Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

Vêtements et accessoires dans la description ethnographique au début du XXe siècle – l’exemple du Congo Belge1

János Riesz

Texte intégral

1. La Belgique sur le chemin de la modernité et de l’internationalisme au début du XXe siècle

  • 1   Je remercie Pierre Halen (Metz) qui m’a fait une photocopie du Cours de Joseph Halkin, livre qui (...)

1Une thèse d’habilitation suisse, soutenue à Berne en 1997 (Herren 2000), décrit l’internationalisme et les efforts de modernisation en politique extérieure des États-Unis (exemple d’un grand pays émergeant), de la Belgique et de la Suisse (exemples de deux petits États) entre 1865 et 1914. Elle montre comment, pour les deux petits États, la participation gouvernementale dans les institutions internationales et l’organisation de congrès internationaux ont joué un rôle important en vue de leur visibilité globale et par rapport à leur profil en politique extérieure. Ce qui est confirmé par le grand nombre d’institutions internationales ayant pris leur siège dans les deux pays, et leur effort d’attirer des congrès internationaux sur leur sol. Dans le contexte de notre thème, les deux tendances – vers l’internationalisme et la modernisation – jouent également un rôle important dans le cadre de la recherche africaniste (et ethnographique en général) au début du XXe siècle, période à laquelle l’État Indépendant du Congo de Léopold II, suite aux campagnes internationales contre les atrocités congolaises liées à l’exploitation du Red Rubber, jouit d’une très mauvaise réputation, de laquelle Léopold II (jusqu’en 1908) et la colonie du Congo Belge cherchèrent à se libérer en donnant une autre image de leur politique coloniale et des efforts de civilisation dans la lointaine Afrique.

2Dans cette perspective, un tout premier rôle revient au Congrès International d’Expansion Économique Mondiale, qui s’est tenu du 24 au 28 septembre 1905 à Mons. C’était un vrai congrès mondial dans le sens que, parmi les 34 États participant, figuraient – à côté des puissances européennes – quelques États latino-américains, les États-Unis, la Chine, le Japon, et même quelques colonies, dont l’E.I.C. Plus de 2 500 participants du monde entier pouvaient écouter plus de 400 ‘rapports’ sur une vaste gamme de sujets qui furent publiés par la suite en neuf gros volumes. Comme l’a bien montré Herren, pour la Belgique il s’agissait aussi et surtout de donner une (nouvelle?) légitimation à l’expansion coloniale belge:

Dieser Punkt führte zur Festlegung eines Expansionsbegriffs, der mit einer kleinstaatlichen Außenpolitik kompatibel erschien, eines Begriffes, der auf öffentlicher Unterstützung basierte und ökonomisch begründet werden konnte. Expansion wurde in Mons nicht als Gebietsforderung formuliert, sondern beabsichtigte die Stärkung der Expansionsfähigkeit der Bevölkerung. (Herren 2000: 170)

3Ce qui nous intéresse, par rapport à notre thématique, c’est le chapitre 2 de la section V du Congrès: «Expansion civilisatrice vers les pays neufs», dans laquelle pas moins que sept rapports cherchèrent à donner une réponse à la question:

Quels sont, dans les pays neufs, les meilleurs modes de faire des observations ethnographiques et sociologiques en vue d’arriver à une connaissance scientifique de l’état social, des mœurs et des coutumes des indigènes et de les élever à une civilisation supérieure? (Aa.Vv. 1905: XXXVI)

4Parmi les buts du gouvernement belge figuraient, entre autres, la fondation d’une organisation pour la recherche sur les régions polaires et d’un Bureau international d’ethnographie, ayant son siège dans un Institut mondial, selon les vœux formulés déjà par le roi Léopold II.

5Pour se faire une idée des soins avec lesquels ces projets avaient été préparés du côté belge et avec quelle précision de détails ils furent menés, on n’a qu’à lire le rapport du professeur de géographie ethnographique Joseph Halkin de l’Université de Liège, qui présente un projet résultant du chapitre 2 de la section V (11 pages, il n’y pas de pagination du volume entier) destiné à donner corps aux «observations ethnographiques et sociologiques» (Ibidem) des indigènes dans les colonies. Dès le premier paragraphe les liens avec le programme général du Congrès deviennent par trop clairs:

Pour gagner du temps et ne pas mettre en péril ses capitaux, l’homme d’affaires avisé, commerçant ou industriel qui veut s’établir dans un pays neuf, doit autant que possible, avant de se mettre en route, savoir quelles sont les ressources et quels sont les besoins de ce pays. D’une part, il cherchera des renseignements sur les productions naturelles: flore, faune et minerais; il déterminera quels sont les produits dont l’exportation serait rémunératrice, soit produits naturels, soit produits indigènes; d’autre part, il se munira des produits européens qui seront là-bas d’une vente facile et qui trouveraient acheteurs chez l’indigène lorsque l’état de civilisation de ce dernier sera amélioré. (Halkin 1905a: 1)

6Pour bien préparer le «commerçant ou industriel qui veut s’établir dans un pays neuf» Halkin propose de lui établir un guide, fruit des quelques 202 réponses à un questionnaire qui devrait établir un inventaire exhaustif, voire encyclopédique, de tout ce qu’il faut savoir sur les peuplades de «civilisation inférieure», dans la perspective d’une préparation de futures monographies ethnographiques.

