Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

Le feutre, du Caudebec au Borsalino: hommage au Chapeau

Maria Teresa Zanola

Texte intégral

1Bonnet, tricorne, toque, petit béret bleu de montagnards, casquette, canotier, haut-de-forme, melon, autant de chapeaux pour se couvrir, pour se faire identifier, pour se présenter à la mode:

  • 1   Dans ce tome figure la description de plusieurs métiers, parmi lesquels l’art de la draperie par (...)

On ferait sans doute un ouvrage curieux & important à l’histoire, si l’on pouvait recueillir & faire connaître toutes les sortes de coëffures que les hommes de tous les tems & de toutes les parties du monde ont imaginées, pour défendre leur tête contre les injures de l’air, pour se décorer, ou pour leur servir de marques distinctives […]. Mais ce n’est point là mon objet: je me propose uniquement de consigner dans cet écrit les matieres qu’on emploie, & les différentes façons qu’on leur donne, pour fabriquer cet espèce de bonnet à large bord, que nous appellons chapeau, & qui fait lui seul l’objet d’un art assez étendu, & distingué dans le commerce. (Nollet 1777: 230)1

2Dans son traité sur l’art du chapelier – un des volumes des Descriptions des arts et métiers, faites et approuvées par Messieurs de l’académie Royale des sciences de Paris (voir la planche relative à ce métier) –, l’abbé Nollet illustre le plan de son ouvrage dans l’introduction dont nous venons de lire un extrait.

  • 2   La revue «Monsieur – Revue des élégances, des bonnes manières et de tout ce qui intéresse Monsieu (...)

3En 1865 Eugénie de Guérin soulignait l’effet d’élégance et de distinction d’un geste fait par un feutre: «Le duc De Nemours est passé sous nos fenêtres venant de la chasse. Il saluait avec toute la grâce qu’il pouvait trouver dans son feutre gris. On en mettait bien peu à lui répondre» (1865: 485). Le modèle de ce feutre était le haut-de-forme: c’est pourquoi en mars 1923 la revue «Monsieur – Revue des élégances» publie un article de Paul Sentenac (Sentenac 1923: 7-8)2 à propos de la manière d’utiliser le chapeau: le chapeau de feutre ne permettrait plus de gestes de politesse, il faut rétablir le haut-de-forme si plus de courtoisie doit accompagner la vie quotidienne.

4Parmi ces chapeaux, nous nous limiterons à l’histoire du feutre mou, qui change de nom suivant la forme de ses ailes et de sa coiffe. Nous allons flâner au milieu de ces chapeaux d’engouement, à partir du feutre dit caudebec jusqu’au feutre borsalino, et nous proposons au même temps une promenade dans le monde d’un métier – celui du chapelier – aussi bien que le parcours terminologique et culturel de la tradition chapelière et les traces de quelques images littéraires.

1. L’histoire d’un objet du quotidien: caudebec, fedora et borsalino, histoire de maisons et de productions

  • 3   Louis IX confie au prévôt de Paris Étienne Boileau la mission de recenser les différents métiers (...)

5Le métier de chapelier se divisait au Moyen-Âge en plusieurs branches, l’une desquelles était celle des chapeliers de feutre; leurs premiers statuts datent de la fin du règne de Saint-Louis (cf. Étienne Boileau)3. L’obligation est de faire du feutre avec du poil d’agneau, puis à partir du XIVe siècle on permet qu’on se serve du castor, plus tard on use du poil de lapin, et au XVIIIe même du poil de chameau.

  • 4   Dubosc (1922).

6Chazelles-sur-Lyon est un des tout premiers sièges de la chapellerie de feutre, très connue pour la production de chapellerie de feutre de poil, mais nous allons suivre l’histoire de la chapellerie de feutre grâce à l’histoire d’une autre ville éponyme, Caudebec, en Normandie, telle qu’elle nous est racontée par Georges Dubosc (1854-1927)4, flaubertiste de la province normande, membre de l’Académie de Rouen et écrivain érudit du terroir.

7La tannerie est anciennement établie à Caudebec, alors que la chapellerie de feutre fut une industrie nouvelle, qui devint rapidement florissante. À Caudebec la confection d’un chapeau était considérée comme le chef-d’œuvre dans les statuts de 1578 des Chapeliers de Paris. À la fin du XVIe siècle, on y fabriquait pour les femmes les hautes coiffes cauchoises, ornées de dentelles et de barbe et pour les hommes le bonnet de coton traditionnel. À cette production se substitue le caudebec, un chapeau de pluie en laine d’agneau ou poil de chameau:

À ces modes, se substitua, tout d’abord en pays normand, puis dans le pays entier, le chapeau de feutre, fabriqué à Caudebec, surtout par les maîtres et les ouvriers protestants. Bientôt, tous les Huguenots coiffèrent le feutre noir de Caudebec, orné d’une plume verte, et par l’intermédiaire de la petite ville cauchoise, toute la France porta ensuite le chapeau de Caudebec. Louis XIV lui-même, sur sa majestueuse perruque, arborait un feutre rond et noir, orné d’une longue plume blanche. (Dubosc 1922: 2)

  • 5   Thomas Corneille, dans son Dictionnaire universel géographique et historique, après avoir donné u (...)

