Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

De l’art du ridicule: de la casquette de Charles Bovary aux coiffures de Hergé dans Tintin Au Congo

Silvio Ferrari

Texte intégral

  • 1   Hergé, Tintin au Congo, prépublié en noir et blanc du 5 juin 1930 au 18 juin 1931 dans les pages (...)

1Avant d’aborder la deuxième aventure de Tintin, Tintin au Congo1, et en particulier d’analyser les couvre-chefs, permettez-nous de faire un ample détour chez Flaubert d’abord, puis de plonger dans le Nouveau Larousse illustré: dictionnaire universel encyclopédique (1898-1905), et enfin de faire une petite étape dans le monde philatélique et précisément dans les émissions de timbres-poste du Congo-Belge dans les premières années du XXe siècle.

  • 2   «Il se fait que j’étais nourri des préjugés du milieu dans lequel je vivais […]. C’était en 1930. (...)

2Planche d’exception, les illustrations de Tintin sont toujours un fait exceptionnel depuis leur première sortie, de Tintin chez les soviets à Tintin et les Picaros en passant par Le temple du soleil. On pourrait sans hésitation les ranger parmi ces beaux morceaux choisis, ces passages d’anthologie; ceux-là même qui, ressassés de génération en génération, de classe en classe, finissent par constituer les sources premières, quelquefois même uniques, du monde littéraire et figuratif. Le morceau parfait qu’il convient de savoir, même par cœur, parce qu’il illustre le meilleur de la littérature et du dessin d’hier, d’aujourd’hui et peut-être de demain. La page exemplaire à laquelle on se conformera comme un point de référence incontournable. Elle fondera les bases de la société toujours identique à elle-même avec juste un zeste d’immanquable renouveau, bien assagi, qui tranquillisera les détenteurs du pouvoir. Et ceci, «dans le pur esprit paternaliste» dont parle Hergé lors d’une interview2.

3Une page littéraire, des pages de dessins reconnues par les tenants du pouvoir qui fonctionnent comme un marquage de la qualité d’un texte, qu’il est donc bon d’imiter ou de citer. Ces pages sont précisément une certitude d’écriture que l’on inscrit avec suffisamment de constance pour adhérer à un modus vivendi qui jouera le rôle d’un label rassurant.

4Et peu importe qu’à un moment donné, il y ait un dépassement des idées partagées par tous et aisément compréhensibles. Ce qui reste, la plupart du temps, ce n’est pas le bouleversement des représentations, c’est plutôt l’aspect de renforcement des assises et de reprise qui, dans certains cas, peuvent même faire sourire le lecteur alors que l’objectif visé par l’auteur était satirique ou parodique sinon révolutionnaire.

5Prenons la casquette: rien de plus banal, de plus ordinaire comme accessoire. Ce n’est qu’une «coiffure formée d’une coiffe souple ou rigide garnie d’une visière», lit-on dans le Nouveau Petit Robert (1993: s.v. casquette); l’entrée est suivie de quelques exemples: «casquette d’uniforme, casquette d’officier, d’agent de police (→ képi). “As-tu vu la casquette du père Bugeaud”, marche des Zouaves». Pourquoi introduire ce dernier exemple sinon dans un but parodique et de redondance péjorative? En effet, une des acceptions de l’entrée Zouave est: «Fam. Faire le Zouave, le malin, crâner: par ext. Faire le pitre, le guignol; perdre son temps».

6Revenons à notre casquette:

Casquette de jockey. Casquette à pont, que portaient les apaches [cette dernière est si fréquente qu’elle saute à l’esprit de tout un chacun!]. Casquette de sport en tweed, à carreaux […]. ◊ loc. fig. Avoir plusieurs casquettes. Plusieurs fonctions importantes, dans différents domaines ou entreprises. – Fam. En avoir sous la casquette: être intelligent. – En avoir ras la casquette. (Nouveau Petit Robert 1993: s.v. casquette)

7Il y aurait, entre autre, un dénigrement souterrain du terme qui le plonge dans un univers dévalorisant. Eh bien, chez certains auteurs, l’apparition de cet objet usuel est le signal d’un profond renouvellement formel et idéologique. Ce n’est plus un simple couvre-chef dérisoire et il dépasse le simple cliché ou stéréotype humoristique. Il signale alors un décalage avec l’époque de réception, il est à proprement parler une arme. Il est alors un aspect qui, tel un cheval de Troie, déforme la réalité reçue pour atteindre à la dénonciation du modèle ambiant.

