Desktop versionMobile version

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

Isabelle Eberhardt entre déguisement, jeu d’identités et errance

Elisabetta Bevilacqua

Full text

1«Montrer son âme dans le vêtement» est, pour Isabelle Eberhardt, le principe inspirateur de sa vie intense et aventureuse: elle semble (re)trouver soi-même seulement sous ses habits masculins. S’il est certain que la tenue de cavalier arabe lui est nécessaire pour accéder aux lieux les plus impénétrables du Maghreb, il est tout aussi vrai que sa tendance au déguisement commence à se manifester bien avant son départ pour le nord de l’Afrique: toute jeune, quand elle est encore à Genève, elle aime se camoufler en garçon et porter le costume masculin. En expliquant son travestissement, elle l’attribue à l’éducation masculine qu’elle aurait reçue de son précepteur, ce qui l’amènerait à s’habiller en homme plutôt qu’en femme. De marin français à bédouin maghrébin, le pas est bref: à chaque fois, Isabelle Eberhardt invente une identité nouvelle.

  • 1   L’histoire de l’édition des récits et des nouvelles d’Isabelle Eberhardt mériterait qu’on y consa (...)

2Dans une lettre du 27 avril 1903, adressée à un quotidien de la région bordelaise (la «Petite Gironde»), Isabelle Eberhardt trace son portrait autobiographique. À propos de son déguisement masculin, elle tient à préciser: «Mon père étant mort peu après ma naissance, à Genève, où il habitait, ma mère demeura dans cette ville avec mon vieux grand’oncle qui m’éleva absolument en garçon, ce qui explique comment, depuis de longues années, je porte le costume masculin» (1986: 8). Le grand’oncle auquel elle fait référence ici est, en réalité, le précepteur Alexandre Trophimowsky qui lui a donné une éducation empruntée aux principes libertaires. Née à Genève le 17 février 1877, d’origine russe, Isabelle Eberhardt n’a jamais connu son père, dont elle ne porte même pas le patronyme: Eberhardt est en effet le nom de sa mère, veuve de Carlowitch de Moerder. Isabelle part pour l’Algérie avec elle en 1897 et elles s’installent à Annaba (Bône pendant la colonisation française), mais sa mère meurt peu après et elle reste toute seule au Maghreb. Elle y vivra pendant plusieurs années, en voyageant d’une part à l’autre de l’Afrique du Nord, avec quelques retours sporadiques en Europe. En 1900 elle rencontre le maréchal arabe Slimène Ehnni, avec lequel elle se marie. Tout au long de ses voyages, elle travaille en tant que journaliste pour des quotidiens locaux et elle se consacre à l’écriture de plusieurs récits de fiction et autobiographiques, y compris un roman. Elle meurt soudainement en 1904, emportée par la crue d’un oued à Aïn Sefra, en laissant derrière soi nombre de manuscrits qui seront récupérés par les militaires du général Lyautey et ensuite envoyés au journaliste Victor Barrucand1 pour la publication.

  • 2Trimardeur est le seul roman d’Isabelle Eberhardt. Resté inachevé à cause de la mort soudaine de (...)

3Le jeu d’identités mené par Isabelle Eberhardt pendant toute sa vie ne se manifeste pas uniquement au niveau vestimentaire, mais aussi au niveau littéraire. Ses articles et ses récits de voyage, publiés notamment dans la presse algérienne de l’époque, sont souvent signés avec le nom de Mahmoud Saadi, son alter-ego principal pendant le séjour au Maghreb. Son assimilation à cet homme fictif lui permet de se déplacer librement, de découvrir de l’intérieur des espaces sinon interdits, d’écrire sans censure et d’être publiée plus facilement. Mais derrière son déguisement il y a quelque chose de plus, voire la recherche et l’identification avec un personnage, celui du Vagabond, dans lequel elle se reconnaît entièrement jusqu’à se fondre avec lui. Sa soif de liberté, son intérêt pour la découverte des autres, son aspiration à l’ailleurs peuvent se réaliser seulement de cette manière. Le protagoniste de son roman inachevé, Trimardeur2, n’est que l’équivalent littéraire d’Isabelle: Dmitri Orschanow, hanté par le désir d’errance, mène une vie de nomade à la recherche de terres inconnues, et il trouve son apaisement dans le vagabondage perpétuel auquel il se livre. Par l’histoire de ce flâneur singulier, l’écrivaine parvient par ailleurs à rapprocher le pays de ses origines, la Russie jamais connue mais souvent évoquée, à l’Algérie, pays d’élection qu’elle a choisi pour toujours.