2. Le projet d’un questionnaire d’ethnographie descriptive

7À l’origine de cette initiative était une intervention du sociologue Achille Camerlynck, De l’opportunité d’une enquête ethnographique et sociologique sur les peuples incultes (1905: 207-225) qu’il avait présentée dans la session de la Société Belge de Sociologie du 23 décembre 1904, qui fut discutée le 26 janvier 1905, et dont les propositions furent acceptées dans la réunion du 23 février 1905. C’est suite à cette décision, prise à l’unanimité, que Joseph Halkin fut chargé de l’élaboration du Questionnaire (pour lequel on pouvait s’inspirer de plusieurs précurseurs en anglais et en allemand). Le résultat sera publié dans le même tome II des «Annales de Sociologie», éditées par la Société Belge de Sociologie (Halkin 1905b: 229-262), et imprimé comme opuscule à un grand nombre d’exemplaires. La Société belge de Sociologie participera au Congrès de Mons où ses rapporteurs traiteront différents aspects du chapitre 2 de la section V. Le petit opuscule contenant le questionnaire avait «pour but d’attirer l’attention des missionnaires, chefs de poste, agents coloniaux, explorateurs et voyageurs, de résidence chez des peuples de civilisation inférieure, sur un certain nombre de faits qu’ils sont à même de constater facilement» (229).

8Les 202 questions du Questionnaire sont groupées en sept grandes rubriques et précédées d’un numéro d’ordre. Chaque question est accompagnée d’une page blanche qui servira à la réponse. Les sept rubriques principales sont les suivantes (entre parenthèse les numéros d’ordre correspondants, qui renvoient aux aspects spécifiques): A. «Renseignements géographiques et ethnographiques généraux» (n. 1-9); – B. «Vie matérielle» (n. 10-64); – C. «Vie familiale» (n. 65-100); – D. «Vie religieuse» (n. 101-122); – E. «Vie intellectuelle» (n. 123-150); – F. «Vie sociale» (n. 151-186); – G. «Caractère anthropologique» (n. 187-202). La rubrique la plus vaste par rapport aux numéros y présents est celle sur la vie matérielle, qui ne contient pas moins de 54 unités divisées en cinq sous-groupes: 1) «Soins donnés au corps et exercices corporels» (n. 10-19); – 2) «Alimentation» (n. 20-30); – 3) «Vêtements» (n. 31-38); – 4) «Habitation» (n. 39-46); – 5) «Moyens d’existence, métiers, occupations» (n. 47-64). Les huit numéros de l’unité «Vêtements», finalement, se distinguent comme suit: 31. «Parure à même le corps, coloriage»; – 32. «Tatouage»; – 33. «Objets suspendus au corps»; – 34. «Vêtements proprement dits, forme»; – 35. «Matière»; – 36. «Chaussure»; – 37. «Coiffure»; – 38. «Ornements et parures».

3. La place des vêtements dans le questionnaire

9Les questions qui se réfèrent au numéro 34, «Vêtements proprement dits», donnent une première orientation aux chercheurs ayant pris résidence chez les peuples de «civilisation inférieure», pour les initier à une bonne observation et ne pas se contenter du premier regard:

En quoi consistent-ils? Description. Différences suivant le sexe, l’âge, le rang, la fonction; vêtement de deuil, de fêtes, de l’intérieur; vêtements visibles et vêtements cachés. La loi ou la coutume détermine-t-elle la forme du vêtement ou l’espèce à revêtir dans certains cas? Observe-t-on une tendance à varier le vêtement ou bien y a-t-il des règles fixes, traditionnelles? Parties du corps toujours couvertes, découvertes par politesse, découvertes dans certaines circonstances ou fêtes religieuses? (239)

10Dans le Cours d’Ethnographie et de Géographie, manuel que Joseph Halkin publiera sur la base de son premier Questionnaire (d’après le sous-titre il s’agit d’un Cours donné à la Licence en Géographie et à la Licence en Sciences Commerciales et qui connaîtra plusieurs éditions (la nôtre est la troisième, s.d.), les questions seront plus détaillées et plus explicitées encore. Les chapitres seront mêmes introduits par des réflexions générales à caractère anthropologique, voire philosophique, qui intéressent notre thématique à plus d’un titre. Au début du chapitre sur les vêtements nous lisons que «le vêtement, avec l’habitation dont il sera parlé ensuite, est le caractère ethnographique le plus important qu’il faille étudier relativement à la vie matérielle» (Halkin s.d.: 15). Cette importance est, certes, en rapport avec l’intérêt pour la vie matérielle, quotidienne, des ethnies concernées, mais elle vient aussi du fait qu’un regard sur les vêtements, l’habillement chez les «primitifs» permet de poser des questions plus fondamentales, plus proches des origines de tout vêtement, et dans ce sens, de faire la différence de l’usage des vêtements avec les peuples de «civilisation supérieure».

