Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

Représentations du bijou maghrébin entre la tradition et la modernité au-delà de l’esthétique

Maria Cerullo

Texte intégral

  • 1   Cf. Camps-Fabrer (1991).
  • 2   Artisans bijoutiers des Ath Yenni dont les ancêtres, joailliers émérites du Royaume de Koukou au (...)
  • 3   Voir la rubrique «Tourisme et artisanat» de l’Ambassade d’Algérie à Prague.

1Dès l’antiquité tous les peuples ont traduit des valeurs socio-culturelles et identitaires dans des modalités artistiques plurielles. Parmi les manifestations artistiques, les bijoux représentent un art traditionnel florissant et largement répandu au Maghreb depuis plusieurs siècles, où l’argent a été choisi de tout temps pour leur réalisation, à l’exclusion de l’or. En effet, c’est l’argent la base de la bijouterie maghrébine et de la bijouterie berbère en particulier: l’or, introduit récemment, est le métal préféré par les femmes habitant dans les villes. Le discrédit de l’or dans le milieu rural est attribuable, à la fois, à la nature impure du métal, dénoncée par les commentateurs du Coran1, et à son prix plus élevé que celui de l’argent. Mais quels que soient les métaux utilisés, le bijou est, dans tout le Maghreb, porteur de message culturel et sa production artisanale a précédé toute forme de communication littéraire, en voyageant à travers le temps et l’espace, grâce aussi au savoir-faire des Iheddaden nel’fetta2 qui ont su transmettre leur art et leurs secrets de fabrique artisanale, jalousement gardés, de génération en génération. C’est pour cette raison que la légende raconte qu’autrefois les artisans bijoutiers de Ath Yenni refusaient de marier leurs filles à l’extérieur de la région, de peur de voir leur secret s’évaporer. Aujourd’hui encore tout le savoir-faire des artisans bijoutiers s’expose chaque année, du 27 juillet au 4 août, lors de la «fête du bijou qui vise ni plus ni moins qu’à redonner ses lettres de noblesse à cet art»3. Même si de nos jours des touches modernes ont été introduites sur le bijou traditionnel, les artisans kabyles continuent à travailler avec la même passion, le même savoir-faire ancestral. C’est ce que nous montrent les statistiques inscrites dans le tableau proposé par Dehbia Akkache-Maacha dans son article (2008: 5):

Nature de l’activité

Nombre d’artisans

En pourcentage (%)

Bijouterie

129

20,80

Poterie

70

11,00

Vannerie

33

05,32

Habit traditionnel

66

10,64

Tissage

16

03,00

Sculpture sur bois

31

05,00

2La compétence et l’originalité des artisans joailliers de Ath Yenni est louée aussi par une chanson de Samy El Djazairi, Ô Forgeron, dans laquelle l’auteur demande au forgeron kabyle de fabriquer un bijou pour sa bien aimée:

  • 4  http://www.dzmusique.com/ALBUM-BEST-OF-SAMY.PHP#/music/samy-el-djazairi/best-of-samy-6348,main_con (...)

Ô forgeron de Ath Yenni,
Toi qui fait la bonne sculpture,
Ma bien aimée habite les hauteurs,
À cause d’elle je ne dors pas les nuits,
Ô forgeron fabrique-moi des boucles d’oreilles.
[…] Ô forgeron de l’argenterie
Fabrique-moi des boucles d’oreilles,
Ô maman, maman chérie!
Va me demander la main de celle aux yeux éblouissants
Ô forgeron fabrique-moi des boucles d’oreilles.4

3Mais, si dans la culture occidentale le bijou est surtout l’expression de la coquetterie féminine, il n’est, dans la culture maghrébine, qu’un simple ornement, un objet d’embellissement du corps; le bijou maghrébin est, avant tout, le signe tangible de l’appartenance sociale et de la place de l’individu dans la société. On peut le considérer, donc, d’un point de vue socio-historique, comme une identité, un mode de vivre, un héritage du temps, dont le symbolisme dépasse la manifestation esthétique, en faisant partie intégrante de la mémoire collective de la culture maghrébine:

Les bijoux, ainsi que les vêtements, identifient les membres d’une même tribu, de telle façon que les matériaux et les décorations indiquent aussi bien l’origine que l’appartenance. Ainsi, il est facile de déterminer l’origine tribale et géographique des femmes qui les portent. (Giralt 2005: 109)

  • 5   Bijou constitué de deux éléments réunis sous le menton par des barrettes. A quelques rangs de cha (...)
  • 6   À ce propos voir aussi: Sebbar-Taraud (2006).

4On peut admirer différents types de bijoux maghrébins: diadèmes, jugulaires, boucles d’oreilles, fibules, colliers, bagues, ceintures, chevillières et même si, parmi les régions du Maghreb, la Kabylie est, sans aucun doute, la région la plus féconde en bijoux, la jugulaire5 est un bijou inconnu dans cette région: il est porté surtout par la femme chaouïa. Mais tous les autres bijoux ont toujours accompagné la vie des femmes kabyles: encore aujourd’hui, ils véhiculent une charge symbolique où «la parure apparaît avant tout comme un objet protecteur traduisant l’expression de la force» (Benfoughal 1997: 21). En effet, la parure de la femme kabyle, qui fait traditionnellement partie de la dot de la jeune mariée, demeure le témoin fidèle de la culture de ce peuple comme en témoignent d’anciennes gravures, portraits de femmes parées de diadèmes, de lourdes chaînes en argent retenues par des fibules imposantes sur les deux épaules, de colliers qui couvrent presque entièrement la poitrine6. Ces bijoux jouent un grand rôle dans la société kabyle: la mariée doit les porter comme ornement sur la robe kabyle le jour où elle sort pour la première fois de chez elle avec son époux pour faire le tour du village et visiter les lieux sacrés où sont enterrées des personnes saintes, afin que leurs esprits veillent sur elle et sur son foyer. Ces bijoux ont des couleurs différentes inspirées de la nature: le bleu symbolise le grand ciel représentant l’espoir, le jaune est le soleil qui inonde de sa lumière et de sa chaleur, le vert symbolise la nature environnante source de nourriture et de vie, alors que le rouge éclate du cabochon en corail.

5Et encore la femme kabyle «accompagnait son mari à la guerre pour exciter son courage au moment du combat et elle se parait alors de tous ses bijoux pour rehausser sa beauté» (Eudel 1906: 198).

6Une charge fortement symbolique et culturelle est donnée au bracelet kabyle par le poème de Taos Amrouche, où ce bijou devient tant symbole du patrimoine kabyle qu’occasion de courtiser la personne aimée pendant la saison de la récolte des olives, ainsi que métaphore de l’amour, du mariage et de la continuité:

Bracelet aux émaux
Dans les Mont Ayed,
Tu es prisonnier
De la neige et du vent.

Bracelet d’argent clair
Perdu à la fontaine,
Dis-moi, le bien aimé,
Qu’est-il devenu?
Bracelet de corail
Au temps des olives,
Va dire au jeune homme
Que je suis délaissée.
(Amrouche 1996: 178)

7Mais exhiber les bijoux est une pratique commune à tout le Maghreb. Ils ne représentent pas seulement la richesse de sa propre famille, mais ils sont aussi un moyen, typiquement féminin, de montrer les offrandes de la belle famille. Les bijoux se transmettent de mère en fille, ils sont une source financière en cas de besoin, une garantie contre les incertitudes de la répudiation:

