Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

L’art des manufactures dans l’Encyclopédie Méthodique de Panckoucke: un appareil scientifique gouverné par les mots

Giulia Papoff

Texte intégral

  • 1  Charles-Joseph Panckoucke (1736-1798), libraire-éditeur officiel de l’Imprimerie Royale et de l’Ac (...)

1Profondément critique à l’égard du classement alphabétique et du système des renvois mis en œuvre par le Dictionnaire de Diderot et de D’Alembert, l’Encyclopédie Méthodique, dirigée par Charles-Joseph Panckoucke1, lancée en 1782 et achevée en 1832, complète et corrige le texte parisien, en remplaçant l’ordre alphabétique par l’ordre thématique.

2D’après Christian Albertan, l’Encyclopédie Méthodique, rédigée par une centaine de savants et d’écrivains venus d’horizons différents, «apparaît tout d’abord comme un lieu de tensions où des tendances idéologiques opposées s’affrontent et parfois se contredisent» (2007: 6), car une nouvelle conscience se fait jour, la conscience que la science vieillit et que l’Encyclopédie Méthodique elle-même «n’est qu’un moment transitoire de l’histoire du savoir» (7).

  • 2  La bibliographie sur l’Encyclopédie Méthodique n’est pas trop riche, mais très qualifiée. Citons à (...)

3Ce qu’il faut tout d’abord observer c’est qu’il s’agit d’un véritable monument: 206 volumes avec 125.350 pages de texte et 6.300 planches. Le plan initial prévoyait 27 thèmes. Dans le prospectus de 1789, on évoque 49 thèmes avec 51 dictionnaires qui deviennent 54 en 1791. Elle fait ainsi le double de l’Universallexikon de Zedler (68.000 pages) et elle est cinq fois plus grande que l’Encyclopédie de d’Alembert et de Diderot (25.000 pages)2.

  • 3  Jean-Marie Roland, vicomte de La Platière (1734-1793), inspecteur des manufactures à Amiens, d’abo (...)

4L’Encyclopédie de Panckoucke prévoyait l’élaboration d’un dictionnaire propre à chaque thème et la présentation, de manière exhaustive, des différentes matières dans les articles. Panckoucke commence par les Mathématiques et finit par les Arts et Métiers Mécaniques; ce dernier dictionnaire comprend 8 volumes avec environ 500 articles détaillés auxquels il faut ajouter les quatre volumes du Dictionnaire des Manufactures rédigés par Roland de La Platière3. Panckoucke, dans son «Discours Préliminaire», n’oublie pas d’adresser ses éloges à M. Roland de la Platière pour avoir rédigé les trois volumes qui comprennent tout ce qui concerne l’habillement et un quatrième sur les teintures, huiles et savons, complétant les arts et métiers mécaniques:

L’autre Dictionnaire, ou plutôt la seconde division du Dictionnaire des Arts & Métiers, est rédigée par un savant qui, par le succès de ses ouvrages en ce genre, par sa place d’Inspecteur des Manufactures de France, & surtout par ses connaissances et ses études particulières a acquis le droit de circonscrire le plan de son travail et d’inspirer toute confiance pour l’exécution. ([Lacombe] 1782: t. 1, XVI)

5Ainsi que Michel Porret nous l’a fait remarquer, dans son «Introduction» aux Actes du Colloque de Genève consacré à l’Encyclopédie Méthodique, qui a eu lieu en 2003, cette œuvre est le témoignage d’une époque de changements révolutionnaires dans les domaines de la science et de la culture, de la société et de la politique. Elle peut être conçue comme un pont entre les Lumières et le positivisme, puisqu’elle abandonne l’épistémologie des Lumières et prépare celle du XIXe siècle (cf. Porret 2006).

  • 4  Le samedi 8 décembre 1781.

6Il est important de souligner que dans l’encart publicitaire où Panckoucke annonçait la publication et la mise en souscription d’une nouvelle Encyclopédie, dans le «Mercure de France»4, il précisait que l’œuvre

serait terminée d’un Vocabulaire universel servant de table pour tout l’ouvrage qui comprendrait tous les mots contenus dans chacun des Dictionnaires particuliers, avec le numéro de la page, l’indication de la colonne et le numéro du tome de l’ouvrage, de sorte que le Lecteur qui aura un mot à chercher dans cette Encyclopédie Méthodique […] trouvera dans l’instant l’indication du tome, de la page et de la colonne où le mot se trouve. ([Lacombe] 1782: t. 1, XVII)

  • 5   On passe du troisième tome où chacun des arts traités est accompagné de son vocabulaire, au sixiè (...)