8Fondant ainsi ses messages sur des concepts partagées par tous et aisément compréhensibles, l’auteur, écrivain ou artiste, dénature volontairement les idées reçues reconnues par le milieu environnant. Il s’agirait d’une forme d’autodérision faisant appel à un certain nombre de stéréotypes admis et formant le consensus en vigueur.

9Dans cette perspective, si nous analysons tant soit peu l’‘ouverture’ de Madame Bovary de Flaubert, une fois le vocable lancé, l’écrivain réaliste arrache la coiffe à son univers banalisé de simple pièce d’habillement pour le mettre dans un dispositif tout autre, c’est-à-dire idéologique. Il adopte, au lieu des catégories d’analyses générales, un vigoureux récit de construction de la casquette qui se pose en conflit avec la pure et simple description. Si ce concept de déstructuration descriptive fonctionne dans ce cas précis, il remplira son rôle pour n’importe quel autre aspect du roman. Cette méthode permettra de mettre en porte-à-faux les lois des notions acquises. Dans ces conditions, toute description devient une description achronique, une sorte de paradigme déstabilisateur. Il ne serait en aucun cas question de façonnage de la casquette où les termes utilisés relèveraient d’une technicité appropriée à son assemblage. Rien de tout cela, le passage contient, outre l’objectivité technique que l’on reconnaît traditionnellement à son auteur, aussi et surtout des subtilités stylistiques allant à l’encontre d’une position idéologique bien précise de la société de l’époque. On ne le redira jamais assez: il n’est pas seulement question de littérature ou d’art, on élabore un discours institutionnel en raison de la résistance des idées au pouvoir.

10Flaubert décide d’entamer, de façon irréversible, une critique en force des connaissances, ou prétendues telles, de son époque, qu’il poursuivra d’ailleurs avec Bouvard et Pécuchet, sans parvenir, semble-t-il, à ses fins. L’épisode de la casquette se situe dans une classe: lieu traditionnellement député à l’enseignement. Il décide de transformer l’événement anodin en un passage des plus ambitieux et des plus étranges du roman français. Montant en épingle les croyances pour en retenir les passages saugrenus, opposant les faits entre eux pour en faire filtrer la bêtise humaine, Flaubert assène un coup mortel à la société.

11L’invention de Flaubert est celle de dévoiler la bêtise de ses contemporains en saquant ce qui devrait illustrer la valeur de l’esprit humain: les sciences que les citoyens élaborent dès les premières classes. Par le truchement étrange d’une simple casquette, tout le niveau de technicité que l’on attribue à la société française de l’époque est mis à bas. Et même si le lecteur peut supputer les chances de reconstruction de la casquette de Charles par un chapelier d’hier comme d’aujourd’hui, il n’en reste pas moins que la scène stigmatise l’imbécillité humaine.

12Ce montage, une vraie grammaire de la casquette, laisse entendre l’effet d’un processus: tout civilisé, du moment que certaines règles sociales sont actives, se conforme à des étiquettes. Une casquette, un uniforme, une cravate – et le cas échéant on pourra même s’en passer, comme le prouvent certains capitaines d’industrie ou ministres – est implicitement le substitut d’une classe d’appartenance et le signe distinctif d’une classe sociale bien structurée. L’habillement joue le rôle d’une confirmation. Le phénomène éclaire d’une part les tenants du pouvoir, et les classes associées, cela ne faisant aucune différence, et d’autre part est une équation réversible; en effet, si au terme de la description de la casquette de Charles Bovary il ressort qu’il est un «imbécile», rien ne permet de supputer que la société à laquelle il appartient est tout aussi imbécile.

13Dès lors que la coiffe n’est pas sans danger pour les jeunes têtes et stigmatise les opinions reçues, c’est-à-dire les gens qui ne pensent pas et peut-être même ceux qui essayent de penser, il est bien possible que le Dictionnaire recèle, à son tour, des mentions multipliant le souci de connaissance inhérent à un groupe donné; poussant de la sorte le besoin ‘scientifique’ de recensement et de discernement des concepts et des objets qui n’a de cesse de cataloguer une réalité bien orientée.