4On va alors découvrir le parcours d’Isabelle Eberhardt, qui a su si habilement se défaire de ses habits pour en assumer d’autres, à la recherche de sa vraie réalisation, pour montrer son véritable âme. «Être soi-même, aussi bien dans ses écrits que dans ses actes, au mépris des modes littéraires et des préjugés de son temps, c’est ce qu’Isabelle Eberhardt a tenté de réaliser au cours de sa brève existence» (Eberhardt 1986: 7) remarquent Marie-Odile Delacour et Jean-René Huleu, qui ont réédité ses nouvelles au début des années 80. Une tentative bien réussie – pourrait-on ajouter.

5Derrière son burnous blanc de nomade et son turban, Mahmoud Saadi, le taleb tunisien qui se déplace de zaouïa en zaouïa pour s’instruire, ou le cavalier arabe qui voyage d’un côté à l’autre du Maghreb, parvient à tromper tout le monde: personne ne doute qu’il s’agisse d’une femme. L’identification d’Isabelle avec ce personnage de fiction, qui est en même temps tout à fait réel, est telle que son déguisement passe complétement inaperçu, en lui permettant de pénétrer là où d’autres voyageurs européens n’auraient jamais pu arriver. Dans la cour d’une redoute de Béchar, dans la région du Sud Oranais, elle réfléchit sur sa condition privilégiée:

  • 3   Il s’agit du premier texte publié par Barrucand après la mort d’Isabelle. Tiré de ses derniers ma (...)

Parmi ces braves gens je n’ai pas de gêne. Je suis entrée chez eux et je me suis assise dans un coin de la cour. Ils ne m’ont même pas remarquée. Il n’y a rien de remarquable en moi. Je puis passer partout inaperçue. Excellente position pour bien voir. Si les femmes ne sont pas de grandes observatrices, c’est que leur costume attire les regards; elles ont toujours été faites pour être regardées et n’en souffrent pas encore. Ce sentiment me paraît, à la longue, trop flatteur pour les hommes. (Eberhardt-Barrucand 1921: 47)3

  • 4   Par ce terme, Isabelle Eberhardt se réfère aux cavaliers du Makhzen. «En Algérie, corps de cavale (...)

6Grâce à cette position favorable, Isabelle passe inaperçue dans les mosquées, dans le désert, parmi les légionnaires et les mokhazni4, chez les indigènes… Son habillement lui permet même de se rapprocher de la confrérie sufi de la Qadriya et d’y faire son initiation religieuse: animée par un véritable élan spirituel, elle trouve dans la doctrine sufiste la réponse mystique qu’elle cherchait. Il est intéressant de souligner que l’une des trois étymologies du mot soufi ramène au mot arabe souf qui signifie ‘laine’: les ascètes des premiers siècles qui vivaient dans le désert étaient vêtus d’une longue tunique en laine épaisse. À la suite de son adhésion à la Qadriya, le déguisement d’Isabelle s’enrichit de quelques nouveaux éléments. Dans une lettre adressée à son frère Augustin, elle décrit dans les détails sa tenue: «Parmi les cavaliers, tu en verrais un […]. Le cavalier, vêtu de gandouras et de burnous blancs, d’un haut turban blanc à voile, portant à son cou le chapelet noir des Kadria, la main droite bandée avec un mouchoir rouge pour mieux tenir les brides, ce sera Mahmoud Saadi» (Eberhard 2002: 175). Gandouras, burnous, turban, chapelet de la confrérie, mais aussi tunique de haïck, fez, chéchia, bottes rouges… Mahmoud Saadi aime changer de costume, en s’adaptant aux traditions vestimentaires des lieux qu’il visite. Il (on s’exprimera de cette manière en se référant à ce personnage fictif) passe ainsi de la tenue tunisienne à celle du sud algérien jusqu’aux vêtements marocains. Après avoir traversé la frontière entre l’Algérie (‘terre française’) et le Maroc, il doit se préparer à une nouvelle transformation. Pour sortir de la zaouïa marocaine où il s’est retiré pendant une semaine, il faut qu’il change d’habit. Sidi Brahim, le marabout de l’établissement religieux, lui explique la raison:

Si Mahmoud, mon enfant, ne conçois aucune amère pensée! si tu veux sortir, qu’à cela ne tienne… Mais alors, il te faut changer de costume. Tu sais que celui des Algériens que tu portes est mal vu ici. […]
… Et voilà que maintenant, pour sortir, je me suis transformée en Marocain, quittant le lourd harnachement des cavaliers algériens pour la légère «djellaba» blanche, les savates jaunes qu’on chausse sur les pieds nus, et le petit turban blanc sans voile, roulé en auréole autour d’une chéchiya.
C’est plus léger, plus frais, mais je songe avec épouvante au terrible soleil du milieu du jour, et je me demande si cette coiffure, presque transparente, sera bien suffisante à me protéger. (Eberhardt-Barrucand 1921: 68-69)

7Isabelle s’inquiète donc pour la transparence que la nouvelle coiffure implique, car celle-ci pourrait l’exposer aux rayons trop forts du soleil, mais aussi au risque d’être démasquée. Elle aime toutefois le danger, et cette nouvelle mutation n’est qu’une occasion de plus pour changer de peau. Au lieu de rester enfermée dans la zaouïa sans pouvoir découvrir ce qu’il y a ailleurs, elle accepte la transformation qui lui permet d’être bien accueillie au Maroc et de se soustraire ainsi à l’intolérance des Marocains envers les Algériens. C’est d’ailleurs Isabelle qui, dans l’un des moments les plus intimes de ses écrits, avoue sa conscience du péril:

J’ai marché à la découverte. Je sais bien que cette manière de vivre est dangereuse, mais le moment du danger est aussi le moment de l’espérance. […] Bien des fois, sur les routes de ma vie errante, je me suis demandé où j’allais et j’ai fini par comprendre, parmi les gens du peuple et chez les nomades, que je remontais aux sources de la vie, que j’accomplissais un voyage dans les profondeurs de l’humanité. (48)

8Il faut entre autres remarquer que, dans les extraits ici présentés, Isabelle se réfère à elle-même surtout au féminin, alors que dans d’autres cas elle choisit le masculin. Dans une étude consacrée à l’oscillation du genre dans l’écriture d’Eberhardt, Christiane Chaulet Achour (2012: 9-29) a expliqué cette alternance sur la base des récits dont il s’agit et selon les intentions de l’écrivaine: dans les moments les plus intimes, là où Isabelle se confie ouvertement, elle choisit le féminin, tandis qu’ailleurs, comme dans les articles rédigés pour la presse, elle préfère se définir au masculin. Chaulet Achour a également préféré parler de redoublement et/ou superposition d’identités, au lieu du déguisement. Elle soutient l’idée de la superposition du masculin au féminin, en trouvant par exemple qu’«en adoptant un mode de vie masculin, sans renier son rôle féminin amoureux, en le faisant dans une autre culture, Isabelle Eberhardt a véritablement franchi des frontières dans le contexte de son époque» (29). L’intérêt de l’écrivaine pour la question féminine, qui occupe une place importante à l’intérieur de sa production et sur lequel on reviendra, montre en effet que, même derrière son déguisement identitaire, elle garde sa sensibilité de femme. Son désir d’identification avec une figure masculine qui incarnerait son vraie âme ne lui empêche pas de préserver son côté féminin. Elle n’a jamais voulu se défaire de sa féminité, même pas dans sa vie personnelle, comme le démontre son mariage avec le maréchal arabe M. Slimane Ehnni.