8C’est l’apogée de l’industrie caudebécaise, de son commerce et de sa réputation partout répandue5. Le chapeau cauchois se bâtit une popularité, à tel point – rappelle Dubosc – qu’on le trouve cité par Boileau dans son «Épître à Lamoignon», avec cette note écrite de sa main: «Caudebec, sorte de chapeaux de laine, qui se font en Normandie»:

Pradon a mis au jour un livre contre vous,
Et chez le chapelier du coin de notre place,
Autour d’un caudebec j’en ai lu la préface. (Ibidem)

  • 6   «L’abbé Nollet, dans son Art du Chapelier, est formel là-dessus et il explique qu’on a confondu l (...)

9Le caudebec est décrit par Savary dans son Dictionnaire du Commerce: pour sa fabrication on «y employait de la laine d’agnelin, du ploc, du duvet d’autruche ou du poil de chameau. Ils [ces chapeaux] ont pris ce nom de la petite Ville de Caudebec, où ont été fabriqués les premiers Chapeaux de cette forme» (Savary des Bruslons 1748: 205). Dubosc corrige la composition ainsi décrite pour la fabrication du caudebec, parce que si le poil de chameau y est présent étant résistant et luisant, le duvet d’autruche n’a jamais été utilisé6.

10Cette fabrication, aussi bien à Caudebec, qu’à La Rochelle, que dans le Dauphiné et dans la Provence, était entre les mains des Protestants. Dès la fin du XVIIe siècle, la concurrence dans l’industrie du feutre de la part de Lyon, du Dauphiné et de la Provence se fait sentir à Caudebec. La Révocation de l’Édit de Nantes détermine surtout un exode dont les conséquences arrivent jusqu’à la disparition rapide de l’industrie chapelière:

  • 7   «Les fabricants de Caudebec tâchèrent aussi d’établir le commerce de leurs chapeaux en Portugal. (...)

Bon nombre de Réformés avaient fait filer, avant eux, leurs femmes ou leurs enfants à l’étranger, puis envoyaient plomber leur matériel d’industrie à Paris, où la douane ne regardait pas de très près. Ensuite, avec de faux passeports, ils trouvaient des permis d’embarquer pour l’Angleterre ou pour la Hollande, d’où les réformés pouvaient se rendre en Allemagne et surtout dans le Brandebourg […].
On envoyait, autrefois, dit-il, de ces pays-ci, un grand nombre de chapeaux en Hollande, dans tout le Nord, même en Angleterre, malgré la défense qu’il y avait d’en laisser entrer, mais depuis dix ou quinze ans, il est passé plusieurs chapeliers dans les pays étrangers, où ils ont établi cette manufacture, en sorte que tous les chapeaux qui se font à Caudebec ou à Rouen ou ailleurs, ne se consomment actuellement que dans le royaume. (Dubosc 1922: 4)7

  • 8   Pour approfondir l’histoire du chapeau, voir aussi Terras (1982); Muller (1993).

11La liste des chapeaux disponibles au XIXe siècle – et de chapeaux de feutre – est longue: pour n’en rester qu’au haut-de-forme, qui devient le symbole de l’homme séducteur, de l’homme important dans son rôle social reconnu, du fonctionnaire scrupuleux, tous les hommes gagnent d’importance avec un haut de forme bien porté8.

12Il suffirait de suivre les adaptations de ce chapeau dans les caricatures pour comprendre le rôle symbolique qu’il a atteint, sans arriver aux chapeaux-symboles du cinéma, sur lesquels on reviendra. Tout le monde a un chapeau, tout le monde a son chapeau: chapeau d’utilité, chapeau de magicien, c’est le chapeau qui fait l’homme.

13Le chapeau prend donc son nom – on l’a vu avec le caudebec – du nom de la ville où il est fabriqué, du nom de la marque de la fabrique. Alors que la mode française du Second Empire triomphe et que les chapeaux haut-de-forme règnent en maître, l’histoire du chapeau Borsalino ouvre une nouvelle voie au chapeau. C’est le milieu du XIXe siècle qui marque la fin de la période artisanale et des petits ateliers, lorsque la mécanisation de certaines étapes de fabrication gagne la chapellerie (Bolomier 1996; Bolomier 2005).

