Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

Madame de Sévigné et la mode

Franco Piva

Texte intégral

  • 1   Cf. en particulier, Placella Sommella (1984).

1La mode ne constitue certes pas le thème majeur de la Correspondance de Madame de Sévigné; les lettres qu’elle écrivit à sa fille partie en Provence pour la tenir au courant de ce qui se passait à Paris, contiennent cependant de très nombreuses indications sur la mode, que d’autres ont recensées avec soin1; sans attirer toutefois l’attention qu’elle méritait, à notre avis, sur l’attitude que la célèbre épistolière a manifestée pour cet important aspect de la vie et de la culture françaises du XVIIe siècle. Mme de Sévigné aimait la mode; elle l’aimait même beaucoup, comme elle l’avoue à sa fille encore en mars 1671, à la hauteur de ses quarante-cinq ans; non pourtant jusqu’au point de tomber, à l’instar de Mme de Nevers, dont elle est en train de parler, dans le «ridicule» (Madame de Sévigné 1972: t. 1, 190, 18 mars 1671). Au fil des lettres et des ans, son attitude à l’égard de la mode, et de tout ce qui a affaire à cet aspect du règne de Louis XIV, a même évolué: à la suite sans doute de l’âge qui avançait, mais aussi du rôle nouveau que la mode a assumé à l’intérieur d’un monde, celui qui s’est progressivement formé autour d’elle, dans lequel plutôt que la «magnificence» de la cour et l’«honneur du plus grand des rois», la mode fut appelée à «illustrer» et à consacrer l’importance économique et politique de la nouvelle classe dont l’action même de Louis XIV avait favorisé l’essor.

2On retrouve les grandes lignes de cette évolution dans quelques-unes des lettres que Mme de Sévigné écrivit à sa fille au cours des années (1671-1680) qui virent l’apogée du règne de Louis XIV, mais aussi le début de sa crise et de la ruine finale qui l’attendait.

  • 2   Fille de Gabrielle de Rochechouart-Montemart, sœur aînée de Madame de Montespan, et de Claude-Léo (...)

3«Je fus voir l’autre jour [la] duchesse de Ventadour» écrivait-elle à sa fille le 18 mars 1671 dans la lettre à laquelle nous faisions allusion tout à l’heure; «Madame de Nevers y vint, coiffée à faire rire; […] Elle avait tous les cheveux coupés sur la tête et frisés par cent papillotes […]. Tout cela fait une petite tête de chou ronde, sans nulle chose par les côtés: toute la tête nue et hurlupée. Ma fille, c’était la plus ridicule chose qu’on puisse s’imaginer»2. La condamnation de la nouvelle coiffure, apparemment sans appel, laissait cependant entrevoir un certain regret, comme d’une occasion perdue. Si la Martin, la coiffeuse qui l’avait lancée, n’avait pas été si «excessive»… L’épistolière laissait entendre qu’interprétée avec plus de modération et de goût, la nouvelle coiffure aurait pu constituer, au contraire, une belle nouveauté, que la jeune comtesse de Grignan aurait pu arborer, dans sa Provence lointaine, aussi avantageusement que les grandes dames de Paris ou des cours de Saint-Germain et de Versailles.

4Ce fut chose faite trois jours plus tard. Interprétée avec plus de modération et de goût par un autre célèbre coiffeur de l’époque, portée par des dames à l’élégance plus sûre, comme la duchesse de Sully et la comtesse de Guiche, la nouvelle coiffure avait conquis Mme de Sévigné, qui en parla avec enthousiasme à sa fille à qui elle proposa même, cette fois, et avec conviction, de l’adopter. «Je suis rendue» avoua-t-elle le 21 mars 1671, «Cette coiffure est faite justement pour votre visage, vous serez comme un ange, et cela est fait en un moment» (t. I, 194, 21 mars 1671). Suivait l’explication détaillée de la nouvelle coiffure:

Imaginez-vous une tête blonde partagée à la paysanne jusqu’à deux doigts du bourrelet. On coupe ses cheveux de chaque côté, d’étage en étage, dont on fait de grosses boucles rondes et négligées, qui ne viennent pas plus bas qu’un doigt au-dessous de l’oreille; cela fait quelque chose de fort jeune et de fort joli, et comme deux gros bouquets de cheveux de chaque côté. Il ne faut pas couper les cheveux trop courts, car comme il faut les friser naturellement, les boucles qui en emportent beaucoup ont attrapé plusieurs dames, dont l’exemple doit faire trembler les autres. On met les rubans comme à l’ordinaire, et une grosse boucle nouée entre le bourrelet et la coiffure; quelquefois on la laisse traîner jusqu’à la gorge. (t. 1, 194-195)

