Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

Considérations de La Bruyère sur la mode. Le portrait d’Iphis

Marcella Leopizzi

Texte intégral

  • 1  Fontaine (2009).

La mode se démode, le style jamais
Coco Chanel1

  • 2  Cf. aussi Pellisson (1970).
  • 3  «Entre la 1e édition (1688), qui ne comptait que 420 remarques, et ne se présentaient que comme un (...)

1Auteur d’un seul ouvrage, défenseur des Anciens contre les Modernes, en grand classique La Bruyère (1645-1696) présente son œuvre au lecteur en s’abritant derrière un Ancien. Il définit modestement son livre comme une simple traduction et imitation d’un texte antique: d’où le titre Les Caractères de Théophraste traduits du grec avec les caractères ou les mœurs de ce siècle. En réalité, au disciple d’Aristote, Théophraste, il doit peu de choses (Lagarde-Michard 1985: 396)2. D’autant plus que, parus en 1688, Les Caractères ont subi, pendant les années, de nombreuses modifications: car, au fil des éditions (1688-1696), La Bruyère a remanié l’ouvrage et augmenté le nombre des maximes et des portraits (Moncond’huy 2005: 213)3.

  • 4  La Bruyère (1985: quatrième de couverture).

2Ayant vécu à la cour et auprès des Condé à Chantilly, il a observé, toute sa vie durant, les nobles, les courtisans, les riches, les pauvres et, en général, la société de son époque. Aussi, dans Les Caractères, en offrant une peinture de toutes les conditions des mœurs de son temps de la plus sordide jusqu’à la plus haute, caricature-t-il avec incision et humour l’hypocrite, le flatteur, le rustre, le complaisant, l’avare, l’orgueilleux, la coquette, le célèbre distrait4. Et, de ce fait, il montre un monde factice plein de défauts (Richard 1965: 152).

3Convaincu que le ridicule peut instruire, tout au long de son ouvrage La Bruyère poursuit un double objet: il veut peindre ses contemporains d’après nature et les aider par là à se corriger de leurs défauts; et, tout comme Molière, La Fontaine, La Rochefoucauld et les autres moralistes classiques, il vise aussi à discerner chez les Français du XVIIe siècle des traits éternels de la nature humaine. Son œuvre présente, donc, à la fois un intérêt historique et documentaire, et un intérêt plus large et plus profond, celui qui s’attache à l’homme dans sa vérité universelle (Lagarde-Michard 1985: 401):

Je rends au public ce qu’il m’a prêté; j’ai emprunté de lui la matière de cet ouvrage, il est juste que l’ayant achevé avec toute l’attention pour la vérité dont je suis capable, et qu’il mérite de moi, je lui en fasse la restitution. Il peut regarder avec loisir ce portrait que j’ai fait de lui d’après nature; et s’il se connaît quelques-uns des défauts que je touche, s’en corriger. […] On ne doit parler, on ne doit écrire que pour l’instruction. (La Bruyère 1965: 77)

  • 5Encyclopédie Larousse (s.v. La Bruyère).

4Ainsi, dans le grand courant de pessimisme augustinien de son siècle, fidèle à la lignée de tous les moralistes classiques, La Bruyère s’attache à découvrir les traits permanents dans la nature humaine pour en dégager des caractères éternels. En effet, même si les contemporains sont l’objet principal de son étude, La Bruyère se donne une tâche plus importante: dévoiler l’homme dans sa nature; sur ce point, la préface est très nette: «bien que je les [les caractères et les mœurs] tire souvent de la cour de France et des hommes de ma nation, on ne peut pas néanmoins les restreindre à une seule cour, ni les renfermer en un seul pays»5.

