Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

Le chassé-croisé des emprunts dans le vocabulaire des vêtements

Giovanni Tallarico

Texte intégral

Introduction

  • 1   Pour cela, on pourra consulter la vaste étude de Hope (1971) et les articles de Giacomelli Deslex (...)
  • 2   Pour cet aspect, nous renvoyons encore à Hope (1971); cf. aussi Zolli (1991) et Morgana (1994).

1Il ne s’agit pas ici d’évoquer, ni de résumer, l’apport global de l’italien à la formation du lexique français1, ni du français au vocabulaire italien2. Dans notre contribution, nous nous limiterons plus modestement à faire le point sur les mots d’origine italienne et française dans le vocabulaire des vêtements franco-italien.

2Étudier le lexique de la mode amène à se confronter inévitablement avec des thèmes de nature culturelle et sociale. Il suffit de penser à Lipovetsky (1987: 15), qui définit la mode comme la ‘clé de voûte’ de notre vie collective, ou à Canonica-Sawina (1994) qui, dans l’introduction à son dictionnaire, écrit, de façon hégélienne, qu’elle exprime l’‘esprit du temps’. Se pencher sur l’histoire de la mode est d’autant plus intéressant qu’elle se situe au carrefour de domaines «disparati ma fittamente interrelati, come l’economia, la politica, la semiologia, la sociologia, l’archivistica, la letteratura, la linguistica, la psicologia, l’etica e persino [...] l’architettura e l’arredamento» (Sergio 2010: 13).

  • 3   Cf. Morgana (1994: 694-695).

3Avant de commencer notre analyse, qui sera, autant que possible, linguistique et culturelle, constatons tout d’abord que le mot italien moda est bel et bien un gallicisme, attesté à partir du XVIIe et avec une prosodie sémantique négative3... Nous verrons par la suite comment les connotations ont évolué dans le temps.

1. Italianismes du français. Datations et traits distinctifs

  • 4   «The attempted reproduction in one language of patterns previously found in another» (Haugen 1950 (...)

4Dans cette première partie, nous nous penchons sur les mots d’origine italienne dans le vocabulaire français de la mode. D’après la définition désormais classique de Haugen (1950), l’emprunt est une tentative de reproduction d’un modèle allogène4, une imitation en langue-cible d’éléments linguistiques déjà présents dans une langue-source. Il importe aussi de faire la différence entre emprunts directs intégrés et emprunts directs non intégrés. En ayant recours à la terminologie allemande, Winter-Froemel écrit: «le Lehnwort peut être défini comme un mot emprunté dont les structures sont entièrement conformes au système de la langue cible, alors que le Fremdwort présente toujours des marques formelles qui indiquent sa provenance étrangère» (2009: 89). Nous verrons par la suite où se situent les emprunts français et les emprunts italiens par rapport à cette échelle.

  • 5   Cependant, PR11 propose une étymologie différente pour ce mot: «étym. 1578; camizolle 1547 ◊ prov (...)

5Kristoffer Nyrop souligne «l’influence prédominante des Italiens et de leur langue» au XVIe siècle et signale, en même temps, que «beaucoup des termes italiens, qui ne doivent leur existence en France qu’à un caprice de la mode, disparaissent vite; mais il en reste un nombre assez considérable pour marquer le vocabulaire française d’une forte empreinte» (1935: 60). Les domaines mentionnés par Nyrop sont variés (termes militaires, art et industrie, termes de cour, commerce et marine), mais les «vêtements et étoffes» comprennent seulement les trois termes suivants: burat (de buratto), caleçon (de calzone) et camisole5 (de camiciola).

6Parmi les italianismes du français dans le domaine de la mode, Tagliavini (1969) ne mentionne que pantalon et parasol; et Guiraud (1971) d’ajouter les termes suivants: escarpin, feston, masque, ombrelle, panache et veste.

  • 6   Toutefois, nous croyons pouvoir exclure pantoufle de ce groupe: si pour PR11 l’origine est inconn (...)

7Dans son histoire des Mots français venus d’ailleurs, Henriette Walter (1997) rappelle qu’au XVIe siècle la manie pour l’italien en France a contribué à la diffusion de mots tels qu’escarpe (chaussure), pianelle (chaussure de daim) et estivallet (bottine), aujourd’hui disparus. Parmi les termes qui sont restés dans le lexique français contemporain, Walter cite caleçon, costume, escarpin, pantalon, pantoufle6 et veste. Dans un article récent, Fantuzzi (2011) cite le mot crinoline comme le seul italianisme de la mode. Si l’on additionne les mots mentionnés par ces auteurs, le nombre des italianismes de la mode en français monterait donc à une quinzaine.

  • 7   Cf. Giacomelli Deslex (1984); Margarito (2001).

8Avant de mener une analyse plus détaillée, nous croyons pertinent d’établir le poids des mots d’origine italienne dans le lexique français. Walter (1997) dénombre 4 200 mots courants d’origine étrangère, dont 707 seraient d’origine italienne (presque 17% du total). Selon Margarito (2008), par contre, les italianismes lexicalisés d’après les recherches de l’Observatoire du français contemporain de Turin7 sont environ 1 500 (ceux du XXe siècle étant environ 90).

