Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

L’âme des vieilles étoffes. Sur Jean Lorrain

Francesca Paraboschi

Texte intégral

  • 1   Lorrain (2006: 83).

J’habite cette chambre, une chambre de l’autre siècle, où flotte comme une tristesse de jadis dans les plis à larges cassures d’un vieux lampas jonquille, ramagé d’argent mat.
Jean Lorrain, «Chambres d’octobre I»1

1Il est un fait que Jean Lorrain, «le dernier des décadents» (Anthonay 2005: 15), «suprême décadent» (Delon 1993: 131), «produit d’extrême civilisation» (Segard 1900: 75), «miroir de la Belle Époque» (Anthonay 2005) et de «la Belle Époque travestie» (Cachia 1985), témoigne d’une prédilection pour le paraître et manifeste un goût spécial pour les tissus et les vêtements. L’attention que l’écrivain consacre à ce sujet est remarquable: ses romans, nouvelles, poèmes, pièces théâtrales et chroniques journalistiques s’avèrent une mine inépuisable d’informations sur les étoffes favorites, rêvées ou en usage dans tous les milieux sociaux à la fin du XIXe siècle: des scènes de théâtre aux fêtes foraines, des salons mondains du gratin parisien aux faubourgs malfamés de périphérie, des maisons closes aux maisons très ‘comme il faut’ de la bonne bourgeoisie de province. S’il est vrai que Lorrain est un observateur attentif des tenues vestimentaires de son temps, de Paris à l’Afrique du Nord, de la Corse à l’Espagne, de Malte à Nice, il est vrai aussi que l’auteur cultive une inclinaison à la rêverie, d’où naissent les silhouettes exquises, souvent plastiques et érotisées, de héros et héroïnes de l’antiquité classique, du Moyen-Âge légendaire, de la Renaissance italienne perverse et cruelle, du XVIIIe siècle fantasque et hyper-élégant, ce «siècle embaumé, rose et doré / […] des rêveurs adoré» (Lorrain 1887: 11). L’étude de ce répertoire mériterait peut-être une monographie entière; pour ma part, je voudrais consacrer ce bref essai à un aspect spécial de cette thématique tellement vaste: les vieux tissus et en l’occurrence les vieux vêtements. Ces vestiges d’un passé révolu vers lequel l’auteur assume une attitude nostalgique, contemplative et parfois même sentimentale, s’avèrent la source d’une rêverie où surgissent les fantômes estompés d’un monde idéalisé, qui a peut-être existé un jour, qui est maintenant perdu et qu’on regrette de manière poignante, triste et émue à la fois.

  • 2   Cf. Nissim (1980: 178).
  • 3   Cf. Nissim (1980: 177).

2Lorrain se montre très sensible à la texture des étoffes, mais aussi aux tons et aux accords des couleurs: dans le «babélique et monstrueux champ de foire de l’Exposition» (Lorrain 2002a: 93) – l’Exposition universelle de Paris de 1889 – il ne peut que se désoler du spectacle trop colorié et criard du corps de ballet des gitans de Grenade: «ce sont des châles verts et jaunes, tortillés sur des jupes oranges, de heurts et des appels terrifiants de couleur» (88). Dans un poème qui rappelle «L’art poétique» verlainien, Lorrain se montre un manipulateur habile des thématiques présentes dans À rebours2 – le preuve notamment le titre de la composition: «Évangile – selon Joris-Karl Huysmans» – et s’enchante à «prêcher le sermon» (Huysmans 1995: 89) sur les nuances des teintes, tout en accordant à l’espace intérieur qu’il évoque des allures de dérivation mallarméenne3:

Des nuances, des demi-teintes:
Évite le cri des couleurs,
Fuis l’éclat des tons querelleurs et brutaux;
Hors de leur atteinte

Parmi les étoffes éteintes
Et les vieux satins recéleurs
D’exquises et vagues pâleurs,
Sois l’émule de des Esseintes.

Éveille en frôlant les velours
D’une frêle main de phtysique
La soyeuse et fine musique
Des reflets délicats et courts.

Sois le morne amant des vieux roses,
Où l’or verdâtre et l’argent clair
Brodent d’étranges fleurs de chair,
Où s’appâlissent [sic] des chloroses.

Mais avant tout aime et cultive
La gamme adorable des blancs:
Dans leurs frissons calmes et blancs
Dort une ivresse maladive.

