Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

De chapeau à... chapeau ! Remarques linguistiques

Mirella Conenna et Sara Vecchiato

Texte intégral

1. Une admiration enthousiaste, une trace de la dévotion et un changement de catégorie grammaticale. Chapeau!1

  • 1   Cet article est le résultat d’une étroite collaboration théorique entre les auteurs. Toutefois, l (...)

1Chapeau! est une expression à facettes inattendues. Tout d’abord, pour l’origine de cette exclamation qui marque l’étonnement et l’approbation, pour ce déplacement d’un nom dans la classe de l’adverbe, à la limite de l’interjection. En second lieu, pour son imbrication avec des expressions équivalentes, et notamment avec chapeau bas!, dont elle est généralement perçue comme une forme elliptique.

2En nous situant dans le cadre théorique du lexique-grammaire, nous considérons chapeau! comme une interjection que l’on peut classer tantôt comme un adverbe, tantôt comme une phrase figée. Dans les deux cas, l’interjection peut remplacer une phrase, comme par exemple Ça s’arrose! ou N’est-ce pas?. Selon Maurice Gross: «les exclamations constituent des termes limites pour la notion d’adverbe. Elles ont des propriétés de mobilité analogues à celles des adverbes. En même temps, on peut les considérer comme des phrases autonomes» (1990: 98).

  • 2  Nous citons des exemples fabriqués; nous indiquons les sources des exemples attestés: (5) «Casteln (...)

3Plusieurs expressions se rapprochent de chapeau!: chapeau bas devant N!; tirer son chapeau (à quelqu’un) et (donner + lancer + tirer) un coup de chapeau (à quelqu’un), cette dernière circulant également, en abrégé, comme nom composé: coup de chapeau (à + pour). En français contemporain, on note un usage différencié de ces expressions et une plus grande diffusion de la seule expression chapeau! qui est ressentie comme un synonyme de bravo!2:

(1) Ce reportage est une véritable réquisitoire contre certains politiques. Chapeau!
(2) Ces derniers temps, plusieurs journalistes ont été tués. Chapeau bas!
(3) La princesse! Chapeau bas devant elle!
(4) Je tire mon chapeau à ce journaliste courageux!
(5) Je donne un coup de chapeau à notre animatrice, et à tout le personnel.
(6) La présidente de l’épicerie sociale a lancé un coup de chapeau à tous les bénévoles.
(7) Je tire un coup de chapeau à Edwy Plenel car il a eu le culot de faire un journal en ligne sur un modèle payant.
(8) L’organisation d’un événement de cette envergure mérite un coup de chapeau à toutes les personnes impliquées.
(9) Un petit coup de chapeau pour ce beau concert.

4Ajoutons encore ceci: les conditions d’énonciation laissent envisager que, souvent et surtout avec chapeau bas!, les locuteurs se représentent, dans la situation communicative, le geste de se découvrir (par respect, par admiration etc.) et peuvent même arriver à l’expliciter, ce geste, en mimant le fait d’ôter leur chapeau. Par cette particularité, ces expressions récupèrent leur sens compositionnel et, dans le cas de chapeau! qui fonctionne comme une interjection, on ne ferait que vérifier ultérieurement les liens bien connus de celle-ci avec la gestuelle.

5Le curieux qui désire se documenter sur le sens de l’expression chapeau! dans les principaux dictionnaires, la trouvera sous le mot-vedette chapeau. Celui-ci est catalogué comme un «substantif masculin» et paraphrasé par le mot coiffure; l’expression entre dans une sous-section dédiée aux «locutions». Le dictionnaire Larousse propose, à côté de la définition, le synonyme bravo et cite les formes chapeau! et chapeau bas! avec plusieurs locutions dont certaines leur sont sémantiquement liées, comme coup de chapeau et tirer son chapeau à quelqu’un. Les emplois avec point d’exclamation sont traités comme interjections, mais le lien entre substantif et interjection n’est pas explicité. D’ailleurs, l’interjection, catégorie floue par excellence, est traitée de façon discontinue en lexicographie, malgré sa fréquence dans la langue (Sarfati 1995; Richet 2001). Dans le Trésor de la Langue Française informatisé, les expressions chapeau! et chapeau bas! sont glosées comme employées «pour exprimer l’admiration». Selon le Robert Historique, «La phraséologie produite avec chapeau consiste en locutions dont plusieurs transposent au figuré des marques concrètes de respect: ôter, tirer son chapeau (1585) et chapeau bas (1694, elliptiquement chapeau!)».

