Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

La Cigale et la Fourmi, Emma Bovary et Ernestine Duhamain, l’Elégance et l’Economie

Bernard Gallina

Texte intégral

1Avant d’entreprendre notre analyse, il nous semble opportun d’esquisser à grands traits l’intrigue du roman où apparaît le personnage d’Ernestine Duhamain, Une Belle Journée d’Henry Céard. Déçue par sa vie conjugale, une jeune femme est attirée par son voisin d’appartement, Alfred Trudon. Elle danse toute une soirée avec lui, et accepte le rendez-vous qu’il lui fixe. Leur rencontre révèle la distance qui les sépare, se solde par l’effondrement de son rêve amoureux. Après cette décevante journée, elle prend la résolution de demeurer fidèle à son mari, de se résigner aux platitudes du mariage.

2Que ce soit en compagnie de son mari ou en celle de son amoureux, l’héroïne montre constamment la recherche de l’élégance vestimentaire et, en même temps, le souci de bien administrer sa maison. L’incipit du roman annonce ces thèmes, jouant ainsi le rôle d’une ouverture; dans la deuxième page du roman, on découvre le jugement qu’émet l’opinion publique sur cette jeune femme:

Trois ou quatre rues aux alentours la citaient pour les habiles retapages avec lesquels elle faisait durer ses toilettes, les prolongeant d’une mode dans une autre; et, du boulevard de Reuilly à l’avenue de Saint-Mandé, les louanges ne tarissaient pas sur son bon goût et son économie. Sa tenue ne sentait jamais le rococo, les plus difficiles y trouvaient mêmes des élégances. (Céard 1970: 4)

3Ce phénomène est attesté par la fréquence des termes appartenant à la constellation sémantique de l’habit. Il suffit le citer la présence de certains termes tels que: élégance(s) (Céard 1970: 4, 18, 22, 35, 40, 126, 140, 149, 170, 173, 257, 318); élégantes (84); chemise (127); corsage (28, 170); déshabillé(s) (14, 23, 77, 148, 233, 327); habit (32, 48); jarretières (127); jupe (31, 77, 84, 107); jupons (30, 97, 317); mode (4); peignoir (22, 26); robe(s) (9, 28, 30, 36, 37, 40, 43, 77, 82, 84, 97, 194, 278); se déshabiller (107); soie (37, 248); toilette(s) (4, 28, 35, 36, 37, 96); vêtements (21), etc.

4Ce phénomène est également indiqué par la réapparition des termes renvoyant à l’univers de l’économie: économe (168); économie (4, 136, 319); achetés (29); argent (29, 79); avantageux (31); coûter (48); débourser (279); dépense(s) (222, 275, 278, 283); payer (29, 80, 82, 277, 279, 319); prix (16, 132); régler (283); rente (15); solder (283); sou (279). Et l’inventaire n’est pas complet.

5Ernestine Duhamain vise à concilier, doit concilier ‘le bon goût’, le culte de l’élégance et ‘l’économie’, l’attention à l’épargne. Cela instaure un conflit, une dialectique continuelle entre ces deux éléments.

6Celle-ci apparaît également dans Madame Bovary. Les sèmes renvoyant à l’habit brillent par leur fréquence: élégances (Flaubert 1986: 119, 312); élégante (168, 266, 353, 377); chemise(s) (84, 86, 87, 93, 194, 204); corsage (97, 194, 338); déshabillée (236); habit(s) (85, 86, 87, 311, 414); habillée (196); jarretière (269); jupe (194, 338); jupons (94); modes (84); peignoir (22, 26, 305); robe(s) (79, 85, 87, 97, 105, 110, 157, 159, 163, 190, 194, 228, 231, 240, 307, 325, 326, 327, 330, 360, 369, 375, 376, 403, 416); (se) déshabiller (114, 196, 356, 414); soie (115, 117, 348, 363); toilette(s) (89, 94, 109, 110); vêtements (163, 217, 264, 356), etc.

7Nombreux également sont les termes renvoyant à l’univers de l’économie: économie (102, 172); acheter (29, 290, 361, 366, 386); argent (29, 173, 257, 280, 303, 332, 345, 357, 361, 368, 370, 386, 387, 416); coûter (169); débourser (367); dépense (: 153, 347, 351, 365); dépenser (152); payer (29, 80, 82, 264, 277, 279, 280, 319, 328, 345, 347, 360, 361, 363, 366, 385); prix (182, 345, 347); solder (345, 346); sou(s) (268, 374), etc. Une fois encore, l’inventaire n’est pas complet.

