Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

« Frou-frou » : le doux bruissement des tissus

Enrica Galazzi

Texte intégral

1Je souhaite proposer quelques réflexions sur les emplois de l’onomatopée frou-frou en m’appuyant sur la mise en parallèle de deux domaines n’ayant, à première vue, aucune sorte de parenté: celui des matériaux de la mode (les tissus), et celui des matériaux de la langue (les sons) à travers l’analyse d’un corpus littéraire et de presse.

2S’il est vrai que les étoffes, les tissus, évoquent immédiatement à l’esprit des sensations de type visuel et tactile liées à la couleur, à la qualité / texture et au confort, les sensations auditives, pour être moins fréquentes dans les textes, n’en sont pas moins intéressantes à explorer du point de vue linguistique et socioculturel qui est le nôtre.

1. Bruits d’étoffes dans quelques exemples littéraires du XIXe siècle et du début du XXe siècle

3Les descriptions / évocations des vêtements, toilettes, ornements, privilégient depuis toujours, dans la littérature aussi bien que dans la presse, les sensations visuelles: couleurs, coupes, postures que le regard ou la mémoire saisissent aisément. Les sensations tactiles (matériaux, texture, confort) ou olfactives sont parfois évoquées dans des contextes spécifiques.

4Le renvoi aux sensations auditives est rare. Les bruits des étoffes n’étant pas à proprement parler une ‘qualité’, le rôle de leur évocation est à rechercher ailleurs.

5Nous allons nous intéresser au mot onomatopéique frou-frou qui fait une entrée remarquée dans la littérature et dans les dictionnaires au cours du dernier quart du XIXe siècle.

6L’atmosphère sonore des bals, faite de musique, de bruits de conversations galantes, de froissements de robes, dans les Salons et les boudoirs de la seconde moitié du XIXe siècle a un goût suranné et sans doute quelque peu nostalgique pour les générations qui se sont formées dans la culture littéraire.

7Le charme et la séduction liés à l’élégance et aux bruissements des toilettes apparaissent dans la palette d’exemples collectés dans Frantext et dans les dictionnaires de langue.

8Une liste de nom d’auteurs, des grands aux épigones, serait trop longue et inévitablement non exhaustive: Banville, Belot, Céline, Daudet, Dabit, Flaubert, Gautier, Gibeau, les frères Goncourt, Guérin, Hugo, Jarry, Lafargue, Laforgue, Maupassant, Murger, Nodier, Peisson, Ponson du Terrail, Roussel, Roy, Taine, Verlaine figurent au palmarès.

  • 1Gallica, Google, la base de données Lexis-Nexis (les quotidiens «Le Monde» et «Corriere della Ser (...)

9Dans les exemples nombreux repérés dans Frantext1, dont nous ne pouvons reproduire que quelques échantillons, l’onomatopée frou-frou est liée à la préciosité des étoffes des toilettes féminines: la soie et les étoffes soyeuses, le satin, le taffetas, le velours, le cachemire, le chiffon parisien ‘nuageux’ et éthéré. Ces tissus aux doux bruissements qui annoncent l’être aimé / attendu:

Les fins parfums de la jupe qui froufroute. (Moréas, Cantil., 1886: 123)
Une dame très élégante, qui froufroute, rayonne de soie violette et noire. (Barbusse, Feu, 1916: 325)
Mais un froufrou de soie sur les dalles, la bordure d’un chapeau, un camail noir… C’était elle! (Flaubert, Madame Bovary, Le Livre de Poche: 287)
Je vous dis que c’est vous. Une jupe de soie trotte dans la rue, un manteau de velours, un frou-frou de volants, un cachemire, une plume, vous tournez la tête.
Et vous me querellez pour me donner le change. (Hugo Victor, L’Intervention, 1866: 848, Scène Première)
Tout à coup le suisse frappa trois fois le pavé du bois de sa hallebarde. Toute l’assistance se retourna avec un long frou-frou de jupes et un remuement de chaises. Et la jeune femme apparut, au bras de son père, dans la vive lumière du portail. (Maupassant Guy de, Bel-Ami, 1885: 389, Deuxième Partie, X)
Par la porte grande ouverte sur le palier, il entendait un bruit léger de pas dans l’escalier, et le bruissement, le frou-frou de la soie et du velours, secoués et froissés par la marche.
Il ne pouvait plus douter: c’était elle. (Belot Adolphe, Une affolée d’amour, 1885: 142, Une affolée d’amour, XVIII)