  • 5   Richard Francis Burton (Torquay, 1821 - Trieste, 1890), explorateur et traducteur britannique.

9Isabelle a dépassé les limites de son époque sous plusieurs aspects: elle ne s’est pas limitée à adopter une tenue masculine pour voyager au nord de l’Afrique, mais elle s’est véritablement rapprochée des sociétés qu’elle découvrait tout au long de son parcours. Mais il y a plus: dans sa production littéraire, elle a gardé une certaine originalité par rapport aux clichés orientalistes de l’époque. En ce qui concerne le premier aspect, il suffit de penser aux différences entre Isabelle et d’autres voyageuses et voyageurs qui ont eu recours au déguisement pour leurs explorations exotiques. Si l’on prend par exemple le cas de Richard Francis Burton, la comparaison se fait intéressante. Burton5, explorateur anglais au caractère aventureux et combatif, parvient à se faire oriental et à pénétrer dans les lieux sacrés de l’Islam: grâce à un déguisement parfait, résultat d’un dur travail, il se transforme en pèlerin musulman et il peut ainsi se rendre à La Mecque et à Médine. Comme Isabelle, il maîtrise bien la langue arabe et, comme elle, il passe inaperçu parmi les autochtones. Sa dissimulation si bien réalisée est le produit d’une étude très attentive que Burton a menée auprès des civilisations rencontrées et qui lui a permis d’en assimiler les caractéristiques vestimentaires et les comportements sociaux. Edward W. Saïd, qui a étudié le personnage de Burton dans son célèbre Orientalism (1978), a souligné la capacité du voyageur anglais de se détacher de son origine européenne pour s’emparer d’un système d’informations et de conduites autres. Cette attitude n’est pas très différente de celle d’Eberhardt, mais ce qui change profondément entre les deux concerne l’intention et la raison du voyage, donc l’origine même du déguisement. Selon les catégories intentionnelles de voyageurs/écrivains du XIXe siècle individuées par Saïd, Burton fait partie du groupe d’écrivains qui voyagent en Orient dans le but précis de fournir des matériaux à l’orientalisme professionnel, mais il le fait sans trop sacrifier son style et sa conscience personnels. Le propos de Burton est donc celui de s’aventurer, déguisé en oriental, dans des terres inconnues pour des raisons professionnelles, alors que pour Isabelle le séjour au Maghreb est une nécessité intime qui répond à son aspiration à l’errance. Voilà pourquoi elle se différencie nettement par rapport à son homologue masculin, malgré la similitude de choix entre les deux.

10La comparaison avec Burton pose la question du rapport d’Isabelle Eberhardt avec les tendances orientalistes de l’époque. Elle n’est pas intéressée à rédiger une œuvre destinée à enrichir le domaine des publications scientifiques orientalistes, à la différence de la plupart des écrivains anglais. Mais elle ne cherche pas non plus une réalité exotique et fascinante qui puisse répondre à ses mythes personnels et qui l’amènerait à se créer un Orient imaginé et imaginaire, contrairement à plusieurs auteurs français du XIXe siècle (Lamartine et Chateaubriand pour n’en citer que deux). Son œuvre se caractérise par son originalité par rapport aux clichés orientalistes et par le bon niveau de son témoignage – les critiques se trouvent d’accord sur ce point –, même si Isabelle reste toujours une femme de son époque. Elle consacre par exemple l’une de ses premières nouvelles, Vision du Maghreb, à Pierre Loti, «l’auteur exquis du Roman d’un Spahi et d’Aziyadé» (Eberhardt 1990a: 28). Écrite quand elle était encore à Genève, la nouvelle se ressent du style exotique de l’auteur duquel elle s’inspire, bien qu’il y ait plusieurs éléments authentiques provenant de son frère Augustin, engagé en Algérie dans la Légion. Quant à certains préjugés racistes, la mentalité d’Eberhardt n’en est pas complétement exempte: dans ses récits de voyage, elle se laisse aller à des avis très lourds concernant les esclaves noirs qu’elle rencontre à Kenadsa. Elle se trouve par exemple à affirmer que «l’impression inquiétante et répulsive que produisent sur moi les nègres provient presque uniquement de la singulière mobilité de leur visage aux yeux fuyants, aux traits tiraillés sans cesse par des tics et des grimaces» (Eberhardt-Barrucand 1921: 63) ou, encore, «c’est une impression invincible de non-humanité, de non parenté animale que j’éprouve puérilement, tout d’abord, en face de mes frères les noirs» (Ibidem). Malgré tout, son regard n’est pas si dépourvu de stéréotypes et d’idées reçues. Il est toutefois vrai que son œuvre se distingue du panorama orientaliste de l’époque, tout comme son expérience personnelle et les raisons de son déguisement. C’est peut-être pour cela que Saïd a négligé la figure d’Isabelle Eberhardt, même si l’absence totale de références aux femmes-voyageuses reste difficile à expliquer. Toutes ses analyses à l’intérieur d’Orientalism se déclinent en effet au masculin, sans prendre en compte les cas, pourtant nombreux, des femmes européennes en voyage.

