Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

Vêtement : au chic parisien Arsène Lupin et son entourage

Gabriella Giansante

Texte intégral

  • 1   Maurice Leblanc gardait, dans sa maison d’Étretat, le portrait du maître, sa grande idole.

1Ce qui fait l’homme ou la femme, ce n’est pas tant le vêtement que la manière de le porter et... «montrer son âme». Un vieux refrain dit aussi: «L’habit ne fait pas le moine». Mais, quand même! Pour le héros dont je vais parler, Arsène Lupin, l’habit est beaucoup plus qu’un accessoire, mais plutôt comme a écrit Liana Nissim pour Flaubert1: «un réseau thématique et un système sémiotique» (2007: 160).

2Les modèles pour messieurs et pour dames, dans tous les tons, dans les nuances les plus chatoyantes, voilà de quoi satisfaire toutes les exigences de la Belle Époque. Le domaine est très vaste, on peut l’imaginer; c’est pour ça que je vais m’arrêter surtout sur Lupin lui-même et sur quelques personnages de ses nouvelles et de ses romans.

3Arsène n’est pas comme Sherlock Holmes qui porte un éternel macfarlane: il endosse un frac ou un manteau au col de velours, car Maurice Leblanc, son ‘historiographe’, doit donner l’image du gentleman, et car surtout il est français.

  • 2  Voir aussi la préface («Arsène Lupin o il mito del ladro con monocolo e marsina») et la note biogr (...)

4Leblanc, épris de littérature, créa son personnage presque par hasard. Il visait plutôt à la ‘haute littérature’. Sa sœur Georgette, actrice célèbre, admirée par Stéphane Mallarmé, maîtresse et interprète de Maurice Maeterlink, un des plus renommés poètes de l’époque, écrivit que son frère «côtoyait les grands hommes là-bas dans la capitale. Maupassant le protégeait» (Leblanc 1931: 83)2.

5Bien avant le cycle lupinien, Armand Charpentier avait écrit dans «La Revue des journaux et des livres» du 16 juillet 1893: «M. Maurice Leblanc, disciple de Maupassant, est un romancier subtil de beaucoup de talent. Il tient de son maître l’art de l’exposition, ainsi que la phrase courte, incisive et parfois d’une délicieuse ironie à froid. C’est un écrivain d’avenir».

  • 3   Il l’a déclaré plusieurs fois, mais voir surtout la nouvelle «L’Homme à la peau de bique», parue (...)

6D’ailleurs, dès sa naissance, sa famille était proche d’un des grands noms de la littérature, car le médecin qui assista sa mère lors de son accouchement fut Achille Flaubert, frère de l’écrivain. Admirateur passionné d’Edgard Allan Poe3, il fréquenta le célèbre cabaret du «Chat Noir» et «il conterraneo Alphonse Allais (di Honfleur), conobbe l’autore del manifesto simbolista, Jean Moréas, il parnassiano Leconte de Lisle e il diabolico Maurice Rollinat» (Leblanc 2013: 26). Et, avant la période lupinienne, il avait écrit le roman, Une femme, apprécié par Jules Renard, Alphonse Daudet et Léon Bloy.

7Ce fut son ami, Pierre Lafitte, jeune éditeur, qui lui soumit la création d’un héros bien français sur le modèle de l’illustre détective anglais Sherlock Holmes, et même après le premier succès (L’arrestation d’Arsène Lupin de 1905) il ne voulait pas continuer à donner suite au personnage, car il craignait d’être considéré comme un écrivain de second ordre:

Un jour, Pierre Lafitte, avec qui j’étais très lié, me demanda une nouvelle d’aventures pour le premier numéro de Je sais tout qu’il allait lancer. Je n’avais encore rien écrit de ce genre, et cela m’embarrassait beaucoup de m’y essayer […].
L’histoire fit du bruit. Pourtant, lorsque Lafitte me demanda de continuer, je refusai: à ce moment-là, les romans de mystère et de police étaient fort mal classés en France. (Leblanc 1933: 3)

8Mais désormais le destin d’Arsène était établi et la plume de Leblanc raconta ses exploits jusqu’à son dernier jour, en 1941.

