Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

L’élégance vestimentaire de la parisienne chez De Nittis et les portraitistes mondains de la fin du XIXe siècle à Paris

Marie-Christine Jullion

Texte intégral

1Le spectacle d’une société mondaine et internationale sans souci, au sein de laquelle évoluent des femmes élégantes que la vie a privilégiées et que nous pouvons admirer dans toute leur splendeur à l’hippodrome de Longchamp ou d’Auteuil, dans les salons parisiens les plus luxueux, a fasciné les artistes de la fin du XIXe siècle. Ils ont été nombreux à mettre en valeur dans leurs tableaux, leurs photos, leurs romans, les toilettes recherchées de ces femmes ainsi que leurs différents accessoires. Cette mondanité fut célébrée, entre autres, par les peintres italiens qui avaient immigré à Paris. Parmi eux, De Nittis, trop longtemps considéré comme un peintre mineur, auquel certains reprochaient de s’être ‘inspiré’ de ses célèbres contemporains français (Monet, Manet, Renoir, Degas…) oubliant ainsi que les Impressionnistes appartenaient à une communauté culturelle où les artistes s’influençaient les uns les autres. Il faut aussi souligner que l’impressionnisme n’a jamais eu de manifeste et qu’il a été revendiqué par un groupe d’artistes fréquentant la même société. Les impressionnistes, avec toutes leurs différences ont en commun le mythe de la modernité, de la vitesse, du temps… tout change: l’éternité classique dont le marbre est le matériau par excellence n’est plus de mise. Avec eux, la peinture cesse d’être un ‘fini extérieur’ pour laisser place au jamais terminé de l’œuvre d’art. Ainsi la femme n’est-elle plus la femme en tant que telle: corps-chair-formes (pensons aux nus de Vénus, ou encore à la merveilleuse sculpture de Canova Les trois grậces, 1815-17), mais elle est vue maintenant à travers ses accessoires (chapeaux, robes, plumes, pierres précieuses…) et le mythe fait désormais de l’élégance sa clé de voute. En outre, l’on assiste à cette époque à un développement croissant de la presse féminine et le vêtement dans la vie quotidienne révèle les mœurs du moment, de la modernité. Rose Fortassier affirme fort justement que la femme aimée est la somme de toutes ses apparitions en des toilettes différentes, la somme de ses robes (cf. Fortassier 1988). Si nous voulions résumer les caractéristiques communes aux impressionnistes, nous pourrions affirmer qu’avec eux, c’est le changement lié à la modernité et au temps qui devient prioritaire.

2De Nittis et les peintres italiens, auxquels nous nous intéressons exercent leur art à Paris entre la fin du Second Empire et les débuts de la Troisième République. Une période difficile pour la France aussi bien sur le plan politique que social. La défaite de Sedan, le désir de revanche, la Commune et plus tard l’affaire Dreyfus… Une époque où les intellectuels sont sur le terrain: Zola et le naturalisme, mais aussi Baudelaire, Verlaine, les Symbolistes… Une époque aussi de grands travaux pour Paris: ceux du baron Haussmann, avec la réalisation des Grands Boulevards dont le but principal, ne l’oublions pas, était de rendre impossible la construction de barricades et de protéger la ville de toute forme de guerres civiles. Pour Haussmann, comme le souligne Walter Benjamin (2003), le pouvoir mondain et spirituel de la bourgeoisie pourrait ainsi s’affirmer dans le cadre des grandes artères urbaines. Haussmann impose à Paris une véritable dictature et en 1864, dans un discours à la chambre, il exprime toute sa haine (Charle 1998) pour la population ‘déracinée’ dont il s’avère être l’oppresseur, car les travaux qu’il a ordonnés entraînent l’augmentation des loyers, ce qui refoule les prolétaires dans les faubourgs et fait en sorte que beaucoup de Parisiens deviennent étrangers à leur ville. L’indifférence de Haussmann aux problèmes du peuple pourrait se résumer par ces quelques lignes, tirées des Confession d’un lion devenu vieux:

J’ai le culte du Beau, du Bien, des grandes choses,
De la belle nature inspirant le grand art,
Qu’il enchante l’oreille ou charme le regard;
J’ai l’amour du printemps en fleurs: femmes et roses.
([1888]: s.p.)

3Nous assistons à la fin d’un siècle et comme l’affirme Christophe Charle: «L’idée de fin de siècle est souvent associée à celle de pessimisme et de décadence par transfert inconscient de la mort du siècle, artifice chronologique arbitraire à la culture qui en témoigne» (1998: 276).