11Anti-conventionnelle et atypique, mais toujours dans le cadre de son époque, Isabelle Eberhardt l’a été dans sa rupture avec les conventions sociales, dans son courage de suivre le chemin de la liberté et de l’errance, dans son désir de (re)trouver soi-même sous d’autres habits. Et en ce qui concerne sa position par rapport à la colonisation, qui a fait beaucoup discuter les critiques, elle a souvent affirmé n’avoir joué aucun rôle politique, ni en faveur de la France ni de l’Algérie. Elle a revendiqué son rôle de journaliste, derrière lequel se cache quelque chose de plus: son aspiration constante à l’ailleurs et à l’inconnu. Cette aspiration, elle l’a réclamée non seulement pour elle-même, mais aussi pour les autres femmes de son époque. L’attention qu’elle prête à celles-ci à l’intérieur de son œuvre est remarquable pour deux raisons: tout d’abord parce qu’elle manifeste une sensibilité féminine ante litteram, ce qui a souvent poussé la critique à faire d’elle une féministe; deuxièmement à cause du fait qu’elle consacre plusieurs parties de ses récits à l’évocation des vêtements féminins, qui ont toujours retenu son intérêt et sur lesquels il vaut la peine de s’arrêter vu le sujet au cœur de ce volume.

12Dans les chroniques qui font partie du recueil Dans l’ombre chaude de l’Islam (1906), l’écrivaine livre des descriptions très détaillées non seulement de ses tenues mais aussi de celles des gens qu’elle rencontre tout au long de son cheminement, et des femmes en particulier: les costumes des musiciens de l’ouest algérien, des nomades, des Espagnols, des Juifs, des femmes sahariennes… Elle souligne, par exemple, la différence d’habillement entre les femmes juives d’Alger et les gitanes du désert, en consacrant à ces dernières une partie spécifique de son reportage personnel. Derrière leurs voiles bleus, leur élégance se montre dans ce qu’Isabelle appelle «l’art de porter les haillons» (Eberhardt-Barrucand 1921: 163), en contre-tendance par rapport aux habitudes vestimentaires des Juives de la capitale, qui ont choisi de suivre la mode française:

Qu’une femme avec des bijoux, du clinquant, des rubans, des apprêts de coiffure, des coupes de vêtements, des afféteries, des parfums violents, toute la science de la couturière, puisse avoir l’air d’un paquet de chiffons, c’est ce que montrent la plupart des juives d’Alger, qui ont renoncé à leur costume traditionnel pour s’habiller à la française. Au contraire, sous les loques de laine dont elles se drapent, les femmes des nomades pillards ont une brusquerie d’allure qui ne manque pas d’analogie avec certaines allures sportives. […] Les misérables étoffes dont elles voilent leur nudité semblent faire corps avec leur architecture de bronze. (163-164)