9Il n’atteignit pas la gloire littéraire d’un Maupassant ou d’un Flaubert, mais il fut quand même considéré un écrivain très valable. Maurice Limat, dans un article consacré à Leblanc, pour un numéro spécial de la revue «Europe», sur le sujet «Arsène Lupin», écrivit:

  • 4   En réalité, Georgette Leblanc, sœur de Maurice, n’était pas la femme de Maeterlinck, mais, comme (...)

Maurice Leblanc possédait cette inspiration mystérieuse qui échappe à la dissection du critique. Comme le disait son propre beau-frère [sic]4, cet autre grand poète, Maurice Maeterlinck: «J’écris, quelqu’un dicte».
Après des décennies, Maurice Leblanc demeure un grand romancier toujours populaire.
Et il a bien mérité de l’être. (1979: 67)

10Il faut, toutefois, préciser que c’est Lupin qui est devenu célèbre et non pas Maurice Leblanc. François-George Maugarlone a parfaitement centré ce point:

l’imaginaire se montre plus efficient que le réel qui, pour ne pas se laisser entraîner dans une aventure où il se dissoudrait, doit défendre militairement sa porte. Il n’y a que dans la religion qu’on assiste à un tel renversement des rapports du créateur et de la créature. Leblanc est le fondateur, l’apôtre et le premier martyr de l’église lupinienne. (2010: 14)

11Florance Boespflug-Leblanc, petite-fille de l’écrivain le confirme. Voilà quelques lignes d’une interview:

Mais votre grand-père a souffert de se voir occulté par sa créature?
C’est vrai qu’il en a été heurté à la fin de sa vie. Lupin est aussi célèbre que Cyrano de Bergerac ou D’Artagnan. […] Lupin a été célèbre partout dans le monde sans que l’on retienne spécialement le nom de son auteur. (2009)

12Florance Boespflug-Leblanc dans cette interview d’un quotidien normand a aussi déclaré: «Mon grand-père s’habillait comme un dandy avec un col dur et une lavallière, mais c’était un homme doux, assez discret et rêveur. Lupin était peut-être ce qu’il aurait rêvé être» (Ibidem).

  • 5   «Vous l’avez connu?
Très peu, j’avais quatre ans lorsqu’il est mort à Perpignan, en 1941. Nous y (...)

13En effet, cette esquisse de portrait correspond à l’idée du dandy de la Belle Époque. Même si la petite-fille n’a pas assez connu son illustre aïeul5, à part ce que lui a raconté son père, il y a une splendide photo de Leblanc, peut être la plus belle, celle de 1907, qui montre l’écrivain en chapeau de feutre et sous le gilet et le veston, une chemise blanche à col rond pareille à celles de D’Annunzio. Ce chapeau à larges bords était, sans aucun doute, son préféré, mais on n’en a aucune description dans ses nouvelles et dans ses romans, sauf dans la nouvelle «Le signe de l’ombre» où Lupin se déguise en militaire à la retraite («– J’ai reçu votre télégramme, me dit, en entrant chez moi, un monsieur à moustaches grises, vêtu d’une redingote marron, et coiffé d’un chapeau à larges bords»: Leblanc 2010: t. 1, 865).

14Le col rond de sa la chemise blanche était un faut col? Je pense que oui. Je me rappelle que pendant une de mes visites au musée Lupin (Le clos Arsène Lupin), à Étretat, j’avais vu, exposé dans une petite salle, un tableau qui reproduisait l’image de vingt-cinq Faux-cols & manchette en Toile Blanche ou percale extra et vingt-sept Faux-cols, manchette plastrons en cellulo-toile. C’était sûrement une page détachée d’un catalogue comme le montre le numéro de série, le prix de chaque pièce. Par exemple:

6128. Faux-col rabattu,
becs arrondis, hauteur des
becs 57 m/m. La p.», 75
La ½ douzaine. 4,20

  • 6   D’où un de plus célèbres romans L’Aiguille creuse du 1909.

