Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

« Le Petit Écho de la Mode » : raconter la mode au début des Années 50

Alba Pessini

Texte intégral

1La lecture des magazines féminins contemporains donne l’impression que ces derniers sont avant tout des boîtes à images où ce sont les photos, les montages visuels qui racontent une histoire autour du vêtement qui est présenté. Le paysage, le contexte, l’éclairage, la femme qui le porte ont une importance fondamentale au détriment du texte qui le décrit, souvent très réduit et essentiel. La mode, entre le XXe et le XXIe siècle, semble avoir choisi de se présenter à travers le visuel, mais il n’en a pas toujours été ainsi. La différence est frappante lorsque l’on s’attache à feuilleter avec attention des magazines datant de la moitié du siècle dernier. Nous essaierons dans notre travail de retrouver la saveur des ‘mots de la mode’ de cette époque, une mode qui était plus souvent à lire qu’à regarder.

2Avant même de nous concentrer sur le sujet qui fera plus précisément l’objet de cette étude, il nous semble indispensable de poser quelques jalons qui fourniront au lecteur un aperçu sur la naissance et sur le développement des revues consacrées au public féminin, de la presse féminine, de ce qu’Evelyne Sullerot, dans Histoire de la presse féminine en France, des origines à 1848, présente comme les précurseurs des journaux féminins. Parmi les gazettes mondaines qui répondent à cette définition, une en particulier retient notre attention, «Le Mercure Galant», fondé en 1672 par Donneau de Visé qui a pour objectif, selon la définition de Bernard Croquette, «de fournir au public parisien et provincial des nouvelles de la Cour et de la ville, et de rendre compte de tous les événements, mondains […] et littéraires» (2013). Au-delà des anecdotes mondaines, rappelons que cette publication a, à la fin du XVIIe siècle, son mot à dire concernant la querelle des Anciens et des Modernes en accueillant certains écrits de Fontenelle où il défend les Modernes. Elle s’enrichit au fil du temps à travers des «nouvelles et des pièces de vers, des énigmes et des histoires fabuleuses dont la fin est différée de numéro en numéro» (Ibidem). L’aspect qui intéresse notre propos se manifeste par la présence d’une chronique où l’on décrit la mode du temps, mais le texte écrit ne semble plus suffire puisque les gravures qui apparaissent dans «Le Mercure galant» du mois d’octobre 1678 seraient les premières insérées dans une publication de ce genre. Il ne manque pas non plus l’occasion de fournir un peu de lustre à quelques commerçants qui voient leurs noms et adresses apparaître dans les colonnes du périodique. Dès lors, les quelques éléments que nous avons mentionnés dans ces lignes seront des constantes qui animeront tout journal féminin selon l’époque et les enjeux du moment.

  • 1   «Après des débuts difficiles […], le “Cabinet des Modes” a connu un succès certain, attesté par l (...)

3D’après le Dictionnaire des journaux et gazettes du XVIIIe, d’autres périodiques au début de ce siècle concentrent une partie de leur intérêt sur la mode; c’est entre autres le cas du «Cabinet des nouvellistes» (1728) que La Mésangère, directeur du «Journal de la Mode et du Goût», en citant la liste des premiers journaux de mode, indique comme le plus ancien. Le destinataire de cette presse, d’implicite devient explicite pour la première fois avec le titre, le «Journal des Dames» (1759-1799), toutefois l’aspect vestimentaire n’y intervient que timidement. Le «Cabinet des Modes» qui paraît en 1785 éclaire son contenu dans un intitulé plus vaste: «Cabinet des Modes, ou les Modes nouvelles Décrites d’une manière claire et précise, et représentées par des Planches en Taille-douce, enluminées»1. Voilà donc la nouveauté, ce périodique insère de très belles gravures de toilettes féminines et accorde une large place aux adresses de celles et de ceux qui les confectionnent. Sans entrer dans les détails, il est intéressant de remarquer que le ton de cette presse est plutôt léger, sans aucune prétention morale ou éducative.

