Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

Du ‘linge’ aux ‘vêtements’. Le champ sémantique de l’habillement dans La traversée du continent de Michel Tremblay

Cristina Brancaglion

Texte intégral

Comment ma mère s’est-elle retrouvée à Montréal au début des années vingt pour épouser mon père? Je l’ignore. […] je préfère penser appel du destin, fatalité incontournable et aventures rocambolesques à travers l’Amérique traversée deux fois à la recherche de l’amour et du bonheur…

  • 1   Tremblay (1994: 15).

Michel Tremblay, Un ange cornu avec des ailes de tôle1

1Dramaturge et romancier de renommée internationale, Michel Tremblay a participé, dans les années 1960 et 1970, à la création de la littérature québécoise moderne, en s’imposant notamment pour son emploi du parler populaire montréalais, cet «effet joual» (cf. Gauvin 2000: 131) qui fait ressortir sa ‘surconscience linguistique’ et à propos duquel il a été souvent invité à se justifier. Aujourd’hui l’approche à ses œuvres a évolué, et l’«on ne demande plus à Michel Tremblay s’il utilise la langue populaire dans les parties dialogiques de ses romans […] pour se moquer des gens – ‘le vrai monde’» (Pellerin 2003: 419): d’une part parce que la critique a mis au clair ses stratégies de «normalisation» du vernaculaire (cf. Gauvin 2000: 141), de l’autre parce que ses procédés de transposition langagière se sont atténués dans sa production plus récente. Il est alors intéressant de se pencher sur d’autres aspects de sa langue littéraire, ce que je me propose de faire dans cette contribution, à travers une analyse des choix lexicaux concernant le champ sémantique des vêtements dans un roman paru en 2007, La traversée du continent. Cela me permettra de revenir sur un écrivain que j’ai découvert grâce à Liana Nissim et qui est à l’origine de mon intérêt – d’abord littéraire, linguistique ensuite – pour le Québec.

2Comme le titre le laisse deviner, La traversée du continent est conçu comme un road novel qui décrit un voyage en train d’ouest en est à travers le Canada, de la Saskatchewan au Québec; Tremblay y met en scène différents espaces urbains, les étapes du voyage étant les villes principales des provinces canadiennes traversées (après le village de Maria, la protagoniste se rend à Regina, Winnipeg, Saint-Boniface, Toronto, Ottawa, Montréal). Mais on y reconnaît surtout un roman d’initiation, situé en 1913, dans lequel une petite fille de dix ans entreprend un voyage de trois jours pour rejoindre sa mère, en se faisant accueillir, à chaque escale, par un membre différent de sa famille; comme l’explique l’auteur, «à bord du train, en croisant des passagers, l’adolescente apprend des choses sur la vie dont elle ne pouvait pas deviner l’existence» (Tremblay 2007b).

  • 2   Allusion au titre du dictionnaire des personnages mis en scène dans les cycles des «Belles-Sœurs» (...)
  • 3   Régina, Bebette et Ti-Lou correspondent respectivement aux trois fonctions sociales réservées aux (...)

3Premier tome du cycle de la Diaspora des Desrosiers, ce roman reprend quelques personnages de «l’univers de Michel Tremblay»2, à partir de la protagoniste – Rhéauna, dite Nana – déjà connue par les lecteurs de Tremblay sous les traits de la grosse femme des Chroniques du Plateau Mont-Royal, pour laquelle l’écrivain s’était inspiré de sa propre mère. Comme il arrive souvent dans les œuvres de Tremblay, il est question d’un univers populaire et essentiellement féminin, dont les personnages principaux sont les femmes qui s’occupent de Nana: tante Régina, tante Bebette, et la cousine Ti-Lou3.

  • 4   Le sujet a été pris en considération, par ailleurs de façon marginale, par S. Huffman (2007), dan (...)

4En venant à la question du vêtement, il faut tout d’abord préciser qu’elle ne semble pas avoir retenu particulièrement l’attention de Michel Tremblay en dehors des œuvres qui traitent de l’homosexualité et du travestissement4; dans ses romans, en effet, les vêtements sont évoqués le plus souvent de façon accessoire, pour la caractérisation des personnages ou dans la représentation de quelques actions habituelles. Dans La traversée du continent, cependant, le sujet prend plus de relief et revient à plusieurs occasions, comme un leitmotiv. Il est ainsi possible d’envisager l’analyse de ce champ sémantique à travers un relevé onomasiologique des unités lexicales qui y appartiennent, en privilégiant la catégorie des substantifs et leur caracatérisation.

