personnifiée par Léa Seydoux, qui «doit faire face à un choix cornélien: choisir entre deux hommes aux antipodes l’un de l’autre mais aussi paradoxalement complémentaires. Qui de Peter Gadiot ou de Rodolphe Pauly séduira la belle?»10

23Le but premier des metteurs en scène était de montrer l’attrait particulier du produit sur le genre masculin, mais l’impact de la vidéo fait très ‘Nouvelle Vague’. Candy témoigne de l’atmosphère de rêve et de la légèreté d’un parfum séduisant et sophistiqué, riche en fragrances d’agrumes et de fleurs. Un parfum pour femmes si souple et riche qu’il est capable de conquérir deux hommes à la fois. Le tout se déroule sur la Rive Gauche, dans un décor parisien romantique et rêveur, où Léa Seydoux, en jeune fille un peu ironique et séduisante, flirte, danse et se promène avec deux jeunes en même temps. En s’inspirant du fameux triangle du roman d’Henri-Pierre Roché et du film de François Truffaut qui, le premier, dans l’imaginaire collectif a eu le courage de légitimer la libération sexuelle des femmes, Candy présente une femme moderne encore plus résolue et attrayante par sa capacité de séduire et son charme.

24Ainsi, le style ‘Nouvelle Vague’, après avoir bouleversé la société d’il y a 50 ans, ne cesse pas de nous fasciner et d’influencer l’univers de la mode. C’est le cas de Prada et de sa campagne «Prada homme» automne / hiver 2014, ayant pour décor l’atmosphère des années 60 du XXe siècle. C’est justement de cette époque que s’inspire le célèbre photographe David Sims dans «Prada’s Hollywood Line up» interprété par les acteurs Christoph Waltz, Ben Wishaw et Esra Miller (Karmali 2013). C’est un hommage savant et sincère à un mouvement cinématographique qui ne cesse pas de marquer en profondeur la vie de notre société contemporaine et celle d’une génération qui se présente, encore une fois, nonchalante, désinvolte et inquiète.

Bibliographie

Amar L., 2013, Entre la Terrazza Martini et le 7e art, l’histoire se poursuit!, 6 mai 2013, en ligne: http://www.stars-media.fr/terrazza-martini-2/ (consultation: 23/05/2014).

Baecque A. de, 2003, La Cinéphilie, Paris, Fayard.

Barthes R., 1967, Système de la mode, Paris, Seuil.

Bazin A., 1983, Le Cinéma français de la Libération à la Nouvelle Vague (1945-1958), Paris, l’Étoile.

Benjamin W., 2000, L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, in Œuvres, t. 3, Paris, Gallimard, (1939).

Casetti F., 2002, Communicative Negotiation in Cinema and Television, Milano, Vita e Pensiero.

Crane D., 2004, Questioni di moda. Classe, genere e identità nell’abbigliamento, Milano, Franco Angeli.

Drenca S., 2013, Inspiration: Jean-Paul Belmondo, à bout de souffle, «The menlook tribune» 9 janvier 2013, en ligne: http://tribune.menlook.com/2013/01/09/inspiration-jean-paul-belmondo-a-bout-de-souffle (consultation: 02/07/2014) [link non disponibile: 11/12/2019]

Gillain A., 1991, François Truffaut. Le secret perdu, Paris, Hatier.

Karmali S., 2013, Prada’s Hollywood line up, «Vogue» 11 juin 2013, en ligne: http://www.vogue.co.uk/news/2013/06/11/prada-menswear-autumn-winter-2013-campaign (consultation: 02/07/2014).

Laurelli M., 2013, En images. Audrey Hepburn, le style mythique d’une icône, «L’express styles» 20 janvier 2013, en ligne: http://www.lexpress.fr/styles/diapo-photo/styles/style-de-stars/audrey-hepburn-l-heritage-mode-d-une-icone_1210832.html (consultation: 02/07/2013).

L’influence d’Audrey Hepburn sur la mode et les femmes, 2007, en ligne: http://audrey.hepburn.free.fr/galerie/mode/mode.htm (consultation: 23/05/2014).