5Témoin parfois amusé, souvent amer, de la ‘comédie humaine’, il se révèle comme un satirique plein d’ironie et un moraliste pénétrant (Garapon 1994: 62). Moraliste et non pas moralisateur (cf. Lafond 1992), persuadé que le rôle du moraliste est de mettre au grand jour les faiblesses humaines (Sipriot 1985: X), il attaque une société basée sur la corruption de la simplicité naturelle de l’homme (La Bruyère 1951: XXI). Il s’ensuit que s’il s’en prend à la cour, aux grands et aux riches, c’est moins pour les mépriser et se donner un air de supériorité, que pour regretter que «tout ce qui fascine cette cour méconnaisse ce qui est vrai» et essentiel (La Bruyère 1985: quatrième de couverture). Son but est, donc, de faire vivre au lecteur un moment hors de lui pour se regarder (Sipriot 1985: XVI).

  • 6  La Bruyère (1965: quatrième de couverture).

6Ses caractères incarnent, en effet, un type, voire un concentré, un faisceau de défauts humains (XIV), un chaos de passions contraires et de faiblesses qui se contredisent (Adam 1997: t. 3, 563). Ils font fonction d’outil de questionnement vis-à-vis de l’écart inconciliable entre l’être et le paraître (Sipriot 1985: XVI). Hérités de Théophraste, mais aussi d’Aristote – cf. notamment son portrait du Courageux, dans l’Éthique à Nicomaque –, Les Caractères présentent l’homme comme un livre à déchiffrer. Riche en hyperboles, caricatures, humour, grâce au ton presque bouffon et ironique, cet ouvrage trahit l’amertume de base, au point qu’André Gide s’écrie: «Je relis Les Caractères de La Bruyère. Si claire est l’eau de ces bassins, qu’il faut se pencher longtemps au-dessus pour en comprendre la profondeur»6.

  • 7  Cf. aussi Lange (1909); Van Delft (1996).

7La Bruyère accumule les détails précis, concrets, qui forment une image vivante de celui qu’il peint, puis il termine par une comparaison, une antithèse, une hyperbole ironique, une définition, une sentence ou tout simplement une constatation de bon sens (Garapon 1994: 61). Très doué pour l’observation minutieuse, au travers de nombreux portraits et d’une constante alternance entre anecdotes, considérations, dialogues et monologues, il dresse une sorte de galerie constituée de différents types de caractères (cf. Paquot Pierret 1948). Par une satire tranchante, il dévoile les nombreuses facettes de l’âme humaine. Il passe en revue la vie mondaine, la société parisienne, les usages, les sentiments, les institutions (Picard 1970: 30)7. Il décrit avec lucidité, férocité et finesse psychologique, les diverses manies. Il attaque la sotte vanité: cette passion inquiète de se faire valoir par les plus petites choses, ou de chercher, dans les sujets les plus frivoles, du nom et de la distinction (La Bruyère 1965: 66). Il se moque des mœurs: il tourne en ridicule les fats de cour, les intrigues galantes, les exactions des traitants, le luxe insultant des parvenus, la gueuserie des nobliaux de province, le snobisme des précieuses et des femmes savantes, les amours de certaines grandes dames pour des acteurs et des maîtres à danser, les ecclésiastiques mondains, les vices de l’appareil judiciaire, la guerre et ses horreurs, exemple privilégié de misère et folie (17).

  • 8  Pour des approfondissements voir Brody (1980); Badiou-Monferran (2000).

8Inspirés du théâtre du monde et s’ouvrant à une lecture ‘libre’ par ‘sauts et gambades’8, Les Caractères ont comme fil rouge la peinture du «caractère» humain, cette marque distinctive qui fait reconnaître une nature particulière et qui, d’après La Bruyère, agit presque toujours en obéissant à la ‘mode’ et à tout comportement global.

9C’est pourquoi, tout au long de cette œuvre, La Bruyère aborde à plusieurs reprises le concept relatif à l’attitude des êtres humains face à la mode et à ce qui est en vogue; et, à ce sujet, il consacre un chapitre entier, qu’il intitule De la mode. Au cours de ces pages, il s’acharne contre tous ceux qui, étant des esclaves de la mode – «Une chose folle et qui découvre bien notre petitesse, c’est l’assujettissement aux modes» (La Bruyère 1965: 334) – oublient qu’ils doivent avant toute chose songer à l’heure fatale qui approche et, donc, à leur salut.

