Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

Les mots de la mode

Giovanni Dotoli

Texte intégral

1. Mode, langage, société

1Société et mode sont depuis toujours en totale solidarité. D’un côté la mode est paraître, métamorphose, goût du jour, éphémère, uniformisation passive et tyrannie, de l’autre elle se comporte toujours comme une «norme sociale; elle exerce un pouvoir contraignant sur les membres de la société» (Girard 2005: 672). C’est de toute évidence.

2Mais ce ne sont pas là les connotations essentielles de la mode: ce sont plutôt ses liens avec le langage – par conséquent avec le lexique – et avec la communication, avec le sens de modernité, et plus en général avec les principes eux-mêmes de la beauté.

3C’est au XXe siècle, surtout à partir des années 1950, que la mode devient un phénomène de langage social dont on a de plus en plus conscience et «un véritable discours institutionnel» (674), véhiculé surtout par les médias.

4La mode incarne le principe de la modernité. De même elle prend une importance sociologique inouïe. C’est l’un des grands moteurs sociaux de notre époque, «en tout cas un dynamisme culturel et une fabrique de signes», d’après Alain Rey (2005b: 675). Le ministre aux finances de Louis XIV, Jean-Baptiste Colbert, affirme déjà: «La mode est pour la France, ce que les mines [d’or] sont pour l’Espagne» (cit. in George- Pumon 2012: 19).

5La mode se croise avec la sémiotique, et naturellement avec la linguistique. C’est un chemin évident: mode → lexicologie → langage → linguistique → société.

2. De Baudelaire à Barthes – Greimas, via Mallarmé

6Dans le Traité de la vie élégante, Honoré de Balzac souligne que «la toilette est l’expression de la société» (cit. in Greimas 2000: 259). La mode et son entourage font donc partie de la grande comédie humaine.

7D’après moi, il y a un axe fondamental entre Charles Baudelaire et Roland Barthes – Algirdas Julien Greimas, via Stéphane Mallarmé. Le premier perçoit l’importance du changement des styles de la société. C’est pourquoi il s’occupe de dandysme, de modernité et de mode, en remarquant le lien essentiel entre beauté et mode, sur la lignée du sens, du plaisir et de la beauté (Baudelaire 1975-1976: 714). Pour Charles Baudelaire, la mode est l’aspiration vers la beauté, une «piste du bonheur», une «totalité indivisible», «un symptôme du goût de l’idéal», enfin «une approximation quelconque d’un idéal» (709, 716).

8Mode et art sont donc sur la même ligne. La mode n’est absolument pas futile; elle est par contre l’une des expressions de l’art changeant, qui exprime le désir de l’Être.

  • 1   Lettre à Paul Verlaine du lundi 16 novembre 1885. Cf. Fusco Girard (2012: passim).

9Cette connivence entre mode et art trouve une magnifique confirmation chez Stéphane Mallarmé. Cet immense poète nous réserve la surprise d’inventer un périodique entièrement consacré à la mode: «La Dernière Mode. Gazette du Monde et de la Famille», qui paraît du 6 septembre au 20 décembre 1874, en huit numéros. L’infini de l’Idéal est aussi dans le rien de la mode et dans ses bibelots, qui font «longtemps rêver» (1995: 587)1.

10Et c’est une affaire de langage! Dès 1864, dans une lettre à Henri Cazalis du 7 janvier accompagnant l’envoi de L’Azur, Stéphane Mallarmé affirme que «le premier mot […] sert encore à préparer le dernier» (1998-2003: t. 1, 654). Tous les mots sont sur le même axe. Ils sont le ‘point de départ’ de la beauté. Le ‘bavardage’ de la mode est aussi noble que les mots pour exprimer l’Azur cherché par le poète. Le centre de la parole est dans les fragments du langage. Les quelques livraisons de «La Dernière Mode» sont un voyage dans l’inquiétude du langage de la modernité.