14Le premier Borsalino sort de l’usine d’Alexandrie, au sud de Turin, le 4 avril 1857, grâce à l’invention de Giuseppe Borsalino (cf. Carrieri 1957: 75-87). Une cour de rue Schiavina à Alexandrie fut le premier laboratoire de Borsalino en 1857, puis dans un hôtel de rue du Vescovado jusqu’à l’usine du Corso Cento Cannoni en 1890, où elle reste jusqu’au milieu du XXe siècle.

  • 9   Pour ce qui sera de sa diffusion, les nouvelles machines qui remplacent l’archet traditionnel ave (...)

15Giuseppe Borsalino avait appris le métier à Paris, dans une chapellerie de rue du Temple de la maison Berteil, qui ne produisait que des chapeaux de luxe en poil de castor. Mais il avait compris que si l’art de la production des chapeaux était français, l’art de sa commercialisation était anglais9. Le 8 décembre 1856 Borsalino revient en Italie et exalte les principes de qualité dans cette production grâce à un chapeau dont le feutre est constitué de poils de lapin ou de castor. De par ces nouvelles matières, le couvre-chef gagne en finesse et souplesse et par là même en allure, notamment grâce au creux sur le haut de sa couronne.

16Il paraît que les origines de la forme du Borsalino sont redevables aux émeutes pendant lesquelles tous ceux qui y prenaient partie portaient un feutre melon et en sortaient après les bagarres avec leurs chapeaux rabattus et écrasés à cause des coups pris sur la tête. Giuseppe Borsalino fit de cette ‘vaga’ – ainsi appelait-on le creux du chapeau – sa trace distinctive. N’étant pas encore satisfait de la forme de son chapeau, il le modela davantage, et ajouta encore deux petits creux, dits ‘bozze’, qui devinrent le point de prise en main du chapeau pour le soulever et pour le remettre en tête. De cette manière, on pouvait soulever le chapeau pour saluer une femme, ainsi que l’élégance de manière prêchée par Sentenac le rappelait.

17De là la fortune d’un chapeau qui a su réunir le côté pratique et l’élégant en sauvegardant l’importance d’une production – celle du chapeau de feutre. Son coup de génie vaudra au Borsalino d’être consacré «Grand Prix» à l’exposition universelle de Paris en 1909, et en 1911 commencera une collaboration avec Marcello Dudovich pour le lancement d’affiches publicitaires. Lorsque son fondateur meurt en 1900, la maison Borsalino produit près 750 000 chapeaux par an, dont 450 000 mille destinés à l’exportation. Entre soufflage, faufilage, refoulage, mouillage, foulage, un feutre Borsalino passe par près de soixante-dix étapes de fabrication et la plupart des machines datent de la création de la maison.

2. Les mots de la fabrication du chapeau: la défense d’un savoir-faire

18L’histoire de la fabrication des chapeaux de feutre au cours du XIXe siècle permet de parcourir les raisons d’un savoir-faire qui a été surtout français – né en France, émigré en partie en Angleterre suite à la fuite des artisans huguenots à la fin du XVIIe siècle, et puis revenu en France. Nous allons suivre la présentation de Dubosc qui énumère les phases de fabrication du chapeau de feutre:

Avant de couper et raser les poils sur les peaux de lapin, d’agneau, de lièvre, il fallait d’abord passer les poils au secret! C’était un des arcanes, des mystères de la chapellerie. Les poils, n’ayant guère de propriété feutrante, on la leur donnait en les soumettant à une infusion de guimauve et de grande consoude, puis, par un procédé mystérieux, un secret importé d’Angleterre par les ouvriers chapeliers, qui n’était autre que le secrétage au nitrate de mercure, on leur donnait encore cette propriété. Il suffisait de frotter les peaux avec des brosses de sanglier, enduites de la dissolution mercurielle. Après cette préparation, des femmes coupaient le poil avec des couteaux très rasants. On commençait alors l’arçonnage, opération extrêmement bizarre qui se faisait avec l’arçon, une sorte d’énorme archet de plusieurs mètres de long, suspendu par une corde au plafond. L’arçonneur promenait cet archet au-dessus des poils étendus sur une claie. Il faisait alors vibrer la corde métallique de l’arçon, tenu au-dessus des poils coupés et, par la vibration, les poils se mélangeaient. Ne jouait pas de l’arçon qui voulait. C’était une opération qui demandait du tour de main et de la dextérité.
Avec ce premier mélange, on formait une sorte de tissu grossier, qu’on appelait les capades; on les roulait, les malaxait; on les pétrissait à la main. Quand les capades étaient ainsi marchées, on les feutrait en les faisant passer sur des plaques de cuivre, tour à tour chauffées et humectées d’eau. Avec quatre capades réunies, on commençait à former… la manière d’un chapeau. Il passait ensuite à la foule, dans de l’eau chauffée dans des chaudières, avec de la lie de vin. Alors, on dressait définitivement le chapeau sur une forme en bois, avec un instrument en bois, le choque, on dressait les bords. Tous les chapeaux passaient ensuite à l’étuve, pour être séchés. Restaient encore: la teinture; le lavage; un apprêt à la colle; un passage à la pierre ponce ou à la peau de chien marin, façon d’Angleterre, qui les lustrait, puis la mise en tournure qui cambrait les bords, enfin la garniture avec le bourdaloue et une coiffe en tabis. Parfois, on lustrait, au coup de fer, comme faisaient alors les chapeliers parisiens. (Dubosc 1922: 3)

  • 10   Cette collection a su autant relever le défi de décrire l’état des connaissances dans la civilisa (...)

