Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

La terminologie de la mode dans les manuels de couture : emprunts, neologismes, métaphores

Anna Giaufret et Micaela Rossi

Texte intégral

  • 1   Barthes (1967: 9).

Si l’on pousse au-delà de quelques signes rudimentaires (excentricité, classicisme, dandysme, sport, cérémonie), le vêtement, pour signifier, peut-il se passer d’une parole qui le décrive, le commente, lui fasse don de signifiants et de signifiés assez abondants pour constituer un véritable système de sens?
Roland Barthes, «Le bleu est à la mode cette année»...1 

Anna Giaufret est l’auteur de l’introduction et du paragraphe 1, Micaela Rossi du paragraphe 2 et de la conclusion.

1Dans sa distinction fondamentale entre vêtement réel, vêtement-image et vêtement-écrit, Roland Barthes (1967: 13-15) trace les contours du fonctionnement du langage de la Mode (avec un M majuscule, car il s’agit d’un système) dans toute sa complexité. Il souligne aussi, ainsi que nous le montrons dans l’exergue, le caractère fondamental de l’élément langagier pour le phénomène de la Mode. Nous allons dans ce texte nous concentrer sur le vêtement-écrit, notamment sous son aspect terminologique, dans le cadre d’un manuel destiné aux ouvriers du domaine, à ces «petites mains» dont parle Bouverot (2000: 238): A. Donnanno, La Tecnica dei modelli. Accessori moda. Come realizzare borsette, scarpe, guanti, cappelli, cinture, cravatte, Ikon Editrice, 2011, le dernier volume d’un ensemble de quatre publications faisant le tour des modèles de base et destinés à l’enseignement de la couture. C’est ce manuel de couture que nous allons fouiller dans le but de relever d’abord les emprunts au français (premier volet de cette contribution), puis les termes métaphoriques (deuxième volet).

2La terminologie de la mode est d’ailleurs un ensemble multiforme et difficile à cerner, car la mode se situe au croisement d’autres domaines envisagés de manière différente selon les spécialistes. Pour n’en citer que deux, Bouverot se concentre davantage sur les trois étapes successives que connaissent les objets de mode: «1. concevoir, faire faire, fabriquer, c’est le rôle du créateur, du producteur; 2. faire savoir, faire connaître les produits; 3. faire acheter par le consommateur» (2000: 224) qui correspondraient aussi aux trois objectifs qui caractérisaient autrefois les classes sociales: l’utile pour les classes populaires, l’agréable pour la bourgeoisie et le beau pour l’aristocratie. Bonadonna (2012: 86) place par contre la mode à l’intersection des domaines de la création, du système économique et de la production dans une configuration qui présente une structure qui ne se superpose pas exactement à la précédente.

3Il s’agit donc d’un système extrêmement stratifié, non seulement aux différents niveaux de l’analyse sémiotique de Barthes, qui identifie un code réel, un système terminologique et un système rhétorique articulés par des relations complexes entre les éléments qui les composent, mais aussi dans sa composante discursive. Une fois établie l’importance de l’élément discursif dans le domaine de la mode, il ne faut pas oublier qu’il se décline à son tour dans plusieurs typologies textuelles ayant des énonciateurs, des destinataires et des visées complètement différentes, dans lesquelles il est possible d’identifier un continuum allant de la primauté du dénotatif (manuels de couture) à la dominance du connotatif (discours publicitaire).

1. De la tête aux pieds: les emprunts au français dans la terminologie italienne des chaussures et des chapeaux

4Notre recherche des gallicismes dans le manuel pour la réalisation de chapeaux et de chaussures a fourni de nombreux résultats, qui peuvent être classés sur un continuum allant d’emprunts qui conservent leur forme originale, aux termes complètement adaptés du point de vue phonétique, graphique et/ou morphologique. Les emprunts concernent aussi bien la classe des noms (sabot) que celle des adjectifs (mignon) ou de termes employés à l’intérieur d’un terme complexe comme modificateurs de la tête d’un syntagme (scarpa alla poulaine) qui présente une alternance des deux codes linguistiques. Ces emprunts ont aussi eu des parcours diachroniques différents, sont entrés dans la langue italienne à des époques diverses, en passant parfois par d’autres langues.

5Après avoir vérifié l’origine des termes et leur étymologie, nous avons obtenu un corpus terminologique que nous allons décrire dans les deux paragraphes suivants et que nous avons analysé à l’aide de trois dictionnaires italiens – le Nuovo Sabatini Coletti (SC), le Devoto Oli 2014 (DO) et le Dizionario etimologico Le Monnier 2014 de Alberto Nocentini (E), tous les trois dans leur version en ligne, consultable sur le site eLexico.com. À ceux-ci s’ajoutent le Trésor de la langue française version électronique (TLFi), l’encyclopédie Treccani et, parfois, d’autres sources encore.

