Desktop versionMobile Version

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

Le lexique de la mode et des tissus dans les Causeries De La Mode de Louise Colet

Annalisa Aruta Stampacchia

Volltext

1. Introduction

1La seconde moitié du XIXe siècle débute sous le signe de la prise du pouvoir de Napoléon III, quelques années avant la proclamation du Second Empire. La France connut alors une période de faste et de luxe liée au triomphe de la bourgeoisie qui imposa son goût et son style de vie à l’ensemble des domaines de la décoration ou vestimentaires comme l’aménagement des jardins, l’ameublement des maisons et des intérieurs, la mode des tissus et des vêtements.

2La haute société du Seconde Empire calqua sa vision de la vie quotidienne sur l’image de la fête, ‘la fête impériale’, la Cour étant le centre de l’élégance et Paris la capitale, la vitrine du luxe qui constituait l’un des pivots de l’excellence française. À cette époque les tissus et l’industrie textile représentent l’un des secteurs en expansion les plus productifs ; il alimente un commerce florissant et bénéficie des découvertes mécaniques et chimiques pour la coloration des étoffes et des vêtements. Dans ce contexte les revues féminines, consacrées aux femmes riches de l’aristocratie et de la bonne bourgeoisie, jouissent d’un grand succès et se vouent surtout à la mode qui « a joué sans aucun doute un rôle crucial dans cette société en représentation» (Harran 2010 : 7).

  • 1   Abréviations: «Les Modes Parisiennes» = M.P.; «Le Monde illustré» = M.I.; «Revue de la Mode» = R. (...)

3Nous proposons ici d’analyser le lexique de la mode et des tissus dans les revues féminines auxquelles a collaboré Louise Colet : « Les Modes Parisiennes», « Le Monde illustré» et la « Revue de la Mode»1.

2. Louise Colet et les revues de mode

4Sous les pseudonymes de Cléophée et Yolande, chroniqueuses de célèbres revues à la mode des années 1850-60, se cache Louise Colet, une écrivaine dont la renommée a été presque uniquement liée à sa destinée d’amoureuse-ombre de Gustave Flaubert. Considérée comme la maîtresse en titre et la correspondante privilégiée du Rouennais, ses nombreux ouvrages furent délaissés par la critique.

5Sa vie aventureuse et exemplaire s’écoula dans le milieu du Romantisme finissant, désormais à son crépuscule : poétesse lauréate de l’Académie, écrivaine, voyageuse surtout en Italie, femme de lettres, habituée des salons les plus réputés de l’époque, elle créa son propre salon d’où elle lança de jeunes écrivains comme Bouilhet et Flaubert, son bien-aimé.

6Elle représente un exemple insolite et original, car la vie mondaine qu’elle menait, de théâtres en salons, avait un revers : les courses aux rédactions des revues féminines pour gagner de l’argent en vendant ses articles, les Bulletins et les Causeries de la mode. Belle et cultivée, au tempérament volcanique, elle aima être indépendante et fit de l’écriture non seulement un divertissement, mais aussi un gagne-pain pour elle-même et sa famille.

7Inversement, dans la société du Second Empire qui reflète l’essor et le triomphe de la bourgeoisie, la femme incarne, souvent, par ses talents de maîtresse de maison, la respectabilité et la notoriété de son époux dont elle contribue à assurer la promotion sociale (Ormen 2000 : 89). Juridiquement dépendante d’abord de son père puis de son mari, sa vie est constituée « d’un enchaînement de contraintes improductives» (90) qui se passent au fil des heures de journées riches d’engagements mondains.

  • 2   L’impératrice Eugénie nomme ses toilettes des «toilettes politiques» (Aa.Vv. 2013: 96).

8Comme le souligne Louise Colet, « l’existence d’une femme, à Paris, consiste surtout à être regardée» (R.M. 1858 : 46) : elle change de toilette plusieurs fois par jour selon les circonstances et les personnes qu’elle fréquente : c’est pourquoi ces toilettes doivent être ‘à propos’. Dans ce cadre la presse féminine de la mode joue un rôle très important de communication et d’information. Rappelons qu’à l’époque le luxe et la mode liés au développement du textile sont encouragés par les fastes de la Cour de Napoléon iii et d’Eugénie qui accompagnaient « à une haute conception du rang impérial, un devoir de représentation allié à un soutien politique à l’industrie du textile français»2 (Aa.Vv. 2013 : 96).