11Roland Barthes se souvient de la grande idée de Stéphane Mallarmé. Il voit le ‘bavardage’ des journaux populaires de mode comme un phénomène de «sens sociologique» et de «communication écrite», en concluant admirablement: «l’on peut résumer en un mot en disant qu’à travers la langue qui la prend désormais en charge, la mode devient récit» (1967: 307), de la beauté, de la modernité, de la société, enfin du langage aussi.

  • 2  Ces deux thèses dactylographiées ont été publiées en 2000, sous le titre déjà cité  (Greimas 2000)

12L’ami de Roland Barthes, Algirdas Julien Greimas, nous réserve une autre surprise. Sa thèse d’état est un monument de recherche sur la mode et sur ses liens avec le langage: La mode en 1830. Essai de description du vocabulaire vestimentaire d’après les journaux de mode de l’époque. Thèse pour le Doctorat ès lettres présentée à la Faculté des Lettres de l’Université de Paris, en 1948. La thèse secondaire, datée de cette même année, confirme cet axe de recherche, avec le titre suivant: Quelques reflets de la vie sociale en 1830 dans le vocabulaire des journaux de mode de l’époque2.

13On le voit, on est toujours dans le domaine des journaux de mode, qui se révèlent aussi comme de grandes réserves de la langue et de son évolution, ainsi que témoignage du mouvement de la société.

14Il est étonnant de constater que les célèbres théories linguistiques et sémiologiques d’Algirdas Julien Greimas s’appliquent d’abord à son analyse des cravates, des chapeaux, des redingotes, des écharpes, des coiffures, des vêtements, des pantalons, des culottes, des bas, des pardessus, des manteaux, des toilettes et des parfums.

3. Lexique

15Dans le lexique de la mode, observe Stéphane Mallarmé, il y a «l’instinct d’harmonie» (1998-2003: t. 2, 818). Tout se tient:

Une langue, loin de livrer au hasard sa formation, est composée à l’égard d’un merveilleux ouvrage de broderie ou de dentelle: pas un fil de l’idée qui se perde, celui-ci se cache mais pour reparaître un peu plus loin à celui-là; tous s’assemblent en un dessin, complexe ou simple, idéal, et que retient à jamais la mémoire. (Ibidem)

16Broderie, dentelle, fil, dessin: des mots de la mode qui peuvent même suggérer le tissu (tissage, texture) de la langue.

17La langue de la mode exprime «l’universel reportage» (t. 2, 368). C’est une bribe de la langue suprême, le langage total cherché par Stéphane Mallarmé. Son caractère contraignant aussi bien que son ambiguïté poussent la mode à s’immerger dans le voyage du lexique. Elle parle par dessins, couleurs et mots, écrits et parlés.

  • 3   Dans ce même volume, il y a un autre texte important d’Honoré de Balzac concernant la mode: Trait (...)

18Le ‘récit’ de Roland Barthes revient puissamment, avec toute son énergie et tout son mystère. La mode vestimentaire a la densité du langage. Honoré de Balzac a déjà tout compris, en ce domaine-là. Il écrit un texte sublime intitulé Des mots à la mode, où il considère sur le même plan, de façon substantielle, la mode changeante et la créativité de la langue (1938a)3.

19Le lexique servant à décrire les façons de couvrir, parfumer et soigner l’être humain exprime aussi les costumes et les mœurs. Le lexique de la mode se renouvelle au fur et à mesure. Il est toujours sur la même lignée que la marche de l’histoire. C’est le code changeant de la mode – des modes.

20Penser, parler, s’habiller et vivre comportent un lexique à l’unisson avec la mode. Question de ‘communication’, dirait Roland Barthes, en prononçant le mot juste. Individu et communauté collaborent, via la langue de la mode. Le lexique de la mode a «un rythme cyclique» (Rey 2005b: 675), un code, ce qui rend le mot bientôt ‘démodé’en dehors de l’axe de la mode. Tradition et modernité voyagent sur la lignée du langage de la mode.