6Notre expression existe également en différentes langues européennes. Nous en citons quelques exemples, tout en soulignant qu’il faudrait vérifier d’éventuelles filiations au niveau des calques et / ou des traductions:

  • 3  À remarquer: l’emploi courant, adverbial, de la forme simple, Respect! par rapport à la phrase com (...)

(10) allemand: Hut ab.
(11) anglais: Hats off (to someone)3.
(12) portugais: o chapéu – tiro o chapéu.
(13) roumain: jos pălăria.

7On notera qu’en italien, mises à part les expressions correspondantes:

(14) levarsi il cappello davanti a N.
(15) fare tanto di cappello a N.
(16) giù il cappello (a + per) N.

8il y a un usage assez courant de l’expression chapeau!, comme emprunt direct au français, mais sans point d’exclamation obligatoire. Les dictionnaires de référence l’enregistrent avec restriction au domaine sportif: «Inter. fr. spec. nel linguaggio sportivo, per esprimere grande ammirazione» (De Mauro-Lepschy 1999: s.v. cappello). Le dictionnaire Battaglia ne contient pas l’expression, qui apparaît seulement dans le Supplemento de 2004, en gardant son caractère d’interjection et le domaine privilégié du sport: «Inter. per esprimere grande ammirazione (in partic. nel linguaggio sportivo)». Cette expression – que les correcteurs automatiques des logiciels de traitement de texte acceptent également – circule en italien comme certains autres éléments du lexique français (impasse, querelle, cul-de-sac etc.) dont le sens reste parfois opaque. Dans le cas de chapeau!, il arrive que l’on rencontre, dans des forums sur Internet, des transcriptions ‘phonétiques’ («sciapò») qui paraissent aller dans ce sens. En espagnol aussi, il y a l’expression équivalente: me quito el sombrero, mais on emploie fréquemment l’emprunt français, avec adaptation phonétique «sciapò» du groupe <ch>. Un approfondissement contrastif dépasserait le cadre de la présente étude, mais il nous parait significatif de remarquer que la forme chapeau bas!, plus complexe, ne franchit pas les limites du français; c’est fort probablement grâce à ses qualités ‘sonores’ que chapeau! est promu au rang d’emprunt.

9Bien que selon certains dictionnaires chapeau! serait une forme elliptique de chapeau bas!, la diversification de leurs emplois pourrait invalider la réduction de chapeau bas! à chapeau!. C’est un point crucial sur lequel s’interrogent entre autres Cellard & Rey (1991) dans le Dictionnaire du français non conventionnel (s.v. chapeau): «En exclamation, exprime l’admiration: Chapeau! Bravo! Félicitations! […] HIST. Début du XXe siècle? Ellipse de chapeau bas! Ou formation d’après donner un coup de chapeau, tirer son chapeau, ‘saluer’».

10Nous allons présenter d’abord une étude détaillée des emplois du mot chapeau pour mettre en relief le continuum entre son utilisation comme mot concret et les occurrences où il figure comme partie d’une expression figée. Ensuite, nous analysons l’expression chapeau!, autrement dit le passage du statut de nom à celui d’adverbe et d’interjection (chapeau → chapeau!). C’est un changement de catégorie qui n’est certes pas rare (cf. les cas d’énallage), mais qui trouve sa valeur, en lexique-grammaire, en tant que continuum entre les éléments libres et les éléments figés.

2. Description lexico-grammaticale du mot chapeau

  • 4  L’étoile employée dans l’exemple indique que la phrase n’est pas acceptable en français. En revanc (...)

11Dans la méthodologie du lexique-grammaire, l’accent doit être mis sur les liens syntaxiques entre les différentes formes (D’Agostino 2001). Ces liens établissent une ‘taxinomie’ des emplois des mots de la langue. Le point de départ est l’observation que les locuteurs n’emploient presque jamais de mots isolés, mais utilisent plutôt des occurrences en contexte phrastique. Par conséquent, c’est la phrase simple qui s’impose comme unité d’analyse (Gross 1981: 48); donc le sens d’un mot ne ressort que lorsqu’on le met en relation avec d’autres mots. Nous pouvons citer, à titre d’exemple, la distribution des verbes perdre et égarer. Il s’agit de deux verbes synonymes, mais à bien regarder, ils ne sont mutuellement remplaçables que dans certains contextes (Gross 1997)4:

(17a) Max a perdu ses lunettes. vs (17b) Max a égaré ses lunettes.
(18a) Max a perdu de l’importance. vs (18b) *Max a égaré de l’importance.

