Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

Du tailleur a la burka: représentations sociolinguistiques d’une France multiculturelle

Chiara Molinari

Texte intégral

1. Un paysage social renouvelé

1L’importance du phénomène migratoire dans les sociétés actuelles n’est plus à démontrer: si ses racines remontent au passé colonial français, il n’en reste pas moins que les courants migratoires sont devenus de plus en plus intenses et se sont diversifiés de manière progressive. Cependant, parler de migrations ne signifie pas seulement étudier les mouvements qui les parcourent mais aussi réfléchir aux conséquences que la présence des immigrés produit dans la société d’accueil, surtout là où ceux-ci sont installés depuis plusieurs années. Déplacés dans des environnements différents et au sein desquels ils sont censés s’intégrer, les immigrés ne peuvent effacer complètement leur bagage culturel et identitaire, malgré les tentatives d’assimilation visant à réduire toute hétérogénéité au profit des milieux d’accueil. En outre, la doctrine assimilationniste, basée sur une stigmatisation des cultures d’origine, a désormais été dépassée par la théorie de l’intégration, qui admet l’existence de «spécificités culturelles des populations immigrées ou issues de l’immigration» (Safi 2006: 5). Autrement dit, on reconnaît la nécessité pour les groupes immigrés de maintenir leur dimension culturelle de départ; sa perte entraînerait une sorte de dilution identitaire, voire la dépossession de leur identité. Cela est d’autant plus vrai dans les cas où les immigrés parviennent à (re)constituer des communautés, plus ou moins importantes, structurées autour d’un certain nombre d’usages traditionnels. Bien évidemment, ces phénomènes saisis dans leur complexité ne concernent pas seulement les immigrés mais aussi les sociétés d’accueil, de plus en plus marquées par la cohabitation entre modes de vie différents.

  • 1   Exception faite pour les cas spécifiques, nous allons employer l’hyperonyme voile.
  • 2  Loi n° 2010-1192 du 11 octobre 2010 et en vigueur à partir du mois d’avril 2011. Voir http://www.a (...)

2C’est dans ce contexte, esquissé de manière sommaire, que s’inscrit la problématique dont il sera question dans cette étude. En effet, nous nous intéresserons ici aux phénomènes linguistiques dérivant de la présence de nouvelles typologies vestimentaires à côté du traditionnel tailleur, symbole de la mode française. Plus précisément, c’est le voile – dans toutes ses manifestations (tchador, burka, niqab, hidjab, hijab) – qui fera l’objet de notre attention. Le recours au voile1 est conçu comme une marque de visibilité ethnique et identitaire (Goffman 1975) non seulement pour les immigrés arrivés en France depuis peu, mais aussi pour ceux qui – séparés de leurs pays depuis longtemps – souhaitent recouvrer les liens avec leurs racines. Le retour aux traditions culturelles de départ est aussi une stratégie permettant de marquer un écart, voire une véritable fracture, avec la société occidentale. C’est dans cette perspective que s’expliquent les débats autour du port du voile qui ont eu lieu en France, en dépit de la laïcité revendiquée par la république française, et qui ont abouti à la loi interdisant le voile (et ses variantes) dans les structures publiques2.

2. Du paysage social aux paysages textuel et linguistique

2.1. Cadre méthodologique

3La controverse suscitée par le voile islamique a donné lieu à un retentissement médiatique considérable lequel, à son tour, a produit des conséquences importantes au niveau linguistique. Des mots d’origine arabe (burka, niqab, hidjab, hijab) ou persane (tchador) ont commencé à circuler et à s’introduire, de manière progressive, dans le lexique français.

4Étant donné ces prémisses, nous nous proposons, dans cette contribution, de décrire les représentations sociolinguistiques et socioculturelles qui se sont élaborées au fur et à mesure autour de ces vêtements. Pour ce faire nous allons nous appuyer sur un corpus de presse. Celle-ci constitue, en effet, un espace privilégié pour l’étude des représentations qu’elle reflète mais contribue aussi à construire et à élaborer (Véron in Charaudeau 1988).

  • 3   Voici la distribution détaillée des occurrences pour les substantifs examinés: 978 pour burka, 32 (...)