Leur fausse innocence perverse,
Où, pourpre entre tant de candeurs,
Le rêve d’un bout de sein perce,
Est un poème d’impudeurs!

Aux bleus de lin mêlant le mauve,
Sache avec des tons effacés
Évoquer un songe d’alcôve
Et de baisers éternisés;

Puis, pour fixer ta rêverie
Revenue enfin du Japon,
Qu’aux murs une tapisserie
Vert pistache ou bleu céladon

Déroule un rang de Canéphores
Et de Vestales de Leroux
Inclinant de sveltes amphores
Sur la sveltesse de leurs cous

Des nuances, des demi-teintes:
Évite le cri des couleurs,
Fuis l’éclat des tons querelleurs
Et discordants, sois des Esseintes.
(Lorrain 1887: 115-117)

  • 4   Cf. «pâleurs», «chloroses», «ivresse maladive».
  • 5   «l’oggetto desueto garantisce il distacco dalla pratica utilitaristica, il rifiuto del reale» (Ni (...)
  • 6   Cf. «étranges fleurs de chair», «fausse innocence perverse», «un bout de sein perce», «songe d’al (...)
  • 7   «il gusto di tutto il secondo Ottocento affetto da una sindrome di collezionismo [è] perseguitato (...)

3Dans ce texte, Lorrain développe «le delicate dissolvenze di colori e suoni» (Nissim 1980: 171), qui caractérisent aussi la description de l’intérieur dans «L’Absente» de Verlaine, tout en se livrant à la contemplation extasiée du «vague accord des teintes» (Huysmans 1995: 89). Dans ce réseau de réminiscences littéraires plus ou moins dissimulées, l’auteur semble aussi s’approprier le goût pour les synesthésies raffinées de l’élégante prose huysmansienne: si des Esseintes «écoute le goût de la musique» (134), la main phtisique du texte de Lorrain éveille «la soyeuse et fine musique / Des reflets délicats et courts». Cette «main de phtysique» contribue à créer une aura impalpable de maladie, se dégageant des vieux satins4, et conférant une grâce languide au thème du fané. Le caractère maladif et effacé de ces étoffes prône une distanciation de la réalité5 à la faveur de l’éclosion du rêve, un rêve qui se fait toutefois étonnamment érotique6. La présence féminine, séduisante et envoûtante, s’insinue à travers le «rêve d’un bout de sein» et s’épanouit dans la partie finale du poème avec une allusion aux silhouettes de femmes peintes par Leroux dans ses tableaux antiquisants, mais elle émerge aussi des suggestions d’une tapisserie et d’une rêverie «revenue enfin du Japon»; cet éclectisme quelque peu incongru ne nuit nullement, en réalité, à la profondeur esthétique de cet intérieur qui répond, d’un côté, au goût de l’époque pour l’ameublement7, et, d’un autre côté, à une modalité subjective de représentation: la structure presque circulaire du poème semble suggérer le caractère vicieux et quasiment obsessif de la pensée, qui fuit tout ancrage référentiel et revient à ses élans initiaux.

4Un autre poème au titre également emblématique, «Fanerie», constitue une reprise et un approfondissement du thème du fané: d’après l’exemple de Fêtes galantes de Verlaine, tout le recueil Griseries est inspiré des ambiances délicates et recherchées de la fin du XVIIIe siècle et Lorrain, en insistant sur «il fascino dell’antico, del venuto da lontano, dello sciupato, del desueto» (Nissim 1980: 120-121), exprime le charme enchanteur de «cette époque légère et brillante, gaie et insouciante, qui irradie les feux d’un Ancien Régime abordant son déclin et qui se hâte lentement vers sa perte» (Anthonay 2005: 327):

Des vieilles étoffes fanées
Je suis le maladif amant.
J’en veux dire l’enchantement
Et les nuances surannées;

Leurs tons discrets et douloureux
De vivantes choses anciennes
Et leurs langueurs patriciennes
Des vieux orfrois cadavéreux.

Mon âme, qui s’avive et souffre,
Adore les sourires las
Et fatigués des satins soufre,
Rayés de rose et de lilas;

Et c’est une aventure exquise
De retrouver dans un reflet
Tout un bleu passé de marquise
Fleurant la jonquille et l’œillet.

