Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

Les hommes mal vêtus mais libres chez Panaït Istrati et ses traducteurs italiens

Yannick Preumont

Texte intégral

  • 1Préface de Romain Rolland.

1Panaït Istrati, le «Gorki des pays balkaniques» (Istrati 2006a: 45)1 souvent comparé également à Jack London, offre à ses vagabonds une image d’hommes libres. Dès Kyra Kyralina, Stavro, dans son «costume délabré et ramolli, même lorsqu’il était neuf» (52), fascine le jeune Adrien Zograffi, le double diégétique d’Istrati, et les récits suivants ne feront qu’enrichir le mythe du voyou honnête. La traduction nourrit elle aussi le texte et renforce l’expressivité du discours tragique et du discours ironique avec des ajouts qui vont jusqu’à la transformation en «Atunci, aceşti foşti ambiţioşi se dădeau bătuţi, se resemnau, se umanizau. Lunga suferinţă îi transforma complet» à partir de «Alors, à force de souffrir, ils se résignaient, s’humanisaient» (Istrati 1998: 140-141). Dans cet article, nous laisserons de côté les exemples comme celui-ci, que nous avons cité bien souvent, pour concentrer notre attention sur les traductions italiennes d’Istrati.

  • 2   «La conscience linguistique istratienne est donc marquée à la fois par le roumain, la langue mère (...)

2L’auteur de Brӑila, traducteur lui-même, défend la «courageuse violation de l’original» («Introduction», 33) et veut que le texte obtenu après avoir surmonté bien des difficultés, lui dont la conscience linguistique est marquée à la fois par le roumain et par le français2, ne soit pas une simple traduction. Tous les personnages migrants souffrent et déclinent physiquement et, comme nous l’avons vu dans Panaït Istrati et la traduction du déclin physique (Preumont 2012), la traduction qui enrichit la poétique de l’ironie, en faisant du «blagueur» Stavro, le migrant par excellence, un «burlone», un «spaccone» ou un «fanfarone», enrichit tout autant la poétique de la décadence, comme le démontre encore le costume de celui-ci qui, même neuf, peut être aussi bien «sciupato, cadente» que «stracciato e afflosciato»:

Stavro était un «blagueur» pour tout le monde, et il l’était en effet, il voulait l’être. Dans son costume délabré et ramolli, même lorsqu’il était neuf; avec son apparence de villageois citadin, la chemise non repassée, sans faux col; avec son air de maquignon voleur, il se livrait à des parades de langage et de gestes qui amusaient les gens, mais qui l’humiliaient et le déconsidéraient. (Istrati 2006a: 51-52)
Stavro era uno «spaccone» per tutti, e lo era veramente, anzi voleva esserlo. Nel suo abito sciupato e cadente anche quando era nuovo, con quella sua apparenza di contadino urbanizzato, la camicia non stirata e senza colletto, con quella sua aria di mediatore ladro, si abbandonava ad una esibizione di parole e di gesti che divertivano le persone, ma l’umiliavano, gli toglievano ogni considerazione. (Istrati 1947: 8)
Stavro era per tutti un «burlone», e lo era veramente, anzi voleva esserlo. Nel suo abito sciupato, cadente anche quando era nuovo, con quel suo aspetto di contadino urbanizzato, la camicia non stirata e senza colletto, con quella sua aria di sensale o di ladro, si abbandonava ad una esibizione di parole e di gesti che divertivano le persone, ma che finivano per umiliarlo e togliergli ogni considerazione. (Istrati 1996: 15-16)
Stavro era per tutti un fanfarone ed egli lo era in realtà, voleva esserlo. Nel suo vestito stracciato e afflosciato, anche quando era nuovo; col suo aspetto di contadino inurbato, la camicia non stirata, senza colletto; con la sua aria di cavallaro ladro, si abbandonava a esibizioni di parole e di atti, che divertivano le persone ma che l’umiliavano e lo screditavano. (Istrati 1925: 5-6)

3La description des vêtements du migrant et du déclin n’est jamais triste, comme dans les romans picaresques espagnols, et l’Italie, qui n’avait publié après la première traduction de Kyra Kyralina que Il ritornello della fossa (Nerrantsoula) (1928) et Il pescatore di spugne (1931), découvre dans les années quatre-vingt-dix, après une longue absence, de nouvelles histoires dignes de celle de l’homme dont l’habillement ne contribue pas peu à donner cet air «di mediatore ladro», «di sensale o di ladro», «di cavallaro ladro».