15Le fait intéressant c’est que sur les parois de cette vieille villa, qui était la maison de Leblanc et où l’écrivain a écrit plusieurs aventures de son héros, ne sont pas accrochés des quelconques tableaux, mais surtout ceux qui ont servi à la création du personnage Lupin ou les reproductions d’images célèbres comme, par exemple, le tableau de la Joconde (une reproduction, bien sûr) que le gentleman-cambrioleur avait caché dans l’aiguille creuse6, vieilles gravures du même récif, affiches de films et de publications. Quant à la lavallière nommée par la petite-fille de l’écrivain, cette cravate large au nœud flottant et souple était justement à la mode vers la fin du XIXe siècle, particulièrement affectionnée par les artistes, les dandys. Le peintre André Beauny (Arsène Lupin), par exemple, porte une cravate flottante à pois blancs sur fond bleu marine: «un jeune homme apparut, élégant de tournure, habillé très simplement, à la façon un peu suranné de certains peintres, col rabattu, cravate flottante à pois blancs sur fond bleu marine» («813», Les sept bandits, t. 1, 761). Par contre, si Lupin s’habille sous les traits de l’élégant gentleman Maxime Bermond, sa cravate, blanche de rigueur, n’est pas flottante et on la retient avec une épingle souvent précieuse.

16Si la cape et le chapeau haut de forme nous donnent l’image la plus immédiate d’Arsène, pour la compléter il faut s’adresser aussi aux portraits très connus de l’aventurier que nous a laissés Léo Fontan et que l’éditeur Pierre Lafitte a su bien utiliser pour l’édition Arsène Lupin, gentleman-cambrioleur, pour Les Aventures extraordinaires d’Arsène Lupin: Le Bouchon de cristal, reprises par d’autres illustrateurs. Ici, les indispensables accessoires du gentleman s’ajoutent, id est le monocle et souvent une canne à la pomme d’ivoire et des gants blancs.

17D’ailleurs, une des chansons, parmi les plus connues, consacrées à Lupin, la Complainte d’Arsène Lupin de Jean Marcland, le décrit ainsi:

Avec son foulard de soie blanche et sa canne d’ivoire
Avec ses gants blancs, son monocle et sa cap’ de soie noire
Il fait enrager les agents et pleurer douloureusement
Bien des dames en peine d’amants
Il emporte en vrac leur cœur et leur perlouzes
En douce puis s’enfuit sans bruit en semant à ses trousses
La rousse avec son Havane et son frac
Son sourire et son chapeau clac
Il est le Don Juan du fric-frac.

18Marcland, par la voix et la musique du Georges Van Parys, semble n’avoir rien oublié, ou presque, pour le portrait de son héros.

19Voyons maintenant comment Leblanc nous présente Lupin dans le conte Le Mystérieux voyageur de 1906 (et repris dans le volume Arsène Lupin, gentlemen-cambrioleur de 1907):

Le commissaire demanda:
– Mais où est-il, Arsène Lupin?
– Il a sauté du train sous le tunnel, après la Seine.
– Êtes-vous sûre que soit lui?
– Si j’en suis sûre! Je l’ai parfaitement reconnu. D’ailleurs on l’a vu à la gare Saint-Lazare. Il avait un chapeau mou…
– Non pas… un chapeau de feutre dur, comme celui-ci, rectifia le commissaire en désignant mon chapeau.
– Un chapeau mou, je l’affirme, répéta Mme Renaud, et un pardessus gris à taille.
– En effet, murmura le commissaire, le télégramme signale ce pardessus gris, à taille et à col de velours noir.
– À col de velours noir, s’écria Mme Renaud triomphante. (t. 1, 59)

  • 7   Réécriture de la nouvelle qui à l’origine avait le titre de La Dent d’Hercule Petitgris.

20Ici, Lupin avait un pardessus, mais ce n’est pas comme ça qu’il faut imaginer le dandy. C’est trop évident! Cette sorte de manteau d’homme porté sur les vêtements est plutôt employée pour passer inaperçu ou pour s’habiller d’une façon modeste et extravagante comme dans Le Pardessus d’Arsène Lupin7.

  • 8   Personnage créé par Leblanc pour le substituer au détective anglais Sherlock Holmes.

