Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

La dame aux catleyas

Paola Placella Sommella

Texte intégral

1Parmi tous les personnages féminins de la Recherche, Odette est sans doute celui qui recueillit en soi des données très importantes sous plusieurs aspects, internes et externes au mécanisme du roman. Des données qui font bien comprendre sa psychologie, ses rapports avec les autres personnages et son ascension mondaine, mais qui, grâce au soin que le Narrateur a mis à décrire son habillement et le décor de ses appartements, donnent des références précieuses permettant d’établir des points de repère dans la chronologie si élastique et si discordante de la Recherche où se juxtaposent très souvent des «anachronies par rétrospection ou anticipation» et aussi des points de contact très importants avec la peinture de la fin du XIXe siècle (Genette 1972: 121). 

2Dans Du côté de chez Swann, le Narrateur, enfant, va voir son oncle Adolphe un jour qui n’était pas réservé aux visites de ses parents et il y rencontre une jeune femme habillée de soie rose, avec un collier de perles au cou qui est en train de manger une mandarine. Il sait déjà qu’elle appartenait à ce monde d’actrices ou de cocottes que son oncle fréquentait mais qu’il n’avait pas la permission de présenter aux femmes de sa famille et d’autant plus à son jeune neveu. Elle n’apparaît pourtant pas à celui-ci différente des autres femmes qu’il connaît car elle a un regard bon, une voix douce, un «air modeste et sensible», des façons aimables, un charme particulier qui le conquiert immédiatement (Proust 1954: t. 1, 77). Sans trouver en elle rien de théâtral ni de diabolique, traits qu’il attribuait au genre des femmes infréquentables, il avait été pourtant frappé par le luxe de la voiture qui stationnait à la porte de son oncle, par les cigarettes qu’elle exhibait, de marque étrangère, cadeau d’un Grand-duc à qui elle faisait allusion avec nonchalance, et par son habillement plus élégant que celui des femmes de sa connaissance.

  • 1   Sur cet épisode, cf. Rousset (1980).

3Quelque temps après, à Combray, au cours d’une promenade du côté de Méséglise, vers la propriété de Swann à Tansonville, le Narrateur aperçoit, au-delà d’une haie d’aubépines, au milieu d’une allée bordée de fleurs parfumées, une fillette aux cheveux «d’un blond roux» qu’une «dame en blanc» appelle pour qu’elle se dépêche de la rejoindre (t. 1, 140-141)1. Cette rencontre a lieu, au printemps, dans un cadre champêtre où les fleurs, et en particulier des aubépines blanches et roses, font penser à maints tableaux de peintres impressionnistes. Un nombre important de tableaux de Monet des années 1870-80 montrent une explosion de pommiers en fleurs, de glaïeuls, de lilas, au milieu desquels on voit très souvent une ou plusieurs femmes en robe légère qui lisent ou s’abritent du soleil avec un parasol (voir, par exemple, les deux tableaux de Les glaïeuls et Femmes au jardin, 1873 et 1866). Le Narrateur comprend que cette dame est Mme Swann qu’il a déjà entendu mentionner en famille, à travers des allusions à la ‘mésalliance’ contractée par Swann avec une femme «de la pire société, presque une cocotte» que la mère du Narrateur ne reçoit pas, et à travers des bavardages sur sa façon de se maquiller, comme le fait qu’elle se teignait les cheveux et se mettait du rouge (t. 1, 20). Le Narrateur, dont l’attention se fixe sur la fillette, Gilberte, ne reconnaît pas en elle la «dame en rose» qu’il avait déjà rencontrée chez son oncle.

4Après les épisodes de la «dame en rose» et de la «dame en blanc» – ce dernier épisode représentant une anticipation temporelle dans le monde de Combray par rapport à la partie d’Un amour de Swann – Odette va réapparaître officiellement dans le roman comme Mme de Crécy, définie comme «une personne presque du demi-monde», faisant partie du «petit noyau» des Verdurin, à qui elle demande de pouvoir amener chez eux un homme qu’elle a connu et qu’elle fréquente déjà (t. 1, 188). C’est ainsi que Swann, cet intelligent et élégant amateur d’art aux goûts raffinés, qui fréquente un milieu d’aristocrates, est introduit dans ce cercle de bourgeois enrichis. Il avait été présenté à Odette au théâtre par un ami – on saura beaucoup plus tard que cet ami était le baron de Charlus – et il n’avait pas été d’abord attiré par le genre de beauté de la jeune femme qui ne lui avait inspiré aucun désir, car elle avait le visage maigre déjà fané, malgré sa jeunesse, dominé par de grands yeux, «le profil trop accusé, la peau trop fragile, les pommettes trop saillantes» auxquelles la masse de cheveux relevés et bouffants selon la mode de l’époque donnait un relief encore plus prononcé (t. 1, 196). Si son visage n’était pas attrayant, son corps par contre était très bien fait, et pourtant la mode de l’époque ne donnait pas la possibilité de l’apprécier