4Les textes d’Istrati n’ont pas tous été traduits en italien et, parmi les heureux élus, nombreux sont ceux qui ont dû attendre longtemps avant de l’être. Les lecteurs italiens ne découvrent les vaincus de Méditerranée (Lever du soleil) qu’en 1993, un an avant la sortie dans leur langue de Vers l’autre flamme. La terrible défaite de Codine est présentée en 1998 (Il bruto, Roma, e/o, 1998, et en version eBook en 2012), les mésaventures racontées dans Les chardons du Baragan doivent attendre l’an 2000 (nouvelle traduction par Gianni Schilardi en 2004), et celles du deuxième volet de Méditerranée Mediterraneo (al calar del sole) – 2006. Nous avons à plusieurs reprises étudié le cas de La famille Perlmutter, le récit paru en 1927 chez Gallimard et écrit en collaboration avec Josué Jehouda, et nous avons souligné à quel point le déguenillé Isaac pouvait désespérer les siens, lui qui était leur dernier espoir. La famille Perlmutter est un des textes qui attendent encore. Un traducteur pourrait pourtant facilement compenser dans la langue de Dante la déperdition lexicale que l’on trouve, entre autres inévitables exemples, dans la version roumaine: «loque», «déguenillé» et «harde» traduits par «zdreanţa», «zdrenţeros» et «zdreanţă» (Istrati-Jehouda 1974: 360-367).

5Les récits d’Istrati sont la proie des tendances déformantes décrites par Antoine Berman et nous allons focaliser notre attention ici, avant tout, sur Kyra Kyralina et Les chardons du Baragan, les textes qui ont été traduits plus d’une fois en italien et qui ont pour personnage principal un être aussi peu sédentaire que le jeune Adrien Zograffi, le porte-parole attitré de l’auteur.

6Mais avant d’aborder Istrati, rappelons ce que dit Annafrancesca Naccarato à propos de La Curée d’Emile Zola et de la traduction de la poétique de la métonymie:

Si la simplification ou l’atténuation des actualisations métonymiques passent par la réception et par l’explicitation du lien associant les pôles du transfert (les traducteurs perçoivent les schèmes logico-sémantiques sous-jacents qui rendent possibles les usages figurés de nature métonymique ou synecdochique et procèdent à la réduction de l’écart), certains des changements apportés montrent, au contraire, l’incompréhension de la nature figurée de l’énoncé et aboutissent non pas à des retranchements mais à de véritables renversements sémantiques.
Il existe des passages où les traducteurs s’engagent à réaliser une traduction littérale, mot-à-mot, de certaines des occurrences les plus complexes, comme les métonymies d’abstraction ou les métonymies du but suivies par des formes d’adjectivation incohérente. Étant donné le traitement le plus fréquent de ces types de transferts, qui consiste en des formes d’explicitation ou d’atténuation, leur reproduction isolée découle, d’après nous, du fait qu’ils n’arrivent pas à déchiffrer les relations qui sous-tendent l’actualisation tropique.
Nous avons défini la métonymie comme un transfert qui fonctionne en bouleversant les schèmes logico-sémantiques sous-jacents qui le rendent possible; nous avons également montré que la force et l’originalité de ce genre de figure résident dans son pouvoir de condensation et dans les formes de «mutation», de «tension» et de «brouillage» référentiels qu’elle engendre. Le conflit conceptuel immanent qui caractérise la métonymie en tant que trope est exalté par les ruptures sémantiques repérables à l’intérieur de l’énoncé qui contient le foyer tropique. Dans le cas de La Curée, ces éléments constituent, d’après nous, l’unité de traduction spécifique dont le traducteur ne peut faire abstraction afin d’aboutir à un texte d’arrivée cohérent par rapport à l’original. (2008a: 184-185)

  • 3Préface de Romain Rolland.