4Toutefois le moment est plus complexe; il y avait d’une part ceux qui annonçaient le déclin de la France, la perte des valeurs et la fin de la culture et, de l’autre, ceux qui entrevoyaient une nouvelle exigence morale et intellectuelle à un moment où Paris et la culture française accueillaient des artistes et des écrivains venus du monde entier. Du côté des alarmistes régnait le pessimisme historique de Taine (un habitué du salon de la princesse Mathilde, salon dont nous reparlerons ensuite) et, bien entendu, les optimistes épaulaient le baron Haussmann.

5Pour entrer dans le vif de notre sujet, c’est-à-dire De Nittis en particulier et sa fascination pour l’élégance vestimentaire et pour la mondanité, il est important de souligner qu’il n’a vu ou n’a voulu voir, ou même encore, n’a pu voir que le beau côté de Paris: la mondanité et la richesse de ses habitants; jamais un regard pour les démunis, pour les victimes de l’alcool, pour les nombreuses Gervaise Maquart, alors que Degas, le grand ami dont il admirait les tableaux, nous offre en 1876 un tableau unique, L’absinthe, d’un réalisme si violent qu’il fut un choc pour ses contemporains; un autre de ses amis, Manet nous offre, lui aussi, un exemple remarquable de vie populaire, La serveuse de bocks (1878), où l’on peut admirer au premier plan un ouvrier fumant une pipe en terre (la serveuse au deuxième plan tient deux verres de bière).

6Ce désintérêt de De Nittis pour cet autre Paris est d’autant plus surprenant qu’il est originaire d’une petite ville des Pouilles, Barletta, et que dans ses premiers tableaux, il a su observer la campagne et ses habitants et la vie difficile que l’on y menait (comme par exemple dans Scena di contadini in Puglia et La strada da Napoli a Brindisi). De Nittis était fils de riches propriétaires terriens, morts prématurément et, après avoir séjourné à Naples où il remporta ses premiers succès, il s’établit à Paris en 1869. Il y épouse Léontine, une parisienne qui, au dire de sa famille, ressemblait d’une façon surprenante à sa mère morte alors qu’il n’avait que deux ans. Léontine fut pour lui, comme il aimait le répéter: «une maîtresse, un modèle, une épouse». Il vit à Paris et loue aussi une petite maison à la campagne, entre Bougival et Rueil (La Jonchère), pour peindre en plein air. Il s’entoure d’amis comme Edouard Manet, Diego Martelli (critique d’art florentin, défenseur des Impressionnistes) et le sculpteur toscan Adriano Cecioni (chef des Macchiaioli, les ‘Tachistes’). En 1873, après trois années passées en Italie, il s’établit dans une nouvelle maison qui deviendra très vite un lieu de rencontre et un salon mondain où le samedi soir, l’on peut rencontrer Degas, Manet, Zola, Goncourt, Daudet, Dumas (fils) et aussi la princesse Mathilde. De Nittis est le moteur culturel de ces soirées. Et, c’est à partir de cette époque qu’il commence à fréquenter le groupe impressionniste et, sur invitation de Degas, il exposera avec eux lors de leur première exposition dans l’atelier du photographe Nadar. En 1878, il est déjà une célébrité nationale et reçoit des éloges de toute part: la presse française le célèbre dans des articles de Zola, Dumas, Daudet et Goncourt et le succès continue. Il meurt prématurément en 1884 d’une hémorragie cérébrale et la popularité dont il jouissait s’estompe très vite après sa mort.

7Comme De Nittis, d’autres peintres s’établissent définitivement à Paris et en particulier ceux que l’on appelait ‘les peintres italiens de Paris’: Giovanni Boldini et Federico Zandomeneghi. Boldini (Ferrara 1845 – Paris 1931), grand ami de Degas, arrive à Paris en 1871 et devient très vite un portraitiste très apprécié de la haute société et la coqueluche du tout Paris. Zandomeneghi (Venise 1841 – Paris 1917) s’inspire de Degas et propose une peinture tout à fait fidèle à l’impressionnisme. Toutefois, ce Vénitien ne connaîtra pas le succès du «peintre des Pouilles», comme il ne se laissera jamais éblouir par les salons mondains. Zandomeneghi était arrivé à Paris en 1874, l’année qui marqua la naissance de l’impressionnisme et il entreprendra son activité de dessinateur de mode en 1878. Toutefois, le Paris de Zandomeneghi n’est pas le Paris élégant, mondain et international célébré par De Nittis et Boldini; il peint le quartier de Montmartre, quartier de la bohème par excellence, où l’artiste vivait à côté de Toulouse-Lautrec et de son modèle et peintre Suzanne Valadon.