19La préoccupation de la sauvegarde de cet art et de ce métier qui de producteur d’articles de luxe a su se transformer en producteur d’articles de mode pour tous est présente dans l’intention de la collection des manuels Roret10, conçus pour fixer les notions et pour répandre les acquis du temps aux ouvriers, aux fabricants et producteurs jusqu’aux savants. Le recours à une analyse systématique des principes du travail aussi bien que la tentative d’approfondir leur compréhension ont permis de dépasser le seuil réservé aux maîtres vers les secrets appris du métier, rendant de plus en plus accessible un système ouvert d’entraînement et d’apprentissage.

  • 11   Jean-Sébastien-Eugène Julia de Fontenelle (1780-1842), professeur de chimie à l’École de Médecine (...)

20Julia de Fontenelle rédige le manuel Roret consacré à la chapellerie, le Manuel complet des fabricans de chapeaux en tous genres,11 et divise l’ouvrage en quatre parties: la première avec la description de toutes les matières employées pour la fabrication des chapeaux, la deuxième décrit tous les chapeaux feutrés et toutes les opérations nécessaires à leur confection, la troisième passe en revue les chapeaux de soie, de coton, d’étoffes filamenteuses et la quatrième tous les types de chapeaux de paille (d’osier, de bois, etc.). Il expose les meilleurs modes de fabrication suivis en France et à l’étranger pour tous ces genres de chapeaux, il illustre les brevets connus d’invention des différentes branches de la chapellerie. Il met en évidence les améliorations de cette production grâce aux applications des progrès de la chimie, de même que la documentation principale provenant des techniciens français et étrangers (Zanola 2012: 47-58). On lit dans l’introduction:

La fabrication des chapeaux est une des branches de l’industrie qui exige le plus l’application des progrès de la chimie. Cette fabrication embrasse une foule d’opérations diverses dont quelques unes réclament de nombreuses améliorations, tant sous le rapport de l’art que sous celui de la santé des ouvriers. Nous nous bornerons à parler de l’opération connue sous le nom de sécrétage, qui se pratique au moyen du nitrate de mercure. Ce sel, comme on sait, est un poison violent; aussi les vapeurs et les particules qui se dégagent des poils sont-elles très nuisibles aux ouvriers. Les procédés de teinture sont loin aussi de répondre à ce qu’on devait attendre du grand pas qu’ont fait les arts chimiques. Il est en effet démontré qu’on obtient souvent des noirs qui, avec le temps, tournent au bronze, au brun, et même au rougeâtre. On attribue généralement ce grave inconvénient au sulfate de fer, auquel on a proposé de substituer le tartrate, et mieux encore l’acétate de ce métal. La Société d’encouragement pour l’industrie nationale, dont l’œil vigilant se porte sur toutes les branches des arts chimiques, économiques, mécaniques et industriels, qui réclament les bienfaits des sciences, n’a pas manqué de porter son attention sur les diverses opérations de la chapellerie, dont plusieurs ont déjà fait l’objet des prix qu’elle a proposés. (Julia de Fontenelle 1830: V-VI)

21L’ouvrage se termine par le Vocabulaire des principales opérations et instruments employés dans la fabrication des chapeaux (227-241). Nous citons quelques-uns des termes recensés, des entrées qui montrent les modalités de présentation du vocabulaire, choisies entre la description des phases du travail du feutre (appropriage des chapeaux, assortiment, dressage, enficelage, flambage, foule, sécrétage) et celle des types de feutre (chapeaux mi-poils, chapeaux oursons, chapeaux plumets, feutre, feutres dits poils flamands, feutres dorés, feutres grigneux, feutres écaillés, feutres à plume):

Appropriage des chapeaux. Les chapeaux parvenus au point de fabrication convenable, n’ont ni ce brillant, ni cette douceur qui en constituent la beauté. Ce sont ces qualités qu’on leur donne par l’appropriage. Quant aux feutres destinés à la coiffure, on se borne à les passer au fer ou à les mettre en presse afin de les catir, comme les tissus de laine.

Assortiment. Assortir un chapeau, c’est le placer dans une forme semblable à celle qu’il doit avoir, en ayant soin de prendre une forme un peu plus haute que celle du dressage à la foule, afin que la ficelle n’occupe pas le même point que celui où elle se trouvait à la foule, et d’éviter ainsi les compressions du feutre qui produisent des espèces d’étranglemens. C’est ce qu’en termes de l’art on appelle baisser le lien.