7Malheureusement ce vocabulaire universel, dont l’annonce se répète pourtant dans tous les volumes de l’Encyclopédie Méthodique, ne verra jamais le jour, à cause des difficultés pratiques de réaliser un projet si ambitieux; mais de nombreuses «Tables analytiques et alphabétiques» et des «Vocabulaires» accompagnent, enrichissent et complètent les divers dictionnaires. La présence d’un grand nombre de «Vocabulaires» ‘spécialisés’ constitue en effet la particularité du Dictionnaire des arts et métiers et devient révélatrice d’une manière de concevoir le savoir encyclopédique, qui peut être considéré, ainsi que nous allons le voir, comme un appareil scientifique gouverné par les mots. Ces vocabulaires sont au nombre de 185, à peu près un tiers du total des entrées des huit volumes du Dictionnaire des arts et métiers, et ils font preuve de la plus grande variété dans leur structure et dans leur distribution5.

8Dans la préface qui ouvre le premier tome, l’auteur présente quelques observations très intéressantes sur la langue des arts:

J’ai trouvé la langue des arts très imparfaite, par deux causes: la disette des noms propres et l’abondance des synonymes […]. Il serait donc à souhaiter qu’un bon Logicien à qui les arts seraient familiers, entreprît des éléments de la grammaire des Arts […]. Je ne doute point que celui qui entreprendra cet ouvrage ne trouve moins de termes nouveaux à introduire, que de synonymes à bannir. ([Lacombe] 1782: t. 1, XII)

  • 6  Cette «Table» compte 147 pages.

9À part ces vocabulaires partiels, dans le dernier de ces volumes nous trouvons une «Table alphabétique et raisonnée, tant des termes essentiels et locutions techniques, que des procédés et des objets concernant les arts et métiers mécaniques qui sont traités dans les huit volumes de ce Dictionnaire»6, qui contient, pour chaque entrée, après l’explication concise du mot, l’indication du tome et de la page ou du vocabulaire où on peut le trouver. Ce vocabulaire exact, détaillé et raisonné – dont l’importance n’a jamais été soulignée jusqu’ici – forme comme la table, l’analyse et l’appendice de ce Dictionnaire, et peut se révéler comme un guide précieux à la lecture et à la consultation.

10Dans la rédaction de son Dictionnaire des Manufactures (La Platière 1785a), Roland de La Platière ne suit pas exactement la même démarche, car il préfère réunir dans un seul vocabulaire complétant le tome second (La Platière 1790) tous les termes concernant les manufactures d’étoffes, et dans un autre vocabulaire complétant le tome troisième (La Platière 1785b) tous les termes concernant les peaux et les cuirs.

11Roland de la Platière précise que son Dictionnaire des Manufactures n’est point proprement un Dictionnaire, mais une suite de traités bien détaillés qui nous renseignent sur la nature et l’emploi des différentes matières propres à l’habillement des hommes. Très convaincu de l’importance capitale des manufactures, il précise, dans le «Discours Preliminaire», que «loin du temps où c’eût été un crime de les exercer, aujourd’hui c’est servir la société que de les décrire» (La Platière 1785a: t. 1, I).

  • 7   Le premier traité indique la manière dont se cultivent les matières indigènes ou exotiques, soit (...)

12Il rédige un «Plan» de l’ouvrage ou «ordre dans lequel il doit être lu, pour prendre de chaque objet en particulier, une connaissance aussi étendue que la nature de l’entreprise le comporte» (La Platière 1785a: t. 1, XXVII)7. Le «Plan» est suivi d’un «Sommaire» des différents traités contenus dans le Dictionnaire depuis le mot attelier jusqu’à toile, toilerie. L’auteur lui-même nous explique comment nous orienter dans la consultation de son Dictionnaire et du Vocabulaire qui l’accompagne:

Nous ne placerons dans le corps de ces deux Dictionnaires que la suite des mots qui donnent lieu à un traité, à l’égard des termes d’Art, qu’ils indiquent une opération, ou qu’ils donnent simplement l’idée d’un instrument, d’un ustensile, du lieu, de la circonstance, de la manière de s’en servir ou de l’employer, dès qu’il n’est question que de les définir, de les distinguer et de les expliquer, nous les rejetterons au Vocabulaire des Arts que nous publions, et par lequel nous terminerons chacune des deux grandes parties que nous venons d’exposer. Ce Vocabulaire sera proprement une table raisonnée […]. C’est d’ailleurs au Vocabulaire universel que doivent particulièrement se trouver tous les termes, et où on fera sentir les nuances de tous les synonymes. (t. 1, XXXIII)