tant le corsage, s’avançant en saillie comme sur un ventre imaginaire et finissant brusquement en pointe pendant que par en dessous commençait à s’enfler le ballon des doubles jupes, donnait à la femme l’air d’être composé de pièces différentes mal emmanchées les unes dans les autres; tant les ruchés, les volants, le gilet suivaient en toute indépendance, selon la fantaisie de leur dessin ou la consistance de leur étoffe, la ligne qui les conduisait aux nœuds, aux bouillons de dentelle, aux effilés de jais perpendiculaires, ou qui les dirigeait le long du busc. (t. 1, 197)

  • 2   Cf. le comptoir des corsets des Grands Magasins du Louvre, dans Piersanti (1981). Cf. à ce propos (...)
  • 3   Cf. à ce propos, Placella Sommella (1986: passim). Cf. aussi toutes les références bibliographiqu (...)
  • 4   Dans le Balcon du Cercle de la rue Royale (1868), Tissot a peint Charles Haas, amateur d’art et d (...)

5Les revues de l’époque nous montrent des corsets «très cambrés sur les côtes, baleinage souple» qui, tout en mettent en relief la taille de guêpe, étaient de véritables instruments de torture, comme d’ailleurs les tournures que l’on conseille «en crin pour robe cuirassée»2. Ce sont «les coussins, le ‘strapontin’ de l’affreuse ‘tournure’ […], ces corsages à basques […] qui, dépassant la jupe et raidis par des baleines», avaient donné à Odette «un ventre postiche»: comme on le voit, le Narrateur emploie ici la même terminologie que celle des catalogues et des revues de mode (t. 1, 618)3. Le corps ainsi étriqué et tourmenté, était couvert par deux jupons et enfin par la robe où des dentelles, des nœuds de velours, des dessins de raies contribuaient à appesantir la silhouette féminine. Et pourtant ces silhouettes de femmes engainées et engoncées dans «ces fanfreluches» (t. 1, 197) nous apparaissent très jolies dans les tableaux, les gravures, les eaux-fortes et les gouaches de tant de peintres célèbres à l’époque, tels James Tissot ou Jean Béraud, peintre du Paris chic et mondain, qui les a reproduites dans La soirée mondaine ou Le Théâtre du Vaudeville. James Tissot, peint lui-même par son ami Degas, a peint des femmes élégantes avec des robes blanches à rayures noires, à volants, à nœuds de velours dans Le Bal sur un bateau, Le capitaine et son second, Le retour de la promenade en bateau, Trop tôt (années 1873-74). Des dentelles et des garnitures enrichissent la robe de la jeune femme du Bal (vers 1878) – qu’un critique anglais avait défini comme worthy of Worth (digne de Worth) – avec des volants froufroutants que Tissot a exagérés ensuite dans une copie postérieure, L’ambitieuse, qui fait partie des quinze tableaux consacrés à La femme à Paris (1883-85)4.

  • 5   Des cat(t)leyas ornaient les cheveux de la comtesse Greffulhe en lui donnant «une grâce polynésie (...)
  • 6   Cf.: «Il espérait en tremblant, ce soir-là […], que c’était la possession de cette femme qui alla (...)

6Odette n’avait donc inspiré aucun désir à Swann, elle n’était pas son genre, mais un jour qu’elle était un peu malade, il était allé la voir dans son appartement où elle l’avait reçu les cheveux dénoués, en peignoir de crêpe de Chine mauve enveloppé d’une écharpe brodée. En inclinant la tête, elle plia légèrement une jambe, dans une posture qui rappela à Swann Zéphora, la fille de Jéthro peinte par Botticelli dans les fresques de la Chapelle Sixtine. C’est cette ressemblance qui donne à Odette la transfiguration artistique qui pousse Swann à s’éprendre d’elle. Un soir, toujours plus angoissé après l’avoir cherchée inutilement dans tous les restaurants élégants près du boulevard des Italiens, il rencontre enfin Odette. Elle portait une robe de velours noir s’ouvrant en bas sur un triangle de faille blanche qui apparaissait aussi, en éclairant son visage, dans le décolleté où étaient arrangées des fleurs de catleyas faisant pendant avec celles qui ornaient ses cheveux sous une «fanchon de dentelle» (t. 1, 233)5. Le visage entouré de fleurs, l’attitude languissante et les grands yeux brillants qui rapprochent Odette des femmes peintes par Botticelli renouvellent le «rêve […] si longtemps caressé» que Swann voit enfin sur le point de se réaliser (Ibidem). Il fait semblant d’arranger les fleurs dans son corsage, ou de vérifier en s’approchant de sa gorge si ces fleurs n’ont vraiment pas de parfum pour commencer son approche amoureuse. «Faire catleya» devient ainsi la métaphore florale de l’acte sexuel, comme la petite phrase de Vinteuil – qui acquiert parfois elle aussi une connotation florale, «la phrase aérienne et odorante […] parmi les ramifications de son parfum» (t. 1, 211-212) – deviendra «l’air national de leur amour» (t. 1, 218)6.