1.1. Sous-domaine: chaussures

6Les gallicismes dans ce domaine sont nombreux et relèvent de plusieurs sous-ensembles, aussi bien du point de vue notionnel que lexicologique. La liste complète est fournie dans le tableau ci-dessous, où nous les avons classés, dans une perspective terminologique, selon des critères notionnels et des relations ontologiques.

modèles

parties

matériaux

accessoires

emprunt intégral

décolleté, chanel, chantilly, chopine, sabot, (scarpa alla) poulaine

plateau

mignon, velours

emprunt adapté

mocassino, stivale, (scarpa) bebè

ghetta

  • 2   Les dictionnaires hésitent toutefois entre le français et l’anglais comme langue d’emprunt.

7S’il est facile de conclure que l’italien conserve volontiers la forme française, qui contribue certainement, du moins jusqu’à une certaine époque, à créer un ‘effet de mode’, on peut également constater que les gallicismes entrent dans tous les sous-ensembles notionnels que nous avons identifiés, allant de termes d’usage commun, comme décolleté, à d’autres bien plus techniques tels que plateau ou mignon. L’adaptation de l’emprunt est aussi directement proportionnelle à son antiquité: stivale, de l’ancien français estival (dérivé d’estive = jambe), entre dans la langue italienne au XIIIe siècle. Ghetta, du français guêtre, apparait au XVIIIe siècle. Mocassino est attesté en 1932, emprunté au français mocassin2, à son tour emprunté à l’algonquin.

8C’est à la fin du XIXe siècle que l’italien reprend le terme décolleté, comme forme adjectivale ou nominale, pour désigner la chaussure féminine dénommée généralement en français escarpin, qui laisse voir le cou-de-pied et introduit une nuance sensuelle dans le lexique de la chaussure. Par contre, à la même époque, apparaît le modèle scarpa alla bebè (avec une adaptation minimale): il s’agit d’un décolleté assagi par l’introduction d’un lacet à la cheville. Avec cet escamotage, le pied nu et dangereusement séducteur est ramené à une sphère infantile plus rassurante, quoique peut-être encore plus suggestive. Dans les années 50, Coco Chanel introduit les célèbres chaussures éponymes, ouvertes à l’arrière, qui laissent visible le talon et ont la pointe d’une couleur différente. Puis, arrive le sabot, autrefois (XIXe siècle) synonyme de zoccolo et ensuite, à partir des années 70, avec une restriction et spécialisation de sens qui lui fait perdre toute connotation rurale et acquérir, avec le nom français, une nuance d’élégance (équivalent français, mule).

9Il existe toutefois des exemples beaucoup plus intéressants en relation au sens du mot emprunté en français ou à sa présence dans les dictionnaires. Les (stivali) chantilly, dûment répertoriés dans les dictionnaires italiens, ne le sont pas dans les dictionnaires français. Toutefois, le terme (qui dérive avec toute probabilité de Chantilly, ainsi que la crème et la dentelle) est employé dans l’industrie de la chaussure en France, où il désigne, comme en Italie, des bottes rigides et hautes pouvant être en cuir ou en caoutchouc.

10Un glissement de sens s’est produit dans le cas de velours, qui désigne en italien depuis 1936 un tissu lourd semblable au velluto, qui est le traduisant du français velours, et plus précisément, dans le sous-domaine de la chaussure, un cuir velouté. Il y a donc en italien un dédoublement des signifiants, avec spécialisation sémantique. De son côté, mignon a aujourd’hui deux sens principaux en italien, si l’on se réfère au domaine de la chaussure: en tant qu’adjectif, il caractérise des objets miniaturisés en général, pouvant entre autres être des chaussures, par exemples portées comme bijoux, mais il est employé également, comme terme technique, pour désigner de petites lanières, souvent décorées3.

11Le cas de scarpa alla poulaine (ou alla polacca) est encore différent: ce terme désignait en français un type de chaussure porté en Pologne au Moyen-Âge, ayant l’extrémité allongée en pointe et parfois relevée. C’est de ce nom de chaussure et par analogie de forme, que dérive d’ailleurs la dénomination des poulaines des navires.

12Le dernier exemple que nous allons mentionner est celui de chopine. Ce terme, non répertorié avec sons sens de ‘soulier’ dans les dictionnaires français, est défini dans Wikipédia comme une «chaussure à semelles compensée pour femme» étant célèbre à Venise pendant la Renaissance. Ce terme français est en fait dérivé du dialecte vénitien ciapine, qui désignait effectivement ce type de chaussures, qui arrivait de l’Orient et qui a eu de nombreux avatars, de la forme originale vénitienne4 à des formes plus récentes, turques et chinoises (XIXe siècle)5. La chopine est l’ancêtre du modèle dénommé aujourd’hui en français chaussure à semelle compensée ou à semelle plateau. Ce terme polysémique, employé en italien et répertorié avec ce sens dans le DO, est le dernier exemple de notre sous-corpus concernant les chaussures.