9Prenons maintenant comme référence un dictionnaire de taille moyenne, le Petit Robert (édition 2011). Si nous lançons une recherche automatique sur son cd-rom pour connaître les mots d’origine italienne, le résultat est de 1 141 unités (emprunts, calques et syntagmes figés confondus). Voilà ce qui rend les calculs de Margarito (2008) tout à fait vraisemblables, compte tenu que PR11 est un dictionnaire sélectif, dont la nomenclature accueille presque 60 000 entrées.

10Quels emprunts appartiennent au vocabulaire des vêtements dans PR11? Pour commencer, nous avons exclu les termes renvoyant à des accessoires, tels que masque, ombrelle, panache, parasol, aussi bien que les mots désignant des chaussures (ballerine, escarpin).

  • 8   Par rapport à la liste issue de PR11, nous avons exclu le terme cape, absent dans Stammerjohann ( (...)

11Voici donc la liste, en ordre alphabétique, des mots d’origine italienne dans le domaine vestimentaire (habillement, tissus). Ils sont au nombre de 258:

  • 9   Nous avons également vérifié que tous ces termes figurent dans le répertoire de Stammerjohann (20 (...)

brocart, brocatelle, caleçon, cappa, capuce, costume, coton, crinoline, crispin («manchette de cuir»), feston («broderie»), filoselle («bourre de soie»), lustrine, mosette («courte pèlerine»), mousseline, pantalon, plastron, simarre, soubreveste, soutane, soutanelle, taffetas, taillade («ouverture allongée faite dans l’étoffe»), turban, veste, zibeline.9

  • 10  Où nous avons mené la même recherche automatique sur les mots d’origine italienne.
  • 11   Italianismes présents aussi dans Stammerjohann (2008).

12À cet inventaire, certes non définitif mais assez exhaustif, il faut ajouter trois autres termes, relevés dans TLFi10 mais absents dans PR11: burat («étoffe de laine souple»), damasquine («brocatelle ou damas multicolore») et matasse («soie grège d’Espagne», au XVIe)11.

  • 12   Pour Stammerjohann (2008) l’étymon correct serait giuppa.
  • 13   Emprunt daté 1617 selon Stammerjohann (2008).
  • 14   «Ajouré, en dentelle» (Lakhdhar 2008: 59).

13TLFi propose également des étymologies différentes pour deux mots, qui auraient donc une origine italienne: jupe et macramé. Si PR11 fait dériver le mot jupe directement de l’arabe (djubbah), selon TLFi il s’agirait d’un emprunt à l’ancien italien du Sud jupa12 («veste d’homme ou de femme d’origine orientale», lui-même empr. à l’ar. ğubba «veste de dessous»). De même pour macramé («ouvrage de passementerie confectionné au moyen de fils (ou avec du gros cordonnet, de la ganse ou de la ficelle) tressés et noués»), que PR11 fait dériver directement de l’arabe, tandis que TLFi le qualifie d’emprunt à l’italien (génois) macramè13 («serviette, toile de lin, tissu ouvré à franges et broderies pour essuyer les mains et le visage»), du turc et de l’arabe mahrama14.

  • 15   Les guillemets s’imposent car aucun inventaire de ce type ne peut être considéré comme définitif.

14Si nous acceptons les étymologies de TLFi, la liste ‘totale’15 des italianismes dans le français de la mode comprendrait alors 30 mots.

  • 16Crinoline est présent deux fois car il s’agit d’un mot polysémique.

15Comment pouvons-nous répartir ces unités? Quatre catégories s’imposent, notamment les tissus, les pièces d’habillement, l’habillement liturgique et la couture16.

Tissus: brocart, brocatelle, burat, coton, crinoline («étoffe à trame de crin»), damasquine, lustrine, matasse, mousseline, taffetas, zibeline.

Pièces d’habillement: caleçon, costume, crinoline («armature de baleines»), crispin, jupe, pantalon, plastron, simarre, soubreveste, turban, veste.

Habillement liturgique: cappa, capuce, mosette, soutane, soutanelle.

Couture: feston, filoselle, macramé, taillade.

  • 17   Cf. Guilbert (1975).
  • 18PR11 le fait remonter génériquement au XXe siècle.
  • 19   Elle se réfère à l’italien, mais cette remarque est aussi valable pour le français.
  • 20  La terminologie est de Colin (2003: 411-412).