Chapeaux mi-poils. Le mot demi-poil annonce que cette dorure est supérieure à celle des feutres dorés ordinaires et inférieure à celle des oursons. Cette qualité tient donc un juste milieu entre les deux autres. Les deux dorures qu’on applique sur ce feutre se nomment, en termes de l’art, première et seconde pose.

Chapeaux oursons. Ces chapeaux ont une dorure plus belle et plus longue. Le mot ourson vient de ce que ces chapeaux, pour le velu, sont comparés à la peau de l’ours, quoiqu’il s’en faille de beaucoup que leur poil soit aussi long.

Chapeaux plumets. Les chapeaux dits plumets, ainsi que les bordés, etc., ne diffèrent des oursons qu’en ce qu’on ne les dore comme ceux-ci que d’un côté ou seulement sur les bords, etc.

Dressage. C’est mettre les chapeaux sur la forme, afin de leur donner la forme convenable.

Enficelage (l’). Après avoir fait entrer en partie les chapeaux sur les formes convenables et les avoir arrêtés avec une ficelle, on les plonge dans un bain d’eau bouillante pure pour les dégorger et extraire la crème de tartre que le poil peut contenir; après les avoir tenus quelques instants dans la chaudière couverte, on les retire et on les pose sur des plateaux semblables à ceux de la foule, et ayant à leur extrémité inférieure un rebord qui porte l’eau qui s’écoule des feutres hors de la chaumière. C’est alors qu’on tire le feutre sur la forme, jusqu’à ce qu’il y soit bien appliqué et qu’il n’offre aucun pli. On fait alors deux tours de ficelle vers le milieu de la forme au moyen d’un noeud coulant qu’on serre médiocrement.

Feutres. Matières employées pour la fabrication des chapeaux qui ont été converties par le bâtissage en une sorte d’étoffe qu’on nomme feutre.

Feutres dits poils flamands. Cette dénomination leur vient de ce que primitivement ce mode de préparation a été importé des fabriques de Flandre. Ce feutre est le plus souvent fait avec du poil de lièvre pur et est brossé avec le frottoir, pendant la foule, ce qui en dégage un poil très long et uni, qui en constitue la qualité et en fait la principale beauté.

Feutres dorés. On donne le nom de feutres dorés à ceux d’une qualité ordinaire ou inférieure, dont l’on recouvre la surface externe d’une couche mince de matière ou poils plus fins.

Feutres grigneux. Nous avons déjà fait connaître ce qu’on doit entendre par grigne; nous ajouterons ici qu’on nomme feutres grigneux ceux qui, après avoir été écoulés et pressés entre les doigts, en les faisant glisser horizontalement l’un sur l’autre, offrent encore ces aspérités et ce grain qui constituent la grigne. Ce défaut reconnaît pour cause: 1. un bâtissage trop court donné au feutre par l’ouvrier, afin de le faire arriver plus promptement à la dimension désirée; 2. un vice du mélange qui a produit une étoffe trop tendre pour être bâtie plus grand.

Feutres écaillés. Ces feutres, après leur confection, et pressés entre les doigts comme ci-dessus, offrent des points où l’étoffe a si peu de consistance qu’elle est sur le point de se défeutrer ou, si l’on veut, de voir cesser l’adhérence et l’entrecroisement du duvet qui est le résultat du bâtissage et du foulage […].

Feutres à plume. Les feutres dits à plume sont une dorure plus riche pour laquelle on fait usage du plus beau poil de lièvre et de celui de castor. En général, on n’applique cette dorure que lorsque le feutre a été foulé, avec cette différence du procédé des feutres dorés, que pour ceux à plume on applique plusieurs couches de poil ou dorure.

Flambage. Les chapeaux à plume, de quelque genre qu’ils soient, sont flambés avant de recevoir la première pose. Pour cela, quand l’ouvrier a réduit le fond à la taille où il doit être posé, il l’égoutte le plus possible à l’aide du roulet, et fait passer au-dessus d’un feu de paille ou de copeaux, les surfaces sur lesquelles les poses doivent être appliquées, afin de les débarrasser des poils qui les couvrent et qui nuiraient à l’introduction de ceux qui composent la plume. On donne après ce flambage, un léger coup de frottoir, pour bien nettoyer ces surfaces.

Foule (de la). Le feutre, après l’opération du bâtissage, est bien loin d’avoir la consistance, la force et la solidité convenables pour lui assurer quelque durée; on lui donne ces qualités au moyen de la foule, qui fait rentrer en tous sens les poils sur eux-mêmes et resserre ainsi le tissu en le rendant plus consistant, beaucoup plus fort, ou, en termes de l’art, plus étoffé. Les poils, en prenant ce nouvel arrangement, occupent un espace moindre qu’auparavant; aussi l’étoffe se rétrécit-elle en tous sens; aussi le feutre, en sortant du bâtissage, doit avoir un tiers ou double de l’étendue qu’il aura après la foule. Ce nouveau feutrage s’opère toujours à chaud au moyen de quelques agens qui augmentent la qualité feutrante des matières sans qu’on ait encore déterminé chimiquement ce nouveau mode d’action.