21Sémiotique et mode se marient à jamais, en s’enracinant dans la linguistique moderne. Une partie de l’histoire de la lexicologie est liée à celle de la mode. Une preuve évidente nous vient de l’analyse de la bibliographie des articles d’Algirdas Julien Greimas. On y trouve une pertinence lexicographique et sémiologique très cohérente (Greimas 2000: 411-419).

22Et nous nous expliquons la sémiologie barthésienne elle-même. Le corpus de la mode est à l’origine du ‘référent’ greimasien. À partir du corpus du vocabulaire de la mode des journaux des années 1830, Greimas identifie une aire nouvelle, la «lexicologie sociale historique» (Arrivé 2000: XV). La mode donne à la grammaire et au lexique des fonctions de modélisation.

23La description lexicologique repère un domaine très riche dans les matériaux linguistiques de la mode.

4. Mode

24Le mot-clef de la mode, mode précisément, intéresse tout particulièrement la linguistique. Je fais appel au Dictionnaire culturel en langue française et au Dictionnaire historique de la langue française, deux des chefs-d’œuvre d’Alain Rey, pour appuyer mes thèses (pour toutes les citations de ce paragraphe cf. donc Rey 2005a et 2010c: s.v. mode et mots dérivés).

25Ce mot, avec tous ses nombreux dérivés, est emprunté au mot masculin latin modus, «mesure», «manière de faire», «façon». En français, il est du féminin dans toute acception, jusqu’au XVIe siècle, où on rétablit aussi le genre masculin latin, dans les emplois techniques.

26Occupons-nous uniquement du mot féminin, même si les deux genres, mode au féminin et au masculin, ont des liens importants, évidents et profonds.

27Il est fondamental de souligner que le mot mode rappelle aussi le latin modius (d’où «muid»), «modération», employé sur le plan moral et dans le langage de la rhétorique et de la musique (modérer, modeste, modique). Manière et mesure sont donc liées dès l’origine.

28Revenons à la mode elle-même. Le mot mode apparaît vers 1393, avec la signification de «manière collective de vivre, de penser, propre à un pays, une époque» – des restes de cette acception sont dans les expressions à ma mode, à sa mode, à la mode de, tripes à la mode de Caen, et même dans bœuf mode (1893). On le voit, on est toujours sur le plan de la façon, de la mesure, de la manière.

29La langue française résume tout ce patrimoine en un seul mot: mode. On sait que l’anglais a deux termes, fashion pour «façon», «mode semi- institutionnalisée dont le type est la mode vestimentaire», et fad, «engouement futile et généralement subversif». Dans les années 1850, ce mot se comporte aussi en adjectif et en apposition invariables – par exemple, des chemises mode. Au XVIIe siècle, au pluriel, modes, il désigne «les vêtements féminins» (1692) tout court. En 1827, il signifie tout simplement «chapeau féminin».

30Le mot mode a produit de nombreux dérivés, ou favorisé des expressions qui sont liées à la mode, qu’il serait intéressant d’analyser – en d’autres occasions, naturellement: modal, modalisant, modalisation, modaliser, modalité, modelage, modelant, modelé, modèle, modeler, modeleur, modélisation, modéliser, modélisme, modéliste, modiste. Et puis, évidemment; démoder, démodé, journaux de mode, gravure de mode, magasin de mode.

31Le mot qui suscite notre grande attention est celui de modiste. Il apparaît en pleine civilisation baroque – il est attesté en 1636, l’année du Cid de Pierre Corneille et de sa célèbre querelle , une époque où pour la première fois la mode devient un grand phénomène social, culturel et linguistique (George-Pumon 2012: passim). Il signifie une «personne qui aime suivre la mode». En 1777, modiste efface le syntagme marchande de mode et signifie désormais «commerçante de vêtements féminins». En 1827, en plein romantisme, modiste désigne enfin une «fabricante et marchande de coiffures féminines».

