Desktop versionMobile version

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

« Miroir, Miroir », vêture et accessoires dans les réécritures de « Blanche-Neige »

Pascale Auraix-Jonchière

Full text

1Le conte des frères Grimm, «Blanche-Neige», se caractérise par une grande sobriété descriptive. La récente transposition poétique qu’en a proposée Philippe Beck dans ses Chants populaires en témoigne. La pièce en vers libres, Réversibilité, D’après «Blanche-Neige» (Beck 2007: 73), fait du conte un récit chromatique: la Princesse éponyme, «une enfant à trois couleurs» (72) qui suffisent à la parer, n’a donc point besoin de vêture: blanche, «[e]lle est comme le jour». De parure, il n’est donc pas question, sinon de ces fameuses marchandises vendues par la reine déguisée, qui se présentent comme autant de tentations:

Lacet coloré, peigne rond,
Pomme à deux couleurs. (73)

2À la suite de quoi Blanche-Neige se trouve, pour un temps, «décolorée» (Ibidem). Le poème, qui est une épure, traduit l’essence d’une histoire qui se passe aisément de détails: ce sont bien, en effet, les couleurs qui dominent. Pourtant, la seule d’entre elles à n’être pas précisée, celle du lacet, fait exception et pointe un objet qui, accompagné du peigne, a valeur d’accessoire.

  • 1   Je renvoie sur ce point à la communication Textile et colifichets dans le conte merveilleux. L’ex (...)

3J’ai pu montrer ailleurs que ce «lacet», colifichet insidieux, avait valeur métonymique dans le conte et désignait en réalité une parure dont les variations des traductions françaises au cours du XIXe siècle soulignent l’importance1, engendrant des effets de sens fondamentaux. La seule pièce vestimentaire que mentionnent les Grimm (là aussi indirectement) est en fait le corset, dont le laçage intempestif asphyxie la jeune fille, dès lors «Décolorée», nous l’avons dit, pour avoir cédé à l’attraction fabuleuse de «couleurs» autres que les trois qui la définissent, dans une harmonie dont on mesure la fragilité.

  • 2   Voir en particulier sur ce point Zipes (2006). Selon lui, ce qui explique la permanence du conte (...)

4On s’étonne en revanche que la Reine, dont on est réduit à imaginer la magnificence par contraste avec la pauvreté des habits qu’elle endosse pour se rendre dans la maisonnette de la forêt, ne soit jamais décrite, elle qui est constamment associée au miroir, objet par excellence de la coquetterie. Or l’histoire de Blanche-Neige ne prend sens que par rapport au conflit qui l’oppose à la marâtre, dans une relation de rivalité qui se noue autour du concept de féminité2.

  • 3   D’abord publié dans L’Echo de Paris, le 9 janvier 1894, sous le titre Conte pour la Nuit des Rois(...)
  • 4   Dans ce conte, la princesse Gracieuse est fouettée par «quatre furies» auxquelles «le galant Perc (...)

5Avec le conte de Jean Lorrain, «La Princesse Neigefleur»3, un tournant significatif s’amorce à la fin du siècle. Ce texte est sans doute le premier à rescénariser le conte en se fondant sur une inversion surprenante: «Dans La Princesse Neigefleur […], et malgré le titre, en cela trompeur, le personnage principal n’est pas Neigefleur, mais la marâtre, la cruelle reine Imogine, toute concentrée sur sa jalousie méchante et maladive» (Prince 2012: 87). Le conte s’ouvre in medias res, sur l’échec de la reine, qui comprend qu’elle n’est pas parvenue à éliminer l’enfant «de ses mains royales» (Lorrain 1993: 324). On ne trouvera aucune description vestimentaire de celle qui faillit mourir étranglée par un «lacet de soie» dont l’existence ne tient ici qu’à la dimension intertextuelle du motif, dans un récit qui commence au moment précis où le destin de la Princesse bascule. C’est au contraire dans son «éblouissante nudité» qu’elle sera donnée à rêver au lecteur, lors d’une scène de flagellation magique qui procède de toute évidence d’une relecture du conte de Mme d’Aulnoy, «Gracieuse et Percinet»4.