9Au XIXe siècle Paris était considéré la seule capitale au monde où l’on pouvait s’habiller élégamment et « c’est Paris, d’où la mode, cette sœur gracieuse de l’art, répand au loin ses merveilles, qui compose l’assortiment splendide des cachemires, des dentelles et des bijoux» (M.P. 1856 : 687).

10Les revues destinées aux femmes s’y multiplient, tout en restant limitées dans leur diffusion à cause de l’analphabétisme, très répandu dans les classes populaires. Le public des journaux de mode est élitaire, composé d’aristocrates et de bourgeoises qui savent lire et y prennent plaisir.

11La pénétration de la mode parisienne sur le territoire français et européen, en général, s’explique par l’expansion de la presse qui lui est destinée. La presse a bénéficié, non seulement de l’amélioration des moyens de transport, mais aussi des perfectionnements techniques qui permettent un plus grand tirage à un prix de revient moindre et d’une iconographie plus sophistiquée dans les illustrations. Pour accroître ses revenus, elle profite aussi de l’apport de la publicité à laquelle, dans certains journaux à succès, est réservée une page entière. S’y ajoute la vogue des Grands Magasins qui, haut lieu de la liturgie de la mode, la répercutent en province et à l’étranger. La vente par correspondance et les Expositions universelles ou régionales multiplient l’offre de l’industrie et du commerce des étoffes et de l’habillement.

12Les revues féminines deviennent attrayantes : les informations sur la mode et sur l’ameublement s’accompagnent d’illustrations en couleur, de suggestions d’économie domestique, de conseils pour l’éducation des enfants, de jolis ouvrages à réaliser patiemment et, parfois, de patrons des toilettes illustrées. D’autres revues proposent des nouvelles et des romans-feuilletons, biographies de femmes célèbres ou récits de voyage. Le but de ces revues est donc « à la fois ludique et didactique» (Harran 2000 : 90).

13Louise Colet collabore comme journaliste aux « Modes Parisiennes», au « Monde illustré» et à la « Revue de la Mode», des journaux tous destinés aux femmes du grand monde. Ces revues se distinguent par une typologie textuelle différente, et si chacune donne une large place à la mode féminine, elles ne négligent pas, par ailleurs, les descriptions de vêtements pour hommes et pour enfants.

14Pour « Les Modes Parisiennes», un journal défini de ‘bonne compagnie’, Louise Colet publie, de 1854 à 1856, 152 articles signés Cleophée et intitulés Modes, fashions et causeries. Chaque article est suivi de la rubrique Détail du Dessin qui analyse les toilettes illustrées dans la gravure jointe à tous les numéros de la revue. Parfois ils sont accompagnés de la rubrique Détail du patron.

15À partir du 15 mai 1857 et jusqu’au 31 juillet 1858 Louise Colet dirige la « Revue de la Mode», où, sous le pseudonyme de Yolande, elle adresse aux ‘élégantes’ du grand monde ses Causeries du monde et de la mode. Dans sa première Causerie elle reconnaît que

fonder un nouveau journal de mode serait une témérité, si l’on ne songeait qu’aux publications de ce genre qui paraissent déjà. Mais c’est une audace heureuse et que le succès doit couronner, si l’on se souvient de l’insuffisance de toutes ces publications comme texte et surtout comme gravures. Depuis les grandes expositions industrielles, la mode a progressé, elle a touché à l’art, elle s’y est greffée et pour ainsi dire embranchée, qu’on nous passe l’expression. […] elle [la « Revue de la mode»] aspire à devenir la Revue souveraine et unique du bon goût et du bon ton. (R.M. 1857 : 1)

16La typologie textuelle de la « Revue de la Mode» est plus articulée : la rubrique Description de la gravure est suivie d’un Bulletin spécial de la mode avec un supplément d’informations sur les modèles décrits et beaucoup d’indications publicitaires qui peuvent être développées d’une façon plus étendue dans la rubrique Variétés. En 1857 elle devient rédactrice au « Monde Illustré», l’un des hebdomadaires illustrés les plus répandus en France, et y travaille un an, toujours sous le pseudonyme de Yolande, pour une série d’articles intitulés Bulletin de la mode qui servira d’écho à la « Revue de la Mode».