32Le dernier né des dérivés de mode est modeux, -euse, adjectif et nom, qui quitte l’acception «habituel», du XVIe siècle, et devient enfin, vers 1980, avec une valeur ironique, «créateur de mode».

33L’essence créatrice du mot mode n’est certainement pas finie. Elle évolue à l’unisson avec celle des changements de la société. Le vaste pouvoir de ce mot va de la vie de tous les jours aux mystères de la linguistique, c’est-à-dire du goût au style, dans les acceptions les plus larges.

5. Les mots

34Je suis en vain allé à la recherche d’un dictionnaire des mots de la mode. Ma manie pour les dictionnaires m’a fait découvrir des textes sur le costume, le nu, le vêtement, les accessoires de la mode, les dessus et les dessous, les façons de dire la mode, et même, anonyme, un merveilleux Cravatiana, traité des cravates, paru à Paris en 1823. Mais je n’ai pu repérer que les livres Les mots du costume de Colette Guillemard, paru chez Belin en 1991, et Les 101 mots de la mode à l’usage de tous de Nelly Rodi, paru chez Archibooks et Sautereau, en 2012. Ces deux textes ne sont toutefois pas des dictionnaires. Il s’agit de listes de mots de la mode présentés sur le plan historico-social.

35Algirdas Julien Greimas n’aurait donc pas eu de suite. Sa recherche et ses intuitions, d’ailleurs – je viens de le dire – restées dans les archives de la Bibliothèque de la Sorbonne de 1948 à 2000, plus d’un demi-siècle, gardent toute leur puissance, leur nouveauté.

36L’Index de son livre posthume (Greimas 2000: 331-367) est une source inépuisable de découvertes. On y repère presque tout le vocabulaire des mots de la mode vers 1830. C’est le modèle à suivre pour un Dictionnaire général des mots de la mode à mettre en place, dont je lance l’idée, lequel serait un dictionnaire linguistique, historique, étymologique, social, en un mot, culturel. Le modèle devrait être le Dictionnaire culturel en langue française d’Alain Rey. Une équipe de linguistes, historiens, sociologues, philosophes, savants, chimistes, artistes, artisans, dessinateurs, couturiers, industriels de la mode, devrait en composer la rédaction. L’Index du livre de Colette Guillemard lui-même (1991: 333-347) pourrait servir de nomenclature de base.

37Ce serait un dictionnaire des costumes, des vêtements, des habits, du corps, des ornements, des accessoires, des couleurs, des couturiers et des couturières, des tissus et des matériaux de la mode. En un mot, un ouvrage gigantesque, illustré comme il le faudrait, à la manière de Denis Diderot et d’Alembert pour leur Encyclopédie.

38Imaginons quelques entrées de rêve possibles: ajustement, bikini, cachemire, coquet, damas, défroque, élégance, hippies, rockers, skinheads, pomponner, strip-tease, toilette, travestir, unisexe, bleu, blouse, boléro, braguette, cache-cœur, corsage, coupe-vent, culotte, dos-nus, frac, jupe, maillot, pantalon, pet-en-l’air, soutane, tutu, ballerine, paréo, pompe, sandale, satin, semelle, cabriolet, capote, chapeau, gibus, passe-montagne, voile, voilette, baby-doll, baigneuse, bas, chemise de nuit, combinaison, corset, culotte, robe de chambre, slip, soutien-gorge, sous-vêtements, bouton, fermeture éclair, fleur, froufrou, gant, jarretelle, porte-jarretelles, jarretière, plumes, pompon, couleurs, fourrure, foulard, créateur, défilé, femme, haute couture, licence, minijupe, parfum, style, styliste… Ce ne sont que des exemples, choisis au hasard du dictionnaire.