6Cette inversion inaugurale entraîne donc une focalisation du récit sur la reine. Il en ira fréquemment de même dans les réécritures ultérieures de «Blanche-Neige», qui proposent un nouvel équilibre des différents acteurs de l’histoire: la reine, mais aussi le roi, le prince ou encore le chasseur. Notons corrélativement le transfert générique, privilégié dans ces reconfigurations: le conte se transpose volontiers au théâtre, quand il ne se fait pas poème. La dramatisation du texte a d’évidentes incidences stylistiques, mais induit également un traitement différent des personnages et un impact plus important de la représentation visuelle. C’est pourquoi les reines qui s’opposent désormais à leurs filles ou à leurs belles-filles portent parure. La scène peut d’ailleurs se focaliser sur un ornement particulier, qui fait sens. L’image joue enfin un rôle majeur dans les transpositions filmiques, télévisuelles ou cinématographiques, qui se sont multipliées récemment. Enfin, l’album, plus encore que le livre illustré, présente un cas de figure intéressant, donnant corps à des personnages aux tenues souvent étonnantes et contrastées.

7C’est l’évolution frappante de ce traitement de la parure – quasiment absente au départ –, que j’aimerais suivre en quelques étapes qui me semblent fondamentales.

1. Le passage au jaune

8Dans le conte de Grimm, à côté de la trichromie essentielle à l’histoire dans «Schneewittchen» (le blanc, le rouge et le noir), deux couleurs mentales sont mentionnées, que Philippe Beck intègre à son poème:

L’interrogatoire du miroir
Crée de nouvelles couleurs dans le cœur
De la mère suivante:
Jaune et vert. (2007: 72)

9Le contexte est clair: il s’agit bien du «cœur» de la nouvelle reine. Imogine quant à elle se présente d’emblée revêtue d’une «lourde dalmatique de brocart jaune enrichie de lys et de feuillages de perles» (Lorrain 1993: 321), qu’elle déchire de rage «dans toute sa longueur». La description combine éléments psychologiques et vestimentaires. Si le jaune et la richesse du brocart et de ses luxueux ornements intègrent la reine au chatoiement coloré qui caractérise ici l’esthétique orientaliste et décadente de Jean Lorrain, comme l’a bien montré Nathalie Prince, ils se détachent cependant des notations chromatiques variées qui s’incrustent dans le récit. Dans le cortège des Rois Mages qui apparaît bientôt, c’est en effet l’or qui domine. Mais la robe d’Imogine à l’orée du récit n’est point d’or: elle est «jaune» comme le fiel. Robe couleur de bile et de traîtrise plutôt que de lumière, la somptueuse tenue jaune fait signe vers la perversion de la reine.

10Dans la version cinématographique du conte signée Tarsem Singh, avec Julia Roberts dans le rôle de la Reine, le parti pris de réécriture parodique s’accompagne d’une esthétique opéradique qui privilégie le jeu fastueux des couleurs (Singh 2012). Il est malaisé de proposer une analyse sémiotique des tenues mirifiques qu’endosse successivement la reine narratrice, qui propose, tout de jaune vêtue, de raconter sa propre histoire en lieu et place de celle, plus attendue, de Blanche Neige, dont elle entend usurper le rôle d’héroïne. Il semble bien cependant que les robes somptueuses et chargées, jaune, puis rouge sang au moment du crime («Je veux qu’on la tue»), recouverte d’une vaste cape à capuchon noir au moment où la reine tente une seconde fois d’éradiquer sa jeune rivale, blanche en plumes de cygne extravagantes lors de son simulacre de mariage, fassent système. La robe jaune – même si toute une séquence se décline dans cette couleur (Blanche Neige arbore une cape jaune lorsqu’elle s’enfuit dans la forêt) – ponctue l’opus de ses apparitions éclatantes à des moments clés, qui traduisent l’envie de la Reine vindicative, sa soif de jeunesse éternelle et sa haine de Blanche-Neige, ici âgée de dix-huit ans. En particulier, l’image ouvre et clôt l’histoire, en lien avec l’emprise jalouse de la narratrice, détentrice d’une parole susceptible d’inverser les destinées. Mais c’est compter sans la co-présence de son double pâle, littéralement privé de couleur, image menaçante de la vieillesse qui finira par faire s’évaporer le jaune.