4C’est cependant au cours de la première moitié du XIXe siècle que le journal de mode va multiplier ses titres. Les raisons de cette croissance sont à rechercher dans de nouvelles formes de diffusion, mais aussi dans une société en changement où la bourgeoisie s’impose désormais avec ses valeurs (famille, religion, éducation, morale) qui animeront les thèmes de fond de ces périodiques. La presse féminine de cette époque, selon Claire Blandin, est un «musée des représentations et des attitudes sociales imposées aux femmes» (2011). Il est impensable, en effet, qu’en ces années-là où la presse est avant tout «une presse politique d’engagement et de commentaire […], les femmes se mêlent de politique […]: il s’agit de leur proposer un journal différent» (Ibidem). La femme issue de la bourgeoisie est donc la première interlocutrice de ce type de journal qui a comme préoccupation essentielle de dispenser des conseils concernant la vie quotidienne des épouses aux prises avec la famille, les enfants, les problèmes d’intendance. Il s’agit de les aider dans l’organisation du foyer et de suggérer des solutions.

5Le «Petit Écho de la mode» répond, nous semble-t-il, à l’ensemble de ces caractéristiques, mais voyons dans le détail les rubriques qui le composent. Comme cela arrive souvent à cette époque, il succède à un autre journal, «Le Petit journal de la mode», en difficulté, que Charles Huon de Penanster rachète. Nous sommes face à une publication à caractère familial et féminin; le site qui retrace son histoire souligne: «Charles Huon de Penanster, son épouse Claire Le Roux qui sera l’âme du magazine et Emmanuel Ferré, ami et associé de la première heure, s’adressent ainsi aux mères de familles qu’aucun journal ne touche jusqu’alors.»2. Il nous est permis de douter de la nouveauté absolue de la formule du journal vu que «Le Conseiller des Dames et des Demoiselles» (1847-1892) manifestait déjà dans son titre3, si l’on en croit l’analyse approfondie qu’en fait Chloé Antoine dans son mémoire d’étude, de nombreux points communs avec notre périodique. Cependant, la longévité de ce dernier qui se maintient pendant plus d’un siècle (1880-1983) souligne le succès qu’il obtient auprès du public féminin. Son tirage passe de 5 000 à 100 000 exemplaires lors de l’insertion d’un roman-feuilleton, puis à 200 000 quand un patron gratuit est fourni aux lectrices (fin du XIXe), pour arriver enfin à un million d’exemplaires dans les années soixante du siècle dernier.

  • 4  «L’expression prêt-à-porter remplace le mot confection dans le langage courant. À ce changement an (...)

6Nous avons choisi de nous intéresser au début des années 1950 pour différentes raisons: tout d’abord, l’après-guerre est une période en pleine effervescence où l’élan pour la nouveauté, le désir de laisser derrière soi des années noires est un des objectifs de la nouvelle société; en 1955, le journal change de titre et devient l’«Écho de la Mode», mais surtout la mode se popularise. C’est l’époque des débuts du ready to wear, du prêt-à-porter qui marque un passage important entre une mode où la figure de la couturière, qui copie ou imite selon l’air du temps les modèles de la haute couture, s’avère centrale, à une mode qui s’industrialise4. Au début des années cinquante, cependant, «Le Petit Écho de la mode» n’en est pas encore là. À cette époque c’est encore la confection qui occupe le devant de la scène.