14Le dictionnaire en tant que recueil d’unité signifiante de la langue, mais aussi de la culture et du savoir, collationne, par ailleurs, l’usage accrédité à une époque déterminée et par une communauté établie. Il véhicule un certain type de mentalité et de conjoncture y compris, et surtout, les analogies culturelles et les préjugés qui déterminent le consensus. Celui-ci s’impose aussi facilement que sournoisement. Sa particularité veut qu’il soit parfaitement assimilé à la culture au point qu’il est difficile sinon impossible à évincer alors même qu’il cumule des idées et des concepts relativement faux.

15À ce titre, il est intéressant de se pencher un instant sur un dictionnaire d’usage largement répandu en France et en Belgique à l’époque de la conception des planches de Tintin au Congo et qui, à l’instar des visites de Hergé au Musée colonial de Tervuren, aurait pu solliciter son imagination.

16Le Nouveau Larousse illustré: dictionnaire universel encyclopédique ne se limite pas à divulguer un savoir en mots mais s’accompagne aussi de nombreuses illustrations, plus précisément de gravures: pour le tome premier, par exemple, on a 4400 gravures – 80 tableaux – 60 cartes. L’image, comme il se doit, explicite, voire complète, le texte. On n’est pas trop surpris de voir un grand nombre de coiffes apparaissant tantôt pour embellir tel ou tel personnage célèbre – Aali-Pacha, Augereau duc de Castiglione ou le général Boulanger –, ou illustrant, en pleine page (32 cm) les armes – drapeaux – armées des pays classés par le dictionnaire, qu’il s’agisse de l’Allemagne, de la Belgique, de l’Espagne, des États-Unis ou de la France, le résultat est hors pair. Tout y est parfaitement détaillé: qu’il s’agisse de l’infanterie de ligne, de grenadiers, de trompette d’artillerie à cheval, de généraux (en grande tenue), d’officiers des lanciers pour tel ou tel pays, leurs coiffures sont minutieusement dessinées. Et il ne manque pas, comment pourrait-il en être autrement, le costume des académiciens avec leurs coiffures sous le directoire, sous la restauration, de nos jours (Nouveau Larousse illustré 1898-1905: s.v. costume).

17Leurs coiffures sont dessinées minutieusement jusqu’aux plus petits détails, puisque l’habit est partie intégrante de la fonction et par là des relations sociales. Il importe aux graveurs et surtout aux concepteurs du dictionnaire, de graver dans l’esprit de l’usager une tenue qui fonde une société. Ces dessins, en noir et blanc ou bien en couleur, fonctionnent comme une image d’Epinal: aussitôt qu’ils apparaissent, ils fixent comme un montage un type de comportement, un lien géographique, une idée historique. Dans ces œuvres encyclopédiques, à titre d’exemple, l’Arétin ne pourrait être coiffé et habillé différemment, ni Napoléon, ni les sultans ottomans, ni Bacon bien sûr. L’effet de redoublement expressif agit et se grave de même lorsqu’il s’agit d’illustrer une entrée comme: béret, bicorne, bonnet, casque, casquette ou chapeau. Alors explose dans toute son efficace l’écho qui joue à répéter plus fort. Il y en a pour tous les goûts «bicorne de général (1e République) de soldat, d’incroyable (Directoire), de Napoléon I, de maréchal (1e Empire), de général de division, de gendarme, de polytechnicien» (Nouveau Larousse illustré 1898-1905: s.v. bicorne). Rien n’est laissé au hasard; la société se fonde aussi sur ses apparences extérieures, sur l’éclat de son allure; il faut poser ou on n’existe pas.

18Un costumier, aussi bien qu’un particulier, pourrait à loisir y puiser les éléments d’une scénographie. Nul est censé d’ignorer quoi que ce soit d’un béret ou d’une casquette et, en cas de manquement, le dictionnaire le lui rappellera aussitôt.