10Tantôt la soie est ‘indiscrète’ lorsque les femmes, s’amusant entre elles, ne souhaitent pas se livrer:

En jouant à colin-maillard les dames vêtues de soie pour faire cesser le frou frou de cette étoffe indiscrète, se couvrent de mouchoir de soie ou de châles. (Les amusements du bel âge, 1816: 10)

11Jupes et jupons, manteaux, robes «longues, très amples, avec de beaux plis pour que ça fasse frou-frou» (H. Murger, Scènes de la vie de bohème, 1848: 188), peignoirs, volants, bas ou traînes, plumes, rubans et dentelles sont à l’origine de ces sonorités élégantes, séduisantes, qui contribuent à créer et à asseoir le mythe de la ‘parisienne’, élégante, raffinée, séductrice:

Cette jeune femme, qui a de grands yeux bleus qui reflètent le ciel, dont la taille mesure 45 centimètres, qui est toujours envolée dans le frou-frou de ce que le chiffon parisien a de plus nuageux, de plus éthéré, mange, mange […] (Goncourt Edmond de-Goncourt Jules de, Journal: mémoires de la vie littéraire, t. 2: 1864-1878, 1878: 829, Juillet 1871)
et lorsque la vieille demoiselle s’en va, éblouie, enchantée, confondue, on l’accompagne jusque dans l’escalier avec un grand frou-frou de volants, et on lui crie bien fort, en se penchant sur la rampe, qu’on reste chez soi tous les vendredis... Vous entendez, tous les vendredis [...] (Daudet Alphonse, Fromont jeune et Risler aîné, 1874: 995, Livre deuxième, I Le jour de ma femme)

12La femme par antonomase, la ‘parisienne’, est l’objet de désir et de séduction, enrobée dans les vêtements précieux au doux bruit ‘parleur’ telle qu’elle est décrite par les frères Goncourt, observateurs attentifs de la société fin de siècle qui les entoure:

[…] la toilette et les mille riens qui la font valoir, les jolies attitudes, le piquant du maintien, la fantaisie du geste, le caprice du corps et du mouvement, le frou-frou, ce bruit de soie de l’élégance, elles avaient tout ce dont la Parisienne fait son charme, et, sans être belles, elles trouvaient le moyen d’être presque jolies […] (Goncourt Edmond de-Goncourt Jules de, Renée Mauperin, 1864: 176)

13Le corps caché est révélé par les bruits qui animent les tissus. Les allusions sonores attirent, séduisent, évoquent d’autres plaisirs:

Elle riait, se démenait, organisait des rondes, des boulangères, des quadrilles croisés, un cotillon; et le frou-frou de sa robe de soie, le cliquetis de ses bracelets, laissaient dans l’âme des assistants une impression profonde d’admiration ou de jalousie. (Daudet Alphonse, Jack, 1881: 397, Troisième partie, VI La noce bélisaire)
La femme qui entre a le même frou-frou que celle qui se déshabille. Le lendemain matin, Miss Elson entrait chez André Marcueil. (Jarry Alfred, Le Surmâle, 1902: 45, IV, Un petit bout de femme)

14L’érotisme des étoffes, l’appel sonore de leurs bruissements, peut avoir un effet dévastateur:

[…] beauté mignarde, fleur exquise, vous avez tout ce qu’il fallait pour être danseuse ou marquise. Ces bras purs et ce petit corps, noyés dans un frou-frou d’étoffes, eussent damné par leurs accords les abbés et les philosophes. (Banville Théodore de, Odes funambulesques, La Voyageuse, 1859: 69)
La musique étouffée par les voix, les voix par le frôlement des petits pieds sur le parquet et le frou-frou des robes, tout cela formait une harmonie de fête, un bruissement joyeux à enivrer le plus mélancolique, à rendre fou tout autre qu’un fou. (Gautier Théophile, Onophrius, Classiques Garnier-Bordas: t. 1, 46)
En sa longue robe bleue
Toute en satin qui fait frou-frou,
C’est une impure, palsambleu! (Verlaine Paul, œuvres poétiques complètes, 1896: 194, Romances sans paroles, ariettes oubliées, VI)

15Tous ne s’y laissent pas prendre et l’ironie, la dérision, surgissent dans certaines descriptions:

Sur trente femmes dans un salon, il y a vingt-cinq bécasses, qui font frou-frou avec leur plumage, et dont le ramage consiste à répéter la phrase qui court; mais il y a cinq personnes fines, et elles vous jugent. (Taine Hippolyte, Notes sur Paris: Vie et opinions de M. Frédéric Thomas Graindorge, docteur en philosophie de l’Université d’Iéna,... recueillies et publiées par H. Taine, son exécuteur testamentaire, 1867: 49, préface)

2. Un détour par les dictionnaires

16Entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle, on assiste à l’émergence d’un champ lexical onomatopéique: frou-frou, froufrouter, froufroutement, froufroutant, froufrouteux… à côté des froissements, frôlements, murmures et bruissements d’étoffes traditionnels dont on retrouve de nombreux exemples chez Flaubert:

C’était l’heure du dîner dans les fermes et la jeune femme et son compagnon n’entendaient en marchant que la cadence de leurs pas sur la terre du sentier, les paroles qu’ils se disaient, et le frôlement de la robe d’Emma qui bruissait tout autour d’elle. (Flaubert Gustave, Madame Bovary, Le Livre de Poche: 120)
Le bruissement du voile frôlant contre les pierres lui rappela son pouvoir nouveau […] (Flaubert Gustave, Salammbô, Garnier Flammarion: 100)

17Une recherche dans quelques grands Dictionnaires de la langue française de l’époque et d’aujourd’hui, nous permettra de suivre l’évolution du mot frou-frou. Seront pris en compte sa formation, sa datation, sa productivité.

18Le Larousse, grand dictionnaire universel du XIXe siècle (1872), définit l’entrée frou-frou comme une «onomatopée dont on se sert pour exprimer le frôlement des étoffes ou des objets d’une résistance analogue» et reproduit ces exemples:

Le frou-frou de la robe de soie lui annonça la baronne (Balzac)
La robe remplit tout le trottoir et produit ce bruit délicieux pour lequel on a inventé l’imitatif et joli mot de frou frou (Ch. Moncelet)

19Ouvrage encyclopédique ouvert aux contenus culturels, le Larousse propose aussi le résumé de: Froufrou, comédie en cinq actes, en prose, de MM. Meilhac et Halévy, représentée au théâtre du Gymnase le 30 octobre 1869. Source du nom du personnage, un article de Charles Yriarte dans La vie parisienne:

Ce sont, dit Yriarte, ces Messieurs qui l’ont appelée Froufrou... Vous comprenez: on taille sa plume, on s’ennuie... frou-frou... On entend... un petit bruit charmant..., une robe de soie qui frôle les murs étroits des couloirs... Ah! Voilà Froufrou

20Dans le même dictionnaire, un usage est signalé comme populaire:

pop. Faire frou frou, faire du frou frou, étaler un grand luxe. Il a beau faire du frou frou il ne fera pas oublier son origine.

21Le Dictionnaire de l’Académie, 7e édition (1879) accueille le mot frou-frou en en donnant cette définition: «onomatopée qui sert à exprimer le froissement des étoffes, particulièrement des étoffes de soie. Il est très familier». Cette évaluation se retrouve chez Nodier (1808: 92): «On dit vulgairement le frou frou d’une robe de satin, d’un vêtement de taffetas». Mais elle aura disparu un siècle plus tard dans l’édition successive du Dictionnaire de l’Académie (8e édition, 1932).