12Dans le cas du mot chapeau, nous pouvons prendre en examen deux phrases: dans (19a), le mot chapeau est choisi en tant que mot concret, c’est-à-dire comme un contenu nominal libre (Harris 1976; Gross 1993), qui est soumis aux sélections catégorielles imposées par nos connaissances du monde (il est improbable que Max mette son vélo sur sa tête...). Dans (19b), le mot chapeau entre dans une locution exclamative et ne peut être remplacé séparément.

(19a) Max met son chapeau sur sa tête. (19b) Chapeau bas devant elle, messieurs!

  • 5  Les emplois techniques du mot chapeau sont tellement riches et variés que nous envisageons de leur (...)

13Afin de décrire les occurrences du mot chapeau, nous faisons référence au travail entamé par le LIGM (Laboratoire Gaspard-Monge) de l’Université Paris-Est (2013), qui consiste notamment en une mise à jour importante des recherches commencées par Maurice Gross et l’équipe du LADL (Gross 1975; Boons-Guillet 1976; Guillet-Leclère 1992; Tolone 2012). Les tables du Laboratoire constituent une base de données riche et détaillée contenant un balayage du lexique croisé avec un balayage de propriétés syntaxico-sémantiques. Elles incluent un dictionnaire électronique de mots composés (DELAC), un lexique-grammaire des phrases figées et des «grammaires locales». Nous avançons également au moyen d’attestations lexicographiques, faisant référence au Trésor de la Langue Française informatisé, à la neuvième édition du Dictionnaire de l’Académie française, et à la Base de Données Lexicales Panfrancophones (BDLP). Nous ajoutons enfin d’autres dictionnaires qui nous paraissent pertinents, à savoir le Dictionnaire Larousse de la langue française, le Grand Robert de la langue française, le Dictionnaire Robert des expressions et locutions et le Dictionnaire Robert des proverbes et dictons. Tous ces dictionnaires ont été publiés à partir des années 1990, ce qui les rend un corpus homogène et représentatif du point de vue temporel. Certains emplois techniques, relevant de «lexiques satellites» (Gross 1989) sont répertoriés tout de même puisqu’ils sont enregistrés dans les dictionnaires généraux5.

14La typologie des formes dans lesquelles apparaît le mot chapeau dans ce corpus est la suivante: à part sa forme simple chapeau, il entre dans des composés nominaux comme chapeau chinois, dans des verbes figés comme donner un coup de chapeau à quelqu’un et des adverbes figés du type (partir) la fleur au chapeau, ainsi que dans des proverbes comme Sous le chapeau d’un paysan est le conseil d’un prince.

Nom composé

Verbe figé

Adverbe figé

Proverbe

chapeau chinois

chapeau de carde

chapeau de palier

porter le chapeau

tirer son chapeau à N

s’occuper du chapeau de la gamine

chapeau!

sous le chapeau de N

Qui a bonne tête ne manque pas de chapeaux

15Signalons l’existence d’une variation graphique chapô (Larousse), qui reste cependant limitée au domaine spécialisé des lexiques «satellites», indiquant un texte généralement court précédant le corps d’un article de presse. En outre, d’après la BDLP, au Tchad le mot chapeau acquiert le sens particulier de «perruque de femme».

16Un certain nombre de noms composés sont employés pour indiquer une forme particulière de chapeau: chapeau-boule, chapeau melon, un chapeau imperméable étant différent du chapeau de soleil. D’autres désignent le rôle de la personne: le chapeau bordé et le chapeau ferré est porté par le gendarme, tandis que le chapeau rouge indique la dignité de cardinal. L’emploi des composés est assez fréquent dans les lexiques satellites: chapeau de carde, chapeau de fer et chapeau de presse indiquent, respectivement, une «pièce métallique rectangulaire garnie de pointes», la «partie supérieure d’un filon proche de la surface et riche en fer», la «traverse reliant les jumelles de la presse pour leur donner de la solidité». La forme chapeau du Gol a le sens, attesté à la Réunion, de «couvre-chef de fabrication locale fait avec des joncs de l’étang du Gol» (BDLP).