Sécrétage. Le sécrétage est une opération qu’on fait subir aux poils pour augmenter leur propriété feutrante. Dès le principe on employait en France à cet effet, mais avec un faible succès, une décoction de racine de guimauve et de symphitum ou grande consoude. Ce fut vers 1730 qu’un ouvrier chapelier, nommé Mathieu, porta d’Angleterre le procédé du sécrétage des peaux au moyen du nitrate de mercure.

22Jules Verne aussi décrit les opérations de préparation du feutre, lorsque Cyrus Smith s’occupe du foulage de la laine pour la confection de «vêtements chauds et solides» (Verne 2010: 222): c’est ainsi que dans son île Lincoln de bons vêtements sont produits pour les colons qui survivront sans crainte l’hiver romanesque:

Il va sans dire que Cyrus Smith n’ayant à sa disposition ni cardeuses, ni peigneuses, ni lisseuses, ni étireuses, ni retordeuses, ni «mule-jenny», ni «self-acting» pour filer la laine, ni métier pour la tisser, dut procéder d’une façon plus simple, de manière à économiser le filage et le tissage. Et, en effet, il se proposait tout bonnement d’utiliser la propriété qu’ont les filaments de laine, quand on les presse en tous sens, de s’enchevêtrer et de constituer, par leur simple entrecroisement, cette étoffe qu’on appelle feutre. Ce feutre pouvait donc s’obtenir par un simple foulage, opération qui, si elle diminue la souplesse de l’étoffe, augmente notamment ses propriétés conservatrices de la chaleur. Or, précisément, la laine fournie par les mouflons était faite de brins très courts, et c’est une bonne condition pour le feutrage. […] C’était du «feutre lincolnien», et l’île Lincoln comptait une industrie de plus. (222-223)

3. Le chapeau de feutre entre images filmiques et littéraires

23Feutre ou caudebec, c’est ce modèle que nous retrouvons dans l’habillement de Cyrano quand Ragueneau, le pâtissier rôtisseur aimant la poésie, le décrit pour la première fois (c’est nous qui soulignons):

Certes, je ne crois pas que jamais nous le peigne
Le solennel monsieur Philippe de Champaigne;
Mais bizarre, excessif, extravagant, falot,
Il eût fourni, je pense, à feu Jacques Callot
Le plus fol spadassin à mettre entre ses masques
Feutre à panache triple et pourpoint à six basques,
Cape, que par derrière, avec pompe, l’estoc
Lève, comme une queue insolente de coq,
Plus fier que tous les Artabans dont la Gascogne
Fut et sera toujours l’alme Mère Gigogne,
Il promène, en sa fraise à la Pulcinella,
Un nez!... Ah! messeigneurs, quel nez que ce nez-là!...
(Cyrano de Bergerac, I.2, Ronstand 1999: 14-15)

24Si le Caudebec reste aujourd’hui dans un musée, et que les modèles de feutre varient depuis, on a dit à quel point le feutre dans les modèles Borsalino a beaucoup influencé la suite.

25Borsalino donna son nom à sa création, et sa renommée a arboré plusieurs noms. On l’a appelé aussi fedora à partir de 1882, d’après une pièce de théâtre de Victorien Sardou dans laquelle joua Sarah Bernhardt. L’actrice interprétait la princesse Fedora, qui portait un chapeau du type Borsalino: ce terme est entré dans l’emploi en 1891 et la mode féminine s’en est servie jusqu’à la première moitié du XXe siècle. Le fedora est aussi le nom anglais du borsalino: la différence entre les deux est dans les ailes, qui sont plus larges dans le fedora par rapport au borsalino, comme on le voit dans le film Le Grand Gatsby (1974). Indiana Jones ne se sépare jamais de son fedora brun, qui de son rôle d’accessoire accède au rang d’objet de culte.

26La maison Borsalino pour identifier chaque modèle utilise trois qualités de leur création: le modèle Q.S. (qualité supérieure) – font partie de cette catégorie des chapeaux d’anniversaire (par ex: Virgilio, Giuseppe du nom du fondateur), le Vivax (feutre non rasé, distribué en Allemagne), l’Icaro (feutre plus léger, des finitions très soignées), le Guanaco –, puis Alessandria (qualité Alessandria) et enfin Marengo (qualité Marengo). Mais la galerie des modèles Borsalino la plus importante reste celle des films qui ont vu le borsalino protagoniste: Bogart dans Casablanca, Delon dans le film éponyme de Jacques Deray en 1970, pour en citer quelques-uns.