7Notre périodique relève par son contenu du magazine pratique, familial et s’adresse aux ménagères, aux mères de familles mais aussi aux jeunes filles. La structure du journal dans ces années intègre de nombreuses rubriques que nous essaierons de passer en revue pour mieux cueillir sa tendance. Leur enchaînement (le magazine n’affiche pas de sommaire), selon la longueur des sujets affrontés, varie de peu et permet aux lectrices d’y retrouver leurs pages préférées. Il s’agit pour le magazine de fournir à ses abonnées ou à ses lectrices occasionnelles non seulement des conseils saisonniers au moment de reprendre la routine après les vacances et «prouver [leur] effet bienfaisant» mais aussi pratiques, pour faciliter la vie quotidienne des ménagères pour ce qui est du bien être du foyer (combattre le froid hivernal à travers un chauffage adéquat, réparer le robinet qui goutte, changer le papier peint de l’appartement). La maîtresse de maison à court d’idées pour les repas trouve selon la saison (en septembre les artichauts, les aubergines, le céleri-rave sont à l’honneur; en juillet c’est la tomate qui l’emporte – en coulis, hors-d’œuvre, potages et conserves – ou des mets simples à emporter pour le traditionnel pique-nique – le carré de veau en gelée (!) –; en décembre les qualités de la soupe et ses variantes sont égrenées) des recettes gourmandes. Les bonnes manières sont de la partie et les jeunes femmes apprennent à se tenir quand elles logent chez autrui, respect et discrétion sont les qualités requises; on leur livre aussi un décalogue pour qu’elles sachent comment s’asseoir, à quel moment s’asseoir et se lever et quand il est nécessaire de céder sa place.

  • 5   Nous adopterons désormais pour renvoyer à notre périodique et afin d’en faciliter la référence le (...)

8La femme d’intérieur se doit d’être à même de dresser une table et de soigner tout particulièrement le linge et la vaisselle en sachant les varier selon l’occasion: pour un baptême la «nappe s’habille de toile rose. Roses aussi les assiettes décorées d’une colombe en vol»; pour un dîner important «la table revêt sa parure de gala. Nappe de toile ancienne à jours Venise avec au centre un surtout de cristal fleuri» (n. 38, 21/09/1952: 9)5.

9Le périodique aborde aussi d’autres thèmes qui interpellent de plus près les femmes quant à leur vie sociale et professionnelle. Il s’interroge sur les bienfaits des prestations sociales, il informe les citoyennes qui sont appelées à participer à la vie politique sur «Comment naît une loi» en fournissant l’explication de la terminologie juridique qu’il est, dans ce cas, nécessaire de maîtriser. De façon plus générale, «Le Petit Écho de la Mode» traite les sujets que le monde politique débat au cours de ces années: «L’Europe unie n’est pas une idée nouvelle». Tout en informant, il publicise de nouveaux emplois particulièrement adaptés aux femmes comme la carrière d’assistante sociale, s’interroge sur les débouchés des études de Droit ou encore répond aux questions d’une lectrice qui s’informe, par exemple, sur ce que pourra être l’avenir de son enfant qui a échoué au baccalauréat.

  • 6   «Cette presse féminine accueille et développe également le discours médical à destination des fem (...)

10La rubrique tenue par «Le Docteur» s’intéresse à la santé et informe sur les maladies6 telles que la leucémie (n. 31, 30/07/1950: 4), une autre par «l’Avocat» donne des conseils légaux pour que les femmes soient capables de sauvegarder leurs droits, c’est le cas de «Ne signez jamais un acte sans l’avoir lu d’un bout à l’autre» (n. 15, 15/04/1951: 23).

  • 7   Le chapeau d’introduction à l’article de Joseph Brandicourt de la saison 1950-1951 nous paraît él (...)

11Les pages du journal accueillent aussi des rubriques plus culturelles sur des écrivains (Dostoïevski, Courteline), des musiciens (Bach pour le deux centième anniversaire de sa mort), des pays étrangers, ou encore des régions françaises. Nombreux sont les comptes rendus des pièces qui ont animé les scènes parisiennes dans une rubrique intitulée, selon l’année, «Ce que fut la saison théâtrale» ou «Petit bilan de la saison théâtrale». On y retrouve les grands noms des metteurs en scène de l’âge d’or du théâtre français comme Jean-Louis Barrault, Louis Jouvet, Jean Vilar et des comédiens dont la réputation n’est plus à faire: Pierre Brasseur, Madeleine Renaud, Pierre Bertin, Jean Desailly, Robert Lamoureux. Les conseils pour la gente féminine et la famille, là encore, ne manquent pas7. Des pages détachables contiennent des romans feuilletons qui fidélisent le public; un ‘concours-référendum’ est annoncé dans le numéro 37 du 14 septembre 1952 pour connaître celui qui a été le plus apprécié parmi ceux qui ont paru d’octobre 1951 à septembre 1952, le périodique souligne que: «De nombreux prix récompenseront votre goût littéraire et votre perspicacité».