13L’intérêt qu’Isabelle adresse aux femmes n’est pas exclusivement vestimentaire, mais il dépasse les considérations esthétiques. Elle dresse un portrait critique des femmes de son époque, responsables d’être trop liées au goût de l’artificiel et de satisfaire ainsi les attentes des hommes. Étrange reproche, si l’on considère que la remarque provient d’une femme qui a fondé son jeu d’identités sur l’artifice du déguisement. Mais chez Eberhardt il s’agit d’un artifice tout à fait différent, qui répond à d’autres raisons et qui présente, bien évidemment, d’autres manifestations. Sa conscience du rôle de la femme et du chemin que celle-ci devrait entreprendre pour le changer reste encore aujourd’hui surprenante. En 1904, dans le reportage de ses voyages entre l’Algérie et le Maroc, Isabelle écrit: «quand la femme deviendra la camarade de l’homme, quand elle cessera d’être un joujou, elle commencera une autre existence. En attendant, on les a instruites à ne respirer qu’en mesure et sur un thème de valse» (109-110) ou, encore, «la femme, elle, sera ce qu’elle voudra, mais il ne m’est pas démontré que les hommes soient désireux de la modifier autrement que dans les limites de la mode. Une esclave ou une idole, voilà ce qu’ils peuvent aimer – jamais une égale» (Ibidem). Elle n’épargne même pas la critique à la société parisienne, où «le féminisme verbal des journaux m’était encore moins sympathique que les coquetteries de l’instinct» (110-111).

  • 6   Femmes de la tribu Ouled Naïl du Sud algérien. Elles ont beaucoup inspiré les peintres orientalis (...)

14Si les positions exprimées par Isabelle à l’égard des femmes sont sans aucun doute à l’avant-garde, son regard envers les Maghrébines masque pourtant quelques clichés. À ses yeux, les femmes arabes sont encore plus subordonnées que les autres: cloîtrées et voilées, elles ne peuvent pas échapper à leur sort sinon par le refus total des institutions familiales et par le choix d’une vie errante. Les femmes qu’elle fréquente tout au long de ses voyages sont des ‘danseuses’, les Ouled Naïls en particulier6, son costume masculin ne lui permettant pas de se rapprocher des autres filles arabes. C’est le seul cas dans lequel sa tenue d’homme constitue pour elle une limitation, les femmes ne croyant pas qu’elle soit déguisée.

15Dans son œuvre de fiction, qui s’inspire toujours de sa vie réelle et des gens qu’elle rencontre, Eberhardt met souvent en scène le destin malheureux des femmes qui ont osé choisir la liberté et qui ont ensuite fini par se prostituer. Il s’agit d’histoires mélodramatiques, où Eberhardt aime s’arrêter sur les descriptions de ses héroïnes par des portraits qui ont la même saveur que ses reportages journalistiques. Dans la nouvelle Yasmina on trouve, par exemple, une opposition d’images disparates concernant la protagoniste, dont les différentes tenues correspondent aux bouleversements de sa vie. Yasmina, toute jeune et encore attachée à sa famille, apparaît au début «svelte et fine, sous ses haillons bleus» (Eberhardt 1990a: 97), avec deux lourds anneaux de fer aux oreilles et la croix berbère au milieu du front. Lors de son mariage traditionnel, voulu par ses parents, elle est «vêtue de plusieurs chemises en mousseline blanche à longues et larges manches pagode, d’un kaftan de velours bleu galonné d’or, d’une gandoura de soie rose, coiffée d’une petite chéchia pointue, cerise et verte, parée de bijoux d’or et d’argent» (109-110). Après sa décision de tout quitter et de ne pas retourner à sa tribu, elle se rapproche des ‘chanteuses’ du Village-Noir, qui présentent un tout autre habillement, sauf que pour quelques détails:

Les chanteuses étaient accroupies là. Il y en avait sept […]. La dernière, originaire du Kef, portait le costume des danseuses de Tunis, vêtues à la mode d’Égypte: large pantalon blanc, petite veste en soie de couleur et les cheveux flottants, noués seulement par un large ruban rouge. Elle était chaussée de petits souliers de satin blanc, sans quartier, à talon très hauts.
Toutes avaient des bijoux en or et de lourds anneaux passés dans les oreilles. Cependant, la Bédouine et la négresse portaient le costume saharien, une sorte d’ample voile bleu sombre, agrafé sur les épaules et formant tunique. Sur leur tête, elles portaient une coiffure compliquée composée de grosses tresses en laine rouge tordues avec les cheveux sur les tempes, des mouchoirs superposés, des bijoux attachés par des chaînettes. (112-113)

  • 7Mektoub signifie littéralement ‘ce qui est écrit’. Chez les musulmans, le terme indique ce qui es (...)