10Il prend en considération la mode sous tous ses aspects. Il parle de la mode du «goût» et de la «santé»: «La viande noire est hors de mode, et par cette raison insipide; ce serait pécher contre la mode que de guérir de la fièvre par la saignée» (Ibidem). Il conte l’histoire de quelques «curieux» qui sont victimes de la mode: le fleuriste qui s’attache aux seules tulipes, le fruiticulteur qui n’a de l’amour que pour une certaine espèce de prunes, Diphile amoureux fou de ses oiseaux qui ont envahi sa maison et dont il est devenu esclave:

Sa maison n’en est pas égayée, mais empestée. La cour, la salle, l’escalier, le vestibule, les chambres, le cabinet, tout est volière; […] ce n’est plus pour Diphile un agréable amusement, c’est une affaire laborieuse, et à laquelle à peine il peut suffire. (337-338)

11Leur goût de la chose rare, démontre-t-il, dégénère en une passion exclusive et fait d’eux de pauvres maniaques, indifférents à tout ce qui serait infiniment plus digne d’intéresser un homme (Lagarde-Michard 1985: 411):

La curiosité n’est pas un goût pour ce qui est bon ou ce qui est beau, mais pour ce qui est rare, unique, pour ce qu’on a et ce que les autres n’ont point. Ce n’est pas un attachement à ce qui est parfait, mais à ce qui est couru, à ce qui est à la mode. (La Bruyère 1965: 334)

  • 9   «Jacques Callot, peintre, dessinateur et graveur mort en 1653. Son nom est imprimé Calot dans les (...)

12La mode avec toutes ses folies, ses inconséquences, ses despotiques et capricieuses croyances est, affirme-t-il, la forme la plus évidente des manies risibles dont les hommes sont souvent victimes (La Bruyère 1966: 413). Pour faire passer ce point de vue, il a recours aux exemples de Diognète, farouche et stupide ramasseur de médailles anciennes, «Diognète sait d’une médaille le fruste, le flou, et la fleur de coin» (La Bruyère 1965: 335), et de Démocède, très inquiète parce que sa collection d’estampes d’un auteur inconnu est mutilé d’une seule médiocre œuvre9:

J’ai tout Callot, hormis une seule, qui n’est pas, à la vérité, de ses bons ouvrages; au contraire c’est un des moindres, mais qui m’achèverait Callot: je travaille depuis vingt ans à recouvrer cette estampe, et je désespère enfin d’y réussir; cela est bien rude! (La Bruyère 1965: 336)

13Il tourne en ridicule l’attitude des hommes qui ont la manie de voyager tout simplement pour être à la mode:

Ces gens qui s’engagent par inquiétude ou par curiosité dans de longs voyages, qui ne font ni mémoires ni relations, qui ne portent point de tablettes; qui vont pour voir, et qui ne voient pas, ou qui oublient ce qu’ils ont vu. (Ibidem)

14De même, il souligne l’absurdité des hommes qui, pour suivre la mode, ont un grand nombre de livres: lesquels, toutefois, sont utilisés seulement pour être reliés. Il se moque de la folie de ceux qui passent leur vie à déchiffrer les idiomes les plus inutiles «les langues orientales et les langues du nord, celles des deux Indes, celles des deux pôles, et celle qui se parle dans la lune» (337); et il raille celui qui se ruine pour collectionner des bustes rares ou pour faire «bâtir un hôtel si beau, si riche et si orné, qu’il est inhabitable» (Ibidem).

15Aussi, La Bruyère constate-t-il avec amertume que les hommes ont tendance à privilégier le fait d’être considérés comme des personnes à la mode plutôt que comme des personnes de mérite, mais, remarque-t-il: un «homme à la mode dure peu, car les modes passent» (339) par contre, une personne de mérite est «une fleur […] qui est de tous les temps» (340).