  • 8   La vie de Séraphine Louis ou Séraphine de Senlis a été reprise dans le film Séraphine réalisé par (...)

12La rubrique «Grands et petits échos» sont des brèves concernant des anecdotes, des curiosités ou des événements d’ici et d’ailleurs avec un caractère très hétérogène: le changement de l’uniforme des facteurs (n. 33, 17/08/1952: 19), les débuts de la télévision en couleurs (n. 5, 04/02/1951: 7), l’emplacement pour la construction du palais de l’UNESCO (n. 32, 21/09/1952: 23), le 67e salon des femmes peintres qui couronne le succès posthume de Mlle Séraphine8 (n. 32, 12/08/1951), ou encore la célébration du cinquantenaire de l’Académie Goncourt (n. 31, 30/07/1950: 23).

13Enfin, pour terminer l’éventail des rubriques proposées par le périodique, il ne faut pas oublier que «Le Petit Écho de la Mode» incarne les valeurs d’une France catholique et les réflexions qui nourrissent la section «Le jardin des âmes» sont souvent des problématiques qui s’intéressent à des sentiments fréquents auxquels les lectrices doivent faire face, comme la peur, mais aussi des réflexions plus centrées sur l’éducation des enfants, les espoirs et les déceptions des jeunes filles, le mariage.

  • 9   «Le premier mannequin apparaît exhibant une robe qui descend bien en-dessous du mollet, appuyé à (...)

14L’espace consacré à la mode proprement dite occupe, en moyenne, selon la longueur du journal, de 10 à 12 pages. Le début des années cinquante est particulièrement florissant au niveau de la création. L’événement qui marque le monde de la mode de l’après-guerre, en 1947, est le défilé d’un nouveau couturier, Christian Dior, et l’avènement de ce que l’on a appelé le new-look qui propose une nouvelle silhouette de femme9. Si les nouveautés introduites vont en premier lieu toucher la haute couture, ce style nouveau ne se limite pas à un cercle aussi restreint mais va trouver des émules; les périodiques féminins s’adaptent à la nouvelle tendance et proposent des modèles sous forme de patrons s’inspirant aux créations de Dior mais aussi à d’autres grands couturiers. Les lectrices peuvent ainsi, en se procurant les tissus, imiter des modèles qui ne sont plus uniquement produits pour une élite.

  • 10   «Le new-look consacre aussi une nouvelle profession, celle de mannequins, lesquelles commencent u (...)