7Les choix du traducteur ont leur importance quand il s’agit de parler des vêtements – vêtements qui jouent un rôle considérable dans la poétique de la métonymie – et, dans le cas d’Istrati et du sujet qui nous intéresse ici, des vêtements des personnages picaresques. «Frusques», de «cenci» peut devenir «cianfrusaglie», mais s’il est vrai que Panaït Istrati accorde beaucoup d’importance aux mots, dont certains tels que «salep» ont contribué au succès de son œuvre, l’essentiel, pour lui qui était lui-même «poussé par un démon de vagabondage» (Istrati 2006a: 45)3, reste la fidélité au concept de liberté:

  • 4Salep: «boisson chaude» (cf. glossaire in Istrati 2006).

[...] ramassons nos frusques et partons! Partons: la terre reste belle! Nous partîmes, laissant en pleurs la pauvre Set Amra. Et, trois mois de suite, nous parcourûmes les superbes contrées du Mont-Liban, nous abreuvant à ses sources limpides et abreuvant les Libanais de notre éternel salep. (Istrati 2006a: 175)4

«[...] raduniamo i nostri cenci e partiamo! Partiamo: la terra rimane bella!»
Partimmo lasciando in pianti la povera Set Amra. E tre mesi di seguito percorremmo le superbe contrade del monte Libano, dissetandoci alle sue limpide sorgenti e dissetando gli abitanti del Libano col nostro eterno salep. (Istrati 1925: 211)

[...] raccogliamo le nostre cianfrusaglie e partiamo. Partiamo! La terra resta bella!
Partimmo lasciando nel pianto la povera Set Amra; per tre mesi di seguito percorremmo le superbe contrade del Libano, dissetandoci alle sue limpide sorgenti e dissetando i libanesi col nostro eterno salép. (Istrati 1947: 141)

  • 5   Cf. «Tu aimerais que je m’éternise dans tes jupes» et, avec un allongement, dans la traduction it (...)

8Stavro, le personnage principal de Kyra Kyralina, connaît bien plus de terribles mésaventures que son jeune ami Adrien. Pour lui aussi, cependant, la terre reste belle. Il parcourt le monde, comme le personnage fétiche d’Istrati qui ne voulait pas «s’éterniser dans les jupes» (Istrati 2006c: 476)5 de sa mère, et, dans l’univers istratien, la richesse et les beaux vêtements n’entraînent pas le bonheur, au contraire:

En me sauvant, à Constantinople, du navire de Nazim Effendi, je devais avoir près de quinze ans... J’étais beau, j’étais bête, j’étais habillé et chamarré comme un fils de prince turc. Mes vêtements à eux seuls valaient le prix d’un beau cheval arabe.
[...] – Il faut partir...
– Pour chercher Kyra? demandai-je rapidement.
– Non, mon enfant, pas pour chercher Kyra, mais pour ne plus jamais nous rencontrer, car vous portez des malheurs dans votre or, dans vos bijoux et dans vos vêtements. (Istrati 2006a: 122 et 128)

9Et pour les versions italiennes également, avec quelques différences:

Scappando a Costantinopoli dal naviglio di Nazim Effendi, dovevo avere circa quindici anni... Ero bello, ero stupido ed ero vestito e fregiato come un figlio di principe turco. I miei vestiti da essi soli valevano il prezzo di un bel cavallo arabo.
[...] Bisogna partire....
– Per cercare Kyra? domandai d’un fiato.
«No, bimbo mio, non per cercar Kyra, ma per non incontrarci mai più, perchè voi portate delle sventure nel vostro oro, nei vostri gioielli e nei vostri vestiti». (Istrati 1925: 124 et 134-135)