8Adriano Cecioni écrivait:

De Nittis s’était fait une renommée, son succès ne cessait d’augmenter et il était devenu propriétaire d’une maison avenue Uhrich […]. À la même époque, Giovanni Boldini vivait lui aussi à Paris et en très peu de temps, il était devenu célèbre et riche. Ces deux artistes italiens avaient mis leur art au service du public: l’un Boldini ouvertement; l’autre De Nittis, avec simulation (faussement), parce qu’il a toujours éprouvé le désir de plaire au plus grand nombre et en même temps d’être estimé par une élite, chose impossible à obtenir. (Miracco 2005: s.p.)

9Ces trois peintres italiens forment en quelque sorte trois microcosmes, trois façons d’être à cheval sur deux siècles et surtout trois approches totalement différentes du monde parisien. À partir de 1871, Paris devient la deuxième patrie de Boldini mais sa peinture, très appréciée du public parisien, est critiquée par des peintres italiens comme Diego Martelli, qui lui reproche une superficialité stylistique. Quant à Zandomeneghi, grand ami de Diego Martelli, il fut le plus impressionniste des trois artistes; il le fut à tel point qu’en 1886, il participa en tant que Français et non comme Italien à l’exposition de Bruxelles avec Monet, Renoir, Morisot et Forain. Zandomeneghi était un véritable psychologue du portrait.

10Ils étaient les enfants de la même décennie, celle des années quarante qui donna naissance en Italie à la conquête difficile d’un État moderne qui se constitua à travers de grands événements politiques (les guerres d’indépendance qui se terminèrent par la prise de Rome). Toutefois, tout en ayant des relations et des amitiés communes, et tout en participant avec une grande curiosité au climat de nouveauté générale qui, autour des années Soixante-dix, donnait naissance aux premières réalisations du groupe impressionniste, les trois Italiens ne furent jamais très proches et ne cherchèrent jamais les occasions de se rencontrer qui, par ailleurs, ne pouvaient manquer, vu leurs fréquentations communes.

11Ajoutons encore que le nom de De Nittis reste plus lié que les autres à celui des impressionnistes. À un certain point, comme eux, il se fait remarquer par son refus de participer aux Salons. N’oublions pas non plus que jusqu’à la fin du XIXe siècle, les impressionnistes ont été honnis: ils étaient méprisés et qualifiés tour à tour d’anarchistes dangereux, de socialistes et en général de révolutionnaires! Ils étaient totalement incompris du grand public, et c’est avec beaucoup de mal qu’ils réussirent à obtenir un emplacement à l’exposition universelle de 1900. Aujourd’hui, l’impressionnisme est désormais un mouvement artistique ‘consacré’ et il ne reste rien de ce qui semblait séditieux et inacceptable à sa création. Il est même difficile de croire au scandale que provoqua sa naissance. Le nom de De Nittis reste aussi, plus que les autres peintres italiens de l’époque, lié à la France, à la mondanité et à Paris en particulier. D’ailleurs, De Nittis déclarait dans son journal personnel: «nul Français n’aime la France avec plus de passion haute et désintéressée que moi» (De Nittis 1895: 224). Signalons encore que De Nittis ne fut pas exclusivement un portraitiste mais aussi un observateur attentif d’un Paris qui se transformait comme dans La construction du Trocadéro (1876), ou La Place des Pyramides (1875) ou encore dans Les ruines des Tuileries, côté du Carrousel de 1882, et qu’il fut considéré fort justement «plus Parisien que tous les Parisiens».

  • 1   La princesse Mathilde fut fiancée avec son cousin, le futur Napoléon III, mais ces fiançailles fu (...)

