Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

Admirer les tissus, toucher les draps, sentir les soies, entendre le bruit des étoffes dans Bel-Ami de Guy de Maupassant

Jana Altmanova

Texte intégral

  • 1   I, c.7, n.2.

Nihil est in intellectu quod prius non fuerit in sensu
Thomas d’Aquin, Contra Gentiles
1

1. Introduction

  • 2   Nissim (2003; 2006).

1La présence d’une variété considérable d’étoffes et de draps dans l’œuvre de Guy de Maupassant ne doit pas surprendre, si l’on pense au contexte historique et économique qui se reflète dans les ouvrages de l’auteur normand, dans le sillage de la tradition naturaliste. La littérature du XIXe siècle est en effet riche en descriptions de décors et révélatrice d’un goût esthétique qui s’étale, preuve de la remarquable condition économique de la bourgeoisie émergente, dont la puissance sociale se mesure à la qualité et à la valeur des vêtements et des accessoires, mis en évidence notamment par les femmes, comme Liana Nissim le précise dans son analyse de l’œuvre de Flaubert et de Zola2. Les éléments descriptifs varient bien sûr en fonction des personnages, de l’environnement, mais aussi en fonction de la perception de l’écrivain.

  • 3   Rappelons que Bel-Ami a été publié en feuilleton dans Gil Blas entre le 6 avril et le 30 mai 1885 (...)
  • 4  L’analyse quantitative du lexique peut se révéler utile pour comprendre la fréquence et surtout la (...)
  • 5  Liana Nissim souligne le riche éventail lexical employé par Flaubert et en analyse la fonction rom (...)
  • 6  Cf. Greimas (1976).
  • 7  On sait que le lexique utilisé par Maupassant est caractérisé par l’essentialité, la sobriété et l (...)

2Les tissus apparaissent dans Bel-Ami3 à plusieurs reprises, marquant les moments les plus importants de l’intrigue et caractérisant les personnages principaux4. La description ne présente pas de grande variété lexicale, comme c’est par exemple le cas pour Flaubert5, mais consiste plutôt en une combinaison soignée d’éléments lexicaux dans un système de significations6 dans lequel les étoffes occupent un rôle à part entière7.

2. Étoffes et décor

3Dans la description des intérieurs, l’attention de Maupassant se concentre toujours sur la qualité des étoffes décoratives. L’étoffe représente le premier contact visuel et tactile que le protagoniste instaure avec un endroit nouveau ou une nouvelle situation. Après avoir rencontré Charles Forestier, son ancien camarade qui a réussi à obtenir un poste dans le milieu du journalisme, Georges Duroy alias Bel-Ami est invité chez lui, puisque Forestier veut lui ouvrir les portes du métier. Cette visite représente symboliquement l’entrée de Bel-Ami dans le ‘monde’ de la société parisienne et elle est anticipée métaphoriquement par la description du fauteuil qui accueille le jeune arriviste, affamé et sans le sou, chez les Forestier, en signe de promesse d’un avenir optimiste:

Il s’assit sur un fauteuil qu’elle lui désignait, et quand il sentit plier sous lui le velours élastique et doux du siège, quand il se sentit enfoncé, appuyé, étreint par ce meuble caressant dont le dossier et les bras capitonnés le soutenaient délicatement, il lui sembla qu’il entrait dans une vie nouvelle et charmante, qu’il prenait possession de quelque chose de délicieux, qu’il devenait quelqu’un, qu’il était sauvé; et il regarda Mme Forestier dont les yeux ne l’avaient point quitté. (Maupassant 1975: 30)

4La douceur et l’élasticité du velours, aussi bien que l’étreinte du fauteuil qui s’anime des qualités humaines, donnent la bienvenue à Bel-Ami «dans une vie nouvelle et charmante» et semblent anticiper l’intimité qui s’instaurera quelques jours après, entre le protagoniste et la maîtresse du salon, Mme Forestier, femme raffinée et élégante, épouse de son bienfaisant M. Forestier, avec laquelle Duroy se mariera après la mort précoce de son ami.