39Ce Dictionnaire général des mots de la mode serait un merveilleux livre de dialogue entre les langues et un témoignage de leur créativité linguistique. D’un côté on remarquerait la forte influence de la langue italienne et de la langue anglaise sur la langue française, dans le domaine de la mode; de l’autre, on aurait la confirmation que ce langage vit une période de grande fermentation. Le monde de la mode nous signale que la langue française est bien vivante et qu’elle s’auto-génère au jour le jour, contre toute sorte de pessimisme sur son avenir.

40Pour la langue italienne, je remarque l’étonnante présence de noms propres de firmes italiennes devenus désormais des noms communs, pour indiquer tel ou tel produit: lancetti, burani, ferré, prada, mimmina, armani, soprani, krizia, versace, pollini, gucci, trussardi, rossi, missoni, fiorucci, valentino, dolce & gabbana, fendi, aspesi, ferretti, magli, ferragamo, molinari, biagiotti, coveri, cerruti, basile, gabrielli, barocco, benetton, balestra, zegna, borsalino.

41Pour la langue anglaise, je signale: look – qui désigne le mot mode lui-même , streap-tease, blue-jean, body, k-way, short, smoking, tee-shirt, twin-set, baskets, derby, stetson, baby-doll, slip, casting, dressing, fashion, folk, flagship, girl, it-girl, it-bag, bag, marketing, pop-up, store, shopping, showroom, string, top-model, trench-coat, tweed.

42Le dialogue de la langue française de la mode confirme enfin un lien très fort avec les mots de la francophonie, laquelle garde souvent les mots des façons de s’habiller d’autrefois.

43Algirdas Julien Greimas consacre la conclusion de sa thèse à l’apport de la mode dans la «constitution du vocabulaire» (2000: 131-143). Ce sont des pages fondamentales, qui n’ont pas encore suscité un intérêt appréciable de la part des linguistes.

44Greimas sépare le lexique durable de la mode de son lexique éphémère. D’un côté il y a «la cristallisation définitive» (131), de l’autre le «fugitif» baudelairien du mot. Les termes stables du lexique de la mode sont rares. Leur forme constitue une sorte d’architecture du langage. Les termes variables sont l’expression de ce qu’Arsène Darmesteter appelle précisément «la vie des mots» (1932).

45«Les mots ne sont que de ternes images de la réalité, ils ne font que la refléter de manière incertaine, si bien qu’une concordance parfaite entre le signe et le signifié n’est jamais atteinte» (Greimas 2000: 132-133). Sur les traces de la Grammaire historique de Kristoffer Nyrop (1899-1925), Greimas divise les néologismes en deux catégories, les néologismes passifs et les néologismes actifs. Les premiers ont une vie de signification brève et sont liés à l’évolution de la société à une époque précise – par exemple l’évolution des mots gilet, peignoir, culotte et costume (Greimas 2000: 133-134). C’est une question d’évolution du sens.

46Les néologismes actifs sont les «témoins d’une force créatrice permanente» (134). Ils peuvent être de forme – Greimas y comprend aussi les emprunts aux langues étrangères – ou de signification. Parmi les premiers: à travers la dérivation suffixale – par exemple en -er (cravater, juponner), -ade (torsade), -on (lorgnon), -ure (chinure), -é (bouillonné), -ine (mousseline, délirine, brillantine), -ienne (parisienne, sidienne), -ie (soierie, rouennerie), -ide (néréide), -ette (mousselinette, alepinette) –, ou à travers la composition syntactique ou par phrase (par exemple, cache-peigne, cache-nez, cache-folies, couvre-nuque, accroche-cœur).