15«Le Petit Écho de la Mode» remplit d’une certaine manière cette fonction de relais entre la haute couture et la confection, dirons-nous, faite maison. Nous sommes encore à une époque où les femmes selon l’heure, la circonstance ou le lieu n’hésitent pas à varier leur tenue et leurs accessoires, et notre périodique y est particulièrement attentif. Selon le numéro, il affiche sur la couverture des illustrations qui renvoient aux vêtements de saison que les lectrices retrouveront au fil des pages. De façon générale, les pages 5 invitent les femmes à prendre le pouls de ce que propose les grands couturiers (seul moment où quelques photos en noir et blanc sont introduites, dénotant par là même le caractère particulier de l’insertion), le n. 31 du 30 juillet 1950 dans sa «Revue d’été» s’intéresse aux couvre-chefs féminins où prime le canotier et les robes légères en foulard, en tulle plissée ou en mousseline de Christian Dior, Jacques Heim et de Florence; le n. 36 du 3 septembre 1950 se soucie de «L’arrière-saison», du vestiaire de septembre où la robe «est faite à la fois pour des courses à travers Paris et pour des randonnées campagnardes [...]. Elle doit vous garder une silhouette libre et simple [...] vous protéger de la fraîcheur des matins et des soirs». La flanelle et le jersey sont les tissus retenus. Le n. 48 du 26 novembre 1950 s’occupe des «Premières fourrures» provenant des ateliers de J. Heim et Schiaparelli. La haute couture s’attache aussi au temps libre, dans le n. 15 du 15 avril 1951, elle conseille pour un printemps «souvent aigre» selon la destination «des petits vêtements commodes et nouveaux [...] le blouson en suédine, le spencer ajusté, en jersey rayé, [...] le cardigan mince, souple et chaud» pour un week end à l’hôtel; si l’on préfère la tente, la jupe étroite est vivement déconseillée au profit de «la robe en toile de laine, à manches courtes [...] avec sweater, blouson ou cardigan de tricot. [...] À moins que vous ne portiez le pantalon avec chic: il est commode pour le camping». La page de la haute couture introduit aussi les grandes maisons, le n. 38 du 21 septembre 1952 est consacré à Pierre Clarence chez qui collaborent deux modélistes Mlle Christiane et M. Avelline. Ce qui nous a semblé digne d’intérêt dans la présentation est la place accordée aux mannequins qui ont désormais un rôle à jouer10:

La charmante équipe de mannequins aide à donner à la maison son atmosphère: Mickie, la distinction même, plaît beaucoup aux clientes; Martine, grande, brune, très exotique, est dans la vie une épouse et une maman des plus bourgeoises; Louisette, une méridionale gracieuse et nonchalante, parle parfaitement l’anglais et l’italien; Edmée, blonde dansante et menue, espère bientôt quitter la «cabine» pour seconder son époux, futur médecin; quant à Colette, blonde sportive, et mince au teint ravissant, elle est si volontiers distraite qu’elle faillit un jour présenter une robe de mariée... en gants noirs!

16Les créations des grands couturiers restent, pour beaucoup de lectrices du «Petit Écho de la Mode», bien au-delà de leurs possibilités économiques et le premier l’objectif du journal n’est pas de faire rêver les femmes mais de leur donner l’occasion de trouver le ou les modèles qu’elles pourront se permettre de confectionner elles-mêmes grâce aux patrons-modèles. L’un d’eux est offert gratuitement dans chaque numéro avec toutes les indications nécessaires pour sa réalisation (n. 33 du 17 août 1952, «un ensemble de demi-saison»; n. 37 du 14 septembre 1952, «deux toilettes différentes dans leur aspect et leur utilisation»).

17Dans ces années, la mode d’hiver propose des manteaux de coupe et de forme très variées: on porte des paletots trois-quarts ou forme godet, des manteaux droits resserrés à la taille par une ceinture, plus amples aussi et parfois même réversibles, fermés droit, en biais ou croisés selon le boutonnage, les cols peuvent se présenter grands, à revers tailleur ou à écharpe et le col châle semble avoir un succès certain, la martingale en orne souvent le dos. Les tailleurs s’apprêtent de différents tissus selon la saison, la coupe de la jaquette est le plus souvent étroite à la taille d’où part une basque qui repose sur la jupe fourreau, la jupe peut aussi être droite. Cette dernière prend de l’ampleur, si on choisit de l’assortir d’une blouse, grâce à de grands plis souples. Les plissés siéent tant aux jupes qu’aux robes, ils se présentent selon le modèle en larges plis ronds, plis repassés, plis plats, plis couchés, en groupes de plis aussi, ou en quilles plissées. Inutile de souligner qu’en ce début des années 50, le pantalon n’est pas apprécié dans la garde-robe d’une femme si ce n’est pour des occasions bien précises: les sports d’hiver où il prend l’allure d’un fuseau, pour une promenade ou un voyage le corsaire est toléré.