Fuggendo a Costantinopoli, dal veliero di Nazim Effendi, avevo circa quindici anni. Ero bello, ero stupido, ero vestito e bardato come un figlio di principe turco. I miei abiti valevano, da soli, quanto un cavallo arabo.
[...] – Bisogna andarsene...
– Per cercare Kyra? chiesi rapidamente.
– No, figlio mio, non per cercare Kyra, ma per non incontrarci mai più, perché voi portate la sventura nel vostro oro, nei vostri gioielli, nei vostri abiti. (Istrati 1947: 86 et 92)

  • 6   «Avec sa barbe de deux mois, sa boue, ses loques, Codine, ivre et enrouillé, n’était plus de la r (...)
  • 7   Pino Fiori préfère, par exemple, «figlia dell’inferno» (Istrati 1996: 61), à la «ragazzina infern (...)

10Dans ces récits de malheurs ou de «la sventura», les traducteurs sont mis ‘à l’épreuve de l’étranger’ (Berman 1984) et les variantes proposées modifient continuellement la poétique du déclin. Avant la fin de l’histoire tragique de Codine, tué par sa mère, on trouve par exemple une description où «loques» devient «coperto di stracci» dans la traduction italienne Il bruto, et où la «boue» change de destination pour une focalisation sur la barbe6, pour ne citer que quelques-unes des transformations opérées par Goffredo Fofi. Mais c’est Kyra Kyralina qui reste le plus intéressant à analyser avec ses trois versions en italien du récit sur la «fillette de l’enfer» si l’on tient compte des changements effectués par Pino Fiori7. Toute transformation opérée par les traducteurs (Pino Fiori revoit la traduction de Gino Lupi également pour ce qui concerne la description des vêtements: «Assai mal vestito» > «Molto malvestito» > «Malvestito») a des conséquences, mais le côté grotesque des personnages picaresques n’est jamais mis en danger:

Fort mal mis, avec une barbe d’un mois [...].
– Maintenant que je t’ai mis au courant de mon ultime et grotesque avatar de fabrique-de-pipe-crève-la-faim. (Istrati 2006a: 121-122)

Assai mal vestito, con la barba d’un mese [...].
«Ora che t’ho messo al corrente del mio ultimo e grottesco guaio di ‘fabbricante di pipe fa la fame’». (Istrati 1925: 121 et 124)

Molto mal vestito, con la barba di un mese [...].
– Ora che ti ho messo al corrente della mia ultima e grottesca trasformazione in «fabbricante di pipe morto di fame». (Istrati 1947: 84-85)

Malvestito, la barba di un mese [...].
«Ora che ti ho messo al corrente della mia ultima grottesca trasformazione in fabbricante di pipe morto di fame». (Istrati 1996: 82-83)

  • 8   La première traduction italienne offre cette présentation: «Evocazione magica e picaresca dell’in (...)

11Dans Les Chardons du Baragan, roman tout aussi violent et picaresque8, «guaio» et «trasformazione» ne sont pas moins à l’affût. Les prédécesseurs du jeune Mataké, le personnage principal du récit, sont Lazarillo de Tormes, avec son «Escapé del trueno y di en el relámpago» (Anonyme 1981: 131), Guzmán de Alfarache et el Buscón. Le jeune homme part à l’aventure, ivre de liberté, et lors de sa course derrière les chardons du Baragan, on trouve quelques scènes cocasses, telles que celle-ci:

  • 9Opinca (pl. opinci): «sandale»; galuchka: «boulette de viande» (cf. glossaire in Istrati 2006).

Il n’y eut plus d’étapes à quatre, car nos deux camarades saignèrent des talons avant une lieue. Plus endurant, celui qui avait marchandé l’échange des opinci voulait pousser un peu plus loin, mais l’autre, abandonnant son chardon, s’était cramponné à la veste de son ami et pleurait. Cela lui valut sur son bonnet une tape qui aplatit sa galuchka. (Istrati 2006e: 57)9

  • 10Caciula: «coiffe» (cf. glossaire in Istrati 2006).