Les vieux lampas aux tons d’agate,
Lustrés sous l’ongle aigu du temps,
Ont la hautaine et délicate
Tristesse des lointains printemps;

Les frais printemps de la jeunesse,
Avrils emportés sans retours,
Et dont les lys de soie épaisse
S’effeuillent dans le gros de Tours.

Mais pour chanter la griserie
Errante en ces luxes défunts,
Volupté savante et meurtrie
De vieux baisers, d’anciens parfums,

Il faudrait sous mes doigts dociles
Les cordes d’un basson d’amour
Au long manche de bois des Îles
Peint de bergères Pompadour:

Et dans l’ombre aimable et dévote
D’un boudoir obscur et fardé,
Sur des airs dansants de gavotte,
Moi-même, en habit démodé,

Des vieilles étoffes fanées
J’évoquerai l’esprit charmant
Et le rêveur enchantement
Des nuances, ces raffinées!
(Lorrain 1887: 31-33)

  • 8   Cf. Nissim (1980: 105, 120).

5Avec sa structure encore une fois presque circulaire, le poème s’ouvre et se clôt sur le désir du «je» poétique de faire resurgir l’âme des vieilles étoffes, comme si elles avaient conservé une vie latente et magique, à l’instar des objets fanés des intérieurs mallarméens8. Par leurs tons discrets et douloureux, ces étoffes apparemment douées d’émotions (elles affichent des «langueurs patriciennes», leur tristesse est «hautaine» et «délicate») semblent conserver une vie léthargique, latente et languide, qui les empêche de mourir complètement et leur permet de ranimer l’ambiance de rêve de ce monde doré avec toute sa société disparue. Il revient ici l’aura de maladie, mais quelque peu aggravée par rapport à «Évangile»: le «je» poétique de «morne» se fait «maladif»; les broderies d’«or verdâtre» deviennent des «vieux orfrois cadavéreux»; les pâleurs tournent en «sourires las et fatigués»; les frissons d’«ivresse maladive» se transforment en «volupté meurtrie» chez ces «luxes défunts». Comme pour Mallarmé, le fané s’avère précieux en vertu de ce «magico e fragile rapporto ch’esso riesce a stabilire con il passato e il lontano, conducendo tutto sul filo di una vita che non c’è quasi più, e di una morte non ancora giunta» (Nissim 1980: 105-106). Et ce «boudoir obscur et fardé», qui n’est pas sans rappeler «l’air fardé du boudoir rose» de des Esseintes (Huysmans 1995: 88-89), se révèle le gardien de splendeurs anciennes: un «reflet» peut faire renaître «tout un bleu passé de marquise», un passé léger, ineffable et coquet, qui paraît se concrétiser dans la marquise, petite ombrelle à la tige pliante, tandis que le souvenir éteint des saisons passées est évoqué grâce à l’élégance exquise d’une hyperartificialisation: à la sixième strophe, sur la base d’un parallèle implicite entre la jeunesse et le printemps, sur la base aussi d’une association toujours implicite entre l’abstrait du printemps et le concret des fleurs (le printemps et les fleurs étant selon une tradition littéraire très ancienne métonymiquement corrélés), «les avrils emportés sans retours» ont l’air de se matérialiser, non pas dans des fleurs bien réelles, coupées à la rigueur et posées dans des vases, mais dans les motifs ornementaux des vieilles étoffes; si le symbole par antonomase du fané est la fleur qui se fane, ces fleurs qui s’effeuillent sont artificielles, brodées sur les soies du boudoir.

  • 9   Lorrain se limite à changer les vers 3 et 4 en «Couleurs et modes surannées / Qui dira votre ench (...)
  • 10  Cf. Paraboschi (2013).

6Lorrain reprend ce même poème dans Monsieur de Bougrelon9, au moment où l’improbable personnage éponyme – véritable incarnation de ce «je» poétique «en habit démodé» au sein d’un cadre diégétique – mène les touristes (dont il s’est improvisé le guide) dans les salles du costume du musée d’Amsterdam; avec sa redingote râpée, sa botte baillant à l’orteil, son cache-nez qui n’est qu’une «loque reprisée, rapiécée et à trous» (Lorrain 1999: 110), «M. de Bougrelon plus vide et plus loque que les parures de néant exposées autour de lui, [est] bien […] le pitoyable amant des étoffes fanées, le cavalier macabre et libertin de ce funèbre boudoir» (126). Quoique funèbres, les salles du musée se révèlent le théâtre d’une magie œuvrée par le héros, dont les paroles produisent un véritable enchantement linguistique10:

C’est au lupanar que je vous conduis, messieurs, nous déclarait le vieux fantoche, mais au lupanar des souvenirs; car les femmes dont vous allez subir, et jusqu’au désir le plus aigu, l’obsession décevante, vous ne les verrez même point. Je vous conduis dans le vestiaire des mortes; c’est devant des lambeaux d’étoffe, des robes à jamais vides, des corsages de néant, devant la défroque des siècles passés, devant les loques des amours défuntes, que je veux vous griser du douloureux opium de ce qui aurait pu être et de ce qui n’est plus. […]
Préparez-vous à toutes les souffrances, nous disait-il d’une voix étrangement adoucie; nous sommes ici dans le royaume de l’éternelle mélancolie; c’est un boudoir de spectres. Regardez plutôt ces vitrines; mais ces spectres ont laissé là leurs linceuls de velours et de soie palpables et tangibles pour nous forcer à les ressusciter dans notre souvenir. Nous sommes ici dans une crypte et aussi dans un oratoire quasi divin où les christs surgiront de leur cadre si nous savons les regarder; et ils en surgiront d’autant plus qu’il n’y a rien dans ces cadres magiques, rien que nos regrets et nos pensées. Ce ne sont que des chiffons de soie, de linon et de brocart, mais combien évocatoires! C’est la poussière des siècles que nous allons remuer; mais dans cette poussière, il y a des baisers, de la folie, de l’amour et des larmes. (122-123)

7Le passage se fonde sur un lien métonymique qui unit les vêtements aux femmes qui les ont portés jadis et qui reviennent comme des spectres dans le présent narratif; les échos érotiques, qui étaient élégamment suggérés dans les deux poèmes des Griseries, se font plus explicites et provocateurs dans cette invitation à la rêverie, à une rêverie mélancolique, presque douloureuse et en même temps sensuelle; du reste, affirme des Esseintes, «seul […] le XVIIIe siècle a su envelopper la femme d’une atmosphère vicieuse» (Huysmans 1995: 156). M. de Bougrelon divague ainsi autour des potentialités existentielles qui dorment dans les étoffes anciennes, selon une attitude d’esprit qui préfère le rêve à la réalité, et en l’occurrence ce rêve du XVIIIe siècle que les Romantiques avaient déjà élaboré, en lui attribuant l’image

d’un siècle gai, frivole et voluptueux, mais aussi élégant et spirituel, univers compensatoire, patrie véritable d’artistes envahis, au sein d’une époque décevante, par un sentiment d’exil, se réclamant du passé pour mieux dénoncer les manques du présent, pour affirmer leur supériorité aristocratique, gage d’une authenticité artistique. (Thomas 2003: 576)

8Et l’évocation de cette époque révolue semble ouvrir à tous les possibles, semble pouvoir exhausser l’âme insatisfaite et frustrée dans ses aspirations idéales au sein du siècle présent, «ce siècle de lucre et d’appétits grossiers» (Lorrain 1999: 126). Le narrateur laisse traîner son regard suggestionné et déjà visionnaire sur ces tissus envoûtants, en restituant leur charme au niveau stylistique dans les complaisances d’un style nominal, d’une suspension syntaxique prolongée, d’une écriture riche en accumulations, énumérations, références picturales et culturelles à même de subjuguer l’esprit dans un vertige de luxe effréné, écrasant, spectaculaire, bref, dans une vraie vision d’art:

et c’étaient à côté des longs peignoirs à plis imités de Watteau des scènes champêtres de Pater, les gros de Tour, brochés de lis d’argent sur fond vin de Bordeaux, des robes à paniers, les délicats pékin à raies à côté des nattes de soie, brocarts feuillagés de vert myrte, et les satins lustrés, comme rigolés de givre, avec des astragales et des lacs d’amour, des guirlandes d’œillets et des corbeilles fleuries rattachées dans l’étoffe par des nœuds de ruban… C’était, bouffant encore à la place des seins, plaquant à la place des ventres, l’énigme irritant des corsages et des jupes; et c’étaient des lampas bossués de gros bouquets de roses rouges sur fond d’or, des étoffes fastueuses et lourdes qu’on devinait avoir été jadis portées par des femmes de gros banquiers et de riches marchands, toute la folie de l’or des comptoirs d’Amsterdam, tout le luxe écrasant de la Compagnie des Indes, la massive opulence des insolents bénéfices des tailleries de diamants; visions d’énormes gorges à la Jordaens et de hanches de maritornes dans des satins truités, écaillés, damasquinés comme des armures, semés de grenades à l’écorce entrouverte et de longs ananas; puis c’étaient, à côté des verts réséda pâlissant jusqu’au soufre, les roses saumon, fleurs de pêcher, encore atténués par la brume des gazes de linon, toute la mélancolie d’agonie du XVIIIe siècle finissant, tendres bleus de lin et lilas douloureux, nuances comme poudrées en même temps que larvées par les larmes, bergeries de Trianon émigrées en ces froides Hollandes, rêvasseries sentimentales de Jean-Jacques exilées avec la noblesse de Versailles à la cour des princes d’Orange, touches discrètes et parfumées de l’élégance française réfugiée en ces pays pendant la Révolution. Enfin, c’étaient à côté de la parure des femmes les habits des hommes, habits Louis XV, vestes d’appartement et rhingraves de cour brodées et rebrodées, fleuries comme des parterres, longs gilets de nuances changeantes étoilés de strass, miroitants de paillettes avec autour des poches la guirlande obligée de narcisses et d’œillets, et des velours frappés bleu de roi et vert myrte et justaucorps de bergers héroïques, zinzolins et vert céladon, évoquant la vision de torses longs et minces de danseurs de ballet et d’éphèbes guerriers, tous les plaisirs de L’île enchantée, les fêtes mythologiques de Versailles et les bals masqués sur les étangs gelés des parcs de La Haye. (123-124)

  • 11   Lorrain arrive presque à formaliser la puissance des spectres de l’inconscient, dont il avait une (...)

9La beauté de ces étoffes, qui semblent devenir des objets d’art, réside peut-être plus dans la désignation, l’adjectivation, la surenchère de leurs décorations que dans leur référent réel – comme il arrive pour les pierres précieuses inventoriées par l’esprit troublé de des Esseintes. La rêverie prône la fantasmagorie d’hypothétiques existences dans un temps lointain, où les tracasseries et les petites misères du quotidien ne peuvent pas brouiller la pureté et le bonheur de ce luxe hyperbolique. Tamisées par l’exotisme et le rêve, «ces vitrines pareilles à des sarcophages» émanent «une infinie tristesse, une tendresse apitoyée […] lassante et reposante à la fois» qui berce les touristes «hors du siècle»; «lents et recueillis», ils voguent «de-ci, de-là, craignant presque d’éveiller des âmes dans les oripeaux exposés», dans ce «boudoir des Mortes […] boudoir funèbre pieux et coquet, troublant comme une alcôve, mais froid comme une sacristie» (124). Lorrain se plaît à thématiser le transport émotif chez le narrateur: M. de Bougrelon, en mettant en garde les touristes sur les fantasmes qu’ils arriveront à faire surgir dans ce «vestiaire du souvenir», («il n’y a rien dans ces cadres magiques, rien que nos regrets et nos pensées»)11, ne fait qu’amplifier en eux la perception de présences estompées et presque surnaturelles; ils avouent: «instinctivement nous avions fait silence: trop de fantômes nous escortaient, l’atmosphère en était peuplée» (124). Le guide insiste sur le trouble que provoquent les tissus, ces derniers se révélant même plus évocatoires que des portraits:

L’enchantement des modes surannées, le charme douloureux des vivantes choses anciennes, messieurs, le sentez-vous comme moi? oui, car je vous vois pâles d’une émotion puissante, puisqu’elle est silencieuse. Vous-ai-je trompé quand je vous ai dit: «Préparez-vous à la souffrance». Les adorables mortes dont ces quelques parures vous imposent la vision, n’en subissez-vous pas ici plus réellement la présence que devant le vernis ou l’embu du portrait? Ah! Le sortilège des étoffes fanées, les langueurs patriciennes de toutes ces orfèvreries de soie et de satin!
S’il règne ici une atmosphère d’église, car n’y éprouvez-vous pas le respect d’un lieu saint? c’est qu’il flotte invisible et palpable l’âme impérieuse de vieilles aristocraties. Quelle grâce autoritaire, quelle fierté dans les plis de ces robes, quelle élégance innée dans ces paniers bouffants, quelle belle audace dans le ridicule même de ces coiffures; c’est toute une société disparue que je retrouve là, car je l’ai connue, moi, je suis ici chez moi. Un boudoir de mortes, en vérité, mais de mortes vivantes, car je sais les mots qui donnent des corps à ces guenilles, je sais les mots d’amour et de caresse qui rallument ici sourires et regards; car ces mortes reviennent, oui, messieurs, ces mortes reviennent parce que je les aime, et m’obéissent parce qu’elles le savent, car l’amour seul ressuscite les morts. (124-125)