1. Le paradigme désignationnel des vêtements dans La traversée du continent

5Pour cette étude je m’appuie sur un concept de «vêtement» correspondant à l’«ensemble des objets servant à couvrir le corps humain» (DC: s.v. vêtement), en incluant donc tout ce qui cache et protège le corps, y compris ses extrémités.

6Les occurrences des noms se référant à des pièces de vêtement sont réunies dans le tableau 1, où elles sont classées selon un double critère qui prend en considération d’une part (à la verticale) les relations hiérarchiques qui structurent le champ sémantique étudié, et d’autre part (à l’horizontale) le référent auquel chaque nom renvoie (parties du corps concernées, matériaux de fabrication, lieux de fabrication ou de commercialisation, produits de conservation). On constate que le champ sémantique des vêtements s’avère suffisamment riche, vu que l’on peut y retrouver la plupart des éléments typiques de l’habillement occidental – surtout en ce qui concerne les vêtements féminins – et une variété de tissus nécessaires à leur fabrication.

  • 5   Pour l’identification des particularités du français parlé au Canada, j’ai eu recours principalem (...)

7On remarque cependant un faible intérêt pour la terminologie spécialisée, étant donné la quantité et la fréquence d’emploi des mots ayant une valeur sémantique assez large, ainsi que la proportion élevée de mots d’usage très courant: des 59 unités lexicales retenues, la plupart (56%) appartiennent au vocabulaire fondamental; les 26 unités qui ne figurent pas à la nomenclature de Gougenheim (1958) – dans l’acception utilisée dans le roman – sont les suivantes: bottillons, boule à mites, coquillages, corsets, costume de bain, couvre-chef, dentelle, dungaries [sic], facteries, garde-robe, jaquette, langes, linge, magasin général, manufacture, organdi, overalls, parka, robe de nuit, robes de mariée, satin, souliers (occurrence à la p. 246), sous-vêtements, tulle, uniforme, voilette. Cette liste inclut quelques anglicismes, ainsi que plusieurs mots, locutions ou acceptions canadiens5, sur lesquels je m’arrêterai plus longuement.

2. Les usages canadiens

  • 6   Cf. CALDT (s.v. dungarees): «UK (US overalls) a pair of trousers with an extra piece of cloth tha (...)

8En ce qui concerne les anglicismes, l’on remarquera que Tremblay se soucie de les introduire en discours accompagnés d’un équivalent en français ou en anglais de référence, sans doute pour favoriser le processus de décodage. Le premier – le calque formel facteries – utilisé dans le syntagme facteries de coton, alterne avec le mot français manufacture (manufactures de coton), dans les premières pages du roman, où l’on évoque le passé de la mère de Nana, qui avait quitté la Saskatchewan pour aller «travail[ler] dans une manufacture de coton» du Rhode Island, ainsi que le faisaient, à l’époque, beaucoup de Canadiens français, dans l’espoir «de combattre la pauvreté en travaillant dans des facteries de coton américaines» (Tremblay 2007a: 31). Le mot, emprunté à l’anglais factory, n’est plus utilisé à l’époque actuelle, mais il figure dans le Glossaire du parler français au Canada (1930), qui reflète l’usage populaire québécois du début du XXe siècle. Deux autres anglicismes (overalls et dungaries), deux emprunts intégraux, sont évoqués par la jeune protagoniste, surprise de constater qu’à Regina «personne ne semble porter des vêtements de tous les jours, des overalls, par exemple – sa grand-mère appelle ça des dungaries» (85; italiques dans le texte): les deux (para)synonymes sont deux variantes, britannique (dungarees) et américaine (overalls)6, qui correspondent au français de référence salopettes. Overalls était utilisé au Québec – et dans d’autres provinces canadiennes – au début du XXe siècle (cf. GPFC: s.v. overalls); aujourd’hui, bien qu’absent de l’usage québécois standard (il n’est pas enregistré dans Usito), il est toujours signalé dans quelques glossaires et études concernant le Québec (Meney 1999: 1223) et le Manitoba (Gaborieau 1999: 163; Rodriguez 2006: 213). Un traitement différent est réservé à magasin général (calque de general store, avec adaptation syntaxique au français), qui ne nécessite pas d’un équivalent. Il apparaît deux fois dans le roman, pour désigner l’établissement de commerce où Nana achète ses vêtements neufs pour sa vie à Montréal. La locution est décrite dans Usito (s.v. magasin) comme désignation d’une réalité typique de l’Amérique du Nord, à savoir un «établissement de commerce de détail où sont vendus divers articles de consommation courante, à l’origine répandu dans les villages ou les régions rurales».