5Les données concernant le nombre d’occurrences des substantifs analysés dans le quotidien «Le Monde» révèlent l’importance accordée à ce phénomène par la presse. L’analyse, obtenue à travers l’exploration de la base de données Lexis Nexis, compte un total de 1743 occurrences pour les substantifs burka, niqab, hidjab (et sa variante hijab), tchador dans le quotidien Le Monde au cours de la période 2000-2013. Mais c’est la distribution des occurrences qui nous paraît plus intéressante, car c’est autour des années 2009-2010 que se concentre l’emploi des substantifs, ce qui n’est pas surprenant. C’est en effet lors de cette période que resurgit le débat autour du projet de loi interdisant le port du voile. Par parenthèse, signalons que burka est le substantif le plus employé, avec 56,11% des occurrences3.

6L’analyse des représentations concernant le voile est d’autant plus importante que celles-ci combinent les dimensions individuelle et sociale: si d’une part elles sont produites par les sujets (Jodelet 1997: 61), de l’autre leur élaboration ne peut se passer du contact avec l’environnement social, de sorte qu’on peut les considérer comme une co-construction résultant de la négociation entre individus et espace social dans lequel elles s’inscrivent. Par ailleurs, non seulement elles changent d’une communauté à l’autre, mais «elle(s) évolue(nt) avec le sujet, le temps, la société, l’histoire... et [sont] l’objet de modifications périodiques» (Abdallah-Pretceille 1999: 30).

7Une première étape de notre étude sera consacrée à l’exploration des typologies textuelles qui ont accueilli ces mots venant d’ailleurs. Ensuite, une deuxième étape cherchera à décrire les représentations et les stéréotypes qui circulent actuellement en France à l’égard du voile. Pour ce faire, nous allons exploiter une méthodologie basée sur l’analyse du discours. Après avoir relevé les reformulations qui accompagnent les emprunts, nous prendrons en compte la dimension axiologique (Kerbrat-Orecchioni 2002) afin de cerner les évaluations que les sujets portent sur des vêtements aux enjeux symboliques importants. Enfin, l’exploration du cadre énonciatif permettra de dégager la manière dont les énonciateurs se positionnent par rapport aux objets pris en compte dans ce cadre.

2.2. Le paysage textuel

8Pour ce qui concerne les typologies textuelles, une comparaison avec les articles contenant le substantif tailleur permet de remarquer que non seulement la fréquence de tailleur est très inférieure à burka et à ses variantes vestimentaires, mais que la nature des textes dans lesquels il apparaît est radicalement différente. Tailleur au sens de «tenue féminine constituée d’une veste et d’une jupe du même tissu» (Le Petit Robert 2013), en effet, revient surtout dans deux contextes. Tantôt il intervient comme attribut visant à décrire la tenue de quelqu’un:

On s’habitue à son [Margaret Thatcher] look: tailleurs de tweed, chemisiers à ramages, sacs en croco et larges chapeaux. (Langellier 2013)

9Tantôt, on le retrouve dans des articles consacrés à la mode et donc de nature essentiellement descriptive (Adam 2005):

Trois tailleurs smokings noirs pour ouvrir le défilé Christian Dior et évoquer, grâce aux courbes abstraites d’une veste, la silhouette Bar inventée par le fondateur de la maison en 1947; des ensembles en tweed plus avant-gardistes que rétro sur le podium de Balenciaga, pour la dernière collection signée Nicolas Ghesquière; une nuée de robes noires, gracieuses autant que radicales, dessinées pour Givenchy par Riccardo Tisci et qui renvoient à la silhouette fétiche d’Hubert de Givenchy... La mode de l’été 2013 réinterprète, avec une belle assurance, les ‘classiques’ du style. (Bizet 2013)

10Mais, dans la mesure où il est censé être connu dans la culture occidentale, il n’est jamais l’objet d’une description explicative.