  • 8   Maupassant est lui-même très attentif au décor de sa vie. Il recouvre d’étoffes les parois de ses (...)

5La description détaillée des meubles, et en particulier leurs revêtements en tissus, est d’ailleurs un des rares moments descriptifs du récit. Maupassant, en amateur de mode et en grand esthète, précise la qualité des étoffes employées, leurs dessins et nuances de couleurs8. C’est ainsi que la maison des Forestier est décrite à travers des «drap[s] bleu gris» (41) avec «quelques œillets de soie rouge» (Ibidem) et à travers la «soie Louis XVI» ou le «beau velours d’Utrecht» (Ibidem), décorant l’appartement dans lequel Duroy se sent comme enveloppé et caressé grâce à l’«étoffe ancienne d’un violet passé, criblée de petites fleurs de soie jaune, grosses comme des mouches» (Ibidem). Milieu celui-ci qui reflète indirectement les caractéristiques de sa patronne, Mme Forestier, femme accueillante, fine et aimable.

6La maison de Mme Walter, par contre, une des dernières amantes de Bel-Ami, est décrite moyennant les «étoffes précieuses, [les] broderies italiennes ou [les] tapis d’Orient de nuances et de styles différents» (376), la «soie à bouquets roses sur un fond bleu pâle» (Ibidem) et la «soie bleue à boutons d’or» (142) censés souligner la richesse de son époux, directeur du journal, et la sophistication de la personnalité de cette femme.

7Comme le rappelle Albert-Marie Schmidt, Maupassant crée le décor de la vie quotidienne de ses héros de prédilection avec une extrême minutie, parce qu’il

souhaite que celui-là non seulement les aide à devenir ceux qu’ils sont dans le monde inclément où le sort les contraint à vivre, mais encore leur permette, lorsque les accablent le mal physique ou le mal moral, de s’évader sans effort vers des contrées tranquilles qu’ils emplissent de créations, de créatures délicieuses. Tout, dans un logement doctement arrangé, doit avoir une triple fonction: augmenter l’aisance de la chair, faciliter le travail de l’esprit, favoriser l’essor de l’âme vers une utopie onirique. (87)

8En effet, lorsqu’il s’agit de milieux modestes ou vieillis, les étoffes précieuses sont remplacées par des étoffes anciennes et sales, des reps ou de faux velours. Un des exemples les plus intéressants est la description du salon d’attente du journal «La vie française» où travaille M. Forestier et auquel Bel-Ami aspire:

Duroy entra, monta un escalier luxueux et sale que toute la rue voyait, parvint dans une antichambre […] puis s’arrêta dans une sorte de salon d’attente, poussiéreux et fripé, tendu de faux velours d’un vert pisseux, criblé de taches et rongé par endroits, comme si des souris l’eussent grignoté. (16)

  • 9   Comme on le sait, Maupassant en tant que journaliste connaît très bien le contexte dont il parle. (...)

9Les étoffes utilisées dans la description reflètent directement la corruption et l’hypocrisie qui caractérisent le milieu du journalisme9, où rien n’est comme il semble (faux velours), tout est sale (taches) et corrompu «comme si des souris l’eussent grignoté». De la même manière, les étoffes accompagnant la description de l’appartement loué par Mme de Marelle pour ses rencontres amoureuses avec Duroy sont des «reps verdâtre[s] à dessins jaunes, et un maigre tapis à fleurs, si mince que le pied sentait le bois par-dessous» (112) avec des «rideaux bleus et lourds, également en reps, et écrasés sous un édredon de soie rouge maculé de taches suspectes» (113) qui marquent davantage la condition de précarité de cette relation, vouée à l’échec, et confirment l’indifférence que cette femme a toujours manifestée envers les habitations et le décor intérieur, malgré son aspect soigné et raffiné.

