Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

La dame aux éventails de Manet et le poète Charles Cros

Gabriel-Aldo Bertozzi

Texte intégral

1La Dame aux éventails, qui était cette femme qui a inspiré celui qui est considéré aujourd’hui, à tort ou à raison, l’un des pères de l’Impressionnisme?

2Édouard Manet avait un particulier penchant pour la beauté féminine et, de son vivant, provoqua son temps avec les nus du Déjeuneur sur l’herbe et d’Olympia (aujourd’hui presque chastes), et exécuta les très connus portraits d’Émile Zola et de Stéphane Mallarmé.

3Beauté féminine et littérature se trouvent dans un des plus célèbres salons de l’époque, celui justement de la dame aux éventails, Nina de Villard. Ce salon fut, en effet, une des plaques tournantes du Parnasse, du Naturalisme, de l’Impressionnisme. Pendant vingt ans, de 1862 à 1882, il accueillit une grande partie de l’intelligentsia qui évolua à Paris sous le Second Empire et la Troisième République.

  • 1   Cf. Breton (1992).
  • 2   Entre autres, j’ai établi l’édition de ses œuvres complètes en Italie (Cros 1997).

4Elle était l’égérie et la maîtresse de Charles Cros. Considéré comme «génie» par Verlaine (1996: 77), le poète inventeur du phonographe avant Edison et de la photographie en couleurs avant Lippman, a été partiellement découvert par les surréalistes1, puis de façon plus exhaustive par les inistes2.

  • 3   Cf. Villard (1882); Villars (1885); et deux poèmes publiés dans le «Parnasse contemporain» (deuxi (...)

5Anne-Marie Gaillard, alias Nina de Villard ou Nina de Villars ou Nina de Villard de Callias, épouse séparée du comte Hector de Callias, était, elle aussi, poète3, disciple de Cros, mais sa renommée est liée à son salon.

  • 4   Raynaud dans ce cahier nous a donné aussi une bonne synthèse des activités de Cros: «Le nom de Ch (...)

6Charles Cros, reste ‘méconnu’ parmi les ‘célébrités’ du dernier tiers du XIXe siècle (donc poète maudit ‘perpétuel’): «C’est une destinée singulière que celle de Charles Cros, qui parvint à la célébrité sans cesser d’être méconnu», écrivit Ernest Raynaud en ouverture à son livre La Bohème sous le Second Empire. Charles Cros et Nina (1930: 11)4.

  • 5   Cf. Forestier (1967: 72).

7Cros et Nina exerçaient non seulement un attrait réciproque, mais tous les deux étaient très aimés de l’autre sexe, je ne suppose pas pour leurs aspects physiques, mais pour leur charme. Par exemple Cros, à part Nina, a été aimé par d’autres femmes, tel que la célèbre chanteuse Thérésa, et Nina a été courtisée de fort près par Anatole France5.

  • 6  Mais en 1873 Manet avait exécuté des dessins préparatoires.

8Pour en venir au vêtement et accessoires des protagonistes, je vais préciser que La Dame aux éventails de 18746 (Musée d’Orsay) n’est pas une représentation d’une femme avec un éventail à la main (justement le pluriel du titre), mais le portrait de Nina étendue sur un canapé placé contre une paroi de l’atelier du peintre où l’on trouve accrochés plusieurs éventails ronds japonais, en sorte de coupole idéale. Ces objets permettaient d’évoquer le décor japonisant de l’hôtel particulier qu’habitait la salonnière.

9Avec ce tableau, Manet clôt une longue série de ‘dames sur canapé’ (dans Olympia, peint dix ans auparavant, la jeune femme aussi était étendue sur un canapé). Nina, âgée d’à peine trente ans, pose dans un de ses costumes ‘à l’algérienne’. Ella a à ses pieds un petit chien griffon. Le visage est un des plus expressifs de Manet: «Il dit l’amusement, la complicité, la curiosité aussi, avec un rien de mélancolie et d’égarement», comme on répète souvent, par exemple dans les commentaires du musée d’Orsay (Lewandowski 2006). Mais ce n’est pas l’expression qu’aurait préférée la salonnière, selon ce que nous a transmis Cros dans le poème Scène d’atelier, dédié à Édouard Manet:

Autour du cou, papier d’un bouquet, cette fraise,
Ce velours entourant les souples nonchaloirs,
Ces boucles sur le front, hiéroglyphes noirs,
Ces yeux dont vos récits calmaient l’ardeur mauvaise,

Ces traits, cet abandon opulent et ces tons
[…]
Ont passé sur la toile en quelques coups de brosse.