11Premier constat: chez les peuples des pays tropicaux (et «primitifs» en plus) l’usage des vêtements ne va pas de soi: «certains peuples ne portent pas de vêtements et […] il est très probable que beaucoup d’autres n’en portaient pas autrefois» (15). La cause première qui est à l’origine du vêtement semble être la rigueur du climat. Mais comme cette cause n’est pas valable dans les régions intertropicales, il faut rechercher l’origine du port des vêtements ailleurs. Dès le début Halkin exclut l’hypothèse que ce fut à cause d’un sentiment de pudeur, qui pourrait se baser sur la Genèse, 3.7, quand le premier couple avait mangé du fruit interdit: «Alors leurs yeux à tous deux s’ouvrirent et ils connurent qu’ils étaient nus; ils cousirent des feuilles de figuier et se firent des pagnes». Hypothèse qui «ne semble pas admissible» (16) pour l’ethnographe-philosophe Joseph Halkin, ce qu’il explique ainsi:

S’il en était ainsi ce seraient les parties génitales qui partout devraient être cachées. Or l’on constate que suivant les peuples, c’est tantôt le visage, tantôt le pied, tantôt le haut de la tête, ici le ventre, là la poitrine qui sont les parties du corps qu’il est considéré comme impudique de laisser voir, et ailleurs le vêtement, au lieu de cacher ce qui ne devrait pas être montré, a pour effet d’attirer l’attention sur ces parties du corps. (Ibidem)

12Selon Halkin, il ne faut pas confondre deux sentiments: «le sens moral, qui est inné chez l’homme, et le sentiment de la décence, qui est le produit des conditions sociales, et qui […] est devenu le sentiment de la pudeur» (Ibidem). Mais, s’il en est ainsi, quelles sont les motivations – à part un climat rude – qui amènent les humains à se vêtir? Halkin avance deux hypothèses principales: 1) le souci de la distinction, «le désir de plaire, de se faire remarquer, de montrer sa richesse, sa fortune […] le premier vêtement est la parure qu’elle soit à même le corps ou attachée au corps» (16 sg.); 2) les croyances religieuses, magiques, qui semblent influer plus que sur les vêtements strictu sensu sur des objets auxquels on attribue une force magique, comme des amulettes, des gris-gris, des fétiches et autres accessoires auxquels on prête des forces surnaturelles et qui viennent s’ajouter – dans la suite du Questionnaire – aux autres rubriques numérotées de l’unité «Vêtements», les parures à même le corps, telles: 31. «Coloriage»; – 32. «Tatouage»; – 33. «Objets suspendus au corps».

13Suite à cette extension du sujet, le paragraphe 34, «Vêtements proprement dits», dans le manuel, prend une autre dimension et présente d’autres aspects encore par rapport aux questions dans la première version du Questionnaire, tel qu’il fut présenté dans les Annales de la Sociologie. Nous choisissons un aspect qui nous semble particulièrement intéressant, à savoir le paragraphe sur «l’évolution du vêtement de la femme», qui est censée être «plus intéressant, plus que l’évolution de celui de l’homme» (19), ce que l’auteur nous explique par un aperçu d’une typologie des vêtements féminins selon les régions climatiques:

Le costume féminin comprend trois catégories: 1)le costume le plus ancien qui consiste en une étroite ceinture entourant les hanches, qui va s’augmentant en largeur par l’ajoute d’ornements et de parures; 2)le costume des régions tempérées où la ceinture est à la taille et qui se développe en jupon ou robe, laissant libre le haut du corps; 3) le costume des régions arctiques dont la forme la plus ancienne est le pantalon en peau et une jaquette en manches. (Ibidem)

14Il en va de même de beaucoup d’autres aspects du thème vestimentaire: celui-ci ne se laisse pas enfermer dans le cadre étroit d’une description des vêtements et leur sémiotique par rapport à une quelconque mode. Le thème des vêtements et les sujets liés à celui-ci, les autres objets et accessoires attachés au corps, peut surgir à tout moment à travers les 202 paragraphes du Questionnaire.