12On est loin de l’univers de Proust, dont La Recherche a fini d’être publiée en 1927, un an plus tôt, et de celui de Duiliu Zamfirescu, avec son personnage de parvenu, Tănase Scatiu. Il ne s’agit pas ici de savoir comment traduire un terme comme «mante», dont parle Manuela Raccanello dans Le prime traduzioni italiane della «Recherche» di Proust (Raccanello 2008: 98), ou comme «habit-veste», mot choisi judicieusement par Flaubert pour faire allusion à la misère intérieure de Charles Bovary (Nissim 2003). Le personnage principal est pauvrement vêtu, la boulette de viande, cachée sous la «caciula»10 est bien vite mangée, et ce sont les termes tels que «caciula» et «opinci» qui intéressent le plus les lecteurs et les spécialistes d’Istrati. Ce qui compte cependant, pour Mataké qui ne sait pas encore qu’il perdra son père lors de la répression de la révolte paysanne, c’est la nature. Les chardons ne sont pas encore devenus le symbole de l’oppression, la lèpre toute-puissante qui sévit sur le pays. La galopade, avec le compagnon de route Brèche-Dent, peut donc reprendre de plus belle et, chez Paolo Casciola, «a tutta birra»:

Un furieux coup de vent emporta nos chardons et nos bonnets avec!
Nos cris de joie lui répondirent. Et la galopade recommença de plus belle. (Istrati 2006e: 58)

Un furioso colpo di vento portò via i nostri cardi e pure i nostri berretti!
Gli risposero i nostri gridi di gioia. E la galoppata riprese più bella di prima. (Istrati 2004: 66)

Un furioso colpo di vento portò via i nostri cardi e, con loro, anche i nostri berretti!
Gli rispondemmo con grida di gioia. E la galoppata riprese, a tutta birra. (Istrati 2000: 36)

  • 11   «Pour se les procurer, il n’y avait que deux moyens: les couper aux vêtements féminins de la mais (...)
  • 12   «Il traduttore opera attraverso un procedimento di esplicitazione, che dissolve in parte l’effett (...)

13«Pacca» (Schilardi, in Istrati 2004: 65) ou «colpo» (Casciola, in Istrati 2000: 36) pour la «tape» sur le béret du premier exemple cité, et, quelques lignes plus loin, «batoste» (Casciola) ou «bastonate» (Schilardi) pour les «raclées» (Istrati 2006e: 57)11 infligées aux picaros qui volent des boutons de nacre aux vêtements féminins, autant de variantes pour jeter un regard plus souriant sur les textes qui proposent «avevano le suole bucate» (Casciola, in Istrati 2000: 35 – «étaient percées aux talons»: Istrati 2006e: 55) et «il povero che è privo di tutto» (Schilardi, in Istrati 2004: 14, avec une explicitation12, pour Istrati 2006e: 16, «le pauvre dépourvu de tout») et qui ont fait parler d’une meilleure traduction possible:

Il testo d’arrivo ha una propria compattezza testuale, è certamente frutto di un attento lavoro di scrittura, ma proietta su quello di partenza una visione che non combacia con quella dell’autore. Un progetto di traduzione proteso verso la riproduzione dei tratti che struttturano l’originale, sul piano formale e su quello semantico, presuppone, nel caso di Istrati, la trasposizione non solo di un pensiero, ma anche e soprattutto di una voce e di una voce interna al racconto. Questo implica il rispetto di determinate scelte lessicali, del ritmo che l’autore impone al testo, della dimensione temporale che ne struttura lo svolgimento. (Naccarato 2008b: 148)

  • 13   «Il y a des hommes qui ne sont heureux que dans la pauvreté. Je suis de ceux-là. Avec ce qui me r (...)