5Sans cacher à sa fille la crainte que la nouvelle coiffure, qui laissait «la fontaine de la tête découverte» (Ibidem) et qui ne comportait pas de coiffe, pût avoir, selon les croyances de l’époque, de fâcheuses conséquences pour les dents, elle laissait entendre que pour être à la mode, il fallait bien qu’elle risque quelque chose; et tant pis pour ses beaux cheveux; d’autant plus que, comme elle le précisait dans la suite de la lettre, «la Reine et tout ce qu’il y a de filles et de femmes qui se coiffent à Saint-Germain, [ont décidé] de se les [les cheveux] faire couper» et que Madame de Montespan, avec ses filles d’honneur, en a fait autant (t. 1, 195-196). Madame de Grignan ne pouvait, par conséquent, ne pas adopter la nouvelle coiffure, ne serait-ce que pour éviter d’être devancée par quelque dame de sa petite cour d’Aix-en-Provence. Afin que la comtesse de Grignan fût la première à l’adopter et qu’elle ne se trompât pas dans l’application, sa mère lui expédia même, comme cela se faisait d’ailleurs normalement à l’époque, une petite poupée coiffée à la dernière mode.

  • 3   D’intéressants témoignages sur l’importance que Louis XIV attribua à la mode, et à l’habillement (...)

6«La mode m’a entraînée, comme elle fait toujours», avoue quelques jours plus tard l’épistolière (t. 1, 220, 15 avril 1671); la mode est donc ressentie par Mme de Sévigné, ainsi que par beaucoup d’autres (femmes et hommes) en son temps, comme une drogue à laquelle il est difficile de résister; une sorte de nécessité, à laquelle, pour des raisons souvent plus sociales qu’humaines, il faut se soumettre, et interpréter au mieux, dans la conviction que tout cela fait intimement partie de la vie que la naissance et les circonstances vous ont appelés à vivre; d’autant plus que c’est le plus grand des rois qui aime et anime tout cela; la mode, avec ses oripeaux et sa magnificence, étant appelée à exalter sa personne et son propre pouvoir3.

7On trouve la confirmation du rôle assigné à la mode, et à tout ce qui concourt à la rendre éclatante, dans quelques lettres de 1676. Le règne de Louis XIV est dans sa plus grande splendeur: les victoires se succèdent, et malgré les fortes dépenses qu’elles comportent, l’impression générale à Saint-Germain, et plus encore à Versailles où la cour s’est progressivement transférée, est celle d’une opulence diffuse, que le «public» accueille avec satisfaction, comme si l’opulence de la cour était le signe de la grandeur de «tout le monde». Il suffit, pour s’en convaincre, de lire la lettre dans laquelle l’épistolière rendait compte à sa fille du «changement de scène» qui s’était produit dernièrement à la cour, et dont voici un bref extrait:

Voici, ma bonne, un changement de scène qui vous paraîtra aussi agréable qu’à tout le monde. […] Vous connaissez la toilette de la Reine, la messe, le dîner, mais il n’est plus besoin de se faire étouffer, pendant que Leurs Majestés sont à table; car à trois heures, le Roi, la Reine, Monsieur, Madame, Mademoiselle, tout ce qu’il y a de princes et de princesses, Madame de Montespan, toute sa suite, tous les courtisans, toutes les dames, enfin tout ce qui s’appelle la cour de France, se trouve dans ce bel appartement du Roi que vous connaissez. Tout est meublé divinement, tout est magnifique. On ne sait ce que c’est d’avoir chaud; on passe d’un lieu à l’autre sans faire la presse en aucun lieu. Un jeu de reversi donne la forme, et fixe tout. C’est le Roi (Mme de Montespan tient la carte), Monsieur, la Reine, et Mme de Soubise; Dangeau et ses compagnons, Langlée et compagnie. Mille louis sont répandus sur le tapis. (t. 2, 351, 29 juillet 1676)

8Une figure domine ce monde parfaitement bien organisé et apparemment satisfait de lui-même: Mme de Montespan, la favorite du Roi, qui, après quelques moments d’incertitude, dus à son caractère difficile et à son précoce embonpoint, a su conquérir définitivement Louis XIV et s’installer en maîtresse incontestée. Avec elle, la mode se fait imposante et opulente comme la dame qui en est l’inspiratrice et la destinataire privilégiée. Car les hommes en place n’interprètent désormais plus la mode, et tout ce qui y est indissociablement attaché, qu’en fonction de la femme à laquelle elle est destinée et au rôle que, dans ce nouveau contexte, elle est appelée à jouer: exalter dans la personne de la favorite, la magnificence et la toute puissance du roi.