Ces bijoux représentent pour elles l’indépendance économique. La quantité et la qualité des bijoux varient selon le pacte familial et, surtout, selon le statut de la famille des époux. Ainsi, un homme qui veut épouser une femme appartenant à une famille ayant beaucoup de ressources devra apporter une dot très élevée en bijoux et, si besoin est, aussi avec de l’argent ou des épices. Dans le cas contraire, la femme recevrait alors un moindre nombre de bijoux d’une qualité inférieure. La plupart des femmes berbères ne portent les bijoux que lors des événements familiaux ou festifs. Cependant, encore aujourd’hui, dans certains lieux du monde rural, les femmes réalisent leurs activités quotidiennes sans se séparer de leurs bracelets, leurs colliers et leurs bijoux de fête, c’est un fait curieux car, parfois, elles sont parées avec de merveilleux bijoux émaillés et avec d’énormes pierres d’ambre. (Giralt 2005: 109)

8Au Maroc l’art du bijou en argent est concentré à Tiznit, Inezgane et Taroudant. Les bijoux marocains ont des formes et des motifs très variés «parce que la mouvance humaine a été à l’origine d’un mélange complexe de traditions locales et d’influences étrangères» (Ramirez-Rolot 1998: 72). Et, même si le décor géométrique reste le plus répandu, le décor floral ne manque pas. Dans la région de Tafraoute les parures très colorées des femmes berbères sont composées d’un pendentif central ovoïde en émail cloisonné, appelé taguemmout, et de pièces de monnaie sur lesquelles sont sertis des cabochons de verre taillé. La fibule fixe le drapé sur l’épaule ou retient le rectangle de tissu servant de manteau. Pendants d’oreilles, frontaux, bijoux de tête ou de poitrine envahissent le front, le cou et le buste: triangles ciselés, perles de métal lisse ou filigrané, chaînes, pièces de monnaie anciennes, boules d’ambre ou de corail se mêlent à des bandes de tissu ou à des cordelières en laine. Les bracelets, contrastant avec les autres bijoux par leur sévérité, sont larges et très épais. «Dans la chambre de la femme marocaine, il y a toujours une boîte à bijoux disposée sur une petite étagère en bois encastrée dans le mur» (64). Les bijoux les plus portés par les femmes marocaines sont les bracelets et les fibules, tandis que l’anneau de cheville est le bijou le plus répandu dans le Sud du Maroc:

Mon corps vierge et parfumé de myrrhe
S’offre à la seule caresse du vent
Et le soleil qui sur ma peau délire
Incruste d’or mes fibules d’argent.
(Chahid Madani-Sadouk 1997: 5)

  • 7   ‘Soleil et lune’: il s’agit d’un bijou citadin.

9Au nord du pays, les femmes portent un bracelet appelé chems oul kmar7, composé de diagonales en relief en or et en argent alternés, où ces deux métaux symbolisent respectivement la lumière du soleil et de la lune. Les bracelets en argent sont fabriqués dans le sud du pays et ils sont surtout des bijoux tribaux:

Les femmes de la montagne arrivent sur le souk.
«Et leurs bijoux d’argent tintent à chaque pas».
(Goudard 1928: 285-332)

  • 8   L’exposition, préparée à Palazzo Vallelonga, Torre del Greco, a été parrainée par l’Ambassade de (...)

10Qu’ils soient citadins ou tribaux, tous les bijoux maghrébins sont améliorés par des pierres précieuses porte-bonheur. Celles qui sont le plus répandues au Maghreb sont l’ambre et le corail qui symbolisent l’une le pouvoir de stabiliser les énergies et favoriser l’auto-guérison de toutes les maladies et l’autre de développer le magnétisme personnel de celui qui le porte, en le préservant du mauvais sort. Mais les pouvoirs attribués au corail font partie des croyances populaires de tous les peuples de la Méditerranée. L’exposition du «corail dans le bijou ethnique du Maroc et de l’Algérie», qui a eu lieu à Naples du 18 décembre 2004 au 23 janvier 2005, a mis très bien en relief l’aspect interculturel entre l’Italie et le Maghreb. Par la réalisation de plus d’une centaine de bijoux en métaux précieux et en corail, les Italiens ont pu relever une partie du scénario de l’équilibre social, religieux et géographique, ainsi que le patrimoine artistique du passé et du présent de ces peuples. L’exposition de ces bijoux peut être considérée comme une ‘réalité miniaturisée’ qui a permis de découvrir des liens fascinants entre des cultures différentes8. Il ne faut pas oublier que le Maghreb a été aussi le lieu du passage du commerce des bijoux de l’Orient en Occident, emportés par les Phéniciens dans leurs courses vers des pays éloignés.