27Hemingway et Fellini étaient fan des borsalinos, Al Capone et ses acolytes en font leur signature, même Michael Jackson est coiffé d’un borsalino en 1983. Le borsalino est le seul apte à faire de son porteur un incroyable aventurier ou un voyou dandy, jouant un rôle majeur dans l’imaginaire du public.

4. Conclusion

  • 12   Cf. «Monsieur – Revue des élégances» 18, juin 1921: 2.

28René Bizet, rédacteur de la revue «Monsieur», insistant sur l’intégrité de la mode masculine parisienne, est heureux de remarquer que les melons sont rares, et qu’ils ne concurrencent pas l’élégance distincte du haut-de-forme12. C’est cette revue même qui commence à introduire les borsalinos et les fedoras dans les dessins de ses couvertures à partir de l’année 1921, pour lancer l’image d’un homme élégant et sportif à la fois.

29Diderot avait bien vu que le chapeau garde les pensées secrètes de celui qui le choisit et le porte. Son conte «Mystification ou Histoire des portraits» – écrit en 1768, resté inédit jusqu’en 1954 lorsqu’il fut publié aux Éditeurs Français Réunis par Yves Benot, avec une préface de Pierre Daix et des illustrations de Picasso –, raconte l’histoire du prince Galitsine qui, le lendemain de son mariage, demande au conte Diderot de l’aider à récupérer des portraits compromettants offerts à son ex-maîtresse Mlle Dornet, danseuse d’opéra de l’époque proche de Diderot. Mlle Dornet exprime ses inquiétudes soulignant que ses pensées les plus cachées ne restent qu’entre elle et son bonnet, dans cette intimité de possession entre le couvre-chef et celui qui le porte, à tel point que ce couvre-chef se personnifie et agit suivant ses décisions et ses caprices:

diderot – Il en a bien le jeu. Et que vous a-t-il donc appris, montré de si incompréhensible et de si effrayant?
mademoiselle dornet – Le fond de mon cœur; mes actions les plus ignorées, mes pensées les plus secrètes, ce que personne ne sait que mon bonnet et moi.
diderot – Il aura causé avec votre bonnet qui n’aura pas été discret.

30Ce chapeau qui est devenu un personnage est identifié par des noms propres qui restent cachés dans la production de la maison, alors que ce sont les termes plus génériques qui se répandent dans la mode de tous les jours. Si les chapeaux de feutre les plus courants sont la casquette, le chapka, la cloche, le fedora, le feutre, le chapeau melon, il ne faut pas oublier le béret en feutre, la casquette, la casquette à visière, le chapeau haut-de-forme. Mais après avoir fêté les 150 ans du chapeau en 2007, le borsalino est revenu à la mode…

Nollet J.A., 1765, L’art de faire des chapeaux, [Paris, s.n.d’é.] (Description des arts et métiers)

Nollet J.A., 1765, L’art de faire des chapeaux, [Paris, s.n.d’é.] (Description des arts et métiers)

Bibliographie

Boileau E., 1879, Le livre des métiers, R. de Lespinasse-F. Bonnardot (eds.), Paris, Imprimerie nationale, (1268).

Bolomier E., 1996, Le chapeau, grand art et savoir-faire, Paris, Somogy.

—, 2005, Du poil de lapin au chapeau de feutre, la chapellerie à Chazelles-sur-Lyon, Chazelles-sur-Lyon, édition Atelier-Musée du Chapeau.

Carrieri M.-Trevisani G. et al., 1957, Omaggio al cappello 1857-1957, Milano, Arti Grafiche A. Pizzi.

Corneille T., 1708, Dictionnaire universel géographique et historique, 3 t., Paris, Coignard.

Dubosc G., 1922, Les ‘Caudebecs’ de Caudebec, «Journal de Rouen» 3 juillet 1922: 1-5.

Guérin E. de, 1865, Lettres (1841-1847), Paris, Lecoffre.

Julia de Fontenelle J.-S.-E., 1830, Manuel complet des fabricans de chapeaux en tous genres, Paris, Librairie Encyclopédique de Roret.

Muller F., 1993, Les chapeaux: une histoire de tête, Paris, Syros.

Nollet J.-A., 1777, L’art de faire les chapeaux, in Académie des Sciences (ed.), Descriptions des arts et métiers, t. 7, Neuchâtel, Imprimerie de l’art typographique.

Ronstand E., 1999, Cyrano de Bergerac, Paris, Gallimard, (1897).

Savary des Bruslons J., 1748, Dictionnaire universel du commerce, t. 2, Paris, Estienne.

Sentenac P., 1923, De l’influence du chapeau sur la politesse, «Monsieur – Revue des élégances, des bonnes manières et de tout ce qui intéresse Monsieur» 39: 7-8.