9Les autres particularités canadiennes sont des emplois spécifiques de mots ou locutions françaises; elles sont traitées dans le dictionnaire Usito, accompagnées de la marque uq (cf. supra, note 3). Un de ces «usages québécois» concerne un mot inclus dans la catégorie des hyperonymes, le mot linge, utilisé comme synonyme de vêtements, et décrit dans Usito (s.v. linge 3), pour cette acception, comme un «emploi […] vieilli en France». On en relève quelques occurrences au début du roman, dans les dialogues entre grand-mère Joséphine, Nana et le propriétaire du magasin général; le recours à ce mot semble cependant vouloir évoquer un parler provincial, et probablement populaire, étant donné qu’il ne figure jamais dans le discours du narrateur, ni dans les dialogues de Nana après son départ de Maria.

10Les usages canadiens incluent en outre des désignations de quelques pièces de vêtement: costume de bain, variante de maillot de bain (encore une fois il s’agit d’un «emploi vieilli en France»: cf. Usito: s.v. costume), apparaît dans la section «Liminaire I. Le rêve dans le train de Regina», tant dans la voix du narrateur que dans les répliques des personnages. Deux autres appellations marquées uq dans Usito, qui correspondent au français de référence chemise de nuit, sont utilisées par le narrateur: robe de nuit (Usito: s.v. robe) et jaquette, ce dernier mot étant «parfois critiqué comme synonyme non standard de chemise de nuit» (Usito: s.v. jaquette).

11En ce qui concerne les appellations des objets qui recouvrent les pieds, le dictionnaire Usito (s.v. soulier) nous informe que le substantif soulier peut désigner aussi, par extension, «tout type de chaussure» et non seulement une «chaussure à tige basse et à semelle rigide qui couvre le pied ou une partie du pied» (sens qui appartient au français de référence); Tremblay semble utiliser le mot dans cette acception au moins une fois, dans le passage suivant, où souliers prend clairement une valeur d’hyperonyme et se réfère, en réalité, à un type de bottes:

  • 7   Le mot bottillon désigne une «chaussure confortable et pratique montant au-dessus de la cheville» (...)

Ti-Lou jette son sac, son chapeau et ses gants sur le premier sofa rencontré, enlève ses souliers – des bottillons7 en cuir souple d’une couleur qui n’est ni du noir ni du brun –, se laisse tomber dans un fauteuil à oreillettes recouvert de satin vert d’eau. (Tremblay 2007a: 246; c’est moi qui souligne)

  • 8   Rappelons que cette locution correspond au nom d’un personnage de légende – la bête Boulamite – q (...)

12Finalement, la dernière unité lexicale géographiquement marquée est la locution boule à mites. Elle apparaît dans le discours du narrateur au moment où Nana s’aventure dans les champs de maïs, la nuit qui précède son départ de Maria: pour se protéger du froid, elle est «emmitouflée dans sa parka d’hiver qu’elle est allée déterrer dans le grand coffre en cèdre et qui sent fort la boule à mites» (57). Le contexte permet de se rendre compte que la boule à mites est une «boule utilisée comme antimite, généralement à base de naphtaline» (Usito: s.v. mite); bien qu’il ne s’agisse pas d’une spécificité exclusivement québécoise, puisque cette locution connaît aussi un usage régional en France, elle a été «parfois critiqué[e] au Québec comme synonyme non standard de naphtaline»(Ibidem)8.

3. La caractérisation des vêtements

  • 9   Cette catégorie inclut tous les éléments facultatifs du groupe nominal (adjectif et participe épi (...)
  • 10  Pour la distinction entre propriétés objectives et subjectives, cf. Maingueneau (2000: 121).