14Istrati dénude ses personnages et la traduction peut contribuer à rendre un peu moins difficiles ces vies de va-nu-pieds: «Dans la rue, la poussière rafraîchie chatouillait agréablement nos pieds nus» (Istrati 2006f: 223) > «Nella strada, la polvere, rinfrescata di recente, ci stuzzicava deliziosamente i piedi nudi» (Istrati 1928: 48). «Agréablement» peut devenir «délicieusement». Istrati, déjà d’une version française à l’autre, offre ces petites ou grandes différences qui peuvent être ultérieurement modifiées par la traduction, comme l’a relevé Carmen Ţurcan (Istrati 1998: notes) dans l’édition bilingue de La Maison Thüringer qui nous a fourni l’exemple de la «transformation complète» des laissés-pour-compte (cf. notre introduction). Même Sotir, l’ami d’Adrien, ne retrouve son équilibre que lorsqu’il perd les trois quarts de sa fortune. Il y a, dit-il dans Le pêcheur d’éponges, et en ajoutant qu’il est un de ceux-là, «des hommes qui ne sont heureux que dans la pauvreté» (Istrati 2006d: 179)13. Et avec une belle modulation:

Je plaisantais dans la salle à manger en espagnol et je raillais, au salon, en français, les sots qui naissent dans la pourpre et ne savent demander le nom d’une rue que dans leur langue maternelle. (Istrati 2006d: 179)

Scherzavo nelle sale da pranzo in ispagnolo e nel salone mettevo in ridicolo, in francese, gli imbecilli che nascono nell’ovatta e non sanno domandare il nome d’una strada che nella loro lingua materna. (Istrati 1931: 192)

15«Dans la pourpre» > «nell’ovatta», les vêtements sont soumis à ce traitement de «raillerie» qui ne sauve les plus démunis qu’aux dépens de ceux qui ne réussissent à demander le nom d’une rue que dans leur langue maternelle et que les traducteurs contribuent à «mettere in ridicolo».

Bibliographie

Ouvrages généraux

Anonyme, 1981, Lazarillo de Tormes, Madrid, Cátedra.

Berman A., 1984, L’épreuve de l’étranger. Culture et traduction dans l’Allemagne romantique, Paris, Gallimard (Tel).

Cigada S., 1982, La traduzione come strumento di analisi critica del testo letterario, in Aa.Vv., Processi traduttivi. Teorie ed applicazioni, Brescia, La Scuola: 187-199.

Guţia I., 1990, Le traduzioni d’opere letterarie romene in italiano (1900-1989), Roma, Bulzoni.

Naccarato A., 2008a, Poétique de la métonymie. Les traductions italiennes de «La Curée» d’Émile Zola au XIXe siècle, Roma, Aracne.

Nissim L., 2003, Veste, habit-veste, redingote, habit. Piccole note sull’abbigliamento maschile in «Madame Bovary», in E. Galazzi-G. Bernardelli (eds.), Lingua, cultura e testo, Miscellanea di studi francesi in onore di Sergio Cigada, t. II.2, Milano, Vita e Pensiero: 889-906.

Parodo F., 2010, Le traduzioni d’autore di «Madame Bovary», Firenze, Le Lettere.

Raccanello M., 2008, Le prime traduzioni italiane della «Recherche» di Proust, Monfalcone, Tornasole.

Istrati

Istrati P.-Jehouda J., 1974, La famille Perlmutter – Familia Perlmutter [édition bilingue], trad. du français par E. Barbu, Bucureşti, Minerva.

Istrati P., 1998, La Maison Thüringer – Casa Thüringer, Zamfir Bălan (ed.), Brăila, Istros – Muzeul Brăilei.

—, 2006, Œuvres, 3 t., Linda Lê (ed.), Paris, Phébus.

—, 2006a, Kyra Kyralina, in Œuvres, Linda Lê (ed.), t. 1, Paris, Phébus.

—, 2006b, Codine, in Œuvres, Linda Lê (ed.), t. 1, Paris, Phébus.

—, 2006c, Méditerranée (Lever du soleil), in Œuvres, Linda Lê (ed.), t. 2, Paris, Phébus.