21De même pour la redingote. On en trouve plusieurs et je n’en donne que quelques exemples. En général noire comme celle de Lupin dans «La Perle noire» («C’était un individu d’une quarantaine d’années, vêtu d’une redingote noire, de propreté douteuse», t. 1, 119); dans L’Agence Barnett et Cie, Jim Barnett / Lupin est «vêtu d’une redingote noire, ou plutôt verdâtre, dont l’étoffe luisait comme la soie d’un parapluie» (t. 3, 179); dans Arsène Lupin gentleman-cambrioleur, l’inspecteur Ganimard, «le célèbre policier, celui qui a juré qu’Arsène Lupin serait arrêté de sa propre main» (t. 1, 19), porte une redingote vert olive. Un habit donc plutôt modeste et souvent ridicule (ou décrit pour mieux ridiculiser le personnage), mais cela dépend justement du personnage et de la façon de le porter. Et alors il peut devenir très élégant comme le «Monsieur» que Herlock Sholmes8 observe au restaurant hongrois, à l’angle de la rue Helder: «Herlock chercha des yeux les quatre individus et les aperçut […]. Tout à coup, l’un d’eux tira de sa poche une cigarette et aborda un Monsieur en redingote et en chapeau haut de forme» (Arsène Lupin contre Herlock Sholmès).

22Du «pardessus gris à taille» (t. 1, 58) de la redingote au frac, s’il faut aller au théâtre:

Il [Lupin] passa chez lui, rue Chateaubriand […], endossa un frac, et se fit, comme il disait, sa tête de prince russe, à cheveux blonds et à favoris coupés ras. (Le Bouchon de cristal, t. 1, 1000)

23Le portrait, dans un autre déguisement, s’enrichit d’autres détails, même physiques et de caractère, mais surtout où une note sur l’élégance des vêtements ne pouvait pas être oubliée:

Raul de Limézy flânait sur les boulevards, allégrement, ainsi qu’un homme heureux qui n’a qu’à regarder pour jouir de la vie, de ses spectacles charmants, et de la gaieté légère qu’offre Paris en certains jours lumineux d’avril. De taille moyenne, il avait une silhouette à la fois mince et puissante. À l’endroit de ses biceps les manches de son veston se gonflaient, et le torse bombait au- dessus d’une taille qui était fine et souple. La coupe et la nuance des vêtements indiquaient l’homme qui attache de l’importance aux choix des étoffes. (La Demoiselle aux yeux verts, t. 3, 15)

24Parmi les vêtements qu’on repère dans les nouvelles et les romans de Leblanc, nous trouvons, bien sûr, comme on l’a déjà précisé, ceux qui servent à Lupin pour se déguiser, tour à tour: fils de famille, adolescent, vieillard, chauffeur, commis voyageur, ténor, bookmaker, médecin, prince, vicomte, baron, détective pour le compte de l’Agence Barnett, Barnett lui-même, policier, patriote, peintre, ancien légionnaire au Maroc, torero aussi et tant d’autres rôles non seulement français, mais aussi ceux qui ont servi à nous donner l’image, au premier coup d’œil, d’autres personnages qui peuplent ses histoires, selon les plus variés dans leur classe sociale, de l’ouvrier à l’artiste, au prince. Par exemple, il va sans dire que si on veut donner l’idée d’un Anglais il faut l’habiller avec un complet à grands carreaux: «c’est un Anglais, avec une grosse figure toute rasée et des vêtements à carreaux» («813», t. 1, 580). Dans ce contexte il me semble utile (et amusant) de donner aussi les noms de quelques identités sous lesquelles se cache Arsène Lupin: Jim Barnett (dans L’Agence Barnett et Cie), don Luis Perenna (dans Le Triangle d’or: «d’une vielle famille espagnole, noblesse authentique, papiers en règle»: t. 2, 312), de nouveau don Luis Perenna, ancien légionnaire au Maroc (dans Les Dents du tigre: «don Luis Perenna, bien qu’ayant conservé la nationalité espagnole, est né au Pérou»: t. 2, 624), le prince Serge Rénine (dans Les Huit Coups de l’horloge), le jeune Raoul d’Andrésy (dans La Comtesse de Cagliostro), Raoul de Liméz (dans La Demoiselle aux yeux verts), Jean d’Enneris (dans La Demeure mystérieuse), le baron d’Enneris (dans Le Cabochon d’émeraude), le vicomte Raul d’Avenac (dans La Barre-y-va), Raoul d’Averny (dans La Cagliostro se venge).

25Dans les portraits les plus connus, les plus populaires (pardonnez-moi le pléonasme) d’Arsène Lupin, tels que la chanson de Jean Marcland ou les représentations de Léo Fontan, il est possible d’y trouver les accessoires du gentleman-cambrioleur, notamment la canne, les gants blancs, le monocle.