18Tous les modèles vestimentaires publiés dans le périodique, à quelques exceptions près, sont tous disponibles en patrons pouvant être commandés; ils font l’objet d’une description détaillée quant aux tissus utilisés. Parmi ces derniers, nous en trouvons certains qui nous sont familiers comme le jersey, le tweed, la flanelle, l’alpaga, le taffetas, le satin ou encore la soie, d’autres ne sont pas inconnus aux professionnels et aux couturières mais pour un public qui, aujourd’hui, n’a plus les outils suffisants pour interpréter un vocabulaire de la confection, certaines descriptions des modèles soulignent la présence d’un lexique oublié ou tout simplement qui a changé au profit de mots que la mode contemporaine a introduits. Nous donnerons ici quelques exemples afin d’illustrer nos propos. Commençons par la soie que nous avons rangée parmi les toiles dont le nom est bien connu à moins d’avoir à faire avec un terme comme tussor qui renvoie à «une étoffe de soie d’origine indienne fabriquée avec la soie du ver à soie sauvage» (TLFi: s.v. tussor). La demi-saison propose (que ce soit pour l’automne ou le printemps) des manteaux, des vareuses en ratine, «une étoffe de laine croisée, épaisse et chaude, ayant subi le ratinage […]. Opération qui consiste à tirer en dehors les poils de certaines étoffes et à les friser en leur donnant l’aspect de petit boutons à la surface du tissu» (TLFi: s.v. ratine); des paletots en faille, «tissu en soie ou en rayonne à gros grains formant des côtes» (TLFi: s.v. faille). Le crêpe se décline en différentes variantes dans un numéro où les robes de mariée et de cortège s’affichent dès la couverture: crêpe satin, tissu moelleux satiné à l’endroit et opaque à l’envers; crêpe georgette, tissu «très fin et léger en soie naturelle ou artificielle» qui orne le fourreau dans la partie basse de «quilles plissées soleil» (n. 48, 26/11/1950: 17). Cette étoffe à l’aspect ondulé «dont la texture grenue est obtenue par une forte tension des fils», selon le tissage peut se présenter plus ou moins légère; en effet le crêpe marocain est «assez épais à gros fils de trame ayant du tombant», indispensable pour la tenue d’une robe dont l’effet doit être immédiat. Les robes, les vestes ou les canadiennes, ces dernières habillant les passionnés de sports d’hiver, sont bien souvent en serge, c’est-à-dire «présentant de fines côtes obliques».

19Les illustrations, dans le cas des étoffes, n’aident pas forcément à reconnaître un tissu, il en va toutefois différemment pour certains accessoires notamment les chapeaux et les chaussures, où le dessin de souliers à talons lacés à la cheville nous éclaire sur le terme de cothurnes qui les définit. Le petit béguin de dentelles qui accompagne la toilette de la mariée est une «coiffe très collante» (TLFi: s.v. béguin) qui ne ressemble plus guère à son aïeul porté autrefois par les béguines avec un ruban qui se nouait sous le menton ni à ce qui aujourd’hui sert de couvre-chef aux nouveaux nés.

20«Le Petit Écho de la Mode» veut s’adresser à un public le plus vaste possible de parisiennes et de provinciales qu’elles soient aisées ou d’une classe sociale inférieure, voilà pourquoi à côté des pages sur la haute couture et des illustrations des habits proposés en patrons pour l’achat, le journal tente d’aiguiser l’ingéniosité et l’habileté des lectrices et propose quelques astuces qui aident à confectionner «un nouveau tailleur […] dans un vieux complet d’homme» (n. 37, 10 septembre 1950: 5), à utiliser les parties encore bonnes d’un vieux manteau de fourrure pour en enrichir un autre (n. 49, 03/12/1950: 7), à varier le port d’une même robe en jouant sur les accessoires (n. 32 12/08/1951: 24).