3. Le lexique de la mode et du textile : une langue de spécialité en mutation

17La première édition de l’ouvrage de P. Falcot, Traité encyclopédique et méthodique de la fabrication des tissus, a eu un accueil favorable. Pour le prouver l’auteur, qui est dessinateur, professeur de théorie-pratique pour la fabrication de tous les genres de tissus et membre de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, porte à la connaissance du public un Extrait du rapport de M.M.F. Malepeyre, directeur du « Technologiste ou Archives des progrès de l’industrie française et étrangère» (1845) qui met en lumière la ‘haute importance’ sur le plan industriel de la fabrication des tissus car

elle occupe, fait vivre, enrichit un si grand nombre d’individus, donne lieu à un commerce tant intérieur qu’extérieur d’une si vaste étendue, qu’il n’est personne qui ne comprenne le vif intérêt que tous les hommes amis de leur pays, les économistes, les hommes d’État, les publicistes, les négociants, etc., doivent attacher à sa splendeur, à ses succès, à ses progrès. (Falcot 1852 : II) 

18Le secteur du textile au XIXe siècle est le fruit des mutations dues à l’industrialisation, aux migrations démographiques, à l’urbanisation. Le langage du textile et de la mode reflètent eux-mêmes ces transformations et manifestent dans la dénomination des étoffes et des vêtements une forte charge culturelle liée tant au panorama de la société contemporaine qu’au souvenir historique d’époques antérieures.

19Analyser le lexique des tissus et de la mode dans les revues féminines du corpus sélectionné signifie étudier les intersections entre le social et le culturel et également explorer une source de créativité lexicale. C’est pourquoi Algirdas Julien Greimas remarque que la mode vestimentaire soumise à « de perpétuels et prompts changements» constitue « une occasion précieuse d’observation du renouvellement intérieur du langage, saisi dans sa spontanéité et noté dans les phases successives de son développement» (2000 : 6).

20Comme le précise Greimas, le vocabulaire de la mode a un double caractère :

Il est constitué, d’une part, de termes généraux empruntés à différentes techniques groupées autour d’une activité sociale déterminée, présentant, mutatis mutandis, les traits communs à tous les vocabulaires du même genre. Mais, d’autres part, il est destiné, par la nature même de l’activité sociale qu’il reflète, à un public dont le champ s’étend à tous les phénomènes de la vie sociale ayant un caractère d’actualité. (143)

21Nous essaierons de mettre en relief dans le corpus des revues choisies quelques traits de ce caractère d’actualité qui est la base de la formation du lexique de la mode et des tissus et qui le marque comme langue de spécialité.

  • 3  «ARMURE, s.f., ordre déterminé du croisement de la chaine avec la trame pour la formation d’un tis (...)

22Les tissus, en particulier, dans leur appellation reflètent la matière utilisée (soie, laine, coton, lin, fibres naturelles ou artificielles…), les catégories (soierie unies, soieries façonnés, à dessins…), les armures3 (armure simple ou fondamentale, armure composée).

23Le lexique de la mode et des tissus sous le Second Empire prend en compte surtout les sphères d’intérêt spécifique de cette période : la passion pour les voyages et le monde exotique ; la référence historique et le rappel aux époques antérieures ; l’admiration pour le monde des jardins, fleurs et végétaux ; la préférence pour les couleurs vives, suite aussi aux découvertes des premiers colorants synthétiques ; la valorisation de l’art de la décoration d’intérieurs. Tous ces éléments deviennent productifs dans la fabrication des tissus, leurs appellations et dans la confection des robes à la mode.