13Après le relevé des unités lexicales se référant aux vêtements, il est intéressant de prendre en considération les modificateurs9 employés pour caractériser les pièces de vêtement évoquées, éléments qui s’avèrent souvent indispensables en raison du caractère peu spécialisé des substantifs employés. Le plus souvent ces modificateurs évoquent des propriétés «objectives»10 qui concourent à la description de l’objet, précisant notamment sa dimension ou sa forme, sa couleur, le matériau de composition, l’état plus ou moins usagé, la saison d’utilisation, etc. Sans citer ici toutes les occurrences relevées, rappelons, par exemple, que les vêtements achetés pour Nana avant son départ – et de temps à autre évoqués au cours de son voyage – se distinguent par une taille inadéquate qui les rend inconfortables, comme il est souligné lorsque l’on précise que ses souliers sont «trop petits» (Tremblay 2007a: 63) ou quand l’on insiste sur le fait que son manteau – «que sa grand-mère a acheté deux tailles trop grand pour qu’il lui dure quelques années» (63) – est «trop grand» (220, 284). Souvent Tremblay a soin de décrire les pièces de vêtement en évoquant les matériaux de fabrication: le(s) chapeau(x) de paille (41, 44, 63, 83, 85, 272), les bas et les gants de fil blanc (41, 44), le caleçon de coton blanc (220), la robe de coton lilas (238, 250). Quelquefois plusieurs modificateurs s’accumulent dans de longs syntagmes, comme dans les extraits ci-après (dans lesquels c’est moi qui souligne), où l’on remarquera en particulier l’attention que Tremblay – qui a fait des études en arts graphiques – prête à la description des ornements et des tonalités de couleurs: dans le magasin général, Nana palpe «la douceur du manteau d’hiver d’un beau rouge éclatant, la légèreté de la robe d’organdi vert pale» (42); tante Bebette «enlève son immense couvre-chef plein d’oiseaux et de tulle bouillonnant» (153); chez elle, Nana rencontre «une dame très élégante dans une robe de satin rouge vin à reflets verdâtres» (156) et voit arriver, à l’occasion d’un party d’anniversaire, «une parade sans fin de longues robes froufroutantes et de chapeaux couverts de tulle et d’oiseaux de toutes les couleurs» (200); le sourire de la cousine Ti-Lou est «à peine dissimulé par une voilette noire toute picotée de minuscules papillons de soie mauve» (237) et sa taille est «prise dans une robe de coton lilas qui traîne juste un peu sur le quai» (238); elle porte «des bottillons en cuir souple d’une couleur qui n’est ni du noir ni du brun» (246).

14Les modificateurs «subjectifs» – qui véhiculent un jugement de valeur du narrateur ou d’un personnage –, bien qu’utilisés moins fréquemment, ne sont pas complètement absents. À part le recours aux adjectifs beau / belle (76, 199, 250) et joli(e) (44, 220), d’autres évoquent l’inaccessibilité, aux yeux de Nana, des vêtements à la mode: d’une part «la robe vert pâle […] au prix prohibitif» (44) qu’elle admire au magasin général, de l’autre les «vêtements d’une richesse fabuleuse» (152-153) qu’elle aperçoit dans les vitrines de Winnipeg. L’adjectif ridicule revient par ailleurs deux fois dans la description de deux chapeaux de paille – celui, démodé, de la tante Régina (83) et celui que Nana achète à Maria (220); ceux-ci s’opposent aux chapeaux de tante Bebette, dont on souligne la bizarrerie en les qualifiant d’extravagants (188), de voyants (188), d’invraisemblables (192); de même, la cousine Ti-Lou a un penchant pour les tenues extravagantes (264).

4. Enjeux culturels

15Dans l’ample approfondissement que le Dictionnaire culturel en langue française (DC: 1852-1860) a consacré à la notion de «vêtement», l’on examine en particulier la diversité de ses fonctions et son aptitude à révéler le statut social et professionnel de l’homme, le vêtement étant «un objet fabriqué non seulement pour couvrir et protéger le corps humain, pour le cacher, mais aussi pour l’orner et le parer, pour lui donner un statut» (1852).

16Le vocabulaire du vêtement relevé dans La traversée du continent s’insère dans un ensemble de séquences romanesques qui thématisent la question du vêtement, en mettant en relief en particulier sa fonction sociale et esthétique, sans négliger sa finalité première de protection du corps. Celle-ci n’est évoquée que vers la fin du roman, d’abord lorsque la cousine Ti-Lou parle à Nana de leur famille, pour laquelle le fait de se vêtir était une nécessité primaire: «cette famille d’errants disséminés à travers le continent, avec leur existence discrète faite d’humbles gestes répétés à l’infini dans le seul but de se procurer de quoi manger et des vêtements à se mettre sur le dos» (Tremblay 2007a: 247-248; c’est moi qui souligne). Une seconde fois, dans les dernières lignes du roman, quand Nana se rend compte que sa mère, venue la recevoir à la gare de Montréal, «tient des langes bleu pâle dans ses bras» (284), évocation métonymique d’un nouveau-né (qui explique la raison pour laquelle cette femme a voulu Nana avec elle), pour lequel le vêtement ne joue qu’une fonction de protection du corps.