15Il peut figurer dans le chapitre A des renseignements ethnographiques généraux par rapport à la différence de se vêtir entre les ethnies, qui souvent permet de les identifier; dans le chapitre B, sur la vie familiale, quand il s’agit des différentes manières de se vêtir entre hommes et femmes, enfants et adultes, personnes mariées ou nubiles; dans le chapitre C, sur la vie religieuse, quand on présente des vêtements réservés à certaines cérémonies ou des personnages investis de fonctions sacrales; dans le chapitre D, sur la vie intellectuelle, quand une ethnie est caractérisée par sa plus grande réserve et sobriété par rapport à d’autres ethnies, ce qui s’exprime également à travers leur manière de s’habiller ou de se parer; dans le chapitre sur la vie sociale E, quand il s’agit de manifester, à travers l’habit, le rang social et la place dans la hiérarchie du groupe; et même dans le chapitre sur les caractères anthropologiques F, quand on décrit les interventions et les déformations physiologiques que subissent les gens d’une ethnie sur leur corps, à un moment donné de leur vie.

4. La collection de Monographies ethnographiques éditées par Cyrille van Overbergh (1907-1913)

16Le Questionnaire conçu par la Société Belge de Sociologie, présenté à un public international au Congrès de Mons et élaboré en détail par Joseph Halkin, servit de base également à la grande Collection de Monographies Ethnographiques de laquelle parurent pas moins que onze gros volumes (de 400 à 600 pages) entre 1907 et 1913. Le caractère politique de cette entreprise se manifeste déjà dans le fait que l’éditeur de la série n’était pas ethnologue ou africaniste, mais juriste et, depuis 1900, directeur de l’enseignement supérieur des Sciences et Lettres au Ministère de l’Intérieur et de l’Instruction publique. Nous parlons de Cyrille van Overbergh (1866-1959) qui, ensemble avec Paul Otlet (1868-1944), ‘l’empereur des tramways de Bruxelles’, et le sénateur socialiste Henri La Fontaine (1854-1943), prix Nobel de la Paix en 1913, fut un des ‘Internationalistes’ belges les plus influents. Leur groupe jouait un rôle important dans le mouvement internationaliste, comme ils avaient réussi «de transformer l’idée abstraite de l’internationalisme en des institutions concrètes et des programmes bien définis» (Herren 2000: 43). Parmi les réalisations concrètes et bien définies figurent sûrement les onze volumes des dix monographies (la dernière est en deux volumes) de Sociologie Descriptive dont van Overbergh n’était pas seulement l’éditeur responsable, mais auxquelles il a contribué comme auteur (avec quelques collaborateurs), avec ses «préfaces» et «introductions» qui rappellent, cas pour cas, les visées politiques de l’entreprise et au cour des quelques années de leur existence deviennent un monument de la science ethnographique belge du début du XXe siècle, dans le sens du programme défini à Mons.

17En 1913, en guise de conclusion de cette entreprise, Cyrille van Overbergh publie un volume de 276 pages qui réunit ses préfaces et autres paratextes des dix monographies sous le titre Les Nègres d’Afrique (Géographie Humaine), avec une «Table coordonnée des matières d’après l’ordre du Questionnaire et des Monographies» et une «Table des matières du contenu des dix premiers volumes de la collection des monographies». Dans son «Introduction» (Overbergh 1913: VII-XII), il s’efforce non seulement «d’attirer la bienveillante attention du monde savant et des Gouvernements sur les dix Monographies africaines» (VII), mais il rappelle également les perspectives à long terme de l’œuvre,

qui se rattache ainsi au mouvement documentaire et encyclopédique qui entraîne le monde vers le progrès et qui y occupe une place d’avant-garde, n’est-elle pas fondée à demander respectueusement l’appui éclairé
– non seulement des personnalités savantes des divers pays […]
– non seulement des sociétés de géographie […]
– non seulement des associations internationales et scientifiques […]
– mais encore des Musées et des Bibliothèques […]
– mais aussi et surtout des Gouvernements, dont l’intervention éclairée a permis la réalisation de tant d’œuvres collectives dépassant les forces de l’initiative privée. (XII)

18Ce «mouvement documentaire et encyclopédique» a pris corps par la fondation de plusieurs institutions qui ont souligné le rôle pionnier de la Belgique dans le domaine: en 1908 fut fondé l’Office central des associations internationales, qui, durant l’Exposition Mondiale en 1910, avait invité à un Congrès mondial des associations internationales qui aboutit à l’Union des associations internationales (UAI), avec siège à Bruxelles, dont la tâche consistait dans la collecte d’informations bibliographiques, basée sur des méthodes sociologiques, tel le Questionnaire de Halkin, avec comme but final un Répertoire bibliographique universel. Nous allons examiner, à partir des deux premiers volumes des Monographies Ethnographiques et en nous appuyant sur les entrées par rapport aux «Vêtements», quels résultats ont donné les questions de la Sociologie Descriptive par rapport à ce sujet.

