Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

Robes de linon blanc près de la mer

Jacques Dubois

Texte intégral

1Ouvrons À la Recherche du temps perdu, et plus précisément À l’ombre des jeunes filles en fleurs en sa deuxième partie, là où vient d’apparaître la petite bande des «jeunes filles», comme surgie de la mer et des flots. Si, pour le héros, Albertine Simonet se détache d’emblée du lot, c’est d’abord avec la bande entière qu’il dépense ses journées en occupations charmantes. Parties de furet, goûters au bord de la falaise, devoirs de vacances faits en groupe, soit tout un enchantement de plaisirs adolescents, baignés dans la lumière de l’été. L’un des passe-temps favoris des jeunes gens est cependant de se rendre jusqu’à l’atelier d’Elstir, artiste peintre qui montre beaucoup de bienveillance envers ces gamines qui s’inscrivent si aisément, avec leurs jolies toilettes, dans son répertoire esthétique. Au cours de leurs conversations, Albertine et le héros ont eu l’occasion de s’expliquer sur la façon de s’habiller de Mme Elstir, une façon si simple qu’elle paraît très quelconque à Marcel, mais dans laquelle Albertine reconnaît la marque du peintre, ce peintre qui possède au suprême degré «le goût sûr et sobre des choses de la toilette» (Proust 2011: 447). Or, ce goût, la jeune fille va bientôt le partager, «avertie [qu’elle est] par un instinct de coquette et peut-être par un regret de jeune fille pauvre qui goûte avec plus de désintéressement, de délicatesse chez les riches ce dont elle ne pourra se parer elle-même» (Ibidem). Et, tout comme l’artiste, elle ne va plus cesser d’associer et presque de confondre une science de la nouvelle peinture, celle dite de plein air – représentée précisément par Elstir – et une passion pour les vêtements que portent les gens chics et que propose la haute couture.

  • 1   Aux pages 459-464 de À l’ombre des jeunes filles en fleurs, partie «Noms de pays: le pays».

2Dans ce contexte s’inscrit une scène dont nous allons suivre le mouvement joyeux1. Les jeunes filles présentes y excitent la verve du peintre et spécialement celle d’Albertine. Cette dernière adhère si bien à tout ce que soutient Elstir qu’elle fait équipe avec lui devant un Marcel un peu pataud et qui met du temps à comprendre qu’à Balbec vie balnéaire, art de se vêtir et art de peindre, c’est tout un pour les gens qui sont ‘dans le vent’ (c’est bien le cas de le dire). À ce moment, nous savons déjà qu’en bon peintre impressionniste, Elstir cultive une volonté de se faire ignorant, de renoncer à des notions générales comme ‘la ville’ ou ‘la mer’ au profit de sensations immédiates et de leur rendu. On pense à Monet, à Degas, à Whistler et à quelques autres. Et il est permis de voir dans cette esthétique fusionnelle, sensitive et instantanée tout un équivalent de procédés que l’on trouve à même la prose proustienne.

3Mais nous voilà avec le groupe au moment où le héros rappelle à nouveau qu’il était venu à Balbec dans l’espoir d’y voir une mer tempétueuse voilée de brumes mais que, découvrant les jeunes filles et l’agrément de la plage au soleil, il s’est converti à une mer lumineuse et calme. Au gré de cette distinction opérée entre deux ‘climats’, le héros ne fait que s’approprier un moment de l’histoire de la peinture en France, celui qui assure la transition entre Étretat agité d’orage tel que peint par Gustave Courbet à un Étretat revenu au calme que figura Claude Monet.

4La scène à l’atelier tient en une conversation passionnée et plus ou moins décousue entre les trois personnages que sont Elstir, Albertine et le héros doublé de son narrateur. Très parlée, elle est par ce qu’elle décrit avec un rare entrain l’une des plus radieuses et des plus euphorisantes de la Recherche.Divers éléments contribuent à ce moment de grâce. C’est d’abord que celui-ci répercute ce ‘climat jeunes filles’ qui émane des journées estivales passées à Balbec avec la petite bande. C’est ensuite que le plasticien s’explique sur son art non pas depuis une œuvre accomplie mais à partir de ses sources d’inspiration puisées dans le réel le plus immédiat. C’est enfin et surtout que, sous le couvert de parler peinture, Elstir secondé par Albertine en vient à évoquer essentiellement la mode et la beauté du vêtement féminin. Et c’est un peu comme si, entre l’art de peindre et celui de créer ou de porter un vêtement, il n’était aucune solution de continuité. Tout cela dans une sorte d’exubérance du plaisir esthétique et, plus largement, de la jouissance sensible.