16Yasmina, elle, était «enveloppée dans sa résignation et dans son rêve» (113), le rêve de revoir son amoureux français qui, après une brève relation, l’avait quittée pour toujours. Vêtues d’or et de fatalisme, ces jeunes femmes sont résignées à leur destin, à la parole du Mektoub7 tout puissant qui gouverne leurs vies et qui, malgré leur choix de liberté, les a condamnées à une nouvelle oppression. Cette acceptation inconditionnée du Mektoub est ce qu’Isabelle reproche le plus aux femmes arabes et qui revient à plusieurs reprises dans les portraits féminins de son œuvre de fiction et dans ses récits de voyage. Contrairement à ces femmes, elle est libre de choisir son destin et de l’habiller selon ses aspirations les plus profondes.

17Seule et avide de vie errante – comme elle-même aimait se définir –, Isabelle est parvenue à réaliser son ambition par son identification totale à un personnage masculin, Mahmoud Saadi, au nom duquel elle a pu expérimenter la vie aventureuse qu’elle souhaitait. Mahmoud Saadi devient aussi une identité littéraire, tout comme les personnages masculins de ses récits ne représentent qu’une transposition littéraire d’Isabelle elle-même. Dans la nouvelle La Rivale, écrite quelques mois avant sa mort, Eberhardt se cache derrière son protagoniste, le Vagabond, celui qui choisit la route à tout prix, en sacrifiant même l’amour:

Son désir ancien de la vieille maîtresse tyrannique, ivre de soleil, le reprenait.
De nouveau, il était à elle, de toutes les fibres de son être.
Une dernière fois, en se levant, il jeta un long regard à la route: il s’était promis à elle. (Eberhardt 1900a: 377)

18Isabelle, comme le Vagabond, s’est promise à la route et son travestissement lui est nécessaire pour accomplir cette identification. «Au-delà du souci des contingences sociales – souligne Brigitte Riera – son travestissement répondrait […] à un profond besoin d’errance car, en changeant de lieu et d’identité, elle peut être elle-même, fut-ce par bribes, dans les vides et les silences de la vie, sans l’angoisse et la culpabilité qui resurgissent dans la vie sédentaire» (2010: 18).

19«Montrer son âme dans le vêtement» pour être soi-même: voilà ce qu’Isabelle Eberhardt a été, au-delà du personnage légendaire qu’on a fait d’elle et que les critiques ont souvent contribué à habiller et à déguiser à leur manière, entre orientalisme et féminisme.

Bibliography

Corpus

Eberhardt I.-Barrucand V., 1921, Dans l’ombre chaude de l’Islam, Paris, Fasquelle.

Eberhardt I., 1986, Yasmina… et autres nouvelles algériennes, M.-O. Delacour-J.-R. Huleu (eds.), Paris, Liana Levi.

—, 1989, Écrits sur le sable, Œuvres complètes I, M.-O. Delacour-J.-R. Huleu (eds.), Paris, Bernard Grasset.

—, 1990a, Écrits sur le sable, Œuvres complètes II, M.-O. Delacour-J.-R. Huleu (eds.), Paris, Bernard Grasset.

—, 1990b, Rakhil: roman inédit, D. Masse (ed.), Paris, La Boîte à Documents.

—, 2002, Journaliers, M.-O. Delacour-J.-R. Huleu (eds.), Paris, Losfeld.

Œuvres critiques

Barstad G.E., 2002, Isabelle Eberhardt ou l’invention de soi, «Romansk Forum» 16.2: 265-269.