NA

NN

N de N

VN

chapeau bordé

chapeau breton

chapeau chinois

chapeau ciré

chapeau ferré

chapeau imperméable

chapeau mexicain

chapeau mou

chapeau rouge

chapeau tyrolien

chapeau bavolet

chapeau canotier

chapeau claque

chapeau cloche

chapeau coiffe

chapeau épingle

chapeau gibus

chapeau melon

chapeau panama

chapeau-boule

frère chapeau

lampe-chapeau

vers chapeau

chapeau d’argent

chapeau de carde

chapeau de cardinal

chapeau de cheminée

chapeau de coussinet

chapeau de curé

chapeau de distributeur

chapeau de femme

chapeau de fer

chapeau de gaz

chapeau de gendarme

chapeau de la mariée

chapeau de lampe

chapeau de lucarne

chapeau de mérite

chapeau de Montauban

chapeau de mousquetaire

chapeau de palier

chapeau de pluie

chapeau de presse

chapeau de quaker

chapeau de roue

chapeau de soleil

chapeau de ville

chapeau d’escalier

chapeau d’homme

chapeau du capitaine

chapeau d’un article de journal

chapeau d’un vol-au-vent

chapitre des chapeaux

chapeau du Gol

porte-chapeau

17En ce qui concerne les verbes figés, nous pouvons les regrouper en deux grandes catégories syntaxiques: ceux qui admettent un seul complément, direct (C1) ou indirect (CP1), et ceux qui en admettent deux (C1P2):

C1

CP1

C1P2

avaler son chapeau

baver (en) des ronds de chapeau

casser les chapeaux du monde

faire chapeau

gagner le chapeau de paille

manger son chapeau

mettre chapeau bas

obtenir le chapeau

porter chapeau

porter le chapeau

recevoir le chapeau

saluer le chapeau de Gessler

se voir refuser le chapeau

aspirer au chapeau

entrer au chapeau

servir de chapeau

s’occuper du chapeau de la gamine

tourner sur les chapeaux de roues

travailler du chapeau

donner un coup de chapeau à N

écrire N sur son chapeau

mettre N au chapeau

planter un chapeau sur la tête

porter la main à son chapeau

tirer son chapeau à N

18Des formes avec le verbe avoir et être sont aussi attestées:

A1P2

E1

E1P2

avoir son chapeau sur l’oreille à N

être la plus belle rose du chapeau de N

être un coup de chapeau

  • 6DicAuPro (Dictionnaire automatique et philologique des proverbes français) est une base de données (...)

19Quant aux proverbes, les formes suivantes sont attestées dans DicAuPro6:

(20) Qui a bonne tête ne manque pas de chapeaux.
(21) Qui a de l’argent, a des chapeaux.
(22) Sous le chapeau d’un paysan est le conseil d’un prince.
(23) Ventre pointu n’a jamais porté chapeau.
(24) Dieu nous préserve du chapelet du connétable de Montmorenci, de la messe du chancelier de l’Hôpital, du chapeau rouge du cardinal de Chatillon et du curedent de l’amiral de Coligny.

  • 7  Il s’agit d’une variante (citée dans l’Histoire universelle de Jacques-Auguste de Thou) du proverb (...)

20Il s’agit de structures syntaxiques habituelles des proverbes, comme celle en Qui (Conenna 1988: 2000), sauf pour le dernier cas, du XVIIe siècle7, qui a l’allure d’une formule / citation.

21En ce qui concerne les adverbes et les interjections, il faut rappeler que Gross (1990) englobe dans la même catégorie d’adverbe les adverbes simples, les compléments circonstanciels et une partie des interjections. Les critères de définition des adverbes sont leur nature optionnelle et le fait qu’ils peuvent se combiner avec plusieurs prédicats. Généralement, ils répondent aux questions , comment, quand. Le mot chapeau entre dans certains adverbes figés:

(25) agir sous le chapeau de N.
(26) partir la fleur au chapeau.

22Lorsqu’une forme peut se reconstruire par la réduction d’un verbe, elle n’est pas analysée comme un adverbe, mais plutôt comme une phrase figée à part entière (Gross 1990: 98). C’est le cas de chapeau! et de chapeau bas! qui entrent dans une classe de phrases figées des Tables du Lexique-Grammaire (2013) avec l’expression Turlututu, chapeau pointu.