16Il est évident que ces mots relèvent de la catégorie des Lehnwörter: les traces ‘étrangères’ ont été progressivement gommées et adaptées au système phonétique et morphologique français. Nous remarquons aussi qu’il s’agit d’emprunts assez anciens qui vont, pour la plupart, du XVIIe au XIXe siècle (crinoline). La seule exception est représentée par cappa, qui peut encore être perçu comme un xénisme ou pérégrinisme17 et qui est, significativement, l’emprunt le plus récent parmi ceux que nous avons recensés18. Comme le souligne Sullam Calimani19, «nei secoli passati [...] la trasmissione avveniva per lo più per via orale e perciò i vocaboli forestieri venivano quasi sempre integrati al sistema grafico-fonologico» (1984: 166). En l’occurrence, ces emprunts ont subi une francisation graphique partielle, voire une réécriture globale20 (caleçon, de «calzone»).

17Les termes relevant de l’habillement liturgique et, dans une mesure différente, ceux d’origine orientale qui ont été véhiculés par l’italien (tels que coton, jupe, taffetas, turban, etc.), ont un intérêt historique et culturel certain, car ils montrent le rôle et l’influence italienne dans le contexte européen, en tant que lieu de rayonnement et carrefour de commerces.

  • 21   Ou même disponibles, au point de vue de la statistique lexicale.

18Si plusieurs de ces mots sont rares ou désuets, ceux qui indiquent les pièces d’habillement sont parmi les plus courants21: caleçon, costume, jupe, pantalon, veste, etc. Un petit groupe, mais bien implanté et stable, en somme. Que se passe-t-il aujourd’hui? Nous pouvons citer un néologisme en train de s’affirmer: stiletto («escarpin dont le talon fin mesure plus de 10 cm»), qui n’est pas (encore?) répertorié dans les dictionnaires traditionnels, mais qui figure dans une ressource lexicographique en ligne parmi les plus consultées (Wiktionnaire), avec son étymologie manifestement italienne. Emprunt de luxe (Deroy), connotatif (Guilbert) ou socio-culturel de masse (Hagège)? Quoi qu’il en soit, les paris sont ouverts pour une lexicalisation prochaine.

2. Gallicismes en italien. Datations et traits distinctifs

19L’Enciclopedia Treccani offre un point de départ utile pour une réflexion historique sur les gallicismes en italien:

La metà del XVII secolo segnò l’avvio della cosiddetta gallomania, massiccio fenomeno di francesizzazione della cultura europea che investì tutti i settori della vita aristocratica e borghese suggellando la supremazia culturale e la raggiunta centralità politica della Francia. Il segno della pervasività del fenomeno è dato dall’ampliamento degli ambiti di diffusione del lessico di origine transalpina [...]: non più e non solo la vita militare [...], ma l’abbigliamento (il termine chiave moda, e bigiù, calosce / galosce, cravatta, giarrettiera, mantò, ovatta, parrucchiere, stoffa, tuppè / toppè). (Enciclopedia Treccani: s.v. francesismi)

  • 22   Cf. Canonica-Sawina (1994: 25).

20Sullam Calimani confirme que «fu soprattutto dall’epoca del Re Sole che si ebbe la maggior ondata di francesismi, anche nel linguaggio della moda» (1984: 164), sous l’influence du charme exercé par la cour de Versailles et de la grande tradition vestimentaire française22. Il s’agit d’une loi de la linguistique de contact, énoncée déjà par Deroy: «Entre deux groupes sociaux dont l’un possède sur l’autre une supériorité marquée dans un domaine intellectuel ou matériel, il se crée souvent un véritable courant d’emprunts» (1956: 137).

  • 23   Cf. Canonica-Sawina (1994: 26).
  • 24   Cf. Morgana (1994: 707).

21Au XVIIIe, les apports lexicaux dans ce domaine se limitent à quelques termes issus du style rococo (caraco, frac, etc.)23 et, plus tard, à quelques échos du triomphe jacobin en France24.

  • 25   Cf. Morgana (1994: 709). Beccaria” (2006) souligne aussi l’influence du français sur les dialecte (...)

22Un tournant décisif se vérifie au XIXe siècle, où le français continue d’exercer une grande influence sur l’italien et d’être employé par les personnes cultivées, aussi bien à l’écrit qu’à l’oral25.

  • 26   Sergio prend soin de préciser que les contenus de cette revue sont pour la plupart traduits du fr (...)

23Dans son volume, Giuseppe Sergio (2010) fait état du lexique italien de la mode dans la presse féminine spécialisée au XIXe siècle, notamment dans la revue «Il Corriere delle Dame» (1804-1875). Un examen par le menu de ce lexique montre la forte pénétration d’éléments allogènes, notamment de matrice française26, ainsi que le montre le glossaire de 1 600 entrées élaboré par l’auteur. Même si la majorités de ces termes resteront des hapax, les sources lexicographiques adoptées (dictionnaires, glossaires modernes et contemporains italiens) ont permis d’identifier 68 néologismes, dont 22 emprunts au français (gilè, mitaine, paletot, etc.).

  • 27   Sur cet aspect, voir Sergio (2010: 193-196).