Ainsi le dictionnaire des manufactures d’étoffes […] sera terminé par une table alphabétique qui contiendra la suite de tous les termes d’objets ou d’opérations, sur lesquels il n’y aura point de dissertation, et qui ne seront susceptibles que d’une simple définition et de renvois à la matière et au sujet auxquels ils pourront appartenir. De cette manière le texte sera dégagé, la marche rapide, et tout ce qui est vraiment curieux ou utile, soit dans l’historique, soit dans la théorie ou la pratique des manufactures, se trouvera renfermé sous le plus petit nombre possible de mots, les seuls nécessaires pour que les choses ne soient pas confondues. (t. 1, XXX)

13Dans l’Avertissement qui introduit son Vocabulaire des Manufactures Roland de la Platière explique les difficultés qu’il a rencontrées dans sa rédaction:

Traitant des matières qui entrent dans la fabrication des diverses étoffes, et décrivant les procédés d’où résultent celles-ci, j’ai dû tout au moins dénommer chacune d’elles; mais mon embarras a été grand, je l’avoue, lorsqu’il a été question de parler des étoffes étrangères, principalement de celles de la Chine, des Indes, de la Perse, et autres contrées lointaines. Des marchands ignorants, des voyageurs aventuriers et autres, aussi peu instruits que les premiers, nous ont donné un ramas de noms mal entendus, mal compris, mal rendus, prononcés ou écrits d’une manière par ceux-ci, d’une manière par ceux-là; ce qui a souvent donné lieu de supposer divers objets où il n’en existait qu’un seul, et de faire une nomenclature si bizarre, qu’on n’aurait su l’imaginer plus ridicule, quand on ne s’en serait fait un amusement. (La Platière 1790: 1)

14Il est conscient des lacunes et des limites de son travail terminologique:

Je dois prévenir que mon Vocabulaire ne vaut guère mieux que les autres, en cette petite partie, qu’il n’était pas en mon pouvoir de modifier, quelque soin que j’ai pris d’élaguer ça et là beaucoup de ces expressions vides de sens que d’objet. J’observerai même à cette occasion que la manie de grossir ces sortes de listes, a fait exprimer dans les règlements de fabriques, dans nos fameux tableaux, faits depuis 1780, nombre d’espèces de toiles et étoffes qui ne se faisaient déjà plus au commencement du siècle, sans compter les dénominations de fantaisie, qui ne durent que le moment de la personne ou de la circonstance qui les a fait naître. (Ibidem)

  • 8   Dans le Dictionnaire des Manufactures l’entrée exacte prévoit bas, bonet, boneterie, bonetier, où (...)

15Pour comprendre comment Roland de la Platière organise son dictionnaire et le vocabulaire concernant un domaine précis, nous avons choisi à titre d’exemple la bonneterie8 à laquelle il consacre le VIIIe «Traité»:

Elle s’exerce sur des matières dont la diversité présente trois divisions naturelles. L’une comprend les bas, les bonnets et tous les tissus à mailles, faits à l’aiguille ou au métier, en fils de chanvre, de lin, de coton purs ou mélangés, l’autre, ceux d’estame ou laine peignée, et ceux en laine cardée, ou bonneterie drapée, toute laine ou mélangée de poil ou de soie; la troisième, les tissus quelconques, à mailles, de pure soie. (La Platière 1785a: t. 1, XXIX)

16Si on compare le traité sur la bonneterie de Roland de la Platière à l’entrée correspondante de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert on s’aperçoit que, bien que l’inspecteur des manufactures ait puisé largement à l’œuvre de ses prédécesseurs, il a enrichi son sujet de bon nombre de détails et d’explications très minutieuses sur les opérations matérielles de même que sur la terminologie spécifique liée à ce secteur. Il en développe tous les aspects concernés, historiques, techniques, juridiques et terminologiques. Roland de la Platière, d’ailleurs, est très critique à l’égard de l’Encyclopédie:

L’Encyclopédie, colosse sans proportion, compilation indigeste, où les Arts mécaniques sont traités avec une expérience dont aucun autre ouvrage ne donne l’idée; l’Encyclopédie m’a occasionné un travail prodigieux, toujours sec, aride, dégoûtant et toujours sans fruit, si quelquefois je me suis laissé aller à copier quelques-unes de ses phrases, c’est que je croyais abréger, mais la nécessité de les éclaircir, sans pouvoir toujours leur ôter la sécheresse et la dureté, a constamment augmenté mon travail et me l’a rendu plus pénible. (La Platière 1785a: t. 1, XXXIV)

17Ses critiques concernent surtout les lacunes terminologiques et l’inexactitude des définitions:

Quant à la récapitulation des mots techniques, je m’étais proposé de compulser l’Encyclopédie et ses Suppléments, le Dictionnaire des Arts, la dernière édition de celui de Trévoux, celui du Commerce l’ancien, et celui de l’Encyclopédie Méthodique […]. Mais quelle a été ma surprise de trouver fausses la plupart de leurs définitions! Il en est plusieurs dans l’Encyclopédie, qui n’ont pas le sens commun et qui n’ont aucun rapport à l’objet ou aux opérations qu’on a voulu expliquer. Le Dictionnaire de Trévoux, dont la nomenclature est plus étendue que celle de l’Encyclopédie, a rectifié quelques-unes de ces définitions, mais en petit nombre, beaucoup des autres sont également fautives. Le Dictionnaire de l’Encyclopédie Méthodique n’a pas eu pour objet, sans doute, de rien rectifier, trop de confiance aura fait croire l’examen inutile. Ce sont les mêmes erreurs des anciens nomenclateurs, que les nouveaux n’ont fait que copier, sans choix et sans critique. (La Platière 1790: 2)

18Le point de départ de sa dissertation sur la bonneterie est la définition du terme:

Le mot bonneterie est un terme générique, une dénomination sous laquelle on comprend non seulement les bonnets faits à l’aiguille ou au métier, qui servent à couvrir la tête, mais les bas, les chaussons et chaussettes, les mitons, mitaines, les camisoles, les jupons, les habits mêmes et tous vêtements, de quelques matières qu’ils soient, fabriqués de la même manière. (La Platière 1785a: t. 1, 3)

  • 9   «I. De l’Antiquité du tissu à mailles, et des monuments par lesquels on peut juger des usages aux (...)
  • 10  «I. De la Bonneterie considérée par les matières qu’on y employe»; «II. Réflexions relatives au pr (...)
  • 11   «I. Travail du bas au métier, considéré particulièrement sur la soie»; «II. Observations relative (...)
  • 12   «I. Travail et apprêts particuliers de la bonneterie en laine, tant d’estame que drappée»; «II. D (...)
  • 13   «I. Des gants pour hommes et pour femmes»; «II. Des mitaines à jour III. du tricot au clou».
  • 14   «I. Des inventeurs et de l’époque de ces inventions»; «II. De la Mécanique de faire le tricot san (...)

19La section première, consacrée à une introduction historique, est divisée en deux paragraphes9. La deuxième s’occupe de l’état actuel de la bonneterie en France, et propose des observations sur l’influence des Règlements10. La troisième traite du mécanisme du tricot, et du tricot à l’aiguille donné en exemple. La quatrième, divisée en trois paragraphes, nous renseigne sur le travail du bas au métier, considéré particulièrement sur la soie11. La cinquième, qui comprend trois paragraphes, illustre l’art de la bonneterie en laine, tant d’estame que drapée, l’opération de la foule et la bonneterie en coton12. La sixième s’occupe des gants, des mitaines, du tricot au clou et comprend trois paragraphes13. La septième est consacrée aux nouvelles inventions et à l’illustration des différentes typologies de tricot (tricot à mailles nouées, dentelle, guilloché, broché, à côtes de melon, à mailles coulées, en dorure, doublé, chiné, mélangé ou tigré, peluché, velouté); elle est articulée en quinze paragraphes14. Suit l’explication des «Planches» relatives à la bonneterie et un «Appendice» qui est une mise à jour du paragraphe sur le métier du tricot à mailles nouées.

20On peut voir là, à travers cet exemple, que le sujet est analysé dans tous ses aspects, historiques, géographiques, économiques, techniques et terminologiques.

21Dans le «Vocabulaire des Manufactures» qui se trouve dans le supplément au second volume, ordonné selon une logique alphabétique, Roland de La Platière reprend les définitions données au cours de son traité, accompagnées des marques grammaticales et des marques de domaine, mais d’une manière nécessairement très synthétique, afin de rendre la consultation plus facile et dans le but d’inviter le lecteur au renvoi encyclopédique correspondant.