1. Balbec vs Venise

5Toute la scène montre un Elstir exalté par une réalité ambiante qu’il rend présente par évocation. Et de parler des régates et des courses de chevaux telles qu’il se plaît à les fréquenter au milieu de femmes élégantes et dans la merveilleuse lumière d’un été marin. Cependant, le héros, qui n’est pas encore pleinement acquis «au vulgaire été des baigneurs» (Proust 2011: 459) et avoue ne pas fréquenter les hippodromes, offre une espèce de résistance à son interlocuteur en risquant une comparaison entre la peinture nouvelle et la peinture des fêtes vénitiennes représentées par Carpaccio ou par Véronèse. Façon pour Marcel de céder du terrain tout en protégeant le goût qu’il a de l’ancien. Vous avez raison, concède Elstir au novice, c’était également des fêtes nautiques avec femmes en toilettes somptueuses et embarcations toutes baignées d’eau. Et d’ajouter sous-entendant la proximité avec la peinture qu’il fait: «On ne savait plus ou commençait la terre, où finissait l’eau, qu’est-ce qui était encore le palais et déjà le navire, la caravelle, la galéasse, le Bucentaure» (460).

  • 2   «De toutes les robes ou robes de chambre que portait Mme de Guermantes, celles qui semblaient le (...)

6Ainsi, dans un même mouvement, hommage est rendu aux fêtes vénitiennes, aux belles dames qui les peuplaient, à leurs riches atours et aux peintres qui ont représenté tout cela. Déjà à ce moment la jeune Albertine, qui partage l’enthousiasme du maître, vient en renfort et dit son admiration pour la mode vénitienne d’autrefois tout en exprimant, dans une confusion juvénile et sympathique du passé et du présent, son désir de visiter la reine de l’Adriatique (où elle n’ira jamais). Mais justement, entre passé et présent, Elstir fait diplomatiquement la jonction en révélant aux assistants l’existence de Fortuny, ce couturier contemporain d’origine espagnole qui, à Venise même, a retrouvé le secret de fabrication des étoffes et robes d’autrefois. Bien plus tard, le héros fera d’ailleurs faire pour Albertine des toilettes inspirées par les robes de ce Fortuny telles que les porte par ailleurs une duchesse de Guermantes réputée pour son élégance2.

7Dès ce préambule vénitien, Elstir rassemble déjà trois ordres de réalités qui, dans sa bouche et dans son esprit, semblent ne faire qu’un: des fêtes et parades en des lieux aquatiques admirables, des vêtements brillamment portés par de belles dames, une riche peinture qui rend l’ensemble. De surcroît, hier comme aujourd’hui, cette dernière semble n’avoir qu’un rôle d’enregistrement tant est beau ou «joli» – ce dernier terme faisant florès dans la bouche de l’artiste – ce qu’il revient à l’artiste de transposer sur ses toiles. L’amusant est qu’à nouveau la pétulante Albertine vienne à la rescousse d’Elstir, mais avec une désinvolture cavalière envers l’art. Pour elle, Venise et ce que la ville inspire proposent surtout des jouissances matérielles, que l’art en rende compte ou non. Avide, la jeune fille veut voir, veut voyager, veut s’habiller, veut sans doute partager les fêtes, et la petite bourgeoise qu’elle est attend visiblement que quelqu’un lui offre tous ces biens de la terre. Le peintre pronostique qu’elle les obtiendra. Marcel, lui, observe en silence. Mais c’est un peu comme si Albertine prenait date: étant donné son élan juvénile, ne lui revient-il pas de droit qu’un jour elle satisfasse les désirs que, dans un petit atelier de Balbec, un artiste a fait naître en elle?