24Remarquons que les noms des dentelles ou des broderies dans les articles de Louise Colet, liés à la mode et à la toilette féminine ou masculine, font appel au lieu géographique d’origine, à savoir : point d’Angleterre, de Bruxelles, d’Alençon, broderies de Nancy, anglaises, suisses, turques ou chinoises, malines, valenciennes, dentelles de Chantilly, de Berlin.

25Le rapport avec la géographie s’exprime aussi chez Louis Colet dans les noms d’étoffes, de vêtements ou d’objets accessoires :

mousseline des Indes, gros des Indes, châle Delhi, châle de Lahore, rose du Bengale, fichu Balmoral, cachemire, glycine du Japon, nankin, éventails chinois, crêpe de Chine, manches mandarines, tissu de Chine fond blanc avec oiseaux du bord du fleuve Jaune, chapeau panama, pantoufles, écharpes turques, coiffure circassienne, la sébastopolienne (tissu laine et soie), coiffure moldave, écharpes algériennes, veste Oranaise, veste danubienne, fil d’Écosse, fanchon écossais, éventail espagnol, mantille andalouse, esprit du Portugal, camée d’Italie, perles de Venise, épingles vénitiennes, bretelles napolitaines, coiffure napolitaine, manteau tyrolien, corsage à la Suissesse, toile de Hollande, pommade norvégienne, gants en peau de Suède, satin d’Alsace, gaze de Chambéry…

26Le lexique de la mode et des tissus s’inspire souvent du nom de personnes, personnages historiques ou de fantaisie :

Basquines : d’Aubigny, le Charlemagne, l’Oberland ;

Bonnets : duchesse de Bavière, la belle chinoise, chapeau Paméla ;

Canezous : duchesse de Brabant, reine de Suède, Fiammina ;

Coiffures : Amélie de Bavière, dite Marie Antoinette, Sylphide, Carnaval de Venise, Mafre, Warens ;

Étoffes : brocart reine des fées, oursikoff, étoffe splendeur de Versailles ;

Éventails : Renaissance, Pompadour, Watteau, Obéron ;

Fichus : à la Vierge, Rose-Chéri, Marie Antoinette, duchesse de Brabant, Ristori, Castiglione, Malakoff, duchesse d’Alba, duchesse de Parme, duchesse de Gênes, Valentini, Jane Gray ;

  • 4   L’italique est dans le texte.

Manches : Diane chasseresse4, Diane de Poitiers, Pompadour, Louis XIII, Eugénie, Alma, à la Marie Stuart, duchesse, Saint Claire, à la grecque, à la religieuse ;

Manteaux : Talma, paolo, donato, le Trouvère, le Frileux, l’Euryante, le Dalila, la Princesse Charlotte, reine du Portugal, le Crésus, la princesse Olga ;

Mantelets : Picciola, la majesté, la grande dame, l’altesse, belle Gabrielle, Obéron, Fiammina, Psyché, Reine, Topaze, Parisina, Osman, Lucia ;

Robes : Fornarina, Pompadour, dite Cléopatre, Giralda, Galatée, diane de Lys, Valentine d’Aubigny.

27Souvent Louise Colet fait suivre les dénominations de robes ou de « tous les objets de menu détail qui complètent une toilette de femme» (R.M. 1858 : Bulletin spécial de la mode, 60) d’explications qui fonctionnent à peu près comme des définitions lexicographiques ; elles permettent de garder la mémoire de ces vêtements et de l’ouvrage de couturières, coiffeuses, modistes, artisans gantiers ou artistes d’éventails appartenant à son époque.