22En reprenant comme exemple la bonneterie, nous retrouvons, dans le «Vocabulaire», la terminologie de ce domaine particulier, illustrée dans le respect rigoureux du réseau sémantique des mots, de leur désignation et de leur signification, et animée d’un souci constant de l’énumération et du détail. Ainsi les mots tricot, métier, aiguille, coins, estame, lui permettent de donner des définitions à la fois concises et précises où l’illustration des termes scientifiques bien s’accorde avec la finalité pédagogique d’une œuvre qui se propose de vulgariser le savoir et de compléter les connaissances:

Coins, s. m. pl. (bonneterie) côtés d’un bas diversement travaillés, coins rapportés, coins à mailles tournées, coins à la grisette sont autant de sortes de coins distingués par la manière dont ils sont façonnés. (La Platière 1790: 40)

23Parfois, le «Vocabulaire» lui permet d’ajouter des observations lexicales qui ne figuraient pas dans le corps du traité et qui complètent le réseau sémantique du mot avec l’énumération des locutions figurées qui l’accompagnent. C’est ce qu’on peut remarquer par exemple pour le terme bonnet. On lit dans le «Vocabulaire»:

Qui sert à couvrir la tête, et qui en a quelquefois la figure. Nous ne finirions pas si nous voulions donner ici l’énumération des noms que le caprice a fait donner aux bonnets de nos jours. Des bonnets à la dormeuse, au bandeau d’amour, à l’inconstance, à la débâcle, à la complaisante, à l’économe, à la prêtresse de Vénus, à la marmotte, à la brouette du vinaigrier, à la carmélite, à la merluche, à la caravane, aux grandes prétentions, à la novice de Cythère, à la vestale, à la Figaro, au lever de la reine, au coquillage, etc. Le seul Vocabulaire des modes serait considérable, et ne présenterait qu’un recueil de folies, par fois plaisantes, mais toujours ridicules par la futilité de leur objet. Les bonnets dits de Marseille, et plus ordinairement bonnets façon de Tunis, sont des bonnets en laine, qu’on imite en France pour les expédier au Levant. (19)

  • 15   Cf. Meschonnic (1992: 991); Rey (1982); Rétat (1984).

24Cette attention aux mots caractérise, à vrai dire, toute l’entreprise encyclopédique de Panckoucke aussi bien que celle de Roland de La Platière15 et se relie aux principes mêmes de la philosophie des Lumières, pour laquelle le mot est l’instrument de la manifestation de nos pensées. C’est aux dictionnaires que revient la charge essentielle d’expliquer les idées que les hommes ont attaché aux mots. La confusion des noms est donc la conséquence de la confusion des objets et Roland de La Platière, en digne représentant de l’époque des Lumières, s’appuie sur une conception philosophique qui se base sur la nécessité d’un savoir encyclopédique fondé sur le lien très étroit entre les mots, les idées et les choses. Les mots véhiculent la pensée organisée selon un système rationnel:

Dans l’Encyclopédie idéale le philosophe amasse le plus de faits possibles pour les disposer dans l’ordre naturel, puis les examiner avec ses lumières naturelles. Tournée vers la perfectibilité du sens des choses comme les peuples le sont vers celle de leur langue, l’Encyclopédie étalera la science de la communication des idées. Elle ne se bornera donc pas à ordonner les concepts mis en mots, mais elle exprimera chaque idée de la manière la plus nette qu’il est possible. (Porret 2006: 18)

25Comme la mappemonde réduit à l’échelle cartographique l’immensité du monde, de la même manière l’Encyclopédie devra miniaturiser les connaissances: «l’Encyclopédie est à l’architecture épistémologique du savoir ce que la mappemonde est à l’univers» (19).

26Voilà donc expliqué le rôle essentiel que jouent les «Vocabulaires» qui accompagnent les articles du dictionnaire des Arts et Métiers Mécaniques de l’Encyclopédie Méthodique et du «Vocabulaire» qui complète le Dictionnaire des Manufactures de Roland de La Platière. Ces vocabulaires présentent un grand intérêt non seulement pour reconstruire l’histoire d’un art et d’un métier, mais aussi pour la démarche lexicographique et pédagogique qui les caractérise. Glossaires spécialisés répondant à une visée onomasiologique et sémasiologique à la fois, ils définissent et expliquent un champ lexical déterminé, nous donnant le sens spécifique des mots en relation à un domaine précis, dans le but déclaré de rendre accessible à tous la matière dont il est question et de vulgariser grâce au langage la pratique d’un art et d’un métier (cf. Papoff 2012).