  • 9   Cette poésie anonyme et orale est essentiellement citadine et féminine. Son langage emprunte auss (...)

11En Algérie les bijoux sont utilisés aussi pour jouer à la boûgâla, un jeu divinatoire. Les séances se tiennent la nuit et ne concernent que les femmes. Le principe veut que de jeunes femmes se rassemblent autour d’un bocal, rempli de l’eau de sept sources ou de sept fontaines, dans lequel chacune dépose un bijou, une bague, une broche ou une boucle d’oreille. Une femme âgée, l’officiante, prend le bocal pour le tourner sept fois au-dessus d’un brasero, où brûle de l’encens, en récitant des formules incantatoires. Puis elle récite une boûgâla, un poème court de quatre ou cinq vers9. Le poème peut lui venir de la mémoire séculaire des ancêtres ou juste de l’improvisation du moment. Après cette récitation, les femmes demandent à une vierge de prendre au hasard un bijou du bocal. La propriétaire du bijou sorti de l’eau doit, avec le groupe, trouver dans le poème récité ce qui peut éclairer sa vie, ses amours, lui annoncer des départs, des joies ou des malheurs. Et, comme ce poème est souvent vague et imagé, tous les événements futurs pour la femme sont possibles (Kacimi-Koraïchi 2006).

12En ce qui concerne les noms des bijoux au Maghreb, ils sont généralement empruntés à la langue arabe et ils sont tirés, très souvent, d’une particularité de la forme extérieure du bijou. Parfois «ces mots ont été défigurés dans l’usage et les altérations les plus profondes qu’ils ont subies sont dues aux Juifs qui, comme on le sait, se livrent en grand nombre à la fabrication et au commerce des bijoux» (Eudel 1906: 1). Mais les Juifs n’ont pas été les seuls qui ont déformé les noms arabes des bijoux. Paul Eudel nous informe que les Berbères aussi ont pris les noms arabes en les déformant suivant les procédés phonétiques qui sont propres de leur langue et que «la domination turque a, de son côté, introduit certains vocables turcs et les langues espagnoles et italiennes ont elles-mêmes fourni un léger contingent aux vocabulaires des orfèvres bien que le mot existât dans la langue arabe. C’est ainsi qu’on emploie le mot qatina transcription de ‘catina’, alors que le synonyme ‘Selsela’ transformé en Sensela est resté d’usage courant pour dire une chaîne» (Ibidem).

  • 10  Ce mot signifie ‘cinq’. Eudel (1906: 81).

13D’ailleurs, certains bijoux destinés au même usage portent souvent des noms variés, suivant les localités et les pays. En Algérie, par exemple, on trouve la mecherfa qui est la parure d’oreilles composée d’un simple anneau décoré de triangles perlés: à Tunis est fabriquée la chichektane, une boucle à forme d’anneau d’or, incrustée d’éclats de diamants. Par contre, la khamsa10 désigne un bijou porte-bonheur, en forme de main ouverte et il peut être en or ou en argent. «C’est une simple plaque découpée ou coulée, n’ayant d’ordinaire d’autres enjolivements que quelques traits gravés d’un art très primitif et, à la naissance du poignet, un anneau soudé qui permet de la suspendre» (80). La main est un fétiche qui peut être jeté en étendant la main avec la formule: Khamsa tiaïnek c’est-à-dire ‘cinq dans ton œil’. C’est le bijou le plus répandu au Maghreb, il est porté par tous:

Les Arabes et les Juifs croient se préserver des maux qui pourraient les atteindre en sculptant une main sur la façade de leur habitation ou en plaquant, sur le mur extérieur, l’empreinte d’une main trempée dans le sang d’un poulet fraîchement égorgé. Les orfèvres ambulants transforment souvent, sous les yeux des voyageurs, les pièces de monnaie de 2 francs et de 5 francs, en mains d’argent. (81)

14À Tunis ce bijou est appelé merebbd, tandis que dans la Grande Kabylie il est appelé afus.