24D’après le glossaire de Sergio (2010), 29% environ de toutes les entrées lexicalisées révèlent une influence française, qu’il s’agisse d’emprunts intégraux, de calques ou de composés allogènes. Ces apports manifestent, dans le domaine de la mode, une «decisiva rilevanza del lessico esogeno, in primis naturalmente francese: l’accoglimento di termini d’oltremonte può senz’altro considerarsi una costante nella lingua della moda dell’Ottocento e non solo, anche quando nelle stesse pagine del “Corriere delle Dame” si fa la voce grossa contro l’invasione dei francesismi» (2010: 157)27.

25Parmi les emprunts intégraux, les noms sont naturellement la majorité, suivis par les adjectifs (drapé, façonné, plissé, etc.). Il s’agit d’unités lexicales dont la forme, ainsi que le genre, est souvent fluctuante, instable.

  • 28   Des emprunts pour lesquels un équivalent existe déjà dans la langue d’accueil. Nous rappelons cep (...)

26Sergio conclut que la plupart de ces emprunts sont des emprunts de luxe28 et non pas de nécessité, en ayant recours à la terminologie de Deroy (1956), non sans avoir souligné que «la preferenza per i prestiti, integrali o adattati o ‘ibridi’, di contro alle assimilazioni e ai calchi pare una costante del lessico della moda» (Sergio 2010: 190). Nous verrons plus loin si cette tendance se confirme dans l’italien contemporain.

  • 29   Cf. Matoré (1953).

27Au XIXe, l’univers-mode véhicule également des «mots-témoins»29 tels que bon ton, chic (avec ses variantes adaptées), grande monde [sic], toilette, cocotte, coquetterie, contribuant à forger une «terminologia allogena dagli evidenti connotati di prestigio» (Sergio 2010: 183); dans le domaine de la mode, le gallicisme «ha dunque una ben precisa connotazione tecnico- settoriale, cui si aggiunge, fortemente evidenziata, la componente sociale, snobistica» (De Stefanis Ciccone 1990: 341).

28Dans son étude sur la langue journalistique au XIXe siècle, De Stefanis Ciccone (1990) distingue les termes de la mode encore en usage (au nombre de 37, dont crêpe, jabot, satin, etc.) des termes obsolètes (37 termes aussi). Il s’agit d’un stock déjà assez vaste, qui témoigne de la persistance de la pénétration du français dans le lexique de la mode. La plupart de ces termes gardent une forme étrangère (il s’agit donc d’emprunts non intégrés), mais les emprunts adaptés ne manquent pas non plus (blusa, brache, giacchetta, etc.).

  • 30   «I settori più sottoposti all’epurazione sono appunto quelli maggiormente colonizzati dalla Franc (...)

29Que se passe-t-il au XXe siècle? Toujours dans l’Enciclopedia Treccani nous pouvons lire que «l’afflusso di francesismi continuò ininterrotto fino al terzo-quarto decennio del Novecento, quando il ‘purismo di regime’ imposto dal fascismo comportò la censura dei prestiti più scoperti» (s.v. francesismi). Beaucoup de gallicismes sortirent ainsi d’usage et furent remplacés par des équivalents italiens30: ainsi, chauffeur est devenu «autista», amateur «dilettante», pardessus «soprabito», etc. De plus, d’autres gallicismes furent associés à des termes autochtones: hotel à «albergo», paillette à «lustrino», plissé à «piega», etc.

30Nous arrivons enfin à nos jours, où

nella moda il francese mantiene un forte potere evocativo, come dimostra l’attecchimento di prestiti integrali: boutique, chemisier [...] e i più recenti fuseaux (anche nell’adattamento fusò), prêt-à-porter, sabot ‘sorta di ciabatte o zoccoli eleganti’. (Enciclopedia Treccani: s.v. francesismi)

  • 31   Marqués comme «esotismi».

31Pour compléter notre examen des gallicismes dans le lexique de la mode, nous avons mené une recherche dans un dictionnaire contemporain italien, le De Mauro en cd-rom (2000), qui présente au total 849 emprunts français. Le logiciel limitant la recherche aux emprunts non adaptés31 (Fremdwörter), les gallicismes adaptés n’ont pas pu être pris en considération; rappelons cependant que cette catégorie comprend des mots d’usage courants, tels que cravatta, felpa, frangia, scialle, sciarpa, etc.

  • 32  Nous nous sommes limité au lexique des vêtements (habits, tissus, etc.), excluant donc des emprunt (...)

32D’après notre dépouillement, les mots d’origine française dans le domaine vestimentaire sont 128, donc 15% du total32. En voici la liste en ordre alphabétique:

aigrette, à jour, andrienne;
balayeuse, balconnet, blouse, blouson, bouclé, brassière, brillanté, bustier;
caban, câblé, cache-col, cachemire, cache-nez, cache-sexe, carré, chantilly, charmeuse, chevreau, chiffon, chiné, chou, ciré, cloche, collant, cotelé [sic], coulisse, coutil, crêpe, crêpe de Chine, crêpe Georgette, crépon, cretonne, culotte;
damier, décolleté, délavé, dentelle, déshabillé, dessous, dorsay, double-face, drap, duchesse, duvet, duvetine;
écru
, ensemble, entrave, entre-deux;
faille, fichu, filet, flou, foulard, foulé, fourreau, frac, frou-frou, fuseau;
gabardine, gilet, gros-grain, guêpière;
imprimé;
jabot, jacquard, jupe-culotte, jupon;
lamé, lavallière, lingerie, liseuse, longuette;
manteau, marocain, matelassé, matinée, mise, mohair, moire, moiré, mordorè [sic], mouliné;
négligé;
orléans;
paillette
, paletot, panache, papillon, passe-partout, peignoir, perlé, petit-gris, pied-de-poule, pince, piqué, plastron, plissé, pochette, pois, polonaise, pompon, popeline, pouf, pré-maman, princesse;
rat musqué, redingote, renard, revers, robe, robe-manteau, ruche;
salopette, satin, serge, soleil;
tailleur, tournure, tricot;
valenciennes, velours, voile, volant;
zéphyr.

  • 33   Cf. Schlemmerova (2010). 

33Il ne s’agit pas, évidemment, d’une liste exhaustive: en dépouillant la presse italienne33, il serait aisé de glaner d’autres emprunts, tels que combinaison, tulle, tutu, vichy, etc.

  • 34   Cf. Laugier (2011).

34Comme il est évident, les mots ci-dessus ont été empruntés en suivant de près le modèle; les seules exceptions nous paraissent cotelé (qui perd son accent circonflexe) et mordorè, avec une simple adaptation grapho-phonétique. Une remarque s’impose aussi à propos de panache et plastron: il s’agit évidemment d’emprunts de retour34, car les lexèmes français homonymes sont des... italianismes, comme nous l’avons vu plus haut! Emprunts paradoxaux, qui montrent comment la vague s’est inversée: si à la Renaissance le flux allait de l’Italie vers la France, dans les siècles suivants, et jusqu’à nos jours, l’influence française dans la mode et dans son vocabulaire est de plus en plus rayonnante. D’un point de vue extralinguistique, comme l’écrit Zolli, «molti termini italiani della moda sono d’origine francese a causa del predominio tenuto dalla Francia in questo settore» (1991: 2).

  • 35   Cf. Deroy (1956: 172); Bouchard (1999). Une préoccupation de ce type paraît émerger déjà chez Wei (...)
  • 36   La terminologie est de Rey-Debove (1971).

35Mais des considérations d’ordre linguistique s’imposent également. Quel est le rapport entre la langue-culture prêteuse (le français) et les unités empruntées en italien? La notion de ‘prestige’ nous paraît décisive35. Selon Sullam Calimani, dans le domaine de la mode «il forestierismo ha valore di per sé come elemento esotico e di prestigio» et, par conséquent, «è comprensibile che esso venga riportato nella sua forma integrale, non adattata» (1984: 181). L’adaptation du terme, en revanche, a acquis en italien une connotation péjorative d’inculture et de provincialisme, ce qui fait que «nel linguaggio della moda [...] il termine straniero è adottato prevalentemente in forma integrale e non adattata» (1984: 188). Les traces d’aménagement grapho-phonique36 sont rares, ainsi que la liste ci-dessus le confirme.

36Gusmani insiste sur le rôle de l’altérité graphique dans les emprunts: «Il prestigio di cui gode, agli occhi del parlante, una forma straniera costituisce il più forte ostacolo alla sua assimilazione» (1981: 20). Notamment, pour Calligaro les gallicismes de la mode présentent des formes langagières qui sont considérées «pressoché intraducibili garanzie di qualità» et qui évoquent «raffinatezza, esclusività, ricercatezza» (1999: 55). Une solidarité se forme ainsi entre système allogène et signifiants empruntés: ces derniers ne se limitent pas à fournir une étiquette aux référents, mais les ‘connotent’ autant qu’ils les dénotent.

2.1. Les faux gallicismes en italien

37Quitte à n’effleurer que la surface des choses, nous ne pouvons pas passer sous silence le phénomène des faux gallicismes en italien. Rappelons que le faux emprunt, selon Winter-Froemel, peut être défini comme «une innovation au sein de la langue cible qui se sert d’éléments étrangers au système autochtone» (2009: 86).

  • 37«Dicesi di tessuto su una caratteristica armatura che, in trama o in ordito, ma sempre nella stess (...)

38Dans une recherche précédente (Tallarico 2011), nous avions analysé les faux gallicismes dans un dictionnaire bilingue contemporain, le Garzanti. Parmi les mots italiens analysés, nous pouvons citer les cas de froissé37 au sens du français frappé («orné de motifs en relief», PR11) et mouliné, dans la locution ‘cotone mouliné’ (qu’en français on traduirait plutôt par coton brillanté).

  • 38   Cf. Celotti-Cohade (2000: 112).