21Notre journal, qui raccourcira son nom en 1955, voit son déclin se produire à partir des années 70: l’introduction d’autres magazines, leur fragmentation en magazines plus spécialisés, d’autres moyens de communication, une société qui change plus vite que la capacité de moderniser véritablement forme et contenu sont quelques-unes des raisons qui conduiront à sa fermeture. Il reste un outil indispensable pour la mémoire de plusieurs époques, une source intarissable d’informations d’ordre différent mais aussi le miroir d’un goût et d’une esthétique révolus.

Bibliographie

Antoine C., 2010, Un journal féminin au milieu du 19e siècle: Étude du Conseiller des Dames et des Demoiselle de 1847 à 1853, Diplôme national de Master en cultures de l’écrit et de l’image sous la direction Christian Sorel, Université Lumière Lyon 2, en ligne: http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-56877 (consultation: 18/06/2013).

Blandin C., 2011, Médias: paroles d’experts / paroles de femmes, «Histoire@Politique. Politique, culture, société» 14, en ligne: www.histoire-politique.fr. (consultation: 06/09/2013).

Clade J-L., 2008, Se vêtir. Art et histoire de plaire, Yens-sur-Morges, Cabédita.

Croquette B., «Mercure Galant», in Encyclopædia Universalis, en ligne: http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-mercure-galant/ (consultation: 19/09/ 2013).

«Petit Écho de la Mode», 1950, n. 29, 16 juillet; n. 31, 30 juillet; n. 36, 3 septembre; n. 48, 26 novembre; n. 49, 3 décembre, en ligne: http://www.petit-echo-de-la-mode.fr/ (consultation: 02/09/2013).

—, 1951, n. 5, 4 février; n. 15, 15 avril; n. 32, 12 août; n. 34, 26 août, en ligne: http://www.petit-echo-de-la-mode.fr/ (consultation: 04/09/2013).

—, 1952, n. 33, 17 août; n. 37, 14 septembre; n. 38, 21 septembre, en ligne: http://www.petit-echo-de-la-mode.fr/ (consultation: 05/09/2013).

Surrellot É., 1966, Histoire de la presse féminine en France, des origines à 1848, Paris, Armand Colin.

Soral A., 2001, Contribution sérieuse à l’étude du vêtement et de la mode, in F. Monneyron (ed.), Le vêtement, Paris, L’Harmattan: 223-243.

TLFiTrésor de la Langue Française informatisé, en ligne: http://atilf.atilf.fr/.

Van Dijk S., «Le cabinet des modes», in Dictionnaire des journaux 1600-1789, en ligne: http://dictionnaire-journaux.gazettes18e.fr (consultation: 6/09/2013).

Notes

1   «Après des débuts difficiles […], le “Cabinet des Modes” a connu un succès certain, attesté par l’existence des contrefaçons et des émules anglais, hollandais et italien, et par le fait qu’après un an le besoin s’est ressenti d’augmenter la fréquence de parution: 3 fois par mois au lieu de 2. Ce changement implique un changement de prix et de titre. Mais ce “Magasin des Modes nouvelles” est présenté expressément comme la continuation du “Cabinet des Modes”. […] Quand le “Magasin des Modes nouvelles” deviendra le “Journal de la Mode et du Goût” (15 févr. 1790) cette continuité n’est pas explicitée, mais devient claire par le fait que le prix, l’éditeur et la présentation sont identiques. On peut donc considérer que ces 3 journaux n’en forment qu’un, qui aurait paru de 1785 à 1793».

2 Cf. http://www.petit-echo-de-la-mode.fr.

3   «Le titre du périodique met en exergue, en premier lieu son caractère instructif et éducatif – à la fois pour la dame et pour l’enfant. Le prospectus du journal décrit lui aussi les vertus de la revue en mettant l’accent sur ses qualités de conseillère en économie domestique, apportant des connaissances aux mères et aux jeunes filles sur la gestion et l’organisation du foyer» (Antoine 2010: 19).