5. L’exemple des Bangala (1907)

19Le premier volume a comme auteurs Cyrille van Overbergh et Édouard de Jonghe; à l’«Introduction» (VII-XV) de van Overbergh suit une «Bibliographie» (1-29), une «Iconographie» (31-50), quelques «Cartes» (63-64) et le texte (65-451), avec des feuilles vides pour laisser de la place à de futures entrées. Le texte suit la numérotation du Questionnaire, il renvoie à ses questions, en citant les sujets. Les réponses varient, tant par leur nombre que par leur longueur. Elles sont de deux types: 1) des réponses données par les informateurs, donc des témoignages qui sont des réponses directes aux questions, recueillies par van Overbergh et ses collaborateurs; 2) des citations tirées des textes qui figurent dans la Bibliographie. Ainsi, dans le chapitre des vêtements et autres parures, nous trouvons neuf textes par rapport au numéro 32, «Tatouages» (127-131), qui vont d’une seule phrase, dans le genre: «Les femmes Bangala ne sont guère appétissantes avec leur tatouages extravagants» (128), jusqu’à des textes de plusieurs pages, vraies digressions monographiques qui expliquent même la nomenclature des différents tatouages dans la langue du pays, leur description précise et tous les procédés par lesquels s’obtient «cette succession régulière de saillies et de sillons» (128-130).

20L’article du n. 34 sur les «Vêtements proprement dits» compte 9 unités textuelles, en français, en anglais et en allemand, qui vont de la description pure et simple, à partir de la matière des vêtements (à laquelle est encore réservée un numéro propre, le n. 35), jusqu’à une appréciation esthétique des vêtements et l’effet qu’ils font sur le regardant, quelquefois en faisant des comparaisons (ou des associations libres) avec le pays d’origine du voyageur / explorateur. Nous présentons deux des descriptions plutôt techniques et deux autres qui se permettent des jugements esthétiques:

  • 2   Les références des citations sont prises de la Bibliographie des volumes de la série des Monograp (...)

Le pagne simple a une longueur qui varie de 20 à 40 centimètres; la femme en superpose un nombre plus ou moins grand (20 à 50) suivant la richesse du mari; ils sont teints en rouge par le ngula ou le lukundac, graine de rosacée.
Ces pagnes étagés contribuent à donner à la femme bangala son aspect caractéristique… Les enfants courent nus. (136)2

21Voici une description qui donne une impression de précision (20 à 40 centimètres) et de familiarité avec le pays en employant les termes de la langue indigène, mais qui, de l’autre côté, laisse le lecteur sur sa faim: quel est l’«aspect caractéristique» de la femme bangala? Sur quoi se mesure la richesse de leurs maris?

22L’exemple suivant oscille entre le «primitivisme» et la «simplicité» des costumes des hommes et la «grâce» et l’«l’élégance» des femmes qui ne laisse pas indifférent l’observateur européen:

Le costume est primitif. Les hommes portent une simple bande d’étoffe large de quatre mains, qui leur passe entre les jambes et se rattache devant et derrière à une ceinture en écorce de bananier. Les femmes ont un costume plus gracieux; c’est une triple ou quadruple frange, longue d’un pied à un pied et demi, et qui leur entoure les hanches. Cet élégant jupon dessine tous les mouvements dans la marche et fait vaguement penser aux robes courtes de nos danseuses du corps de ballet. (135)

23Le médecin irlandais, Thomas Heazle Parke (1857-1893), qui faisait partie de l’expédition de Henry M. Stanley pour la libération d’Emin Pasha, dans son récit de voyage qui suit de près son journal au jour le jour, My personal experiences in Equatorial Africa as medical officer of Emin Pasha relief expedition (1891), sous la date du 30 mai 1887 parle de sa visite de la station Bangala où il décrit l’aspect pittoresque des femmes:

The women appear to be disproportionately numerous here; they wear picturesque fringes of brown bark-fibre cloth, pretty nearly identical in shape and make with a Highland kilt. I could not help thinking at the moment what an attractive ballet costume it would make for our theatres at home. (Parke 1891: 57)

24Les missionnaires anglais Comber et Grenfell (1885) se montrent déçus de la pauvreté du pays de Liboko, mais laissent néanmoins apparaître un brin d’admiration pour la beauté des femmes:

Although said to be great traders, we saw no signs of wealth at Liboko, scarcely a gun, no brass ornaments, and very little cloth, all the women wearing a thick fringe dyed in various colours, round their loins, which was very becoming and the men, many of them, wearing bark cloths. (Overbergh 1907a: 135-136)

25Charles Lemaire qui a publié un livre sur les Africaines (1897), fait, lui aussi, l’éloge des femmes bangala:

De l’avis général, c’est la femme Bangala qui porte le costume le plus gracieux; son pagne est fait d’une corde de fibres de bambous, garnie de franges longues d’une trentaine de centimètres. En superposant vingt et vingt-cinq de ces pagnes, la Bangala se fait un véritable tutu de bayadère, d’où émergent un buste souvent impeccable et des jambes aux fines attaches. (Lemaire 1897: 136)