39Un répertoire des faux gallicismes dans le domaine de la mode devrait sans aucun doute accueillir aussi les termes suivants38:

  • 39   Attesté depuis les années 1950, cf. Canonica-Sawina (1994).
  • 40   Attesté dès 1892, cf. Canonica-Sawina (1994).
  • 41   Attesté dès 1939, cf. Canonica-Sawina (1994).
  • 42   Selon Humbley (à paraître), il faudrait parler d’allogénismes pour ces «faux emprunts composés». (...)

chemisier39 (en français: robe chemisier);
chiffon40 (mousseline de soie);
papillon41 (nœud papillon);
pré-maman42 (de grossesse).

40L’Enciclopedia Treccani (s.v. francesismi) cite également l’exemple de canneté (tissu à côtes en relief), que De Mauro (2000) fait justement dériver du dialecte milanais et ne considère pas comme un gallicisme. Un dernier faux gallicisme, marqué par De Mauro (2000) comme dérivé de longue, serait longuette (jupe ou robe qui arrive jusqu’au mollet), qui cependant ne paraît pas avoir de modèle direct en français.

41Ces emprunts «sont révélateurs à la fois du prestige de la langue modèle et des processus de créativité lexicale de la langue emprunteuse» (Humbley 2000: 95). La présence d’un nombre relativement important de faux gallicismes dans le vocabulaire italien de la mode ne fait que confirmer que ce domaine est sujet à un usage connotatif d’une langue de prestige, le français.

Conclusions

42Les gallicismes en italien (y compris les faux gallicismes) ont certainement un poids considérable dans le domaine vestimentaire, tandis que les italianismes du français sont beaucoup moins nombreux et souvent tombés en désuétude. Le degré d’intégration graphique de ces emprunts est certainement révélateur quant à l’époque d’apparition de ces unités dans le lexique des deux langues: la pénétration de l’italien dans le lexique vestimentaire français remonte à il y a plusieurs siècles, au cours desquels les emprunts ont été adaptés au système phonétique, orthographique et morphologique français. L’influence française, par contre, a été plus constante dans l’histoire et a pu profiter d’un prestige culturel et linguistique qui ne s’est pas terni. En conséquence, les emprunts directs non intégrés dans ce domaine restent la grande majorité. Il y a plus d’un siècle, Salverda de Grave écrivait: «La cause première de l’emprunt doit être cherchée dans la valeur affective qu’a un mot étranger employé dans une phrase de la langue maternelle» (1913: 161). Si cette affirmation doit être certainement nuancée aujourd’hui, elle n’en est pas moins applicable au domaine des emprunts français dans le vocabulaire italien de la mode.

Bibliographie

Dictionnaires et encyclopédies

Dizionario De Mauro, 2000, Torino, Paravia.

Enciclopedia Treccani, en ligne: http://www.treccani.it.

PR11: Le Petit Robert 2011, 2010, Paris, Le Robert.

TLFi: Le Trésor de la langue française informatisé, en ligne: http://atilf.atilf.fr/.

Wiktionnaire, en ligne: fr.wiktionary.org.

Articles et ouvrages

Beccaria G.C., 2006, Per difesa e per amore. La lingua italiana oggi, Milano, Garzanti.

Bezzola R.R., 1924, Abbozzo di una storia dei gallicismi italiani nei primi secoli (750-1300). Saggio storico-linguistico, Zürich, Seldwyla.

Bouchard C., 1999, On n’emprunte qu’aux riches. La valeur sociolinguistique et symbolique des emprunts, Montréal, Fides.

Calligaro G., 1999, La lingua della moda contemporanea e i suoi forestierismi, «Lingua Nostra» LX.1-2: 45-59.

Canonica-Sawina A., 1994, Dizionario della moda, Carnago, SugarCo.

Celotti N.-Cohade M.-T, 2000, Des mots dans tous les sens, I.S.U. Università Cattolica di Milano.

Colin J.-P., 2003, Le lexique, in M. Yaguello (éd.), Le Grand Livre de la Langue française, Paris, Seuil: 391-456.

Deroy L., 1956, L’emprunt linguistique, Paris, Les Belles Lettres.

De Stefanis Ciccone S., 1990, La componente di origine straniera, in I. Bonomi-S. De Stefanis Ciccone-A. Masini (eds.), Il lessico della stampa periodica milanese nella prima metà dell’Ottocento, Firenze, La Nuova Italia: 309-474.

Fantuzzi M., 2011, Italianismi nel francese moderno e contemporaneo, «Studi di lessicografia italiana» XXVIII: 285-317.

Giacomelli Deslex M., 1984, Continuità, ritorni e novità nei prestiti italiani del XX secolo, in Aa.Vv., La letteratura e l’immaginario: problemi di semantica e di storia del lessico franco-italiano. Atti dell’XI Convegno della Società Universitaria per gli Studi di Lingua e Letteratura Francese (Verona, 14-16 ottobre 1982), Milano, Cisalpino- Goliardica: 375-391.

Guilbert L., 1975, La créativité lexicale, Paris, Larousse.

Guiraud P., 21971, Les mots étrangers, Paris, PUF, (1965).

Gusmani R., 1981, Saggi sull’interferenza linguistica, t. 1, Firenze, Le Lettere.