7Beaucoup plus tard le Narrateur, déjà jeune homme, en visitant l’atelier du peintre Elstir, découvrira, tournée vers le mur, une aquarelle représentant un jeune modèle curieusement habillé, avec «un chapeau melon bordé d’un ruban de soie cerise» qui couvrait des cheveux courts mais bouffants, une chemise blanche au plastron plissé avec des clochettes sortant d’un veston de velours sans revers (t. 1, 848). L’une de ses mains, gantées de mitaines, tenait une cigarette. Cette mise suscite chez le Narrateur le rapprochement avec un costume pour un bal masqué ou avec l’habillement d’une actrice «en demi-travesti», d’autant plus qu’au bas de l’aquarelle il lit le titre Miss Sacripant octobre 1872 (Ibidem). Il hésite aussi à définir le sexe du modèle dont le peintre avait mis en évidence l’attirante ambiguïté. Elstir, en lui confirmant que c’était l’esquisse d’un costume pour une opérette de la Revue des Variétés, reste vague sur l’identité du modèle et soucieux plutôt de la cacher à la vue de sa femme qui va arriver et qui en est encore – on le soupçonne – jalouse à cause d’une vieille liaison entre eux.

8Plus tard, après une promenade avec le peintre, en réfléchissant sur les cheveux bouffants et sur les yeux tristes du modèle, où résidait pourtant «un attrait irritant» qui jouait sur son ambiguïté sexuelle, sur le désir qu’il suscitait sur des «sens blasés ou dépravés de certains spectateurs» (t. 1, 849), le Narrateur a tout à coup une illumination et reconnaît les traits de Madame Swann avant son mariage, avant qu’elle n’eût encore construit une forme de beauté différente, ravissante, «disciplinant ses traits» à l’aide de coiffures et de robes lancées par la mode nouvelle, qui convenaient mieux à son visage et à son corps (t. 1, 861).

  • 7   C’est le soir où Charlus avait présenté Odette à Swann. Sacripant est un personnage de l’Arioste, (...)
  • 8   Manet avait peint lui aussi des femmes en costume masculin, tel le tableau Victorine Meurent en c (...)
  • 9   Cf. «Il aimait encore, en effet, à voir en sa femme un Botticelli» (Proust 1954: t. 1, 617).
  • 10   Cf. aussi Proust (1954: t. 1, 849).

9Mais cette aquarelle était non seulement «l’extrait de naissance le plus accablant pour Odette» (t. 1, 863) – c’est le baron de Charlus qui confirme que c’est Odette l’actrice qu’il avait trouvée «charmante dans son demi-travesti, un soir qu’elle jouait Miss Sacripant»7 (t. 3, 299-300) –, elle l’était aussi pour Elstir car elle le rapprochait d’«un des nombreux portraits que Manet ou Whistler ont peints d’après tant de modèles disparus»8 (t. 1, 863). C’est ainsi que le Narrateur d’une réflexion à l’autre, d’une découverte à l’autre, arrive à supposer que l’aquarelle avait pu être peinte par l’artiste qui faisait partie, à la même époque, du clan des Verdurin: le peintre «ridicule et pervers» que l’on appelait M. Biche n’était donc autre qu’Elstir (Ibidem). Le portrait était antérieur à la beauté créée ensuite par Odette mais, même s’il avait été postérieur, le génie du peintre aurait réussi à «désorganiser ce type» si savamment construit (t. 1, 861), à disloquer «le type d’une femme tel que l’ont défini sa coquetterie et sa conception égoïste de la beauté» (t. 1, 862-863) et à en détruire cette «harmonie factice» en la reportant à cet «idéal féminin qu’il avait en lui» (t. 1, 861). D’ailleurs Swann avait suivi le même procédé en gardant dans sa chambre une vieille photo d’Odette qui la montrait comme une «jeune femme grêle aux yeux pensifs, aux traits las» (t. 1, 617), «aux cheveux bouffants» sous un chapeau de paille orné de pensées (t. 1, 861). C’est la même photo à laquelle le Narrateur fait allusion avec plus de détails dans La Prisonnière, où Odette, qui n’avait pas encore réalisé une sorte de beauté parfaite et immuable, apparaissait «en capeline de drap, les cheveux mal arrangés» avec «l’air d’une petite bonne qui aurait eu vingt ans de plus», sûrement plus laide par rapport aux photos postérieures de Mme Swann ‘retouchées’ par un photographe à la mode, les cheveux ondulés par un grand coiffeur (t. 3, 203). Le Narrateur rapporte donc deux fois cette allusion à la vieille photo d’Odette: la première semble renvoyer au fait que Swann préférait toujours voir sa ressemblance avec les femmes de Botticelli9, la seconde rappelle plutôt l’ambiguïté sexuelle du modèle de l’aquarelle qui sollicitait la «dépravation d’un amant rassasié» (t. 1, 861)10.