8Les affinités entre les sèmes que l’on découvre dans Une Belle Journée et Madame Bovary laissent entrevoir les affinités entre Ernestine Duhamain et Emma Bovary, voire la première femme de Charles Bovary, Héloïse Dubuc, face à la dialectique entre la recherche de l’élégance et l’administration du budget familial. Opposant l’héroïne céardienne et l’héroïne flaubertienne, Colin A. Burns affirme:

Dans le personnage d’Ernestine Duhamain, cousine germaine d’Emma Bovary et de Frédéric Moreau, Céard réalise le tour de force d’avoir su rendre vraisemblable et émouvante la vie intérieure d’une petite bourgeoise d’aspect bien modeste. Car, tandis qu’Emma Bovary, tout en représentant des aspirations universelles, reste, à certains égards, une femme exceptionnelle, Ernestine, à la fin du livre reste bourgeoise comme avant, plus bourgeoise même, définitivement déçue dans sa recherche d’idéal, mais désormais résignée à son rôle de femme vertueuse par nécessité aussi bien que par conviction. (1982: 112)

9Il voit en somme en Ernestine une femme qui obéit aux exigences de l’intendance familiale, et en Emma une femme qui essaie d’échapper à cette servitude.

10Gerhard Walter Frey oppose la première femme de Charles, Héloïse, qu’il qualifie de «femme intendante» et Emma, qu’il qualifie de «femme consommatrice» , l’une représentant «l’économie du garde-manger, de l’administration de la maison», l’autre «l’économie de la consomption et de la consommation» (1987: 73). La vie d’Héloïse se caractérise par l’austérité extrême, l’administration parcimonieuse des provisions, l’exactitude de sa comptabilité ménagère. S’étendant davantage sur la parabole existentielle d’Emma, ce critique avance qu’Emma montre des attitudes remarquable pour une ménagère bourgeoise, et, en même temps, qu’elle semble incarner «le principe libido / marchandise, ou plus exactement marchandise pour la libido et libido par la marchandise» (79). Il ajoute plus loin «On pourrait préciser cette relation libido-argent en disant que le comportement consommateur est dirigé par la libido et que, vice versa, la consommation est souvent un substitut de la libido» (81).

11Ernestine ressemble-t-elle davantage à Héloïse ou bien à Emma? Est-ce une «femme intendante» ou bien une «femme consommatrice»? Comment affronte-t-elle son souci du budget domestique et son goût de l’élégance? Sa vie conjugale et sa recherche d’un idéal amoureux?

1. L’éducation, l’apprentissage de l’élégance

  • 1   On relève également un autre passage significatif à ce sujet: «La campagne les [Ernestine et son (...)

12Ernestine est d’origine campagnarde1: «Jadis, avant son mariage, elle avait vécu à la campagne, longtemps, et comme les gens des villages elle s’était accoutumée à trouver un baromètre dans une multitude de petits phénomènes naturels» (Céard 1970: 123). Son attention aux variations atmosphériques, sa capacité de saisir les évolutions du climat et les conséquences qu’elles comportent pour l’agriculture locale s’allient chez elle au sens de la prévoyance, au souci de l’économie. Elle reçoit une éducation au couvent, dont on trouve un écho dans cette réplique à Trudon:

Songez donc, il y a si longtemps que ça ne m’est arrivé d’aller au bal. À peine si je me souviens des figures de quadrille. Et puis, au couvent, on faisait semblant de nous apprendre, on nous apprenait pas. Les religieuses ne voulaient pas qu’on se tînt par la taille. Elles ne trouvaient pas ça décent, paraît-il. Vous jugez! (47)

13C’est probablement au couvent qu’elle commence à nourrir des rêves sentimentaux, qu’alimentent ses lectures. Ernestine lit, en particulier les romans-feuilletons: «Les romans-feuilletons lui avaient représenté les cabinets particuliers comme meublés avec un grand luxe, ruisselants d’or du haut en bas des lambris, avec un capitonnage de soie tout imprégné de parfums et suintant la volupté» (137).

14Ces ouvrages lui font connaître, ou lui rappellent, le rôle de l’argent dans la recherche du plaisir.