  • 5   Le syntagme «la méchante reine Imogine» clôt le conte (331).

11À la fin du conte de Jean Lorrain, c’est le jaune qui se referme sur la reine dans la forêt nocturne et enneigée. Les yeux des loups qui l’encerclent rappellent la somptueuse robe de l’envie présente à l’ouverture du récit: «De tous les points de clairière une multitude d’yeux brillants la fixaient: c’était comme un cercle d’étoiles jaunes refermé sur elle» (Lorrain 1993: 330) Mais n’est-ce pas plutôt la jalousie, celle-là même qui lui faisait détruire sa belle tenue d’apparat, qui déchire finalement «la méchante reine Imogine» (331)5?

2. La robe ‘zoomorphique’

12La dimension animale du personnage (qu’évoquent ses liens avec le chasseur et sa dimension anthropophage), rarement évoquée dans la description littéraire des vêtements, se répercute avec constance sur son traitement pictural.

  • 6   On sait que la chair du paon étant réputée imputrescible au Moyen-âge, l’oiseau en vint à symboli (...)
  • 7   Sous l’expression «verte de jalousie» (page 13), s’entendent d’autres tournures, voisines, comme (...)

13Dans l’album de Benjamin Lacombe, Blanche Neige (2012), les animaux se mêlent, voire se substituent à la parure. Une première fois, lorsqu’il s’agit de dépeindre la «nouvelle épouse» du roi, «d’une très grande beauté, mais fière et arrogante» (9), celle-ci, richement parée, ornée de lourds bijoux de perles et d’améthystes qui encerclent son cou, et portant diadème, se mire «dans son miroir magique» (Ibidem). L’harmonie est funèbre: robe de velours ou de lampas damassée dans les tons de noir, ferronnerie noire du diadème ouvragé, blancheur grisée de la perruque et des perles, accord grenat de la collerette au plissé satiné, des lèvres peintes et des bijoux (pendentif et boucles d’oreilles), dans une esthétique élisabéthaine revisitée. En effet, comme l’a bien souligné Catherine Tauveron, «de sa collerette, sortent, comme des appendices, trois serpents, principes du mal par excellence, dont l’un exhibe l’intérieur, également purpurin, de sa bouche. Femme serpent dédoublée (son visage et son reflet se font face dans un miroir virtuel), femme Méduse aussi tant les reptiles qui sortent de son double corps semblent des tentacules, la reine est une femme diablesse précisément parce qu’elle est un monstre composite, pétri d’animalité» (Conan-Pintado-Tauveron 2014: 101). Or, ce qui frappe ici est le fait que l’hybridité tient autant au vêtement qu’au personnage: les serpents, bijoux vivants, rédupliquent les bijoux inertes qui parent le corps féminin et enserrent le col, et le dessin exploite l’ambiguïté des formes. Que penser en effet de ces épaulettes luisantes et couturées qui se confondent avec les courbes ophidiennes? Une seconde illustration parachève l’effet de mirage, pour représenter cette fois la reine «verte de jalousie» (Lacombe 2012: 13). Celle-ci, qui arbore même coiffure, même diadème et mêmes pendants d’oreilles, est devenue femme-oiseau. Sa nouvelle parure – celle du paon – évoque, par-delà tout le symbolisme qui s’en dégage, traînes et ornements somptueux et extravagants. On pense à la «jupe-paon» dont Audrey Beardsley dota la Salomé d’Oscar Wilde en 1892. Qui plus est, l’image met en relief un contraste entre la reine élégante et animale et la jeune Blanche Neige, enfermée dans une cage et comme gullivérisée, et dont on note la constance de la tenue: une simple robe blanche à peine rehaussée d’un galon de perles, ton sur ton, un cordon blanc dans les cheveux. Le vert de la jalousie prend des proportions littéralement effrayantes, dans un déploiement de luxe vestimentaire qui n’est pas sans évoquer le texte de Jean Lorrain. Après avoir tenté de faire châtier Blanche Neige avec des «verges» qui se transforment «en plumes de paon», la «malfaisante reine Imogine», pour égarer l’esprit de son époux, le roi, fait rôtir pour lui «un paon merveilleux, dont elle avait traîtreusement remplacé le foie par un salmigondis d’œufs de lézard et de jusquiame» (Lorrain 1993: 108, 122). Chez Benjamin Lacombe, l’image se fait ironique. La robe, dans sa diaprure d’ocelles, exhibe la prétention désormais bafouée de la beauté prétendument immortelle6. Le zoomorphisme vestimentaire frappe par son ambivalence: le paon, emblème ostentatoire d’orgueil, dévoile ici tout à la fois la couleur verte de la peur, du dépit et de la rage7.