Ben Mahmoud F.-Brun M., 2009, L’Algérie au temps des Français. Un siècle d’images (1850-1950), Paris, Place des Victoires.

Bourcillier P., 2012, Isabelle Eberhardt. Une femme en route vers l’islam, Wuppertal, Flyng.

Brilli A., 2009, Il viaggio in Oriente, Bologna, il Mulino.

Charles-Roux E., 1995, Nomade j’étais: les années africaines d’Isabelle Eberhardt, 1899-1904, Paris, Grasset.

Chaulet Achour C., 2012, Écritures algériennes. La règle du genre, Paris, L’Harmattan.

Gilzmer M., Écriture autobiographique d’Isabelle Eberhardt: au-delà des cultures et des genres, in S. Gehrmann-C. Gronemann (eds.), Les enJEux de l’autobiographique dans les littératures de langue française, Paris, L’Harmattan: 227-243.

Laurent F., 2008, Le voyage en Algérie. Anthologie de voyageurs français dans l’Algérie coloniale – 1830-1930, Paris, Laffont.

Riera B., 2008, Journaliers d’Isabelle Eberhardt, Paris, L’Harmattan.

—, 2010, Isabelle Eberhardt, pionnière et singulière, in C. Chaulet Achour (ed.), Itinéraires intellectuels entre la France et les rives sud de la Méditerranée, Paris, Khartala: 11-24.

Saïd E.W., 1978, Orientalism, New York, Pantheon Books.

TLFiTrésor de la langue française informatisé, en ligne: http://atilf.atilf.fr.

Notes

1   L’histoire de l’édition des récits et des nouvelles d’Isabelle Eberhardt mériterait qu’on y consacre une étude spécifique: la plupart de son œuvre en volume a été publiée posthume, non sans altérations de la part de ses éditeurs, notamment en ce qui concerne son ami Victor Barrucand, directeur de l’Akhbar, journal pour lequel Eberhardt écrivait ses articles.

2Trimardeur est le seul roman d’Isabelle Eberhardt. Resté inachevé à cause de la mort soudaine de l’écrivaine, c’est un ouvrage auquel elle a travaillé tout au long de sa courte vie, de Genève à Aïn Sefra. L’histoire de l’édition de ce texte a été retracée par Marie-Odile Delacour et Jean-René Huleu dans la note qui suit le roman (Eberhardt 1990a). Eberhardt s’était aussi engagée dans l’écriture d’un autre roman, Rakhil, qu’elle a ensuite abandonné et dont il reste deux versions présentées par Danièle Masse (1990b).

3   Il s’agit du premier texte publié par Barrucand après la mort d’Isabelle. Tiré de ses derniers manuscrits, retrouvés dans la boue d’Aïn Sefra par Hubert Lyautey, le livre a été en partie corrigé par Barrucand qui a aussi voulu ajouter son nom en tant qu’auteur.

4   Par ce terme, Isabelle Eberhardt se réfère aux cavaliers du Makhzen. «En Algérie, corps de cavalerie formé par les cavaliers de certaines tribus algériennes qui, moyennant divers privilèges, devaient aux deys un service militaire spécial et qui, au fur et à mesure de la conquête, se mirent au service de la France». Cf. TLFi (s.v. makhzen, maghzen).

5   Richard Francis Burton (Torquay, 1821 - Trieste, 1890), explorateur et traducteur britannique.

6   Femmes de la tribu Ouled Naïl du Sud algérien. Elles ont beaucoup inspiré les peintres orientalistes et les photographes. «Originaires de la région de l’oasis de Bou-Saada, ces danseuses majestueuses parées de lourds bijoux virent leur condition se dégrader et passèrent souvent de courtisanes adulées à simples prostituées» (Ben Mahmoud-Brun 2009: 166).

7Mektoub signifie littéralement ‘ce qui est écrit’. Chez les musulmans, le terme indique ce qui est écrit dans le Coran, donc le destin de l’homme fixé par Dieu.

Author

Università degli Studi di Milano

Buy

Print version

amazon.fr
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search