11Burka, niqab, hidjab et tchador peuvent, eux aussi, fonctionner en tant que simple attributs pour caractériser quelqu’un:

La question est posée avec le sourire et une pointe d’angoisse par Malika, une femme de ménage de 37 ans, coiffée d’un hijab beige. (Le Bars 2011)

12Cependant, dans la plupart des cas, ces caractérisations n’ont pas une valeur purement descriptive mais révèlent une charge sémantique qui va bien au-delà de l’information vestimentaire. Souvent, en effet, les substantifs en question apparaissent dans des articles de nature argumentative où l’on réfléchit sur les relations complexes et articulées qui se déploient entre l’islam et la culture occidentale:

  • 4   Dans la même perspective, voir aussi l’article de Le Bars (2009a).

La burqa et le nikab, ces vêtements longs et sombres qui voilent entièrement le corps et le visage de certaines musulmanes, ont une nouvelle fois fait irruption dans la vie politique après la proposition de 65 députés de droite et de gauche de créer une commission d’enquête sur l’ampleur de ce phénomène en France «au nom de la laïcité». (Le Bars 2009b)4

13Dans le passage ci-dessus la reformulation de burka et de niqab sert à légitimer le débat politique qui s’est développé autour de cette question.

14Il arrive que les journalistes leur consacrent des articles entiers. Encore une fois, il s’agit de textes où se croisent plusieurs typologies textuelles, dans la mesure où des passages descriptifs et/ou explicatifs acquièrent aussi une valeur argumentative. C’est le cas de l’extrait suivant où la burqa n’est pas décrite en tant que vêtement – le substantif burka est simplement accompagné de la reformulation courante voile intégral entre parenthèses – mais du point de vue de ses valeurs culturelles et idéologiques et fait l’objet d’une comparaison avec le hidjab:

  • 5   Les articles qui contiennent une réflexion sur les enjeux symboliques de la burka et du hidjab no (...)

Il y a aujourd’hui en France, comme ailleurs, des femmes qui choisissent de porter un hidjab, dont l’interprétation ne peut en aucun cas être confondue avec le port de la burqa. Celui-ci exprime une volonté de retrait total du monde – retrait choisi par une psychologie persuadée par l’ignorance qu’il y a là une obligation coranique ou traditionnelle, ou subi sous l’effet de la domination masculine. Le hidjab en revanche, par sa discrétion, son caractère de choix modéré, laisse le visage découvert, et ne dresse pas la même frontière entre soi et autrui. Il peut alors exprimer autre chose, en l’occurrence la revendication d’une dignité, d’une estime de soi: «Je suis une femme et je ne veux pas être regardée dans l’espace public comme un objet de désir». (Bidar 2009)5

15Cependant, même si elles sont rares, quelques occurrences de burka, tchador et hidjab peuvent être relevées dans des articles consacrés à la mode. Dès lors que tchador fait son entrée dans les défilés de mode, il perd toute connotation religieuse et devient, tout simplement, un vêtement revisité et renouvelé par les stylistes:

En 2008, à l’hôtel de la Monnaie, elle fait défiler filles et garçons, nus ou portant un mini-tchador. Le titre du défilé est «VIP», pour «Voile islamique parisien»; une robe s’appelait «Tchador, j’adore» (en référence au slogan de Dior). En 2010, au Théâtre de la Cité internationale, elle associe des femmes en burqa et d’autres nues – soit «la soumission à la religion face au diktat de l’Éternelle jeunesse occidentale». […] Le projet de Majida Khattari est de «sortir le voile du religieux», de montrer que cet accessoire a une histoire culturelle et qu’il n’a pas à être pris en otage par ceux qui veulent le bannir ou l’imposer. Elle y voit même un objet de beauté. (Guerrin 2012)

16Par ailleurs, la référence à une publicité célèbre participe, à notre sens, des stratégies visant à rapprocher l’objet en question de la culture occidentale.

2.3. Le paysage linguistique

17Après avoir exploré la nature des textes qui accueillent les substantifs en jeu, il sera question de réfléchir à leurs emplois sur le plan discursif.

  • 6TLFi (s.v. tchador).