15Les bijoux sont représentés aussi dans la cinématographie maghrébine moderne comme le montre La source des femmes, film réalisé par Radu Mihaileanu, qui est sorti en 2011 et qui se déroule au Maroc. Ici la tradition se mêle à la modernité et les bijoux enferment toute la force de la femme marocaine qui réclame ses droits et sa dignité. Leïla, l’héroïne du film, veut que cesse la tradition selon laquelle les femmes du village vont chercher de l’eau dans les montagnes. Notamment, parce que les femmes, très souvent enceintes, perdent les enfants proches de naître. Il suffirait que les hommes le fassent ou que l’État installe des canalisations. Mais les hommes s’y refusent et l’État ne s’y intéresse pas. Alors, les femmes expriment leur manifestations par le chant en langue arabe qui roucoule et rugit et, même s’il y a des scènes hautement dramatiques et tristes comme la mort des enfants et la guerre contre les hommes, la force de ces femmes apparaît dans toute sa splendeur: habillées en costume blanc avec des bijoux de métal sur le front, elles dansent et chantent toute la rage qu’elles ont dans le cœur.

  • 11   Film d’Allen Penny projeté le vendredi 30 novembre 2012 à l’Institut du Monde Arabe de Paris.

16La valeur commerciale des bijoux, ayant la fonction d’objets de trafic illégal, est représentée par le film En retard pour l’enterrement de ma mère, où le réalisateur met en scène le portrait intime d’une famille maghrébine à la dérive suite au décès de leur mère Zineb, célèbre trafiquante d’or et de bijoux. En racontant le drame de ne pouvoir vivre dans un ‘ici’ incontestable et incontesté, l’histoire du film met l’accent sur les identités transfrontalières et sur la figure tutélaire de la mère dans la famille arabo-musulmane11.

17Dans cet immense répertoire artistique, il ne manque pas la représentation des bijoux maghrébins dans la peinture contemporaine. Les tableaux de Farid Benyaa sont un hommage à l’Algérie, à ses régions, à ses rites, à ses coutumes: la figure de la femme y est omniprésente.

18Dans une interview accordée au portail web Zniqa, le 2 juillet 2013, l’artiste affirme que son objectif est de montrer la richesse et la diversité culturelle en bijoux et costumes traditionnels:

Si mes portraits de femmes sont un mixage de documents et d’imagination, les bijoux et les vêtements sont un travail documentaire minutieux pour rester fidèle à notre culture qui véhicule souvent des légendes, des symboles et des traditions. L’une des missions de l’artiste est de faire découvrir, sensibiliser et perpétuer un patrimoine. Celle aussi de revendiquer une identité.12

19Mais déjà Delacroix avait honoré les femmes algériennes en 1835 par son tableau Femmes d’Alger dans leur appartement, d’où Assia Djebar a tiré le titre d’un recueil de nouvelles. Dans cette œuvre on peut admirer trois femmes algériennes ornées de précieux bijoux: ceintures, colliers, chevillettes, bracelets, bagues, boucles d’oreilles et diadèmes, tandis que l’esclave noire porte des bijoux ruraux: une ceinture, un bracelet sur l’avant-bras gauche, des boucles d’oreilles, un collier de pierres rouges et noires et une bague sur le doigt majeur de la main gauche. C’est la toile qui inaugure admirablement cette veine exotique d’Eugène Delacroix, à la fois étrange et fascinante, qui se prolongera pendant trente ans, jusqu’à sa mort.