26Il ne doit pas étonner qu’un des textes qui traite des aspects économiques des suites du régime colonial (E.I.C.) et du contact prolongé avec les ‘civilisés’ par rapport aux habits soit de la plume d’Albert Thys, homme d’affaires au service du roi Léopold. Dans son essai sur La reconnaissance commerciale du Haut Congo (1889) nous trouvons cette observation sur les effets du service passé chez les Blancs:

Aujourd’hui ils se font frotter le corps d’huile de palme et les beaux pagnes économisés pendant les deux années de service passés à Boma sortent des coffres. Il y en a qui en ont jusque trois l’un au-dessus de l’autre; le premier en américani, le deuxième en statellite, le troisième en velours noir. (Overbergh 1907a: 135-136)

27Et il n’est pas étonnant non plus que l’entrée la plus ‘actuelle’ parmi les réponses au Questionnaire de Halkin (anonyme, signé seulement: Bangala. CONGO. B. 34) relative aux «Vêtements» évoque également quelques aspects ‘actuels’ des affaires:

Actuellement les hommes portent tous le pagne en tissus d’Europe et se drapent dans des couvertures plus ou moins imprégnées de ngula.
1) Le tissu kongo fabriqué avec les fibres du mansomi, palmier. Il reste encore des tisserands à Binga, village de l’intérieur situé au Nord-Est;
2) L’ikutu, liber battu d’une variété de figuier…
Les femmes portent encore le pagne, eboka, en fibres, provenant de l’écorce d’un arbrisseau (djele).

28Ces deux réponses qui évoquent l’effet de l’influence des Européens sur les habits chez les Bangala sont à voir en rapport avec le n. 186 du Questionnaire: «Contact avec les civilisés: Avantages; désavantages. Modifications produites dans tous les éléments de la civilisation par ce contact qui souvent pousse l’indigène à abandonner ses anciennes coutumes» (Halkin s.d.: 72).

29Les quelques exemples précédents montrent les difficultés résultant d’un système de collecte d’informations sur la base d’un Questionnaire comme celui de Joseph Halkin. Les informations tirées des publications citées dans la bibliographie précédant le volume sur les Balongo sont d’une très grande variété: par rapport à leurs auteurs – chercheurs, explorateurs, voyageurs littéraires, aventuriers, missionnaires, hommes d’affaires, administrateurs des colonies et autres encore –; leur intérêt et leur regard sur les indigènes et leurs vêtements sont en rapport direct avec leur curiosité professionnelle ou scientifique; la diversité concerne aussi les genres littéraires ou formes de présentation: un court article dans une revue populaire, illustré en plus, présente son sujet différemment qu’une note scientifique dans un «Bulletin» d’une société savante, une enquête d’un homme d’affaires à la recherche de nouveaux marchés a d’autres priorités qu’un rapport de missionnaires sur la vie de nouveaux convertis dans une commune récemment christianisée, les ‘impressions’ personnelles dans un récit de voyage comme My personal experiences in Equitorial Africa du médecin de Stanley, l’irlandais Thomas Heazle Parke, sont comme noyées dans ce texte de plus de 600 pages. L’exemple cité ci-dessus sur le pittoresque des femmes balongo n’a aucune prétention scientifique, mais, visiblement, veut amuser et distraire ses lecteurs. Il suffit de regarder les mots repère du chapitre III (c’est une moitié seulement), dans lequel se trouve la citation présentée pour comprendre que cela ne peut être qu’un bref regard – en passant:

Arrival of the steamers at Mswata – Kwamouth Station – Tobacco cultivations – Elaborate hair-dressing of the men – Coulour of the Kwa River – Stalking game in the early morning – I shoot a hippo – The Stanley steamer – We reach Bolobo – My uncomfortable quarters on board the Henry Reed – Lukolela Mission Station – Illness of Jameson and Nelson – Zanzibari grievances – Profuse vegetation on the Upper Congo banks – The Mohammedan fast of Ramadán – Equator Station – The ‘Black River’ – The natives of Uranga village – Entertainment at Bangala Station – Death of Fathel Mohammed – Our Somalis again ill – Orchids and monkeys in the forest – Hostile demonstration at Upoto – The rite of ‘blood brotherhood’ – Stanley’s epithet, ‘Bula Matari’ – Upoto women. (Parke 1891: 49)

30De l’autre côté, il est vrai aussi, qu’une petite remarque comme celle citée peut bien amuser le lecteur et remplir une fonction précise dans l’économie de la présentation des multiples ‘expériences personnelles’ du jeune docteur irlandais.