19Tout un chacun finit par y trouver ou retrouver sa coiffe pour les jours de travail, de fête ou pour le carnaval. Cette redondance vestimentaire de la casquette ou du képi marque en quelque sorte un symbolisme de la couronne. Sa position au sommet de la tête lui confère une signification d’ordre supérieur: elle partage les valeurs de la tête, sommité du corps humain mais aussi ce qui transcende, ce qui vient d’en haut, qui est au-dessus du niveau commun. Sa forme, d’une merveilleuse variété, est promesse de tous les possibles et de tous les impossibles à l’instar de chez les dieux; tout est alors faisable. La couronne et son succédané, la casquette, unissent le concret et le métaphysique. Elle n’est alors autre que le symbole du pouvoir monarchique indiquant la perfection et la participation à la nature divine. Elle est une récompense d’un acte héroïque présumé, une assimilation à tel dieu ou à telle déesse. De fait, les statues des dieux sont souvent couronnées. La couronne de l’athlète victorieux dans les jeux et les combats du stade permet aussi de rapprocher ce sens dérivé. Il est dès lors facile d’assimiler le couvre-chef à une dignité, à un pouvoir éminent: il devient l’insigne du pouvoir, comme l’aigle l’était de l’Empire. De même, l’iconographie de certaines coiffes montre un rapprochement avec les cornes de certains animaux; nous avons alors le bicorne, rendu si célèbre par l’effigie de Napoléon. Il exprime l’idée d’élévation, de puissance qu’il avait chez les peuples anciens, Grecs aussi bien qu’Égyptiens. Enfin, elle porte en filigrane le pâle souvenir des mérites exceptionnelles; elle n’est plus alors que la manifestation d’un succès ou d’une dignité que les matériaux et les formes des coiffes s’accordent à amplifier; elle figure alors sur la tête ou à la main des empereurs, des rois, des généraux vainqueurs ou conquérants, des savants, des poètes aussi bien comme allégorie de la Victoire ou de la Guerre sur les tableaux des grands peintres.

20Mais, il n’y a pas seulement la casquette qui apparaisse surdéterminée et porteuse d’un sens appartenant bien plus à une société détentrice du pouvoir et conséquemment médiatrice du Nouveau Larousse illustré; de lemme en lemme on y lit une conception abusive de l’idéologie bourgeoise, grande et petite confondue, qui permet à maintes nations européennes de mettre la main sur tous les continents.

21À l’entrée du Dictionnaire consacrée au mot Afrique, on est pas peu surpris de lire que:

L’immense région […] est peuplée de nègres […]. Le monde noir africain est représenté au sud, à l’est et à l’ouest du lac Tchad, par les Soudaniens, les vrais nègres de l’antiquité classique. Ce sont des hommes robustes, de taille élevée, à peau si noire qu’elle offre parfois des reflets bleuâtres, à cheveux très crépus, avec un crâne haut et allongé, une face très projetées en avant, un nez fort épaté et des lèvres extrêmement volumineuses. (Nouveau Larousse illustré 1898-1905: t. 1, s.v. Afrique)

22Quelques colonnes plus bas, les Diolas, «les habitants du Niger et du haut Sénégal», sont «Grands forts, les nègres de ce type ont la peau luisante, avec des reflets d’un brun tirant un peu sur le chocolat». Et:

Au Congo, certains nègres du littoral ont le crâne court, tandis que les Batékés, les Boubanguis, les Bangalas, etc., ont en même temps le crâne très long, la face très haute et très projetée en avant. Les Béchuanas de l’intérieur et les Macouas de la côte orientale offrent, comme la plupart des nègres du Mozambique, un type tout à fait inférieur, avec un nez épaté, parfois plus large que long, des lèvres énormes et des mâchoires fort proéminentes. (Ibidem)

23On aurait tort de vouloir relativiser ces lignes en les attribuant à une mauvaise connaissance du continent africain ou à la volonté d’adhérer à la lettre au titre de l’œuvre et partant de vouloir illustrer l’entrée outre que par les images par les mots. Il reste un discrédit de fond pour tous ce qui n’est pas européen et donc civilisé. Et ce n’est pas non plus une interprétation pittoresque ou exotique, il s’agit au contraire bel et bien de cet esprit scientifique qui va sous l’étiquette de méthode positiviste qui sévit à l’époque.

24Et si par esprit de précision, le lecteur s’attarde à l’entrée nègre, il lira que par analogie c’est aussi une «Personne qui vit dans la misère et l’assujettissement: les pauvres sont les nègres de l’Europe (Chamfort)» (Nouveau Larousse illustré 1898-1905: s.v. nègre).