28Citons quelques exemples :

Écran Obéron (espèce d’éventail) : « le manche doré est surmonté d’une glace ronde enchâssée dans du velours rouge ; à cette bordure de velours en succède une en passementerie d’or, puis une troisième composée d’yeux de plumes de paon ; de cette troisième bordure s’élancent de belles plumes noir d’autruche aux bouts frisés. Ces plumes forment une large circonférence, légère mais compacte, et derrière laquelle on peut abriter un rire involontaire ou une tristesse subite» (R.M. 1857 : 31) ;

Fichu à envergures : « le fichu ainsi nommé a deux pans très longs, qui se croisent sur la poitrine et descendent en s’arrondissant presque au bas de la robe. Ces pans sont arrondis et garnis de la même valencienne qui entoure le fichu» (R.M. 1858 : Bulletin spécial de la mode, 45) ;

Manche Eugénie : « adoptée par l’impératrice, est garnie de trois volants en broderie de guipure, ou en point de Bruxelles et d’Angleterre ; chaque volant est surmonté d’un bouillon en mousseline ou en tulle (assorti aux volants), dans lequel passe un ruban taffetas n. 4 ; la nuance adoptée à la cour est la nuance hortensia ; trois rangs de petits nœuds de ce même ruban se jouent sous les trois volants et rendent cette manche très riche» (M.P. 1854 : 602) ;

Mantelet Fanchonnette : « ce mantelet demi-écharpe en taffetas noir a en bas et tout autour pour ornements des goussets en grenadine noire, décorés de petits velours noirs superposés ; chaque gousset est encadré de jolis grelots en passementerie ; un bel effilé garnit ce mantelet Fanchonnette» (M.P. 1856 : 692).

4. La décoration dans le lexique de la mode et des tissus

29L’Empire de Napoléon III a été une époque de « grande élégance et de grande gaieté, une époque heureuse et brillante» (Beaunier 1913 : 341) pendant laquelle s’établit, à la cour, une forme de vie luxueuse, artificielle et illusoire.

30L’Empereur et sa femme y donnaient des fêtes splendides, animées de mélodies des opérettes d’Offenbach et dont la fantasmagorie trouvait son cadre idéal dans l’exubérance du décor floral de salons et jardins qui envahissaient en même temps toutes sortes d’accessoires féminins. Les dames portaient des couronnes de fleurs dans les cheveux, des guirlandes tombaient sur les jupes des crinolines où les volants à dispositions étaient souvent ornés de motifs floraux et végétaux.

31Aux grands travaux opérés par le baron Hausmann correspond une transformation de la ville de Paris du point de vue urbanistique où les espaces végétaux sont appelés à remplir les ‘vides’ créés par l’architecte ; c’est pourquoi des jardins, parcs, squares s’installent dans la ville agrémentés de fleurs de tous les types, aux coloris les plus vivaces.

32Frank Hovart et Catherine Join-Diéterle dans le Catalogue de l’Exposition De la Mode & des Jardins : au Musée Galliéra remarquent que

la violence des coloris des étoffes gros vert, gros bleu, rouge, magenta, violet…, que restituent fidèlement estampes et costumes, prouve la passion pour les couleurs vives qui se manifeste dans la seconde moitié du siècle. À partir de colorants naturels, on savait depuis longtemps fabriquer de tissus de couleurs vives, mais le procédé était si coûteux qu’on en réservait l’usage au décor intérieur des plus fortunés. Les progrès de la chimie, depuis Lavoisier, firent évoluer la teinture et favorisèrent la démocratisation des étoffes. (1997 : 114)

33Les articles de mode publiés par Louise Colet font une part belle au lexique des couleurs et des fleurs qui, utilisées pour les tissus et les vêtements, aident à souligner « combien les mots se trouvent au cœur des faits de société et des systèmes idéologiques qui les sous-tendent» (Mollard-Desfour 1998 : 14).

34En fait la terminologie des couleurs, tout en étant essentiellement référentielle, « étroitement liée aux phénomènes de mode, est un reflet privilégié des phénomènes sociaux» (Mollard-Desfour 1998 : 25). On remarque dans le lexique de Louise Colet des dénominations de couleurs directes ou référentielles, mais aussi nombre de constructions et de combinaisons lexicales. Pour classifier ces dénominations, constructions et combinaisons nous prendrons en compte les divisions opérées par Annie Mollard-Desfour dans ses travaux sur les couleurs et dans le Dictionnaire des mots et expressions de couleurs.