18La première caractéristique qui saute aux yeux concerne la présence de nombreuses définitions. Si d’une part cela peut paraître normal du fait que nous avons affaire à des mots étrangers, de l’autre il est vrai que ces substantifs sont déjà présents depuis plusieurs années en France. Non seulement ils ont fait la une des médias dans la période à cheval entre les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix lors de l’affaire de Créil, mais certains d’entre eux ont aussi été acceptés – et, par conséquent, légitimés – par les dictionnaires. Si le Trésor de la langue française informatisé, par exemple, n’admet que tchador6, le Petit Robert – plus ouvert aux emprunts et aux néologismes – recense dans sa nomenclature burka, niqab et hidjab (Le Petit Robert, 2013; Molinari, 2012).

19Il n’en reste pas moins que les définitions obéissent au souci de clarté des journalistes. Elles s’articulent en plusieurs typologies.

  • 7   À propos des relations d’inclusion entre les différentes typologies de voiles, les journalistes r (...)

20Tout d’abord, il est possible d’opérer une distinction entre des définitions de nature purement descriptive et des définitions aux enjeux culturels. Les premières visent à expliquer les emprunts à un public de lecteurs francophones, à leur permettre d’ébaucher une image des vêtements en question. Parfois, la structure de la définition est très simple: burka, niqab, hidjab et tchador sont simplement traduits en français à travers le recours aux hyperonymes voile et/ou foulard accompagnés des adjectifs intégral et islamique entre parenthèses, entre tirets ou entre virgules7:

Elle a adopté le niqab (voile intégral) il y a onze ans et aimerait le porter encore longtemps. (Le Bars 2009d)
[...] dans le quart d’heure qui m’était imparti, le tiers a été consacré à la question de savoir si on pouvait utiliser les services d’une nourrice portant le hijab – foulard islamique –. (Jarreau-Mercier 2012)

21Signalons que le procédé contraire, consistant à passer de l’hyperonyme aux hyponymes afin d’indiquer la réalité exacte, est aussi employé:

Le travail parlementaire qui s’est engagé, mercredi 1er juillet, pour six mois sur le port du voile intégral (burqa ou niqab) en France, fait écho aux débats qui ont précédé la loi de mars 2004 sur le port des ‘signes religieux à l’École’, en particulier le voile islamique. (Le Bars 2009c)

22Parfois, les descriptions sont plus détaillées: la burka est décrite comme une robe large, bleu pâle, grillagée à hauteur des yeux, longue à tel point qu’elle dissimule le corps des femmes de la tête aux pieds:

Si 95% portent encore la burqa, cette longue robe grillagée à hauteur des yeux, qui les recouvre entièrement, beaucoup d’entre elles la relèvent pour découvrir leur visage. (Simon 2001)

23Dans certains cas, il est question d’opérer une distinction entre les différentes typologies de voiles:

  • 8   Signalons à ce titre l’article Les quatre grands types de voile portés par les musulmanes; laïcit (...)

Il faut donc distinguer la burqa du simple voile (hidjab), qui ne couvre que la tête et parfois les épaules de certaines musulmanes, laissant le visage découvert, et qui peut être noué soit derrière la tête, soit devant. Il y a voile et voile. (Bidar 2009)8

24À travers les exemples du corpus, c’est un champ notionnel (Mortureux 2004) qui se dégage. Celui-ci est constitué, de manière plus spécifique, par les substantifs français considérés comme coréférentiels des mots arabes: voile, foulard, vêtement, robe.

25Les exemples cités ci-dessus se rapprochent des définitions lexicographiques en ce que la paraphrase définitionnelle n’est accompagnée d’aucun verbe introducteur. Le seul élément qui s’en détache est le démonstratif qui accompagne les substantifs à définir et qui prend une valeur déictique dans la mesure où il renvoie à un contexte que le journaliste suppose être partagé par le public des lecteurs.

26Cependant, souvent, burka, hidjab, niqab et tchador sont définis non pas du point de vue de leurs caractéristiques concrètes (forme, couleur, tissu) mais sur le plan de leurs retombées culturelles et idéologiques:

M. Wilders a également réclamé une amende pour les musulmanes portant le foulard – le «haillon islamique», dit-il – et réclamé l’interdiction de la burqa et des minarets. (Stroobants 2010)

  • 9   D’ailleurs, la présence des guillemets signale une prise de distance de la part du journaliste vi (...)