10L’identification d’Odette avec le modèle de Miss Sacripant se doublera plus tard de l’identification d’Odette avec la Dame en rose lorsque le Narrateur recevra des photos ayant appartenu à son oncle Adolphe, gardées après sa mort par son vieux valet de chambre, parmi lesquelles il y en a une du portrait fait par Elstir. Ce n’est qu’à ce moment-là que le Narrateur découvrira «avec étonnement» que la Dame en rose était Odette: «tant elles étaient séparées et différentes dans mon souvenir» (t. 2, 267). La date de 1872 marque donc aussi la période où Odette fréquentait l’oncle Adolphe.

  • 11   En 1884 le divorce avait été rétabli en France, c’est donc après cette date qu’il faudrait fixer (...)
  • 12   L’éden Théâtre, près de l’Opéra, fonctionna de 1883 à 1894, et l’Hippodrome jusqu’en 1892. Franci (...)
  • 13   L’importance que les impressionnistes ont donnée à l’habillement et le rapport étroit entre la mo (...)
  • 14   Suzette et Madeleine Lemaire apparaissent aussi parmi les femmes et jeunes filles élégantes invit (...)
  • 15   Charles Ephrussi a contribué lui aussi, avec Charles Haas, au personnage de Charles Swann.  
  • 16   Le Narrateur demande l’identité du personnage au duc de Guermantes qui ne se rappelle pas le nom (...)

