Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

Un « rêve bleu-blanc-rouge » : les sapeurs dans l’œuvre romanesque d’Alain Mabanckou

Jada Miconi

Texte intégral

  • 1   Le Fessologue, un sapeur congolais immigré à Paris depuis une quinzaine d’années, est le narrateu (...)

1Alain Mabanckou fait dire au narrateur de Black Bazar1: «Et dire que quelques esprits malins prêchent du haut de leur cécité que l’habit ne fait pas le moine! Mon œil! Ils n’ont rien compris, eux. Si l’habit ne fait pas le moine, c’est pourtant par l’habit qu’on reconnaît le moine» (2009: 44). Ces mots, qui reflètent l’attitude ironique propre à cet écrivain congolais, ne doivent pourtant pas seulement être considérés comme un simple jeu de mots, mais ils sont à prendre au pied de la lettre: ils soulignent, en effet, l’énorme importance attribuée à la tenue vestimentaire chez les personnages de Bleu-Blanc-Rouge (1998), de Verre Cassé (2005), de Black Bazar (2009) et de Tais-toi et meurs. Vendredi 13 (2012) en raison de leur statut d’adeptes de la SAPE.

  • 2   Verre Cassé, narrateur et personnage éponyme du cinquième roman d’Alain Mabanckou, est un vieux a (...)

2Bien que la figure du sapeur soit présente dans plusieurs romans de Mabanckou, elle est centrale dans son premier roman, Bleu-Blanc-Rouge, où l’écrivain trouve nécessaire d’insérer cette explication du terme dans une note en bas de page: «Sapeur: personne se reconnaissant et reconnue par ses pairs comme appartenant à la SAPE (Société des ambianceurs et des personnes élégantes)» (Mabanckou 1998: 74). Une autre définition de cette figure est explicitée par L’Imprimeur dans Verre Cassé2: «quand je dis “Sapeurs”, mon cher Verre Cassé, il ne faut pas les confondre avec les gars qui éteignent les incendies, non, les Sapeurs c’est des gars du milieu black à Paris et qui font partie de la SAPE, la Société des ambianceurs et des personnes élégantes» (Mabanckou 2006: 74). Le personnage de L’Imprimeur ironise sur la possibilité d’un malentendu concernant le mot ‘sapeur’ et poursuit en proposant une liste de sapeurs illustres, qui inclut des personnes réelles mais aussi des personnages romanesques de Bleu-Blanc-Rouge, dans un jeu d’autocitation que Mabanckou prise beaucoup et qui souligne l’étendue de la présence du sapeur à l’intérieur de son œuvre.

  • 3   Massala-Massala, le protagoniste-narrateur de Bleu-Blanc-Rouge, contemple avec admiration la tran (...)
  • 4   Comme Bleu-Blanc-Rouge, ce roman retrace le parcours descendant d’un jeune congolais, Julien Maka (...)

3La figure du sapeur s’impose à l’imaginaire du lecteur comme surprenante, étant donné son caractère d’exagération qui concerne spécialement son riche accoutrement. En effet, du point de vue de la caractérisation du Fessologue dans Black Bazar, de Moki dans Bleu-Blanc-Rouge3, de L’Imprimeur dans Verre Cassé, de Makambo et de Pedro de Tais-toi et meurs4, tous originaires du Congo-Brazzaville, l’aspect vestimentaire est celui qui atteste de manière superficielle leur adhésion à la SAPE et qui provoque un effet de surprise chez le lecteur européen:

Moi je ne rigole pas avec l’habillement, mes amis du Jip’s le savent [...]. C’est pas pour me vanter, mes costumes sont taillés sur mesure. [...] J’ai six grosses malles d’habits et de chaussures – pour la plupart des Weston en croco, en anaconda ou en lézard, et je possède aussi des Church, des Bowen et autres chaussures anglaises. [...] Vestes en lin d’Emanuel Ungaro qui se froissent avec noblesse et se portent avec délicatesse. Vestes en tergal de Francesco Smalto. Vestes en laine vierge 100%, voire 200%, avec un tissu pur Cerruti 1884. Chaussures jacquard. Cravates en soie, certaines avec des motifs de la tour Eiffel ou de l’Arc de triomphe. Voilà ma touche. Voilà entre autres ce qu’il y a dans mes malles… Amoureux des cols italiens à trois ou quatre boutons, j’aime les ressentir autour de mon cou, droits, doublés, infroissables. (Mabanckou 2009: 41-43)
Il était vêtu d’un costume sur mesure de Francesco Smalto. [...] Sa cravate en soie arborait des motifs minuscules de la tour Eiffel. Il ne chaussait que des Weston et était le seul au pays à en posséder en crocodile; le prix d’une paire était l’équivalent du salaire d’un ministre d’État du pays. (Mabanckou 1998: 69)
Dieu merci, j’étais bien habillé, je portais une chemise de cérémonie Christian Dior que j’avais achetée à la rue du Faubourg- Saint-Honoré, un blazer Yves Saint Laurent que j’avais acheté à la rue Matignon, des chaussures Weston en lézard que j’avais achetées vers la place de la Madeleine. (Mabanckou 2006: 68-69)
Je n’étais pas riche comme Crésus, mais j’avais commencé à acheter des chaussures Weston, des chemises Yves Saint Laurent rue du Faubourg-Saint-Honoré. J’étais moi aussi un Sapeur à la page. J’étais un Parisien. Un vrai. (Mabanckou 2012: 66)
À l’aéroport, Pedro arborait des vêtements griffés Yves Saint Laurent et Gianni Versace – je lus les noms avec avidité. Ses lunettes de soleil Dolce & Gabbana lui donnaient l’allure d’une vedette qui voulait garder l’anonymat dans la rue. C’était peine perdue car porter ce genre de lunettes en pleine hiver ne pouvait que susciter la curiosité. Et puis le long manteau noir, les bijoux en or vingt-quatre carats autour du cou, les bagues scintillantes aux cinq doigts de sa main gauche, les chaussures Weston bordeaux bien cirées avec des fers sous les semelles qui résonnaient à chaque pas, tout cela m’indiquait qu’il était un pape à Paris et qu’il suivait de près le mouvement de la Sape, la Société des ambianceurs et des personnes élégantes. […] Je n’ai pas oublié le costume qu’il portait lorsqu’il ôta son manteau, un costume d’un rouge tellement vif que les Blancs se retournaient et pouffaient devant un tel culot dans le choix des couleurs. (52-53)

4Les sapeurs représentés dans les romans de Mabanckou prêtent une valeur absolue à l’apparence physique et surtout vestimentaire. L’énumération, aux traits parfois hyperboliques, des griffes prestigieuses et exclusivement européennes qu’ils portent de façon ouvertement ostentatoire, souligne leur adéquation à une conception de la mode typiquement occidentale.

5Cette influence de la culture vestimentaire de l’Autre sur les choix de ces personnages africains est sans aucun doute liée au passé colonial, comme le montre clairement la description que Moki fait de sa tenue lors d’un défi mémorable entre sapeurs de différents quartiers évoqué dans Bleu-Blanc-Rouge: «J’étais coiffé d’un casque colonial et je portais une longue soutane qui balayait le sol lorsque je me déplaçais. Je tenais une Bible dans ma main droite et, pendant que mon adversaire me tournait le dos, je lisais à haute et intelligible voix un passage de l’Apocalypse de Jean» (Mabanckou 1998: 82). La présence dans ce passage d’éléments issus de l’iconographie coloniale illustre une identification paradoxale de Moki au Père blanc et au colonisateur, figures appartenant à l’histoire de la colonisation.

6Les choix des sapeurs dans le domaine vestimentaire révèlent donc la volonté de s’approprier symboliquement les marques extérieures d’une réussite sociale et économique prétendue, mais non effective, calquées sur les idéaux du luxe et de l’élégance proposés par la société occidentale.