27Ce qu’il est important de souligner c’est que Panckoucke, par ses «Vocabulaires» a réalisé un double objectif: «ordonner le champ épistémologique des mots et des choses et rassembler dans un tout bien organisé les articles qui constituent un domaine déterminé. C’est bien là l’objectif de l’Encyclopédie Méthodique elle-même qui visait l’ensemble et l’unité du savoir dans une topographie pourtant spécialisée» (Porret 2006: 36).

28L’idée de compléter l’illustration d’un art ou d’une science par un vocabulaire de spécialité est donc révélatrice d’une approche théorique du savoir, car elle répond parfaitement à cette exigence de systématisation des connaissances dont le vocabulaire est partie intégrante. Les mots et les choses appartiennent au même univers de la pensée et s’organisent de façon rationnelle, analytique et logique, le rêve utopique des philosophes des Lumières étant celui d’une langue idéale, rationnelle, transparente et parfaite, fondée sur l’analogie et sur des relations logiques entre la pensée, les mots et les choses. L’on ne sait que trop bien que ce rêve va se révéler une utopie, mais avec des exceptions, comme dans le cas de la nomenclature de la science, dont Lavoisier jettera les bases, en suggérant une science de la nomenclature, c’est-à-dire une méthode universellement reconnue pour la création du vocabulaire scientifique (cf. Papoff 2009):

Les langues – affirme Lavoisier – n’ont pas seulement pour objet, comme on le croit communément, d’exprimer par des signes, les idées et les images, ce sont de plus de véritables méthodes analytiques, à l’aide desquelles nous procédons du connu à l’inconnu (Lavoisier 1787: 6).

29Ces affirmations poursuivent la leçon de Condillac selon lequel «le langage comme la pensée est un mécanisme construit sur des bases logiques» (1798: 227-228). Les Vocabulaires de l’Encyclopédie Méthodique de Panckoucke mettent en pratique cette conception condillacienne du langage en nous illustrant en même temps que le point de départ du savoir encyclopédique ne peut être que le mot, la définition précise des objets, des opérations ainsi que des concepts.

30L’exigence de rationalisation et de systématisation des connaissances est prioritaire et l’emporte sur toutes les autres. L’univers du savoir, pour être accessible à tous, doit nécessairement choisir le mot comme point de départ de toute analyse spéculative.

31Ainsi que l’a souligné Martine Groult, Panckoucke: «a décelé dans le vocabulaire la capacité de jouer le rôle relationnel que Diderot avait attribué aux renvois. Les mots constituent, pour l’initiateur de l’Encyclopédie Méthodique la source unique de toute relation spéculative […] Il faut considérer le mot come repère fixe dans un index interdisciplinaire» (2006: 257-262). Le Dictionnaire des Manufactures de Roland de La Platière réalise cet objectif et témoigne de la même approche philosophique, lexicographique et pédagogique du savoir encyclopédique. «À l’instar des dictionnaires des mots [il] inventorie le langage; à l’instar du dictionnaire des connaissances, [il] réduit le monde à son inventaire raisonné» (Porret 2006: 16).

Bibliographie

Albertan C., 2007, L’Encyclopédie méthodique (1782-1832), Des Lumières au positivisme, «Annales Historiques de la Révolution française» 347 janvier-mars: 196-198.

Becq A. (ed.), 1991, L’Encyclopédisme, Actes du colloque de Caen, 12-16 janvier 1987, Paris, Kliencksieck.

Benrekassa G., 1995, De l’Encyclopédie aux encyclopédies. Proposer et communiquer un état du savoir, «Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie» 18-19: 157-169.

Braunrot C.P.-Doig H.K., 1995, The Encyclopédie Méthodique, an introduction, «Studies on Voltaire and the eighteenth century» 327: 3-152.

Condillac E.B., 1798, La langue des calculs, in Œuvres de Condillac, Paris, Imprimerie Houel: 243-252.

Éhrard J., 1991, De Diderot à Panckoucke. Deux pratiques de l’alphabet, in B. Annie (ed.), L’Encyclopédisme. Actes du Colloque de Caen, 12-16 janvier 1987, Paris, Amateurs des livres: 243-252.