6. L’exemple des Mayombe (1907)

31Il semble que, dès le deuxième volume de la série des Monographies Ethnographiques des Nègres d’Afrique, l’éditeur soit revenu sur la méthode à bien remplir les cases du Questionnaire, dans le souci de leur donner une plus grande cohérence et homogénéité. Ceci est dû à deux facteurs qui sont thématisés depuis l’introduction: 1) le plus grand nombre de renseignements oraux, recueillis par des entrevues directes avec les explorateurs et autres spécialistes; les informateurs ne sont plus anonymes, mais présentés avec leurs noms et leurs fonction / spécialisation; les articles sont signés; 2) il s’est établi un dialogue entre l’éditeur / auteur du premier volume et ses lecteurs qui interviennent avec des critiques, corrections, conseils et suggestions par rapport au choix des thèmes et l’importance qu’il faudrait leur accorder dans la systématique et le déploiement de la monographie des ethnies en question. On pourrait parler d’une ‘courbe d’apprentissage’ (learning curve) avec une progression assez régulière d’un volume à l’autre.

32La préférence donnée aux renseignements oraux dans le volume sur les Mayombe est dû au fait que, contrairement aux Bangala,

[qui] à cheval sur le grand fleuve, entraient en relations avec quiconque remontait le Haut-Congo, les Mayombe, à l’écart des routes, cachés dans la forêt farouche, se laissaient à peine entrevoir par les commerçants de la côte ou les chefs d’expéditions de reconnaissance. (VII)

33Ce qui explique le nombre plus restreint de publications par rapport aux Bangala: 205 pour ces derniers, 70 pour les Mayombe. Les chercheurs et explorateurs qui sont nommés dans l’«Introduction» (XII-XV) sont au nombre de neuf: M. Diederich, Directeur de l’Agriculture de l’E.I.C, et depuis 1900 Directeur Général du chemin de fer de Mayombe; M. Cabra, Commissaire du Gouvernement belge, chargé d’une mission scientifique au Mayombe et de l’étude du pays en vue de la construction d’un chemin de fer; M. Claessens, 34 ans, ingénieur agricole; Le R.P. De Clercq, des Pères missionnaires de Scheut, séjourne au Congo de 1896 à 1906; M. Jullien, médecin de la Compagnie du Chemin de fer du Congo, chef du service médical de la Compagnie; M. Cornet, géologue, responsable de la reconnaissance géologique du sud-est du bassin du Congo; M. Louwers, docteur en droit, greffier au Conseil supérieur de l’E.I.C.; M. Morrissens – séjourna au Congo de 1896 à 1899 – professeur de géographie et d’ethnographie à l’École coloniale de Bruxelles; M. De Wildeman, conservateur, spécialiste de botanique coloniale. Avec ces ‘collaborateurs d’élite’ M. van Overbergh peut être sûr que – ayant devant les yeux «les lignes entrecroisés de leurs explorations» – celles-ci «apparaissent comme les mailles d’un filet, sinon régulier du moins sans vide béant et parfaitement apte à capter tous les renseignements désirables» (XVI).

34De cette proximité des informateurs à leur sujet de ‘vouloir savoir’ s’explique le fait que deux des fiches du Questionnaire prennent beaucoup plus d’importance que dans le premier volume, ce sont les n. 2 et 186, la première traitant du milieu naturel, la deuxième du contact avec les ‘civilisés’. Pour le n. 2 c’est surtout la forêt qui demande à être décrite: «elle est le cadre dans lequel se meut toute la vie de notre peuplade; elle est sa nourricière comme son horizon, sa défense et sa sauvegarde» (IX). Pour ce qui concerne le contact avec les civilisés, «Presque tout est intéressant: la manière dont l’indigène accueille le civilisé, la façon dont il subit son influence ou dont il la repousse, la partie des usages qu’il imite en premier lieu, etc.» (X). Il n’est pas étonnant que notre thème des vêtements trouve sa place aussi dans le cadre des deux fiches en question, quelques produits textiles font déjà le sujet de certains articles de la bibliographie, par exemple dans les «Notices sur des plantes utiles ou intéressantes du Congo» (11); il est naturel que, «voyageant dans ces montagnes, on est saisi par le froid et partant obligé de se vêtir chaudement» (45). À côté des plantes qui pourraient donner des fibres textiles (48) on trouve des bois servant à la teinture. Dans la société traditionnelle ce sont les femmes qui «préparent les aliments, cultivent la terre, pêchent, tissent des étoffes, des nattes, fabriquent des poteries» (67). Ce qui reste encore de la métallurgie des Mayombe se réduit à «la fonte du cuivre, de l’étain et de l’argent pour en faire des bracelets, des colliers et des anneaux de chevilles» (197).