9Fascinée, comme bien d’autres à l’époque, par cette femme belle et habile, Mme de Sévigné est littéralement conquise par l’imposante beauté de la favorite le jour où elle a avec elle, dans le cadre enchanté de Versailles, une conversation particulière à propos des eaux qu’elle a récemment prises à Vichy et des bienfaits qu’elle en a tirés; une beauté, celle de Mme de Montespan, que rehaussent la splendide robe qu’elle porte, la savante coiffure qu’elle arbore et les riches ornements qui complètent sa parure:

  • 4   «Elle [avait] les plus belles pierreries du monde; ses perles [étaient] plus grosses que celle de (...)

C’est une chose surprenante que sa beauté; et sa taille qui n’est pas de la moitié si grosse qu’elle était, sans que son teint, ni ses yeux, ni ses lèvres, en soient moins bien. Elle était toute habillée de point de France; coiffée de mille boucles; les deux des tempes lui tombaient fort bas sur les deux joues; des rubans noirs sur la tête, des perles de la maréchale de l’Hospital4, embellies de boucles et de pendeloques de diamant de la dernière beauté, trois ou quatre poinçons, une boîte, point de coiffe, en un mot, une triomphante beauté à faire admirer à tous les ambassadeurs. (t. 2, 352, 29 juillet 1676)

  • 5   Sur l’irrésistible ascension économique et sociale de cet «homme de rien» qui finit par être l’«a (...)

10Dans le cas de Mme de Montespan, la mode joue un rôle décidément plus social, sinon carrément politique, que mondain: l’habit doit «représenter» et «illustrer» aussi bien l’importance de la dame qui le porte, et sa supériorité par rapport aux autres dames de la cour, que la grandeur de la France et la «magnificence» de son roi par rapport aux autres pays, représentés à Versailles par leurs ambassadeurs. Pour les gens en place, ou pour ceux qui aspirent l’être, la favorite représente, par ailleurs, le moyen le plus efficace de faire leur cour à Louis XIV et de montrer leur attachement à la couronne, ou à la personne même du roi. Le cas le plus éclatant est représenté, à cet égard, par Langlée, cet «homme de rien», qui, grâce aux bons offices de sa mère, au jeu qu’il a pratiqué d’abord en association avec Dangeau, puis avec sa propre «compagnie», et à sa très grande habileté, a accumulé une fortune énorme5, et qui un jour fait parvenir à la favorite du roi une robe splendide, dans le but évident de se rapprocher davantage de Louis XIV, dont il est déjà une sorte de conseiller, mais dont il attend sans doute de plus substantielles récompenses. «Langlée a donné à Mme de Montespan une robe d’or sur or, rebrodé d’or, rebordé d’or, et par-dessus un or frisé, rebroché d’un or mêlé avec un certain or, qui fait la plus divine coiffe qui ait jamais été imaginée» annonce Mme de Sévigné, qui, se faisant sans doute l’écho de ce qui se dit à Paris, commente: «ce sont les fées qui ont fait en secret cet ouvrage; âme vivante n’en avait connaissance»; d’autant que cette robe de rêve est parvenue à la personne à laquelle elle était destinée «aussi mystérieusement qu’elle avait été faite». Et l’épistolière de raconter à sa fille, sur le ton d’un véritable conte de fées, l’histoire de cette robe:

Le tailleur de Mme de Montespan lui apporta l’habit qu’elle avait commandé; il en fit le corps sur des mesures ridicules: voilà des cris et des gronderies, comme vous pouvez penser; le tailleur dit en tremblant: «Madame, comme le temps presse, voyez si cet autre habit que voilà ne pourrait point vous accommoder, faute d’autre». On découvre l’habit: «Ah! la belle robe! Ah! la belle étoffe! vient-elle du ciel? Il n’y a point de pareille sur terre». On essaye le corps: il est à peindre. Le roi arrive; le tailleur dit: «Madame, il est fait pour vous». On comprend que c’est une galanterie; mais qui peut l’avoir faite? «C’est Langlée, dit le Roi». «C’est Langlée assurément, dit Mme de Montespan; personne que lui ne peut avoir imaginé une telle magnificence». «C’est Langlée, c’est Langlée»; tout le monde répète: «C’est Langlée»; les échos en demeurent d’accord et disent: «C’est Langlée» et moi, ma fille, je vous dis pour être à la mode – conclut un peu ironiquement l’épistolière – : «C’est Langlée». (t. 2, 441-442, 6 novembre 1676)

11Si elle ne condamne pas ouvertement ce luxe excessif et cette «magnificence» trop ouvertement étalée, l’épistolière laisse toutefois entendre qu’on est sur le point de dépasser les limites du bon goût et de la décence. Aux mains de Langlée la mode s’est transformée en un moyen, par personne interposée, de flatter et d’aduler, non d’honorer son roi; ce qui renverse et bouleverse, de fond en comble, le rôle qu’à la cour du plus grand des rois, avait d’abord été attribué à la mode. La grande dame n’adhère plus; les dernières lignes de la lettre laissent entrevoir un malaise auquel l’épistolière ne réussit, ou ne veut pas encore, peut-être, donner un nom précis, mais qui n’en existe pas moins au fond d’elle-même.