10Le langage luxuriant de M. de Bougrelon confère à ces étoffes fanées une âme, des pulsions, des attitudes, des sentiments et une histoire passée, les rendant presque des personnages; à un degré ultérieur, et je dirais même extrême, de ce processus de psychologisation et de personnification se situe le cas exemplaire de la princesse Mandosiane, entièrement constituée de tissus, de broderies et de pierreries:

La princesse Mandosiane avait six cents ans. Depuis six siècles elle vivait, brodée sur velours avec un visage et des mains de soie peinte; elle était toute vêtue de perles avec un gorgerin si lourd de broderies qu’il en bossuait, et les arabesques de sa robe tramée d’argyrose étaient de l’or le plus fin.
Un manteau d’outremer fleuragé d’anémones s’agrafait sur sa poitrine par de véritables pierreries, et des cabochons de saphir ourlaient le bas de sa robe. (Lorrain 2002b: 118)

11L’apparat d’étoffes et de pierres précieuses donne naissance au personnage qui n’existe qu’en tant que décoration, que broderie pure, portée en procession par une communauté dévote. Mandosiane vit en effet dans l’immuabilité et dans la perfection artistique, dans un temps révolu où les rites religieux et le sentiment du divin ont encore prise sur l’esprit des gens. Oubliée petit à petit par les hommes, incapables de vénérer ou tout simplement d’apprécier un chef-d’œuvre et de reconnaître sa juste valeur, Mandosiane, princesse «de perles et de soie peinte» (119), reléguée dans une crypte obscure, cède enfin à la tentation de se laisser découdre par une petite, insidieuse souris qui lui promet la liberté:

Si tu voulais, avec mes dents pointues je déferais un à un les points de soie et de cordonnet d’or qui te tiennent fixée depuis six cents ans immobile dans ce velours miroité qui n’a plus, entre nous, grand éclat. […] tu verras comme c’est bon de respirer et de vivre! Belle comme tu l’es, avec ton visage de princesse de conte et riche des fabuleux trésors dont resplendit ta robe, tu te feras habiller chez les plus grands faiseurs, on te prendra pour la fille d’un banquier et tu épouseras pour le moins un prince français. (119-120)

12La trivialité de la souris qui «sci[e], coup[e], lim[e]» (120) les matériaux jadis précieux, maintenant fanés, est le symbole assez évident de l’action dévastatrice de l’esprit médiocre du bourgeois qui n’a pas le goût, l’éducation et l’intérêt pour comprendre la valeur divine de l’élaboré artistique. L’animal, avec une mise en abyme du personnage de Mandosiane («ton visage de princesse de conte»), avec des commentaires banalisant sa beauté, avec même une estime de sa richesse, fait tomber l’héroïne dans la modernité fin-de-siècle: elle finit par figurer en jeune et belle étrangère, fille d’un riche bourgeois (un banquier) à la recherche d’un mari français, doué d’un titre de noblesse. Et inexorablement, la souris mène à terme son «œuvre meurtrière» (120), en rongeant le réseau de merveilles, la «gaine de broderies» (Ibidem) qui constituent, abritent et préservent l’âme de «cette miraculeuse princesse» (118):

Quand [la souris] attaqua le fameux gorgerin de nacre et de perles, la princesse Mandosiane eut l’impression d’un froid aigu au cœur. […]
À la dent du rongeur s’enfonçant dans sa poitrine, la pauvre princesse de paillons et de soie, cette fois, défaillait toute. Ce fut comme une coulée de cendre sur les dalles de l’obscure chapelle, la tombée molle de floconneuses soies, de galons déchiquetés et de lumineuses chiffes; quelques cabochons roulèrent comme des grains de blé, et le vieux velours miteux de la bannière se déchira du haut en bas.
Ainsi mourut la princesse Mandosiane pour avoir écouté les insidieux conseils d’une petite souris. (120-121)

  • 12  Cf. Palacio (1993a; 1993b).
  • 13  Cf. Nissim (1997: 175).