14La parure animale, qui désigne les potentialités maléfiques du personnage, figure donc aussi sa destinée fatale, idée largement exploitée par Rupert Sanders, dans Blanche-Neige et le chasseur (2012), qui n’est d’ailleurs pas sans présenter d’analogies avec les illustrations de Benjamin Lacombe. À propos de la reine, incarnée par Charlize Theron, la costumière, Colleen Atwood, explique: «Ses costumes s’assombrissent au fur et à mesure que le film avance, pour refléter sa descente aux enfers. Cape rebrodée de plumes de coq qui se transforme en nuée de corbeaux, robe rebrodée de crânes d’oiseaux miniatures... Tous ses costumes comprennent des détails symbolisant la mort» (Laurelli 2012). L’une des images les plus frappantes est précisément celle qui présente le personnage tout de noir vêtu, d’un noir dense et soyeux, et arborant la fameuse cape de plumes, surmontée d’une haute collerette. Couleurs et formes, style vestimentaire, sont identiques dans l’album et dans le film8. Mais l’image mobile permet de mettre en scène le mouvement même de la métamorphose: la robe se délite; grâce à un effet de mosaïque, elle se fragmente en autant d’éclats couleur d’ébène, qui se transforment en corbeaux vivement dispersés. Le mouvement centrifuge imposé à la reine symbolise la violence de la fêlure dont elle est victime. Toutefois, la comparaison des images ne se fait pas entre la femme-paon et la reine-oiseau, mais entre la reine aux serpents de Lacombe et la reine corbeau. Elle repose davantage sur l’idée même de parure zoomorphique que sur la précision de l’analogie animalière. C’est là attribuer au vêtement, qui fait corps avec le personnage, dont il exprime les secrets tropismes et les failles internes, une puissante valeur symbolique.

3. L’obscure et la diaphane

  • 9   Il ne figure dans cette version qu’une seule mère.
  • 10Ibidem. Aucune pagination ne figure dans l’album.

15Parure mentale, la vêture permet de distinguer plusieurs facettes de la figure maternelle dans les réécritures contemporaines du conte. Après 18129, le récit des Grimm se fonde sur le relais d’une figure maternelle par une autre, qui lui est antinomique. À la première s’associe la trilogie inaugurale du blanc, du rouge et du noir; le blanc surtout, puisque dans le tableau qui sert de portique au conte, c’est le motif de la neige (dont on relève sept occurrences dans le paragraphe liminaire) qui ressort. La suivante se définit par contraste. C’est pourquoi sans doute certains illustrateurs font le choix de simplement opposer alors le noir au blanc. Dans son album, Angela Barrett (Poole-Barrett 2002), à vrai dire, n’introduit que peu de différences dans la peinture des tenues au fond assez semblables qu’arborent les deux reines: pour l’une comme pour l’autre, même pelisse brune, à ceci près que l’étoffe en paraît plus souple sur la première image, où l’expression rêveuse, la posture du personnage tourné vers l’extérieur, l’harmonie du «tissu en or» rebrodé de «perles»10 qui s’échappe par flots du tambour que la reine tient sur ses genoux, créent une harmonie faite de douceur et de luminosité. Mais l’arrière-plan de couleurs tendres (ocre rosé et jaune pâle), et surtout le blanc de l’extérieur enneigé qui occupe les deux tiers de l’illustration, se répercutent sur la perception des couleurs du vêtement, qui s’en trouvent comme éclairées. À l’inverse, à la page suivante, la «nouvelle épouse» porte une lourde pelisse qui semble de fourrure animale sur une robe couleur de grenat. Tournée vers sa propre image, qui se reflète dans une psyché à l’imposant cadre d’ébène, orné de candélabres diffusant une pauvre lumière, elle se fond dans un décor nocturne lourd de menaces. La silhouette de la reine se confond avec la tenture gris sombre du mur; la traîne de sa pelisse semble se prolonger dans la peau de bête (un loup) qui recouvre le sol, dans les mêmes tons de gris et de noir fondus. L’illustration suivante permet en outre de l’apercevoir par une fenêtre à demi ouverte, sur fond sombre, entièrement vêtue de gris, en contraste avec un intérieur gaiement coloré où le roi joue avec sa fille. Le jeu des analogies et des différences tient donc pour l’essentiel à la coloration dont s’imprègne au final la parure.