12En 1676 Mme de Sévigné n’est d’ailleurs plus la même dame que nous avons appris à connaître dans les lettres précédentes. Non seulement parce que cinq ans ont passé; mais surtout, parce qu’une «révolution» s’est faite entretemps en elle. Par le départ de sa fille, Mme de Sévigné s’est en effet, comme l’a fait pertinemment remarquer Roger Duchêne, découverte «mère, et mère douloureuse» (Duchêne 1992: 161). Cet événement capital a non seulement transformé «la femme du monde» qu’elle avait été jusqu’alors, en «un grand écrivain», mais il a également modifié, et profondément, sa façon de «voir» le «monde» et ses «pompes», dont la mode était en quelque sorte la plus évidente. On cueille les indices de cette transformation dans les lettres qu’elle envoie à sa fille. «Vous me demandez si je suis dévote» écrit-elle le 8 juin 1676 de Vichy où elle est allée soigner ses rhumatismes; «Hélas, non, – précise-t-elle – […] mais il me semble que je me détache un peu de ce qui s’appelle le monde. La vieillesse et un peu de maladie donnent le temps de faire de grandes réflexions» (Madame de Sévigné 1972: t. 2, 113-114, 8 juin 1676). Quelques mois plus tard, nous la découvrons en train de lire Saint Augustin «avec transport».«Il y a quelque chose de si noble et de si grand dans ses pensées – avoue-t-elle – que tout le mal qui peut arriver de sa doctrine aux esprits mal faits est bien moindre que le bien que les autres en retirent» (t. 2, 438-439, 4 novembre 1676). Ce que les «autres», et elle-même toute la première, peuvent tirer de la lecture de Saint Augustin ne va de toute évidence pas dans la direction de la magnificence et du luxe étalés par les dames de la cour, et illustrée par la robe toute en or que Langlée s’apprêtait à offrir à la favorite du roi.

  • 6  Elisabeth le Feron, duchesse de Chaulnes grâce à son mariage avec Charles d’Albert d’Ailly, duc de (...)

13Dans les années suivantes, Mme de Sévigné passe de plus en plus son temps aux Rochers, «dans l’abstinence et le silence qu’[elle a] tant souhaités» (t. 2, 1046, 14 août 1680), ou dans le confort domestique de son hôtel parisien, à répondre aux lettres de sa fille, ou en compagnie de quelques bons auteurs comme son cher «Montagne» ou Nicole, dont elle lit et relit les Essais de morale; comme si elle était en train de rechercher un nouvel équilibre, ou une nouvelle, et plus satisfaisante, raison de vivre. Ses rapports avec le «monde» se font de plus en plus espacés et, surtout, détachés. Elle continue certes de raconter à sa fille ce qui se passe à Paris ou à Versailles, et apparaît parfaitement au courant de ce qui arrive d’important sur le plan militaire et politique en France ou ailleurs. Elle garde même de solides amitiés, comme celle de Mme de Chaulnes, à qui elle rend parfois visite6. Mais le «monde» de Mme de Sévigné est de moins en moins celui de la cour, où il se passe des choses qu’elle a de plus en plus de mal à comprendre; par exemple l’irrésistible ascension de Louvois, le tout puissant ministre de la guerre. Tout membre d’une noble et puissante famille qu’il est, entouré d’amis louches, comme le Langlée que nous avons vu offrir une robe toute brodée d’or à Mme de Montespan, Louvois est, aux yeux de Mme de Sévigné, le symbole même de cette France de gens souvent sans scrupules qui ambitionne remplacer la vieille classe dirigeante, moins efficace sans doute (d’où les réserves de plus en plus fortes du roi à son égard, et à l’égard de quelques-uns de ses représentants les plus éminents, comme Pomponne, sur le point d’être disgracié), mais aux principes décidément plus solides.

14La mode aussi subit les contrecoups de cette évolution sociale et politique. Moyens extrêmement efficaces pour imposer leur nouvelle vision du monde et de l’exercice du pouvoir, la mode et le luxe doivent «représenter», aux yeux de ces nouveaux arrivés, avant tout leur puissance; ils doivent par conséquent éblouir, ou si l’on préfère, illustrer la nouvelle «magnificence», que permet la richesse, d’où qu’elle vienne; et peu importe que, pour l’acquérir et pour acquérir le pouvoir qu’elle consent on foule aux pieds les sentiments les plus nobles, ou les personnes les plus dignes d’estime et d’admiration.