11Cette date, octobre 1872, marque donc un point fixe, un terminus a quo à partir duquel on peut déterminer l’âge d’Odette qui devrait avoir au moins vingt ans à cette époque, étant une femme déjà séparée de son premier mari, le comte de Crécy. C’est encore à cette date qu’elle connaît Swann à qui elle est présentée par le baron de Charlus qui nous donne tous ces renseignements: «elle se faisait appeler Odette de Crécy, et le pouvait parfaitement, étant seulement séparée d’un Crécy dont elle était la femme, très authentique celui-là, un monsieur très bien, qu’elle avait ratissé jusqu’au dernier centime» (t. 3, 301)11. D’autres points de repère mentionnés dans le Ier volume tels, par exemple, les lieux considérés chics par Odette et qu’elle ne manquerait pas de fréquenter – «l’avenue de l’Impératrice, à cinq heures le tour du Lac, le jeudi l’Eden Théâtre, le vendredi l’Hippodrome» (t. 1, 243) –, les œuvres de théâtre qu’elle préfère, telles Francillon et Serge Panine, des événements politiques renvoient pour la plupart aux années 188012. Des tableaux des peintres impressionnistes nous renvoient également à cette époque, des peintres qui ont été sensibles, eux aussi, au charme que quelques dames savaient donner à des vêtements si compliqués et à leurs accessoires13. Rappelons les deux Dame en rose (1866 et 1881) de Manet, les délicieux petits ou grands chapeaux de ses portraits, comme par exemple ceux de la Jeune Femme au chapeau blanc, de Jeanne Martin au chapeau orné de roses ou de la même dans la représentation du Printemps, pour laquelle le peintre avait choisi personnellement la robe fleurie et le chapeau. Ce sont tous des tableaux de 1881 ainsi que les portraits de Méry Laurent et de Suzette Lemaire. Cette dernière, fille de Madeleine Lemaire14, un des prototypes de Mme Verdurin, avait été accompagnée dans l’atelier de Manet par Charles Ephrussi15, directeur de la «Gazette des Beaux-Arts» et protecteur de plusieurs peintres parmi lesquels Renoir qui l’avait ‘remercié’ en le plaçant dans son Déjeuner des canotiers (1881), tableau évoqué indirectement par le Narrateur qui le voit dans le salon des Guermantes. C’est le personnage dont le chapeau haut-de-forme détonne un peu au milieu de l’habillement marin des canotiers «dans une fête populaire au bord de l’eau où il n’avait évidemment que faire, et qui prouvait que pour Elstir il n’était pas seulement un modèle habituel, mais un ami, peut-être un protecteur, qu’il aimait […] à faire figurer dans ses peintures» (t. 2, 420)16. Ici on voit un mélange de personnages réels et de personnages du roman: c’est Swann-Ephrussi qui a suggéré à Mme de Guermantes d’acheter des tableaux d’Elstir-Renoir, mais Elstir est encore aussi Manet, et on peut dater de 1881 cette phase de sa peinture où il «s’inspirait un peu de Manet» (t. 2, 500): «Cette fête au bord de l’eau avait quelque chose d’enchanteur. La rivière, les robes des femmes, les voiles des barques, les reflets innombrables des unes et des autres voisinaient parmi ce carré de peinture qu’Elstir avait découpé dans une merveilleuse après-midi» (t. 2, 420). On pense évidemment aux tableaux de Manet où le miroitement de l’eau environne un couple dans une barque, au reflet blanc de l’écume des vagues sur le léger chapeau blanc de la femme de Manet dans Sur la plage (1873), à l’ami Claude Monet peint avec sa femme dans son atelier flottant (1874), aux deux tableaux de La Grenouillière (1869) de Monet et de Renoir sur le même sujet et à tant d’autres tableaux de Paul Helleu et d’Eugène Boudin. Un autre ‘indice’ de la première manière de peindre de Biche-Elstir est donné par Mme Cottard. Sur l’insistance de Mme Verdurin, le peintre avait fait, à cette époque, un portrait du docteur Cottard, que toutefois sa femme ne trouve pas ressemblant car, bien que «moins étrange que ce qu’il fait d’habitude, […] il a fallu qu’il lui fasse des moustaches bleues» (t. 1, 375). Cette première manière de peindre les femmes jaunes et bleues aux cheveux mauves était la marque de sa peinture, qui se transformera elle aussi en passant par différentes phases. Des années plus tard, en parlant du peintre qui avait rompu avec son petit noyau, Mme Verdurin critiquera «toutes ces grandes diablesses de compositions, ces grandes machines qu’il expose», en affirmant que c’était «du barbouillé» qui manquait «de relief, de personnalité» (t. 2, 938).

  • 17   Dans Le Temps retrouvé, à la matinée de la princesse de Guermantes, bien des années plus tard, ap (...)

12Une autre date concerne Odette, celle qui est marquée dans l’esprit du Narrateur comme la fin d’une époque dont elle est l’emblème: 1892, l’année où il attendait anxieusement dans l’Allée des Acacias l’arrivée de Mme Swann habillée d’une «polonaise de drap» (t. 1, 419) ou «en paletot de loutre» (t. 1, 426), coiffée d’un petit chapeau mauve ou d’un béret orné de plumes de perdrix, «un bouquet de violettes au corsage» (t. 1, 419)17.

131872-1892: vingt ans donc durant lesquels se déroulent l’histoire de l’amour de Swann et son mariage. Parfois, mollement assise dans sa victoria, Mme Swann, «ses cheveux maintenant blonds avec une seule mèche grise ceints d’un mince bandeau de fleurs, le plus souvent des violettes, d’où descendaient de longs voiles, à la main une ombrelle mauve», lance des œillades et adresse des sourires tantôt ambigus tantôt oisifs, doux ou allusifs aux hommes qu’elle croise, des signes révélateurs de sa disponibilité amoureuse passée ou présente (t. 1, 419). Pourtant Swann, qui l’a habituée à des manières distinguées, lui avait enseigné à «rester sur la réserve» avec les grandes dames de l’aristocratie qu’ils pouvaient rencontrer et qu’elle égalait en élégance et amabilité, en façon de se conduire et de parler avec elles (t. 1, 541). C’est pendant une de ces promenades au Jardin d’Acclimatation en compagnie de Swann et du Narrateur qu’ils rencontrent la princesse Mathilde – un des personnages historiques réels cités dans la Recherche – «dans une toilette tellement Second Empire» qu’elle semblait sortir d’un tableau de François Xavier Winterhalter, le portraitiste de l’Impératrice Eugénie et de la cour de Napoléon III (t. 1, 542). La princesse portait un manteau de fourrure avec une traîne que Mme Swann regardait avec admiration et que la princesse précisa être un cadeau du tsar Nicolas II qui était à Paris ces jours-là et qui irait visiter les Invalides.

