Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

Les vêtements des indiens d’Amérique du Nord

François Proïa

Texte intégral

1Des rives du Mississipi aux contreforts des Rocheuses, au cœur même du continent nordaméricain, s’étend un vaste territoire verdoyant où, selon l’Abbé Domenech, «les sons se perdent dans l’espace» (1958: 6). Une plaine immense suscitant une profonde sensation de solitude et d’abandon dans l’âme de ces religieux habitués, dans le vieux continent, à des aires urbaines bien circonscrites, et à une densité de population beaucoup plus élevée. Le missionnaire exprime parfaitement ce sens de perdition lié à l’immensité de la nature environnante. Il cherche en vain la beauté dans ce paysage, grandiose, il est vrai, mais de la grandeur sauvage et mélancolique du désert. En ces temps-là, il semble qu’aucun être humain puisse s’approprier pleinement ces espaces qui favorisent les habitudes nomades et l’esprit d’indépendance des natifs américains que l’homme blanc n’hésite pas à appeler ‘sauvages’.

2Avec le terme ‘sauvage’ ou ‘barbare’ (l’autre nom utilisé pour désigner les Indiens), les Anglais et les Français veulent indiquer une différence de civilisation. À ce propos Huey Pierre Long écrit: «Il semble qu’on ait convenu en Europe de désigner par le nom de sauvage une classe d’êtres animés qu’on rougirait d’élever au rang d’hommes. C’est du moins ce que donne à penser le mépris avec lequel on les traite; on s’est accoutumé à les considérer comme appartenant à une espèce, qui, pour être supérieure à celle des bêtes, n’en est pas moins fort au-dessous de la nôtre ou qui, tout au plus tient le milieu entre les deux» (Gomme 1977: 86). Un voyageur français, Jean Bernard Bossu, est d’un tout autre avis, et il n’aura de cesse de réhabiliter ces ‘sauvages’ que l’on combat parce que leur pensée est en contradiction avec d’autres mœurs dominantes, en particulier la tradition chrétienne. Très attentif aux coutumes indiennes, il les compare à celles des européens. Les conclusions qu’il en tire sont surprenantes:

On ne voit point en Amérique, de ces hommes que nous appelons Sauvages, qui soient assez barbares pour égorger de sang froid leurs frères, ni servir de faux témoins pour les perdre afin d’avoir leurs biens. On n’y connaît point l’intrigue pour s’enrichir par des voies indignes de l’histoire de l’humanité. (Bossu 1980: 156)

3Plus que jamais, la compréhension et l’assomption de l’identité indienne trouve dans le sens de l’honneur une médiation privilégiée. En effet, les Indiens démontrent dans chacune de leur action, une rigueur extrême qui n’admet pas de compromis:

Parmi les Sauvages, ceux qui lâchent le pied, ou désertent dans une action où il s’agit de l’honneur et de la patrie, ne sont point punis; mais ils sont regardés comme l’opprobre du genre humain. Les autres leur reprochent toujours qu’ils ne sont point des hommes mais des vieilles. Ils sont méprisés des femmes mêmes, et les filles les plus laides n’en veulent point pour maris, et s’il arrivait que quelqu’une en voulu épouser un, les parents s’y opposeraient, dans la crainte d’avoir dans leur famille des hommes sans cœur, et inutiles à la patrie. Ces sortes de gens sont obligés de laisser croître leurs cheveux, et de porter un alkoman comme les femmes. (92-93)

4Bossu prend soin d’expliquer le terme indien alkoman: «Petite jupe dont se servent les femmes pour cacher leur nudité» (93). La tenue vestimentaire du guerrier lâche l’expose ainsi à la risée de toute la tribu, et son destin est signé à tout jamais.

  • 1   Les Indiens ne connaissant pas l’écriture, les décorations vestimentaires revêtent donc une forme (...)