3. Étoffes et status symbol

10La qualité, la couleur et le dessin de l’étoffe se substituent à toute autre description d’ordre psychologique ou de caractère, qui reste implicite. Ainsi, Mme Forestier, femme fine, délicate, intelligente et raffinée est vêtue de robes sombres et élégantes, alors que les soies visibles et colorées appartiennent le plus souvent à Mme de Marelle, amie des Forestier, qui séduit Bel-Ami par son charme de femme du monde et devient sa maîtresse favorite:

Duroy s’assit et attendit. Il attendit longtemps. Puis une porte s’ouvrit, et Mme de Marelle entra en courant, vêtue d’un peignoir japonais en soie rose où étaient brodés des paysages d’or, des fleurs bleues et des oiseaux blancs, et elle s’écria:

«Figurez-vous que j’étais encore couchée. Que c’est gentil à vous de venir me voir! J’étais persuadée que vous m’aviez oubliée». (90)

11L’habit dénote un status symbol du personnage et les femmes, par elles-mêmes, sont pour les hommes de succès des bijoux à exhiber au regard de la société (Nissim 2006: 342-343). La femme ne vit pas d’une réelle autonomie, car elle n’est jamais décrite «en dehors de tout rapport avec un homme ou les hommes, que ce soit leur père, leur mari, leur amant ou leur fils, en dehors de tout objet d’intérêt ou de convoitise» (Dahhan 1996: 50). La proportion milieu-habit vaut tant pour des contextes luxueux que pour des contextes pauvres, car le décor continue de marquer les différences sociales. C’est encore Mme de Marelle qui, pour pouvoir rencontrer Bel-Ami, renonce à la visibilité de son statut et a recours à des robes de toile qui peuvent passer inaperçues dans les milieux humbles habités par son amant, qu’elle rejoint régulièrement :

Elle arrivait au rendez-vous habituel vêtue d’une robe de toile, la tête couverte d’un bonnet de soubrette, de soubrette de vaudeville; et, malgré la simplicité élégante et cherchée de la toilette, elle gardait ses bagues, ses bracelets et ses boucles d’oreilles en brillants, en donnant cette raison, quand il la suppliait de les ôter: «Bah! on croira que ce sont des cailloux du Rhin». (Maupassant 1975: 118)

  • 10   C’est par exemple le cas de Rachel, la prostituée brune qui, comme Mme de Marelle, est souvent dé (...)

12Une catégorie à part est représentée par les prostituées qui pourtant ne sont presque jamais décrites, figurant comme un grand «promenoir» (Maupassant 1975: 129) de femmes indistinctes parmi lesquelles choisir selon son propre goût, exception faite pour deux «rôdeuses» (Ibidem), qui sont des alter ego des deux maîtresses du protagoniste, à savoir Mme Forestier et Mme de Marelle. Plusieurs analogies peuvent être observées même dans la couleur de leurs vêtements10. Pour Maupassant, comme on le sait, les prostituées représentent pour certains aspects des femmes idéales, car «elles connaissent les hommes dans leur tréfonds, elles assouvissent [leurs] besoins physiques et [leur] permettent évidemment de garder toute [leur] indépendance» (Dahhan 1996: 91).

13Si l’importance de l’habillement est perceptible dès les premières pages du roman, sa description n’est réservée qu’aux moments les plus remarquables, lorsque, par exemple, M. Forestier recommande à Bel-Ami de se trouver un habit pour le dîner, car, à Paris, «il vaudrait mieux n’avoir pas de lit que pas d’habit» (Maupassant 1975: 18). Pour Bel-Ami le vêtement est donc un moyen par lequel accéder au milieu de la haute société, si bien qu’avant de parvenir à acheter un ‘costume de soirée’, il loue plusieurs fois un ‘habit noir’ de moindre qualité.