Constructions avec un terme de couleur directe :

a) Terme de couleur directe : taffetas bleu, châle noir, broderies noires, robe grise, tulle illusion blanc… ;

b) Terme de couleur directe + adj. : bleu foncé, rose pâle, rose chiné, vert clair, vert russe, blanc mat… ;

Constructions avec un référent de couleur :

a) Terme de couleur directe + référent : bleu ciel, vert Azof, vert céladon, vert émeraude, vert pomme, vert métallique, gris plomb… ;

b) Terme de couleur directe + de + référent : bleu de ciel, bleu de Chine, vert d’Azof, vert d’eau, vert d’Isly… ;

c) (Couleur) + référent : couleur maïs, couleur paille, couleur feutre, couleur bois de chêne, couleur feuilles mortes… ;

d) (Dérivation) Terme référentiel + terminaison : violacé, opalescent, rosé, azuré…

35Parfois les noms de couleurs utilisés ont aussi un lien étroit avec un contexte d’emploi particulier qui met en évidence un glissement de sens d’un contexte à un autre et encore d’un sens à un autre :

Fleurs : lys d’eau d’un jaune maïs, azalée rose, pâquerettes roses, œillet paille nervé de jaune… ;

Fruits : velours cerise, casaque abricot, taffetas orange… ;

Végétal : vert choux, vert pomme, marron, maïs, feuille morte, couleur bois de chêne…

Animal : daim, chamois… ;

Métal : or, argent, bronze, couleur bronze, couleur porphyre…

36Les couleurs telles qu’elles se présentent dans « Les Modes Parisiennes», la « Revue de la Mode» et « Le Monde Illustré» témoignent également de leur liaison avec un Dictionnaire culturel et cela Robert Galisson le souligne pour indiquer « les mots à charge culturelle partagée» : des mots qui expriment la symbiose entre la culture d’une société, ses mœurs, ses croyances et qui en même temps en témoignent du point de vue lexical sous forme de code partagé par une grande partie d’une communauté, à la même époque et dans le même pays (Galisson 1999 : 477-496).

37Quelques exemples :

  • 5  Chez Louise Colet nous remarquons l’oscillation graphique: vert-celadon, vert Celadon.

Vert céladon5 : est une nuance de vert tendre. Le nom Céladon se rapporte au berger Céladon du roman pastoral l’Astrée ;

Bleu Louise (Marie-Louise) : il est appelé ainsi en souvenir de Marie-Louise d’Autriche, femme de Napoléon Ier dont la fameuse robe bleue est encore gardée au Musée Glauco Lombardi de Parme, consacré à la mémoire de la duchesse de Parme et Plaisance ;

Rouge Damas : une préparation de fard qui provient de l’Orient.

38On remarque dans l’adjectivation des couleurs chez Louise Colet un zoomorphisme métaphorique : « robe de popeline chamois et noir» (M.P. 1854 : 588) ; « gants de chevreau chamois» (589) ; « manteaux en […] peluche tigrée» (606) ; « bonnets […] en tulle diaphane mouchetés» (590) ; « taffetas à colonnes zébrées» (M.P. 1855 : 631) ; « une écharpe algérienne à raies blanches et noires zébrées d’or» (R.M. 1857 : 15) ; « robe en taffetas fond paille zébré de rouge et de noir» (R.M. 1858 : 53) ; « sa robe vert azof zébré de noir» (53). Citons aussi quelques exemples de métaphore anthropomorphe dans l’emploi de la couleur : « des plumes incarnat» (M.P. 1854 : 588) ; « une couronne de roses couleur de chair» (R.M. 1858 : 59).

39La représentation des fleurs dans le décor des intérieurs et dans les vêtements a une tradition ancienne, mais c’est pendant le Second Empire que cette vogue atteint son apogée. Le goût du décor des intérieurs est lié au succès des Expositions universelles qui répandent sur le marché une grande variété d’étoffes et de produits pour l’ameublement ; Louise Colet l’exprime à sa façon : « le moment du renouvellement des toilettes est aussi celui où l’on renouvelle les ameublements : à une femme élégante il faut un cadre qui sied !» (M.P. 1854 : 608).