Mattioda M.M., 2011, Le costruzioni identitarie del sistema moda. Verso modelli di identità plurale, «Synergies – Italie» 7: 61-74.

Segre S., 2005, La moda. Un’introduzione, Bari, Laterza.

Sellier G., 2005, La Nouvelle Vague, un cinéma au masculin singulier, Paris, CNRS Éditions.

Soulages J.-C., 2002, Identités discursives et imaginaires figuratifs, in A.-M. Houdebine (ed.), L’Imaginaire linguistique, Paris, L’Harmattan: 103-109.

Tessé J.-Ph., 2005, À bout de souffle, Paris, CNC.

Vinti C., 2012, Ingmar, François, Jean-Luc, ovvero come restare liberi, in L. Trovato (ed.), Nouvelle Vague, Nouveaux langages. Un approccio interdisciplinare e interculturale, Perugia, Guerra: 7-10.

Notes

1http://www.linternaute.com/citation/3464/la-mode-se-demode--le-style-jamais------coco-chanel/ (consultation: 02/07/2014).

2   Le cinéma a toujours été considéré comme un formidable moyen de persuasion et de communication de masse dès l’essai significatif et très célèbre de Walter Benjamin, L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique (2000). D’après Francesco Casetti: «Watching a film for entertainment or because we identify with the plot largely depends on the fact that it takes place in a cinema or (in the case of a television movie or a videotape) in the relaxed environment of the home. The critical vision of a film may be linked to a viewing for professional reasons (the reviewer’s vision) or to a viewing for learning experience (the vision of cinema student)» (2002: 37).

3   Cf., à ce propos, les études de Barthes (1967); Crane (2004); Segre (2005).

4   Cf. Press releases 2007: nov. 06, 2006, Berlinale Retrospective 2007: City Girls. Images of Women in silent film.

5   Les années 1950 marquent l’apparition sur scène d’une littérature féminine scandaleuse, où les jeunes écrivaines racontent, sans se soucier des critiques et de la censure, les aventures amoureuses, voire sexuelles, de leurs héroïnes. Il s’agit d’un Bildungsroman au féminin, où on décrit de façon lucide et quelque peu crue les problèmes concernant l’émancipation sexuelle des filles et leur désir de se libérer des contraintes imposées par la société masculine dominante.

6   À vrai dire, l’avènement au cinéma de la femme moderne, affranchie du fétichisme de la star, est marqué par la figure de Monika, l’héroïne d’Ingmar Bergman, qui devient tout de suite l’icône non seulement du public, mais aussi des jeunes critiques cinéphiles qui fréquentent et enrichissent les «Cahiers du cinéma». Cf., à ce propos, Vinti (2012).

7   Dans son analyse de l’œuvre de François Truffaut, Anne Gillain met en évidence la fonction fondamentale qui joue la relation mère-enfant, où la figure de la femme est vue, à la fois, comme fascinante et menaçante. Il s’agit d’un ‘Autre’ au féminin singulier qui influencera tous les personnages du cinéma à venir (cf. Gillain 1991).

8   À côté du cinéma, la publicité constitue aujourd’hui «une des composantes majeures de notre environnement figuratif». Elle détermine les goûts, les modes et les tendances du public-cible auquel elle s’adresse, grâce à son action massive «d’ostentation qui thésaurise toute une encyclopédie de comportements, d’interactions, de postures totalement formatés» (Soulages 2002: 103).

9   Ce n’est pas un hasard s’il est aussi le modèle de Mic, la fille ‘dérangée’, protagoniste du film cité de Marcel Carné. Comme le jeune maudit du cinéma américain, elle veut en effet vivre en pleine jeunesse et à toute vitesse. Malgré la différence de sexe, elle émule son héros jusqu’à la mort: un suicide maquillé en accident de voiture.

10   Cf. Campagne publicitaire Prada 2013.

Auteur

Università degli Studi di Perugia

© Ledizioni, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search