16C’est pour cette raison qu’il suggère une grande lucidité: telle à empêcher de s’aveugler sur les apparences, de confondre les qualités réelles avec la fausse monnaie, de se laisser prendre sans conserver une certaine distance à l’égard des vanités. L’homme, d’après La Bruyère, ne doit pas perdre son temps derrière les choses futiles et les biens corporels parce que les buts de ses actions devraient concerner le salut de son âme:

Chaque heure en soi comme à notre égard est unique: est-elle écoulée une fois, elle a péri entièrement, les millions de siècles ne la ramèneront pas. Les jours, les mois, les années s’enfoncent et se perdent sans retour dans l’abîme des temps; […] Il y a de légères et frivoles circonstances du temps qui ne sont point stables, qui passent, et que j’appelle des modes, la grandeur, la faveur, les richesses, la puissance, l’autorité, l’indépendance, le plaisir, les joies, la superfluité. (349)

17En conséquence, il écrit de féroces attaques contre la mode de la dévotion, ou pour mieux dire de la fausse dévotion. Par le biais du portrait d’Onuphre, il se plaint que même la dévotion est soumise aux raisons de la mode et il offre l’image de l’hypocrite parfait, de celui qui n’est pas dévot mais qui veut être cru tel:

S’il marche par la ville, et qu’il découvre de loin un homme devant qui il est nécessaire qu’il soit dévot, les yeux baissés, la démarche lente et modeste, l’air recueilli lui sont familiers: il joue son rôle. S’il entre dans une église, il observe d’abord de qui il peut être vu; […] Il évite une église déserte et solitaire, où il pourrait entendre deux messes de suite, le sermon, vêpres et complies, tout cela entre Dieu et lui, et sans que personne lui en sût gré: il aime la paroisse, il fréquente les temples. (345)

18En s’appuyant sur ce portrait, il critique l’hypocrisie religieuse, voire les hommes qui, tout en n’ayant pas la foi, se servent de la religion pour atteindre leurs propres buts: ils fréquentent les églises pour se montrer et ils y occupent les places d’où ils peuvent être vus par le roi. Face à ces bassesses, en soulignant que le roi ne demande absolument pas ces mesquineries et que, par conséquent, les faux dévots pratiquent volontairement ce révoltant mensonge, il s’exclame: «Un dévot est celui qui sous un roi athée serait athée» (344).

19Dans ce chapitre, La Bruyère exprime aussi des jugements négatifs contre les vanités et tous les vices de la mode proprement dite: celle concernant la façon de s’habiller. Il pose son attention sur la valeur de l’habit comme signe de reconnaissance à l’intérieur d’un code socio-culturel. Il stigmatise l’usurpation des signes sociaux de la dignité: la plume blanche réservée à des nobles autorisés à la porter, la cravate interdite au magistrat, l’épée au bourgeois (La Bruyère 1985: 488). Il consacre quelques lignes à la description de la hauteur des talons chez ses contemporaines et, en partant du fait qu’en mai 1691 le roi avait demandé aux princesses d’abandonner les fontanges et d’arborer une coiffure plate (La Bruyère 1990: 402), il réfléchit sur les changements des coiffures féminines et sur leur extravagance:

L’on condamne celle qui fait de la tête des femmes la base d’un édifice à plusieurs étages dont l’ordre et la structure change selon leurs caprices, qui éloigne les cheveux du visage, bien qu’ils ne croissent que pour l’accompagner, qui les relève et les hérisse à la manière des bacchantes, et semble avoir pourvu à ce que les femmes changent leur physionomie douce et modeste en une autre qui soit fière et audacieuse; […] N... est riche, elle mange bien, elle dort bien; mais les coiffures changent, et lorsqu’elle y pense le moins, et qu’elle se croit heureuse, la sienne est hors de mode. (La Bruyère 1965: 341)

20Il prend en considération les vêtements masculins et il s’arrête sur la tenue d’un «homme fat» qu’il taxe implicitement de trop excentrique:

  • 10  La mode était au chapeau bas et à plumes, cf. Schirosi (2004: 42).
  • 11   Les élégants portaient plutôt les petits souliers à nœuds de rubans (Ibidem).