7À un niveau moins macroscopique, l’aspect gestuel des personnages s’avère un élément très important dans la représentation de la figure du sapeur. Les gestes de Moki sont décrits par le narrateur, qui, pris d’admiration, en souligne la perfection:

L’allure de Moki était leste, feutrée. On aurait dit la chute d’une boule de coton sur le plancher. Il devait marcher au ralenti, en suspension. Chacun de ses mouvements se décomposait dans une élégance détaillée. Aucun geste, aucun mouvement n’était de trop. Tout était programmé au millimètre près. (61)
Le Parisien rajustait son pantalon jusqu’au nombril. Le geste était gourmé, compassé et étudié en vue de mettre en valeur ses chaussettes qui s’assortissaient à sa cravate. (70)

8Parfois c’est le personnage-même, dans ce cas le Fessologue, le narrateur de Black Bazar, qui met en évidence la fonction de ses gestes: «Alors je réajustais la cravate, je redressais mon pantalon afin qu’il tombe bien sur les chaussures. J’ai ouvert les trois boutons de la veste, une technique pour mettre en valeur ma ceinture Christian Dior» (Mabanckou 2009: 47). Pedro, personnage de Tais-toi et meurs, par ailleurs, «rajustait d’un geste bien étudié le revers de sa veste, remontait légèrement son pantalon et marchait comme si ses pieds ne touchaient pas le sol» (Mabanckou 2012: 53).

9La gestuelle des sapeurs est volontairement forcée, théâtrale et étudiée dans les moindres détails afin de souligner leurs exceptionnelles capacités dans l’art de l’élégance et par conséquent leur prétendue supériorité par rapport à l’entourage. L’adhésion à cette sorte de religion du luxe et de l’élégance prévoit une codification précise de gestes tels que «attacher une cravate, poser une pochette sur la veste, marcher en frimeur, tenir une cigarette, servir et boire dans un verre» (Mabanckou 1998: 79). Le narrateur de Black Bazar propose la formulation d’une typologie d’hommes à partir de la façon de nouer la cravate, suivant la devise «dis-moi comment tu noues ta cravate, je te dirai qui tu es – voire qui tu hantes» (Mabanckou 2009: 43). La description des différents nœuds de cravate s’étend sur plusieurs paragraphes et comprends les constatations des habitudes de différents types: «les timides» dits «les suicidés» (Ibidem), les «brutes» ou «les macros» (Ibidem), les «taureaux sans allure» (Ibidem), «les austères et les méticuleux – ou prêtres» (44), «les bavards – ou les moineaux» (Ibidem), «les cocus – ou les cuits» (Ibidem), «les égoïstes, les pingres, les ingrats, autrement dit les fourmis» (Ibidem).

10Si la configuration identitaire du sapeur se fonde sur son apparence vestimentaire, les personnages remarquent tout de même que «parfois l’habit peut causer des ennuis» (Ibidem). Le protagoniste de Black Bazar, par exemple, ressent un véritable sentiment d’humiliation lorsque, se rendant à la gare du Nord avec «un costume Yves Saint Laurent vert bouteille» (46), tombe sur une grève du personnel de la RATP et de la SNCF. Convaincu que les gens le regardent avec insistance pour son élégance, il se rend compte de la vraie raison de leur comportement seulement après avoir subi de violentes agressions verbales de la part des usagers attendant sur le quai: «J’ai mis du temps avant de comprendre pourquoi on s’en prenait à moi. Puis j’ai aperçu un agent de la RATP. Et c’est alors que j’ai réalisé que nos costumes avaient la même couleur» (48). Le Fessologue, d’autre part, désireux de montrer son identité de sapeur par son accoutrement, devient paradoxalement la victime de ses propres choix vestimentaires et l’objet d’un cuisant échange d’identité basé sur une simple ressemblance de couleurs.