  • 11   Le lecteur apprendra plus tard que Nana avait admiré des bottes comme celles-ci dans le catalogue (...)
  • 12   La question du manteau de Nana, trop grand et trop chaud pour le mois d’août, revient en plusieur (...)

17Au niveau social, le vêtement est occasionnellement évoqué pour la caractérisation professionnelle de quelques personnages mineurs – la casquette des chefs de gare de Maria (68) et de Winnipeg (139), ou les «les hommes habillés en cow-boys» (85) à Regina –, mais il véhicule surtout l’opposition entre l’univers populaire et rural auquel appartient la protagoniste et les contextes urbains qu’elle découvre au cours de son voyage. Sa mère, consciente de ces différences, envoie de l’argent afin qu’on lui achète des vêtements neufs, comme grand-mère Joséphine essaie de le lui faire comprendre: «Le linge que tu portes ici ferait pas l’affaire à Montréal, t’aurais l’air d’une pauvre, pis ta mère m’a envoyé un beau chèque pour que je t’habille» (42); M. Connells y voit une bonne occasion pour placer des articles peu compatibles avec la vie que l’on mène à Maria, aussi sort-il «de derrière le comptoir ce qu’il considère comme sa pièce de résistance: une paire de bottes d’hiver si fines, si légères, si souples qu’elles sont impensables dans un endroit comme Maria, mais que Rhéauna pourra sans aucun doute porter à Montréal»11 (42). Ces achats cependant, dictés par une vision utilitaire de la vie qui est celle des classes populaires, s’avèrent inadéquats à la taille de Nana et à la saison12, si bien que le jour de son départ la petite fille «voudrait que personne ne la voie attifée de la sorte, dans des vêtements qui ne lui vont pas, aux couleurs ridicules pour une petite fille de campagne. […] le dernier souvenir qui restera d’elle, à Maria, sera d’un épouvantail à moineaux honteux mais vêtu de neuf faisant ses au revoir à une foule qui rit de lui» (63). Le contraste avec les habitudes vestimentaires des villes est souligné à travers la réaction stupéfaite de Nana, surprise d’apercevoir dans les vitrines de Winnipeg des «vêtements d’une richesse fabuleuse [et] même un étalage complet de robes de mariée!» (152-153). À côté de l’opulence et de l’abondance, ce qui frappe Nana c’est surtout l’absence de distinction entre habits du travail et du dimanche, encore courante dans son village, phénomène qu’elle observe à Regina:

On dirait que tout le monde est endimanché, à Regina! Personne ne semble porter des vêtements de tous les jours, des overalls, par exemple – sa grand-mère appelle ça des dungaries –, de vieilles chemises à carreaux ou des chapeaux de paille cabossés comme on le fait à Maria en semaine; non, ils sont sur leur trente et un. On dirait qu’ils refusent de sortir de chez eux sans changer de vêtements. (85: en italiques dans le texte)

18Nana s’en surprend une deuxième fois à Saint-Boniface, chez tante Bebette, où elle rencontre une arrière-petite-cousine, Ozéa, et elle «reste interdite devant cette citadine habillée comme une poupée au milieu de la semaine» (195).

  • 13   Au début du XXe siècle plusieurs grands magasins publiaient des catalogues pour encourager la ven (...)

19La ville est ainsi le lieu où peut s’épanouir la fonction esthétique du vêtement. Signalons d’abord une exception, celle de tante Régina, «une jeune fille au physique ingrat, timide et gauche» (105) qui «avait coiffé la sainte Catherine, quelque part à la fin des années 1870» (Ibidem), et qui garde un aspect démodé avec son «ridicule chapeau de paille, vestige de la fin du siècle dernier, […] posé de guingois sur ses cheveux remontés en un amoncellement poivre et sel» (83). Les autres femmes, au contraire, suivent la mode des années 1910, avec notamment des jupes longues (150, 200) et des chapeaux ornés de plumes d’oiseaux (153, 200, 227). Les éléments principaux de la mode féminine de cette époque se concentrent dans la tenue de la cousine Ti-Lou, que Nana rencontre pour la première fois à la gare d’Ottawa; la petite fille la compare aux femmes représentées dans les catalogues d’Eaton13 édités à cette époque:

  • 14   Une remarque dans Usito signale qu’au Québec, «dans le langage familier, on emploie parfois madam (...)