1.2. Sous-domaine: chapeaux

modèles

matériaux

emprunts intégraux

(cappello) chevalier, cloche, (cappello alla) Pompadour, toque

(pizzo) chantilly, canneté, (feltro di) lapin, georgette, gommé

emprunts adaptés

berretto, calottina

tulle

13Si berretto et calottina sont des emprunts adaptés qui remontent au XVIe siècle pour le premier (de l’occitan beret) et au XVIIe pour le second (par ajout de suffixe diminutif à l’emprunt du français calotte), et si tulle, entré dans le lexique italien au XIXe siècle, a subi une adaptation uniquement phonétique, tous les autres exemples de notre liste sont des emprunts intégraux, parfois introduits comme modificateurs à l’intérieur d’un syntagme.

14Alors que les dénominations de modèles correspondent largement à des termes en usage en français aussi (cloche, toque, chapeau à la Pompadour)6, il en va différemment pour les dénominations des matériaux, parmi lesquelles seulement la dentelle chantilly et le feutre de lapin sont employés en français. Georgette, d’après notre manuel employé au masculin en italien – ce qui contredit les dictionnaires que nous avons consultés – est une réduction de crêpe georgette, utilisé dans sa forme complète en français. Il s’agit ici d’un cas intéressant de variation du genre grammatical d’un nom entre un emploi spécialisé, restreint à une communauté de locuteurs, et l’usage de la langue commune. Quant à canneté et gommé, on ne les retrouve guère dans les lexiques spécialisés français (voir sitographie) et une recherche sur Internet ne révèle leur présence que sur des pages en langue française appartenant à des entreprises italiennes. Gommé, employé en français comme adjectif pour désigner essentiellement les tissus recouverts de gomme afin de les rendre imperméables7, semble en effet être l’équivalent italien du français bougran8. Nous avons retrouvé l’attestation de canneté avec le même sens qu’en italien mais en emploi adjectival, dans le syntagme ruban canneté. Il s’agirait donc d’un même phénomène de nominalisation des participes passés qui mène à la création d’un nouveau terme nominal avec une modification conséquente de sa signification.

  • 9 Ou dans ce que Snejina Sonina appelle la «terminologie banalisée de la mode» (2000).

15Pour conclure cette première section, il est donc possible tout d’abord d’affirmer que les emprunts aux français sont toujours bien présents dans la terminologie italienne de la mode. S’ils sont en perte de vitesse dans la langue générale9, ainsi que l’illustre Catricalà dans son article par l’exemple du remplacement de fuseaux par leggings (2011), la terminologie technique des spécialistes de la création et de la production semble utiliser aujourd’hui encore beaucoup de gallicismes. Le français ne contribuerait donc pas seulement à cet effet d’élégance bien connu, que nous avons illustré par l’exemple de sabot, mais qui pourrait s’appliquer à bien d’autres (lapin, etc.): il contribue aussi à constituer le discours spécialisé d’un des secteurs économiques italiens les plus performants.

2. Métaphores dans le langage de la couture: termes et figures du textile

16Le langage de la mode – et plus largement le discours autour de l’habillement – a été bien souvent exploré dans sa nature de système signifiant (dans la lignée de Barthes, notamment par la sémiologie contemporaine), d’indice social (tout particulièrement par les sociologues; nous renvoyons pour une synthèse de l’état de l’art récent à l’essai de Godart 2010), de système d’interprétation pour l’imaginaire linguistique collectif (s’inscrivent dans ce courant les nombreuses études sur l’omniprésence du discours vestimentaire dans la langue commune – nous citerons entre autres Catricalà 2011 pour l’italien et Barbichon 1989 pour le français). La linguistique descriptive s’est depuis quelques années intéressée plus spécialement à la rhétorique du langage de la mode dans ses divers avatars, au vocabulaire spécialisé dans sa morphologie et à ses fonctions discursives, aux aspects pragmatiques des dynamiques langagières circulant autour du vaste sujet de l’habillement (pour l’analyse contrastive français-italien, nous renvoyons aux études de Zanola 2008 et Bonadonna 2012).

17La présence massive de métaphores dans le langage autour de la couture et plus largement de la mode est au même titre un sujet fascinant, amplement analysé par les sémioticiens: les études fondatrices de Barthes (entre autres 1960; 1967) ne sont que le cas le plus connu de la vaste série d’essais focalisés sur les aspects sémiotiques et linguistiques des métaphores dans les discours autour de la mode. Les analyses suivantes, parmi lesquelles nous citerons à titre d’exemples récents Bouverot pour le français (2000) et Catricalà pour l’italien (2011), mettent toutefois plutôt en évidence les aspects discursifs et rhétoriques liés à l’emploi des figures et notamment de la métaphore dans les textes descriptifs de la presse féminine, des manuels de mode, des discours circulant dans le vaste domaine du vêtement. Dans le cadre de ces études, la métaphore est vue essentiellement comme un ornement rhétorique, qui contribue à rendre la mode un objet de discours captivant, flou et au même temps fascinant, comme il ressort de l’exemple suivant, tiré de l’édition italienne de «Vogue» datée des années 60, à savoir les années pendant lesquelles la mode devient une réalité de masse:

Come due getti d’acqua, le camicie da notte limpide e chiare.
Cascata di chiffon bianco, in questa pagina, spumeggiante davanti per effetto dello sbieco che forma jabot.
Limpidezza di uno chiffon verde pallido, nella pagina accanto, le cui increspature si sciolgono e fluttuano sotto la vita impero. (Castagnotto 1970: 224)

18Pour ne citer en revanche qu’un exemple plus récent, le dernier défilé de Dior est ainsi décrit par le magazine grand public «Elle» (septembre 2013):

Est-ce un jardin d’Eden dans lequel Raf Simons nous invite? Incroyable décor pour le défilé Dior au Musée Rodin où le podium est une confrontation éblouissante de fleurs et de feuillages! Sous ces frondaisons passent des femmes acidulées comme des bonbons et l’on aime le partage de la silhouette: rigueur du tailleur noir en haut, fragiles mini-jupes fleuries en bas. Puis une très rafraîchissante variation sur la chemise, déclinée en robes charmantes, telles de jolies bergères post modernes. Il y a des formes lampion, des plissés dans tous leurs états, des écussons étonnants, de très beaux bijoux brillants et des paillettes qui viennent ponctuer l’allure, une palette d’iridescences opalines qui le disputent aux couleurs primaires chères au créateur. C’est un bal onirique, tendre et festif, comme dans un songe à la Fellini façon Juliette des Esprits. Alors entrons dans la danse!10

19Aussi passionnante soit-elle, toutefois, l’étude de la valeur rhétorique des métaphores dans le langage de la mode n’est pas au cœur de notre intérêt de terminologues: dans cette contribution, nous aimerions plutôt aborder un aspect peut-être moins connu des expressions figurées dans le langage de la couture, à savoir la formation des métaphores terminologiques. Depuis quelques années, en effet, les études sémiotiques et linguistiques s’intéressent de plus en plus aux mécanismes de terminogénèse métaphorique; les études d’Assal (1994) ont ouvert la voie à de nombreuses contributions analysant la nature sémiotique, les fonctions et les dynamiques discursives des terminologies à base imagée – plus récemment, les collectifs dirigés par Cortès (2003), Dury-Maniez (2009) et les analyses d’Oliveira (2005) témoignent d’un intérêt croissant pour les processus de lexicalisation des métaphores, ainsi que pour les enjeux sociolinguistiques liés à leur légitimation dans les langues spécialisées. Dans ces études, la métaphore cesse d’être considérée comme un simple ornement du discours et elle est conçue comme un moyen privilégié d’accès à la segmentation des concepts techniques, offrant un tremplin cognitif plus immédiat pour la conceptualisation de notions abstraites ou complexes. Rentrent dans cette dynamique les métaphores constitutives de théories, telles que trou noir ou théorie des cordes, mais également les nombreuses dénominations catachrétiques fondées sur l’analogie formelle, particulièrement fréquentes dans les domaines techniques, telles que nain pour indiquer le signal ferroviaire ou induit à cage d’écureuil dans le domaine des éoliennes (voir Giaufret-Rossi 2013).

20Pendant les dernières années (voir notamment Prandi-Rossi 2012), nous avons essayé d’analyser le phénomène de terminologisation des métaphores dans des domaines professionnels divers – l’œnologie, l’astrophysique, le droit, les énergies renouvelables, la finance… – afin de vérifier les éventuelles constantes sémiotiques et linguistiques des termes issus de métaphores. Dans les pages suivantes, nous nous pencherons sur les processus de création terminologique à base métaphorique à l’œuvre dans le discours de l’habillement, et notamment dans les dénominations des tissus, pour approfondir ensuite l’aspect contrastif au cœur de cette contribution: nous nous intéresserons tout particulièrement aux phénomènes de transposition de terminologies d’une langue-culture à une autre (que Sager appelle secondary term formation):

By secondary term formation, Sager is alluding to the way concepts conceived and named in one language are named in another language. «Secondary term formation occurs when a new term is created for a known concept […] as a result of knowledge transfer to another linguistic community». (Sager cité par Humbley, in Cortès 2003: 197)