11Le choix hardi de la couleur du costume est encore l’élément autour duquel pivote la mésaventure de Makambo, le héros de Tais-toi et meurs. Conscient que «plus [ses vêtements] sont extravagants plus on le respecte» (Mabanckou 2012: 53), le sapeur se laisse convaincre par son copain Pedro à acheter, dans une «boutique dont la devise est L’art de faire chanter les couleurs» (28), un costume d’un vert électrique «qui aurait donné la migraine au chien d’appartement d’une vieille dame du 16e arrondissement» (Ibidem). Il finit par accepter son conseil aussi pour éviter d’«être vu comme un colonisé vestimentaire» (29), étant donné que le propriétaire du magasin relie son hésitation aux effets de la colonisation française:

– C’est pour ça qu’ils sont tristes et froids, ces Français! Regardez- les dans la rue! C’est pitoyable! Vous vous rendez compte qu’ils portent du gris et du noir 365 jours sur 365, et même plus quand c’est une année bissextile! Le vert électrique, mes frangins, c’est la couleur de la vie, de l’espérance, de l’optimisme. Et comme dans ces pays les gens ne vivent pas, n’ont pas d’espérance et sont pessimistes, ils ont en horreur cette couleur. […] Tu as peur de quoi? De ces ignorants de la mode, hein? […] Si tu ne prends pas ce costume, c’est que tu es encore sous la domination coloniale! (Ibidem)

12Le choix de ce vêtement aux couleurs si fortes, qui rend Makambo visible «comme une mouche dans un bol de lait» (Ibidem), se révèle par la suite très dangereux, puisque il détermine son implication dans une affaire de meurtre qui le conduit en prison.

13La dimension orale et lexicale du sapeur est un autre aspect qui mérite d’être relevé dans l’appréciation de cette figure. Je me limiterai ici à l’analyse de cet aspect dans Bleu-Blanc-Rouge, qui, comme je l’ai déjà dit, est le roman d’Alain Mabanckou où l’auteur se penche le plus sur la réalité de la SAPE. Dans le texte, on remarque la présence d’une terminologie spécifique, signalée souvent par l’italique: par exemple, les termes ‘mine’, ‘miner’ et ‘mineurs’ se référant à la pratique «répandue dans le pays, [qui] consist[e] à emprunter des vêtements, moyennant une somme d’argent, pour un rendez-vous ou une soirée» (Mabanckou 1998: 66) ou l’expression du milieu ‘Paris est un grand garçon’ qui évoque les difficultés de l’émigré africain en contexte français. Les sapeurs possèdent différentes appellations: ils sont surnommés ‘frimeurs’ en raison de leur volonté d’épater grâce à leur aspect, ‘bouillants’ pour le fait qu’ils sont des «individus agiles, avertis et débrouillards», «vifs, prompts à rebondir face à une situation inextricable, avec la célérité d’une moustique d’étang» (38). Moki, de sa part, propose une réflexion sur les différents noms attribués aux adeptes de la SAPE au cours des années: ainsi, si au début ils étaient surnommés ‘lutteurs’ et ‘playboys’, ensuite le terme ‘sapeurs’ a été préféré aux autres, mais il est en train d’être à son tour remplacé par le mot ‘parisiens’, choix extrêmement significatif de leur obsession pour Paris. Quant au langage utilisé par le sapeur, en Afrique Moki est admiré pour sa façon de parler le «français français» (62), «le français de Guy de Maupassant» (62-63). Il privilégie «les gros mots» que le narrateur définit ainsi: «Il faut entendre par là tous ces mots qui caressaient agréablement l’oreille et qui étaient susceptibles d’émerveiller l’auditoire. Aussi, entre un mot simple, plus précis, et un mot grandiloquent, il optait pour celui-ci, quelle qu’en eût été sa signification…» (63).