(27) Chapeau!
(28) Chapeau bas devant N.
(29) Turlututu, chapeau pointu.

23Alors que pour chapeau bas devant N il est aisé de reconstruire une dérivation de mettre son chapeau bas devant N, chapeau! pourrait être analysé comme une réduction à son tour de chapeau bas devant N ou bien comme une réduction du verbe figé (donner + lancer + tirer) un coup de chapeau à N.

3. Quelques emplois de l’expression chapeau!

24Ce n’est que dans la neuvième édition du Dictionnaire de l’Académie (1896-1992: s.v. chapeau), que paraît l’expression chapeau!:

Mettre chapeau bas. Porter la main au chapeau, ébaucher un salut. Donner un coup de chapeau à quelqu’un, le saluer et, fig., lui donner un témoignage de sympathie. Fig. Tirer son chapeau à quelqu’un, lui témoigner son admiration. Chapeau bas! expression d’admiration. Ellipt. et pop. Chapeau! bravo!.

25La forme chapeau!, qui est très diffusée et fonctionne comme un synonyme de bravo! ne figure pourtant pas dans le corpus littéraire que nous avons analysé. En effet, les concordances du mot chapeau dans la base textuelle Frantext (en l’occurrence dans le corpus «textes libres de droits» utilisable sur le site CNRTL, qui réunit «500 œuvres de la littérature française couvrant la période du XVIIIe au XXe siècle») ne montrent qu’un nombre restreint d’attestations de l’expression chapeau bas! (3 seulement sur 1124). Ce qui soulignerait la tendance à employer chapeau! à l’oral.

26Dans cet usage familier, on peut considérer l’expression comme interchangeable avec sa forme équivalente tirer son chapeau (à quelqu’un); quant à chapeau bas!, les locuteurs y ressentent une référence plus accentuée à une situation de «considération respectueuse»:

(32) Paul a été reçu à Polytechnique. Chapeau!
(33) Paul a été reçu à Polytechnique. Je lui tire mon chapeau!
(34)?Paul a été reçu à Polytechnique. Chapeau bas!
(35) Tu as fait très rapidement un créneau difficile avec ta grosse voiture. Chapeau!
(36) Tu as fait très rapidement un créneau difficile avec ta grosse voiture. Je te tire mon chapeau!
(37)?Tu as fait très rapidement un créneau difficile avec ta grosse voiture. Chapeau bas!
(38) Malgré sa grave maladie, elle a continué à travailler et à terminer ce grand projet. Chapeau bas!
(39) Malgré sa grave maladie, elle a continué à travailler et à terminer ce grand projet. Chapeau!
(40) Malgré sa grave maladie, elle a continué à travailler et à terminer ce grand projet. Je lui tire mon chapeau!
(41) Ce vieux monsieur s’est jeté à l’eau et a sauvé la petite fille qui ne savait pas nager. Chapeau bas!
(42) Ce vieux monsieur s’est jeté à l’eau et a sauvé la petite fille qui ne savait pas nager. Chapeau!
(43) Ce vieux monsieur s’est jeté à l’eau et a sauvé la petite fille qui ne savait pas nager. Je lui tire mon chapeau!

27Et encore:

(44) Chapeau! Tirer son chapeau.
(45) Chapeau bas! *Tirer son chapeau bas.
(46) Coup de chapeau! *Coup de chapeau bas.

28Des paraphrases sont aussi possibles:

(47) Chapeau à Paul qui a été reçu à Polytechnique!
(48) Chapeau à ce vieux monsieur qui s’est jeté à l’eau et a sauvé la petite fille qui ne savait pas nager!

29L’acceptabilité de ces exemples est ‘poussée’ pour la description linguistique. Dans la communication, on peut, bien évidemment, avoir recours à l’ajout d’éléments tels alors là, qui soulignent l’intonation admirative:

(49) Alors là, chapeau!
(50) Alors là, chapeau bas!
(51) Alors là, chapeau bas, messieurs!
(52) Alors là, je (te + vous) tire mon chapeau!

30Une intonation qui est, souvent, accentuée à son tour par la gestuelle qui reste implicite. Il faut encore remarquer que bravo! et chapeau!, tout en ayant le même sens, ne sont pas commutables. Par exemple, seul bravo! admet la répétition:

(53) Bravo! Bravo!
(54) *Chapeau! Chapeau!