21Le transfert d’une terminologie figurée d’une culture dominante dans un certain domaine des activités productives vers une autre langue-culture présuppose en effet la prise en compte du poids de l’empreinte culturelle dans les terminologies techniques: loin d’être de simples étiquettes comme le préconisait Wüster, les termes représentent toujours des manifestations d’une culture partagée, d’un ‘interdiscours’ commun (Cortès 2003). Dans le cas de l’habillement, le prestige du français comme langue de la mode par rapport à l’italien est encore considérable, malgré le déclin des dernières années dû à l’essor de l’anglo-américain (voir l’exemple cité ci-dessus par Giaufret des leggins qui remplacent les fuseaux en vogue dans les années 90). Le français est encore pour les Italiens la langue des défilés, des mannequins, du luxe et de l’élégance (Catricalà 2011; Schlemmerová 2010), ce qui implique un rapport de subordination linguistique, se manifestant par l’emploi massif d’emprunts. Qu’en est-il des métaphores terminologiques dans cette dynamique linguistique? Plusieurs cas de figure peuvent être envisagés, de l’emprunt intégral au calque, à la création néologique métaphorique ou purement dénotative (pour une typologie, nous renvoyons à Rossi à paraître); nous étudierons ces processus tels qu’ils se présentent dans un corpus concernant les typologies de tissus, constitué sur la base du volume de Donnanno précédemment cité, ainsi que du Glossaire de l’Institut Français du Textile et de l’Habillement; pour la comparaison français-italien, nous intégrerons le glossaire multilingue de la plateforme Texsite, ainsi que des sites spécialisés de producteurs de tissus. Le choix du sous-domaine des tissus nous a semblé particulièrement intéressant, car il s’agit d’un secteur de la production qui a connu un développement historique long et complexe, fait d’hybridation culturelles et de nouvelles découvertes techniques, où se mêlent des termes divers par leur morphologie et leur histoire, des éponymes comme jacquard, des termes de dérivation géographique comme damas, jean, madras, mais également un grand nombre de termes métaphoriques, qui offrent donc un terrain particulièrement productif aux fins de notre analyse.

2.1. Analyse du corpus: le transfert des métaphores

22Dans sa description synthétique et néanmoins exhaustive du langage de la mode en italien, Catricalà (2011) identifie les champs notionnels le plus fréquemment convoqués dans la formation des termes métaphoriques de l’habillement:

Le metafore possono essere classificate in base al dominio interessato: artefatti (manica a palloncino, pigiama palazzo); commestibili (abito a uovo); piante (abito tulipano, gonna a corolla, manica a calla); fenomeni naturali (abiti a onde, ad arcobaleno, a cascate); animali (pantaloni a zampa d’elefante, tasca canguro; con allitterazione gilet giraffa, da Parigi nel 1827). (Levi Pisetzky 1995: 304)

23Sur la base de cette ébauche de typologie, et compte tenu de la différence du sous-domaine (la confection dans les cas cités par Catricalà, les matières des tissus dans notre cas d’étude) nous avons procédé au classement des termes français à base métaphorique présents dans notre corpus, pour un total de 34 termes. Il en ressort un panorama comparable à la situation décrite par Catricalà, les champs notionnels convoqués étant toujours liés à la culture technique et matérielle, ayant recours à des renvois zoomorphiques, gastronomiques, botaniques. Dans l’ensemble du corpus, les occurrences se répartissent de la manière suivante:

  • Renvois à objets, produits (ex. jupe chalet, ombre berceau…) – 8 occurrences, soit 23,5%;
  • Renvois au monde animal (ex. chenille, caméléon, ombre à dos d’âne, papillon…)12 occurrences, soit 35%;
  • Renvois à l’univers botanique (ex. tissu écorce d’arbre) – 5 occurrences, soit 6%;
  • Renvois à la nourriture (ex. gâteau, gaufré) – 7 occurrences, soit 20,5%;
  • Renvois à des actions (ex. dévorage) – 1 occurrence, soit 3%;
  • Renvois à des éléments naturels au sens large (ex. givré, glacé) – 4 occurrences, soit 12%.

24On remarquera la primauté de l’élément animal, par comparaison entre la fourrure ou la peau des animaux et les fils du tissu, ainsi que de l’élément de la nourriture, à laquelle sont bien souvent comparés des concepts techniques issus de métiers artisans.

25Pour ce qui est en revanche du transfert du concept dans l’analyse contrastive, la situation est assez complexe, les stratégies variant de l’équivalence directe au calque à l’emprunt, aux cas d’absence d’équivalent italien, indépendamment du champ notionnel convoqué, comme il ressort du tableau récapitulatif à la fin de l’article.

26Plusieurs cas de figure intéressants se présentent, à savoir:

  • la métaphore présente en français ne correspond pas à une métaphore appartenant au même domaine en italien: il en est ainsi de la jupe chalet qui devient en italien plutôt gonna a ruota;
  • la métaphore française est transposée par emprunt intégré en italien, avec la perte conséquente de la valeur heuristique de la figure: c’est le cas du mot chenille qui devient en italien le terme plus opaque ciniglia;
  • le terme métaphorique français correspond à un terme purement dénotatif en italien: c’est le cas des termes gorge-de-pigeon, mousse et côte de cheval qui correspondent en italien à cangiante, punto legaccio e costa;
  • la métaphore française correspond à une métaphore équivalente par domaines convoqués en italien – ce cas de figure intéresse 29,5% du corpus, soit un pourcentage élevé: les termes caviar, caméléon, écorce d’arbre, nid d’abeille correspondent à leurs homologues italiens motivo caviale, taffetas camaleonte, nido d’ape. Dans ces cas, l’analogie formelle des référents est en quelque sorte un phénomène partagé indépendamment de l’empreinte culturelle;
  • la métaphore française constitue un emprunt intégral en italien (20% des occurrences du corpus) ou bien elle est accompagnée d’un calque italien ou d’une adaptation phonétique et graphique (6% des occurrences) – dans ce cas, l’interaction conceptuelle à la base de la métaphore reste opaque pour le locuteur italophone, qui perd ainsi une voie d’accès rapide au concept – le terme gaufré est bien plus transparent pour un francophone que le terme goffrato pour un italophone; de même, le terme pied-de-poule a perdu en italien toute connotation métaphorique, et ne désigne qu’un tissu parmi d’autres;
  • la métaphore française n’a pas d’équivalent direct en italien, mais le terme français n’en est pas pour autant emprunté en italien (29,5% des occurrences du corpus) – il en est ainsi de termes fortement imagés comme huit serrures, cul-de-dé, œil de mouche qui restent limités à leur emploi en français, éventuellement disponibles à l’emprunt.

27À la fin de ce bref aperçu, quelques considérations conclusives nous semblent s’imposer.

28En premier lieu, le langage de la mode est un langage cosmopolite, polymorphe, qui se nourrit d’influences provenant de langues et cultures diverses; il s’agit également d’un langage mouvant, en perpétuelle évolution, soumis aux aléas de l’histoire économique, qui peut décider du passage des fuseaux aux leggins. La nature extrêmement imagée, voire parfois onirique, de ce langage, en fait un terrain d’études privilégié pour les analyses stylistiques et rhétoriques; au même temps, ses aspects les plus techniques ne sont pas sans intérêt pour les terminologues, qui y voient un domaine technique complexe, fascinant au niveau de l’analyse diachronique et de la variation sur l’axe vertical pour ce qui est de la segmentation des usagers, des publics, des discours.

29Enfin, pour ce qui est plus particulièrement de l’hypothèse à la base de nos analyses, les recherches menées sur les sous-domaines de chapeaux, des chaussures et des tissus révèlent une image complexe et multiforme du lexique de l’habillement, qui se fonde encore pour l’italien en grande partie sur un rapport étroit avec la langue française, conçue comme l’une des langues dominantes dans le monde de la couture: la présence massive de gallicismes, de calques, d’emprunts de luxe témoigne d’une fascination encore bien évidente du français chez les professionnels italiens dans le secteur de la mode (on peut encore porter un élégant col en lapin, mais aucun journaliste de «Vogue Italia» ou d’«Elle» n’écrirait jamais que Dior a lancé pour l’automne 2013 il collo di coniglio...).

Bibliographie

Manuel de couture

Donnanno A., 2011, La Tecnica dei modelli. Accessori moda. Come realizzare borsette, scarpe, guanti, cappelli, cinture, cravatte, Milano, Ikon.

Sources théoriques

Assal A., 1994, La métaphorisation terminologique, «Terminologie et traduction» 2: 235-242.

Barbichon G., 1989, Métaphores lingères, métaphores textiles: langage populaire et langage noble, in L’enveloppement textile, «Ethnologie française – nouvelle série» 19.1 janvier-mars: 10-26, en ligne: http://www.jstor.org/discover/10.2307/40989093?uid=2460338175&uid=2460337935&uid=2&uid=4&uid=83&uid=63&sid=21102691137557 (consultation: 10/09/2013).

Barthes R., 1960, «Le bleu est à la mode cette année». Notes sur la recherche des unités signifiantes dans le vêtement de mode, «Revue française de sociologie» 1-2: 147-162, en ligne: http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1960_num_1_2_1775 (consultation: 31/07/2013).

—, 1967, Système de la mode, Paris, Seuil.

Bonadonna M.F., 2012, La terminologie de la mode dans la communication multilingue entre professionnels, in Aa.Vv., Terminologie: textes, discours et accès aux savoirs spécialisés, GLAT GENOVA, Brest, GLAT: 85-104.

Bouverot D., 2000, Le langage des modes: habitat, alimentation, vêtement, in G. Antoine-B. Cerquiglini (eds.), Histoire de la langue française 1945-2000, Paris, CNRS: 223-251.

Boyd R., 1979, Metaphor ad Theory Change: What is ‘Metaphor’ a Metaphor for?, in A. Ortony (ed.), Metaphor and Thought, Cambridge University Press: 356-408.

Castagnotto U., 1970, La metafora nel linguaggio della moda, «Archivio Glottologico Italiano» LXX: 210-233.