14Ce langage est affiché quand, pendant son retour annuel au pays d’origine, Moki entretient ses admirateurs en racontant ses aventures de jeunesse:

Moki devenait aphone au cours de ce monologue. On ressentait en lui une certaine jubilation. La légende des Aristocrates, pour lui, était une récitation. Il la reprenait chaque année avec la même émotion, les mêmes mots. Beaucoup d’entre nous l’avaient écoutée plusieurs fois sans douter de sa véracité. Le public était acquis à sa cause. (81)

15Étant donné que «seul Moki détenait la vérité sur Paris» (66), les jeunes du pays, qui nourrissent une passion démesurée pour la capitale française, écoutent extasiés les récits concernant ses exploits parisiens:

Apparemment, Moki n’avait pas achevé son retour dans le passé comme le croyait l’auditoire. Il n’avait pas encore évoqué son odyssée, puis Paris, un sacrilège selon lui. Cette deuxième partie de ses entretiens ressemblait à une épopée. Les détails qu’il décrivait dans son récit donnaient à l’auditoire une idée des embûches qu’on devait braver avant d’arriver à bon port. (83)

16À travers la répétition au cours des années, les récits de Moki acquièrent un caractère de véridicité et assument les traits de l’épopée. Cette «parade orale», selon les mots de Lydie Moudileno, «devient le nouveau récit fondateur dont le sapeur se charge d’être à la fois le conteur, le héros et, visuellement, l’incarnation» (2006: 119, 120).

  • 5   À propos du ‘mythe’ de la France et du prestige acquis par l’immigré, on signale les mots de L’Im (...)

17L’image fantastique et irréelle de Paris véhiculée par le personnage du sapeur offre le fondement théorique de l’élaboration du mythe de la France, du «rêve bleu-blanc-rouge» (Mabanckou 1998: 166), qui entraîne chez les jeunes admirateurs le désir de s’y rendre5, ambition tellement répandue qu’elle est considérée comme «un vœu ordinaire, un vœu qui n’avait rien d’original» (36).

18À côté des aspects vestimentaire, gestuel et oral qu’on vient de considérer, je soulignerai la présence d’autres aspects dont la SAPE se nourrit, mais qui ne sont pas des traits spécifiques des sapeurs. On remarque la référence constante à la pratique du blanchissement de la peau. En effet, un des premiers changements de Moki constaté par les gens au pays natal concerne la pigmentation de sa peau: «[sa peau] était blanchie à outrance. Il arguait que l’hiver y était pour quelque chose. Plus tard, en France, je sus qu’il s’appliquait sur tout le corps des produits à base d’hydroquinone» (Mabanckou 1998: 60). Cette même croyance en les pouvoirs blanchissants de l’hiver européen est soulignée par le narrateur de Black Bazar, qui se demande: «ça sert à quoi d’affronter l’hiver et la neige si c’est pas pour laver la peau des Noirs et la rendre un peu blanche?» (Mabanckou 2009: 62-63). En même temps, c’est encore lui qui souligne la diffusion du blanchissement de la peau au moyen de cosmétiques toxiques, en rapportant le discours d’une vendeuse de ce qu’il appelle «produits à dénégrifier» (77):

C’est un commerce qui ressemble à celui d’un croque-mort: le croque-mort ne chômera jamais parce que les gens ils sont condamnés à mourir. Eh bien, nous les Noirs, c’est pareil: nous ne renoncerons pas à nous blanchir la peau tant que nous serons persuadés que notre malédiction n’est qu’une histoire de couleur… (Ibidem)

19Un autre aspect très intéressant concerne l’attention portée à l’apparence strictement corporelle, qui doit refléter l’opulence. Si ce but n’est pas atteint à travers l’alimentation, on recourt à l’usage de médicaments pour prendre du poids:

Un Parisien n’était pas un gringalet. On le raillerait sur le fait qu’il ne se nourrissait pas convenablement à Paris. […] Ceux qui […] ne prenaient pas du poids, avalaient des comprimés de Périactine. Avec ça, le résultat était ostensible dès les semaines qui suivaient… (Mabanckou 1998: 142-143)

20Le personnage exhibe les symboles du bien-être physique et de l’aisance économique d’une manière factice.