47Les néologismes de signification ont «plus de chance de durer» (138). Ce sont des «procédés directs de la dénomination des choses», ou «indirects» (Ibidem). Greimas remarque à juste titre:

Le vocabulaire de la mode, dans tout ce qu’il a de mouvant et d’éphémère, est constitué en grande partie par ces locutions, et les termes comme femme élégante, foulard des Indes, manches en gigot ou chapeau à la Guillaume Tell, chacun saisi comme une unité de sens, doivent être considérés comme des néologismes au point de vue de ce vocabulaire fermé, tandis que leur reconnaissance en tant que mots simples par la langue commune dépendra exclusivement de leur durée et de l’extension de leur usage. (139)

48Greimas cite, entres autres: boucles anglaises, faux-col, habit-veste, collet à schall, manche forme béret, tissu façon cachemire, demi-toilette, sous-pied, sous-chaussure, redingote pardessus. Il est tout à fait convaincant:

Le vocabulaire de la mode, qui d’une part comporte un grand nombre de locutions éphémères et de mots-météores, et d’autre part se rapproche des habitudes de la langue parlée, nous paraît particulièrement riche en exemples décrivant les stades divers de la cristallisation de néologismes de sens. (141)

49Le lexique de la mode se révèle comme un modèle de comportement de la vie des mots. Il concerne les «choses de la mode» et les «choses à la mode» (143). Ce caractère double est à l’image de la langue elle-même «à une époque donnée» (Ibidem), parce que, comme le remarque Ferdinand Brunot, les mots sont les «témoins de l’histoire» (1928). Ceux de la mode gardent leur élément essentiel «libre et infiniment combinatoire» (Barthes 1967: 200).

6. Le système de la mode

50Roland Barthes a bien raison d’affirmer que le lexique se comporte comme un théâtre. Sa scène ne se ferme jamais. Et les rideaux eux-mêmes, si parfois on les ferme, cachent les coulisses d’un mouvement permanent.

51La mode est un exemple extraordinaire de ce mouvement des mots, et de leur énergie. C’est pourquoi Barthes définit un système de la mode, un véritable système donc, comme il arrive dans la linguistique et dans la société en général. L’éphémère de la mode devient le signe de la modernité, c’est-à-dire de nous-mêmes.

52Non, il ne faut pas souligner la vacuité de la mode – en ce sens, on a mal interprété le véritable sens du luxe, de son signifiant et de son signifié –, mais plutôt l’énergie de son incarnation, à travers son lexique-système.

53Le langage de la mode révèle au fur et à mesure sa puissance et sa créativité. Algirdas Julien Greimas et Roland Barthes ont ouvert son mystère. «L’assujettissement aux modes» ne «découvre [pas] notre petitesse», ainsi que le pense Jean de La Bruyère (1992), mais plutôt une marque de grandeur. Oui, «les modes passent» (904), comme toute chose humaine, mais les mots de la mode brillent de découvertes, de vision du monde, de regard à l’intérieur à partir de l’extérieur.

54«L’action de la langue s’exerce à deux niveaux, celui de la dénotation et celui de la connotation», observe Roland Barthes, en ajoutant:

Sur le plan dénoté, la langue agit à la fois comme productrice et gardienne du sens, elle accentue la nature sémantique de la Mode, car, par le discontinu de ses nomenclatures, elle multiplie les signes là même où le réel, ne proposant qu’une matière continue, aurait du mal à signifier finement. (1967: 307)

55Le système de la mode a une force sémiologique impensable; dans ce système, «la langue tient un rôle régulateur, tout entier soumis à des fins sémantiques» (308). L’histoire de son lexique est une mine. La lexicologie sociale historique proposée par Greimas est à poursuivre. Elle nous signale précisément «l’actualité du saussurisme», d’après le titre d’un de ses articles, daté de 1956 (Greimas 2000: 371-380; 1956: 191-203). À travers le système de la mode, Greimas rencontre Claude Lévi-Strauss et Sigmund Freud. La lexicologie culturelle d’Alain Rey est une preuve évidente de ses innovations, à partir de l’analyse du vocabulaire de la mode.