Groult M., 2006, Les Vocabulaires de Panckoucke, in C. Blanchaert-M. Porret (eds.), L’Encyclopédie Méthodique. Des Lumières au positivisme, Genève, Droz: 757-762.

La Platière R. de, 1785a, Encyclopédie Méthodique, Arts et Métiers, Manufactures, 2 t., Paris / Liège, Panckoucke / Plomteux.
—, 1785b, Encyclopédie Méthodique, Arts et Métiers, Manufactures. t. 3, Vocabulaire général sur les peaux et les cuirs, Paris / Liège, Plomteux / Panckoucke.
—, 1790, Encyclopédie Méthodique. Arts et Métiers. Manufactures, Errata, supplément et vocabulaire de la première partie complétant le tome second, Paris / Liège, Panckoucke / Plomteux.

[Lacombe J.], 1782, Encyclopédie Méthodique ou par ordre des matières, par une société de gens de lettres, de savans et d’artistes, Dictionnaire des Arts et Métiers Mécaniques, Paris / Liège, Panckoucke / Plomteux.

Lavoisier A.-L., 1787, Méthode de nomenclature chimique, Paris, Chuchet.

Meschonnic H., 1992, Des mots et des mondes. Dictionnaires, encyclopédies, grammaires, nomenclatures, Paris, Hatier.

Papoff G., 2009, La science de la nomenclature ou la nomenclature de la science, in F. Chessa-G. Dotoli (eds.), Dictionnaires de spécialité une ouverture sur les mondes, Fasano / Paris, Schena / Baudry: 59-76.
—, 2012, De l’art de la porcelaine. Chemins croisés franco-italiens entre métier, culture et langue, in G. Fabbricino Trivellini (ed.), Arti e Mestieri napoletani nel contesto euroopeo, Fasano / Paris, Schena / Baudry: 105-133.
—, 2013, Histoire de mots et de métiers. Le Vocabulaire de l’Imprimerie dans l’Encyclopédie Méthodique, in C. Diglio-M. Petrillo (eds.), Le mot imprimé, du papier à l’éther, Paris, Hermann: 197-247.

Pinault M., 1993, L’Encyclopédie, Paris, PUF.

Porret M., 2006, Savoir encyclopédique et Encyclopédie des savoirs, in C. Blanckaert-M. Porret (eds.), L’Encyclopédie Méthodique. Des Lumières au positivisme, Genève, Droz: 14-53.

Rétat P., 1990, L’âge des dictionnaires, in R. Chartier-H.-J. Martin et al. (eds.), Le livre triomphant 1660-1830, Histoire de l’édition française, Paris, Fayard, (1984): 232-245.

Rey A., 1982, Encyclopédies et dictionnaires, Paris, PUF.

Rey C., 2006, À la découverte d’un monument oublié: l’Encyclopédie Méthodique, «Les Cahiers de lexicologie» 88.1: 67-82.
—, 2010, L’œuvre encyclopédique de Charles-Joseph Panckoucke, in F. Neveu, V. Muni Toke et al. (eds.), Actes du Deuxième Congrès mondial de linguistique française, 12-15 juillet 2010, La Nouvelle Orléans, s.e.: 1063-1074; en ligne: http://www.linguistiquefrancaise.org/index.php?option=com_toc&url=/articles/cmlf/abs/2010/01/contents/contents.html (consultation: 08/01/2014).

Tega W., 1995, La ‘folie’ de l’ordre alphabétique et l’‘enchaînement’ des sciences. L’encyclopédie comme système entre le XVIIIe et le XXe siècle, «Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie» 18-19: 138-156.

Teysseire D., 1991, À propos de l’Encyclopédie Méthodique, «Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie» 11: 142-149.

Tucoo-Chala S., 1977, Charles-Joseph Panckoucke et la librairie française, 1736-1798, Paris, Pau.

Watts G.B., 1958, The Encyclopédie méthodique, «Modern Language Association» 75.4, 1: 348-366.

Notes

1  Charles-Joseph Panckoucke (1736-1798), libraire-éditeur officiel de l’Imprimerie Royale et de l’Académie Royale des Sciences, fut l’un des protagonistes de la vie culturelle et éditoriale du XVIIIe siècle.

2  La bibliographie sur l’Encyclopédie Méthodique n’est pas trop riche, mais très qualifiée. Citons à titre d’exemple Braunrot-Doig (1995); Tucoo-Chala (1977: 47-51); Teysseire (1991: 142-149); Becq (1991); Benrekassa (1995); Éhrard (1991); Pinault (1993); Tega (1995); Watts (1958); Rey (2006; 2010).