5Par contre, les actes de bravoure sont tenus en très haute estime et les costumes de ces braves affichent les distinctions obtenues sur les champs de bataille1. Il faut dire que les Indiens sont capables de supporter les plus terrifiantes tortures pour ne point passer pour vils. Bossu nous narre la fin cruelle réservée aux prisonniers d’une tribu ennemie:

On les brûle vifs à petit feu. Pour cet effet, on leur écorche la tête, et on les attache à un quadre, alors tous les jeunes gens se vengent sur ces misérables, qui endurent les tourments les plus affreux sans se plaindre, au contraire, ils chantent jusqu’à ce qu’ils expirent; disant qu’ils sont de véritables hommes, et qu’ils ne craignent ni la mort ni le feu; ils se moquent même de leurs bourreaux, en leur disant qu’ils ne les font pas assez souffrir, que s’ils les tenaient, ils les tourmenteraient bien d’avantage, que c’est dans telles parties qu’il faut porter le feu, et que c’est dans ces endroits qu’ils sont plus sensibles. (76)

6Pour les Indiens des plaines, le monde est, par essence, en continuel mouvement, comme les vents incessants qui y règnent, comme la migration continue des troupeaux de buffles. Dans un tel environnement, les vêtements doivent correspondre à la mobilité de ceux qui les endossent, et répondre également aux brutales variations climatiques qui sont la norme sur ces terres.

7Les Indiens sont avant tout des hommes pratiques, d’une agilité surprenante, voyant ce que les autres ne voient pas, et qui sont allés le plus loin dans un espace dont, en principe, nul ne revient. Les jésuites ont tout de suite essayé de s’introduire dans le tissu social des indigènes, et ils ont bien vite compris de quelle trempe ils sont faits. Avec eux il faut agir très vite, être toujours prêt à entrer en action, et Jean de Brébeuf invite ses confrères à se comporter de la sorte:

Ne retardez pas les sauvages quand vous devez embarquer; soyez alors pieds et jambes nus, relevez vos soutanes pour ne pas vous mouiller. (Greagh 1988: 35)

8Avant la venue des marchands blancs, les Indiens ont déjà acquis une remarquable technique pour confectionner leurs vêtements à partir de peaux de bêtes qu’ils écharnent, avant de les épiler et de les laver. Ils l’étendent ensuite sur un châssis et l’enduisent de cervelle de daim, d’huile et de cendre de bois. Ils la lavent encore, l’essorent et l’assouplissent. Enfin, pour la rendre plus résistante et empêcher qu’elle moisisse, ils la fument.

  • 2   Le buffle offre non seulement l’habillement mais aussi le vivre et le couvert. Les os, une fois é (...)

9Dans ces plaines les animaux ne manquent pas, et les Indiens n’ont que l’embarras du choix entre daim, antilope, élan, orignal, mouflon, loutre et castor. Ils préfèrent toutefois chasser le buffle2 dont la fourrure devient la matière première de leur habillement.

10Les costumes masculins peuvent varier considérablement du nord au sud, mais le pagne en demeure la base. Cette pièce de cuir est soit enroulée autour du corps, soit fixée à une ceinture. À celle-ci sont également rattachées les jambières cuissardes. Les franges, en cuir effiloché, suggèrent le symbole de la pluie dont l’importance est primordiale chez ces peuples. Elles peuvent aussi représenter, selon certains, le prolongement symbolique de l’âme, au-delà de l’habit (cf. Dubin 1999: 246). Les coutures extérieures sont parfois enrichies d’éléments graphiques dépeints ou de broderies de porc-épic et de perles.

  • 3  Quand le souverain meurt, c’est tout un monde qui disparaît, et ses proches l’accompagnent dans l’ (...)

11Les Natchez, une tribu de quatre mille âmes établie le long du fleuve Mississipi, présentent des caractéristiques sociales particulièrement insolites. Organisés en un système hiérarchique et autoritaire, les Natchez honorent un chef appelé Grand Soleil, descendant direct de l’astre céleste, dont le pouvoir est absolu3:

Les Natchez […] formaient un peuple considérable. Ils composaient plusieurs villages soumis à des Chefs particuliers, qui obéissaient eux mêmes à un grand Chef, qui était celui de la Nation. Tous ces Princes portaient le nom de Soleil: ils étaient au nombre de cinq cents, tous alliés au grand Soleil leur commun souverain. Celui-ci portait sur sa poitrine l’image de cet Astre, dont il prétendait descendre, et qui était adoré sous le nom d’Ouachil, qui signifie: le feu très-grand, ou le feu suprême. (Bossu 1980: 53)

  • 4  Le père Claude-Jean Allouez décrit la psyché complexe des natifs américains qui est profondément l (...)