56Une seule preuve pour confirmer l’importance des thèses de Greimas: le lien entre la mode et l’art, avec la production d’un nouveau langage. D’ailleurs, pourquoi Sonia Delaunay aurait-elle inventé la mode simultanéiste (Molinari 1987), qui mériterait plus d’attention? Pourquoi le Futurisme aurait-il consacré une importance totale au phénomène de la mode, en produisant quatre manifestes spécifiques – à ma connaissance – (Manifeste du Vêtement masculin futuriste, Manifeste de la Mode féminine futuriste, Manifeste futuriste du Chapeau italien, Manifeste anti-neutre: Crispolti 1986)?

57Le système de la mode est l’un des systèmes du monde. C’est l’un des piliers de la sémiotique. C’est grâce à ce système qu’Algirdas Julien Greimas découvre un «système de signes» et qu’il va analyser «ce qui se passe sous les signes» eux-mêmes (Arrivé 2000: XI). Sa Sémantique structurale et son Dictionnaire raisonné de la théorie du langage – ce dernier en collaboration avec Joseph Courtès (Greimas 1966; 1979) – naissent de ses deux thèses sur le langage de la mode de 1929-1930, en 1948, avec son «optimisme épistémologique inébranlable» (Arrivé 2000: XII). Michel Arrivé nous confirme que Le système à la mode de Roland Barthes a son origine dans l’amitié avec Greimas et dans le projet d’une thèse sous la direction d’André Martinet.

58Le futile de la mode est un formidable monde sémiologique. Sémiologie greimasienne et sémiotique barthésienne se croisent au carrefour de la mode, de ses journaux, de sa langue et de sa vision du monde. L’immense corpus du vocabulaire de la mode vers 1830, sur le plan synchronique et diachronique saussuriens, devient le point de départ de la grande aventure de la sémiotique, de la sémantique et de la linguistique actuelles.

59Le lexique s’insère enfin dans l’histoire, en rapprochant le mot de son entourage réel. Ferdinand de Saussure cesse «d’être une vague référence plus ou moins suspecte» (Arrivé 2000: XV), et s’impose comme le point de départ des recherches qui ont changé la linguistique et la lexicologie, en devenant des points de repère des sciences humaines.

60«L’épistémologie générale des sciences de l’homme» naît du vocabulaire de la mode. Maurice Merleau-Ponty lui-même (1953-1960) va s’inspirer de Greimas, pour sa «conception du langage où le sens est immanent à la forme linguistique» (Greimas 2000: 372, 373).

61La mode trace «une nouvelle philosophie de l’histoire» (371), avec un signifiant qui est un système de signes. «Le signe vesrtimentaire – observe Roland Barthes – est un syntagme complet, formé par une syntaxe d’éléments» (1967: 242). Tout va changer, en linguistique et en sémiotique. Le reste est sous notre regard de chercheurs. Non seulement une dialectique entre synchronie et diachronie, mais un langage vivant, sémiotiquement productif.

Bibliographie

Anonyme, 1823, Cravatiana, ou Traité général des cravates, Paris, Ponthieu.

Arrivé M., 2000, Préface mêlée de souvenirs sur la préhistoire de la sémiotique, in A.J. Greimas, La mode en 1830. Essai de description du vocabulaire vestimentaire d’après les journaux de mode de l’époque. Thèse pour le Doctorat ès lettres présentée à la Faculté des Lettres de l’Université de Paris, T.F. Broden-F. Ravaux-Kirkpatrick (eds.), Paris, Presses Universitaires de France (Formes sémiotiques): IX-XXV.

Bailleux N.-Remaury B., 1995, Modes & vêtements, Paris, Gallimard (Découvertes).

Balzac H. de, 1938a, Des mots à la mode, in Œuvres diverses, t. 2, M. Bouteron-H. Longnon (eds.), Paris, Conard: 33-37.

—, 1938b, Traité de la vie élégante, in Œuvres diverses, t. 2, M. Bouteron-H. Longnon (eds.), Paris, Conard: 152-184.