Elle [Nana] n’a jamais vu une aussi belle femme de toute sa vie. Ni aussi élégante. En feuilletant le catalogue d’Eaton’s, elle a souvent admiré des dessins de madames14 chic prenant des poses avantageuses sous leurs chapeaux incroyables de fantaisie et de couleurs, une ombrelle à la main, la taille serrée dans des corsets trop petits pour elles (c’est grand-maman Joséphine qui disait ça) […] Rhéauna […] rêvait de porter un jour autant d’oiseaux sur la tête ou de gants aussi longs tout en se doutant que c’était bien peu probable. Grand-maman Joséphine lui avait aussi expliqué que ces femmes-là ne servaient qu’à vendre des produits […]. Elle en a pourtant une devant elle, encore mieux habillée que dans les annonces, […] avec un sourire radieux à peine dissimulé par une voilette noire toute picotée de minuscules papillons de soie mauve, […] la taille – presque aussi étroite que la sienne – prise dans une robe de coton lilas qui traîne juste un peu sur le quai. (237-238)

5. Considérations finales

20Cette étude du champ sémantique du vêtement a permis de relever quelques caractéristiques propres de l’écriture de Michel Tremblay, une écriture réaliste qui intègre volontiers des procédés anti-réalistes. Au niveau linguistique, le réalisme se traduit dans le recours au français canadien, et cette analyse a fait constater que celui-ci est intégré tant dans les passages dialogiques que dans la narration, du moins pour ce qui est des choix lexicaux. À cette recherche des particularités locales s’oppose un certain désintérêt pour les mots techniques, Tremblay s’avérant peu séduit par la profusion terminologique qui intriguait les écrivains naturalistes, et plus concerné par la description des détails. Quant au côté anti-réaliste de l’œuvre, qui ressortit notamment aux «liminaires» consacrés aux rêves de Nana, le vocabulaire de l’habillement y apparaît occasionnellement, dans des situations peu vraisemblables relevant du domaine de l’étrange. Il s’agit notamment, dans le «Liminaire I», de la rencontre avec trois femmes qui invitent la jeune fille à se déshabiller, s’approprient de son manteau et lui imposent de mettre un «costume de bain en laine noire» (76), tout en changeant d’avis peu après, lorsque l’une d’elles se rend compte que cela n’est pas nécessaire: «Voyons donc, depuis quand on porte un costume de bain pour prendre un bain! Ôte-moi ça» (Ibidem). Vers la fin du roman, dans le «Liminaire III», les vêtements sont évoqués dans la description d’un être fabuleux, lorsque Nana rêve d’être dans l’eau et de voir avancer une silhouette: elle pense à la petite sirène d’Andersen, mais s’aperçoit ensuite que «la silhouette qui s’approche n’est pas celle d’une jeune petite fille délicate aux cheveux roux vêtue d’une robe de coquillages et à la queue de poisson couverte d’écailles brillantes vert émeraude» (232).

21La récurrence du vocabulaire du vêtement dans plusieurs sections du roman, jusqu’aux chapitres «liminaires», invite à s’interroger sur les fonctions narratives et le poids thématique de ce sujet dans La traversée du continent. En admettant, avec Philippe Hamon et Alexandrine Viboud (2003: 9) la difficulté à «définir de façon satisfaisante la notion de ‘thème’», l’on pourra faire appel à la distinction entre ‘thème’ et ‘motif’ proposée par Cesare Segre (1988: 13), selon qui «les thèmes sont des éléments sous-tendant un texte entier ou une partie considérable d’un texte, tandis que les motifs sont des éléments moins étendus, pouvant même être très nombreux»; d’autant plus que, toujours d’après Segre, «Les motifs se révèlent plus aisément au niveau du discours linguistique, à tel point que leur répétition éventuelle peut leur attribuer le statut d’un refrain» (Ibidem). En prenant appui sur cette distinction, la question du vêtement peut être identifiée comme un motif récurrent du roman, qui s’insère dans des thèmes plus amples – tels le contraste entre ville et campagne ou l’évocation de la vie canadienne du début du XXe siècle – tout en assurant la fonction plus traditionnelle de caractérisation des personnages. Si l’«embrayage extratextuel» (Hamon 1985: 496) de ce motif est explicité dans le texte (les vêtements Eaton), l’exploration de son «embrayage intertextuel» (Ibidem), qui demeure inexploré, pourrait sans doute contribuer à éclairer un autre aspect intéressant de l’écriture de Michel Tremblay et de son univers narratif.

Bibliographie

Barrette N.-M., 1996, L’Univers de Michel Tremblay. Dictionnaire des personnages, Les Presses de l’Université de Montréal.