27Si l’exemple cité renvoie à la structure définitionnelle décrite plus haut, il n’en est pas moins vrai que le lexique employé traduit une évaluation fortement négative9. Cela permet de supposer un éloignement progressif du modèle lexicographique au profit des définitions spontanées ou naturelles, c’est-à-dire «une définition formulée par les locuteurs eux-mêmes et non par le technicien qu’est le lexicographe» (Martin 1990: 88). Autrement dit, dans cette typologie définitionnelle, ce sont les traces de la présence de l’énonciateur qui se manifestent et elles le font, notamment, à travers les choix lexicaux. Considérons quelques exemples:

Pour ne prendre que cet exemple, la burqa, ici en France, n’est pas un ‘vestige’, mais la mise en scène moderne et spectaculaire de la réclusion des femmes et du déni de leurs droits. (Savigneau 2010)
Le niqab ou la burqa, extension du hidjab, est un crime qui tue la face, barrant l’accès perpétuel à l’autre. C’est un tissu qui transforme les femmes en prison ou en cercueil mobile, exhibant au cœur de nos cités des fantômes obstruant l’entrée aux vérités invisibles du visible. (Meddeb 27/12/2009)
Le problème de la burqa n’est pas un problème religieux. C’est un problème de liberté et de dignité de la femme. Ce n’est pas un signe religieux, c’est un signe d’asservissement, c’est un signe d’abaissement. Je veux le dire solennellement, la burqa n’est pas la bienvenue en France. (Sarkozy 2009)

28Si la structure de la phrase se rapproche de celles qui ont été analysées plus haut, il n’en reste pas moins que, dans ces cas spécifiques, les définitions ne portent pas sur les caractéristiques concrètes des typologies vestimentaires en jeu mais sur les représentations qu’elles suscitent en Occident. Celles-ci résultent des choix lexicaux opérés par les journalistes. En effet, l’analyse sémasiologique du corpus a permis d’ébaucher un champ associatif (Niklas-Salminen 1997: 129) constitué par un lexique ayant une valeur axiologique (Kerbrat-Orecchioni 2002). C’est le champ associatif de la prison qui domine: la burka et le niqab sont considérés comme des symboles d’oppression, d’isolement, d’exclusion et de ségrégation et, de ce fait, doivent être proscrits. Les femmes qui les portent sont considérées comme des fantômes, retranchées, cachées, à l’écart du monde humain. Parfois, l’objet à définir est absent, remplacé directement par ses reformulations qui, encore une fois, renvoient au champ sémantique de la mort:

Il montre le pays à une femme assise à ses côtés, mais une femme enveloppée entièrement d’un voile noir, mains gantées de noir, et sur la fente, pour qu’elle puisse voir, elle a posé des lunettes noires. Un fantôme, une chose qui bouge à peine, mais ne parle pas. […] La femme séquestrée dans ce linceul noir hoche la tête. Elle ne prononce aucun mot. (Ben Jelloun 2009)

29Citons aussi l’extrait suivant dont la valeur autonymique (Authier-Revuz 1995) donne à voir la mise en œuvre d’une représentation en train de se faire et contribue à objectiviser les représentations dont il est question:

En témoigne le vocabulaire utilisé pour qualifier ces femmes – ‘cercueils ambulants’, ‘sarcophages vivants’, ‘esclaves religieuses’ –, qui, quoi qu’en pensent d’impeccables républicains, restent des êtres vivants et pourquoi pas humains. (Mattei 2009)

30En outre, dans les exemples rapportés plus haut, l’emploi du présentatif c’est contribue à poser l’objet du discours et, en même temps, introduit un élément nouveau en position rhématique. Par conséquent, il «invite le lecteur à procéder à une lecture projective» (Rabatel 2000: 55). En même temps, l’emploi du présentatif, en l’absence d’un verbe indiquant l’opinion du locuteur, produit un effet de réel: les propos sont inscrits dans un cadre apparemment objectif, présenté comme évident. L’absence du sujet énonciateur n’est qu’apparente: en fait, c’est son point de vue qui est suggéré, voire imposé au coénonciateur. À son tour, celui-ci est invité à adhérer aux représentations existantes ou élaborées par le texte (Rabatel 2000: 58). Nous sommes donc dans un cadre d’effacement énonciatif où le gommage de la subjectivité s’inscrit dans une stratégie d’objectivation qui masque l’orientation argumentative du discours. Parallèlement, cette objectivation contribue à conférer aux représentations une valeur générale de sorte qu’elles peuvent être considérées comme valables pour une communauté donnée.