20Enfin des bijoux porteurs de messages culturels, on en trouve aussi dans la littérature. Dans le roman Il était une fois un couple heureux (Khaïr-Eddine 2004) les bijoux expriment la valeur de la tradition de la culture marocaine. En effet, la femme de Bouchaib, en éprouvant du mépris pour les femmes de la ville qui portent les bijoux en or, met en relief l’argent, parce que c’est un métal noble et berbère. Ses bijoux ont une histoire; ils représentent le patrimoine de la région et ce sont des objets transmis de génération en génération. Le vieux couple reste attaché aux valeurs ancestrales, en faisant un vrai procès à la modernité envahissante. Par la garde de ces bijoux d’argent, le roman se présente comme un témoignage du passé raconté par un vieux couple Amazigh, qui a vécu les différents événements historiques et les changements sociaux et culturels du Maroc au XXe siècle.

21Les bijoux apparaissent aussi dans La Boîte à Merveille, roman ethnographique d’Ahmed Sefrioui. Ici ils ont une fonction de prédiction. Le père de Sidi Mohamed, narrateur de l’histoire, décide d’acheter des bracelets à sa femme:

– Il y a longtemps que tu me demandes des bracelets soleil et lune (or et argent). Il est temps que je te les offre. (Sefrioui 1971: 118)

22Mais la visite au souk des bijoux se termine par un drame: le père se retrouve le visage tout en sang après une dispute avec un courtier. Lalla Zoubida, qui rêvait tant des bracelets que son mari voulait lui offrir, étant superstitieuse, elle n’en veut plus, car elle pense qu’ils portent malheur et qu’ils causeraient la ruine de la famille:

– Je ne veux pas les voir, ces bijoux de mauvais augure, dit ma mère. Je crois que ne les porterai jamais. Je sens qu’avec eux le malheur est entré dans cette maison. (126)

23En effet, le mauvais sort devient réalité: son mari perd son maigre capital, il vend ces bracelets et va travailler comme moissonneur aux environs de Fès. Lalla Zoubida sera abandonnée par son mari, qui prendra une seconde épouse. Par l’histoire de ce drame, qui se déroule tout autour de ces bracelets, l’auteur montre comment le mauvais œil est, dans la culture maghrébine, une croyance fortement enracinée dans la conscience collective.

24Récemment, les bijoux maghrébins sont entrés aussi dans l’imaginaire fictif d’Arsinoé Leszczynska où Sylvie, une des héroïnes du roman La fabuleuse histoire de Sandrine et Sylvie, raconte:

«Je redescendis à la cuisine au trot, en faisant tinter les bijoux maghrébins que je portais depuis la veille». (Leszczynska2007: 175)

25Beaucoup d’autres exemples pourraient être énumérés comme ceux concernant des manifestations et des foires internationales, qui ont eu lieu aux états-Unis et au Canada, ou l’exposition qui a eu lieu au musée du quai Branly à Paris, relative à une collection de bijoux venant de l’île de Djerba et façonnés par des artisans juifs, comparables, par leur beauté, à ceux conservés dans les musée du Bardo à Tunis. Mais, dans l’impossibilité d’énumérer chaque représentation du bijou maghrébin dans toutes ses manifestations artistiques, on peut conclure qu’il a contribué significativement à développer la dimension historique de cette culture, encore aujourd’hui peu connue.

Bibliographie

Akkache-Maacha D., 2008, Art et Artisanat Traditionnel de Kabylie, «Revue Campus» 12: 4-21.

Amrouche T., 1996, Le grain magique, Paris, La Découverte.

Benfoughal T., 1997, Bijoux et bijoutiers de l’Aurès (Algérie): Traditions & innovations, Paris, CNRS Éditions.