35Le contact avec les Européens n’a donc pas seulement eu des effets bénéfiques de ‘civilisation’; il a aussi contribué à faire disparaître les métiers traditionnels:

Les forgerons du Mayombe n’ont donc plus à fournir du métal; ils ne font plus que transformer les objets métallurgés de provenance européenne; et encore, pour leurs besoins rudimentaires trouvent-ils souvent plus avantageux de se procurer du neuf que de refaire du vieux. (197)

36De même, le voisinage des Européens leur permet de se procurer des étoffes, ou bien ils «s’affublent des vieilles défroques du Blanc» (133). Au lieu des femmes, ce sont maintenant d’anciens boys des Blancs qui, au cours de leur service ont appris à coudre des vêtements, et, avec leurs économies, ont acheté une machine à coudre, se sont établis comme tailleur du village, métier, semble-t-il, assez lucratif. Le but d’intégrer les ‘primitifs’ dans le circuit d’une économie de l’argent semble atteint, «des besoins nouveaux se sont créés dans le vêtement […] et il a fallu travailler pour les satisfaire» (135). Il n’y a que de rares moments hors de la routine de tous les jours où les vieilles coutumes (et costumes!) reprennent leur droit et leur fonction: ainsi, c’est pendant les danses que «toute la garde-robe est déballée et les coffrets à bijoux ouverts» (132), dans les cérémonies qui entourent la mort et l’enterrement «on habille le mort de sa plus belle redingote et de son plus beau pagne et on l’enroule» (273 sg.).

37Le jugement sur le comportement vestimentaire des Noirs reste partagé: d’un côté l’esprit artistique des Mayombe se distingue nettement du nôtre, qui «aimons l’harmonie des tons et des couleurs», tandis que «eux [ils] préfèrent les tons heurtés, criards. Ils font leurs délices des parasols à six couleurs fabriqués à leur intention, de vieux uniformes rouge brique de soldats anglais» (329). De l’autre côté, parmi les traits de leur «Caractère anthropologique» nous lisons sous le n. 196, «Attitude du corps»:

Les femmes surtout ont des attitudes remarquables. L’ensellure des reins, le port altier de la poitrine et de la tête, impriment à leur démarche une troublante majesté. Elles passent impassibles et fières, avec leur long regard qui penche et roule sans un geste de la face, tandis que la ligne du corps subit sous le frôlement des étoffes une torsion d’une incomparable suggestion. (459)

38Les vêtements, dans ce «port altier» et les «attitudes remarquables», ne semblent jouer qu’un rôle secondaire.

Bibliographie

Aa.Vv., 1905, Congrès International d’Expansion Économique Mondiale (Mons, 24-28 septembre 1905, sous le haut patronage de sa Majesté le Roi Léopold II, et du Gouvernement Belge). Rapports, Section V. Expansion civilisatrice vers les pays neufs, Bruxelles, Hayez, en ligne: http://www.archive.org/details/congrsinternati52unkngoog (consultation: 12/09/2013).

Camerlynck A., 1905, De l’opportunité d’une enquête ethnographique et sociologique sur les peuples incultes, « Annales de Sociologie » II: 207-225.

Halkin J., 1905a, Rapport, in Aa.Vv., Congrès International d’Expansion Économique Mondiale (Mons, 24-28 septembre 1905), Section V. Expansion civilisatrice vers les pays neufs, Bruxelles, Hayez. 11 pages (sans pagination du volume entier).

—, 1905b, Questionnaire ethnographique et sociologique, «Annales de Sociologie» II: 229-262.

—, s.d. [1909?], Cours d’Ethnographie et de Géographie, donné à la Licence en Géographie et à la Licence en Sciences Commerciales, Liège, Cormaux.

Herren M., 2000, Hintertüren zur Macht. Internationalismus und modernisierungsorientierte Außenpolitik in Belgien, der Schweiz und den USA 1865-1914, München, Oldenbourg (Studien zur internationalen Geschichte, 9).

Lemaire Ch., 1897, Les Africaines, Bruxelles, Bulens.

Overbergh C. van, 1913, Les Nègres d’Afrique (Géographie Humaine), Bruxelles, Dewit.

Overbergh C. van-Jonghe E. de, 1907a, Les Bangala (État Indépendant du Congo), Bruxelles, Dewit (Monographies Ethnographiques, 1), en ligne: http://www.archive.org/details/lesbangalatatin00jonggoog (consultation: 12/09/2013).

—, 1907b, Les Mayombe (État Indépendant du Congo), Bruxelles, Dewit (Monographies Ethnographiques, 2), en ligne: http://www.archive.org/details/lesmayombetatin00jonggoog (consultation: 24/08/2013).

Parke Th.H., 1891, My Personal Experiences in Equatorial Africa as Medical Officer of the Emin Pasha Relief Expedition, New York, Charles Scribner’s Sons, en ligne: http://www.archive.org/details/mypersonalexperi00parkuoft (consultation: 14/09/2013).

La Sainte Bible, 1972, trad. de l’École Biblique de Jérusalem, Paris, Éditions du Cerf.

Notes

1   Je remercie Pierre Halen (Metz) qui m’a fait une photocopie du Cours de Joseph Halkin, livre qui était introuvable en Allemagne.

2   Les références des citations sont prises de la Bibliographie des volumes de la série des Monographies Ethnographiques; entre parenthèses la page de la citation du volume en question.

Auteur

Universität Bayreuth

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search