16Eric Battut (Grimm-Battut 2002), pour sa part, dans un autre album, fait le choix du contraste explicite. Cette fois, l’œuvre se décline tout uniment dans les trois couleurs du conte, et les personnages sont figurés par autant de petites touches. Dans ce contexte, la reine qui coud à sa fenêtre est tout de rouge et de blanc vêtue. La parure reste sommaire dans ce parti pris esthétique qui repose sur une sorte de schématisme suggestif: longue robe écarlate, cape aux plis représentés par d’imprécises rayures blanches, hennin rouge et blanc. L’«autre épouse» en revanche est constamment représentée vêtue de noir: robe et coiffe, d’où ressort sa face blafarde. Plus tard, déguisée en vieille marchande, elle portera robe et bonnet – ou fichu – également noirs.

17Le noir et le blanc, de fait, ont tendance à caractériser le contraste des deux mères, voire la dualité de la figure maternelle. Ce traitement est du reste conforme à l’évolution même du récit des frères Grimm. Natacha Rimasson-Fertin remarque que «le contraste entre l’héroïne et sa marâtre a été renforcé d’une édition à l’autre par l’ajout d’adjectifs et d’expressions proverbiales» (1995: 305), contraste qui se répercute en conséquence sur la perception des deux reines.

18Dans l’œuvre dramatique d’Howard Barker, Le Cas Blanche-Neige (2002), Blanche-Neige se souvient en ces termes de celle qu’elle nomme sa «vraie mère»:

  • 11   Le manque de ponctuation est voulu dans le texte.

blanche-neige – Elle portait des robes amples
la reine – C’est vrai?
blanche-neige – Oh oui sans le moindre doute mais des robes d’une étoffe légère qui collait au corps quand le vent soufflait je dis le vent même la brise ou le simple fait de se mouvoir produisait le même effet apparemment
Je porterai des robes d’étoffe légère (Barker 2002: 123)11

  • 12  La thèse que développe J. Zipes à propos de «Blanche-Neige» dans son ouvrage (2006), est que l’imp (...)

19Avec sa légèreté superlative, l’étoffe des robes a pour effet paradoxal de «coller au corps» tout en le dématérialisant. Alors même qu’aucune couleur n’est mentionnée, cette impression vaporeuse appelle des images de clarté. Mais ce qui importe ici est la coupe du vêtement et sa texture. Par contraste, la tenue «provocante» de la reine, qui «exhib[e son] corps dans [des] vêtements moulants» (Ibidem) – elle que l’on découvre «nue dans la forêt» (119) avec son amant, le bûcheron, à qui elle offre ses «sous-vêtements» (120) à l’ouverture de la pièce –, érotise le corps et en décuple la présence. Tout ou presque, d’ailleurs, est affaire de corps, dans cette tragédie qui oppose pureté et dépravation, innocence et maturité, dans une lutte âpre qui représente l’enjeu de l’apparence dans le rapport au pouvoir12. C’est sans doute pour cette raison que les notations vestimentaires, pourtant peu nombreuses, y ont une telle puissance de signification. Dans la scène 11, la reine, dont l’humeur s’assombrit car elle se voit détrônée par Blanche-Neige, qui accapare l’amour du roi, réclame une robe camisole:

la reine – allez chercher la robe blanche celle avec tous les boutons et ne me dites plus jamais ce qu’il faut que je permette les boutons qui vont de la cheville jusqu’au cou Je suis enfermée aujourd’hui je suis un fourreau de meurtrissures et de contusions (146)