12De Nittis accueillit dans son salon les écrivains, les artistes et plus généralement les intellectuels les plus célèbres de l’époque. Edgard Degas y joua un rôle fondamental et fut l’un des plus assidus du salon De Nittis. Les samedis soirs chez les De Nittis devinrent très rapidement l’un des rendez-vous les plus chics de Paris où l’on pouvait, entre autres, rencontrer des femmes d’une élégance remarquable que les peintres immortaliseront ensuite dans leurs toiles. Le charme et le style de la toilette, sans oublier les accessoires et la mode en général, deviennent de première importance pour certains peintres comme De Nittis, Zandomeneghi, Manet… Ils éprouvent une admiration réelle pour le raffinement et l’élégance, et la tenue représente l’aspect extérieur de la vie moderne si importante pour eux: «il faut être de son temps» (Proust 1897) affirmait Manet. Un autre salon brillantissime, lieu de rendez-vous des personnalités les plus illustres du monde artistique, littéraire et politique, et bien entendu fréquenté par De Nittis, fut celui de Mathilde- Létizia Wilhelmine Bonaparte, dite ‘la princesse Mathilde’1.

13C’est Edmond de Goncourt qui, en 1880, présenta De Nittis à la princesse et à partir de cette date le peintre et son épouse Léontine furent les invités les plus assidus du salon parisien le plus exclusif. Voici donc l’un des tableaux les plus célèbres de De Nittis: Il salotto della Principessa Matilde (1883). La grande toile représente l’Hôtel de Berri, la quatrième et dernière résidence de la Princesse Mathilde. De Nittis représente avec précision la somptuosité des pièces, séparées seulement par des rideaux drapés. Les chaises et les fauteuils sont disposés en deux demi-cercles à droite et à gauche de la maîtresse de maison qui avait l’habitude de recevoir ses invités assise dans un canapé derrière une grande table ronde couverte d’une nappe de soie rouge. Le tableau nous fait découvrir les couleurs dominantes, alliant le rouge et l’or. La princesse, qui avait alors soixante ans est représentée dans le fond en compagnie d’un homme âgé à la barbe blanche. En fait, la véritable protagoniste de cette soirée élégante est une femme (anonyme, mais très probablement Léontine!) située au premier plan, vue de dos et qui est vêtue d’une splendide robe de dentelle noire au décolleté profond; elle est assise près d’une table ronde éclairée et couverte de vases de fleurs, de livres et d’autres objets qui forment comme autant de petites natures mortes. Quant aux sculptures et aux nombreux tableaux qui ornent les différentes pièces, De Nittis n’en fournit pas de renseignements précis.

  • 2   «La mode illustrée» était une revue hebdomadaire, créée en 1860 et qui a cessé d’exister en 1937. (...)
  • 3   Voir Mallarmé (1978): les huit numéros du journal de Mallarmé écrits en 1874 ont été réédités en (...)

14Le luxe, l’opulence de la riche société de Paris fin de siècle s’exprime très clairement dans d’autres tableaux comme dans Davanti al caminetto de 1869, où une dame élégamment vêtue lit une lettre devant une cheminée. Le décor est somptueux (tapisseries, horloge, fauteuil…) comme la robe de la femme et ses bijoux. D’autre part, l’on peut voir la manière dont le peintre est inséré dans le beau monde parisien en observant non seulement son propre salon mais aussi certains des choix qu’il opère en consacrant, par exemple, de nombreux tableaux au bois de Boulogne, à la figure de l’amazone ainsi qu’aux courses de chevaux à Longchamp et à Auteuil, toujours évoqués avec une grande richesse de détails. Et l’on a l’impression que ce n’est pas le point de vue sportif qui a intrigué De Nittis, mais plutôt l’aspect mondain et une sorte de fascination pour les habitués de ces manifestations et par conséquent, que ce ne sont pas les courses hippiques le véritable sujet d’intérêt mais le spectacle offert par un public très élégant. De Nittis nous révèle une surprenante connaissance des toilettes féminines de l’époque (une connaissance qu’il avait sans aucun doute également acquise à travers la lecture et l’étude des journaux de mode comme «La mode illustrée»2, à une époque où Mallarmé décide d’éditer un magazine de mode, «La dernière mode»3, et de se consacrer seul à la rédaction de la revue en recourant à des pseudonymes féminins). L’un des tableaux particulièrement significatifs est celui du Retour des courses, connu sous le nom de La dame au chien (1878): une femme très aristocratique drapée de soie noire, accompagnée d’un chien tout aussi noble qu’elle, donne une impression d’indépendance, d’émancipation; à ce propos Carlo Parmeggiani, à son retour de Paris où il avait assisté à l’exposition universelle de 1878, écrit:

Ella è senza dubbio una di quelle donne che s’incontrano solo nelle grandi città, un misto di gran dama, di cortigiana e d’artista, spirito forte sotto un corpo gracile, snello e gentile, di quelle donne eccentriche al sommo, che traversano Parigi sole, a piedi, a piccoli passi lesti lesti e a qualunque ora del giorno (1879: s.p.).