14Cet événement date de 7 octobre 1896, donc un autre point de repère chronologique sûr. C’est la période où Odette, grâce à son mariage avec Swann, a conquis un statut social qui lui permet de connaître des personnes du grand monde qui l’accompagnent dans sa promenade habituelle de fin matinée dans l’avenue du Bois, où elle avance vêtue d’une robe claire qui se détachait dans le groupe noir de ses accompagnateurs, en parfaite syntonie avec la saison:

Tardive, alentie et luxuriante comme la plus belle fleur et qui ne s’ouvrirait qu’à midi, Mme Swann apparaissait, épanouissant autour d’elle une toilette toujours différente mais […] surtout mauve; puis elle hissait et déployait sur un long pédoncule, au moment de sa plus complète irradiation, le pavillon de soie d’une large ombrelle de la même nuance que l’effeuillaison des pétales de sa robe (t. 1, 636).

  • 18   Vers les années 1890 les chrysanthèmes devinrent à la mode et par la Correspondance on apprend qu (...)

15La femme qui aime les fleurs – des violettes ou des orchidées à son corsage, des chrysanthèmes dans son salon – va devenir elle-même une femme-fleur. Cette harmonie chromatique s’étend aussi à son appartement où Mme Swann aimait bien recevoir ses amis dans des robes d’intérieur, des «soies claires et mousseuses de peignoirs Watteau desquelles elle faisait le geste de caresser sur ses seins l’écume fleurie» (t. 1, 616). Ses robes de chambre en crêpe de Chine ou en mousseline de soie aux couleurs délicates, ces tea gowns des années 1890 qui l’enveloppaient comme «des pétales roses ou blancs» (t. 1, 595), sont en harmonie avec l’ameublement de son appartement, maintenant en style Louis XV, avec des coussins brodés de fleurs, ornés d’énormes chrysanthèmes blancs ou rose-pâle ou de «boules de neige» dont les hautes tiges rappellent «les arbustes linéaires des préraphaélites»18 (t. 1, 634). Mais plus qu’à ces peintres, l’image d’Odette qui avance au Bois de Boulogne en parfaite syntonie avec le décor printanier du parc, si elle évoque encore maints tableaux impressionnistes, incarne aussi la Femme-Fleur des peintres de l’Art Nouveau: «sa toilette était unie à la saison et à l’heure par un lien nécessaire, unique, les fleurs de son flexible chapeau de paille, les petits rubans de sa robe […] semblaient naître du mois de mai plus naturellement encore que les fleurs des jardins et des bois» (t. 1, 637). La silhouette élancée, enfin libérée des corsets et des doubles jupes qui alourdissaient plutôt qu’embellir son corps bien fait, s’harmonise parfaitement dans l’environnement floral, pareille elle-même à une fleur, depuis le «pédoncule» de son ombrelle jusqu’à «l’effeuillaison des pétales» de sa robe mauve et légère qui danse devant elle (t. 1, 636).

16C’est le charme d’Odette, incarnation de l’habillement, qui amène le Narrateur à décrire avec la plus minutieuse attention ses robes et le décor de ses appartements dans les deux parties Un amour de Swann et Autour de Mme Swann (qui faisaient partie au début, comme chacun sait, d’un seul volume). C’est l’époque de la jeunesse du Narrateur mais aussi de l’écrivain, qui posait tant de questions à ses amies sur leurs robes et leurs chapeaux en les priant de lui décrire un petit chapeau mauve ou une robe portée dans telle ou telle occasion gravée dans sa mémoire. La mélancolique promenade du Narrateur au Bois de Boulogne, plusieurs années après (1908 dit Hachez, 1913 pour d’autres critiques qui font coïncider «cette année» avec la parution du Ier volume) marque la fin de Du côté de chez Swann mais aussi celle d’une époque (t. 1, 421). Au lieu des robes élégantes de Mme Swann – que le Narrateur préfère –, «des tuniques gréco-saxonnes relevaient avec les plis des Tanagra, et quelquefois dans le style du Directoire, des chiffons liberty semés de fleurs comme un papier peint» (t. 1, 425). Des chapeaux «couverts d’une volière ou d’un potager» au lieu des jolis petits chapeaux ornés de fleurs ou d’une plume d’oiseau sur des robes droites et linéaires suscitent l’horreur du Narrateur (t. 1, 426). Les robes entravées créées par Paul Poiret, tout en libérant la femme des corsets et des tournures, ont pourtant transformé sa silhouette, en lui ôtant, peut-être, un peu de son charme. En effet, si les robes en crêpe de Chine ou les précieuses fourrures qui enveloppent Oriane de Guermantes comme une «brume» (t. 3, 33) ou comme un «plumage naturel» (t. 2, 62) sont pour elle une «ambiance naturelle» (t. 2, 144) qui évoque des paysages des alentours de Combray et des atmosphères mondaines qui enchantent le Narrateur, et si le splendide manteau Fortuny porté par Albertine suscitera la rêverie vénitienne liée aux tableaux de Vittore Carpaccio, les robes d’Odette nous aident non seulement à définir le cadre chronologique de l’histoire d’amour de Swann et de l’éducation sentimentale du Narrateur, mais elles représentent aussi le lien avec la peinture et le parcours artistique du XIXe siècle, car Odette «était entourée de sa toilette comme de l’appareil délicat et spiritualisé d’une civilisation» (t. 1, 619-620).