  • 7   Simon-Arnauld, seigneur puis marquis de Pomponne, fils d’Andilly d’Arnauld et neveu du grand Arna (...)
  • 8   La «Langlée» à laquelle il est fait allusion ici, est la mère du Langlée que nous avons déjà renc (...)
  • 9   «Il est extrêmement regretté. Un ministre ce cette humeur, avec une facilité d’esprit et une bont (...)
  • 10  La charge que Louvois avait espérée pour lui ou pour un de ses protégés, fut en effet confiée à Ch (...)

15C’est pourtant ce qui se passe à Paris à la fin de 1679, et dont quelques lettres de Mme de Sévigné nous donnent un témoignage émouvant: d’un côté, la disgrâce soudaine et inattendue de Pomponne, le puissant secrétaire d’État et ministre des affaires étrangères de Louis XIV7, voulue et ourdie par Louvois, alors ministre de la guerre, qui ambitionne cette importante charge pour lui ou pour un de ses protégés; de l’autre côté, le mariage de Madeleine-Charlotte le Tellier, fille aînée de Louvois, avec François duc de La Rochefoucauld et de La Roche-Guyon, célébré avec le plus grand éclat et la plus grande «magnificence», le 23 novembre 1679, quelques jours à peine après la disgrâce de Pomponne. Le mariage de la fille aînée de Louvois avec l’héritier de la très glorieuse famille de La Rochefoucauld, avait été conçu et voulu comme un véritable événement à valeur politique. Par ce mariage, qui devait coïncider avec la chute de Pomponne et l’attribution de la charge de ministre des affaires étrangères à lui même ou à un de ses protégés, Louvois entendait montrer au «monde» toute sa puissance. Afin que l’événement fût perçu comme tel, il n’avait pas lésiné sur les frais. Bien que le mariage se célébrât en hiver, ceux à qui la tâche d’organiser la fête avait été confiée, «avaient fait revenir le printemps», annote Mme de Sévigné, et «tout était plein d’orangers fleuris, et de fleurs dans des caisses» (Madame de Sévigné 1972: t. 2, 746, 24 novembre 1679); les très riches habits de la mariée qu’«on [allait] voir comme l’Opéra», avant même que le mariage ne fût célébré, souligne avec ironie l’épistolière (t. 2, 734, lettre du 10 novembre 1679), avaient été, pour leur part, conçus comme s’ils devaient représenter, pour ceux qui iraient les voir, un véritable spectacle; car tel est le sens, éminemment politique, de l’opération mise en place par le puissant homme politique. «Il n’y a point d’étoffe dorée qui soit moindre que de vingt louis l’aune», fait remarquer très synthétiquement Mme de Sévigné, qui précise: «La Langlée s’est épuisée pour joindre l’agrément avec la magnificence» (Ibidem)8. La disgrâce de Pomponne, arrivée sans doute trop tôt, gâcha, il est vrai, un peu la fête, l’éloignement soudain d’un homme que tout le monde estimait et qui s’était fait admirer par sa droiture9, fit une forte impression et la coïncidence trop parfaite des deux événements jeta sur une fête qui aurait dû marquer le triomphe de son ennemi, un «air de tristesse» que l’épistolière ne manqua pas de souligner (t. 2, 746, 29 novembre 1679); d’autant plus que les espoirs de Louvois avaient été déçus, la place de ministre des affaires étrangères ayant été attribuée à un frère de Colbert10.

  • 11   Cf. par exemple la lettre du 29 novembre 1679.

16Mais c’est surtout à travers l’attitude que Mme de Sévigné assuma à l’égard de ces deux événements, si différents et pourtant si rapprochés dans le temps, et les réactions qu’ils suscitèrent en elle, que sa position face à tant de «magnificence» et de luxe apparaît avec le plus d’évidence. L’épistolière ne parle du mariage de Mlle de Louvois qu’après avoir évoqué, et très longuement, la disgrâce qui a frappé Pomponne et décrit avec une évidente émotion la dignité avec laquelle cet homme a fait face au revers de fortune qui a bouleversé son existence et celle de ses enfants11; elle le fait de plus brièvement, et sans aucun enthousiasme, comme si elle devait répondre à la compréhensible curiosité de sa fille, qui l’en avait sans doute priée; si bien que la partie de la lettre où elle parle du mariage de Mlle de Louvois n’apparaît que comme une sorte d’incise à l’intérieur d’une missive toute consacrée à un événement – la disgrâce qui a frappé son ami Pomponne – bien autrement important:

J’ai été à cette noce de Mlle Louvois; que vous dirais-je? Magnificence, illustration, toute la France, habits rabattus et rebrochés d’or, pierreries, brasiers de feu et de fleurs, embarras de carrosses, cris dans la rue, flambeaux illuminés, reculements et gens roués; enfin le tourbillon, la dissipation, les demandes sans réponses, les compliments sans savoir ce que l’on dit, des civilités sans savoir à qui l’on parle, les pieds entortillés dans les queues; du milieu de tout cela, il sortit quelques questions de votre santé, où ne m’étant pas assez pressée de répondre, ceux qui les faisaient sont demeurés dans l’ignorance et dans l’indifférence de ce qui en est: ô vanité des vanités! (t. 2, 759)

17La mode, si le mot garde encore un sens dans le contexte, éminemment politique, dans lequel le mariage de Mlle de Louvois a eu lieu, a pratiquement disparu. Ce qui frappe dans cette cérémonie est surtout la «magnificence». Mais il s’agit d’une «magnificence» toute extérieure, qui manque d’âme, et qui n’est, par là, qu’une magnificence d’apparat. Les personnes qui participent à la fête ne sont plus les hauts personnages de la cour de Louis XIV, dont la présence et les habits auraient dû justement illustrer la «magnificence», et la grandeur; elles ne sont plus que des pantins sans âme et sans nom, figurants d’un spectacle qui a perdu tout son sens. On aura par ailleurs remarqué que la lettre ne fait aucune mention de Louis XIV, qui a pourtant dû être présent à la cérémonie, ni d’aucun membre de la famille royale, encore moins des hauts personnages de la cour et de la ville. Illustration d’un monde qui a perdu son âme, la «magnificence» étalée au mariage, en quelque sorte «laïc», de Mlle de Louvois n’est donc plus, aux yeux impitoyables de Mme de Sévigné, que «vanité des vanités»; inutile manifestation d’un pouvoir, que la décision du roi de confier au frère du grand Colbert la charge qui avait été de Pomponne, a montré bien plus fragile, et aléatoire que Louvois, dans son délire de toute-puissance, n’avait cru.

  • 12   Marie-Anne-Victoire, fille de l’électeur Ferdinand-Marie de Bavière, avait épousé Louis de France (...)

18Les réflexions que le mariage de Mlle de Louvois, et plus en général les événements de 1679 que nous avons évoqués, ont suscitées en Mme de Sévigné, comportent une dimension morale, sinon carrément religieuse, à laquelle on n’a pas toujours apporté, nous semble-t-il, l’attention qu’elle méritait. Laissant à d’autres, ou à d’autres occasions, le soin d’approfondir cet aspect de la vie et de la personnalité de la célèbre épistolière, nous ne donnerons, avant de conclure notre propos, que quelques indications supplémentaires qui, confirmant une évolution intérieure que nous avons vue à l’œuvre déjà à partir de 1671, feront voir comment Mme de Sévigné s’est, dans les années suivantes, détachée de plus en plus de ce «monde», de la cour aussi bien que de la ville, qu’elle avait tant aimé et fréquenté dans sa jeunesse, et, par conséquent, regardé la mode, qui de ce monde avait été en quelque sorte l’emblème, avec une distance grandissante, comme s’il s’agissait d’une chose qui ne l’intéressait désormais plus, ou guère. Dans une lettre du 12 avril 1680, Mme de Sévigné écrivait, par exemple, à sa fille, qui l’en avait explicitement requise, qu’ayant rendu visite à Mme la Dauphine, fraîchement arrivée de sa Bavière natale12, elle a immédiatement compris qu’avec une princesse qu’elle définit «une merveille d’esprit, de raison et de bonne éducation […] aimant l’italien, les vers, les livres nouveaux, la musique, la danse», elle «ne serait pas restée longtemps muette» et qu’elle serait même entrée «bien aisément en conversation» avec elle; mais qu’elle a finalement renoncé à le faire, car elle s’est rendu compte que la cour était désormais «un pays qui n’[était] point pour [elle]» (t. 2, 902, 12 avril 1680); comme à dire que son temps à la cour était définitivement révolu ou, pour mieux dire, qu’elle y avait définitivement renoncé.

  • 13   Monmerqué (1862: t. 10, 394, lettre du comte de Grignan au Président de Doulceau du 28 mai 1696).