31Il arrive aussi que l’énonciateur manifeste clairement sa présence en exprimant son point de vue individuel (exemple 1) ou bien en se faisant le porte-parole d’une collectivité (exemple 2):

(ex. 1) La burqa, c’est à mes yeux deux problèmes: le respect des femmes et la sécurité. Si on n’agit pas vite, le risque est qu’un jour, dans un an, deux ou trois ans, la burqa soit devenue un phénomène de mode. Que ce soit du dernier chic. (Achilli-Fressoz 2010)
(ex. 2) «La burqa n’est pas la bienvenue sur le territoire de la République française», avait tonné Nicolas Sarkozy lors de son allocution du 22 juin 2009 devant le Congrès réuni à Versailles. «Nous ne pouvons accepter dans notre pays des femmes prisonnières derrière un grillage, coupées de toute vie sociale, privées de toute identité. Ce n’est pas l’idée que nous nous faisons de la dignité de la femme». (Le Bars 2010)

32Dans le deuxième exemple, le nous employé par l’ancien président Nicolas Sarkozy rend compte d’un ethos collectif qui partage les représentations en question.

33Par ailleurs, les énoncés définitionnels du type burka/niqab c’est/est X relèvent aussi du lexicographisme, catégorie à travers laquelle se manifestent les prédiscours, à savoir les «cadres de savoir et de croyance qui informent directement les discours produits» (Paveau 2006: 21).

34L’exploration du corpus permet de relever d’autres typologies définitionnelles. Parfois, la structure X c’est/est Y est abandonnée au profit d’une reformulation non paraphrastique, c’est-à-dire qui rend compte d’un changement de la perspective énonciative:

«Vêtue de la burqa ou du niqab, elle [la femme] est en situation de réclusion, d’exclusion et d’humiliation insupportable. Son existence même est niée», écrivent les députés, qui se disent confrontés à des situations concrètes dans la vie quotidienne. (Le Bars 2009a)

35L’acte de reformulation implique l’accomplissement simultané de deux actions: on reprend un dit antérieur mais on pose aussi un dit nouveau (Le Bot-Schuwer 2008: 11). C’est ce ‘dit nouveau’ en position rhématique qui fait l’objet de notre intérêt: c’est ici, en effet, que se concentrent les enjeux socioculturels du voile. Dans l’exemple ci-dessus, la question n’est pas de définir burka et niqab, employés sans aucune marque graphique et donc considérés comme faisant partie du lexique commun mais, en soulignant l’effet qu’ils produisent pour la femme, l’énonciateur exprime encore une fois ses représentations. Or, la fréquence avec laquelle se manifestent les champs associatifs mentionnés plus haut ainsi que leur cohérence contribuent, à notre sens, à élaborer un stéréotype relatif aux typologies vestimentaires en question, le stéréotype étant conçu par Amossy et Herschberg comme «une idée conventionnelle, associée à un mot dans une culture donnée» et fondé sur «une reconnaissance de la norme sociale et culturelle» (1997: 90, 91).

3. En guise de conclusion

36À la fin de notre parcours, nous allons revenir brièvement sur les représentations qui tournent autour de la burka et de ses variantes.

37Tout d’abord, l’analyse du corpus choisi permet d’observer une diversification des typologies vestimentaires dans la société française, traitées selon des modalités différentes. Dans le paysage social français, la burka et les autres types de voile côtoient désormais le tailleur. Cependant, les valeurs dont ils sont chargés sont différentes: si le tailleur demeure le symbole de la mode française, la burka devient à son tour le symbole de la condition des femmes de religion islamique et n’est que rarement associée à la mode. Dans la plupart des cas, au contraire, il fait l’objet de débats de nature sociale et/ou culturelle et idéologique.