8Est-ce à dire que la petite Simonet dans son aspiration candide à profiter des joies du monde mette sur le même pied tous les registres évoqués dans une conversation tourbillonnante? Certes, un goût des technologies modernes (yacht et automobile) l’anime entièrement. Néanmoins, la fille au vélo, au polo et au diabolo semble placer par-dessus tout sa passion des belles toilettes sans distinction d’époque. Plus tard, alors qu’elle partagera, dans La Prisonnière, l’existence de Marcel, ce dernier dira qu’elle surpasse en goût vestimentaire la duchesse de Guermantes et mettra ce sens de la mode au compte de son intelligence.

2. Une esthétique de la simplicité

9Mais, pour Elstir précisément, il n’est plus temps de barguigner. Il a certes admis le caractère grandiose des embarcations et vêtures de jadis; mais subitement le voilà qui bascule du côté du seul contemporain, «car pour en revenir à nos modernes bateaux de plaisance, c’est tout le contraire que du temps de la ‘Reine de l’Adriatique’» (Proust 2011: 461). Coup de force choquant en contexte, car c’est comme si le contemporain annulait l’ancien, et ce au nom d’un seul critère, celui d’une simplicité qui émanerait de la mer, non bien évidemment d’une mer tumultueuse mais de celle qui durant l’été affiche sa profondeur unie et tranquille. Écoutons la profession de foi: «“Le plus grand charme d’un yacht, de l’ameublement d’un yacht, des toilettes de yachting, est leur simplicité des choses de la mer, et j’aime tant la mer!”» (Ibidem).

10Et plus loin le peintre de renchérir et d’expliciter:

«Ce qu’il y a de joli dans nos yachts – et dans les yachts moyens surtout, je n’aime pas les énormes, trop navires, c’est comme pour les chapeaux, il y a une mesure à garder – c’est la chose unie, simple, claire, grise qui par les temps voilés, bleuâtres, prend un flou crémeux». (Ibidem)

11Bateaux et chapeaux, c’est toujours la même conjonction de la navigation et de la mode vestimentaire, l’une et l’autre réconciliées dans une humeur marine et dans des tonalités qui renvoient aisément aux peintres du plein air. Et, en chacun des qualifiants choisis pour décrire ces réalités, on croirait reconnaître à nouveau la touche du peintre, d’un peintre confondant nature, fabrication et art en un seul ensemble. Tout se passe même comme si le style était donné par avance à l’artiste, qui n’avait plus qu’à en reproduire l’effet sur sa toile. Mais, de tableau à faire ou se faisant, il n’est pas question pour l’instant. La vie est là, simple et tranquille: pourquoi faudrait-il en donner l’équivalent pictural et non simplement l’enregistrer dans sa beauté? Elstir ne semble guère songer à se mettre au travail. Son adhésion enthousiaste est un acte esthétique suffisant à lui seul et qu’il nous entraîne à difficile à partager. Se glisse néanmoins dans le commentaire une discrète note où le peintre semble avouer son ‘faire’: «“Il faut cependant que la pièce où l’on se tient ait l’air d’un petit café”» (Ibidem). Prenons cette phrase pour une indication de régie, encore que l’on puisse imaginer Elstir suggérant le choix d’un bateau ayant cette particularité.

12Mais, pour suivre, l’artiste va relancer son propos admiratif en se centrant sur les seuls vêtements féminins et en énumérant quelques tissus mêlant coton, soie, laine et lin, tous se montrant accueillant à la blancheur. Et de citer la toile, le linon, le pékin, le coutil, plus loin le barège. Puis il va centrer son éloge de façon plus précise en se fixant ex abrupto sur le cas particulier d’une Mlle Léa, personnage qui, dans la Recherche, ne fait jamais que des apparitions fugaces et toujours du côté lesbien. Mais, homosexuelle ou pas, Léa portait aux courses «un petit chapeau blanc et une petite ombrelle blanche» (Ibidem) qu’Elstir dit ravissants.