31On pourra dire à des enfants la phrase (55), mais la même forme, avec la même intonation, ne serait pas naturelle avec le mot chapeau. En revanche, elle serait acceptable sur le modèle de (49):

(55) Bravo, bravo, les enfants! Vous avez fait un très beau dessein.
(56) *Chapeau, chapeau les enfants! Vous avez fait un très beau dessein.
(57) Alors là, chapeau, les enfants! Vous avez fait un très beau dessein.

4. Conclusion

32En résumant notre propos, nous avons observé un dédoublement des expressions:

(58) chapeau!
(59) chapeau bas!

33Traditionnellement, elles sont reliées par une réduction due au fait que chapeau! est la forme ‘elliptique’ de chapeau bas!, ce qui indiquerait une seule ‘filière’:

(60a) être chapeau bas devant N.
(60b) mettre chapeau bas devant N.
(60c) chapeau bas devant N!
(60d) chapeau bas!
(60e) chapeau!

34Dans (61a) il s’agit plutôt d’une construction à verbe support approprié (Gross 1996), qui peut être traitée comme une expression figée à cause de l’imprévisibilité du choix lexical du verbe support, mais qui peut être facilement détachée de son complément (Vecchiato 2009):

(61a) (donner + lancer + tirer) un coup de chapeau à N.
(61b) coup de chapeau à N.

35La phrase (62) semble la seule qui n’a pas produit de réductions, mais elle témoigne néanmoins la productivité de l’expression, sans doute à cause de sa motivation, qui frappe la fantaisie:

(62) tirer son chapeau à N.

36Pour conclure, nous sommes parties de l’usage de ces expressions en français contemporain, après la consultation des dictionnaires. Nos observations trouvent un éclaircissement théorique dans la description en lexique-grammaire qui se fonde sur la nécessité d’expliciter les propriétés syntaxiques, donc tous les emplois, des éléments lexicaux. C’est un classement taxinomique visant les relations transformationnelles qui relient les différentes formes, qui légitime les entrelacs entre chapeau! et chapeau bas!.

37Cette richesse lexicale et la productivité de l’expression qui se multiplie en plusieurs variantes, feront l’objet d’une analyse plus vaste dans un prochain travail que nous intitulerons, en prolongement à celui-ci: Chapeau! et Chapeau bas! Ramifications d’une expression figée.

Bibliographie

Base de Données Lexicales Panfrancophones, 2001-2011, en ligne: http://www.cnrtl.fr/definition/.

Battaglia S., Bàrberi Squarotti G., 1961-2004, Grande dizionario della lingua italiana, Torino, UTET.

Boons J.-P.-Guillet A.-Leclère Ch., 1976, La structure des phrases simples en français: constructions intransitives, Genève, Droz.

Cellard J.-Rey A., 1991, Dictionnaire du français non conventionnel, Paris, Hachette, (1980).

Chantreau S.-Rey A. (eds.), 2006, Dictionnaire d’expressions et locutions, Paris, Le Robert.

CNRTL (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales), 2013, en ligne: http://www.cnrtl.fr.

Conenna M., 1988, Sur un lexique-grammaire comparé de proverbes, «Langages» 90: 99-116.

—, 2000, Structures syntaxiques des proverbes français et italiens, «Langages» 139: 27-38.

Conenna M. et al., 2006, Le projet DicAuPro (Dictionnaire automatique et philologique des proverbes français). Développement d’une base de données informatisée des proverbes du français, in A. Häcki Buhofer-H. Burger (eds.), Phraseology in Motion I, Baltmannsweiler, Schneider Hohengehren: 79-89.

Danlos L., 1988, Les phrases à verbe support être Prép, «Langages» 90: 23-37.

D’Agostino E., 2001, Le forme lessicali del parlare, Napoli, ESI.

De Gioia M., 2012, Synonymie et incises in S. Cappello-M. Conenna-J.-P. Dufiet (eds.), La synonymie au-delà du lexique, Udine, Forum: 53-62.

De Mauro T.-Lepschy G.C.-Sanguineti E., 1999, Grande dizionario italiano dell’uso, Torino, UTET.

Dictionnaire de l’Académie française, 1992, en ligne: http://www.cnrtl.fr/definition/.

Dictionnaire des proverbes et dictons, 2006, Paris, Le Robert.

Dictionnaire historique de la langue française, 2012, Paris, Le Robert.

Dictionnaire Larousse de la langue française, 2013, Paris, Larousse, en ligne: http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais.