14Son nouvel habit, cependant, ne reflète pas tout à fait sa personnalité et son âme; il ne lui appartient pas. C’est un masque, un accessoire indispensable pour pouvoir accéder aux salons parisiens, mais dans lequel il ne se sent pas à l’aise. En effet, lorsqu’il s’aperçoit par hasard dans un miroir, il ne se reconnaît pas. Pour avoir une perception de sa mise, pour vivre, il a besoin du regard d’autrui, il doit se juger lui-même comme un individu étranger et vivre, comme un dandy, devant un miroir:

Il montait lentement les marches, le cœur battant, l’esprit anxieux, harcelé surtout par la crainte d’être ridicule; et, soudain, il aperçut en face de lui un monsieur en grande toilette qui le regardait. Ils se trouvaient si près l’un de l’autre que Duroy fit un mouvement en arrière, puis il demeura stupéfait: c’était lui-même, reflété par une haute glace en pied qui formait sur le palier du premier une longue perspective de galerie. Un élan de joie le fit tressaillir, tant il se jugea mieux qu’il n’aurait cru. N’ayant chez lui que son petit miroir à barbe, il n’avait pu se contempler entièrement, et comme il n’y voyait que fort mal les diverses parties de sa toilette improvisée, il s’exagérait les imperfections, s’affolait à l’idée d’être grotesque.
Mais voilà qu’en s’apercevant brusquement dans la glace, il ne s’était pas même reconnu; il s’était pris pour un autre, pour un homme du monde, qu’il avait trouvé fort bien, fort chic, au premier coup d’œil. (28)

15Bel-Ami, mal à l’aise dans son habit, se sent fragile, inadéquat. Son habit, loué pour l’occasion, ne semble pas lui aller très bien: «son pantalon, un peu trop large, dessinait mal la jambe, semblait s’enrouler autour du mollet» (27). Cette incertitude le pousse à regarder les autres avec un air suspect, tant qu’il se sent menacé, en particulier par l’élégance de Jacques Rival et de Norbert Varenne, mais aussi par la tenue d’un valet des Forestier, élégant et parfaitement vêtu. L’habit noir n’étant plus le seul privilège d’une petite élite, la différence entre cette multitude de tenues consiste dans la qualité, dont un des indicateurs est la coupe, c’est-à-dire la façon dont les étoffes enveloppent le corps, l’harmonie entre le corps et l’étoffe que le protagoniste aspire à atteindre:

La porte s’ouvrit presque aussitôt, et il se trouva en présence d’un valet en habit noir, grave, rasé, si parfait de tenue que Duroy se troubla de nouveau sans comprendre d’où lui venait cette vague émotion: d’une inconsciente comparaison, peut-être, entre la coupe de leurs vêtements. Ce laquais, qui avait des souliers vernis, demanda en prenant le pardessus que Duroy tenait sur son bras par peur de montrer les taches «Qui dois-je annoncer?». (29)

4. Étoffes et corps féminin

16L’étoffe filtre tout contact non seulement par rapport à l’extérieur mais aussi par rapport au corps féminin. Bel-Ami approche l’Autre, notamment les femmes, d’abord à travers la vue, ensuite à travers le toucher de l’étoffe qui s’amalgame au corps féminin en en devenant le prolongement. L’approche à l’étoffe mesure métaphoriquement la nature du rapport entre le protagoniste et ses femmes, puisque le toucher est en lien étroit avec la sensualité. Mme Walter, sa dernière maîtresse, éprouvant un amour éperdu pour Bel-Ami, dont ce dernier se servira dans son ascension, se laisse approcher; elle laisse toucher la robe qu’elle porte, jusqu’à s’effondrer dans cet amour sans retour:

Il la touchait à travers sa robe, la maniait, la palpait; et elle défaillait sous cette caresse brutale et forte. Il se releva brusquement et voulut l’étreindre, mais, libre une seconde, elle s’était échappée en se rejetant en arrière, et elle fuyait maintenant de fauteuil en fauteuil. (360)

  • 11  «Elle était vêtue d’une robe de cachemire bleu pâle qui dessinait bien sa taille souple et sa poit (...)
  • 12  «Elle entra d’une allure alerte; elle semblait dessinée, moulée des pieds à la tête dans une robe (...)