38Ensuite, l’exploration des articles du «Monde» prouve que les substantifs burka, niqab, tchador et hidjab sont désormais employés assez couramment dans la presse française. Si nous avons relevé de nombreuses reformulations, il n’en est pas moins vrai que celles-ci se situent plutôt dans les années passées, alors que ces dernières années le lexique en question est employé sans aucune marque graphique. Nous remarquons là un décalage par rapport à la dimension lexicographique, où l’on relève encore une certaine réticence dans l’acceptation de ces emprunts.

39Enfin, l’étude menée sur les plans linguistique et discursif prouve que les diverses typologies de voile islamique sont souvent suivies de paraphrases définitionnelles de nature descriptive et de reformulations non paraphrastiques qui, par le biais d’un lexique fortement connoté, reflètent les représentations dominantes de la communauté française à propos du sujet en question.

40Il reste à réfléchir aux évolutions possibles de ces représentations et, par conséquent, des outils linguistiques employés pour les transmettre: seront-elles emprisonnées dans le figement propre aux stéréotypes ou bien parviendront-elles à évoluer et, de ce fait, à refléter une transformation de la société française?

Bibliographie

Corpus analysé (ordre chronologique)

Simon C., 2001, Le voile est un piège qui isole et marginalise; Onze ans après l’affaire des foulards, à Creil, l’islamisme continue de progresser en France; la médiatrice analyse les ressorts de cette colonisation sournoise, «Le Monde» 17/12/2001.

Les quatre grands types de voile portés par les musulmanes; laïcité, 2003, «Le Monde» 12/12/2003.

Le Bars S., 2009a, Des députés ouvrent le débat sur le port de la burqa, «Le Monde» 19/06/2009.

—, 2009b, Le port du voile intégral bouscule la tradition laïque française, «Le Monde» 21/06/2009.

Sarkozy N., 2009, Le modèle français a de nouveau sa chance (extrait du discours), «Le Monde» 24/06/2009.

Burqa en débat (Éditorial), 2009, «Le Monde» 27/06/2009.

Bidar A., 2009, Aucune justification religieuse à la burqa, «Le Monde» 30/06/2009.

Le Bars S., 2009c, Du voile à l’école au port de la burqa dans l’espace public, le débat a changé, «Le Monde» 03/07/2009.

Ben Jelloun T., 2009, La Porsche noire, le play-boy et la burqa, «Le Monde» 27/09/2009.

Mattei B., 2009, La burqa: en faire toute une histoire?, «Le Monde» 05/12/2009.

Le Bars S., 2009d, Christelle-Soraya, 36 ans, convertie à l’islam, se dit ‘épanouie’ sous son voile intégral, «Le Monde» 16/12/2009.

Meddeb A., 2009, La burqa et le cercle des idiots, «Le Monde» 27/12/2009.

Achilli J.-F.-Fressoz F., 2010, Jean-François Copé: «Le risque, c’est que la burqa devienne du dernier chic» (Propos recueillis par), «Le Monde» 08/01/2010.

Stroobants J.-P., 2010, Aux Pays-Bas, le chef de l’extrême droite est jugé pour avoir attaqué l’islam, «Le Monde» 22/01/2010.

Savigneau J., 2010, Le centre de gravité du féminisme s’est déplacé (Propos recueillis par), «Le Monde» 13/03/2010.

Le Bars S., 2010, De la difficulté de lutter contre le communautarisme par la loi, «Le Monde» 31/03/2010.

—, 2011, À l’École de la Mosquée d’Aulnay-sous-bois, les musulmans expriment leur malaise, «Le Monde» 31/03/2011.

Jarreau P.-Mercier A.-S., 2012, Eva Joly: «François Hollande aurait tort de remettre en question les accords signés» (Entretien), «Le Monde» 18/04/2012.

Guerrin M., 2012, Tous voiles dehors, «Le Monde» 06/10/2012.

Bizet C., 2013, Le ‘classique’ réinterprété, «Le Monde» 02/04/2013.

Langellier J.-P., 2013, Ancien Premier Ministre Britannique; Margaret Thatcher, «Le Monde» 10/04/2013.

Défendre la laïcité sans surenchère (Éditorial), 2013, «Le Monde» 07/08/2013.