CALDT – Cambridge Advanced Learner’s Dictionary & Thesaurus, en ligne: http://dictionary.cambridge.org/dictionary/british.

DC – Rey A., 2005, Dictionnaire culturel en langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert.

Duchaine R., 1994, Écriture d’une naissance / Naissance d’une écriture. «La grosse femme d’à coté est enceinte» de Michel Tremblay, Québec, Nuit Blanche.

Gaborieau A., 1999, La langue de chez nous, Saint-Boniface (Manitoba), Éditions des Plaines.

Gauvin L., 2000, Michel Tremblay et le théâtre de la langue, in Langagement. L’écrivain et la langue au Québec, Montréal, Boréal: 123-141.

Gougenheim G., 21958, Dictionnaire fondamental de la langue française, Paris, Didier.

GPFCGlossaire du parler français au Canada, 1968, Les Presses de l’Université Laval (première édition 1930, Québec, Action sociale).

Hamon P., 1985, Thème et effet de réel, «Poétique» 64: 495-503.

Hamon P.-Viboud A., 2003, Introduction générale au Dictionnaire thématique du roman de mœurs 1850-1914, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle.

Huffman S., 2007, Tissus du désir: le travestissement et l’affectivité dans le théâtre de Michel Tremblay, «Voix et Images» 32.2: 15-29, en ligne: http://id.erudit.org/iderudit/016308ar (consultation: 17/09/2013).

Maingueneau D., 32000, Éléments de linguistique pour le texte littéraire, Paris, Nathan.

Meney L., 1999, Dictionnaire québécois français, Montréal, Guérin.

Pellerin G., 22003, La langue pacifiée, in M. Plourde-H. Duval-P. Georgeault (eds.), Le français au Québec. 400 ans d’histoire et de vie, Montréal, Fides: 415-419.

Riegel M.-Pellat J.-Ch. et alii, 2001, Grammaire méthodique du français, Paris, Quadrige / PUF.

Rodriguez L., 2006, La langue française au Manitoba (Canada). Histoire et évolution lexicométrique, Tübingen, Max Niemeyer.

Segre C., 1988, Du motif à la fonction, et vice versa, «Communications» 47: 9-22, en ligne: http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/comm_0588-8018_1988_num_47_1_1703 (consultation: 17/07/2013).

TLFiTrésor de la langue française informatisé, en ligne: http://atilf.atilf.fr/.

Tremblay M., 2007a, La traversée du continent, Montréal / Arles, Leméac / Actes Sud.

—, 2007b, La traversée initiatique de Nana, en ligne: http://www.radio-canada.ca/arts-spectacles/livres/2007/11/06/001-tremblay_traversee.asp (consultation: 17/07/2013).

—, 1994, Un ange cornu avec des ailes de tôle, Montréal / Arles, Leméac / Actes Sud.

Usito – Cajolet-Laganière H.-Martel P. (eds.), 2013, Usito, s.l., Delisme, en ligne: www.usito.com.

Notes

1   Tremblay (1994: 15).

2   Allusion au titre du dictionnaire des personnages mis en scène dans les cycles des «Belles-Sœurs» et des «Chroniques du Plateau Mont-Royal» (Barrette 1996).

3   Régina, Bebette et Ti-Lou correspondent respectivement aux trois fonctions sociales réservées aux femmes dans la société canadienne du début du XXe siècle, comme l’explique Ti-Lou à Nana: «Tu comprends, on a juste trois choix, nous autres: la vieille fille ou ben la religieuse […], la mère de famille, pis la guidoune. J’te dis pas que c’est des mauvais choix, j’te dis seulement qu’on en a pas plus que trois. Le reste leur appartient à eux autres. Les hommes» (Tremblay 2007a: 250). À ces trois personnages sont intitulées trois sections du roman, organisé en quatre parties («La maison au milieu de nulle part», «Régina-Cœli», «Bebette», «Ti-Lou»); celles-ci sont séparées par quatre «liminaires» qui évoquent les rêves faits par Nana pendant ses trajets en train d’une ville à l’autre. Le roman se termine par un bref «Terminus» qui décrit l’arrivée de Nana à la gare de Montréal, où sa mère l’attend avec un bébé dans les bras.

4   Le sujet a été pris en considération, par ailleurs de façon marginale, par S. Huffman (2007), dans une étude sur l’identité du travesti dans la production théâtrale de Tremblay.