  • 3   L’écrivain y relate un voyage effectué de juillet 1925 à février 1926.
  • 4   Le célèbre reporter avait entrepris un voyage de quatre mois du Sénégal au Congo pour le «Petit P (...)

25Voilà quelques données pour le cadre d’ensemble appartenant à un passé récent empiétant largement sur le monde contemporain d’Hergé. À cette époque-là le Congo belge est encore une ‘création’ récente: à la conférence de Berlin (1884-85) Léopold II obtient la reconnaissance internationale de l’État Indépendant du Congo, dont il est le souverain de 1885 à 1908. Il offre le Congo à la Belgique dans son testament, en 1900. Il meurt le 17 décembre 1909, un an après l’annexion par la Belgique; le 23 décembre 1909 Albert I lui succède. En 1929, lorsque l’abbé Wallez suggère à Hergé d’illustrer une histoire ayant pour cadre le Congo, Albert I est encore sur le trône de Belgique et de sa colonie et rien alors semble dénoncer les abus du système colonial. Et pourtant, Gide avait déjà publié en 1927 son Voyage au Congo3 et Albert Londres en mars 1929 avec Terre d’ébène4 avait condamné avec force les excès de pratiques insensées.

  • 5   Philatélie: voir Catalogue Michel des timbres du Congo-Belge et Catalogue Yvert et Tellier. À tit (...)

26Il apparaît tout aussi intéressant, en terme de jonction, d’enquêter brièvement sur la représentation du Congo belge à travers les timbres-poste en circulation à l’époque de la gestation de Tintin au Congo. Dans les années 10 et 20 du XXe siècle, il est essentiellement question de timbres monochromes affichant des vues le long du fleuve Congo, de villages parsemés de huttes devant lesquelles campent des figures et des portraits d’indigènes de profil avec leurs coiffes caractéristiques ou bien encore des hommes et des femmes occupés à des travaux manuels. Une série donc, dont la date d’émission va de 1909 à 19295, s’inspirant plutôt à des vues ethnologiques et à des soucis d’ordre représentatif apparemment exempts d’arrière-pensées idéologiques. Des timbres somme toute répondant à une vision plus objective et mimétique des lieux; leur style, d’une exemplaire sécheresse, dépasse le réalisme photographique par sa mesure et son profil. Ce qui est moins le cas avec le timbre commémoratif consacré à l’explorateur Henry-Morton Stanley à qui Léopold II avait confié en 1878 la mission d’exploration au Congo en qualité d’agent politique: de fait un acte de reconnaissance, tout ce qu’il y a de plus politique. Comme cela sera le cas avec l’effigie du roi Albert I tirée le 7 mai 1934, c’est-à-dire quatre ans après la parution de la B.D. On y verra le portrait du roi habillé de son uniforme colonial blanc, coiffé du casque colonial réglementaire (serait-ce un hommage indirect à Tintin?), portant une écharpe en bandoulière et décoré d’une médaille et d’un collier. Tout ce qu’il y a de plus officiel, une véritable représentation classique de l’ordre établi. Rappelons que la figure de Tintin apparaissait dans l’album noir et blanc de 1931 la plupart du temps coiffée du casque colonial et était bien en vue sur la page de couverture. Images, celles du roi Albert I et de Tintin, bien différentes les unes des autres, mais qui me paraissent trouver leur unité dans la notion de signification fonctionnelle dont l’intérêt est de mettre sur le même plan représentation et pouvoir produit par les résidus irréductibles de la couronne.

27Le 16 janvier 1930, la régie belge des timbres-poste crée, pour le Congo-belge, une série consacrée à la Caritas. Il apparaît sur ces timbres, entre autre, une religieuse – portant sur sa coiffe traditionnelle un casque colonial – occupée dans des soins pédiatriques, une autre s’accompagnant d’une petite congolaise main dans la main, un dispensaire, un hôpital avec son aire pour les convalescents, une salle d’hôpital, des médecins belges et des étudiants infirmiers congolais. Il ressort de ce monde philatélique une préoccupation somme toute sincère d’aide, d’instruction et de dévouement que Hergé a reversée sur la figure de son missionnaire blanc. Il pose, ce père missionnaire, en sauveur d’une humanité dans l’enfance. C’était, tristement, la vision européenne pour ce continent ancestral perçu comme inabouti.