Bibliographie

Genette G., 1972, Figures III, Paris, Seuil.

Groom G. (ed.), 2012, L’Impressionnisme et la Mode, Paris, Skira / Flammarion.

Hachez W., 1985, La chronologie d’«À la Recherche du Temps perdu» et les faits historiques indiscutables, «Bulletin de la Société des Amis de Marcel Proust et des Amis de Combray» 35: 363-374.

Piersanti G. (ed.), 1981, I grandi magazzini. Cataloghi illustrati dal 1860 al 1910, Milano, Savelli.

Placella Sommella P., 1986, La Moda nell’opera di Marcel Proust, Roma, Bulzoni (Biblioteca dei Quaderni del Novecento Francese).

Proust M., 1954, À la Recherche du Temps perdu, 3 t., P. Clarac-A. Ferré (eds.), Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade).

—, 1971, Contre Sainte-Beuve précédé de Pastiches et mélanges et suivi de Essais et articles, Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade).

—, 1976, Correspondance, t. 1, 1880-1895, P. Kolb (ed.), Paris, Plon.

—, 1978, L’Indifférent, Paris, Gallimard.

—, 2006, Alla ricerca del tempo perduto, L. De Maria (ed.), note di A. Beretta Anguissola-D. Galateria, trad. di G. Raboni, Milano, Mondadori (I Meridiani), (1983).

Richard J.-P., 1974, Proust et le monde sensible, Paris, Seuil.

Rousset J., 1980, Les premières rencontres, in Aa.Vv., Recherche de Proust, Paris, Seuil: 40-54.

Notes

1   Sur cet épisode, cf. Rousset (1980).

2   Cf. le comptoir des corsets des Grands Magasins du Louvre, dans Piersanti (1981). Cf. à ce propos l’aquarelle d’Henri de Montaut, études sur les femmes: les corsets 1882-1890. Cf. aussi la toute récente exposition au Musée des Arts décoratifs de Paris, La Mécanique des dessous. Une histoire indiscrète de la silhouette.

3   Cf. à ce propos, Placella Sommella (1986: passim). Cf. aussi toutes les références bibliographiques signalées dans ce volume.

4   Dans le Balcon du Cercle de la rue Royale (1868), Tissot a peint Charles Haas, amateur d’art et dandy brillant, très élégant avec son pantalon à raies et son chapeau haut-de-forme. Ce tableau est mentionné directement dans La Prisonnière par l’écrivain qui avoue «qu’il y a quelques traits [de Ch. Haas] dans le personnage de Swann» (Proust 1954: t. 3, 200). Cf. aussi l’allusion à l’élégance de Swann et à celle de Haas: «Serré dans une redingote gris perle, qui faisait valoir sa haute taille, svelte, ganté de gants blancs rayés de noir, il [Swann] portait un tube gris d’une forme évasée que Delion ne faisait plus que pour lui, pour le prince de Sagan, pour M. de Charlus, […] pour M. Charles Haas et pour le comte Louis de Turenne» (t. 2, 579).

5   Des cat(t)leyas ornaient les cheveux de la comtesse Greffulhe en lui donnant «une grâce polynésienne» le soir où Marcel Proust lui avait été présenté en juillet 1893 (Cf. Proust 1976: 219). Ces fleurs ont été transférées de la coiffure et de l’habillement de la dame qui a inspiré à l’écrivain certains traits de la duchesse Oriane de Guermantes, à ceux du personnage d’Odette. Mais on trouve aussi des catleyas dans une nouvelle de 1896 «perdue et retrouvée» par Philip Kolb, où la protagoniste, Madeleine, a dans ses cheveux noirs «quelques catléias [sic] qui suspendaient à cette tour d’ombre de pâles guirlandes de lumière» et lui donnaient un «charme polynésien» (Proust 1978: 39).

6   Cf.: «Il espérait en tremblant, ce soir-là […], que c’était la possession de cette femme qui allait sortir d’entre leurs larges pétales mauves» (Proust 1954: t. 1, 234). Cf. à ce propos Richard (1974: 95 sg.).