Terras L., 1982, L’histoire du chapeau, Paris, Damase.

Verne J., 2010, L’île mystérieuse, Paris, Hachette, (1875).

Zanola M.T., 2010, Histoire des sciences et des techniques, histoire des dictionnaires: quelques réflexions, «Les Cahiers du dictionnaire» 2: 37-52.

—, 2012, Ordre et désordre dans le dictionnaire technique, in G. Dotoli-P. Ligas (eds.), Ordre et désordre dans le dictionnaire, Paris, Hermann.

—, 2014, Arts et métiers au XVIIIe siècle. Essais de terminologie diachronique, Paris, L’Harmattan.

Notes

1   Dans ce tome figure la description de plusieurs métiers, parmi lesquels l’art de la draperie par Duhamel du Monceau, l’art de l’épinglier par Réaumur.

2   La revue «Monsieur – Revue des élégances, des bonnes manières et de tout ce qui intéresse Monsieur», fondée en décembre 1919 à Paris par Jacques Hébertot et Paul Poiret, est l’une des premières revues traitant exclusivement de mode masculine de l’époque art-déco.

3   Louis IX confie au prévôt de Paris Étienne Boileau la mission de recenser les différents métiers de la capitale et d’en codifier les règlements et les usages: voir son ouvrage (1879).

4   Dubosc (1922).

5   Thomas Corneille, dans son Dictionnaire universel géographique et historique, après avoir donné une description de la petite ville, rappelle la fabrication des chapeaux de Caudebec, «fort estimez, dit-il, en 1704, parce qu’ils résistent à la pluie» (1708: t. 1, 575). Ce sont les qualités qu’on leur reconnaissait aussi en Angleterre et en France, où on les utilisa aussi pour les troupes, comme chapeaux de pluie.

6   «L’abbé Nollet, dans son Art du Chapelier, est formel là-dessus et il explique qu’on a confondu le duvet d’autruche avec les résidus de laines d’Autriche» (Dubosc 1922: 2). Il s’agit de l’ouvrage de Jean-Antoine Nollet, L’art de faire les chapeaux (1777).

7   «Les fabricants de Caudebec tâchèrent aussi d’établir le commerce de leurs chapeaux en Portugal. Déjà vers 1672, les Portugais avaient attiré à Lisbonne, des ouvriers chapeliers, sur le conseil du consul français Desgranges, mais Colbert déconseille l’installation de ces manufactures, comme impropres au climat et on dut réembarquer un sieur Tesson, qui avait été chargé de cette installation», et plus loin: «En résumé, d’après un mémoire de 1720, la cause de la diminution de la fabrication des chapeaux, ne fut pas exclusivement le départ des Protestants, ce fut surtout la concurrence des fabriques de Rouen, de Paris, de Bolbec et du Havre, où on fabriquait des chapeaux qui se vendaient sous le nom de ‘Caudebecs’, quoi qu’ils fussent moins étoffez que ceux qui sont de véritable fabrique de cette ville, et que d’ailleurs il y ait plus d’apprêt, qui est un défaut considérable et essentiel» (Dubosc 1922: 5).

8   Pour approfondir l’histoire du chapeau, voir aussi Terras (1982); Muller (1993).

9   Pour ce qui sera de sa diffusion, les nouvelles machines qui remplacent l’archet traditionnel avec l’arçon mécanique des machines de Denton, de Stockport et de Manchester. Il faut rappeler que Borsalino ouvre sa production à l’exportation dans les quatre continents, surtout en Australie et aux États-Unis.

10   Cette collection a su autant relever le défi de décrire l’état des connaissances dans la civilisation industrielle, commerciale, manufacturière et agricole que proposer une source de documentation terminologique incontournable: ces ouvrages se terminent dans la plupart des cas par un glossaire complet de la matière traitée, avec les termes suivis de leur définition (cf. Zanola 2010).

11   Jean-Sébastien-Eugène Julia de Fontenelle (1780-1842), professeur de chimie à l’École de Médecine de Paris, écrit vingt-deux manuels Roret entre 1826 et 1841, consacrés à la description technologique des arts industriels. Il se propose de résoudre les problèmes de l’éducation technique et de rénover les manières de transmettre le savoir-faire. Il publie en 1830 le Manuel complet des fabricans de chapeaux en tous genres, Tels que feutres divers, schakos, chapeaux de soie, de coton et autres étoffes filamenteuses, chapeaux de plumes, de cuir, de paille, de bois, d’osier, etc., mis au niveau des progrès des arts chimiques, et enrichi de tous les brevets d’invention qui ont été pris sur la fabrication des chapeaux, à la Librairie Encyclopédique de Roret (Julia de Fontenelle 1830).

12   Cf. «Monsieur – Revue des élégances» 18, juin 1921: 2.

Auteur

Università Cattolica del Sacro Cuore di Milano

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search