22Dans son Histoire de la Langue française (t. 6, première partie, 769), Brunot cite un texte en vers (de 1787) qui se moque des masses qui fréquentent les Salons. En voilà un extrait:

  • 2   Tiré de: Ah! Ah! ou relation véritable, intéressante, curieuse et remarquable de la conversation (...)

Jérôme
Pargué! Mam’zell’ vous êt’ben drôle!
Chacun ne fait-il pas son rôle?
D’abord on n’ s’rait pas du bon ton,
Si l’on n’avait pas vu l’sallon:
Qu’on s’y connaisse ou non, qu’importe?
On z’a son carrosse à la porte;
La main dans cell’ d’un beau ch’valier
On fait frou-frou dans l’escalier:
On fait cercle dans la cohue…2

23Venons-en à présent, aux dictionnaires d’aujourd’hui. D’après le Robert Historique de la Langue Française:

Frou-frou est une onomatopée redoublée (1738 puis 1787 faire frou-frou) construite sur l’initiale de frôler, froisser.
Le mot évoque ou désigne un bruit léger, produit par le frôlement d’une étoffe soyeuse etc.; par métonymie, frou-frou se dit d’un vêtement féminin aguichant. La mode de ce mot dans les dernières décennies du XIXe siècle est attestée par l’apparition des dérivés: FROUFROUTER (v. int. 1876) a lui-même comme dérivés FROUFROUTANT / ANTE adj. (1883) FROUFROUTEUX / EUSE adj. (fin XIXe) et FROUFROUTEMENT n.m. (1907).

24Nous empruntons au Grand Robert de la Langue Française (1988), quelques détails intéressants dans la définition et dans les exemples: le jupon de soie et la robe de bal, les robes à colifichets.

1. Bruit léger produit par le frôlement ou le froissement d’une étoffe soyeuse, de plumes etc. Le froufrou d’un jupon de soie, d’une robe de bal cf. bruissement, frémissement, friselis.
2. Vêtement féminin orné, aguichant. Elle aime les frous-frous.
Certain frou-frou hanta dès lors sa mémoire, et il eut présent à l’esprit la robe choisie par Adinolfa pour inaugurer la scène des Incomparables. (Raymond Roussel, Impressions d’Afrique, 1910: 356)
Froufroutant / ante 1883, Qui froufroute. Lingerie froufroutante.
Des danseuses froufroutantes, aux robes froufroutantes.
Froufrouteux / euse fin XIXe siècle: Qui a des vêtements, des ornements froufroutants
Ex.: La dame froufrouteuse dans son appartement comblé de coussins et de portières à franges, cette chaire rose et parfumée, le petit Robinson en avait rapporté dans sa vie les éléments d’interminables comparaisons désespérées. (Céline, Voyage, 1932: 297)

25Notre promenade dictionnairique se terminera par un ouvrage spécialisé contemporain, le Dictionnaire des Onomatopées (Enckell-Rézeau 2003). La définition de frou frou dans son acception de «bruit de froissement d’une étoffe» est illustrée par 13 exemples littéraires allant de 1808 à 1979. Sont signalées les graphies possibles (avec et sans trait d’union, en continu) et l’emploi adjectival:

  • 3   À la fin de l’article, une Remarque signale que «frou correspond à froufrou»: «La séance était tr (...)

Je sais, une jolie robe d’intérieur pouvant servir de robe de dîner; je l’ai trouvée fort nouvelle et fort jolie, en pékin rose glaïeul et paille; en un taffetas froufrou et parleur, tout à fait délicieux (Le monde moderne, janvier 1895: 158)
Elle était en peignoir froufrou […] (Céline, Mort à crédit 2000 [1936]: 181)3

26Les outils lexicographiques consultés permettent ainsi de dater le mot onomatopéique qui nous intéresse (première attestation 1738), d’en saisir l’origine et les finalités (genre des tissus et effets produits), et d’en suivre le grand essor dans la littérature, mais aussi dans la presse et dans les arts au tournant du XIXe siècle. Aujourd’hui encore, sa vitalité ne paraît pas en danger grâce à une remarquable flexibilité qui sait conjuguer glissements sémantiques et adaptation à la culture du temps.