Un homme fat et ridicule porte un long chapeau10, un pourpoint à ailerons, des chausses à aiguillettes et des bottines11; il rêve la veille par où et comment il pourra se faire remarquer le jour qui suit. Un philosophe se laisse habiller par son tailleur: il y a autant de faiblesse à fuir la mode qu’à l’affecter. (340)

21Dans le but de souligner le caractère provisoire et passager de la mode, il apporte l’exemple de la toilette des courtisans:

Le courtisan autrefois avait ses cheveux, était en chausses et en pourpoint, portait de larges canons, et il était libertin. Cela ne sied plus: il porte une perruque, l’habit serré, le bas uni, et il est dévot: tout se règle par la mode. (343)

22Et, pour insister sur l’idée que les modes sont éphémères et qu’elles révèlent le côté bizarre de l’esprit humain, étant donné qu’elles dépendent de l’inconstance et de la légèreté des hommes, il avance que les hommes «emploient pour le comique et pour la mascarade ce qui leur a servi de parure grave et d’ornements les plus sérieux» (341). La folie de ceux qui sont victimes de la mode, continue-t-il, réside notamment sur le fait qu’ils négligent que «la vertu seule, si peu à la mode, va au delà des temps» (349):

Une mode a à peine détruit une autre mode, qu’elle est abolie par une plus nouvelle, qui cède elle-même à celle qui la suit, et qui ne sera pas la dernière: telle est notre légèreté. (342)

23Au travers du portrait d’Iphis – homme à la mode et esclave de la mode –, La Bruyère démontre jusqu’à quel point on peut être victime de la conviction que ‘l’habit fait le moine’. En attribuant à la toilette, la tâche de ‘décrire’ l’homme et de révéler la psychologie du personnage, il détaille de pied en cap le corps d’Iphis. Aussi, au lieu d’être de simples accessoires de mode, ses vêtements apparaissent-ils comme des marques d’identité distribuant les signes de la virilité et de la féminité:

  • 12   Au XVIIe siècle les femmes ne portaient pas de chapeau, cf. Schirosi (2004: 43).

Iphis voit à l’église un soulier d’une nouvelle mode; il regarde le sien et en rougit; il ne se croit plus habillé. Il était venu à la messe pour s’y montrer, et il se cache; le voilà retenu par le pied dans sa chambre tout le reste du jour. Il a la main douce, et il l’entretient avec une pâte de senteur; il a soin de rire pour montrer ses dents; il fait la petite bouche, et il n’y a guère de moments où il ne veuille sourire; il regarde ses jambes, et se voit au miroir: l’on ne peut être plus content de personne qu’il l’est de lui-même; il s’est acquis une voix claire et délicate, et heureusement il parle gras; il a un mouvement de tête, et je ne sais quel adoucissement dans les yeux, dont il n’oublie pas de s’embellir; il a une démarche molle et le plus joli maintien qu’il est capable de se procurer; il met du rouge, mais rarement, il n’en fait pas habitude. Il est vrai aussi qu’il porte des chausses et un chapeau12 et qu’il n’a ni boucles d’oreilles ni collier de perles; aussi ne l’ai-je pas mis dans le chapitre des femmes. (341-342)

24Nom grec que l’on donnait indifféremment aux filles et aux garçons, Iphis symbolise une personnalité vaniteuse et honteuse qui cumule tous les comportements de la féminité de l’époque, comme en témoignent les mimiques, les poses et les objets: pâte de senteur, miroir, rouge. Dans son attitude et dans ses gestes, tout est artificiel: il a une démarche molle, voire efféminée, il parle gras c’est-à-dire qu’il grasseye, «il met du rouge, mais rarement» car «il n’en fait pas habitude»: atténuations ironiques qui ne font que souligner le caractère scandaleux de la chose.