15Les journaux de mode eurent sans aucun doute un rôle fondamental dans la création de la nouvelle image féminine de De Nittis, surtout pour un certain caractère de mondanité. Par conséquent, nombre de ses portraits ne sont pas de véritables portraits, mais des représentations de femmes typées dont on exalte le charme, l’élégance et l’appartenance au beau monde et qui sont le témoignage de la passion que De Nittis avait pour les milieux bourgeois, pour leurs lieux de rencontre et leurs divertissements. À ce propos, l’on ne peut éviter de citer Alle corse di Auteuil – Sulla seggiola de 1883, un tableau qui est une version du célèbre triptyque Les courses à Auteuil qui est conservé à la Galleria Nazionale d’Arte Moderna de Rome. C’est un très bel exemple d’instant de vie ‘volé’: une femme souriante, debout sur une chaise, acquiert un charme insolite émanant à la fois de son attitude plutôt inhabituelle et de son chapeau noué avec un grand nœud vaporeux et orné d’un pompon rose faisant penser à un duvet d’oie, en contraste avec l’attitude austère de l’homme, aussi bien dans l’expression du visage que dans la silhouette en redingote et chapeau haut-de-forme. Une autre toile exemplaire à cet égard intitulée La giornata d’inverno – ritratto della signora De Nittis de 1882 représente Léontine gracieusement vêtue d’une longue robe crème laissant apparaître un jupon blanc, immergée dans un décor luxueux où se distinguent clairement une tasse en porcelaine chinoise bleue posée sur un plateau de laque noire. La qualité et la richesse de la matière sont valorisées par le peintre à tous moments, non seulement dans son souci des détails concernant l’ameublement mais aussi dans l’attention qu’il accorde à tous les ornements vestimentaires: manchons de fourrure, jupons de dentelles, voilettes, rubans de soie et de satin, gants fins…

16Nous pourrions résumer en affirmant que la vision de la mondanité et de l’élégance féminine est presque toujours associée chez De Nittis à Paris et à la Parisienne et à un seul aspect de la société parisienne, ‘le beau monde’, aussi bien dans les intérieurs (les salons, les demeures...) que dans les extérieurs (en plein air: dans son propre jardin, aux jardins publics, aux champs de courses de Longchamp ou d’Auteuil…). Il se distinguait ainsi de Zandomeneghi, qui privilégiait l’élégance féminine dans les petits détails, dans les coiffures, les chapeaux et dans des lieux différents: dans les cafés, à Montmartre (Moulin de la Galette…), mais il se distinguait aussi de Boldini, le plus aimé de la bourgeoisie, qui avait l’art de réunir dans un seul tableau le plein air, l’élégance et les accessoires!

17Que dire encore de ces autres portraitistes? Et d’abord des femmes de Zandomeneghi et de leur élégance? À ce propos, Marialuisa Rizzini nous rappelle que

la sua carriera artistica che si è svolta nel centro primario della moda, cioè a Parigi, evidenzia […] legami col tema dell’abbigliamento non solo per i soggetti di una buona parte delle sue opere, giovani donne in vesti contemporanee, ma anche per l’attività di disegnatore di figurini […] che tuttavia il pittore visse con disagio poiché percepiva come insanabile il contrasto con la vocazione artistica e la necessità di lavorare per una rivista di moda, ma che gli fornì stimoli e conoscenze non indifferenti. (2005: s.p.)

  • 4   Vittorio Pica observait en 1914: «assai spesso la Parigina dell’alta società, che usa frequentare (...)

18Toutefois, les femmes de Zandomenghi ne sont pas les Parisiennes élégantes et parfois un peu frivoles4 peintes par De Nittis et Boldini. Zandomeneghi est attentif à leur vie quotidienne sous tous ses aspects, même dans leur intimité (La toilette, Alla toilette…). Il accorde, plus que les autres portraitistes, une grande importance aux chevelures, aux coiffures et aux chapeaux de ses modèles (La coiffure, Il cappellino nuovo, La modista, L’ultima occhiata…). Au contraire, pour ce qui concerne Boldini, nous pouvons constater qu’une grande partie de ses portraits représentent ‘le beau monde’ parisien, mais que très souvent les décors s’estompent et que le peintre se focalise sur le tissu des robes, sur leur légèreté (Signora seduta su un divano con cappello e ombrellino, Signora bionda in abito da sera, Fuoco d’artificio, La camicetta di voile…) rendant tout aussi légères et délicates les femmes qu’il peint: «le belle dame vestite di ‘taffetas’, di velluto, di piume o di broccato, quando non si limitano a offrire il loro nudo, si allungano e si torcono sempre di più in movenze manieriste» (Borgogelli 2001: 43).