13Pourquoi ce chapeau et pourquoi cette ombrelle et même pourquoi cette Léa? Pour faire comprendre les choses à l’aide d’une référence à lui familière, le héros-narrateur va se reporter aux soufflés fameux que réussissait chez ses parents la domestique Françoise: c’était affaire de ‘tour de main’. Mais de qui serait le tour de main dans le cas présent? De la modiste sans doute, qui a si bien coupé le chapeau et lui a donné son modelé. Mais tour de main encore – ou tour de tête – de celle qui a choisi le chapeau et le porte avec grâce. Finalement, c’est aux modistes que le héros-narrateur rendra hommage dans les termes les plus choisis:

Je ne pouvais plus mépriser les modistes puisque Elstir m’avait dit que le geste délicat par lequel elles donnent un dernier chiffonnement, une suprême caresse aux nœuds ou aux plumes d’un chapeau terminé, l’intéressait autant à rendre que celui des jockeys (ce qui avait ravi Albertine). (Proust 2011: 464)

14Dans le rapprochement entre le chapeau de l’élégante et le soufflé de la cuisinière, on peut sentir percer l’ironie. Et pourtant pas vraiment. N’est-il pas un art véritable du soufflé réussi? Éloge de la modiste ou de la cuisinière, on retrouve là l’hommage que Proust aime à rendre à l’art et au goût de ceux qui travaillent de leurs mains. De même, c’est un peu par défi que l’écrivain fait de Mlle Léa, personne sexuellement compromettante, un modèle de raffinement. Même une lesbienne avide de liaisons discutables peut s’illustrer par son élégance.

15Ici s’amorce une controverse où, cette fois encore, notre héros n’a pas le beau rôle. Pour lui qui prétend mépriser le luxe, beaucoup de toilettes se valent. Et de citer des ombrelles qu’il a remarquées. Mais aussitôt Elstir de protester avec violence, s’appuyant sur le bon goût d’Albertine qu’il devine plus qu’il ne le voit à l’œuvre. Et le narrateur de noter:

Homme d’un goût difficile et exquis, il faisait consister dans un rien qui était tout, la différence entre ce que portaient les trois quarts des femmes et qui lui faisait horreur et une jolie chose qui le ravissait, et au contraire de ce qui m’arrivait à moi pour qui tout luxe était stérilisant, exaltait son désir de peindre «pour tâcher de faire des choses aussi jolies». (461-462)

16Fort de ses prérogatives, l’artiste tranche à toute volée et va jusqu’à remettre sa jeune alliée à sa place, lui faisant remarquer que la mode des femmes voyageant en automobile n’en est encore nulle part. Et d’enchaîner avec la liste des grands couturiers parisiens de l’époque, où voisinent les sœurs Callot, Jacques Doucet, Madeleine Chéruit et Jeanne Paquin. Dommage qu’à cet instant il n’en dise pas plus des tendances de la mode contemporaine et, par exemple, de la préoccupation toute récente de créer des vêtements qui libèrent le corps de la femme et lui permettent l’accès aux sports. Toujours est-il qu’au moment où le héros-narrateur, faisant la bête comme par jeu, s’étonne de ce qu’il y ait une grande différence entre le travail de ces noms prestigieux et des couturiers plus quelconques, il se fasse à son tour rabrouer par Albertine qui lui adresse un gaillard «mon petit bonhomme» (462), dont elle s’excuse aussitôt. Après tout, à ce moment-là, ils se connaissent si peu…

17Voilà donc qu’entrent en scène une haute couture française qui annonce la Belle Époque mais tout autant une certaine modernité à laquelle applaudit le représentant du monde de l’art. Or, le héros y vient lui-même, et ce au prix d’un renoncement intime dans lequel vient de l’entraîner la coalition du peintre Elstir et des jolies naïades du bord de mer, avec Albertine en figure de proue.

3. L’abjuration de Marcel

18Les belles pages que nous venons de lire et dans lesquelles différentes thématiques s’entrecroisent et se recoupent autour d’une idée de l’art moderne étroitement liée à la mode vestimentaire vont se terminer par l’évocation insistante de la façon dont le héros du roman a basculé d’une esthétique que l’on oserait dire mi-romantique et mi-parnassienne (il cite trois vers de Lecomte de Lisle) à une conception de la beauté bien autre. Au centre de l’opposition: la mer, encore et toujours. D’un côté, un océan immémorial battu par la tempête ou envahi par les brumes et, de l’autre, une mer beaucoup plus domestiquée – le narrateur la rapporte tantôt à une architecture et tantôt à l’industrie – avec baigneurs et bateaux et caractérisée cette fois par «l’imperceptible reflux de l’eau» (463). Une mer qui ne fait pas de vagues, oserait-on dire, mais qui n’en a pas moins sa magie et sa profondeur, dont l’artiste qui en a fait son grand thème doit saisir la secrète pulsation. Une mer assoupie sous le soleil. Une mer riche d’échos modernistes, le narrateur n’hésitant à lui associer non seulement les grands couturiers mais encore les expositions universelles qui, récemment encore, faisaient bailler d’ennui le jeune Marcel.