25En lisant ce portrait d’Iphis l’efféminé, l’on constate que La Bruyère adapte parfaitement son style au personnage qu’il peint (Lagarde-Michard 1985: 410). Dans ce passage, tout est pointu, délicat, étudié comme la grâce affectée de ce personnage. Et encore, quelle ironie raffinée dans la parodie, l’insinuation piquante et le trait final (Ibidem). Les lieux choisis par l’auteur pour situer ce passage sont l’église et la chambre: deux endroits symbolisant l’écart entre l’être et le paraître; le dernier: lieu privé et réservé, le premier: lieu de représentation où l’on affiche les signes de distinction à travers la toilette, puisqu’elle renvoie en même temps au statut social et à la personnalité.

26À cause de l’importance excessive donnée au paraître, le but initial d’Iphis de s’offrir au regard des autres – «il était venu à la messe pour s’y montrer» – change: au lieu de se montrer, il se cache. Cependant, si d’un côté il abandonne toute volonté de s’exhiber, de l’autre il s’acharne à substituer le regard des autres avec celui du miroir, donc avec le sien: tout cela afin de ne pas se rendre à l’évidence, autrement dit de ne pas déclarer sa propre ‘défaite’. En effet, ce n’est que lorsqu’il est tout seul qu’Iphis est fier de lui-même car, à l’église, dès qu’il est en contact avec les autres, il ne supporte pas la comparaison: d’abord il rougit, puis il se cache; au contraire, dans sa chambre, il se regarde et se contemple en un ravissement narcissique: «l’on ne peut être plus content de personne qu’il l’est de lui-même» (Biard-Denis 1993: 144-145).

27Tout au long de ce portrait, donc, on assiste à l’alternance entre objet du regard et sujet regardant aboutissant à la coïncidence de ces deux éléments lorsque Iphis est face au miroir. Iphis regarde les autres, regarde son soulier, se regarde dans le miroir. Lorsqu’il est tout seul dans sa chambre et qu’il se regarde, il escamote les autres; il se soustrait au regard des autres et il devient en même temps l’objet du regard et le sujet regardant (Ibidem).

28Le miroir révèle, ainsi, les tendances d’Iphis pour la coquetterie et la vanité, comme en témoignent: les jolies dents, le regard doucereux, la démarche alanguie qui sont des traits caractérisant une coquette. Iphis incarne un caractère très soucieux de plaire. Il n’est qu’un esclave du paraître et de la mode: pour lui l’habit fait le moine car le paraître est beaucoup plus important que l’être. Et c’est justement cette obsession qui lui fait perdre sa virilité.

29Au travers de ce personnage, en osant designer explicitement la perversion sexuelle et en mettant en péril la différence naturelle des sexes, La Bruyère condamne la tendance à croire que l’habit fait le moine. Il dénonce la disposition à s’adapter à la mode aveuglement et il souligne qu’elle est suivie d’un côté dans l’optique d’uniformisation – il faut se conformer au goût de ce qui semble être en vogue – et de l’autre côté dans la perspective d’exclusivité pour paraître les meilleurs. Aussi, réfléchit-il sur l’idée de ‘diversité’ et, de ce fait, il met en relief que la diversité qui permet de paraître supérieurs, voire la diversité-exclusivité est recherchée. Par contre, la diversité qui est l’indice d’infériorité, autrement dit la diversité-exclusion, est éloignée, voire refusée. Ces deux visions, affirme-t-il, relèvent toutes les deux d’une attitude d’esclavage vis-à-vis de la mode et des modes, et témoignent toutes les deux d’une valeur erronée que l’on donne au paraître. Voilà pourquoi, dès la première ligne de ce chapitre, il déclare: la mode «est une chose folle et qui découvre bien notre petitesse» (La Bruyère 1965: 334) parce qu’elle pousse l’homme à perdre vilainement son temps et le précieux cadeau qui est sa vie.

  • 13  Barthes (1967: quatrième de couverture).
  • 14  Nissim (2003: 904).
  • 15  Pour des approfondissements voir Monneyron (2001); Fortassier (1988); Placella Sommella (1984).