7   C’est le soir où Charlus avait présenté Odette à Swann. Sacripant est un personnage de l’Arioste, un guerrier fanfaron dont le nom est devenu synonyme de ‘vaurien, mauvais drôle’. C’est aussi le nom du protagoniste, un voleur, rôle joué cependant par une femme, de l’opéra comique Sacripant représenté en 1866. Seraient-ce des allusions au caractère d’Odette?

8   Manet avait peint lui aussi des femmes en costume masculin, tel le tableau Victorine Meurent en costume d’‘espada’ (1862).

9   Cf. «Il aimait encore, en effet, à voir en sa femme un Botticelli» (Proust 1954: t. 1, 617).

10   Cf. aussi Proust (1954: t. 1, 849).

11   En 1884 le divorce avait été rétabli en France, c’est donc après cette date qu’il faudrait fixer le mariage de Swann avec Odette.

12   L’éden Théâtre, près de l’Opéra, fonctionna de 1883 à 1894, et l’Hippodrome jusqu’en 1892. Francillon, de Dumas fils, avait été représenté la première fois en janvier 1887 au Théâtre Français, Serge Panine, de G. Ohnet, en 1882 au Gymnase Dramatique. Un point de repère est fourni aussi par un monsieur qui ne l’avait d’abord pas reconnue dans sa promenade à l’Allée des Acacias: «Odette de Crécy? Mais je me disais aussi, ces yeux tristes… Mais savez-vous qu’elle ne doit plus être de la première jeunesse! Je me rappelle que j’ai couché avec elle le jour de la démission de Mac-Mahon» cette allusion renvoie à l’année 1879, période où elle habitait rue La Pérouse «un petit hôtel très étrange avec des chinoiseries» (Proust 1954: t. 1, 420-421) où Swann allait la voir. Sur la chronologie de la Recherche, cf. les nombreuses études de W. Hachez et en particulier la dernière (1985), de Genette (1972) et les notes de Galateria et Beretta Anguissola au premier volume de l’édition italienne de la Recherche (Proust 2006).

13   L’importance que les impressionnistes ont donnée à l’habillement et le rapport étroit entre la mode et leur peinture ont été mis en évidence dans l’exposition L’Impressionnisme et la Mode, Paris, Musée d’Orsay, jusqu’au 20 janvier 2013, puis à New York et à Chicago, Catalogue Skira, Flammarion. On a retrouvé des traits impressionnistes dans les robes de Christian Dior – telle la robe Rose de France inspirée par le tableau Roses mousseuses de Renoir – comme le montre la toute récente exposition Impression Dior, au Musée Christian Dior de Granville (jusqu’au 22 septembre 2013).

14   Suzette et Madeleine Lemaire apparaissent aussi parmi les femmes et jeunes filles élégantes invitées à une matinée littéraire et musicale organisée par Robert de Montesquiou, dont Proust écrivit un article Une fête littéraire à Versailles pour «Le Gaulois» le 31 mai 1894. Suzette portait «un chapeau noir semé de roses» (Proust 1971: 361).

15   Charles Ephrussi a contribué lui aussi, avec Charles Haas, au personnage de Charles Swann.  

16   Le Narrateur demande l’identité du personnage au duc de Guermantes qui ne se rappelle pas le nom mais qui exprime son jugement sur sa façon de s’habiller: «Ça peut être un pontife très calé, mais il ignore évidemment dans quelles circonstances on met un chapeau haute forme. Avec le sien, au milieu de toutes ces filles en cheveux, il a l’air d’un petit notaire de province en goguette» (Proust 1954: t. 2, 500-501).

17   Dans Le Temps retrouvé, à la matinée de la princesse de Guermantes, bien des années plus tard, après la guerre, le Narrateur reverra Odette, refleurie dans sa beauté artificielle de «rose stérilisée», qui semble lui dire: «Je suis l’allée des Acacias de 1892». C’est à cette occasion que le Narrateur aussi (!) s’interroge sur l’âge qu’elle devait avoir, étant devenue la maîtresse du duc de Guermantes: «cela semblait extraordinaire. Mais peut-être avait-elle commencé la vie de femme galante très jeune» (Proust 1954: t. 3, 950 et 1015).

18   Vers les années 1890 les chrysanthèmes devinrent à la mode et par la Correspondance on apprend que Proust en envoya d’énormes à Mme Straus et à Laure Hayman, qui a été, avec Mlle de Clomesnil, l’une des inspiratrices du personnage d’Odette (cf. Proust 1976: 163 et 190).

Auteur

Università di Roma «La Sapienza»

© Ledizioni, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search