3. Heurs et malheurs d’une onomatopée

  • 4   Van Den Berghe (1976: 143 et sg.) cite (d’après Marouzeau) Stuart Merrill: «Le fol effroi des ven (...)

27Frou-frou est classé par Yves-Charles Morin (1972) dans la liste des mots-échos(echo-words, appelés aussi reduplicated words ou reduplicated roots), généralement analysés par les linguistes comme le résultat d’un procédé de formation morphologique ‘périphérique’ (Perko 2010), qui exploite de façon souvent imprévisible les ressources du signifiant de la langue et répond à des motivations affectives ou ludiques plus qu’à un véritable besoin de dénomination. Dans le cas de frou-frou, la combinaison de la spirante sourde et de la vibrante /fR/ imite et évoque tout naturellement une sonorité légère et agréable provoquée par les cordes d’un instrument, des plumes d’oiseaux, des branches ou le feuillage, des tissus4: mais pas n’importe lesquels comme nous avons pu le constater.

  • 5   Il est intéressant de noter que bling bling, dans l’acception contemporaine courante, n’est pas p (...)

28Les mots-échos, dont une grande partie est d’origine onomatopéique, constituent un paradigme ouvert, bien vivant: il suffit de citer le désormais célèbre bling bling qui ne figure pas, et pour cause, dans la liste de Morin5.

29La présence de «r» à côté de la spirante n’est pas sans influence. La consonne «r», dont l’importance est incontestable dans la structure sonore du français, est souvent associée à des onomatopées car sa charge sémantique est extrêmement riche.

30Aux premières places dans la liste de fréquence des phonèmes, cette consonne est définie par Julien Gracq comme la plus originale du français, celle qui serait secrètement la préférée des usagers de cette langue. En effet, son poids quantitatif se double d’une étonnante variété qualitative dans la langue française contemporaine (une vingtaine de réalisations attestées). Le «r» hante notre imaginaire: «le flottement terminologique et notionnel qui entoure la description des allophones de “r” est à la hauteur des fantasmes qu’elle évoque, des réactions qu’elle déclenche» (Galazzi-Boulakia 2011: 136).

31La substance sonore, souple et modelable, porte toujours (et transmet) des marques involontaires (connotation de vulgarité / non virilité pour les vibrations à l’arrière de la cavité buccale; connotation érotique / sexuelle / agressive du «r» apical vibrant) ou délibérément recherchées (mimétisme humoristique).

32La présence de la liquide «r» dans l’onomatopée étudiée peut donner des indications sur son évolution et, tout particulièrement, sur une sorte de ‘détérioration’ sémantique qui voit la marginalisation des sèmes liés à l’érotisme, à la séduction et à la féminité, et la montée en force d’autres sèmes péjoratifs tels que la vulgarité, la non virilité (surtout dans des contextes ‘non féminins’).

33Par son caractère évocateur, séduisant / séducteur, aguicheur… frou-frou s’est vite transformé en patronyme recherché: nom de femme ou d’héroïne (danseuses aux costumes affriolants, chanteuses, femmes avenantes, espiègles…), magazine féminin, film, émission de télé, chanson, dessous intimes… Dans La vie parisienne, opéra bouffe d’Offenbach (1861), une chanson de Pauline Sa robe fait frou frou, frou frou est restée dans les mémoires; une chanson valse homonyme (1897) et la chanson Frou frou pour un tableau de la revue «Paris qui marche» (Théâtre des Variétés, 1898) condensent toute la mythologie de la Belle Époque.

  • 6   Pseudonyme de Carlo Lombardo dei Baroni Lombardo di San Chirico (1869-1959), compositeur considér (...)

34Tour à tour apparaissent «Le Frou-frou», journal humoristique ‘cochon’ (1900); Frou-frou, la chanteuse du Bal Tabarin de Paris dont le mariage avec le Duc de Pontarcy ouvre l’opérette La duchessa del Bal Tabarin de Léon Bard (1917)6; Frou-frou, un mouvement anti-futuriste fondé en 1986 par Roberto Perini et Roland Topor.