17Toucher l’étoffe équivaut donc à effleurer le corps de la femme, mais la distance instaurée par la femme révèle indirectement son tempérament. Mme Forestier, préférant les couleurs sombres et pastel11, évoque en lui le désir de «baiser la fine dentelle» de son corsage, d’embrasser l’étoffe moelleuse qui enveloppe son corps, alors que Mme de Marelle, en vraie bohème, le fait frémir, provocant en lui un désir plus brutal, souligné souvent par des couleurs intenses12:

Quand il sentait près de lui Mme Forestier, avec son sourire immobile et gracieux qui attirait et arrêtait en même temps, qui semblait dire: «Vous me plaisez» et aussi: «Prenez garde», dont on ne comprenait jamais le sens véritable, il éprouvait surtout le désir de se coucher à ses pieds, ou de baiser la fine dentelle de son corsage et d’aspirer lentement l’air chaud et parfumé qui devait sortir de là, glissant entre les seins. Auprès de Mme de Marelle, il sentait en lui un désir plus brutal, plus précis, un désir qui frémissait dans ses mains devant les contours soulevés de la soie légère. (91)

18Si d’un côté l’étoffe est le premier contact avec le corps féminin, elle représente en même temps la dernière barrière pour y accéder. La femme «attire et retient» (cf. Besnard-Coursodon 1973); elle est un piège. Le narrateur décrit les robes des femmes en faisant toujours référence au corps, à la taille, à la manière dont la robe et l’étoffe dessinent leur silhouette, jusqu’à transformer la description de l’étoffe en description physique. Voici comment il décrit Mme de Marelle:

Elle portait une robe marron foncé, qui moulait sa taille, ses hanches, sa gorge, ses bras d’une façon provocante et coquette; et Duroy éprouvait un étonnement confus, presque une gêne dont il ne saisissait pas bien la cause, du désaccord de cette élégance soignée et raffinée avec l’insouci visible pour le logis qu’elle habitait. (Maupassant 1975: 95)

Tout ce qui vêtait son corps, tout ce qui touchait intimement et directement sa chair, était délicat et fin, mais ce qui l’entourait ne lui importait plus. (Ibidem)

19Nous retrouvons une description semblable au début du roman, lorsque Duroy rencontre pour la première fois un couple de coquettes parisiennes, une brune et une blonde, des reflets du miroir de Mme Forestier et Mme de Marelle. Le désir est évoqué à travers un contraste de couleur entre le noir de la robe et le rouge des lèvres porté par Rachel, sa prostituée préférée qui, sous le charme de Bel-Ami, ne se fait pas payer:

Duroy n’écoutait plus. Une de ces femmes, s’étant accoudée à leur loge, le regardait. C’était une grosse brune à la chair blanchie par la pâte, à l’œil noir, allongé, souligné par le crayon, encadré sous des sourcils énormes et factices. Sa poitrine, trop forte, tendait la soie sombre de sa robe; et ses lèvres peintes, rouges comme une plaie, lui donnaient quelque chose de bestial, d’ardent, d’outré, mais qui allumait le désir cependant. (23)

20En dépit de ces analogies, Mme de Marelle, amusante et séduisante, apparaît comme «dessinée» (31) dans un tableau, ce qui renvoie symboliquement à son statut de femme mariée, facile à atteindre mais difficile à posséder. Au moment où Duroy lui annonce son mariage avec Mme Forestier, c’est encore à travers une étoffe qu’il essaie désespéramment de la retenir:

Elle se leva. Duroy devina qu’elle allait partir sans lui dire un mot, sans reproches et sans pardon: et il en fut blessé, humilié au fond de l’âme. Voulant la retenir, il saisit à pleins bras sa robe, enlaçant à travers l’étoffe ses jambes rondes qu’il sentit se roidir pour résister. (238)

5. Bruit et odeur d’étoffes

  • 13   «Un bruit de robe le fit tressaillir. C’était elle» (Maupassant 1975: 310); «Un bruit de robe le (...)