30Imprévue, la mode a depuis toujours intéressé les hommes, les écrivains, les esthéticiens, les sociologues, les psychologues, la presse (cf. Wilhelm 1955). Il suffit de songer à Roland Barthes qui, en dévoilant en elle un système de significations, la soumet à une véritable analyse sémantique et observe comment les hommes font du sens avec leur vêtement13. L’étude des habits et des modes dévoile l’évolution d’une société14 car, tout comme le soutient Sergio Cigada, la mode est un art, un véritable «prodotto della creazione di esatti rapporti» (Cigada 1964: t. 3, 280). En tant que phénomène social, la mode relève du politique, de l’être-ensemble, de la communauté, du pouvoir, de l’autorité (Schirosi 2004: 38). Pour cette raison, elle porte à la surface les conflits intérieurs, les désirs, les pulsions créées chez l’homme par la société. Elle exprime un vide profond chez tout individu qui se laisse pénétrer par des regards conformistes et par une rigide adhésivité. Voilà pourquoi chez de nombreux hommes de lettres, le vêtement joue un rôle fondamental et permet au lecteur d’esquisser l’âme des personnages15.

31Par le portrait d’Iphis, au travers de la description de la mise et des attitudes du personnage, La Bruyère dénonce l’artifice narcissique de son siècle et la tendance à donner trop d’importance au paraître. Il met à nu l’essence d’Iphis, il recherche et démasque l’être sous le paraître, la vérité sous l’apparence. Aussi, le moraliste parvient-il aux mouvements internes non seulement du personnage mais aussi de l’âme humaine: en passant de l’individu au type, il peint l’homme en général et sort hors de son temps.

32D’ailleurs, en dépit de certaines «clefs» qui ont tôt circulé (cf. La Bruyère 1964), La Bruyère s’est toujours défendu d’avoir voulu viser telle ou telle personne: le plus grand nombre de ses réflexions, pensées et remarques possédant une signification générale et ses personnages n’étant que des types (Adam 1997: 565). Peintre des mœurs de son temps, La Bruyère a écrit dans la perspective de l’homme universel: sa satire est atemporelle et son ouvrage, qui concerne l’homme de toujours, est encore actuel de nos jours; d’où le grand succès dont il jouit dans les manuels de la littérature éternelle.

Bibliographie

Adam A., 1997, Histoire de la littérature française au XVIIe siècle, Paris, Albin Michel.

Badiou-Monferran C., 2000, Les conjonctions de coordination ou ‘l’art de lier ses pensées’ chez La Bruyère, Paris, Champion.

Barthes R., 1967, Système de la Mode, Paris, Seuil.

Biard J.-Denis F., 1993, Didactique du texte littéraire, Paris, Nathan.

Brody J., 1980, Du style à la pensée. Trois études sur les Caractères de La Bruyère, Lexington, French Forum.

Cigada S., 1964, Il pensiero estetico di Gustave Flaubert, Milano, Vita e Pensiero.

Encyclopédie Larousse, s.v. La Bruyère, en ligne: http://www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/La_Bruy%C3%A8re/128303 (consultation: 29/08/2013).

Fontaine A., 2009, Coco avant Chanel, 105’.

Fortassier R., 1988, Les écrivains français et la mode de Balzac à nos jours, Paris, PUF.

Garapon R., 1994, Jean de La Bruyère, in R. Zuber-M. Fumaroli (eds.), Dictionnaire de littérature française du XVIIe siècle, Paris, PUF.

La Bruyère J. de, 1865, Œuvres, G. Servois (ed.), Paris, Hachette.
—, 1951, Œuvres complètes, J. Benda (ed.), Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade).
—, 1964, Les Caractères ou les mœurs de ce siècle précédé de Les Caractères de Théophraste traduit du grec, R. Barthes (ed.), Paris, Club des Librairies de France.
—, 1965, Les Caractères de Théophraste traduits du grec avec Les Caractères ou les mœurs de ce siècle, R. Pignarre (ed.), Paris, Garnier-Flammarion.
—, 1966, I caratteri, F. Giani Cecchini (ed.), Torino, UTET.
—, 1985, Les Caractères, P. Ronzeaud (ed.), Paris, Le livre de poche.
—, 1990, Les caractères de Théophraste traduits du grec avec Les Caractères ou les mœurs de ce siècle, R. Garapon (ed.), Paris, Garnier (Classiques).