35Toutefois, Frou-Frou ne peut pas être considéré comme faisant partie de la catégorie des noms propres à part entière car, contrairement à ces derniers, le choix de la dénomination par le signifiant frou-frou implique la valorisation d’un trait sémique rattaché à son caractère acoustique d’origine par le biais d’une constellation de propriétés et de contextes d’emploi qui se sont diversifiés car, tout comme le lexique, les onomatopées s’inscrivent dans le temps.

36L’euphorie de la Belle Époque révolue, les femmes quitteront jupons, corsets et robes à volants, leur corps s’émancipera. Le regret accompagne la disparition de leurs bruissements séduisants. La nouvelle mode de la robe courte que déplore Paul Morand, et qui marque la fin de la Belle Époque et l’avènement d’une nouvelle ère, va-t-elle décréter la mort / disparition / obsolescence du mot?

Vous êtes si mal habillée […] vos robes sont simples, courtes, avec des poches. (Morand [1917] 1992: 17)
Votre robe n’a plus de bruissement de soie. (Morand 1992: 16)

37Privé de crinoline et de corsets, le corps de la femme s’exhibe de plus en plus sans préambules évocateurs. Se moquant des aléas de la mode, le mot frou-frou ne disparaîtra pas pour autant.

38Une exploration informatique lancée dans le quotidien «Le Monde» (juillet 1990 – fin 2012) nous a permis de constater sa permanence jusqu’à nos jours.

39Journalistes et écrivains perpétuent le «frisson fin de siècle» avec son frou-frou excitant et quelque peu polisson (31/08/1990). Sa présence n’a rien d’étonnant dans le monde de la mode, réminiscences du passé ou lubies de grands couturiers: des classiques robes à frou-frou (14/06/2012) aux dentelles noires reprises en frou-frou (10/12/2010), jusqu’à «l’univers trashy frou-frou de John Galliano» (10/03/2011).

40L’onomatopée fonctionne comme un appel auditif et visuel: le frou-frou d’étoffes (tulle pastel à l’Opéra, 09/09/2010), tulle de soie champagne des grandes courtisanes pour Galliano (22/01/1997); le frou-frou d’étoffe dans une peinture de Tissot de 1878 (27/02/1995) ou le frou-frou de déshabillés suggestifs qui entretient le fantasme de la femme tentatrice et captive.

41Utilisé par métonymie ou par extension, le mot n’a rien de désuet. Il a inspiré des artistes de tous bords: un film franco-italien (1955), la revue du Moulin Rouge de 1963, une lampe, un journal coquin, une chanson, sont cités au hasard des sujets traités.

42L’émission de variétés Frou Frou (France 2), un peu ‘leste’, misant sur la femme mi-ange mi-démon (27/06/1994), a fait couler beaucoup d’encre dans les années 1990. Arrêtée subitement en 1994, partiellement rediffusée en 2005, commercialisée dans plusieurs pays du monde et très souvent citée dans la presse, elle est à l’origine d’un réseau de renvois: les transfuges de Frou-Frou; l’ex-froufrouteuse; la bande de Frou-Frou; l’ex-Frou-Frou

  • 7   D’après le corpus francophone 2013, in Lexis-Nexis.

43On constate également l’apparition d’un syntagme privatif assez récurrent: «sans bavures ni frou-frou», «sans frou-frou», «sans frou-frou ni bravo», «sans trop de froufrous», «loin des froufrous», «finis les froufrous», comme s’il s’agissait de se débarrasser d’un surplus, d’un excès superfétatoire pour revenir à une simplicité retrouvée7. L’exemple le plus significatif est celui du «nouveau bureau Ovale» qui incarne la quintessence de l’Amérique: «ni clinquant, ni tape à l’œil. Ni frou-frou» (09/09/2010).