20Plus que la couleur (mais l’on comprend que ce blanc est signe de deuil, et qu’il dit l’effacement de toute forme de vitalité), c’est l’allure du vêtement qui prend une dimension symbolique, dont la reine se fait ici l’interprète. Le «fourreau», terme de couture propre à qualifier la robe blanche, se métaphorise pour dire l’aliénation du sujet féminin, qui amorce une inexorable descente aux enfers.

  • 13   Flach film production, scénario écrit par Siegrid Alnoy et Lise Machebœuf. Mes remerciements vont (...)
  • 14Ibidem, scénario version 3, du 14/11/2011, p. 8.
  • 15Ibidem, p. 8.
  • 16Ibidem, p. 21.
  • 17Ibidem, p. 35.
  • 18Ibidem, p. 72.
  • 19Ibidem, p. 73.

21De même, le film télévisé Miroir mon amour13 annonce par son titre le jeu de réduplication et de dédoublement sur lequel se fonde la représentation de la figure maternelle. Les deux mères apparaissent de façon en tout point contrastée. La Reine Aurore (incarnée par Aurore Clément), au visage «très doux et lumineux», est «vêtue d’étoffes vaporeuses et claires»14. Elle est la mère du prince, mais déclare à Blanche-Neige: «Vous serez la fille que je n’ai jamais eue»15. Pâle reflet de la première reine dans le conte des Grimm, c’est encore elle qui, plus tard, se pique en cousant16. C’est en partie par son vêtement qu’elle s’oppose à la reine brune couronnée d’or (jouée par Fanny Ardant), dont un gros plan dévoile les pulsions anthropophages (réelles ou supposées) au début du film. Celle-ci, comme chez Barker, porte des tenues «terriblement élégante[s]»17 et provocantes. Son «dressing», que Blanche-Neige examine, contient «des robes plus somptueuses les unes que les autres»18, dont la princesse estime qu’elles «ne sont plus taillées pour» sa mère vieillie19, dont elles accusent la silhouette.

22Ainsi, par le vêtement, les deux femmes – la blanche et la noire, la vaporeuse et la sulfureuse –, donnent à voir les contours d’une opposition essentielle, dont la nature des tenues permet de suivre les variations de sens.

4. Vêtement et passation des pouvoirs

23Les versions les plus récentes du conte mettent enfin l’accent sur le triomphe de l’accessoire, corset ou chaussures. La pièce d’Howard Barker s’ouvre sur une citation qui correspond au terrible dénouement du conte, l’épisode des pantoufles de fer: «La méchante marâtre de Blanche-Neige fut elle aussi conviée au festin. Mais on avait déjà mis sur le feu des pantoufles de fer que l’on apporta avec des tenailles et déposa devant elle. Puis on la força à chausser ces souliers rougeoyants, et à danser jusqu’à tomber raide morte» (2002: 117). Cette séquence finale, dans laquelle les souliers rougis au feu sont l’emblème du châtiment, peut donner lieu à une expansion qui confère à la chaussure un rôle à part entière. Je me concentrerai pour terminer sur ce dernier accessoire.

  • 20   Quant à Blanche-Neige, elle affirme: «Vous ne faites pas autant d’effet sans talons (un temps) To (...)