  • 7   Il s’agit bien de Nina, l’appellation «Parisienne» le confirme. Dans sa présentation aux Feuillet (...)
  • 8   Le poème «Scène d’atelier», dédié «À Édouard Manet» fut publié pour la première fois dans «La rev (...)

Et la Parisienne7, à regret, du sofa
Se soulevant, dit: «C’est charmant!» puis étouffa
Ce soupir: «Il ne m’a pas faite assez féroce!»8

  • 9  Mais parmi les nombreuses activités de Cros il y a aussi celle du peintre.
  • 10  Forestier (1967: 126).
  • 11  Cros (1874).

10La rencontre de Cros et Manet se situe à la fin de l’année 1873 (année extraordinaire pour la publication du Coffret de santal de Cros, Une Saison en enfer d’Arthur Rimbaud, Les Amours jaunes de Tristan Corbière!) et la sympathie réciproque qui rapprocha les deux hommes ne fut jamais interrompue. Le poète9 introduit le peintre chez Nina de Villard, rue de Moines: «il est sûr qu’il [Manet] trouva [Nina] charmante et qu’il conçut aussitôt le désir de la peindre. À la demande de l’artiste, Nina vient poser plusieurs fois, dans son atelier, au cours des derniers mois de 1873»10 (je rappelle, à propos des rapports entre le poète et le peintre, que Manet exécuta des eaux-fortes pour Le Fleuve, long poème de Cros)11.

11«Il ne m’a pas faite assez féroce!», aurait dit Nina. Et c’est bien vrai, c’est ainsi en effet que l’inspiratrice aimait donner son image. On trouve confirmation dans un de ses poèmes ‘autobiographiques’, que je crois intéressant de citer entièrement, où elle s’arrête aussi sur la mise qu’elle a choisie:

VERS À PEINDRE
Elle a posé sur son front pâle
Un bandeau blanc
Tout semé de perles – opale
Et diamant.

Sa robe est longue et très galbeuse.
On aperçoit
Dans les flots d’étoffe soyeuse
Son pied chinois.

La main blanche, aristocratique,
Nerveuse, dompte un instrument,
Et des arômes de musique
Rôdent dans l’air languissamment.
Plus bas, on sent vibrer la foule;
Et son sourire est infernal,
Tandis qu’à ses pieds tombe et roule
Un chaste bouquet lilial.

Hautaine, l’œil plein de menace,
Sein de lis et cœur indompté,
Blagueuse, rouée et tenace
Mais pure par férocité.
(Villars 1885: s.p.)

12«Il ne m’a pas faite assez féroce!», je répète, pour souligner l’effet que fait sur Cros cette férocité. Sans aucun doute, il pensait à sa belle Nina lorsqu’il écrivit:

J’ai peur de la femme qui dort
Sur le canapé, sous la lampe.
On dirait un serpent qui mord,
Un serpent bien luisant qui rampe.
(«Sonnet», Cros 1997: 292)

13La femme peut apparaître aussi lionne, tigresse, jaguar, panthère. C’est le début de Belle Époque, la période où nous trouvons les ‘vierges funestes’. Cros ne diffère pas de ses contemporains, il aime les vierges funestes. Pour présenter sa femme vierge, malgré ses nombreuses amours, il écrit:

Je sais qu’elle reste, malgré
D’impurs contacts, vierge éternelle,
Qu’aucun venin n’a pénétré
En elle,

Marbre trop charnel qui subit
Toutes souillures, mais les brave;
Puisque la pluie, en une nuit,
Le lave.
(«Rancœur lasse», Cros 1997: 98)

14Funeste pour la raison que le poète avoue:

Mordu, mourant, d’avoir serré
Sur ma poitrine la panthère,
J’en veux rester fier, et saurai
Me taire. (100)

15Ou ailleurs:

Glacé de froid, ou déchiré
À belles dents, moi, je mourrai
À moins que ton cœur ne me sauve.
(«Supplication. Sonnet», 108)

16Voici comment nous la décrit le poète, et comment il la voit dans un portrait au pastel qu’il en fit:

[…] l’opulent contour de l’épaule ivoirine,
La courbe des trésors jumeaux de la poitrine,
Font contraste à ce frêle aspect aérien.
(«Sonnet», 78)

17Le portrait de Nina s’enrichit d’autres contrastes dans «Madrigal. Sur un carnet d’ivoire»: la «floraison noire» des cheveux sur son cou blanc, le «charme inquiétant mais doux» de sa maîtresse, encore le sein et puis ces yeux qu’il n’oubliera jamais:

Le sein palpite sous la gaze
Et, fermés à demi, les yeux
Voilent leurs éclairs de topaze
Sous la frange des cils soyeux.
(«Madrigal. Sur un carnet d’ivoire», 80)

18Le poète peut trouver dans ses bras l’extase et l’oubli:

Dans l’opium de tes bras, le haschisch de ta nuque
Je veux dormir, malgré les cris du monde eunuque.
(«Sultanerie», 122)

19Cros avait connu Nina en 1868 et son premier livre de poèmes, Le Coffret de santal (premier et unique, publié pendant sa vie, car Le Collier de griffes fut publié posthume par les soins de son fils Guy-Charles Cros) s’ouvre par cette dédicace:

À NINA
J’offre ce coffret de santal

(Cros 1873)

20que le poète avait complété par ces vers manuscrits sur l’exemplaire destiné a Nina, aux «yeux, crépuscule d’automne»:

Ton capiteux parfum d’été
Seul, parmi d’autres, est resté,
Quand on fouille au fond de ce coffre.
Sauf quelques fleurs sèches, il n’a
Rien qui ne soit à toi, Nina.
Prends-le; rends fier celui qui l’offre:
Charles
([Dédicace], 2)

21Il faut préciser – et cela tombe très bien pour rester fidèle au sujet choisi et rendre hommage à Liana Nissim – que chez Cros, chez Nina, nous trouvons la description des vêtements (bien sûr pour dévoiler l’âme des personnages), mais surtout une description poétique des draps, des étoffes et des accessoires.

22Les deux textes qui ouvrent l’édition du 1879 du Coffret sont tout à fait emblématiques à ce propos. Ils «montrent l’âme» du dandy:

Bibelots d’emplois incertains,
Fleurs mortes aux seins des almées,
Cheveux, dons de vierges charmées,
Crêpons arrachés aux catins,

Tableaux sombres et bleus lointains,
Pastels effacés, durs camées,
Fioles encore parfumées,
Bijoux, chiffons, hochets, pantins.
(«Préface», 4)

23Ce riche décor poursuit dans «La vie idéale». Voilà la première et la dernière strophe:

Une salle avec du feu, des bougies,
Des soupers toujours servis, des guitares,
Des fleurets, des fleurs, tous les tabacs rares,
Où l’on causerait pourtant sans orgies.
[…]

Et l’on songerait, parmi ces parfums
De bras, d’éventails, de fleurs, de peignoirs,
De fins cheveux blonds, de lourds cheveux noirs,
Aux pays lointains, aux siècles défunts.
(«La vie idéale», 6)

24Le décor indiqué dans ces vers contraste bien avec ce qu’affirmait Nina pour justifier, peut-être, la mise trop bohème de certains habitués de son salon: «Pas besoin d’un habit pour être reçu chez moi: un sonnet suffit» (Grandfort 1888), mais je n’ajoute pas d’autres commentaires, car c’est trop évident qu’on se trouve sur deux plans différents!

25Je pourrais continuer pour longtemps, mais je ne donne que d’autres exemples, petits cependant significatifs, comme «Des parfums, des fleurs, des schalls, des colliers / Dans un château vaste» («Croquis d’hospitalité», Cros 1873: 42), ou plus complets comme dans le poème «Matin»:

La robe, nid de soie, à terre est affaissée.
Hier, sous des blancheurs de batiste froissée
La forme en a jailli libre, papillon blanc,
Qui sort de son cocon, l’aile collée au flanc.

À côté, sur leurs hauts talons, sont les bottines
Qui font aux petits pieds ces allures mutines,
Et les bas, faits de fils de la vierge croisés,
Qui prennent sur la peau des chatoiements rosés.

Épars dans tous les coins de la chambre muette
Je revois les débris de la fière toilette
Qu’elle portait, quand elle est arrivée hier
Tout imprégnée encor des senteurs de l’hiver.
(«Matin», 42)

26Revenant au Salon de Nina, j’ajoute que nombreux furent les mémorialistes qui évoquèrent ces incroyables soirées (mais surtout les nuits). Parmi ces œuvres, nous avons le roman La maison de la Vieille de Catulle Mendès qui, en crachant dans l’assiette où assez souvent il avait bien mangé, n’a pas été toujours aimable avec sa vieille amie. Voilà la présentation de Nina qui dans ce roman figure sous le nom de Stella d’Hélsis:

Un peu trop grasse, avec l’abandonnement d’un corps lent de créole, elle s’enveloppait, sans corset ni ceinture, d’un peignoir de soie mauve; sous de pesants cheveux noirs massés en torsades, elle était très blanche, mais d’une blancheur sans lustre, de pulpe plutôt que de calice, non pas d’ivoire mais de papier très blanc, pas glacé; sa bouche, grande, aux dents belles, mates, perles sans orient, ouvrait des lèvres pleines, d’une rose passé, celle d’en bas lasse un peu. Bruns, ronds, trop gros sous les molles paupières, ses yeux regardaient, sans qu’on sût s’ils voyaient, avec une grande douceur, regardaient les choses et les personnes avec la même douceur; il y avait en eux comme une bonté de bon animal; ils ressemblaient aux yeux du kangourou. Et tout son visage souriait, aimable, affable, d’un sourire d’habitude. Aux mains tendues de ses amis, elle donna ses doigts menus et dodus, indolemment. (Mendès 1894: 37-38)

27Zut, quel monstre! Si cela était vrai, on pourrait douter du bon goût d’Édouard Manet, de Charles Cros, d’Anatole France et de tant d’autres très illustres personnages qu’il ne vaut pas la peine de nommer ici! Dans des cas pareils, les raisons sont toujours personnelles, on ne se trompe jamais, donc on n’a pas besoin de trouver des soutiens biographiques. D’autres qui l’ont connue, par exemple, nous donnent un portrait d’une femme «très noble et très digne, vêtue de dentelles noires et coiffée d’une mantille espagnole fixée par un monumental peigne en écaille» (Maurceley 1929).

28Parmi les historiographes du salon de Nina, il ne faut pas oublier Edmond Lepelletier, biographe de Verlaine, auquel je donne, avec plaisir, la parole:

Ah! quelle étrange petite fée que cette Nina, si folle, si rieuse, si avenante, et dont nous avons tous conservé le meilleur souvenir. Verlaine a dit d’elle: «Plusieurs d’entre nous fréquentaient chez l’admirable Nina, de qui j’ai parlé, déci delà, insuffisamment, nature d’artiste que son feu dévora prématurément». (Lepelletier 1907: 171)

29Et, par la suite, je rappelle les études d’Ernest Raynaud, La Bohème sous le Second Empire. Charles Cros et Nina (1930) et de Giacomo Cavallucci, Un salon de la bohème: chez Nina de Villard (1952). Parmi ces œuvres, selon moi les plus importantes, j’exprime toute mon admiration pour le formidable volume Charles Cros, l’homme et l’œuvre de Louis Forestier (1969).

  • 12   Cf. Bertozzi (2013).

30J’aime terminer ces pages par la plus extravagante nouvelle concernant les vêtements. Au début de l’automne 1872, Charles et Nina visitèrent Domodossola, une petite ville d’Italie qui ne comptait alors que deux mille âmes nullement étonnées de voir se promener dans leurs rues une Parisienne raffinée avec son chevalier, vêtu d’un coûteux habit de brigand12. Dans une lettre de Charles, envoyée de Milan à son frère Antoine, datée vendredi 4 octobre 1872, il écrivit:

J’ai écrit hier à Lamotte une lettre soûlographique lui demandant un ou deux billets de cent dont j’ai extrêmement besoin. Je me suis acheté un costume de brigand, complet, qui m’a coûté vingt francs; ça pouvait aller à Domo d’Ossola où ça a même eu du succès, mais à Milan on me regarde avec un certain étonnement. J’ai emprunté pour tout cela avec souliers, chapeau, etc., une soixantaine de francs à Mme G. Je trouverais fort agréable de lui remettre cette somme en caisse, c’est déjà bien assez des dépenses de voyage et de station. (Cros-Corbière 1970: 623)

31Cependant, il nous restera la curiosité de savoir comment était habillée Nina, mais on peut imaginer qu’elle portait un habit italien, car elle venait de Gênes où elle avait séjourné longtemps, ou une mise plutôt exotique, comme d’habitude.

Bibliographie

Bertozzi G.-A., 2013, Charles Cros ou le baiser perpétuel et son voyage en Italie, in «Une heure de littérature nouvelle». Projet et réalisation, Paris, L’Harmattan (Rose des vents, 3): 90-93.

Breton A., 1992, Charles Cros, in Œuvres complètes, M. Bonnet-P. Bernier et al. (eds.), t. 2, Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade, 92): 975-982.

Cavallucci G., 1952, Un salon de la bohème: chez Nina de Villard, in Les derniers grands salons littéraires français, Naples / Paris, Pironti / Clavreuil.

Cros Ch., 1873, Le Coffret de santal, Paris / Nice, Lemerre-Gay.

—, 1874, Le Fleuve, eaux-fortes d’É. Manet, Paris, Librairie de L’Eau-Forte.

—, 1997, Opere, G.-A. Bertozzi (ed.), Milano, Arnoldo Mondadori (Grandi Classici Oscar, 77).