26Dans «813», ce n’est pas seulement le Prince Sermine qui porte une canne («Le Prince Sermine passa dans sa chambre et sonna son domestique – Mon chapeau, mes gants et ma canne»: t. 1, 603), car elle semble être pour Leblanc un accessoire pour nous donner l’idée de la posture de monsieur Lenormand, chef de la Sûreté («Du bout de sa canne, M. Lenormand désignait tel coin, tel fauteuil, comme on désigne un buisson ou une touffe d’herbe avec une conscience minutieuse»: t. 1, 573; «Le chef de la Sûreté se leva et fit quelques pas à travers le salon en s’appuyant sur sa canne»: t. 1, 576). Lupin employait cet accessoire des hommes de la Belle Époque quand il se présentait dans son rôle de gentleman, mais aussi pour se camoufler, comme dans Le Bouchon de cristal: «Lupin, préalablement camouflé, l’aspect d’un vieux rentier qui flâne, la canne à la main, s’installe dans ces parages, sur les bancs du square et de l’avenue» (t. 1, 994). D’ailleurs, Lupin en avait plusieurs, prêtes à tout usage, dans son cabinet:

L’automobile de Lupin constituait, outre un cabinet de travail muni des livres, de papier, d’encre et des plumes, une véritable loge d’acteur, avec une boîte complète de maquillage, un coffre rempli de vêtements les plus divers, un autre bourré d’accessoires, parapluies, cannes, foulards, lorgnons, etc., bref, tout un attirail qui lui permettait, en cours de route, de se transformer des pieds à la tête. (Le Bouchon de cristal, t. 1, 1044)

27Dans cette liste, on trouve également des parapluies, foulards, lorgnons. On pourrait ajouter aussi, parmi les accessoires, des montres, objets de valeur retenus par une chaîne dans les pochettes du gilet, les casquettes, et sur tous produire plusieurs exemples, mais cela nous conduirait trop loin. Je ne m’arrête donc qu’un instant sur le foulard pour noter une faute de Leblanc. Dans Victor, de la brigade mondaine, il parle d’abord d’un «foulard orange et vert» (t. 3, 735) (le foulard que Élise Masson, avant d’être étranglée «portait au cou, négligemment noué, un large foulard orange rayé de vert»: t. 3, 727):

«Des taches significatives, déclarait le médecin légiste. Il y a eu strangulation, au moyen d’une corde ou d’une serviette… peut-être d’un foulard…»
Tout de suite, Victor remarqua l’absence du foulard orange et vert que portait la victime. Il interrogea. Personne ne l’avait vu». (t. 3, 735)

28Mais par la suite le même foulard devient «orange, à gros pois verts»:

«Au milieu d’une pile de chemises, un foulard, un foulard orange, à gros pois verts… très chiffonné…»
Victor s’émut.
«Le foulard d’Élise Masson… Je ne me suis pas trompé…» (t. 3, 752)

29Et je m’arrête aussi un instant sur l’accessoire (si on peut l’appeler ainsi) le plus légendaire d’Arsène Lupin: sa carte de visite, celle qu’il dépose, pour signaler son ‘passage’, l’authenticité de ‘son’ cambriolage ou tout autre exploit remarquable. Il y en a certaines très amusantes, pour les mots que le voleur a ajouté comme signe de son insaisissabilité… et de sa compétence d’objets d’art et des meubles: «Arsène Lupin, gentleman-cambrioleur, reviendra quand les meubles seront authentiques» (Arsène Lupin gentleman-cambrioleur, t. 1, 12). De même faisait l’anarchiste Alexandre Marius Jacob auquel il semble que Leblanc s’était inspiré (Leblanc 2013: 21).

30Et je reviens aux gants blancs et au monocle.

31Le chapitre VII de L’Agence Barnett et Cie du 1928 a pour titre «Gants blancs… guêtres blanches». Ici ces accessoires sont employés pour se faire remarquer: «Certes, je le sais bien, vous êtes étranger, vous vous habillez de manière à vous faire remarquer, gants blancs… guêtres blanches…» (Leblanc 2010: t. 3, 270). Mais Leblanc ne s’arrête pas longtemps sur les gants qu’il semble plutôt suggérer que décrire, selon l’ambiance de la Belle Époque.