études critiques

Abdallah-Pretceille M., 1999, Vers une pédagogie interculturelle, Paris, Anthropos.

Adam J.-M., 2005, La linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours, Paris, Colin.

Amossy R., 2010, La présentation de soi. ‘Ethos’ et identité verbale, Paris, PUF.

Amossy R.-Herschberg Pierrot A., 1997, Stéréotypes et clichés. Langue, discours, société, Paris, Nathan.

Authier-Revuz J., 1995, Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et incidences du dire, t. 1, Paris, Larousse.

Charaudeau P. (ed.), 1988, La presse. Produit, production, réception, Paris, Didier érudition.

Goffman E., 1975, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Les Éditions de Minuit, (ed. orig. Stigma: Notes on the Management of Spoiled Identity, Prentice- Hall, 1963).

Jodelet D. (ed.), 51997, Représentations sociales, Paris, PUF, (1989).

Kerbrat-Orecchioni C., 2002, L’énonciation. De la subjectivité dans le langage, Paris, Colin.

Le Bot M.-C.-Schuwer M.-Richard É. (eds.), 2008, La reformulation. Marqueurs linguistiques – Stratégies énonciatives, Presses Universitaires de Rennes.

Le Petit Robert, 2013, Paris, Le Robert.

Martin R., 1990, La définition naturelle, in J. Chaurand-F. Mazière (eds.), La définition. Centre d’Études du lexique, Paris, Larousse: 86-95.

Molinari C., 2012, La lessicografia nello spazio francofono: risvolti didattici e culturali, in Gilardoni S. (ed.), Uso dei vocabolari nell’apprendimento delle lingue, Milano, Vita e Pensiero: 135-154.

Mortureux M.-F., 2004, La lexicologie entre langue et discours, Paris, Colin.

Niklas-Salminen A., 1997, La lexicologie, Paris, Colin.

Paveau M.-A., 2006, Les prédiscours. Sens, mémoire, cognition, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle.

Rabatel A., 2000, Valeurs représentative et énonciative du ‘présentatif’ c’est et marquage du point de vue, «Langue Française» 128: 52-73.

Safi M., 2006, Le processus d’intégration des immigrés en France: inégalités et segmentation, «Revue française de sociologie» 47.1: 3-48.

Steuckardt A.-Niklas-Salminen A. (eds.), 2005, Les marqueurs de glose, Presses de l’Université de Provence.

TLFiTrésor de la Langue Française informatisé, en ligne: http://atilf.atilf.fr/.

Vercellin G., 2002, Tra veli e turbanti. Rituali sociali e vita privata nei mondi dell’Islam, Venezia, Marsilio.

Notes

1   Exception faite pour les cas spécifiques, nous allons employer l’hyperonyme voile.

2  Loi n° 2010-1192 du 11 octobre 2010 et en vigueur à partir du mois d’avril 2011. Voir http://www.assemblee-nationale.fr/13/dossiers/dissimulation_visage_espace_public.asp (consultation: 01/06/2013). Signalons aussi, à ce titre, l’éditorial récent Défendre la laïcité sans surenchère (2013).

3   Voici la distribution détaillée des occurrences pour les substantifs examinés: 978 pour burka, 326 pour niqab, 237 pour hidjab, 52 pour hijab, 150 pour tchador.

4   Dans la même perspective, voir aussi l’article de Le Bars (2009a).

5   Les articles qui contiennent une réflexion sur les enjeux symboliques de la burka et du hidjab notamment sont très nombreux. Signalons à ce titre l’éditorial Burka en débat (2009).

6TLFi (s.v. tchador).

7   À propos des relations d’inclusion entre les différentes typologies de voiles, les journalistes remarquent: «C’est vrai qu’entre le voile et la burqa, il n’y a qu’une différence de degré, non de nature». Cf. Simon (2001).

8   Signalons à ce titre l’article Les quatre grands types de voile portés par les musulmanes; laïcité (2003), où sont décrites, de manière détaillée, les caractéristiques du foulard, du hijab, de la burka et du niqab.

9   D’ailleurs, la présence des guillemets signale une prise de distance de la part du journaliste vis-à-vis des mots prononcés par les locuteurs.

© Ledizioni, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search