12Ici aussi, l’habillement des princes indiens reflète leur divinité. Le soleil orne donc leur poitrine reflétant un symbolisme spirituel vibrant en parfaite syntonie avec leur manière d’être4, et cet ‘art de la mise’ s’étend par analogie à d’autres tribus également.

  • 5  Dubin en met en évidence quatre: commander une troupe de guerriers, porter une attaque à cheval, s (...)

13Par exemple, la plume de l’aigle évoque le Grand Esprit, et la cocarde en plumes d’aigle ou en piquants du porc-épic représente également le soleil. Endosser un couvre-chef en plumes d’aigle signifie s’identifier avec le soleil comme centre de la vie spirituelle, et confère à celui qui le revêt une dignité spirituelle d’ordre royal. Il n’est en aucun cas permis à un quelconque individu d’exhiber une telle coiffure qui transforme spirituellement l’indien en un oiseau rapace s’élançant vers le soleil rayonnant et les mondes célestes (Dubin 1999: 52). Ce serait un véritable sacrilège, car les parures de guerres, dont le plumage renvoie métaphoriquement aux oiseaux et aux divinités célestes, sont réservées uniquement aux guerriers ayant accomplis des prouesses exceptionnelles5. La bandelette d’hermine incarne quant à elle les qualités de cet animal qui, à l’instar du furet, est très agile et représente ainsi l’habileté du guerrier à échapper à l’ennemi. Les guerriers exhibent également leurs trophées de chasse comme des dents d’ours ou la tête d’un animal dont ils sont fiers de se coiffer avec.

14Les bijoux font également partie de la garde-robe des Indiens qui les portent autour du cou, des poignets et même aux oreilles. Ceux des femmes sont généralement en argent et de couleur turquoise. Les hommes, quant à eux, imposent aux lobes de leurs oreilles un effort surhumain car les boucles majestueuses, qu’ils étalent avec fierté, arrivent à peser jusqu’à 250 grammes. Les colliers de griffes de grizzly ont, bien entendu, un grand pouvoir dérivant de l’animal dont elles proviennent, et ils sont réservés uniquement aux grands guerriers. Des bracelets en peau, auxquels les Indiens accrochent de longs crins de cheval, ceignent leurs poignets:

Ils ont autour de leur bras quantité de manilles; outre cela, ils ont le visage barbouillé, le tour des sourcils rouge vermillon, la moitié d’une joue noircie et le nez percé, auquel il pend un morceau de corail de la grosseur du doigt, aussi bien que les oreilles, dans lesquelles ils mettent un certain morceau de bois de la grosseur du petit doigt. (Lemoyne d’Iberville 1879-1888: t. 4, 518)

  • 6   La préparation des piquants exige une technique extrêmement sophistiquée et requiert une longue p (...)

15Les tours du cou sont en fourrure de loutre ou en coquilles d’un mollusque appelé dentalium. La broderie en piquants de porc-épic est toute imprégnée d’une autre existence appartenant aux constellations célestes, et elle revêt aux yeux fascinés des Indiens une dimension qui va bien au-delà de la simple sphère décorative. Elle acquiert, en effet, une dimension spirituelle, et devient un véritable viatique pour s’adresser aux êtres spirituels. Le porc-épic, capable de grimper sur les plus hautes sommités des arbres, est associé au soleil, et ses piquants6 se déployant dans l’espace sans limites précises comme les rayons de l’astre céleste évoquent pour eux une myriade d’impressions fantastiques.

16Le perlage, introduit par les commerçants européens, remplace progressivement ce type de broderie et finit par s’imposer à la fin du XVIe siècle, sans toutefois le supplanter définitivement. Il n’est pas rare de trouver les deux techniques sur le même vêtement et, ce qui est encore plus singulier, elles peuvent afficher, toutes deux, des motifs géométriques semblables. Ces habits, réalisés avec plumes et perles, permettent la reproduction de dessins géométriques bien définis qui reflètent toujours une cosmologie shamanique dont les racines remontent au Paléolithique supérieur du vieux Monde (cf. Chang 1986: 421).

  • 7  Les peaux tannées sont plongées dans des bains de teinture bleue, noire, rouge ou verte. Les Indie (...)