15Ernestine reçoit également une éducation musicale: «Mme Duhamain, elle aussi n’ignorait point cette mélodie [la Chanson de Mignon]. Souvent, sur le piano, elle la jouait à son mari» (11). Cette éducation affine son goût, en particulier dans le domaine de l’habillement. Elle possède une distinction qui attire l’attention de celui qui la croise:

Elle venait de se débarbouiller, et de son mouchoir tiré pour étouffer une légère toux, et de son peignoir bleu ciel ajusté qui accusait les hanches et dessinait les lignes molles de son torse sans corset, de ses mains fraîchement lavées, de toute sa grassouillette petite personne, une pénétrante odeur s’échappait: l’odeur de la frangipane, un parfum cher dans lequel se réfugiaient, malgré son mari, les élégances survivantes de Mme Duhamain. (12)

16Ces éléments laissent entrevoir les affinités avec Emma: origines campagnardes, éducation au couvent, sens de l’économie. On pense à un épisode de Madame Bovary où Charles se rend à la ferme de la famille Rouault et trouve Emma en train de raccommoder: «Elle [Emma] se rassit et elle reprit son ouvrage, qui était un bas de coton blanc où elle faisait des reprises» (Flaubert 1986: 81). Emma est profondément marquée par son éducation. Avant d’entrer au couvent, elle se penche sur l’histoire de Mlle de la Vallière:

Lorsqu’elle eut seize ans, son père l’amena lui-même à la ville, pour la mettre au couvent. Ils descendirent dans une auberge du quartier Saint-Gervais, où ils eurent à souper des assiettes peintes qui représentaient l’histoire de Mlle de la Vallière. Les explications légendaires, coupées çà et là par l’égratignure des couteaux, glorifiaient toutes la religion, les délicatesses de cœur et les pompes de la Cour. (94)

17L’éducation au couvent la marquera durant toute sa vie, fera naître et renforcera chez elle la recherche de la splendeur, du luxe ainsi que le désir d’assouvir son idéal amoureux. Idéal dont la musique est la plus haute expression:

À la classe de musique, dans les romances qu’elle chantait, il n’était question que de petits anges aux ailes d’or, de madones, de lagunes, de gondoliers, pacifiques compositions qui lui laissaient entrevoir, à travers la niaiserie du style et les imprudences de la note, l’attirante fantasmagorie des réalités sentimentales.(97)

18Emma joue elle aussi du piano pour son mari:

Quant au piano, plus ses doigts y couraient vite, plus il s’émerveillait. Elle frappait sur les touches avec aplomb, et parcourait de haut en bas tout le clavier sans s’interrompre. Ainsi secoué par elle, le vieil instrument, dont les cordes frisaient, s’entendait jusqu’au bout du village si la fenêtre était ouverte, et souvent le clerc de l’huissier, nu-tête et en chaussons, s’arrêtait à l’écouter, sa feuille de papier à la main. (101)

19L’élégance d’Emma frappe Rodolphe lorsqu’il la voit la première fois: «– Elle est fort gentille! se disait-il; elle est fort gentille, cette femme de médecin! De belles dents, les yeux noirs, le pied coquet, et de la tournure comme une Parisienne» (196).

2. La consommation / la libido 

20Nous venons de voir plus haut qu’Ernestine achète un parfum cher pour conserver un brin d’élégance, ce qui laisse entrevoir l’opposition entre la nécessité d’économiser et la volonté de se distinguer, de séduire. Un autre jour, elle parvient à concilier son sens de l’épargne et l’achat d’une robe de soirée; grâce à celle-ci, elle fait preuve d’un chic qui attise le désir de son mari:

Il lui souriait, parlait doucement: – Je t’en prie, dépêche-toi donc, Ernestine. Et ses lèvres avaient des frémissements voluptueux, comme des promesses de baisers. Des envies chaudes lui prenaient de lui tomber dessus et de la manger de caresses. Madame Duhamain n’écoutait point ou répondait avec indifférence, par un oui, par un non, un laisse donc impatientants. Dans ses jupons empesés, massés sous la queue traînante de sa robe en gaze de Chambéry rayée satin et garnie de nœuds en faille assujettis à la nuance bleu tendre du tissu déclaré très avantageux par le catalogue des magasins du Bon Marché, il lui semblait qu’elle était délivrée de son mari. Enfin, elle allait donc s’amuser! (Céard 1970: 30)