19Mais pourquoi cette insistance sur la volte-face du héros, d’autant moins glorieuse qu’elle est soudaine et sans justification profonde? Trois raisons semblent jouer. Tout d’abord et de façon sous-entendue, la conversion d’une esthétique à l’autre a toutes les allures d’un coup de foudre et ne peut que renvoyer à l’amour que le héros porte déjà à Albertine. Celle-ci est si souvent citée dans la séquence que l’on comprend aisément que l’amour pour la jeune fille passe par son univers, celui auquel elle appartient si intensément à Balbec avec plage de sable, digue du bord de mer et Grand Hôtel.

20La seconde raison est que le jeune homme se trouve assez ridicule de s’être contraint à ne pas voir la mer comme elle est là où il est venu passer l’été, en se laissant dominer par des références littéraires et scolaires. C’est en déniant tout le meilleur du décor balbéquien, à savoir les yachts, les baignades, les courses de chevaux et les délicieuses tenues estivales qu’il est parvenu à ses débuts sur la côte à maintenir son mythe d’un océan violent et ténébreux. Longtemps, nous dit-il, il s’est fait un écran de ses mains, pour ne pas voir le visible! Bref, Marcel conçoit qu’il est vieux jeu face à un Elstir, qui certes ne rejette pas le passé et ses grandes réussites picturales, mais invente une autre forme de beauté dont toute la force consiste à renouer avec la nature en ce qu’elle a de concret et d’immédiat. Face au credo du peintre comme aussi à ce portrait de Miss Sacripant entr’aperçu à un autre moment dans l’atelier du même, le héros-narrateur doit bien rendre les armes et ouvrir, fût-ce timidement, les bras à la modernité.

21En troisième lieu joue en sourdine la découverte qu’il est, entre la nature et l’art, des médiations ou des formes de transmission qui peuvent plaire au narrateur proustien et le feront durablement. Et la mode vestimentaire joue ici un rôle essentiel. En forçant juste un peu, nous dirons que l’art nouveau tel qu’Elstir le pratique préfère, au travail traditionnel de représentation, un travail de pure présentation. S’agissant des tenues féminines, cela tient à ce que celles-ci sont déjà des productions artistiques, des objets manufacturés qui, dans leur beauté tout à la fois sophistiquée et simple, ne demandent en quelque sorte qu’à immigrer dans la toile du peintre. Ainsi, l’objet beau (la robe, le chapeau, l’ombrelle) se donne à l’artiste dans son décor naturel (la mer, la plage, le champ de courses), où il suffit d’aller le chercher pour l’introduire ensuite dans le cadre de la représentation. C’est bien, nous paraît-il, ce que prétend faire Elstir.

22Mais le narrateur choisit d’inverser la perspective lorsqu’il explique le phénomène tel qu’il l’a vécu:

une marine de lui où une jeune femme, en robe de barège ou de linon, dans un yacht arborant le drapeau américain, mit le ‘double’ spirituel d’une robe de linon blanc et d’un drapeau dans mon imagination qui aussitôt couva un désir insatiable de voir sur le champ des robes de linon blanc et des drapeaux près de la mer, comme si cela ne m’était jamais arrivé jusque-là. (Ibidem)

23Trois occurrences donc de la robe blanche et du drapeau: celle de la toile peinte, celle de l’inscription dans l’imagination et celle de la vision réelle telle qu’elle est désirée et qui va sûrement se produire. Chemin inverse de celui qu’a accompli l’artiste; chemin d’un apprentissage un peu scolaire, puisqu’il ne vient pas d’un mouvement spontané. Mais comment en vouloir au jeune homme qui, à Balbec, doit se défaire des présupposés de sa culture classique pour découvrir un monde neuf en même temps qu’un art nouveau? Toujours est-il qu’Elstir apparaît comme un bon maître, doublé qu’il est de cette assistante douée qu’est la jeune naïade qui sent naturellement les choses et les répercute autour d’elle.