21Sur les tissus convergent donc les attentions et les désirs frustrés de l’homme. Plus ceux-ci sont précieux, plus la femme est impossible à atteindre, ce qui fait augmenter le désir du protagoniste se déclenchant au moindre bruissement des étoffes. Leur bruit ou leur frôlement rappellent de loin la présence féminine jouant sur un autre sens perceptif, celui de l’ouïe qui est un des plus éloignés quant à la perception des étoffes13. Et pourtant, la sensation d’une hyperesthésie, ou plus précisément d’une réactivité extrême aux perceptions de l’environnement et à tout contact avec l’autre, augmente au fur et à mesure dans le roman (cf. Hummel-Gabriel 2008). Les étoffes ne se font pas seulement entendre, elles sont perceptibles par les protagonistes également par l’odorat. Le mouvement de la robe dégage le parfum de la femme désirée provoquant une symphonie de sens entremêlés où les sensations se superposent dans une extase perceptive de l’imagination vibrante (cf. Hamon 2009):

«Je ne peux plus vivre sans vous voir. Que ce soit chez vous ou ailleurs, il faut que je vous voie, ne fût-ce qu’une minute tous les jours, que je touche votre main, que je respire l’air soulevé par votre robe, que je contemple la ligne de votre corps, et vos beaux grands yeux qui m’affolent». (Maupassant 1975: 306)

22Les étoffes en effet représentent toujours un filtre dans le rapport entre l’homme et la femme, mais elles sont également une sorte de fétichisme érotique qui peut déclencher par leur vue, leur odeur et leur toucher une hyperesthésie de la sensualité. C’est encore le cas de la passion effrénée qu’inspire au protagoniste Mme Forestier, qui l’attire et le repousse en même temps, et pour laquelle il éprouve, rappelons-le, «le désir de se coucher à ses pieds, ou de baiser la fine dentelle de son corsage et d’aspirer lentement l’air chaud et parfumé qui devait sortir de là, glissant entre les seins» (105-106).

6. Conclusion

23La description des draps et des étoffes dans le roman de Maupassant est donc fortement perceptive, concernant quatre sens: la vue, le toucher, l’ouïe et l’odorat. Le narrateur voit le monde et l’approche moyennant les étoffes, dont la première perception est la vue, qui est cependant incomplète si elle ne s’accompagne pas du toucher, surtout dans le cas des vêtements féminins. Les robes et les habits couvrent les corps dont ils dessinent les contours en les valorisant. La nature de l’étoffe mise à part, la qualité du vêtement est jugée avant tout par la coupe de l’étoffe qui mesure son adhérence au corps, à savoir la capacité de l’individu de se camoufler sous cette ‘deuxième peau’ destinée au regard des autres.

  • 14   Maupassant estime que c’est avec Manon Lescaut de l’abbé Prévost que naît le roman moderne. Prévo (...)

24La symphonie de sens ainsi créée situe le réalisme de Maupassant du côté d’un réalisme perceptif et non pas strictement documentaire, bien que la description objective ouvre la voie à la construction d’un système de significations, dont la représentation est plus réelle que le réel, mettant en scène des «évocations d’êtres humains»14. Les habits racontent le caractère des personnages, mais plus encore ils en reflètent les désirs et les ambitions. L’étoffe crée finalement un noyau thématique qui trace un fil rouge mettant en communication les personnages entre eux et leur environnement. Si, selon l’auteur, un roman est la nature vue à travers un tempérament, dans le cas de Bel-Ami, il apparaît comme ‘vu à travers des étoffes’, évoquant métonymiquement le tempérament même.