17Les indiennes sont particulièrement habiles aux délicats travaux de couture, ourdissage, tressage, tissage et teinture7 qui exigent une concentration constante. Bossu fait de leur aptitude à l’effort un éloge particulièrement flatteur:

Les femmes Sauvages sont en général fort laborieuses, on les prévient dès l’enfance, que si elles sont paresseuses ou mal adroites, elles n’auront jamais qu’un malotru pour mari. (Bossu 1980: 88)

  • 8  La tenue féminine par excellence, celle qui remonte le plus loin dans le temps, est la jupe ‘porte (...)
  • 9  En 1723 Sebastien Rasles écrit une lettre à son frère dans laquelle il décrit de façon très précis (...)

18Avant l’arrivée des Français, la tenue vestimentaire des femmes indiennes est tout ce qu’il y a de plus modeste8: de simples tuniques et des jambières s’arrêtant aux genoux. Point de minauderie agressive et agaçante, mais une coquetterie prudente qui ne s’avance jamais trop loin, si ce n’est se mettre de la graisse de bison sur les cheveux pour les rendre plus forts et brillants. Quant aux hommes, une tenue minimaliste est plus que suffisante9:

  • 10  Voir Carpenter (1966: 23).

Les femmes sont vêtues fort modestement et dans une grande bienséance, au lieu que les hommes ne se mettent pas en peine de se rien couvrir. (Marquette-Joliet 1681: 22)10

  • 11   Les usurpateurs sont contraints de faire disparaître les tatouages indûment dessinés aux prix de (...)

19En réalité les Indiens exposent avec leur corps des tatouages de couleur bleue qui témoignent leur statut social11. Les motifs les plus divers sont représentés allant des fleurs aux animaux ou encore aux étoiles et aux croissants et font de celui qui les porte un homme richement vêtu (Dubin 1999: 164). Pour entrer en communication avec les forces mystérieuses de l’au-delà ils n’hésitent pas à arborer fièrement des spirales et autres symboles ésotériques. Ces peintures faciales et corporelles permettant d’invoquer les grandes puissances spirituelles sont aussi des signes d’appartenance à une certaine tribu de participation à certaines cérémonies sociales ou religieuses. Elles peuvent aussi signifier le deuil, mais elles sont surtout des signes rituels de protection durant les combats.

  • 12   L’âme de l’ours est considérée extrêmement dangereuse aux yeux des Indiens, mais justement pour c (...)

20Les shamans ou sorciers, pour accroître leurs facultés de guérisseur, revêtent une peau d’ours. Le vigoureux plantigrade est, en effet, associé à des vertus magiques bienfaitrices12.

21Pour s’assurer le concours des Indiens, principaux fournisseurs de fourrures, les Français utilisent comme monnaie d’échange une impressionnante quantité de bijoux en métal. Puis, les bijoux en métal sont supplantés par les bijoux en argent réalisés généralement par des orfèvres anglais installés à Philadelphie ou à Montréal.

  • 13   Ces perles étaient aussi appelées ‘poneys’ car les négociants, qui les transportaient, montaient (...)
  • 14  Patricia Rieff Anawait fait une considération particulièrement intéressante: «Si les Indiens se la (...)

22Vers 1780, les marchands de fourrures français entreprennent de troquer les peaux contre de grands colliers de perles opaques13. Les Indiens lentement perdent leur intégralité culturelle en acceptant avec enthousiasme les produits de l’artisanat français14. Ronald Creagh expose les nombreux changements de la communauté indienne: «Les Indiens, qui disposaient d’ustensiles en os et en bois, prisaient les objets en métal, bouilloire, hache ou couteau; ils apprirent à manier les armes à feu. À Québec, ils achetaient des objets de cuivre; ils découvrirent des étoffes de couleur, couvertures ou jupons […]. Le prestigieux textile remplaçait progressivement les vêtements de cuir, ils substituaient dans leurs broderies des perles de verroterie aux piquants de porc-épic. Ils se créèrent des besoins d’anneaux, de clochettes de cuivre et de miroirs» (Greagh 1988: 28).