24Dans ces relectures du conte, la chaussure assure tout à la fois pouvoir et séduction. La reine d’Howard Barker affirme ainsi, dès la scène 1: «que suis-je donc sans mes chaussures / Une enfant peut-être» (2002: 120)20. Représentées métonymiquement par le bruit de leurs talons, celles-ci donnent littéralement corps à la reine, comme l’indique cette remarque de la vieille servante aveugle: «Majesté / Le son de vos talons dessine votre corps même pour mes yeux d’aveugle» (132). Quant au jeune Askew, avatar du prince, il est fasciné par «le rythme envoûtant» des «talons» de la reine «martelant la pierre» (150). Ce bruit lancinant avertit de même de la puissance ou de la faiblesse de la reine, selon qu’il croît ou décroît, dans la traduction filmique de Siegrid Alnoy. L’accessoire assure ainsi doublement sa présence, visuelle et sonore. Il s’agit en effet, comme le précise le scénario de Miroir mon amour, d’une «paire d’escarpins noirs, très noirs, hauts, très hauts» (Alnoy 2012: 23). Sans doute n’est-il guère pertinent de commenter les phénomènes langagiers (reprises et hyperboles) dans un scénario: l’insistance verbale toutefois se traduit en images par des focalisations sur les pieds de la reine chaussés d’escarpins, qui avancent rythmiquement sur le sol sonore. Si les dénouements diffèrent, la force de l’accessoire se confirme. Dans la version filmique, Blanche Neige est intronisée femme dès lors qu’elle ose arborer à son tour «une paire d’escarpins noirs, très noirs» (78). Dans la pièce de Barker, elle est consacrée par un rite baptismal sanglant, dans et par le renoncement forcé de la reine. Après l’épreuve des «pantoufles de fer» converties en escarpins chauffés à blanc, celle-ci abdique en effet ses pouvoirs de femme, laissant Blanche Neige affronter à son tour cette destinée nécessairement fatale.

  • 21   Genette désigne ainsi « toute espèce de modification apportée au mode de représentation caractéri (...)

25Dans le processus de reconfiguration, assimilable à une forme de traduction du conte, la place accordée au vêtement participe de la réévaluation du sens de la Fable. L’exemple de la reine est éloquent: non décrite dans le conte allemand, elle arbore maintes parures fortement caractérisées, tant au théâtre que dans les albums consacrés à la jeunesse ou qu’au cinéma. Il va de soi que le processus de «transmodalisation»21 à l’œuvre dans notre corpus: passage du conte au théâtre puis à l’album, au scénario ou au long métrage, entraîne une focalisation sur l’élément visuel, qui n’a pas même fonction dans l’économie du conte. Une évolution est néanmoins sensible dans le traitement des personnages: le rôle grandissant accordé à la Reine se mesure notamment à l’attention portée à ses tenues vestimentaires et aux accessoires qui sont les siens. Par là, tout un système se met en place, qui structure la représentation et permet, au-delà d’une simple sémiotique du vêtement, d’évaluer l’évolution des rapports sociétaux et intergénérationnels.

Bibliography

Ouvrages

Aulnoy Madame d’, 2008, Contes de fées, Paris, Gallimard (Folio classique), (1697).

Barker H., 2002, Gertrude (Le cri), Le Cas Blanche-Neige, traduit de l’anglais par C. Menon, Paris, Maison Antoine Vitez (Editions théâtrales).

Beck Ph., 2007, Chants populaires, Paris, Flammarion.

Conan-Pintado C.-Tauveron C., 2014, Fortune des Contes des Grimm en France, Clermont-Ferrand, PUBP (Mythographies et sociétés).

Genette G., 1992, Palimpsestes, Paris, Seuil (Points).

Lorrain J., 1993, Princesses d’ivoire et d’ivresse, J. de Palacio (ed.), Paris, Séguier (Bibliothèque décadente), (1894).

Prince N., 2012, Le merveilleux à la renverse: de «Schneewittchen» à «Neigefleur», in U. Heidmann (ed.), Le dialogisme interterxtuel des contes de Grimm, «Féeries» 9: 85-106.

Rimasson-Fertin N., 2009, Contes pour les enfants et la maison. Collectés par les frères Grimm, Paris, Corti.

Zipes J., 2006, Why fairy tales stick, Routledge, New-York.

Albums

Grimm J.-W.-Battut E., 2002, Blancheneige, traduction de M. Robert, Paris, Didier (Jeunesse).