5   Pour l’identification des particularités du français parlé au Canada, j’ai eu recours principalement au dernier dictionnaire élaboré dans une perspective québécoise (Cajolet- Laganière-Martel 2013), conçu avec l’intention de décrire le français standard en usage au Québec aujourd’hui; dans ce dictionnaire – qui sera indiqué dorénavant simplement par son titre, Usito – sont marqués aussi bien les usages caractéristiques du français au Québec que les usages de France; y sont traités en outre certains mots et expressions appartenant aux registres non standard. Rappelons que la marque uq (usage québécois) n’est pas réservée aux mots et expressions exclusifs au Québec, ceux-ci pouvant également être employés dans d’autres aires francophones et notamment dans les autres provinces canadiennes (cf. Usito: «Tableau des termes, signes et abréviations du dictionnaire»). J’interprète donc les formes marquées uq comme des usages canadiens et non spécifiquement québécois, en considération du contexte évoqué dans ce roman et de l’origine non québécoise de la plupart des personnages. [Le dictionnaire Usito a été consulté entre juillet et octobre 2013. à l’occasion d’une récente mise à jour, la marque uq a été remplacée par q/c («particularisme de l’usage québécois et canadien»).]

6   Cf. CALDT (s.v. dungarees): «UK (US overalls) a pair of trousers with an extra piece of cloth that covers the chest and is held in place by a strap over each shoulder».

7   Le mot bottillon désigne une «chaussure confortable et pratique montant au-dessus de la cheville» (TLFi: s.v. bottillon); définition très proche dans Usito: s.v. bottillon: «Botte courte, de sport ou de ville, dont la tige s’arrête au-dessus de la cheville ou un peu plus haut sur le mollet».

8   Rappelons que cette locution correspond au nom d’un personnage de légende – la bête Boulamite – qui, attiré par l’odeur de la boule à mite, «ronge les pieds des enfants surpris à errer dans les champs de maïs le soir tombé» (55). Trait fréquent de l’écriture de Michel Tremblay (cf. Duchaine 1994: 28-31), l’inscription de contes et légendes dans le roman caractérise aussi La traversée du continent et peut entrer occasionnellement dans l’analyse du champ lexical de l’habillement: après l’évocation de la bête Boulamite, Nana, mécontente de ses habits neufs, se compare ironiquement à des personnages des fables: «Ouan, une princesse de conte de fées pour les pauvres! La Cendrillon de Saskatchewan! La Blanche-Neige des plaines!» (Tremblay 2007a: 64; l’italique est dans le texte); plus loin, au cours d’un de ses rêves, elle croit apercevoir «la petite sirène d’Andersen» (232).

9   Cette catégorie inclut tous les éléments facultatifs du groupe nominal (adjectif et participe épithètes, complément du nom, subordonnées relative et complétive), qui contribuent à déterminer ou décrire le nom (cf. Riegel-Pellat: 179 sg.).

10  Pour la distinction entre propriétés objectives et subjectives, cf. Maingueneau (2000: 121).

11   Le lecteur apprendra plus tard que Nana avait admiré des bottes comme celles-ci dans le catalogue d’Eaton, et que Joséphine essayait de lui ôter l’illusion de pouvoir les posséder: «Te vois-tu, chère tite-fille, essayer de marcher sur notre trottoir de bois en plein hiver habillée de même? Avec des bottes légères comme ça?» (Tremblay 2007a: 237).

12   La question du manteau de Nana, trop grand et trop chaud pour le mois d’août, revient en plusieurs occasions (66, 241, 283, 284); par ailleurs, au cour du premier rêve qu’elle fait sur le train de Maria à Regina, une femme l’invite à enlever son manteau (75-76).

13   Au début du XXe siècle plusieurs grands magasins publiaient des catalogues pour encourager la vente par correspondance, parmi lesquels celui d’Eaton, «qui imprègne le quotidien de l’Ouest canadien» (http://www.civilization.ca/cmc/exhibitions/cpm/catalog/cat2204f.shtml; consulté le 01/10/2013). À remarquer, à propos des overalls (‘salopette’) cités ci-dessus, que c’est justement le catalogue Eaton de Winnipeg (un autre était édité par le magasin Eaton de Toronto) qui leur consacre une section complète (Ibidem). On pourra accéder à quelques catalogues de cette époque sur le site http://archive.org. Dans le roman, le «catalogue Eaton’s» est cité aussi à la p. 41, quand Nana fait ses achats dans le magasin de M. Connell’s.

14   Une remarque dans Usito signale qu’au Québec, «dans le langage familier, on emploie parfois madames au pluriel» (s.v. madame).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ledizioni/docannexe/image/6852/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

© Ledizioni, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search