28Une fois établi que le casque colonial «réglementaire» est strictement réservé au blanc – à Tintin forcément, étant du ressort des grands champions, au père missionnaire comme personnage éminent et à quelques autres blancs doués d’un pouvoir analogue ou prétendu tel – il resterait à établir sa jonction parodique avec la couronne. Cette dernière apparaît sur la tête de Milou juché sur un trône improvisé placé à son tour sur un podium pour encore mieux signifier l’élévation. Sa posture royale est accentuée par un drap rouge que Hergé a placé sous ses pattes. Les loyaux pygmées qui l’y ont hissé et qui accueilleront Tintin en fanfare soulignent inexorablement les distinctions hiérarchiques qui s’imposent entre européens et indigènes. Milou en est par ailleurs bien conscient, puisqu’il accueille Tintin avec ces mots: «Approche, ô féal sujet» (Hergé 1946: 50).

29Auparavant, cette couronne nous l’avons déjà aperçue érigée de travers sur la tête du roi des Babaoro’m. Ce dernier, assis sur un trône, un gros anneau d’or à l’oreille, une pipe à la bouche, vêtu d’une collerette blanche autour du cou, une écharpe violette passée obliquement de l’épaule à la hanche d’où pend une épée, une peau de léopard autour des reins, des chaussures en verni noir revêtues de guêtres et un rouleau de pâtissier en main, et son «frère jumeau», le roi des m’Hatouvou qui, lui, fume le cigare, porte des caleçons rouges et des bottes brunes et a en laisse une tortue, sont bel et bien l’expression parodique du pouvoir, réduit ici à sa pure expression burlesque.

30Les coiffures des blancs, des noirs au service régulier des blancs – marins, menuisiers, ou milices portant un fez rouge – rivalisent en perfection avec le casque colonial de Tintin, c’est donc ailleurs qu’il faut chercher l’élément qui enclenche l’hilarité. Celle-ci se déchaînant essentiellement aux dépens des ‘nègres’. Déjà lorsque Tintin descend du navire qui l’a emmené en Afrique, alors qu’une foule en délire l’acclame et le porte en triomphe, s’amorce le contraste entre canon et excentricité. Sur le point d’abordage, la foule arbore des coiffes traditionnelles mais aussi des coiffures qui détonnent sur la tête des Africains, Borsalinos, chapeaux-melon ou de paille, invitant déjà au sourire. On y lit les premières traces d’anomalies. L’effritement chaotique se poursuit au fur et à mesure que l’on s’éloigne de la ‘civilisation’ et que l’on s’enfonce dans la savane et les régions sauvages, singes et crocodiles le prouvent à loisir. La jungle n’accueille pas seulement des bêtes sauvages mais aussi tout un monde benêt. En effet, «le lendemain matin» (Hergé 1946: 10), l’album nous introduit dans une réalité à peine descriptible, au beau milieu d’une prétendue jungle apparaît une voie ferrée parcourue par une locomotive à vapeur traînant des caissons occupés par des indigènes. Après un improbable déraillement provoqué par la voiture, «un excellent modèle transsaharien» (11), conduite par Tintin, les voyageurs noirs exhibent des coiffes encore plus improbables. C’est le triomphe du ridicule, devant un Tintin impeccable se dressent des figures farouches équipées de coiffures cocasses. On va de la casquette du golfeur du machiniste, au chapeau haut de forme éclaté et en accordéon, au joli chapeau de paille étriqué porté par un noir vêtu seulement d’un collet de chemise blanc amidonné d’où pend une cravate et des manchettes de chemise où l’on devine des boutons des manchettes, aux chapeaux européens trop petits, sans oublier la dame marchant pieds nus coiffée d’un chapeau cérémonie bleu ciel orné d’une grande plume jaune qui fait la paire à son manteau garni de fourrure. Des mises sardoniques, complétées, un peu plus tard, par une casquette visière rouge sur la tête du chef de gare, d’une dame portant une capeline à bord désaxé façon Chanel enveloppée dans un manteau bleu-violet rehaussé d’un col de renard sur chaussure à talon, et équipée d’une pochette dans une main gantée de blanc, le tout joliment encadré par des physionomies ou triomphent de grosses lèvres rouges, qui ravalent le monde colonial européen bien plus que rabaissent le monde africain. Tout un attirail vestimentaire européen, avec ces casquettes ouvertes comme des boîtes de conserve, ces feutres impeccables sur des corps mi-nus, ces casquettes de golfeurs en pleine brousse, qui voudraient encore une fois insulter et agresser un continent retenu comme une annexe secondaire des impératifs européens.