Hagège C., 1987, Le français et les siècles, Paris, Odile Jacob.

Haugen E., 1950, The analysis of linguistic borrowing, «Word. Journal of the linguistic society of America» 26: 210-231.

Hope T.E., 1971, Lexical borrowing in the Romance languages: a critical study of Italianisms in French and Gallicisms in Italian from 1100 to 1900, Oxford, Blackwell.

Humbley J., 2000, Évolution du lexique, in G. Antoine-B. Cerquiglini (eds.), Histoire de la langue française 1945-2000, Paris, CNRS Éditions: 71-106.

—, 2008, Emprunts, vrais et faux, dans le «Petit Robert 2007», in J. Pruvost (ed.), Les Journées des dictionnaires de Cergy. Dictionnaires et mots voyageurs, Éragny-sur-Oise, Silves: 221-238.

—, 2015, Allogenisms: the major category of ‘true’ false loans, in C. Furiassi-H. Gottlieb (eds.), Pseudo-English Studies on False Anglicisms in Europe, Berlin, De Gruyter Mouton: 35-58.

Lakhdhar A., 2008, Mots migrateurs de retour, «Synergies Italie» 4: 55-62.

Laugier R., 2011, Rendons à Marianne... ou les emprunts de retour, «Interculturel» 15: 35-47.

Lipovetsky G., 1987, L’empire de l’éphémère. La mode et son destin dans les sociétés modernes, Paris, Gallimard.

Margarito M., 2001, Italianismes du français. Notes sur des parcours de recherche, «Cahiers de lexicologie» 78.1: 117-126.

—, 2008, Italianismes de la langue française dans les dictionnaires monolingues contemporains, in J.-F. Sablayrolles (ed.), Néologie et terminologie dans les dictionnaires, Paris, Champion: 179-198.

Matoré G., 1953, La méthode en lexicologie, Paris, Didier.

Morgana S., 1994, L’influsso francese, in L. Serianni-P. Trifone (eds.), Storia della lingua italiana. t. 3. Le altre lingue, Torino, Einaudi: 671-719.

Nyrop K., 1935, Grammaire historique de la langue française. t. 1. Histoire générale de la langue française, Phonétique historique, Copenhague, Gyldendal.

Rey-Debove J., 1973, La sémiotique de l’emprunt lexical, «Travaux de linguistique et de littérature de l’Université de Strasbourg» XI.1: 109-123.

Salverda de Grave J.-J., 1913, L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés. Leçons faites à l’Université de Paris en Janvier 1913, Paris, Édouard Champion.

Schlemmerová M., 2010, L’interferenza linguistica: i francesismi nella lingua settoriale della moda, Mémoire de maîtrise, Brno, Université Masaryk.

Sergio G., 2010, Parole di moda. Il «Corriere delle Dame» e il lessico della moda nell’Ottocento, Milano, Franco Angeli.

Stammerjohann et al., 2008, Dizionario di italianismi in francese, inglese, tedesco, Firenze, Accademia della Crusca.

Sullam Calimani A.-V., 1984, Esotismi nel linguaggio della moda, «Istituto veneto di scienze, lettere ed arti. Atti dell’Istituto veneto di scienze, lettere ed arti. Classe di scienze morali e lettere» 143: 163-195.

Tagliavini C., 1969, Le origini delle lingue neolatine, Bologna, Pàtron.

Tallarico G., 2011, Les faux gallicismes en italien dans un dictionnaire bilingue contemporain, «Plaisance» 24: 229-244.

Walter H., 1997, L’aventure des mots français venus d’ailleurs, Paris, Laffont.

Weinreich U., 1953, Languages in contact. Findings and problems, Publications of the Linguistic Circle of New York.

Wind B.H., 1928, Les mots italiens introduits en français au XVIe siècle, Deventer, Kluwer.

Winter-Froemel E., 2009, Les emprunts linguistiques: enjeux théoriques et perspectives nouvelles, «Neologica» 3: 79-122.

Winter-Froemel E.-Onysko A., 2012, Proposing a pragmatic distinction for lexical anglicisms, in V. Pulcini-F. Rodríguez González-C. Furiassi (eds.), The Anglicization of European Lexis, Amsterdam / Philadelphia, John Benjamins: 43-65.

Zanola M.T., 1995, Studi sulla presenza dell’italianismo nel francese del XIX e del XX secolo, «L’analisi linguistica e letteraria» 2: 361-408.

Zolli P., 1991, Le parole straniere, Bologna, Zanichelli.

Notes

1   Pour cela, on pourra consulter la vaste étude de Hope (1971) et les articles de Giacomelli Deslex (1984), Zanola (1995) et Margarito (2001; 2008). Bezzola (1924) et Wind (1928) se concentrent, par contre, sur des époques plus limitées.

2   Pour cet aspect, nous renvoyons encore à Hope (1971); cf. aussi Zolli (1991) et Morgana (1994).

3   Cf. Morgana (1994: 694-695).

4   «The attempted reproduction in one language of patterns previously found in another» (Haugen 1950: 212).