Catricalà M., 2011, Il linguaggio della moda, articolo disponibile sul sito dell’Enciclopedia Treccani: http://www.treccani.it/enciclopedia/linguaggio-della-moda_%28Enciclopedia-dell%27Italiano%29/ (consultation: 10/09/2013).

—, 2009, Il linguaggio della moda, in Trifone P. (ed.), Lingua e identità. Una storia sociale dell’italiano, Roma, Carocci: 105-129.

Collombat I., 2003, Le discours imagé en vulgarisation scientifique: étude comparée du français et de l’anglais, «Metaphorik.de» 05/2003, en ligne: http://www.metaphorik.de/sites/www.metaphorik.de/files/journal-pdf/05_2003_collombat.pdf (consultation: 31/07/2013).

Corbucci G., 2008, La lingua della moda, «Studi di Glottodidattica» 2: 37-51, en ligne: http://ojs.cimedoc.uniba.it/index.php/glottodidattica/article/download/47/77 (consultation: 20/09/2013).

Cortès C. (ed.), 2003, La métaphore du discours général aux discours spécialisés, «Cahiers du C.I.E.L. 2000-2003».

Depecker L., 2001, L’invention de la langue. Le choix des mots nouveaux, Paris, Colin.

Desmet I., 2007, Terminologie, culture et société. Éléments pour une théorie variationniste de la terminologie et des langues de spécialité, «Les Cahiers du Rifal» 26, décembre: 3-13, en ligne: http://www.rifal.org/cahiers/rifal26/crf-26-00.pdf (consultation: 31/07/2013).

Détrie C., 2001, Du Sens dans le processus métaphorique, Paris, Champion.

Diki-Kidiri M., 2007, Éléments de terminologie culturelle, «Les Cahiers du Rifal» 26, décembre: 14-25, en ligne: http://www.rifal.org/cahiers/rifal26/crf-26-00.pdf (consultation: 31/07/2013).

Dury P.-Maniez F.-Arlin N.-Rougemont C. (eds.), 2009, La métaphore dans les langues de spécialité, Presses Universitaires de Grenoble.

Gardes Tamine J., 2007, Les métaphores lexicalisées dans la langue et dans les langues de spécialité: un obstacle à la compréhension, «Synergies Italie» 3/2007: 13-22.

Gaudin F., 2007, Quelques mots sur la socioterminologie, «Les Cahiers du Rifal» 26, décembre: 26-35, en ligne: http://www.rifal.org/cahiers/rifal26/crf-26-00.pdf (consultation: 31/07/2013).

Giaufret A.-Rossi M., 2013, Métaphores terminologiques, circulation des savoirs et contact entre langues, in M. Codleanu (ed.), La métaphore dans les discours spécialisés «Signes, discours, sociétés» 10, en ligne: http://www.revue-signes.info/document.php?id=2928, http://www.rifal.org/cahiers/rifal26/crf-26-00.pdf (consultation: 31/07/2013).

Godart F., 2010, Sociologie de la mode, Paris, La Découverte (Repères).

Humbley J., 2005, La traduction des métaphores dans les langues de spécialité: le cas des virus informatiques, «Linx» 52, en ligne: http://linx.revues.org/186 (consultation: 31/07/2013).

—, 2003, Metaphor and Secondary Term Formation, in C. Cortès (ed.), La métaphore du discours général aux discours spécialisés, «Cahiers du C.I.E.L. 2000-2003»: 197-210.

Kocourek R., 21991, La langue française de la technique et de la science. Vers une linguistique de la langue savante, Wiesbaden, Oscar Brandstetter.

Kuhn T.S., 1979, Metaphor in science, in A. Ortony (ed.), Metaphor and Thought, Cambridge University Press: 409-419.

Levi Pisetzky R., 1995, Il costume e la moda nella società italiana, Torino, Einaudi.

Mattarucco G., 2013, «Così vanno tutti». Le parole della moda italiana, in G. Mattarucco (ed.), Italiano per il mondo. Banca, commerci, cultura, arti, tradizioni, Firenze, Accademia della Crusca: 109-133.

Montuschi E., 1993, Le metafore scientifiche, Milano, Franco Angeli.

Musacchio M.T.-Corbolante L., 2012, When are science and technology (in) accessible? A diachronic study of the popularization of new terms in physics and information technology, in Aa.Vv., Terminologie: textes, discours et accès aux savoirs spécialisés, GLAT GENOVA, Brest, GLAT: 225-238.

Oliveira I., 2005, La Métaphore terminologique sous un angle cognitif, «Meta, Journal des traducteurs» 50.4: 83-104.

—, 2009, Nature et fonctions de la métaphore en science. L’exemple de la cardiologie, Paris, L’Harmattan.

Prandi M.-Rossi M., 2012, Les métaphores dans la création de terminologie, in Aa.Vv., Terminologie: textes, discours et accès aux savoirs spécialisés, GLAT GENOVA, Brest, GLAT: 7-19.