44Comme nous avons pu le constater d’après les exemples, au fil du temps la métonymie semble avoir eu gain de cause sur l’onomatopée: frou-frou se dit d’abord d’un vêtement féminin aguichant. Mais d’autres sèmes, moins avantageux pour la gent féminine, ou qui lui sont de plus en plus étrangers, vont, petit à petit, faire surface et prendre le dessus.

  • 8   Cette dissémination ne va pas toujours à son avantage car les sèmes retenus par certaines culture (...)

45Par ses contenus culturels, par les fantasmes qu’il véhicule, frou-frou a connu une fortune immense dans beaucoup de langues du monde8.

46Un coup de sonde dans le «Corriere della Sera» (mars 2009 – janvier 2013) révèle une évolution particulière et un réaménagement de notre mot caméléon qui s’adapte au goût du temps: «i vestiti frou frou», plutôt courts et affriolants, n’évoquent plus les salons et les bals mais la plage et la mer; «il barboncino Frou-Frou» de Palazzo Grazioli, le nom de combat d’une belle de nuit, quelques souvenirs culturels (Bal Tabarin, Hoffmann, le mouvement antifuturiste…), mais aussi une mauvaise note pour un footballeur «troppo frou frou per impensierire gli avversari» (11/12/2011) et jusqu’à la mode pour chien («stile frou frou» 18/01/2013) qui sacrifie à la folie animalière de notre temps.

47Franchement, en politique «être (ou s’habiller) frou frou» ne fait pas sérieux: «c’è il rischio di apparire troppo frou frou» (05/05/2010); «leggo che l’onorevole Marini si rallegra che il Pd non sia più un “partito frou-frou”» (15/11/2009); «le imbarazzanti camicie frou-frou» de Roberto Formigoni (04/12/2011); «doveva invertire la rotta frou-frou di Veltroni e Rutelli, passare dall’effimero al concreto…» (13/01/2011).

48Des bals parisiens à la politique italienne, voilà un mot qui a su s’adapter à l’air du temps sans pour autant oublier ses origines, bien que l’on puisse regretter cette légèreté à l’italienne (esprit volage, manque de sérieux et de fiabilité à la fois) qui sied sans doute mieux aux charmes des parisiennes qu’à la politique contemporaine.

49Aux défilés printemps-été 2010, la nostalgie a poussé les grands couturiers à puiser leur inspiration dans la mode de fin XIXe siècle, pour ressu- sciter l’imaginaire érotique sonore des séductrices élégantes et audacieuses du gai Paris:

Toutes ces armes de séduction, ces «pièges de Vénus» ont refait surface pendant les défilés de ce printemps-été (2010). La nostalgie, l’esprit de soumission et la provocation en moins. Les bruissements de soie, les crissements du satin, le craquement d’un corset, le frou-frou d’un jupon s’impriment comme autant de mémoires sonores dans l’imaginaire érotique. Une sensuelle partition. (Nieto 2010)

50Il n’en a pas été de même cette année. Le 9 mars 2013, en conclusion de la fashion week parisienne avec ses 98 défilés, le quotidien suisse «Le Temps» titrait à la une «Quand le tissu reflète la confusion des genres» et, à la page 3, «La fin des genres» en soulignant que l’esprit de la manifestation n’était pas à rechercher dans la forme mais «dans le subtil effacement des frontières qui séparent les vestiaires masculins et féminins qui s’unissent, jusque dans la trame du tissu». «L’homme en tulle fragile…» («Le Temps», 16/03/2013: 25): une fusion du masculin et du féminin jusque dans les tissus, une frontière de genre qui s’efface.

51Un coup d’œil au «Monde» 2013 nous livre ces deux emplois:

l’affolant ballet de jupes, robes, corsets, bustiers, froufrous, cuissardes et bodys exhibés par Beyoncé et ses girls, telles de mutantes créatures de podium. (27/04/2013)
des couples de riches Chinois débarquent en Touraine pour deux nuits. La première soirée est une répétition de la cérémonie du lendemain, avec les robes à froufrous commandées avant le départ. (09/06/2013)

52Nous sommes loin des tissus séducteurs, parleurs, indiscrets qui ont fait le charme de nos arrière-grands-mères…

53Envoi: nous étions deux parmi tes étudiants, nous ne sommes qu’un pour t’offrir cet hommage écrit à quatre mains.