Cros C.-Corbière T., 1970, Œuvres complètes, L. Forestier-P.-P. Walzer (eds.), Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade, 121).

Forestier L., 1967, Charles Cros, l’homme et l’œuvre, Thèse pour le Doctorat ès Lettres, Paris, Faculté des Lettres et Sciences humaines.

—, 1969, Charles Cros, l’homme et l’œuvre, Paris, Minard (Lettres Modernes, 14).

Grandfort M. de, 1888, Nina de Villard, comtesse Hector de Callias, «La Grande Revue de Paris et de Saint-Pétersbourg» 15 octobre 1888.

Lepelletier E., 1907, «ch. VI. Chez Nina. – Le Parnasse contemporain (1868-1869)», in Paul Verlaine. Sa vie, son œuvre, Paris, Mercure de France.

Lewandowski H., 2006, Édouard Manet, «La dame aux éventails», en ligne: http://www.musee-orsay.fr/fr/collections/oeuvres-commentees/peinture/commentaire_id/la-dame-aux-eventails-20996.html?tx_commentaire_pi1[pidLi]=509&tx_commentaire_pi1[from]=841&cHash=3d1cba77c1 (consultation: 22/06/2014).

Maurceley B. de, 1929, La vérité sur le salon de Nina de Villard, «Le Figaro» 2 avril 1929.

Mendès C., 1894, La maison de la Vieille, Paris, Bibliothèque-Charpentier.

Raynaud E., 1930, La Bohème sous le Second Empire. Charles Cros et Nina, Paris, L’artisan du livre (Cahiers de la quinzaine).

Verlaine P., 1996, Les hommes d’aujourd’hui. «Vite dei poeti maledetti», G.-A. Bertozzi (ed.), Milano, Arnoldo Mondadori (Oscar Classici).

Villard N. de, 1882, La Duchesse Diana, Saynette en vers, Paris, Librairie Théâtrale.

Villars N. de [et non pas Villard dans ce livre], 1885, Feuillets parisiens: poésies, avec un portrait à l’eau-forte par Guérard, Paris, Henri Messanger.

Notes

1   Cf. Breton (1992).

2   Entre autres, j’ai établi l’édition de ses œuvres complètes en Italie (Cros 1997).

3   Cf. Villard (1882); Villars (1885); et deux poèmes publiés dans le «Parnasse contemporain» (deuxième recueil, 1869-71): «La Jalousie du jeune Dieu» et «Tristan et Iseult».

4   Raynaud dans ce cahier nous a donné aussi une bonne synthèse des activités de Cros: «Le nom de Charles Cros reste attaché à quelques-unes des plus sensationnelles découvertes de nos jours (Synthèse artificielle des pierres précieuses – Radiomètre – Photophone – Photographie des couleurs). Il sied de rappeler aussi ses études sur l’électricité, son idée de télégraphe automatique et de sténographe musical (réalisé, depuis, par d’autres, sous le nom de «mélotrope») et ses hypothèses de correspondance interastrale» (1930: 11-12). Je répète qu’il s’agit d’une bonne synthèse des activités de Cros, car on pourrait ajouter bien d’autres travaux, comme ceux de linguistique. Cependant, à part quelques initiés, le monde reste indifférent vis-à-vis de Cros, comme si son aventure était un chapitre de science-fiction qu’il faut fermer, après lecture.

5   Cf. Forestier (1967: 72).

6  Mais en 1873 Manet avait exécuté des dessins préparatoires.

7   Il s’agit bien de Nina, l’appellation «Parisienne» le confirme. Dans sa présentation aux Feuillets Parisiens. Poésies, l’éditeur avait remarqué: «Il n’y eut pas, je le crois bien, de Parisienne plus parisienne que cette Parisienne qui s’appela Nina Gaillard, Nina de Callias, Nina de Villard» (Villars 1885: I). Et Cros ailleurs avait écrit: «Willis parisienne, empreinte / D’un charme inquiétant, mais doux» («Madrigal sur un carnet d’ivoire», 1997: 80), «Parisienne en tous points» («Sonnet»: 156).

8   Le poème «Scène d’atelier», dédié «À Édouard Manet» fut publié pour la première fois dans «La revue du Monde Nouveau» (15 février 1874), dirigée par le poète lui-même.

9  Mais parmi les nombreuses activités de Cros il y a aussi celle du peintre.

10  Forestier (1967: 126).

11  Cros (1874).

12   Cf. Bertozzi (2013).

Auteur

Università degli Studi «G. d’Annunzio» di Chieti-Pescara

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search