—, 2006d, Le pêcheur d’éponges, in Œuvres, Linda Lê (ed.), t. 2, Paris, Phébus.

—, 2006e, Les Chardons du Baragan, in Œuvres, Linda Lê (ed.), t. 3, Paris, Phébus.

—, 2006f, Nerrantsoula, in Œuvres, Linda Lê (ed.), t. 2, Paris, Phébus.

Traductions italiennes

Istrati P., 1925, Kyra Kyralina, trad. du français par G.F. Cecchini, Firenze, Società Anonima Editrice «La Voce».

—, 1928, Il ritornello della fossa (Nerrantsoula), trad. du français par A. Parini, Milano, Vitagliano.

—, 1931, Il pescatore di spugne, trad. du français par F. et I. Latini, Milano, Carnaro.

—, 21947, Kyra Kyralina, trad. du français par G. Lupi, Milano, Garzanti.

—, 31996, Kyra Kyralina, trad. du français par G. Lupi, revue par P. Fiori, Milano, Feltrinelli, (1978).

—, 1993, Mediterraneo (al levar del sole), trad. du français par F. Cezzi, Lecce, Argo.

—, 1994, Verso l’altra fiamma, trad. du roumain par M. Popescu, Fiesole, ECP.

—, 1998b, Il bruto, trad. du français par G. Fofi, Roma, e/o.

—, 2000, I cardi del Bărăgan, trad. du français par P. Casciola, Firenze, Bi-Elle (Quaderni Pietro Tresso, 24).

—, 2004, I cardi del Baragan, trad. du français par G. Schilardi, Lecce, Argo.

—, 2006g, Mediterraneo (al calar del sole), trad. du français par P. Serafino, Lecce, Argo.

Critique

Bălan Z., 2001, Panait Istrati. Tipologie narativă, Brăila, Istros.

Brezu-Stoian C., 2007, Panait Istrati, Bucureşti, Muzeul Literaturii Române.

Cogălniceanu M., 2005, Panait Istrati: tentaţia şi ghimpii libertăţii, Brăila, Ex Libris.

Condei C., 2001, Interferenţe lingvistice româno-francese în opera lui Panait Istrati, Brăila, Istros.

Dumitru E., 2012, L’emigrazione intellettuale dall’Europa centro-orientale. Il caso di Panait Istrati, Roma, Edizioni Nuova Cultura.

Ionescu M.C., 2000, Les (en)jeux de l’oral et de l’écrit: le cas de Panaït Istrati, Brăila, Istros.

Iorgulescu M., 2004, Celălalt Istrati, Iaşi, Polirom.

Jutrin-Klener M.-Lenz H. et al. (eds.), 2002, Les haïdoucs dans l’œuvre de Panaït Istrati, Paris, L’Harmattan (Critiques Littéraires).

Naccarato A., 2008b, Les chardons du Baragan: per un progetto di traduzione, in G. Vanhese (ed.), Deux migrants de l’écriture. Panaït Istrati et Felicia Mihali, Rende, Centro Editoriale e Librario – Università degli Studi della Calabria: 133-148.

Preumont Y., 2012, Panaït Istrati et la traduction du déclin physique, in A. Vranceanu- A. Pagliardini (eds.), Migrazione e patologie dell’Humanitas nella letteratura europea contemporanea, Frankfurt am Main / Berlin / Bern / Bruxelles / New York / Oxford / Wien, Peter Lang (Forum Translationswissenschaft, 14): 185-193.

Sacchi S., 1991, Uno scrittore nomade. Panait Istrati, in G. Rubino (ed.), Figure dell’erranza: immaginario del percorso nel romanzo francese contemporaneo, Roma, Bulzoni: 195-209.

Vanhese G., 2008, Synonymie, anthropologie et traduction dans l’œuvre de Panaït Istrati, in S. Cigada-M. Verna (ed.), Atti del convegno «La sinonimia tra langue e parole nei codici francese e italiano», Università Cattolica del Sacro Cuore di Milano, 24-27 ottobre 2007, Milano, Vita e Pensiero: 289-307.