21Le personnage du sapeur, tel qu’il est représenté dans les romans d’Alain Mabanckou, présente des caractères d’exagération qui pourraient, au premier abord, être rapportés exclusivement à l’attitude ironique, voire comique, de l’auteur. Et pourtant, cette figure aux traits hyperboliques n’est pas purement fictive, et sa présence à l’intérieur de l’œuvre romanesque de Mabanckou témoigne de la volonté de l’écrivain de focaliser son attention sur ce qui s’avère un phénomène social typique de la culture urbaine congolaise.

22Les études consacrées à l’aspect anthropologique et social de la SAPE nous permettent d’insérer certaines images évoquées par le texte littéraire dans le domaine des pratiques des sapeurs. Par exemple, dans la description des attentions particulières que les frères obséquieux de Moki montrent à son égard, on remarque la présence d’un parasol: «Un d’eux ouvrait la portière de la voiture. L’autre tenait une ombrelle au-dessus de la tête du Parisien. Pas de rayon de soleil sur sa peau fragile» (70). Justin-Daniel Gandoulou, qui a étudié le phénomène de la SAPE pendant les années 80, signale l’usage du parapluie pour protéger la peau du soleil comme étant une des pratiques des sapeurs de retour au pays d’origine. Selon le sociologue, cette image évoque «ces photographies du temps des colonies où le colon fragile devait se faire protéger du soleil par un serviteur» (1984: 153).

23La représentation romanesque de la figure du sapeur révèle, chez les adeptes de la SAPE, une volonté de différenciation à travers la construction d’une identité qui calque l’image de l’homme occidental riche. Cette attitude des sapeurs met en lumière une déclinaison très singulière du croisement de regards entre l’Europe et l’Afrique. Bien que le phénomène des sapeurs apparaisse lié au passé colonial du contexte dans lequel il est né et à son héritage, dans les romans d’Alain Mabanckou l’identité congolaise du personnage ne se trouve pas forcément effacée, mais paradoxalement elle semble parfois renforcée par l’adhésion à la SAPE, comme en témoignent les mots du Fessologue: «Elle disait que j’étais un vrai congolais des pieds à la tête. Et quand elle le disait, elle désignait ma cravate et mes Weston» (Mabanckou 2009: 81). Le statut de sapeur est donc indiscutablement présenté comme un trait de l’identité congolaise. Le narrateur de Black Bazar, souligne, à ce propos, la paternité congolaise de la SAPE:

La SAPE [est] une invention de chez nous, née dans le quartier Bacongo, à Brazzaville, vers le rond-point Total, polémique à part. […] On m’objectera sans doute que les Ivoiriens et les Camerounais sont aussi des Sapeurs. Voyons, ils ne s’y sont mis que bien après parce que, les pauvres, ils se plaignaient que leurs femmes nous couraient après. Alors, ils se sont imaginé que c’était à cause de nos Weston et de nos vestes Gianni Versace. Pourtant lorsque ces Ivoiriens désespérés et ces Camerounais désemparés portent les mêmes vêtements que nous, il n’y a pas photo, c’est le jour et la nuit, le Sapeur congolais l’emporte grâce à sa touche inimitable, c’est pas du chauvinisme, c’est la dure réalité, et je n’y peut rien pour eux… (Mabanckou 2009: 42).

24Pourtant, cette nouvelle construction identitaire présente des traits qui sont certainement plus spécifiques de la culture occidentale que de la culture africaine. En effet, comme on l’a vu à partir de multiples exemples, la représentation des sapeurs dans l’œuvre romanesque d’Alain Mabanckou suggère – tout en s’affirmant comme un trait de spécificité congolaise – une constante volonté de la part de ces personnages de s’approprier symboliquement des caractéristiques attribuées normalement à l’Européen. L’analyse de ces figures fictionnelles de sapeurs a permis de relever que cette attitude se traduit par des choix précis dans les domaines vestimentaire, gestuel et oral qui calquent les idéaux de beauté, d’élégance et de luxe propres à la culture occidentale.