Bibliographie

Bailbé J.-M.-Pierrot J., 1981, Flaubert et Maupassant, écrivains normands, Presses de l’Université de Rouen.

Besnard-Coursodon M., 1973, Étude thématique et structurale de l’œuvre de Maupassant. Le piège, Paris, Nizet.

Dahhan P., 1996, Guy de Maupassanat et les femmes, Luneray, Bertout.

Delaisement G., 1956, Maupassant journaliste et chroniqueur, Paris, Albin Michel.

Dumesnil R., 1933, Guy de Maupassant, Paris, Armand Colin.

Greimas A.J., 1976, Maupassant. La sémiotique du texte. Excercices pratiques, Paris, Seuil.

Hamon P., 2009, Maupassant et la vibration, in M. Petrone-M. Cerullo (eds.), Actualité de l’œuvre de Maupassant au début du XXIe siècle, Actes du Colloque International (12-13 juin 2006, Université de Naples “L’Orientale”), Napoli, Torcoliere: 197-221.

Hummel P.-Gabriel F. (eds.), 2008, Les débris du sens. Études sur les dérivés de la perception et du sens, Paris, Philologicum.

Maupassant G. de, 1959, Le Roman, Préface à Pierre et Jean, in Pierre et Jean, Paris, Classiques Garnier.

—, 1975, Bel-Ami, Paris, Albin Michel.

—, 1887, Romans, Paris, Gallimard.

—, 1993, Choses et autres. Choix de chroniques littéraires et mondaines (1876-1890), J. Balsamo (ed.), Paris, Le Livre de Poche classique.

Nissim L., 2003, Veste, habit-veste, redingote, habit. Piccole note sull’abbigliamento maschile in Madame Bovary, in E. Galazzi-G. Bernardelli (eds.), Lingua, cultura, testo. Miscellanea di studi francesi in onore di Sergio Cigada, Milano, Vita e Pensiero: 889-906.

—, 2006, Abbigliamento e arredamento fra Simbolismo e Naturalismo, in A. Brudo- L. Grasso (eds.), À la croisée des chemins, Miscellanea di Studi per Anna Maria Rubino, Fasano, Schena: 341-359.

Schmidt A.-M., 1976, Maupassant, Paris, Seuil.

Notes

1   I, c.7, n.2.

2   Nissim (2003; 2006).

3   Rappelons que Bel-Ami a été publié en feuilleton dans Gil Blas entre le 6 avril et le 30 mai 1885. Nous avons recours ici à l’édition Maupassant (1975).

4  L’analyse quantitative du lexique peut se révéler utile pour comprendre la fréquence et surtout la récurrence de certains lexèmes dans Bel-Ami appartenant au champ sémantique des étoffes, à condition qu’elle soit mise en contexte, pour pouvoir aboutir à une interprétation correcte de leur fonction textuelle. Voici quelques données concernant les occurrences des lexies liées au champ sémantique des étoffes: soie: 14, tissu: 1, robe: 21, drap: 15, étoffe: 10, velours: 3, broderie: 2, reps: 2.

5  Liana Nissim souligne le riche éventail lexical employé par Flaubert et en analyse la fonction romanesque, notamment dans Madame Bovary. Cf. Nissim (2003); cf. Bailbé-Pierrot (1981).

6  Cf. Greimas (1976).

7  On sait que le lexique utilisé par Maupassant est caractérisé par l’essentialité, la sobriété et la précision. Voici ce que Maupassant lui-même affirme à ce propos: «On peut traduire et indiquer les choses les plus subtiles en appliquant ce vers de Boileau: “D’un mot mis en sa place enseigna le pouvoir”. Il n’est point besoin du vocabulaire bizarre, compliqué, nombreux et chinois qu’on nous impose aujourd’hui sous le nom d’écriture artiste, pour fixer toutes les nuances de la pensée; mais il faut discerner avec une extrême lucidité toutes les modifications de la valeur d’un mot suivant la place qu’il occupe. Ayons moins de noms, de verbes et d’adjectifs au sens presque insaisissable, mais plus de phrases différentes, diversement construites, ingénieusement coupées, pleines de sonorité et de rythme savants. Efforçons-nous d’être des stylistes excellents plutôt que des collectionneurs de termes rares. [...] La langue française, d’ailleurs, est une eau pure que les écrivains maniérés n’ont jamais pu et ne pourront jamais troubler. [...] La nature de cette langue est d’être claire, logique et nerveuse. Elle ne se laisse pas affaiblir, obscurcir ou corrompre» (Maupassant 1959: 21-22).