13Le mythe n’a aucune possibilité d’exister au sein de la réalité qui, pour sa part, ne reconnaît au mythe aucune valeur ontologique. La morale de ce conte de fées qui n’en est pas un12 s’avère la même loi cruelle que Flaubert élit comme principe thématique et structural de ses œuvres. Et l’allusion à Flaubert se précise dans la phrase finale du texte, qui constitue une sorte de moule linguistique-stylistique des lignes conclusives de Salammbô13. Mais si dans le roman flaubertien l’héroïne meurt pour avoir touché à la sphère du sacré, Mandosiane s’évanouit au sens propre et figuré du terme pour s’en être détachée. La déchirure du haut en bas de l’oriflamme dans les souterrains de l’église au moment de sa mort constitue une référence dissimulée aux Évangiles et semble signifier, sur ton tragique, peut-être même excessif pour ce petit conte, la mort du rêve, de la religion de l’art dans la réalité exécrable.

  • 14   Cf. aussi le passage de «La chambre double»: «Les étoffes parlent une langue muette, comme les fl (...)

14Avec le cas emblématique de «Mandosiane captive», il apparaît évident que les vieilles étoffes lorrainiennes, à l’instar de certains meubles évoqués par Baudelaire, sont animées par «una vita latente e misteriosa, una suggestione inspiegata» (Nissim 1980: 85) et pourtant elles ne donnent pas accès à «una apertura metafisica […] a un sopramondo fuori dal tempo e dallo spazio» (Ibidem). Si leur contemplation mène l’esprit «hors du siècle», elle ne consent pas de voguer «hors de ce monde»; la rêverie reste mélancolique, invariablement liée à la mort et à la disparition, occasionnellement à la maladie. Lorrain, tout en héritant la vision du monde du poète des Fleurs, se montre constamment conscient de l’inanité de l’idéal et de la foi en cette «idée dans une époque où il n’y en a plus» (Lorrain 1999: 117). L’auteur n’attribue non plus au fané une valeur spécifiquement spirituelle: l’évocation des vieux tissus n’est pas menée sur un mode analogique, capable d’ouvrir à l’intuition de l’absolu; les vieilles étoffes ne sont pas la manifestation, le symbole quelque peu dématérialisé d’un ailleurs, comme les meubles abîmés et les objets désuets chez Mallarmé. Elles n’arrivent donc pas à parler «le langage des fleurs et des choses muettes» (Baudelaire 1996: 39)14, ni à chanter «les transports de l’esprit et des sens» (40), dans ce jeu stylistique pourtant habile et recherché de renvois littéraires, dans ce «maniérisme extrême, peu favorable ou peu capable d’innovation» (Nissim 2004: 166) – souligne Liana Nissim, qui ajoute:

Il s’agit d’un maniérisme souvent séduisant, très raffiné, à même d’aboutir fréquemment à un chiffre bien personnel et d’exprimer dans son ensemble une vision du monde suggestive et cohérente, une poétique qui est en même temps une solide barrière opposée à la réalité tant exécrée et une voie ouverte sur un rêve aussi fragile qu’artificiel. (Ibidem)

15Le style décadent de Lorrain se nourrissant (plus ou moins ouvertement) de l’écriture de ses prédécesseurs, permet l’ineffable éclosion de l’esprit au rêve, à un rêve exquis, spirituel et sensuel à la fois, et parvient ainsi du moins à frôler le véritable but de l’art, selon les paroles de Flaubert, pour qui «le but de l’Art est “une exaltation vague”, le but de l’Art est de “faire rêver”» (Nissim 2006a: 9).

Bibliographie

Œuvres littéraires

Baudelaire Ch., 1967, Les Petits Poèmes en prose (Le Spleen de Paris), Paris, Flammarion.

—, 1996, Les Fleurs du mal, Paris, Gallimard.

Huysmans J.-K., 1995, À rebours, Paris, Gallimard.

Jean Lorrain, 1887, Les Griseries, Paris, Tresse & Stock Libraires-Éditeurs.

—, 1999, M. de Bougrelon, in G. Ducrey (ed.), Romans fin-de-siècle, Paris, Laffont, (1897).

—, 2002a, Mes expositions universelles (1889-1900), Paris, Champion.