4  «L’expression prêt-à-porter remplace le mot confection dans le langage courant. À ce changement anecdotique de vocabulaire correspond un changement plus profond: l’intégration du vêtement à l’ère industrielle. La complète industrialisation du vêtement impliquait sa soumission à l’impératif fondamental de la fabrication en série: le modèle unique. Le prêt-à-porter n’est que le processus d’unification des divers modèles vestimentaires de la société bourgeoise classique dans un modèle unique et industrialisable» (Soral 2001: 226).

5   Nous adopterons désormais pour renvoyer à notre périodique et afin d’en faciliter la référence le même ordre: numéro, date, page (bon nombre d’articles ne sont pas signés ou bien simplement signés d’un prénom, d’autres signés en entier).

6   «Cette presse féminine accueille et développe également le discours médical à destination des femmes. Ces experts sont autorisés par leur titre à encadrer les soins apportés par les femmes à l’ensemble de la famille» (Blandin 2011).

7   Le chapeau d’introduction à l’article de Joseph Brandicourt de la saison 1950-1951 nous paraît éloquent: «Il ne s’agit pas de vous […] présenter une vue et une appréciation d’ensemble des pièces qui ont été jouées sur les scènes parisiennes. Nous ferons d’ailleurs un choix – un peu arbitraire évidemment – parmi celles que nous avons vues. Si nous ne devions parler que des seules pièces que l’on peut voir ‘en famille’, notre chronique serait brève. Qu’il soit donc bien entendu que le théâtre n’est pas un lieu où l’on conduit habituellement des enfants ou les jeunes. Nous nous adressons à des adultes pour les informer» (n. 34, 26/08/1951: 3) ou bien encore à propos de Marcel Aymé et de sa pièce La tête des autres, jouée à l’Atelier pendant la saison 1951-1952, il souligne: «Ce n’est pas un romancier pour dames et jeunes filles. Son langage est comme sa jument, souvent très vert. Et au théâtre il ne prend pas plus de ménagement pour les oreilles des spectatrices» (n. 33, 17/08/1952: 4).

8   La vie de Séraphine Louis ou Séraphine de Senlis a été reprise dans le film Séraphine réalisé par Martin Provost en 2008.

9   «Le premier mannequin apparaît exhibant une robe qui descend bien en-dessous du mollet, appuyé à la taille, et qui moule les épaules leur rendant leur courbe naturelle; la poitrine est offerte. Fini les paddings. La silhouette se veut féminine. Le numéro deux présente une robe plissée qui virevolte sur un... jupon! Personne n’avait plus vu de jupon depuis vingt ans! Fascinant, le défilé se poursuit: tailleurs à vestes brodées, casquettes retenues par une mousseline nouée sous le menton, jupes corolles... Tout est simple, mais élégant, et l’innovation est là, l’arme secrète de Dior, le new-look qui exige que l’ourlet de la robe ou de la jupe soit à quarante centimètres du sol. [...] Carmel Snow, la directrice du puissant Harper’s Bazaar, a assisté à la présentation. Elle fait la pluie et le beau temps en matière de mode. Son verdict est capital. Elle laisse tomber, s’adressant à Christian Dior: “... vos robes... sont merveilleuses!” Une déclaration qui va faire le tour du monde et lancer la mode du new-look» (Clade 2008: 177).

10   «Le new-look consacre aussi une nouvelle profession, celle de mannequins, lesquelles commencent une ascension triomphale. Elles ont pour nom, Bettina, Praline, Doudou, Louise, Tania, Victoire... et sont aussi connues que les couturiers dont elles portent les couleurs. Christian Dior prédit: “Encore un peu de temps, et vous verrez les plus jolies femmes de la société postuler pour devenir mannequin”» (Clade 2008: 179).

Auteur

Università degli Studi di Parma

© Ledizioni, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search