4. Nouvelle culture et tableau social

24En un sens, toute la problématique des Jeunes filles en fleurs se condense dans la scène à l’atelier d’Elstir que l’on vient de parcourir. Et elle en dit long sur le pouvoir des artistes dans la Recherche, de l’écrivain Bergotte au musicien Vinteuil. Pour le héros, toute une initiation est en cours, et il s’agit, par l’entremise des jeunes filles si soudainement rencontrées, de prendre la mesure d’un monde tout neuf, celui des vacances adolescentes au bord de la mer et celui des premières amours – encore qu’avant Albertine il y ait eu Gilberte Swann pour le jeune Marcel. Mais cet univers est bien plus qu’il n’en a l’air, car il s’inscrit au plus intime d’une culture, celle des loisirs voués aux jeux et aux sports, celle d’une certaine dissolution des différences sociales les plus visibles, celle d’une esthétisation de la vie collective dont profite principalement la classe du milieu – la classe moyenne, dira-t-on plus tard. Or, d’une certaine manière, directement ou par allusions, tous ces motifs s’entrecroisent dans la conversation qu’échangent un adulte expérimenté et de très jeunes gens pleins d’appétits. L’enjeu ultime est celui d’une nouvelle modernité assumée par une classe sociale émergente et par des amateurs d’art férus de plein air.

25Or, il ne va pas sans esprit de paradoxe que le motif le plus central de la scène soit celui de la mode vestimentaire à propos d’un espace dont la vocation sera de plus en plus de faire porter à ceux qui le fréquentent des habits propices à la pratique des sports et pouvant aller jusqu’à la dénudation d’une partie du corps. On regrettera d’ailleurs que, dans l’épisode Balbec, Proust ne fasse pour ainsi dire pas état ni des tenues vouées à la baignade ni de celles réservées au tennis ou au golf. Un esprit balnéaire est convoqué mais ce qui l’illustrerait le plus aisément n’est pas présent. Dans Albertine disparue, en revanche, il sera bien question d’ébats lesbiens entre femmes fort peu vêtues, mais cela se passera au bord d’une rivière dans la campagne. Cette fois, la mode serait vraiment hors de propos.

26Mais à Balbec règne au total une grande retenue, et l’on ne voit pas les jeunes filles se baigner. Et pourtant, le beau temps, la lumière, la plage pourraient susciter bien des conduites vestimentaires inédites et surprenantes. Seul finalement ce rejeton de la plus vieille aristocratie qu’est Robert de Saint-Loup semble avoir entendu cet appel à une fantaisie adaptée au lieu fréquenté et au décor pratiqué. Et c’est comme tel que le perçoit un Marcel ébahi:

Vêtu d’une étoffe souple et blanchâtre comme je n’aurais jamais cru qu’un homme eût osé en porter, et dont la minceur n’évoquait pas moins que le frais de la salle à manger, la chaleur et le beau temps du dehors, il [Saint-Loup] marchait vite. Ses yeux, de l’un desquels tombait à tout moment un monocle, étaient de la couleur de la mer. (Proust 2011: 296)

27Ce rapide portrait déjà semble annoncer les propos impressionnistes qu’Elstir va tenir. Blancheur du vêtement, vivacité rafraîchissante, couleur marine des yeux, Robert pourrait sortir d’un tableau du peintre. Disons même que, paré de blanc et se répandant en gestes virevoltants, ce bel aristocrate semble fait pour parader sur une digue pendant l’été. Par ailleurs, il est bien accordé à l’univers elstirien en ce que sa description est, ici comme ailleurs, de conception métonymique, faisant de lui un être tout en éclats soudains (le monocle qui va et vient) comme en effets et reflets (la mer en ses yeux).

28Mais pourquoi ce représentant emblématique d’une classe moribonde est-il ainsi rapproché par le récit de la culture des plages, de l’art impressionniste et de la classe moyenne? Certes, nous ne verrons aucun Guermantes goûter dans l’herbe ou jouer au furet. Ayant adopté, par sa mise, le style ambiant, Robert de Saint-Loup s’unit néanmoins au décor. On peut y voir un indice de ce que la partition sociale si marquée dans le Paris du temps commence à céder du terrain dès que l’on se trouve au bord de la mer. C’est là un fait d’époque que Proust souligne en indiquant qu’à Balbec les différences sociales sont affaiblies par le port de vêtements seyants pour la vie balnéaire. Mais, encore une fois, sans que soient jamais décrits les vêtements en question.