19Son temps, Mme de Sévigné le passe plus volontiers et plus sagement aux Rochers, où elle préfère même rester seule, pour penser mieux à Dieu, comme elle le fait aux approches de la Pentecôte de 1680, afin de se disposer à bien «recevoir le Saint-Esprit» (t. 2, 963, 9 juin 1680, jour de la Pentecôte). Quelques mois plus tard nous la trouvons aux prises avec Saint Augustin et Saint Paul, qu’elle présente comme «les bons ouvriers pour établir la souveraine volonté de Dieu», puisqu’«ils ne marchandent point à dire que Dieu dispose de ses créatures comme le potier: il en choisit, il en rejette» selon qu’il juge juste, car «il est la justice même», et non selon «que les hommes peuvent s’y attendre»(t. 2, 1010, 14 juillet 1680). C’est par ailleurs dans «ces saintes lectures, pour lesquelles [elle] avait une avidité surprenante» que, selon le comte de Grignan, Mme de Sévigné a cherché et trouvé la force pour supporter les souffrances de la maladie qui la frappa soudainement à Grignan, où elle s’était rendue pour assister sa fille13.

  • 14   Malgré les reconstructions tentées par Paul Mesnard («Notice biographique sur Madame de Sévigné», (...)
  • 15   Coiffure mise à la mode aux alentours de 1680 par Mlle de Fontanges, alors maîtresse de Louis XIV (...)

20Mme de Sévigné, dans ses dernières années, s’est-elle rapprochée de la religion, ou même est-elle, à l’instar de tant de ses contemporaines, tombée en dévotion? Ce n’est pas sûr14. Il est simplement plus probable que, grâce aux «bonnes lectures» avec lesquelles elle a rempli la solitude de ses dernières années, Mme de Sévigné a su aller au-delà des «vanités» de ce monde, pour privilégier ce qui mérite vraiment qu’on s’y intéresse, et avec qui il faut inévitablement se confronter. Elle l’a fait, à la différence de tant de ses contemporaines, sans éclat, avec la modération et le bon sens (lisez: le bon goût) qui l’ont toujours guidée dans les décisions que la vie l’a amenée à prendre, aussi bien que, pour revenir au sujet de notre intervention, dans les jugements qu’elle a portés sur les modes qu’elle a connues; une modération et un bon sens auxquels, au fil des ans, s’est ajoutée une nuance d’ironie qui en dit long sur la distance que Mme de Sévigné a fini par prendre à l’égard des choses ou des tracasseries du monde. La preuve la plus éclatante en est offerte par la spirituelle lettre qu’elle écrivit le 15 mai 1691 au duc de Chaulnes, le gouverneur de la Bretagne dont l’excessive, et somme toute inutile, sévérité protocolaire à l’égard du «pauvre ambassadeur d’Espagne» et, pis encore, de «celui de l’Empereur», a risqué de provoquer «de furieux embarras» au roi au moment où celui-ci, obéré de tant de soucis, aurait eu, au contraire, le plus besoin de tranquillité; si bien que la seconde partie de cette lettre, qui suit sans aucune interruption la première et porte sur «la grande affaire des fontanges»15, peut être lue comme une sorte d’apologue ou, si l’on préfère, de testament spirituel:

Parlons maintenant de la plus grande affaire qui soit à la cour. Votre imagination va tout droit à de nouvelles entreprises; vous croyez que le Roi, non content de Mons et de Nice, veut encore le siège de Namur: point du tout; c’est une chose qui a donné plus de peine à Sa Majesté et qui lui a coûté plus de temps que ses dernières conquêtes; c’est la défaite des fontanges à plate couture: plus de coiffures élevées jusqu’aux nues, plus de casques, plus de rayons, plus de bourgognes, plus de jardinières. Les princesses ont paru de trois quartiers moins hautes qu’à l’ordinaire. On fait usage de ses cheveux, comme on faisait il y a dix ans. Ce changement a fait un bruit et un désordre à Versailles qu’on ne saurait vous représenter. Chacun raisonnait à fond sur cette matière, et c’était l’affaire de tout le monde. On nous assure que M. de Langlée a fait un traité sur ce changement pour envoyer dans les provinces. Dès que nous l’aurons, Monsieur, nous ne manquerons pas de vous l’envoyer, et cependant je baise très humblement les mains de votre excellence. (Madame de Sévigné 1972: t. 3, 965-966, 15 mai 1691)

  • 16   Cf. supra, note 5.

21Avec les bizarreries d’une cour qui, au milieu des graves problèmes qui affligent le pays, oblige le roi à s’occuper des formes d’une coiffure et les extravagances d’une coiffure dont un parvenu comme «M. de Langlée» (qu’on note la particule, nouvelle chez l’épistolière!) va se faire l’historien et l’arbitre16, Mme de Sévigné n’a décidément plus rien à faire!

Bibliographie

Calvet J., 1926, La religion de Mme de Sévigné, «Vie catholique» 6 février.

Chedouzeau B., 1996, Quelques notes sur la religion de Madame de Sévigné, «Europe» 801-802: 113-122.