21On peut donc dire que l’emploi de l’argent obéit à la recherche de l’amusement, du plaisir. Consommation pour la libido, donc. Ernestine connaîtra une soirée où «Pour elle, tout était plaisir» (19). À la fin de celle-ci, elle accepte le rendez-vous que lui fixe son cavalier, en l’occurrence Trudon, pour le dimanche qui suit. Elle est encore transportée par le souvenir de ces instants-là lorsqu’elle rencontre son amoureux dans la suite d’un hôtel particulier:

[Elle] se mira dans la glace, d’un air de coquetterie inconsciente. Tandis qu’elle se souriait, et que ses bras arrondis au-dessus de sa tête rajustaient une natte tombant de son chignon, Trudon silencieux devant le gonflement de sa poitrine et la svelte cambrure de ses reins, se demandait si les ouvrières en robe et en corset n’étaient pas pour beaucoup dans cette élégance et cette correction de formes. Et sans mettre son lorgnon, par crainte de paraître inconvenant, il clignait ses yeux myopes, déshabillait Mme Duhamain du regard, cherchait à deviner quel galbe elle pouvait bien avoir «au déballage». (125)

22Une fois encore, apparaît le rôle de la consommation en faveur de la libido. Mais le jour de son rendez-vous, Ernestine se rend rapidement compte qu’elle a commis une grave erreur en acceptant l’invitation de son cavalier d’un soir, car ce dernier la déçoit profondément:

Mme Duhamain prit un amer plaisir à contempler Trudon s’épanouissant dans sa bêtise et dans sa fatuité.
Ainsi, c’était là l’individu dont la présence l’avait ravie, qui l’avait enchantée par ses grâces, et il venait de lui ce baiser qui la remuait en souvenir. C’était là cet amour qui devait la bercer comme une musique et la caresser avec des douceurs de souffle! (151)

  • 2   Voir Seillan (1997).

23L’aventure se termine quelques heures plus tard, lorsqu’Ernestine riposte par un coup de serviette à Trudon qui l’attaque d’un baiser (171)2. À la fin de cette décevante journée, elle condamne sa tentative d’adultère en se libérant de la robe qu’elle a endossée ce jour-là, en reconnaissant que ce vêtement visait à séduire son amoureux:

Elle se hâta d’ôter la robe de grande cérémonie qu’elle avait revêtue le matin alors qu’elle pensait à être belle pour l’infamie et désirable pour le rendez-vous, puis elle la jeta sur un fauteuil avec un air dégoûté, comme si avec cette étoffe tombée elle arrachait définitivement de son corps tous les désirs criminels avec toutes les ambitions d’adultère. (334)

24Nous allons maintenant analyser les rapports entre Emma, la marchandise, la libido. Celle-ci nourrit un idéal sentimental où le luxe, l’élégance fusionnent avec les sentiments, l’érotisme: «Elle confondait, dans son désir, les sensualités du luxe avec les joies du cœur, l’élégance des habitudes et les délicatesses du sentiment» (Flaubert 1986: 119). On constate qu’amoureuse de Léon sans le savoir dans les premières années qu’elle passe à Yonville-l’Abbaye, elle lui offre un tapis de velours et de laine avec des feuillages sur fond pâle (Ibidem). Quelques mois après, alors qu’elle est profondément éprise de Rodolphe, elle ne cesse de multiplier les dépenses lorsqu’elle le reçoit:

Alors tout en faisant l’épouse et la vertueuse, elle s’enflammait à l’idée de cette tête dont les cheveux noirs se tournaient en une boucle vers le front hâlé, de cette taille à la fois si robuste et si élégante, de cet homme, enfin, qui possédait tant d’expérience dans la raison, tant d’emportement dans le désir! C’était pour lui qu’elle se limait les ongles avec un soin de ciseleur, et qu’il n’y avait jamais assez de cold-cream sur la peau, ni de patchouli dans ses mouchoirs. Elle se chargeait de bracelets, de bagues, de colliers. Quand il devait venir, elle emplissait de roses ses deux grands vases de verre bleu, et disposait son appartement et sa personne comme une courtisane qui attend un prince. (Ibidem)

25On trouve un bel exemple de consommation pour la libido. Emma se lance tellement dans les achats pour son amant qu’elle finit par susciter chez celui-ci des réactions négatives:

Outre la cravache à pommeau de vermeil, Rodolphe avait reçu un cachet avec cette devise: Amor nel Cor; de plus, une écharpe pour se faire un cache-nez, et enfin un porte-cigarette tout pareil à celui du vicomte, que Charles avait ramassé autrefois sur la route et qu’Emma conservait. Cependant ces cadeaux l’humiliaient. Il en refusa plusieurs: elle insista, et Rodolphe finit par obéir la trouvant tyrannique et trop envahissante. (158)

  • 3   Dans l’épisode de la Vaubyessard, on évoque la présence d’un porte-cigares appartenant au Vicomte (...)