3  Jean-Marie Roland, vicomte de La Platière (1734-1793), inspecteur des manufactures à Amiens, d’abord, à Lyon ensuite, auteur de l’Art du fabricant d’étoffes en laine et de l’Art du fabricant de velours de coton, est élu au Conseil Général de la commune de la ville de Lyon en 1790. Pendant la Révolution il se lie aux Girondins et devient Ministre de l’Intérieur. Attaqué par les Montagnards il démissionne, mais l’Assemblée lui refuse la permission de quitter Paris. Décrété d’arrestation, il se réfugie à Rouen où il apprend l’exécution de sa femme Manon. Le 10 novembre, après avoir brûlé ses papiers, il décide de se suicider.

4  Le samedi 8 décembre 1781.

5   On passe du troisième tome où chacun des arts traités est accompagné de son vocabulaire, au sixième tome où on ne trouve que 17 vocabulaires sur 54 arts illustrés. On va du vocabulaire de l’art de préparer les dattes qui comprend trois entrées, au vocabulaire de la porcelaine qui en compte une trentaine, ou à celui de l’imprimerie qui en illustre à peu près 300 (357) (cf. Papoff 2012; Papoff 2013).

6  Cette «Table» compte 147 pages.

7   Le premier traité indique la manière dont se cultivent les matières indigènes ou exotiques, soit les matières animales, végétales ou mixtes. Le second s’occupe des opérations auxquelles sont assujetties les matières indiquées, le troisième et le quatrième l’emploi des matières déjà préparées, le cinquième la description et le résultat des opérations, le sixième l’emploi des matières considérées comme mixtes. Le septième est consacré entièrement à la passementerie, le VIIIe à la bonneterie, le IXe traité à la tapisserie.

8   Dans le Dictionnaire des Manufactures l’entrée exacte prévoit bas, bonet, boneterie, bonetier, où le mot est écrit avec un seul n. Dans le Vocabulaire l’auteur introduit l’orthographe bonneterie.

9   «I. De l’Antiquité du tissu à mailles, et des monuments par lesquels on peut juger des usages auxquels il était employé»; «II. De l’invention du métier à bas; du premier établissement de ce genre en France, et des raisons de considérer la jurisprudence relative à cette partie».

10  «I. De la Bonneterie considérée par les matières qu’on y employe»; «II. Réflexions relatives au projet des nouveaux Règlements concernant la Bonneterie»; «III. De la Bonneterie considérée par les lieux qui s’en occupent de celle de Lyon, de ses progrès et de sa décadence»; «IV. De la Bonneterie de Picardie»; «V. Considérations générales et résumé de l’état actuel de la Bonneterie en France».

11   «I. Travail du bas au métier, considéré particulièrement sur la soie»; «II. Observations relative à la fabrication et à la manière de coudre les bas»; «III. Observations relatives à l’état, à la quantité et à la qualité de la soie qu’on emploie dans les bas de cette matière».

12   «I. Travail et apprêts particuliers de la bonneterie en laine, tant d’estame que drappée»; «II. De la fouloire, opération de la foule et autres opérations suivantes»; «III. Du travail de la Bonneterie en coton, de celle en fil, des bonnets de coton».

13   «I. Des gants pour hommes et pour femmes»; «II. Des mitaines à jour III. du tricot au clou».

14   «I. Des inventeurs et de l’époque de ces inventions»; «II. De la Mécanique de faire le tricot sans envers, ou à côtes et de son usage»; «III. Du Tricot double»; «IV. Du Tricot à mailles nouées»; «V. Du Tricot dentelle»; «VI. Du Tricot guilloché»; «VII. Du Tricot broché»; «VIII. Du Tricot à côtes de melon»; «IX. Du Tricot à mailles coulées»; «X. Du Tricot en dorure»; «XI. Du Tricot doublé»; «XII. Du Tricot chiné, du Tricot mélangé ou tigré, et de leurs usages»; «XIII. Du Tricot peluché»; «XIV. Du Tricot velouté ou velours coupé»; «XV. D’un moule à plombs de nouvelle invention». Il est intéressant de souligner que beaucoup de ces dénominations sont utilisées aujourd’hui encore, en italien, en qualité d’emprunts.

15   Cf. Meschonnic (1992: 991); Rey (1982); Rétat (1984).

Auteur

Università degli Studi del Sannio

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search