  • 6   À propos de l’élaboration de cette image mythique de l’Europe, Justin-Daniel Gandoulou écrit: «en (...)

25Selon une lecture purement synchronique, ces choix, rapportés à la réalité contemporaine à laquelle ils appartiennent, peuvent être considérés comme un signal d’une tendance à la progressive uniformisation culturelle, engendrée par le phénomène de la mondialisation, qui désormais impose une certaine acculturation aussi bien aux Européens qu’aux Africains. D’autre part, la présence massive, chez les sapeurs mis en scène par Mabanckou, d’éléments provenant, concrètement ou symboliquement, de l’Occident, souligne une persistance du sentiment de fascination dû à une vision mystificatrice de la réalité de l’Autre, qu’il est difficile de ne pas faire remonter au passé colonial6. Ce regard africain sur l’Europe favorise évidemment l’émergence de ce que le personnage de Moki définit le «rêve bleu-blanc-rouge» (Mabanckou 1998: 166), qui est souvent à la base du mouvement migratoire.

26Si à partir d’une approche synchronique la SAPE nous offre un trait identitaire d’une des facettes de l’Afrique contemporaine, à partir d’une perspective diachronique, on peut donc entrevoir dans le phénomène de la SAPE la possibilité du risque d’une aliénation culturelle qui pourrait se parer d’une coloration de néocolonialisme, même si souterrain et presque invisible.

Bibliographie

Bibliographie primaire

Mabanckou A., 1998, Bleu-Blanc-Rouge, Paris, Présence Africaine.

―, 2006, Verre Cassé, Paris, Seuil (Points), (2005).

―, 2009, Black Bazar, Paris, Seuil.

―, 2012, Tais-toi et meurs. Vendredi 13, Paris, Labranche.

Bibliographie secondaire

Albert C., 2005, L’immigration dans le roman francophone contemporain, Paris, Karthala.

Etsio É. (ed.), 2001, Congo 2000, État des lieux, Paris, L’Harmattan.

Friedman J., 2004, Cultural Identity & Global process, London, Sage.

Gandoulou J-D., 1984, Entre Paris et Bacongo, Paris, Éditions du Centre Pompidou (Alors).

―, 1989, Dandies à Bacongo: le culte de l’élégance dans la société congolaise contemporaine, Paris, L’Harmattan (Logiques sociales).

Gondola D., 1999, La sape des mikilistes: théâtre de l’artifice et représentation onirique, «Cahiers d’Études Africaines» 39.153: 13-47.

Kesteloot L., 2001, Histoire de la littérature négro-africaine, Paris, Karthala.

Moudileno L., 2006, Parades postcoloniales, la fabrication des identités dans le roman congolais, Paris, Karthala.

Thomas D., 2003, Fashion Matters: ‘La Sape’ and Vestimentary Codes in Transnational Contexts and Urban Diasporas, «Modern Language Notes» 118.4: 947-973.

Wa Kabwe K.-Segatti D.-Halen P. (eds.), 2009, Du nègre Bambara au Négropolitain. Les littératures africaines en contexte transculturel, Metz, Centre Écritures (Littératures des mondes contemporains, 4).

Notes

1   Le Fessologue, un sapeur congolais immigré à Paris depuis une quinzaine d’années, est le narrateur de Black Bazar. Le récit pivote autour de sa vie: la rupture avec sa femme, surnommée Couleur d’origine, qui s’est enfuie au Congo avec sa fille et son amant, les disputes avec le voisin, Monsieur Hippocrate, les conversations avec les amis du bar Jip’s et avec l’Arabe du coin. L’écriture, encouragée par l’ami écrivain Louis-Philippe et relatant ses mésaventures, offre au narrateur un moyen thérapeutique pour trouver du soulagement. La rencontre avec Sarah, signalée dans l’épilogue du roman, marque une étape fondamentale dans l’évolution artistique du personnage aussi bien qu’un changement dans son attitude comportementale.