8   Maupassant est lui-même très attentif au décor de sa vie. Il recouvre d’étoffes les parois de ses habitations et soigne particulièrement les couleurs, très variées d’ailleurs, aussi bien que l’association d’éléments de provenance et d’âges divers, souvent contestée par Edmond de Goncourt. Cf. Schmidt (1976: 78-87).

9   Comme on le sait, Maupassant en tant que journaliste connaît très bien le contexte dont il parle. Cf. Delaisement (1956); Maupassant (1993).

10   C’est par exemple le cas de Rachel, la prostituée brune qui, comme Mme de Marelle, est souvent décrite dans une robe en soie noire avec le rouge à lèvres rouge, alors que le rouge de Mme de Marelle est représenté par une rose rouge piquée dans ses cheveux noirs (Maupassant 1975: 31). Ce n’est pas par hasard non plus d’ailleurs que Mme de Marelle est définie comme une «sale cocotte» (114) par les habitants de l’immeuble dans lequel elle retrouve Duroy. De la même manière, les femmes appartenant aux rangs inférieurs de la société sont décrites comme négligées telles que les ouvrières mal peignées, coiffées d’un chapeau toujours poussiéreux et vêtues toujours d’une robe de travers (7), appartenant au décor de la vie précédente du protagoniste décrite au début du roman.

11  «Elle était vêtue d’une robe de cachemire bleu pâle qui dessinait bien sa taille souple et sa poitrine grasse» (Maupassant 1975: 30).

12  «Elle entra d’une allure alerte; elle semblait dessinée, moulée des pieds à la tête dans une robe sombre toute simple» (Maupassant 1975: 31).

13   «Un bruit de robe le fit tressaillir. C’était elle» (Maupassant 1975: 310); «Un bruit de robe le fit se retourner» (175); «La porte s’ouvrit, et Clotilde se précipita en coup de vent, avec un grand bruit de robe, les bras ouverts. Elle était enchantée» (113); «Duroy, éperdu, se recula, car il entendait un rapide frôlement de jupes et un pas précipité gravissant l’étage au-dessous de lui» (110); «Peu à peu, il en venait d’autres, des femmes qui faisaient un bruit d’étoffes, un bruit de soie, des hommes sévères, presque tous chauves, marchant avec une correction mondaine, plus graves encore en ce lieu» (436).

14   Maupassant estime que c’est avec Manon Lescaut de l’abbé Prévost que naît le roman moderne. Prévost est donc un des premiers «évocateur[s] d’être humains» (Maupassant 1987: 1484). «Pour la première fois nous recevons l’impression profonde, émouvante, irrésistible de gens pareils à nous, passionnés et saisissants de vérité, qui vivent leur vie, notre vie, aiment et souffrent comme nous entre les pages d’un livre». À Gustave Flaubert on doit «l’accouplement du style et de l’observation modernes» (1486). Comme le rappelle Dumesnil, les critiques lui reprochaient, «comme autrefois à Flaubert, que dans sa psychologie il entrât beaucoup de physiologie. Il aurait pu répondre comme son maître qu’il ne pouvait “imaginer l’esprit sans le corps, la forme sans le fond, le style dans l’idée”» (1933: 229).

Auteur

Università degli Studi di Napoli l’Orientale

Acheter

Volume papier

amazon.fr