5   Cependant, PR11 propose une étymologie différente pour ce mot: «étym. 1578; camizolle 1547 ◊ provençal camisola, diminutif de camisa ‘chemise’». Le TLFi confirme cette étymologie et définit comme «moins probable» la dérivation de l’italien camic(u)ola [sic].

6   Toutefois, nous croyons pouvoir exclure pantoufle de ce groupe: si pour PR11 l’origine est inconnue, TLFi soutient qu’il s’agit d’un mot autochtone, issu du sud de la France.

7   Cf. Giacomelli Deslex (1984); Margarito (2001).

8   Par rapport à la liste issue de PR11, nous avons exclu le terme cape, absent dans Stammerjohann (2008) et que TLFi fait dériver du provençal capa.

9   Nous avons également vérifié que tous ces termes figurent dans le répertoire de Stammerjohann (2008).

10  Où nous avons mené la même recherche automatique sur les mots d’origine italienne.

11   Italianismes présents aussi dans Stammerjohann (2008).

12   Pour Stammerjohann (2008) l’étymon correct serait giuppa.

13   Emprunt daté 1617 selon Stammerjohann (2008).

14   «Ajouré, en dentelle» (Lakhdhar 2008: 59).

15   Les guillemets s’imposent car aucun inventaire de ce type ne peut être considéré comme définitif.

16Crinoline est présent deux fois car il s’agit d’un mot polysémique.

17   Cf. Guilbert (1975).

18PR11 le fait remonter génériquement au XXe siècle.

19   Elle se réfère à l’italien, mais cette remarque est aussi valable pour le français.

20  La terminologie est de Colin (2003: 411-412).

21   Ou même disponibles, au point de vue de la statistique lexicale.

22   Cf. Canonica-Sawina (1994: 25).

23   Cf. Canonica-Sawina (1994: 26).

24   Cf. Morgana (1994: 707).

25   Cf. Morgana (1994: 709). Beccaria” (2006) souligne aussi l’influence du français sur les dialectes du nord de l’Italie.

26   Sergio prend soin de préciser que les contenus de cette revue sont pour la plupart traduits du français et que «rispetto ad esempio alla letteratura, i giornali, soprattutto ma non solo se dipendenti da fonti estere, risultano molto più permeabili all’accoglimento di neologismi e forestierismi» (2010: 175).

27   Sur cet aspect, voir Sergio (2010: 193-196).

28   Des emprunts pour lesquels un équivalent existe déjà dans la langue d’accueil. Nous rappelons cependant qu’une opposition binaire luxe vs. nécessité paraissait intenable pour Deroy (1956) et, précédemment, pour Bezzola (1924). Cf. aussi Wind (1928: 10), qui remarquait: «Dans le domaine de la linguistique [...] il est difficile de dire où finit le besoin et où commence le luxe, ‘chose si nécessaire’». Winter-Froemel et Onysko (2012) proposent par contre de distinguer les emprunts qui comblent une lacune sémantique (emprunts par catachrèse) de ceux qui s’ajoutent à un terme déjà existant, équivalent au point de vue sémantique. Ces derniers seraient par la suite pragmatiquement marqués.

29   Cf. Matoré (1953).

30   «I settori più sottoposti all’epurazione sono appunto quelli maggiormente colonizzati dalla Francia: dal settore turistico-alberghiero, alla moda, agli sport» (Morgana 1994: 715).

31   Marqués comme «esotismi».

32  Nous nous sommes limité au lexique des vêtements (habits, tissus, etc.), excluant donc des emprunts tels que (haute) couture, maison, mannequin, prêt-à-porter, etc.

33   Cf. Schlemmerova (2010). 

34   Cf. Laugier (2011).

35   Cf. Deroy (1956: 172); Bouchard (1999). Une préoccupation de ce type paraît émerger déjà chez Weinreich (1953: 59).

36   La terminologie est de Rey-Debove (1971).

37 «Dicesi di tessuto su una caratteristica armatura che, in trama o in ordito, ma sempre nella stessa direzione, sembra essere sgualcita (voce fr., der. da froisser, «sgualcire, spiegazzare», appartenente al linguaggio internazionale della moda)» (Canonica Sawina 1994).

38   Cf. Celotti-Cohade (2000: 112).

39   Attesté depuis les années 1950, cf. Canonica-Sawina (1994).

40   Attesté dès 1892, cf. Canonica-Sawina (1994).

41   Attesté dès 1939, cf. Canonica-Sawina (1994).

42   Selon Humbley (à paraître), il faudrait parler d’allogénismes pour ces «faux emprunts composés». Par ailleurs, Humbley (2008) souligne aussi que plusieurs faux emprunts sont bien des emprunts (suivant le critère de Haugen 1950), même s’ils modifient le modèle de la langue-source. On pourrait donc parler de modèle tronqué pour des emprunts tels que chemisier et papillon.

Auteur

Università degli Studi di Verona

© Ledizioni, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search