40Rappelons que l’amour du luxe et le soucis d’aménager un bel intérieur correspond à un renouvellement dans la manière de sentir qui fait des objets des œuvres d’art et considère « l’arredamento come oggetto d’arte della sensibilità moderna» (Nissim 1980 : 13).

41Louise Colet, dans les revues auxquelles elle a collaboré, énumère plusieurs types de fleurs qui ornent les étoffes pour vêtements ou tapisseries et décorent les chapeaux, les objets de fantaisie de toilettes féminines (guirlandes, bijoux, mouchoirs, éventails…) : « arum, lilas, iris, orchidées, violiers, renoncules, tulipes, œillets, marguerites coquelicot, bleuets…». Dans le traitement des noms de fleurs, cependant, c’est la rose qui a la primauté sur les autres : « roses de la reine, roses de Hollande, rose la Folle, roses pompons, boutons de rose pompon, bouquet de roses pompons, roses roses sans feuillage, roses multiflores à feuillage, grosse rose à feuillage, rose blanche, roses couleur de chair...».

42Reconnaissons aussi à Louise Colet une remarquable compétence dans le domaine botanique. Elle introduit dans ses Causeries ou Bulletins de la mode des descriptions en la matière qu’on peut définir de type encyclopédique. Par exemple, à l’occasion d’une réunion dans le jardin de la Société impériale d’horticulture, elle signale la présence de variétés rares comme le nymphéa royal, la « Victoria Regia, cette plante luxuriante originaire de la rivière des Amazones et dont les feuilles atteignent jusqu’à un mètre de diamètre», l’Euriale ferox, la delictra spectabilis et les orchidées épiphytes (M.P. 1855 : 637). Une visite aux serres du Jardin des plantes lui fait découvrir le nymphéa stellata, une plante de l’Asie tropicale avec des fleurs en étoile, le curcuma roseana « avec ses grappes de corail», l’aïchmœa fulgens « avec ses girandoles d’améthystes», les clarkia pulchella et elegans, le gilia bleu et tricolor, les leptosiphon à fleur roses, fleurs qui viennent toutes du Texas et de la Californie (M.P. 1854 : 607).

5. Conclusion

43La langue de la mode selon Gilles Lipovetsky « avant d’être signe de la déraison vaniteuse […] témoigne de la puissance des hommes à changer et inventer leur manière d’apparaître, elle est une des faces de l’artificialisme moderne de l’entreprise des hommes à se rendre maîtres de leur condition d’existence» (1997 : 38).

44La condition que les femmes désirent mettre en valeur : être belles, parées, désirables, est énoncée, dans les articles des « Modes Parisiennes», du « Monde Illustré» et de la « Revue de la Mode». Elle se manifeste à travers un code sémantique qui devient l’expression d’une civilisation de sorte que les mots circonscrivent la manière d’être et de vivre d’une communauté.

45En ce sens, examiner la langue de la mode et des tissus dans les textes de Louise Colet a signifié reconstituer les spécimens d’une typologie textuelle – l’article de mode – et a permis également de rétablir les lignes-guides de la terminologie de la mode sous le Second Empire.

46Notre tentative d’examen panoramique, rapide et non exhaustif de ce vocabulaire, s’est concentrée surtout sur deux domaines qui nous ont semblé les plus représentatifs de la mode de l’époque : les couleurs et les fleurs, deux champs strictement liés et dont la réussite répond au goût, plus général, de la décoration rattaché à l’art des jardins et à la passion pour le monde végétal des contemporains de l’auteur. La richesse des inventions dans ce secteur a produit des résultats surprenants au point qu’on a pu parler à ce propos de ‘folie textile’.

47Au temps de Louise Colet, tout un monde d’artisans et d’artistes gravitaient autour de la mode et vivaient des revenues du textile et des articles annexés aux toilettes féminines. Désormais de nouvelles exigences surgissent : il ne suffit pas « de produire bien et économiquement, il faut aussi savoir créer» (Bona 1863 : III). Louise Colet l’exprime de façon exquise par « le je ne sais quoi qui faisait reconnaitre le faire» (M.P. 1854 : 637) des maisons de mode parisiennes, des « mains inspirées» des habiles fleuristes.