Frantext corpus «textes libres de droits», en ligne: http://www.cnrtl.fr/corpus/frantext/frantext.php/.

Furetière A., 1690, Dictionnaire universel, t. 1, La Haye, Arnout et Reinier Leers.

Grand Robert de la langue française, 2001, Paris, Le Robert.

Gross G., 1996, Prédicats nominaux et compatibilité aspectuelle, «Langages» 121: 54-72.

Gross M., 1975, Méthodes en syntaxe, Paris, Hermann.

—, 1981, Les bases empiriques de la notion de prédicat sémantique, «Langages» 63: 7-52.

—, 1989, La construction de dictionnaires électroniques, «Annales de Télécommunication» 44.1-2: 1-16.

—, 1990, Grammaire transformationnelle du français. t. 3 Syntaxe de l’adverbe, Paris, ASSTRIL.

—, 1993, Les phrases figées en français, «L’Information grammaticale» 59: 36-41.

—, 1997, Synonymie, morphologie dérivationnelle et transformations, «Langages» 128: 72-90.

Guillet A.-Leclère Ch., 1992, La structure des phrases simples en français – Construction transitives locatives, Genève, Droz.

Harris Z.S., 1976, Notes du cours de syntaxe, Paris, Seuil.

Littré É., 1873-1874, Dictionnaire de la langue française, Paris, Hachette.

Marque-Pucheu Ch., 2013, Les interjections dans le lexique-grammaire: des exclamatives réduites entre adverbiaux et phrases figées, in J. Baptista-M. Monteleone (ed.), 32nd International Conference on Lexis and Grammar, Universidade do Algarve, 10-14 September 2013: 21-24.

Richet B., 2001, Quelques données et réflexions sur la traduction des interjections, in M. Ballard (ed.), Oralité et traduction, Artois Presses Université: 79-128.

Sarfati G.-E., 1995, La tautologie et l’usage: les interjections dans le dictionnaire, «Faits de langues» 6: 231-238.

Tables du Lexique-Grammaire, 2013, Laboratoire Gaspard-Monge, Université Paris-Est, en ligne: http://infolingu.univ-mlv.fr/.

Tolone E., 2012, Analyse syntaxique à l’aide des tables du Lexique-Grammaire français, Saarbrücken, EUE.

Trésor de la langue française informatisé, en ligne: http://atilf.atilf.fr.

Vecchiato S., 2009, À propos des constructions à verbe support suivis d’une interrogative indirecte en français et en italien. ‘Poser une question’ – ‘fare una domanda’, «Arena Romanistica» 4: 338-347.

Notes

1   Cet article est le résultat d’une étroite collaboration théorique entre les auteurs. Toutefois, les paragraphes 1 et 3 ont été rédigés essentiellement par Mirella Conenna, alors que les paragraphes 2 et 4 ont été rédigés essentiellement par Sara Vecchiato.

2  Nous citons des exemples fabriqués; nous indiquons les sources des exemples attestés: (5) «Castelnau-Montratier. Résidents et proches réunis», La Dépêche 23/09/2013; (6) «L’épicerie sociale: un secours apprécié», La Nouvelle République 24/01/2012; (7) «Elisabeth Lévy: ‘Il faut un peu de bagarre civilisée’», Le Figaro 03/04/2013; (8) «Un événement marquant, par Nicolas Buclet», Pacte Grenoble 15/06/2013.

3  À remarquer: l’emploi courant, adverbial, de la forme simple, Respect! par rapport à la phrase complète: a. Your marmalade is fantastic. Respect! b. Hats off to the man who invented kitchen paper!

4  L’étoile employée dans l’exemple indique que la phrase n’est pas acceptable en français. En revanche, le point d’interrogation indique l’acceptabilité douteuse, cf. les exemples 34 et 37.

5  Les emplois techniques du mot chapeau sont tellement riches et variés que nous envisageons de leur consacrer une étude ultérieure.

6DicAuPro (Dictionnaire automatique et philologique des proverbes français) est une base de données informatisée des proverbes du français, en cours de réalisation (Conenna 2006).

7  Il s’agit d’une variante (citée dans l’Histoire universelle de Jacques-Auguste de Thou) du proverbe Il faut se méfier de la messe du chancelier.

Auteurs

Università degli Studi di Bari «Aldo Moro»

Università degli Studi di Udine

© Ledizioni, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search