Resche C., 2002, La métaphore en langue spécialisée, entre médiation et contradiction: étude d’une mutation métaphorique en anglais économique, «ASp» 35-36: 103-119.

Rossebastiano A., 2013, Un percorso privilegiato e misconosciuto per la penetrazione dei francesismi nella lingua italiana (secoli XVII-XVIII), en ligne: http://www.atilf.fr/cilpr2013/programme/resumes/cdb31d82eaf28bbf9a5b1ae5000d0fc6.pdf (consultation: 20/09/2013).

Rossi M., à paraître, Création néonymique, anglicismes et métaphores terminologiques: quelques réflexions sur les politiques linguistiques en Italie et dans les Pays francophones, Actes de la VIII Journée Realiter, Milan, 16 novembre 2012.

Stengers I.-Schlanger J., 1991, Les concepts scientifiques, Paris, Gallimard.

Schlanger J., 1995, Les métaphores de l’organisme, Paris, L’Harmattan.

Schlemmerová M., 2010, L’interferenza linguistica: i francesismi nella lingua settoriale della moda, en ligne: http://is.muni.cz/th/180643/ff_b_b1/Bakalarska_prace.pdf (consultation: 20/09/2013)

Sonina S., 2000, L’importance des sources informatiques dans l’étude de la terminologie de la mode, in Actes du Colloque international «Les études françaises valorisées par les nouvelles technologies d’information et de communication», en ligne: http://www.etudes-francaises.net/colloque/sonina.htm (consultation: 10/09/2013).

Temmerman R., 2000, Toward New Ways of Terminology Description. The Sociocognitive Approach, Amsterdam / Philadelphie, John Benjamin.

—, 2007, Les métaphores dans les sciences de la vie et le situé socioculturel, «Les Cahiers du Rifal» 26, décembre: 72-81, en ligne: http://www.rifal.org/cahiers/rifal26/crf-26-00.pdf (consultation: 31/07/2013).

Vandaele S.-Lubin L., 2005, Approche cognitive de la traduction dans les langues de spécialité: vers une systématisation de la description de la conceptualisation métaphorique, «Meta, Journal des traducteurs» 50.2: 415-431.

Zanola M.T., 2008, Les anglicismes et le français du XXIe siècle: La fin du franglais?, «Synergies Italie» 4: 87-96.

—, 2012, La mode et ses mots: terminologie, traduction et savoirs encyclopédiques, Napoli, Loffredo.

Dictionnaires consultés

SC: Nuovo Sabatini Coletti, en ligne: www.eLexico.com.

DO: Devoto G.-Oli G. C., 2014, Vocabolario della lingua italiana, en ligne: www.eLexico.com.

E: Nocentini A., 2014, Dizionario etimologico, Paris, Le Monnier, en ligne: www.eLexico.com.

Enciclopedia Treccani, en ligne: http://www.treccani.it/enciclopedia/.

TLFi: Trésor de la Langue Française informatisé, en ligne: http://atilf.atilf.fr/.

Textsite – Dizionario tessile multilingue on-line, en ligne: http://www.texsite.info/.

Autres sites

Wikipedia, it.wikipedia.org; fr.wikipedia.org (consultation: 10/09/2013).

Metropolitan Museum of Art, http://www.metmuseum.org/toah/hd/chop/hd_chop.htm (consultation: 10/09/2013).

Textiles Maroc, http://www.textile.ma/portail/PDF/Lexique_textile_francais_anglais.pdf (consultation: 10/09/2013).

Forum de couture goodies, http://goodies.heavenforum.org/t622-lexiques-divers-de-coutures-editdefinition-tissu-ajoute (consultation: 10/09/2013).

Glossaire de l’Institut Français du Textile et de l’Habillement, http://www.ifth.org (consultation: 10/09/2013).

Texsite, http://www.texsite.info/ (consultation : 10/09/2013).

«Elle», http://www.elle.fr/ (consultation : 10/09/2013).

Notes

1   Barthes (1967: 9).

2   Les dictionnaires hésitent toutefois entre le français et l’anglais comme langue d’emprunt.

3http://www.aziendainfiera.it/p/mignon-strass-guardolificiogiusy (consultation:10/09/2013).

4http://www.batashoemuseum.ca/podcasts/200903/index.shtml (consultation: 10/09/ 2013).

5http://peterfoxshoes.blogspot.it/2013_04_01_archive.html (consultation: 10/09/2013), http://peterfoxshoes.blogspot.it/2013_04_01_archive.html (consultation: 10/09/2013).

6http://www.chapellerie-traclet.com/fr/femme/2356-chapeau-cloche.html (consultation: 10/09/2013)

7Textiles Maroc.

8 Forum de couture goodies.

9 Ou dans ce que Snejina Sonina appelle la «terminologie banalisée de la mode» (2000).

10http://www.elle.fr/ (consultation: 10/11/2013).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ledizioni/docannexe/image/6997/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 559k

Auteurs

Università degli Studi di Genova

© Ledizioni, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search