—, 2002b, Princesses d’ivoire et d’ivresse, V. Fauvin (ed.), Paris, Gallimard, (1902).

—, 2006, Âmes d’automne, Paris, Alterdit, (1898).

Œuvres critiques

Anthonay T. de, 2005, Jean Lorrain. Miroir de la Belle Époque, Paris, Fayard.

Cachia J.-L., 1985, Jean Lorrain ou la Belle Époque travestie, «Europe» 63, avril: 166-177.

Delon M., 1993 Lorrain, superbe décadent, «Magazine Littéraire» 310: 130-131.

Nissim L., 1980, Storia di un tema simbolista: gli interni, Milano, Vita e Pensiero.

—, 1992, L’artificiale come via verso l’assoluto, in S. Cigada (ed.), Il simbolismo francese, Carnago, SugarCo: 75-133.

—, 1995, Il narciso speculare di Jean Lorrain, in E. Mosele (ed.), Narciso allo specchio: dal mito al complesso, Fasano, Schena: 127-141.

—, 1997, Le fiabe di Jean Lorrain o il marchingegno trionfante, in G. Bogliolo-P. Toffano (eds.), Antimimesis. Tendenze antirealistiche del romanzo francese di fine Ottocento, Fasano, Schena: 163-187.

—, 2004, Fées, sorciers, princesses. Figures mythiques médiévales dans la poésie de Jean Lorrain, «Cahiers de Recherches Médiévales» 11: 165-180.

—, 2006a, «Oh les tours d’ivoire! Montons-y par le rêve!». Quelques notes sur l’esthétique de Flaubert, «Revue Flaubert» 6: 1-13, en ligne: http://flaubert.univ-rouen.fr/revue/revue6/nissim.pdf (consultation: 15/09/2013).

—, 2006b, Abbigliamento e arredamento fra Simbolismo e Naturalismo, in A. Brudo-L. Grasso (eds.), À la croisée des chemins, Miscellanea di Studi per Anna Maria Rubino, Fasano, Schena: 341-359.

Palacio J. de, 1993a, Les perversions du merveilleux: Ma Mère l’Oye au tournant du siècle, Paris, Séguier.

—, 1993b, Présentation à J. Lorrain, Princesses d’ivoire et d’ivresse, Paris, Séguier: 7-22.

Paraboschi F., 2013, Un exemple de “destructuration psychique de l’intrigue réaliste”: «M. de Bougrelon» de Jean Lorrain, in M. Verna-J. Gardes-Tamine (eds.), Entre linguistique et littérature, Bern, Peter Lang: 71-92.

Ponnau G., 1987, La folie dans la littérature fantastique, Paris, Éditions du Centre National de la Recherche Scientifique.

Segard A., 1900, «Jean Lorrain», in Les Voluptueux et les Hommes d’action, Paris, Ollendorff: 89-90.

Thomas C., 2003, Le mythe du XVIIIe siècle au XIXe siècle (1830-1860), Paris, Champion.

Notes

1   Lorrain (2006: 83).

2   Cf. Nissim (1980: 178).

3   Cf. Nissim (1980: 177).

4   Cf. «pâleurs», «chloroses», «ivresse maladive».

5   «l’oggetto desueto garantisce il distacco dalla pratica utilitaristica, il rifiuto del reale» (Nissim 1992: 91).

6   Cf. «étranges fleurs de chair», «fausse innocence perverse», «un bout de sein perce», «songe d’alcôve», «baisers éternisés».

7   «il gusto di tutto il secondo Ottocento affetto da una sindrome di collezionismo [è] perseguitato dall’horror vacui» (Nissim 2006b: 351).

8   Cf. Nissim (1980: 105, 120).

9   Lorrain se limite à changer les vers 3 et 4 en «Couleurs et modes surannées / Qui dira votre enchantement?».

10  Cf. Paraboschi (2013).

11   Lorrain arrive presque à formaliser la puissance des spectres de l’inconscient, dont il avait une sorte de préscience; cf. Nissim (1995: 132); Ponnau (1987: 281).

12  Cf. Palacio (1993a; 1993b).

13  Cf. Nissim (1997: 175).

14   Cf. aussi le passage de «La chambre double»: «Les étoffes parlent une langue muette, comme les fleurs, comme les ciels, comme les soleils couchants» (Baudelaire 1967: 41).

Acheter

Volume papier

amazon.fr