Lafond J., 1992, Moralistes du XVIIe siècle, Paris, Robert Laffont.

Lagarde A.-Michard L., 1985, XVIIe siècle, Paris, Bordas.

Lange M., 1909, La Bruyère critique des conditions et des institutions sociales, Paris, Bordas.

Moncond’huy D., 2005, Histoire de la littérature française du XVIIe siècle, Paris, Champion.

Monneyron F., 2001, Vêtement et littérature, Presses Universitaires de Perpignan.

Nissim L., 2003, Veste, habit-veste, redingote, habit. Piccole note sull’abbigliamento maschile in Madame Bovary, in E. Galazzi-G. Bernardelli (eds.), t. II.2, Lingua, cultura, testo. Miscellanea di studi francesi in onore di Sergio Cigada, Milano, Vita e Pensiero: 889-906.

Paquot Pierret L., 1948, L’art du portrait chez La Bruyère, Bruxelles, Office de publicité.

Pellisson M., 1970, La Bruyère, Génève, Slatkine.

Picard R., 1970, Génie de la littérature française (1600-1800), Paris, Hachette.

Placella Sommella P., 1984, La mode au XVIIe siècle, Paris, Papers on French 17th century.

Richard P., 1965, La Bruyère et ses Caractères, Paris, Nizet.

Schirosi F., 2004, Les écrivains et la mode de La Bruyère à Proust, Bari, Laterza.

Sipriot P., 1985, Préface, in J. de La Bruyère, Les Caractères, P. Ronzeaud (ed.), Paris, Le livre de poche.

Tillard M., 2010, Les Caractères de La Bruyère, un livre en train de se faire, en ligne: https://philo-lettres.fr/old/litterature_francaise/La_bruyere.htm (consultation: 29/08/2013).

Van Delft L., 1971, La Bruyère moraliste. Quatre études sur les Caractères, Genève, Droz.
—, 1996, La Bruyère ou du Spectateur, Paris / Tübingen, Biblio 17.

Wilhelm J., 1955, Histoire de la mode, Paris, Hachette.

Notes

1  Fontaine (2009).

2  Cf. aussi Pellisson (1970).

3  «Entre la 1e édition (1688), qui ne comptait que 420 remarques, et ne se présentaient que comme un appendice à une édition des Caractères de Théophraste, et la dernière, de 1696, qui en contient 1120, l’ouvrage a grossi constamment, et est devenu de plus en plus indépendant et personnel» (Tillard 2010). Pour des approfondissements sur l’état des additions des différentes éditions voir Van Delft (1971).

4  La Bruyère (1985: quatrième de couverture).

5Encyclopédie Larousse (s.v. La Bruyère).

6  La Bruyère (1965: quatrième de couverture).

7  Cf. aussi Lange (1909); Van Delft (1996).

8  Pour des approfondissements voir Brody (1980); Badiou-Monferran (2000).

9   «Jacques Callot, peintre, dessinateur et graveur mort en 1653. Son nom est imprimé Calot dans les éditions du XVIIe siècle» (La Bruyère 1865: t. 2, 138).

10  La mode était au chapeau bas et à plumes, cf. Schirosi (2004: 42).

11   Les élégants portaient plutôt les petits souliers à nœuds de rubans (Ibidem).

12   Au XVIIe siècle les femmes ne portaient pas de chapeau, cf. Schirosi (2004: 43).

13  Barthes (1967: quatrième de couverture).

14  Nissim (2003: 904).

15  Pour des approfondissements voir Monneyron (2001); Fortassier (1988); Placella Sommella (1984).

Auteur

Università degli Studi di Bari «Aldo Moro»

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search