Lacombe B., 2012, Blanche Neige, Toulouse, Milan (Jeunesse).

Poole J.-Barrett A., 2002, Blanche-Neige, Paris, Kaléidoscope.

Filmographie

Alnoy S., 2012, Miroir mon amour, Flach film production, diff. 26/10/2012, Arte, 90’.

Sanders R., 2012, Blanche-Neige et le chasseur, 126’.

Singh T., 2012, Blanche neige, ou Miroir, miroir, 105’.

Sitographie

Laurelli M., 2012, Blanche-Neige et le chasseur, les costumes ensorcelants de Colleen Atwood, «L’express» 14/06/2012, en ligne: http://www.lexpress.fr/styles/mode/blanche-neige-et-le-chasseur-les-costumes-ensorcelants-de-colleen-atwood_1126668.html#XhxHMou54zyzHODs.99 (consultation: 22/09/2013).

www.bizarre-benjaminlacombe.net (consultation: 21/09/2013).

Notes

1   Je renvoie sur ce point à la communication Textile et colifichets dans le conte merveilleux. L’exemple de «Blanche-Neige» des frères Grimm au XIXe siècle: traductions et réécriture en France, colloque international Sociopoétique du textile: tissus et vêtements chez les écrivains français au XIXe siècle, 5-7 septembre 2013, CNCS, Moulins. À paraître.

2   Voir en particulier sur ce point Zipes (2006). Selon lui, ce qui explique la permanence du conte est la lutte des femmes entre elles pour s’accaparer l’attention de l’homme dans une violente compétition que l’environnement social ne permet pas d’atténuer (page 136 par exemple).

3   D’abord publié dans L’Echo de Paris, le 9 janvier 1894, sous le titre Conte pour la Nuit des Rois. Il sera intégré au volume Sensations et Souvenirs en 1895, puis dans Princesses d’ivoire et d’ivresse, chez Ollendorff en 1902. Notre édition de référence est celle que présente Jean de Palacio (Lorrain 1993).

4   Dans ce conte, la princesse Gracieuse est fouettée par «quatre furies» auxquelles «le galant Percinet» jette un enchantement: «elles pensaient avoir des verges à la main, c’était des plumes de mille couleurs» (Aulnoy 2008: 57).

5   Le syntagme «la méchante reine Imogine» clôt le conte (331).

6   On sait que la chair du paon étant réputée imputrescible au Moyen-âge, l’oiseau en vint à symboliser une forme d’éternité ou d’incorruptibilité.

7   Sous l’expression «verte de jalousie» (page 13), s’entendent d’autres tournures, voisines, comme «être vert», «vert de peur» ou «vert de rage».

8   C’est ce qu’a mis en évidence une comparaison effectuée sur le site http://www.bizarre-benjaminlacombe.net, consulté le 21/09/2013.

9   Il ne figure dans cette version qu’une seule mère.

10Ibidem. Aucune pagination ne figure dans l’album.

11   Le manque de ponctuation est voulu dans le texte.

12  La thèse que développe J. Zipes à propos de «Blanche-Neige» dans son ouvrage (2006), est que l’impact du conte vient de ce qu’il traite d’une compétition cruciale entre les femmes pour maintenir ou prendre le pouvoir dans une société patriarcale.

13   Flach film production, scénario écrit par Siegrid Alnoy et Lise Machebœuf. Mes remerciements vont à S. Alnoy, qui m’a permis d’exploiter le scénario.

14Ibidem, scénario version 3, du 14/11/2011, p. 8.

15Ibidem, p. 8.

16Ibidem, p. 21.

17Ibidem, p. 35.

18Ibidem, p. 72.

19Ibidem, p. 73.

20   Quant à Blanche-Neige, elle affirme: «Vous ne faites pas autant d’effet sans talons (un temps) Toute ma vie j’ai eu peur de vous mais en réalité c’est de vos talons que j’avais peur (elles rient)» (Barker 2002: 120).

21   Genette désigne ainsi « toute espèce de modification apportée au mode de représentation caractéristique de l’hypotexte» (1992: 395).

© Ledizioni, 2015

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Buy

Print version

amazon.fr
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search