32Quant au monocle, cet ustensile essentiellement aristocratique, pareillement aux gants, est plutôt le fruit des illustrateurs de Lupin (notamment Léo Fontan) et, comme je viens de dire, de la mode masculine de l’époque. Le ‘gentleman’ dans les nouvelles et les romans de Leblanc ne porte pas du tout le monocle, mais on le trouve dans le but d’un déguisement, comme dans L’Agence Barnett et Cie: «Les yeux froids et moqueurs, derrière un monocle qu’il mettait indifféremment à droite ou à gauche, s’animaient d’une gaieté juvénile» (t. 3, 179).

33J’ai cherché aussi la description d’un autre élément indispensable dans l’habillement de tout homme, et là je me suis étonnée, car Leblanc, malgré ses origines italiennes, malgré son admiration pour l’Italie (Leblanc 2013: 25), ne parle jamais de chaussures dans ses romans.

Bibliographie

Boespflug-Leblanc F., 2009, Mon grand-père, un dandy rêveur, «Paris-Normandie» 17/07/2009.

Charpentier A., 1893, «Une femme» roman de Maurice Leblanc, «La revue des journaux et des livres» 16/07/1893.

Leblanc G., 1931, Souvenirs (1895-1918), Paris, Grasset.

Leblanc M., 1933, Qui est Arsène Lupin?, «Le Petit Var» 11/11/1933: 3.

—, 2010, Les aventures extraordinaires d’Arsène Lupin, 3 t., Paris, Omnibus.

—, 2013, Tutte le avventure di Arsenio Lupin, G.-A. Bertozzi (ed.), Rome, Newton Compton (I Mammut).

Limat M., 1979, Monsieur Maurice Leblanc, écrivain français, «Europe» 604-605, août-septembre: 61-66.

Marcland J., s.d., Complainte d’Arsène Lupin, Paris, Transatlantiques.

Maugarlone F.-G., 2010, La loi et le phénomène suivi par les preuves de l’existence d’Arsène Lupin, Paris, Christian Bourgois.

Messac R., 1929, Le ‘Detective novel’ et l’influence de la pensée scientifique, Paris, Champion.

Nissim L., 2007, «Elle écrivit à Rouen afin d’avoir une robe en cachemire bleu»: quelques notes sur les vêtements d’Emma Bovary, in R.M. Palermo-S. Mangiapane (eds.), Atti del convegno internazionale. Madame Bovary. Préludes, présences, mutations. Preludi, presenze, mutazioni, Napoli, Edizioni Scientifiche Italiane: 159-171.

Notes

1   Maurice Leblanc gardait, dans sa maison d’Étretat, le portrait du maître, sa grande idole.

2  Voir aussi la préface («Arsène Lupin o il mito del ladro con monocolo e marsina») et la note biographique de G.-A. Bertozzi à l’édition Leblanc (2013).

3   Il l’a déclaré plusieurs fois, mais voir surtout la nouvelle «L’Homme à la peau de bique», parue en mai 1927, où Leblanc fait l’éloge d’Edgard Allan Poe, «le grand poète américain» (Leblanc 2010: t. 3, 173). Régis Messac dans son travail sur le Détective novel souligna que «Maurice Leblanc a magistralement appliqué les règles de concentration et de gradation formulées par Edgard Poe» (1929: 642).

4   En réalité, Georgette Leblanc, sœur de Maurice, n’était pas la femme de Maeterlinck, mais, comme nous avons déjà dit, sa maîtresse et interprète.

5   «Vous l’avez connu?
Très peu, j’avais quatre ans lorsqu’il est mort à Perpignan, en 1941. Nous y étions réfugiés avec mes parents et malheureusement il a été victime d’une congestion pulmonaire. On m’a emmené le voir à l’hôpital. Mais ce que je connais de lui, c’est ce que mon père m’a raconté» (Boespflug-Leblanc 2009).

6   D’où un de plus célèbres romans L’Aiguille creuse du 1909.

7   Réécriture de la nouvelle qui à l’origine avait le titre de La Dent d’Hercule Petitgris.

8   Personnage créé par Leblanc pour le substituer au détective anglais Sherlock Holmes.

Auteur

Università degli Studi «G. d’Annunzio» di Chieti-Pescara

© Ledizioni, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search