26Une disproportion apparaît entre les cadeaux qu’offre Emma à Rodolphe et les résultats qu’elle obtient. Il semble qu’elle veuille offrir des cadeaux à tous ceux qui ont excité sa libido – et en particulier le vicomte avec qui elle valse à la Vaubyessard – d’où l’achat du porte-cigares / porte-cigarettes3. La consommation pour la libido atteint une dimension frénétique qui en modifie la nature en profondeur.

27Le binôme consommation / libido assume un nouvel aspect dans la liaison entre Emma et Léon. Examinons le passage qui suit:

Ils revinrent sur leurs pas pour s’embrasser encore; et ce fut là qu’elle fit la promesse de trouver bientôt, par n’importe quel moyen, l’occasion permanente de se voir en liberté, au moins une fois par semaine, Emma n’en doutait pas. Elle était, d’ailleurs, pleine d’espoir. Il allait lui venir de l’argent.
Aussi, elle acheta pour sa chambre une paire de rideaux jaunes à larges raies, dont M. Lheureux avait vanté le bon marché; elle rêva un tapis, et Lheureux, affirmant que «ce n’était pas la mer à boire» s’engagea poliment à lui en fournir un. Vingt fois dans la journée elle l’envoyait chercher, et aussitôt il plantait ses affaires, sans se permettre un murmure. (332)

28Emma éprouve un profond appétit sexuel face à Léon. Ne parvenant pas à le rassasier, elle parvient à trouver un exutoire à sa fringale érotique dans l’achat effréné d’articles de mode: dans cette agitation fébrile, dans cette exaltation violente, parvenir à posséder un objet, créer un lien entre le moi et ce qu’on achète assume la valeur d’une possession sexuelle, d’un accouplement. On peut alors parler de libido par la consommation. Ernestine révèle un instant le binôme consommation pour la libido. Emma unit celui-ci et le binôme libido par la consommation.

3. L’intendante / la consommatrice 

29En espérant recevoir de l’argent pour se lancer de nouveau dans des achats, Emma soulève la question financière.

30Celle-ci est également au centre de la pensée d’Ernestine. Nous savons qu’elle achète une robe en gaze de Chambéry dont le tissu est annoncé comme très avantageux par le catalogue des magasins Au Bon Marché (Céard 1970: 30). Nous savons également qu’elle brille dans l’art du retapage (34). En voici un nouvel exemple:

Et le tablier qu’elle mettait d’ordinaire par-dessus sa jupe retroussée, le tablier dont elle s’entourait des hanches aux pieds pour préserver des taches sa robe des dimanches, le grand tablier de cotonnade, était au raccommodage. Un charbon ardent, tombant dessus, l’avait brûlé sur une largeur de plusieurs centimètres, au beau milieu. Depuis trois jours elle peinait à le rafistoler. Son ambition étant de n’y pas coudre de pièce, elle appliquait tout son génie de ménagère à refaire la trame point par point, fil par fil, s’absorbait dans cette reprise héroïque qui lui fatiguait les yeux, exigeait toute son attention, des cotons de différentes couleurs, et l’emploi alternatif de trois aiguilles. (107)

31Au moment de quitter le restaurant, elle désire partager le coût du repas avec Trudon, pouvant compter sur l’argent qu’elle a accumulé:

D’une main elle relevait sa robe, de l’autre, dans sa poche, elle cherchait sincèrement son porte-monnaie, où le matin par prévision des aventures, elle avait inséré quarante francs, en deux pièces d’or, produit des économies réalisées en cachette de son mari, bénéfice personnel fait sur les dépenses communes du ménage, et qu’elle appelait de son nom enfantin: ma bourse. (278)

32Ernestine révèle des dons d’économie, de prévoyance, de gestion, «un instinct de bourgeoise économe» (168) qui en font une excellente intendante.