19Il ne fait aucun doute que Paris (bien évidemment, avec trois approches différentes du monde parisien) ait joué un rôle de première importance chez les trois peintres italiens que nous avons choisis pour notre analyse et que leurs amitiés communes les ont influencés réciproquement, mais il se dégage clairement que c’est à De Nittis que l’on doit tout particulièrement une certaine vision de Paris et de l’élégance des Parisiennes de l’époque. Edmond de Goncourt en était enchanté et il écrivait dans son journal: «Nittis a chez lui des vues de Paris, enlevées au pastel, qui m’enchantent. C’est l’air brouillardeux de Paris, c’est le gris de son pavé, c’est la silhouette diffuse du passant» (1958: 183) et il ne cachait pas son admiration pour De Nittis lorsqu’il qualifiait le portrait de Léontine dans Journée d’hiver comme étant «la plus extraordinaire symphonie de la blancheur» (Ibidem).

Bibliographie

Aa.Vv., 2010, Giuseppe De Nittis, la modernité élégante, Catalogue Paris Musées.

Angiuli E., 2005, Casa De Nittis nella Parigi di fine Ottocento. Mondanità e arte, in R. Miracco (ed.), De Nittis impressionista italiano, Milano, Mazzotta.

Benjamin W., 2003, Paris, capitale du XIXe siècle, Paris, Allia.

Borgogelli A., 2001, Boldini a cavallo di due secoli, in G. Belli (ed.), Boldini, De Nittis, Zandomeneghi. Mondanità e costume nella Parigi fin de siècle, Milano, Skira.

Charle Ch., 1998, Paris fin de siècle, Paris, Seuil.

De Nittis G., 1895, Notes et souvenirs, Paris, Librairies-Imprimeries Réunies.

Fortassier R., 1988, Les écrivains français et la mode, Paris, PUF.

Haussmann G.E., [1888], Confession d’un lion devenu vieux, s.l., s.m.d’e.

Mallarmé S., 1978, La dernière mode, Paris, Ramsay, (1874).

Parmeggiani C., 1879, La pittura italiana all’Esposizione Universale di Parigi. Impressionisti, Ravenna, Fratelli David.

Goncourt E. de-Goncourt J. de, 1958, Journal. Mémoires de la vie littéraire 1875-1878, R. Ricatte (ed.), t. 11, Imprimerie nationale de Monaco.

Pica V., 1914, Giuseppe de Nittis, l’uomo e l’artista, Milano, Alfieri & Lacroix.

Proust A., 1897, Édouard Manet. Souvenirs, in «La Révue Blanche», février-mars.

Rizzini M., 2005, Zandomeneghi e la moda, in R. Miracco-T. Sparagni (eds.), Federico Zandomeneghi, un veneziano tra gli impressionisti, Milano, Mazzotta.

Notes

1   La princesse Mathilde fut fiancée avec son cousin, le futur Napoléon III, mais ces fiançailles furent rompues lors de l’emprisonnement de celui-ci à Ham (conspiration de 1840). Elle se fixa à Paris après un mariage malheureux avec un grand collectionneur, passionné lui-aussi d’art, le prince russe Anatole Demidoff.

2   «La mode illustrée» était une revue hebdomadaire, créée en 1860 et qui a cessé d’exister en 1937. Elle s’adressait principalement à une clientèle bourgeoise et ne se limitait pas à présenter les belles robes de taffetas, les corsets et les modistes mais elle avait aussi un courrier de lectrices qui eut un énorme succès. Madame Emmeline Raymond en fut la directrice jusqu’en 1902.

3   Voir Mallarmé (1978): les huit numéros du journal de Mallarmé écrits en 1874 ont été réédités en 1933 par S.A. Rhodes avant d’être reproduits en fac-similé aux éditions Ramsay.

4   Vittorio Pica observait en 1914: «assai spesso la Parigina dell’alta società, che usa frequentare i ritrovi mondani, vezzosa e futile sotto le sete, le piume e le gemme, non brilla né per soverchia intelligenza né per soverchio sentimento».

Auteur

Università degli Studi di Milano

Acheter

Volume papier

amazon.fr