2   Verre Cassé, narrateur et personnage éponyme du cinquième roman d’Alain Mabanckou, est un vieux alcoolique qui passe ses journées dans la buvette africaine Le Crédit a voyagé. Profondément lié d’amitié au patron du bar, surnommé L’Escargot entêté, il accepte de transcrire pour son compte les récits de vie des clients de la buvette dans un cahier que celui-ci lui a offert. Parmi ces différents individus aux traits hyperboliques, L’Imprimeur exige, en raison de sa permanence en France, que sa personne figure dans le cahier: employé dans une imprimerie à Paris, il était marié à une femme blanche, Céline, qui, ensuite, lui aurait détruit la vie en le faisant d’abord interner dans un asile, puis renvoyer dans son pays natal.

3   Massala-Massala, le protagoniste-narrateur de Bleu-Blanc-Rouge, contemple avec admiration la transformation physique et sociale de Moki, jeune sapeur immigré à Paris, pendant son retour annuel au pays. Massala-Massala décide à son tour d’entreprendre l’aventure parisienne, encouragé par le sapeur et par ses récits éblouissants de la ville française. Pourtant, une fois arrivé à Paris, le protagoniste constate avec déception que la réalité est complètement différente: les immigrés vivent aux marges de la société, dans des conditions misérables et en pleine illégalité. Le narrateur lui-même est entraîné dans ce monde de délinquance et finit par être arrêté par la police. Après dix-huit mois de détention, Massala-Massala est contraint au rapatriement forcé par une disposition judiciaire. En attendant le départ en avion, le jeune homme réfléchit rétrospectivement sur sa triste histoire.

4   Comme Bleu-Blanc-Rouge, ce roman retrace le parcours descendant d’un jeune congolais, Julien Makambo, immigré à Paris, qui voue une forte admiration à son ami sapeur, Pedro, qui l’a pris sous son aile. Makambo devient vite un membre du groupe de délinquants auquel appartient Pedro, jusqu’au jour où il reste impliqué dans un meurtre qu’il n’a pas du tout commis et finit en prison. Là, en écrivant le récit de sa mésaventure, il paraît retracer les contours du piège que ses compatriotes lui ont tendu.

5   À propos du ‘mythe’ de la France et du prestige acquis par l’immigré, on signale les mots de L’Imprimeur dans Verre Cassé, qui, en raison de sa permanence en France, exige que sa personne figure dans le cahier de Verre Cassé: «“je suis le plus important de ces gens parce que j’ai fait la France, et c’est pas donné à tout le monde, crois-moi” et il a dit ça avec un ton naturel qui ne laissait pas de place à la contradiction, la France était pour lui l’unité de mesure, le sommet de la reconnaissance, y mettre les pieds c’était s’élever au rang de ceux qui ont toujours raison, qu’est-ce que je pouvais objecter après de tels propos, j’ai eu beau chercher un argument de contre-attaque, je n’ai rien trouvé, j’ai donc capitulé» (Mabanckou 2006: 64).

6   À propos de l’élaboration de cette image mythique de l’Europe, Justin-Daniel Gandoulou écrit: «en opérant la destruction culturelle afin d’asseoir sa domination, le colonisateur détruit l’âme du colonisé. Il le persuade de son infériorité, de son incapacité en même temps qu’il le convainc matériellement et psychologiquement de la supériorité de la société coloniale, donc de l’Européen. Les missions chrétiennes, dans leurs activités prosélytiques, répandent la conception occidentale du monde […]. La puissance de la minorité européenne est une évidence aveuglante pour les Congolais. De cette situation résulte la formation d’un mythe de l’Europe dans l’esprit du Congolais» (Gandoulou 1989: 58).

Auteur

© Ledizioni, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search