Bibliographie

Brunot F., 1930, Histoire de la langue française des origines à nos jours. Tome 6, Le mouvement des idées et les vocabulaires techniques, Paris, Colin.

Enckell P.-Rézeau P., 2003, Dictionnaire des onomatopées, Paris, PUF.

Fradin B., 2003, Nouvelles approches en morphologie, Paris, PUF.

Fresnault-Deruelle P., 1971, Aux frontières de la langue: quelques réflexions sur les onomatopées dans la bande dessinée, «Cahiers de lexicologie» 18: 79-88.

Galazzi E.-Boulakia G., 2012, L’«r» du temps…, «Cahiers de recherche de l’École doctorale en Linguistique française» 6: 135-150.

Fonagy I., 1983, La vive voix, Paris, Payot.

Bung S.-Zimmermann M. (eds.), 2006, Garçonnes à la mode im Berlin und Paris der zwanziger Jahre, Göttingen, Wallstein.

Morin Y.-Ch., 1972, The phonology of echo-words in French, «Language» 48.4: 97-108.

Nieto A., 2010, Pourquoi tant de gaines?, «Le Temps» 05/05/2010, en ligne: http://www.letemps.ch/Page/Uuid/f3b91222-57bd-11df-a088-8daf303d6575|1#.Uh4ArD9adXM (consultation: 18/06/2013).

Perko G., 2010, Le métalinguistique et le périphérique en morphologie constructionnelle, «Echos des études romanes» VI.1-2: 171-180.

Pons Ph., 2013, Autant en emporte le vent… de la jupe, «Le Monde» 30/03/2013: 23.

Sablayrolles J.-F., 2000, La néologie en français contemporain, Paris, Champion.

Van Den Berghe C. L., 1976, La phonostylistque du français, La Hague / Paris, Mouton.

Notes

1Gallica, Google, la base de données Lexis-Nexis (les quotidiens «Le Monde» et «Corriere della Sera») et des lectures personnelles ont enrichi notre échantillon.

2   Tiré de: Ah! Ah! ou relation véritable, intéressante, curieuse et remarquable de la conversation de Marie-Jeanne de Bouquetière et de Jérôme le Passeux au Salon du Louvre, en examinant les tableaux qui y sont exposés. Recueillie par Mr A.B… etc. Nulle part, se trouve partout, 1787: 6.

3   À la fin de l’article, une Remarque signale que «frou correspond à froufrou»: «La séance était très animée…Puis un silence, un frou de jupes, et l’artiste, s’approchant de son modèle, lui rabattit d’un geste familier son col de toile… (A. Daudet, Le Nabab [1877] Œuvres 1990: t. 2, 571)».

4   Van Den Berghe (1976: 143 et sg.) cite (d’après Marouzeau) Stuart Merrill: «Le fol effroi des vents avec des frou-frous frêles…» (317).

5   Il est intéressant de noter que bling bling, dans l’acception contemporaine courante, n’est pas présent dans le Dictionnaire des onomatopées de 2003. En effet, la première attestation de ce néologisme provenant du jargon jamaïcain daterait de 2007.

6   Pseudonyme de Carlo Lombardo dei Baroni Lombardo di San Chirico (1869-1959), compositeur considéré comme le père de l’opérette en Italie.

7   D’après le corpus francophone 2013, in Lexis-Nexis.

8   Cette dissémination ne va pas toujours à son avantage car les sèmes retenus par certaines cultures n’exploitent pas toujours les composantes les plus positives du mot. Il en va ainsi en coréen où ‘vent de la jupe’ (correspondant à frou-frou) est une expression péjorative, une sorte d’insulte machiste à l’égard des femmes. Cf. Pons 2013: 23.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ledizioni/docannexe/image/6967/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 685k

Auteur

Università Cattolica del Sacro Cuore di Milano

© Ledizioni, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search