31À l’instar du couvre-chef composite du sorcier Muganga, une casserole posée de travers avec un manche en bois affublée d’un disque et d’un blaireau à barbe sur le côté, l’autorité ancestrale vole en éclats au cours de l’album. Et, de déconfiture en déconfiture, ce sorcier ignorant et ivrogne perdra son assurance au profit du dominateur Tintin et rejoindra son corps de base, c’est-à-dire sa casserole avec manche en bois posée de travers.

32Des défroques grotesques que notre dessinateur emprunte, avec son regard bien européen, à son entourage bon bourgeois. En effet, le défilé de l’armée des m’Hatouvou recense le meilleur des coiffures militaires européennes de l’époque. Les planches couleurs du Nouveau Larousse illustré relatent des mêmes bonnets à poil de grenadier, de tambour-major, des casquettes de la gendarmerie avec plumes et cordelettes, casques de pompier et autres fez d’ordonnances que l’on retrouve régulièrement sur les têtes martiales des noirs de l’album. Et, non des moindres, le képi colonial sur la tête d’un singe. Autant de contradictions cultivées consciencieusement dès le départ de l’aventure par Hergé, qui est obligé de faire rire et qui donc embrasse le ridicule comme garant de sa réussite. Sauf qu’ici le blanc et le ‘nègre’, deux portraits en rigoureuse opposition, finissent par s’harmoniser. Le lecteur perd pied et rit de l’incohérence de son armée sans trop le savoir; coiffures et bombardes éclatent toujours dans un esprit agresseur.

33Les idées conventionnelles parcourent l’album et définissent le stéréotype correspondant à l’image sociale partagée par un groupe défini qui ici trouve sa cohésion dans l’esprit colonial caractérisant ce moment historique. Tout ce qui est bon pour ses représentants devient le prototype à appliquer globalement. Et, peu importe que ses propriétés soient vraies ou fausses, l’important c’est qu’elles trouvent un consensus général et une identification rapide et qu’elles s’étendent à l’ensemble de la population européenne.

Bibliographie

Gide A., 1927, Voyage au Congo, Paris, Gallimard.

Hergé, 1946, Tintin au Congo, Tournai, Casterman.

Londres A., 1929, Terre d’ébène, Paris, Michel.

Nouveau Larousse illustré: dictionnaire universel encyclopédique, 1898-1905, 7 t., Paris Larousse.

Nouveau Petit Robert, 1993, Paris, Dictionnaire Le Robert.

Sadoul N., 1984, Entretiens avec Hergé, Tournai, Casterman (Bibliothèque de Moulinsart).

Notes

1   Hergé, Tintin au Congo, prépublié en noir et blanc du 5 juin 1930 au 18 juin 1931 dans les pages du «Petit Vingtième» supplément du journal «Le Vingtième siècle» à raison de 2 planches hebdomadaire soit 110 planches parues. La première édition de l’album noir et blanc paraît en 1931. La version couleur et actuelle de l’album est parue en 1946.

2   «Il se fait que j’étais nourri des préjugés du milieu dans lequel je vivais […]. C’était en 1930. Je ne connaissais de ce pays que ce que les gens en racontaient à l’époque “Les nègres sont des grands enfants, heureusement que nous sommes là! […] dans le pur esprit paternaliste”» (Sadoul 1984: 74).

3   L’écrivain y relate un voyage effectué de juillet 1925 à février 1926.

4   Le célèbre reporter avait entrepris un voyage de quatre mois du Sénégal au Congo pour le «Petit Parisien». Il s’insurge contre les méfaits de la colonisation responsable de l’exploitation abominable des Africains.

5   Philatélie: voir Catalogue Michel des timbres du Congo-Belge et Catalogue Yvert et Tellier. À titre d’exemple pour la série Peuples et vues du Congo: Michel BE-CD 130; Yvert et Tellier BE-CD 168.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search