23Certains anciens et sages chefs indiens n’approuvent absolument pas cette ferveur des plus jeunes pour ces produits, le plus souvent inutiles, provenant d’Europe, et présagent des temps difficiles pour leur peuple:

Il y a longtemps que nous nous apercevons que le voisinage des Français nous fait plus de mal que de bien. Nous le voyons, nous autres vieillards, mais les jeunes gens ne le voient pas; les marchandises de l’Europe font plaisir à la jeunesse; mais en effet à quoi servent-elles? À séduire nos femmes, à corrompre les mœurs de la Nation, à débaucher nos filles, à les rendre orgueilleuses et fainéantes. Les jeunes garçons sont dans le même cas; il faut que les hommes mariés se tuent de travail pour fournir au luxe de leurs épouses. (Bossu 1980: 57-58)

24L’esprit pénétrant de ces anciens nous apprend à regarder ces transformations d’un autre point de vue, et la justesse de leurs réflexions laisse planer plus d’un doute sur la bonté d’une certaine ‘modernité’:

Avant que les Français fussent arrivés dans nos terres, nous étions des hommes, nous nous contentions de ce que nous avions, nous marchions hardiment dans tous les chemins, parce que nous étions nos maîtres; mais aujourd’hui nous n’allons qu’en tâtonnant, dans la crainte de trouver des épines; nous marchons en esclaves, nous le serons bientôt, puisqu’ils nous traitent déjà comme si nous l’étions. Quand ils seront assez forts, ils n’useront plus de ménagements, ils nous mettront aux fers; leur chef n’a-t-il pas menacé le nôtre de lui faire cet affront, et la mort n’est-elle pas préférable à l’esclavage? (Ibidem)

Bibliographie

Allouez C.-J., 1894-1901, Relation de ce qui s’est passé en les années 1666-1667, in R.G. Thwaites (ed.),The Jesuit relations and allied documents. Travels, explorations of the Jesuit Missionaries in New-France (1600-1791). The original French, Latin and Italian texts, Cleveland, Burrows Bros. Co.

Bossu J.B., 1980, Nouveaux voyages en Louisiane 1751-1768, P. Jacquin (ed.), Paris, Aubier-Montaigne.

Carpenter J.R., 1966, Histoire de la littérature française sur la Louisiane de 1673 jusqu’à 1766, Paris, Nizet.

Chang K.-C., 1986, Archaeology of Ancien China, New Haven / Londres, Yale University Press.

Domenech E. Abbé, 1958, Missionary adventures in Texas and Mexico: a personal narrative of six years sojourn in those Regions, Londres, Longman / Brown / Green.

Dubin L.S., 1999, North American Indian jewelry and adornment: from prehistory to the present, New York, Harry N. Abrams.

Gomme G., 1977, Une Épopée oubliée des Découvreurs Français en Amérique, «Historama» 310, septembre 1977: 86.

Greagh R., 1988, Nos cousins d’Amérique, Paris, Payot.

Lemoyne d’Iberville P., 1879-1888, Journal, in P. Margry (ed.), Découvertes et établissements des Français dans l’Ouest et dans le Sud de l’Amérique septentrionale (1614-1754), Mémoires et documents originaux, Paris, Imprimerie D. Jouaust.

Marquette J.-Joliet L., 1681, Voyage et découverte de quelques pays et nations de l’Amérique Septentrionale, Paris, Estienne Michallet.

Paterek J., 1994, Encyclopedia of American Indian Costume, New York / Londres, Norton.

Rieff Anawait P., 2008, Histoire des costumes du monde, Paris, Flammarion.

White S., 2012, Wild Frenchmen and Frenchified Indians, Philadelphia, University of Pennsylvania Press.

Notes

1   Les Indiens ne connaissant pas l’écriture, les décorations vestimentaires revêtent donc une forme de communication de premier ordre, véhiculant de nombreuses informations.

2   Le buffle offre non seulement l’habillement mais aussi le vivre et le couvert. Les os, une fois écharnés, sont utilisés pour la réalisation des selles et d’autres outils utilisés dans le campement.

3  Quand le souverain meurt, c’est tout un monde qui disparaît, et ses proches l’accompagnent dans l’au-delà: «Le Souverain en mourant se faisait accompagner au tombeau par ses femmes et par plusieurs de ses sujets. Les petits Soleils avaient soin de suivre la même coutume; la loi condamnait aussi à mourir tout Natchez qui avait épousé une fille du rang des Soleils, lorsque celle-ci était expirée» (Bossu 1980: 54).