48Arrêtons-nous pour finir sur la constatation qu’au-delà du message publicitaire, source primaire des revues de mode, Louise Colet transmet à travers ses écrits un grand nombre d’informations à valeur historique, nous aidant par là à garder la mémoire d’un précieux patrimoine linguistique et terminologique de la mode et des tissus ; un patrimoine qui, comme une sorte de « dictionnaire secret», se cache entre les lignes de ses causeries.

Literaturverzeichnis

Aa.Vv., 2013, Folie textile. Mode et décoration sous le Second Empire, Catalogue de l’exposition, Palais de Compiègne, Mulhouse, Musée de l’impression sur étoffes.

Aruta Stampacchia A., 1999, Jeu de la mode et jeux à la mode d’après les « Causeries» de Louise Colet, « Il confronto letterario» 32 : 335-356.

—, 2013, L’art des tissus sous le Second Empire dans quelques dictionnaires, in C. Diglio-M. Centrella (eds.), Les tissus au fil des mots, Paris, Hermann : 49-95.

Beaunier A., 1913, Visages de Femmes, Paris, Plon.

Bezon J., 1856, Dictionnaire général des tissus anciens et modernes, 8 t., Lyon, Lepagnez.

Bona Th., 1863, Traité de tissage, Bruxelles, Emile Tarlier.

Colet L., 1854-1855-1856, Modes, fashions et causeries, « Les Modes Parisiennes» 567-722.

—, 1857-1858, Causeries du monde et de la mode, « Revue de la mode» 1-62.

—, 1857, Bulletin de la mode, « Le Monde Illustré» 6-8, 10, 19, 24, 31.

Falcot P., 1852, Traité encyclopédique et méthodique de la fabrication des tissus, Mulhouse, J. P. Risler.

Galisson R., 1999, La pragmatique lexiculturelle pour accéder autrement à une autre culture par un autre lexique, « ELA : études de linguistique appliquée» 116 : 480-495.

Greimas A. J., 2000, La mode en 1830, Paris, PUF.

Hardouin-Fugier E.-Berthod B.-Chavent-Fusaro M., 1994, Les étoffes. Dictionnaire historique, Paris, Les éditions de l’amateur.

Harran N., 2010, La femme sous le Second Empire, Paris, Errance.

Horvart F.-Join-Diéterle C., 1997, De la mode & des jardins : au Musée Galliera, Catalogue de l’exposition, Paris, Imprimerie nationale.

Lami E.-O., 1881, Dictionnaire encyclopédique et biographique de l’industrie et des arts industriels, 8 t., Paris, Librairie des dictionnaires.

Lipovetsky G., 1997, L’empire de l’éphémère, Paris, Gallimard.

Mollard-Desfour A., 1998, Dictionnaire des mots et expressions de couleur, XXe-XXIe siècles, Le Bleu, Paris, CNRS éditions.

—, 2012, Le lexique de la couleur : de la langue à la culture… et aux dictionnaires, « Revue d’études françaises» 16 : 89-109.

—, 2012, Le Vert. Dictionnaire de la couleur. Mots et expressions d’aujourd’hui XXe-XXIe siècles, Paris, CNRS éditions.

Nissim L., 1980, Storia di un tema simbolista. Gli interni, Milano, Vita e Pensiero.

Ormen C., 2000, Modes XIXe- XXIe siècles, Paris, Hazan.

Anmerkungen

1   Abréviations: «Les Modes Parisiennes» = M.P.; «Le Monde illustré» = M.I.; «Revue de la Mode» = R.M. Nous indiquerons seulement le numéro des revues.

2   L’impératrice Eugénie nomme ses toilettes des «toilettes politiques» (Aa.Vv. 2013: 96).

3  «ARMURE, s.f., ordre déterminé du croisement de la chaine avec la trame pour la formation d’un tissu» (Falcot: 631).

4   L’italique est dans le texte.

5  Chez Louise Colet nous remarquons l’oscillation graphique: vert-celadon, vert Celadon.

Autor

Università di Napoli Federico II

Kaufen

Printversion

amazon.fr
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search