Barthes R., 1967, Système de la mode, Paris, Seuil.

Baudelaire Ch., 1976, Le peintre de la vie moderne, in Œuvres complètes, t. 2, Cl. Pichois (ed.), Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade): 683-724.

Brunot F., 1928, Les mots témoins de l’histoire, in Institut de France, séance publique de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres du 23 novembre 1928, t. 2, Paris, Firmin-Didot.

Crispolti E., 1986, Il Futurismo e la moda. Balla e gli altri, Milano, Marsilio.

Darmesteter A., 1932, La vie des mots étudiée dans leurs significations, Paris, Delagrave (Archives Karéline), (1886).

Fusco Girard G., 2012, Mallarmé «Dernière Mode». L’infinito e il nulla, Fasano, Schena (Biblioteca della Ricerca, Cultura straniera 161).

Girard C., 2005, Mode, encadré culturel in A. Rey-D. Morvan (eds.), Dictionnaire culturel en langue française, t. 3, Paris, Le Robert: 672-674.

Greimas A.J., 1956, L’actualité du saussurisme (à l’occasion du 40e anniversaire de la publication du «Cours de linguistique générale»), «Le Français Moderne» 24.3: 191-203.

—, 1966, Sémantique structurale, Paris, Larousse.

—, 2000, La mode en 1830. Essai de description du vocabulaire vestimentaire d’après les journaux de mode de l’époque. Thèse pour le Doctorat ès lettres présentée à la Faculté des Lettres de l’Université de Paris, T.F. Broden-F. Ravaux-Kirkpatrick (eds.), Paris, Presses Universitaires de France (Formes sémiotiques).

Greimas A.J.-Courtès J., 1979, Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Paris, Hachette.

Guillemard C., 1991, Les mots du costume, Paris, Belin (Le français retrouvé).

La Bruyère J. de, 1992, Les Caractères ou Les mœurs de ce siècle, précédé de Les Caractères de Théophraste traduits du grec, in P. Soler (ed.), Moralistes du XVIIe siècle. De Pibrac à Dufresny, Paris, Robert Laffont (Bouquins).

Mallarmé S., 1998-2003, Œuvres complètes, 2 t., B. Marchal (ed.), Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade).

—, 1995, Correspondance complète. 1862-1871, suivi de Lettres sur la poésie. 1872-1898, B. Marchal (ed.), Paris, Gallimard (Folio classique).

Merleau-Ponty M., 1953-1960, Éloge de la philosophie, Paris, Gallimard.

Molinari D., 1987, Sonia Delaunay, Paris, Nouvelles Éditions Françaises.

George S.-Pumon R., 2012, Modes du XVIIe siècle, Paris, Falbalas (Empreintes de mode).

Nyrop K., 1899-1925, Grammaire historique de la langue française, 5 t., Copenague, Gyldendal.

Rey A., 2005, Mode et société, encadré culturel, in Rey A.-Morvan D. (eds.), Dictionnaire culturel en langue française, t. 3, Paris, Le Robert: 674-675.

Rey A. (ed.), 22010, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert.

Rey A.-Morvan D. (eds.), 2005, Dictionnaire culturel en langue française, 4 t., Paris, Le Robert.

Rodi N., 2012, Les 101 mots de la mode à l’usage de tous, Paris, Archibooks et Sautereau (101 mots).

Notes

1   Lettre à Paul Verlaine du lundi 16 novembre 1885. Cf. Fusco Girard (2012: passim).

2  Ces deux thèses dactylographiées ont été publiées en 2000, sous le titre déjà cité  (Greimas 2000).

3   Dans ce même volume, il y a un autre texte important d’Honoré de Balzac concernant la mode: Traité de la vie élégante (1938b).

Auteur

Università degli Studi di Bari «Aldo Moro»

© Ledizioni, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search