4  Le père Claude-Jean Allouez décrit la psyché complexe des natifs américains qui est profondément liée à l’idée d’harmonie du cosmos, et à un délicat équilibre entre nature et culture à l’intérieur duquel les hommes réussissent à se rapporter spirituellement avec les mystères de l’univers: «Ils croient que le Soleil est un homme et la Lune sa femme: que la neige et la glace est aussi un homme, qui s’en va au printemps, et revient en hiver; que le malin esprit est dans les couleuvres, les dragons et autres monstres; que le corbeau, le milan et quelques autres oiseaux sont des génies, et qu’ils parlent aussi bien que nous: que même il y a parmi eux des peuples qui entendent leur langage, comme quelques-uns entendent un peu celui des Français» (1894-1901: t. 1, 286).

5  Dubin en met en évidence quatre: commander une troupe de guerriers, porter une attaque à cheval, s’emparer de l’arme à feu d’un ennemi, réussir un coup audacieux et inattendu (1999: 256).

6   La préparation des piquants exige une technique extrêmement sophistiquée et requiert une longue préparation. Les piquants doivent être soigneusement préparés. On les assouplit d’abord en les trempant dans l’eau, puis ils doivent être fendus, aplatis et enfin teintés.

7  Les peaux tannées sont plongées dans des bains de teinture bleue, noire, rouge ou verte. Les Indiens aiment les vêtements colorés et, dès qu’ils en ont eu l’occasion, ils n’ont point hésité à échanger ceux qu’ils portaient en peau de bison ou de daim contre des tenues européennes aux tons variées, beaucoup moins pratiques et résistantes, surtout parce qu’ils ne les lavaient jamais. Les couvertures bariolées sont aussi particulièrement appréciées et substituent bien vite le long manteau en peau de castor qu’ils endossaient durant la froide saison.

8  La tenue féminine par excellence, celle qui remonte le plus loin dans le temps, est la jupe ‘portefeuille’ complétée par un poncho durant la froide saison ou en cas de mauvais temps. Avec le temps, les chasseurs rapportent toujours plus une grande quantité de peaux de bêtes et les robes ne sont plus alors confectionnées avec une seule peau mais peuvent en comprendre plusieurs jointes par un laçage, et il existe même des robes à ‘trois peaux’. La laine européenne est l’un des premiers produits d’échange avec les Indiens nord-américains. Douce, malléable et en même temps chaude, elle remplace bien vite le cuir ou la fourrure des vêtements d’hiver. La laine dite stroud fabriquée à Stroudwater en Angleterre connaît un succès sans précédent. Ce tissu sert à réaliser de prestigieuses robes avec dents d’élan qui peuvent valoir, selon le nombre de dents qui y sont incorporés, autant qu’un bon cheval.

9  En 1723 Sebastien Rasles écrit une lettre à son frère dans laquelle il décrit de façon très précise les Illinois: «The Illinois are covered only around the waist, otherwise they go entirely nude; many panels with all sorts of figures, which they mark upon the body in an ineffaceable manner, take with them the place of garments. It is only when they make visits, or when they are present at Church, that they wrap themselves in a cloak of dressed skin in the summer-time, and in the winter season in a dressed skin with the hair left on, that they may keep warm. They adorn the head with feathers of many colors, of which they make garlands and crowns which they arrange very becomingly; above all things, they are careful to paint the face with different colors, but especially with vermillion. They wear collars and earrings made of little stones, which they cut like precious stones; some are blue, some red, and some white as alabaster; to these must be added a flat piece of porcelain [shell] which finishes the collar. The Illinois are persuaded that these grotesque ornaments add grace to their appearance, and win for them respect» (White 2012: 60).

10  Voir Carpenter (1966: 23).

11   Les usurpateurs sont contraints de faire disparaître les tatouages indûment dessinés aux prix de traitements particulièrement douloureux (Cf. Paterek 1994: 8).

12   L’âme de l’ours est considérée extrêmement dangereuse aux yeux des Indiens, mais justement pour cette raison elle peut transmettre à un être malade une aide spirituelle considérable.

13   Ces perles étaient aussi appelées ‘poneys’ car les négociants, qui les transportaient, montaient sur ces animaux.

14  Patricia Rieff Anawait fait une considération particulièrement intéressante: «Si les Indiens se laissent séduire par le costume occidental, certes transformé et adapté, ils n’en abandonnent pas pour autant leur esthétique singulière, qui plonge ses racines dans un antique univers shamanique» (2008: 401).

Auteur

Università degli Studi «G. D’Annunzio» di Chieti e Pescara

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search