33On mesure la distance entre elle et Emma, quand on constate par exemple que celle-ci n’a jamais eu l’idée de faire fructifier son argent, comme le lui fait remarquer le notaire maître Guillaumin:

Mais, lorsqu’elle lui demanda mille écus, il serra les lèvres, puis il se déclara très peiné de n’avoir pas pu prendre la direction de sa fortune, car il y avait cent moyens fort commodes, même pour une dame, de faire valoir son argent. On aurait pu, soit dans les tourbières de Graumesnil ou dans les terrains du Havre, hasarder presque à coup sûr d’excellentes spéculations. (Flaubert 1986: 377)

34Emma est liée par sa naissance à un milieu campagnard, par les habitudes qu’elle a contractées après son mariage, à un type d’économie basée sur l’exploitation de la propriété foncière. Son père possède une ferme qu’il ne gère pas avec une grande habileté puisqu’il éprouve des difficultés à payer ses arrérages, nous apprend Héloïse Dubuc (77).

35Vu qu’il connaît des difficultés financières, il accepte d’accorder Emma à Charles, en pensant que «sans doute il ne chicanerait pas trop sur la dot» (83). Désireuse de satisfaire tous ses plaisirs, en se lançant dans une série de dépenses effrénées, Emma contribue par l’achat de ses toilettes à dilapider sa dot en deux ans (152); et ce avant de dissiper l’héritage qui provient de sa belle-mère (361). Ce gaspillage conduit à la saisie de son patrimoine par l’huissier, qui est poussé par Lheureux: «Cependant, à force d’acheter, de ne pas payer, d’emprunter, de souscrire des billets, puis de renouveler ces billets, qui s’enflaient à chaque échéance nouvelle, elle avait fini par préparer au sieur Lheureux un capital, qu’il attendait impatiemment pour ses spéculations» (367). Le marchand de nouveautés dresse le bilan final, en infligeant un jugement sans appel à Emma: «– Je vendrai encore… – Allons donc! fit-il en haussant les épaules, vous n’avez plus rien» (368).

36Emma par son insouciance face à la question de l’argent, par ses dépenses démesurées représente la femme consommatrice.

4. Et pour finir…

  • 4   Elle réapparaît sous la forme de l’indirect libre trois pages après (Céard 1970: 16). La citation (...)

37Ernestine semble incarner la sagesse qu’expriment deux vers de La Fontaine, que cite inexactement son mari dans le premier chapitre d’Une Belle Journée: «Deux précautions en valent mieux qu’une / Et le trop, en cela, ne fut jamais perdu» (Céard 1970: 13)4. Qui plus est, la différence qui apparaît dans le domaine de la gestion du budget familial entre Mme Duhamain et Mme Bovary rappelle le contraste entre la fourmi, qui «n’est pas prêteuse» et la cigale, qui, elle, est ‘emprunteuse’ («La cigale et la fourmi», I.1, in La Fontaine 1875: 25, vv. 15, 19).

Bibliographie

Céard H., 1970, Une Belle Journée, Genève, Slatkine Reprints.

Burns C.A., 1982, Henry Céard et le naturalisme, Birmingham, Goodman.

Flaubert G., 1986, Madame Bovary, B. Ajac (ed.), Paris, GF-Flammarion.

Frey G.W., 1987, Héloïse Dubuc. Une interprétation de «Madame Bovary» dans la perspective de l’histoire des mentalités, in A. de Toro (ed.), Gustave Flaubert: procédés narratifs et fondements épistémologiques, Tübingen, Narr: 71-102.

La Fontaine J. de, 1875,  Fables, C.A. Sainte-Beuve (ed.), Paris, Furne.

Seillan J.-M., 1997, Écriture et négativité dans «Une Belle Journée» d’Henry Céard, «Les cahiers naturalistes» 43.71: 221-235.

Notes

1   On relève également un autre passage significatif à ce sujet: «La campagne les [Ernestine et son mari] touchait à l’égal d’un bien personnel, et ils mettaient à supputer les dommages probables d’une catastrophe l’émotion d’un fermier et l’égoïste anxiété d’un propriétaire» (Céard 1970: 10).

2   Voir Seillan (1997).

3   Dans l’épisode de la Vaubyessard, on évoque la présence d’un porte-cigares appartenant au Vicomte (Flaubert 1986: 115, 117); dans l’épisode où apparaît Rodolphe, le porte-cigares a cédé sa place à un porte-cigarettes.

4   Elle réapparaît sous la forme de l’indirect libre trois pages après (Céard 1970: 16). La citation exacte est: «Deux sûretés en valent mieux qu’une» («Le loup, la chèvre et le chevreau», IV.15, in La Fontaine 1875: 111, vv. 28-29).

Auteur

Università degli Studi di Udine

Acheter

Volume papier

amazon.fr