Duchêne R., 1968, Madame de Sévigné, «Les écrivains devant Dieu», Paris, Desclée de Brouwer.
—, 1992, Madame de Sévigné et la lettre d’amour, Paris, Klinksieck.

Larrey I. de, 1718, Histoire de France sous le règne de Louis XIV, Rotterdam, Michel Bohm et Cie.

Madame de Sévigné, 1972, Correspondance, R. Duchêne (ed.), Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade).

Monmerqué M. (ed.), 1862, Lettres de Madame de Sévignée, de sa famille et de ses amis. Nouvelle édition, Paris, L. Hachette et Cie.

Placella Sommella P., 1984, La mode au XVIIe siècle d’après la «Correspondance» de Madame de Sévigné, Paris / Seattle / Tuebingen, Papers on French Seventeenth Century Literature (Biblio 17).

Saint-Simon H. de, 1983, Mémoires. Additions au Journal de Dangeau, t. 1, Y. Coirault (ed.), Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade).

Notes

1   Cf. en particulier, Placella Sommella (1984).

2   Fille de Gabrielle de Rochechouart-Montemart, sœur aînée de Madame de Montespan, et de Claude-Léonard de Damas, marquis de Thianges, Diane-Gabrielle, duchesse de Nevers par son mariage avec Philippe-Julien Mazarin-Mancini, duc de Nevers, passait pourtant pour être une des femmes les plus belles, élégantes et admirées de la cour de Louis XIV, dont on disait qu’il y avait mis pour un temps les yeux dessus.

3   D’intéressants témoignages sur l’importance que Louis XIV attribua à la mode, et à l’habillement en particulier, se trouvent, par exemple, dans l’Histoire de France sous le règne de Louis XIV d’Isaac de Larrey (1718).

4   «Elle [avait] les plus belles pierreries du monde; ses perles [étaient] plus grosses que celle de la Reine», précise à propos des joyaux de la Maréchale de L’Hospital, Mademoiselle dans ses Mémoires (cf. Monmerqué 1862: t. 4, 545, note 7).

5   Sur l’irrésistible ascension économique et sociale de cet «homme de rien» qui finit par être l’«arbiter elegantiarum» de la cour de Louis XIV cf. Saint-Simon (1983: t. 1, 704-705).

6  Elisabeth le Feron, duchesse de Chaulnes grâce à son mariage avec Charles d’Albert d’Ailly, duc de Chaulnes, longtemps gouverneur de la Bretagne et, plus tard, ambassadeur du Roi à Rome. Elle fut une des amies les plus intimes de Mme de Sévigné.

7   Simon-Arnauld, seigneur puis marquis de Pomponne, fils d’Andilly d’Arnauld et neveu du grand Arnauld, fut nommé ministre et secrétaire d’État par Louis XIV le 5 septembre 1671 (Monmerqué 1862: t. 2, 357, note 5).

8   La «Langlée» à laquelle il est fait allusion ici, est la mère du Langlée que nous avons déjà rencontré à propos de la robe d’or offerte à Mme de Montespan.

9   «Il est extrêmement regretté. Un ministre ce cette humeur, avec une facilité d’esprit et une bonté comme la sienne, est une chose si rare qu’il faut bien souffrir qu’on sente un peu une telle perte», lit-on, par exemple, dans la lettre du 29 novembre 1679 (Madame de Sévigné 1972: t. 2, 747, 29 novembre 1679).

10  La charge que Louvois avait espérée pour lui ou pour un de ses protégés, fut en effet confiée à Charles Colbert, marquis de Croissy, frère du célèbre Contrôleur général de Louis XIV.

11   Cf. par exemple la lettre du 29 novembre 1679.

12   Marie-Anne-Victoire, fille de l’électeur Ferdinand-Marie de Bavière, avait épousé Louis de France, fils aîné de Louis XIV, le 7 mars 1680.

13   Monmerqué (1862: t. 10, 394, lettre du comte de Grignan au Président de Doulceau du 28 mai 1696).

14   Malgré les reconstructions tentées par Paul Mesnard («Notice biographique sur Madame de Sévigné», dans Monmerqué 1862, t. 1, 168-179), l’abbé Jean Calvet (1926), Roger Duchêne (Duchêne 1968) et Bernard Chedouzeau (Chedouzeau 1996) et d’autres, le thème de la religion de Mme de Sévigné mérite, à notre avis, d’être entièrement revisité.

15   Coiffure mise à la mode aux alentours de 1680 par Mlle de Fontanges, alors maîtresse de Louis XIV, et qui prit par la suite des formes de plus en plus bizarres; à tel point que le roi lui-même dut intervenir pour y mettre ordre.

16   Cf. supra, note 5.

Auteur

Università degli Studi di Verona

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search