Camps-Fabrer H., 1991, «Bijoux», in Encyclopédie berbère, t. 10, Aix-en-Provence, Édisud: 1496-1516.

Chahid Madani F.-Sadouk A., 1997, Imago: poèmes, Maroc, Marsam.

Eudel P., 1906, Dictionnaire des Bijoux de l’Afrique du Nord. Maroc, Algérie, Tunisie, Tripolitaine, Paris, Ernest Leroux.

Giralt J., 2005, Les bijoux, représentants de la culture amazighe, «Afkar/Idées» automne: 109-111.

Goudard J., 1928, Les bijoux d’argent de la tâche de Taza, «Hespéris» 7: 285-332.

Kacimi M.-Koraïchi R., 2006, La Boûgâla. Chants des femmes d’Alger, Paris, Thierry Magnier.

Khaïr-Eddine M., 2004, Il était une fois un couple heureux, Paris, Seuil.

Leszczynska A., 2007, La fabuleuse histoire de Sandrine et Sylvie, Paris, Le Manuscrit.

Makilam [Grasshoff M., dit], 1999, Signes et rituels magiques des femmes kabyles, Aix-en-Provence, Édisud.

Ramirez F.-Rolot C., 1998, Arts et traditions du Maroc, Paris, ACR.

Sebbar L.-Taraud C.-Belorgey J.-M., 2006, Femmes d’Afrique du Nord – Cartes postales (1885-1930), Paris, Bleu Autour.

Sefrioui A., 1971, La boîte à merveilles, Paris, Seuil.

Filmographie

Allen P., 2013, En retard pour l’enterrement de ma mère, 78’.

Mihaileanu R., 2011, La source des femmes, 2h10’.

Notes

1   Cf. Camps-Fabrer (1991).

2   Artisans bijoutiers des Ath Yenni dont les ancêtres, joailliers émérites du Royaume de Koukou au XVIe siècle, avaient introduit des techniques nouvelles telles l’émaillage et le filigrane. Cf. Makilam (1999).

3   Voir la rubrique «Tourisme et artisanat» de l’Ambassade d’Algérie à Prague.

4  http://www.dzmusique.com/ALBUM-BEST-OF-SAMY.PHP#/music/samy-el-djazairi/best-of-samy-6348,main_content (consultation: 28/05/2014).

5   Bijou constitué de deux éléments réunis sous le menton par des barrettes. A quelques rangs de chaînettes sont accrochées des pièces de monnaies elles-mêmes suspendues à de courtes chaînettes de 3 à 4 centimètres de longueur. La jugulaire, accrochée de part et d’autre de la coiffure, est fixée au niveau des oreilles par des plaques triangulaires. Cf. Camps-Fabrer (1991).

6   À ce propos voir aussi: Sebbar-Taraud (2006).

7   ‘Soleil et lune’: il s’agit d’un bijou citadin.

8   L’exposition, préparée à Palazzo Vallelonga, Torre del Greco, a été parrainée par l’Ambassade de l’Italie au Maroc, par l’Ambassade du Maroc en Italie, par la Région Campane et par la Commune de Torre del Greco.

9   Cette poésie anonyme et orale est essentiellement citadine et féminine. Son langage emprunte aussi bien au français, à l’espagnol, qu’à l’italien. On y trouve même des rythmes inspirés de la poésie andalouse: cela montre à quel point la boûgâla plonge loin ses racines dans l’histoire de la Méditerranée.

10  Ce mot signifie ‘cinq’. Eudel (1906: 81).

11   Film d’Allen Penny projeté le vendredi 30 novembre 2012 à l’Institut du Monde Arabe de Paris.

12http://zniqa.com/a-la-rencontre-de-farid-benyaa-premiere-partie/ (consultation: 28/05/2014). Visiter aussi les sites http://farid-benyaa.com/portraits_femmes.htm et http://benyaa.com.

Auteur

Università degli Studi di Napoli «L’Orientale»

© Ledizioni, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search