29Reste tout de même qu’au bord de la mer, et notamment dans l’optique de la scène chez Elstir, les rapports sociaux subsistent, mais se voient transposés d’une manière que l’on dirait poétique ou presque. Et cela conduit Proust à prendre en compte une subtile tripartition: il y a le monde chic qui semble se limiter à donner un spectacle élégant à travers yachting, courses de chevaux, promenades en voiture, de quoi rappeler qu’il demeure dominant et grand détenteur des biens de ce monde; vient ensuite un groupe hétéroclite de classe moyenne qui réunit des estivants au sens le plus immédiat du terme et qui, par ses loisirs et ses aventures amoureuses, manifeste son désir de participer à la nouvelle fête sociale; enfin est repérable, dans une sorte de coulisse, le monde laborieux des ouvrières de la mode (modistes et couturières), auxquelles on peut adjoindre ces exécutants que sont les jockeys ou même certains domestiques favorisés de l’hôtellerie (du maître d’hôtel au lift). Or, ce troisième groupe, apparemment en marge, n’en a pas moins élu sa propre noblesse, avec par exemple les grands couturiers. Alliés à un peintre comme Elstir, ces derniers ne seraient-ils pas vraiment les maîtres du monde à venir?

30Est ainsi manifestée par le séjour du héros à Balbec une certaine redistribution des positions de classe. Elle indique que les différences distinctives sont en train de s’effriter, et qu’au bord de la mer elles le font dans une sorte de gaieté collective dont les «jeunes filles en fleurs» seraient comme l’avant-garde exubérante. Notons toutefois que, dans le rapprochement démocratique qui se produit de façon pour le moins symbolique, se maintient un régime de la rareté qui se revendique désormais de ‘la simplicité’. Peu de vêtements sont réussis, peu de femmes s’habillent avec élégance, tranche vigoureusement Elstir. Or, les seules personnes citées pour leur réputation de bien se vêtir sont la femme du peintre ainsi que la comédienne Léa. Pas de duchesse de Guermantes ici, mais bien cette classe du milieu qui, par le biais du goût artistique et à l’écoute du bruit des vagues, s’est haussée dans la hiérarchie, battant pavillon de la simplicité vestimentaire. Albertine est bien de ce camp-là, et Marcel voudrait l’y suivre.

31La simplicité serait donc sociale mais qu’en est-il de la blancheur des tenues? Elle est d’abord de la couleur des voiles au loin ou des tenues de tennis en ce temps. Mais surtout elle pourrait renvoyer le comportement humain à quelque chose d’originel, lui donnant un naturel qui est celui de la lumière d’été réverbérée par le sable. Et il n’est pas interdit de penser qu’elle représente en ce sens un pas en direction de la nudité, cette dénudation à laquelle aspireront de plus en plus par la suite les fervents de la vie balnéaire. La blancheur pourrait anticiper sur cette nudité, sa pâleur, son aisance. Le petit chapeau blanc recouvre à peine la tête charmante de mademoiselle Léa. Or, l’on sait que le naturisme balnéaire se revendiquera, lui aussi, d’une annulation des barrières de classe. En attendant, tout en blanc, Robert de Saint-Loup n’a pas le genre qu’il faudrait, et on le voit mal sur un court de tennis, même vers 1900.

Bibliographie

Proust M., 2011, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, Paris, Gallimard (Folio).

―, 1991, La Prisonnière, Paris, Gallimard (Folio).

Notes

1   Aux pages 459-464 de À l’ombre des jeunes filles en fleurs, partie «Noms de pays: le pays».

2   «De toutes les robes ou robes de chambre que portait Mme de Guermantes, celles qui semblaient le plus répondre à une intention déterminée, être pourvues d’une signification spéciale, c’étaient ces robes que Fortuny a faites d’après d’antiques dessins de Venise» (Proust 1991: 27).

© Ledizioni, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search