Vasilescu D., 2008, Panaït Istrati. Images d’Orient, Nice, Vaillant.

Notes

1Préface de Romain Rolland.

2   «La conscience linguistique istratienne est donc marquée à la fois par le roumain, la langue mère, et le français, la langue du savoir qu’Elisabeth S. Geblesco qualifie même de langue substitutive paternelle (le grec aurait été substitué par le français, comme le père par Romain Rolland qui a veillé sur son apprentissage littéraire). Oscillation féconde et déchirante tout à la fois entre exil et retour, oubli et mémoire, déracinement et enracinement» (Vanhese 2008: 290-291).

3Préface de Romain Rolland.

4Salep: «boisson chaude» (cf. glossaire in Istrati 2006).

5   Cf. «Tu aimerais que je m’éternise dans tes jupes» et, avec un allongement, dans la traduction italienne de Fernando Cezzi: «A te [...] piacerebbe che restassi sempre attaccato alle tue sottane» (Istrati 2006g: 13).

6   «Avec sa barbe de deux mois, sa boue, ses loques, Codine, ivre et enrouillé, n’était plus de la race humaine» (Istrati 2006b: 612) > «Kodin – la barba di due mesi, imbrattata di fango, coperto di stracci, la voce roca – non sembrava che facesse più parte della razza umana» (Istrati 1998b: 102). Notons encore, entre autres exemples, l’atténuation plus classique de l’expressivité avec l’insertion du verbe «sembrare».

7   Pino Fiori préfère, par exemple, «figlia dell’inferno» (Istrati 1996: 61), à la «ragazzina infernale» de Gino Lupi (Istrati 1947: 61).

8   La première traduction italienne offre cette présentation: «Evocazione magica e picaresca dell’infanzia di un bambino romeno partito all’inseguimento dei cardi nella steppa, I cardi del Bărăgan (1928) è anche un romanzo storico e sociale, che culmina con la sanguinosa e disperata ribellione contadina scoppiata nel febbraio 1907, al termine di un inverno lungo e tormentoso. Sin dall’inizio dell’insurrezione, il governo cercò di occultare le vere cause del disordine attribuendone la responsabilità a dei ‘sobillatori’. Persuasi dalla propaganda governativa che gli ebrei fossero all’origine della propria miseria, i contadini si avventarono sulle case degli israeliti, le saccheggiarono e ne massacrarono gli abitanti. Ma ben presto incominciarono anche a dare l’assalto alle fattorie dei grandi e medi proprietari terrieri. L’esercito venne inviato sul posto per ‘pacificare’ il paese: i soldati aprirono il fuoco sugli insorti, cannoneggiarono i villaggi, arrestarono e fucilarono migliaia di ribelli. Nell’arco della narrazione, che il giovanissimo Matache effettua in prima persona, la corsa dei cardi subisce una significativa metamorfosi: da simbolo dei sogni infantili di libertà ad allegoria della terribile crudeltà di un’oppressione che calpesta e travolge le speranze di tutto un popolo» (Istrati 2000: quatrième de couverture).

9Opinca (pl. opinci): «sandale»; galuchka: «boulette de viande» (cf. glossaire in Istrati 2006).

10Caciula: «coiffe» (cf. glossaire in Istrati 2006).

11   «Pour se les procurer, il n’y avait que deux moyens: les couper aux vêtements féminins de la maison au prix de terribles raclées, ou les gagner au jeu des boutons, à l’exemple de Brèche-Dent, qui était le détenteur de presque tous les boutons de nacre du village».

12   «Il traduttore opera attraverso un procedimento di esplicitazione, che dissolve in parte l’effetto di concentrazione voluto dall’originale» (Naccarato 2008b: 144).

13   «Il y a des hommes qui ne sont heureux que dans la pauvreté. Je suis de ceux-là. Avec ce qui me restait, je filai au Mexique».

Auteur

Università degli Studi della Calabria

© Ledizioni, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search