Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

L’être dans le paraître. Morale libertine et séduction par la parure dans La Paysanne Pervertie (1784) de Rétif de la Bretonne

Carmelina Imbroscio

Texte intégral

  • 1   Il s’agit, évidemment, de la ville d’Auxerre où Rétif raconte, à plusieurs reprises et notamment (...)

1Ursule, la jeune paysanne (plus tard pervertie) du roman épistolaire de Rétif de la Bretonne, arrive à Paris venant de son village, ainsi que son frère Edmond; l’accompagnent la bénédiction de son père et les valeurs qui régissent la vie patriarcale de son milieu. Une halte préliminaire dans la ville d’Au*1 la place sous les auspices de la vertueuse madame Parangon, dont les lettres, par la suite, essayeront en vain de la soutenir par des conseils de sagesse: la morale familiale et la vertu bourgeoise de sa protectrice ne suffiront pas à diriger la conduite d’Ursule; Paris, avec ses amusements faciles, sa frivolité, ses miroitements ne tardera pas à initier la belle paysanne au succès mondain et aux plaisirs des sens. Dans un crescendo de débauche, traversé de quelques sentiments de culpabilité, Ursule connaîtra les vices les plus abominables; malgré une rédemption finale, elle finira poignardée par son frère, rendu fou par les remords qui le hantent au bout d’une vie de turpitudes et lui aussi destiné à l’expiation par la mort.

  • 2   On peut dire de même pour Le Paysan perverti, dont la rédaction remonte à 1775. Pour La Paysanne (...)

2Comment définir La Paysanne pervertie2? Roman d’apprentissage, libertin, noir, larmoyant, romantique… La définition reste impossible pour cet ouvrage foisonnant d’un auteur boulimique et graphomane, tel que fut Rétif de la Bretonne: au cours de ces quelques centaines de pages les interlocuteurs se croisent, les destinateurs et les destinataires des missives se confondent, les points de vue se superposent, les caractères se modifient, les aventures se compliquent d’événements secondaires, les tons et les thèmes varient: sensibilité, sensualité, voyeurisme, cynisme…; les lettres, souvent d’une longueur qui les rend invraisemblables, contiennent des narrations emboîtées, des descriptions de coutumes, des tirades morales, des réflexions métaphysiques, des leçons de vie libertine: dans ce foisonnement se mêlent, à jet continu, les contradictions récurrentes de la poétique et de la sensibilité restiviennes.

  • 3   Impossible ici de ne pas faire allusion à Barthes: «un vêtement purement fonctionnel n’est concev (...)

3La profusion des thèmes traités impose ici le choix d’un focus; il sera orienté sur la valeur symbolique des objets et, en particulier, de l’apparat vestimentaire3, dans la stratégie de séduction et dans l’apprentissage de la carrière libertine: les maîtres, dans ce domaine, seront Gaudet d’Arras, moine défroqué, idéologue du vice et de la corruption morale, et Ursule, son élève, qui se révélera bientôt à même de se conduire par ses propres forces.

  • 4   Barthes consacre quelques considérations aux différentes structures (verbale et plastique) du ‘vê (...)
  • 5   D’ailleurs, comme le souligne Béatrice Didier, «Rétif est passionné de la chaussure et du vêtemen (...)
  • 6   Il vaut la peine de rappeler la fonction essentielle du miroir dans les stratégies de séduction. (...)
  • 7  Sur la nature ‘dramatique’ de La Paysanne pervertie je renvoie à Imbroscio (1990).

4Le fétichisme de la chaussure féminine, qui hante Rétif, est bien connu; il est récurrent dans ses écrits (dont Le pied de Fanchette, ou le soulier couleur de rose, 1769), il est aussi proposé dans les gravures ornant ses ouvrages, surtout le Paysan perverti, rigoureusement soumises aux suggestions et au contrôle de l’écrivain4. Mais l’érotisme de Rétif, doublé d’un faible alibi de dénonciation morale, s’alimente aussi des autres détails vestimentaires de son héroïne Ursule5. On pourrait objecter que dans toute la riche filière des romans libertins du XVIIIe siècle la séduction passe à travers le paraître6: croisements de regards, mises en scène savantes, estampes licencieuses illustrant les livres; dans le théâtre mondain tout se joue en termes de déployé et caché, vu et non vu. Lors de son arrivée à Paris, Ursule sera captivée par le beau monde qui anime les promenades des Tuileries, du Palais Royal, du Bois de Boulogne, lieux de l’ostentation mais aussi des œillades furtives et des billets galants glissés en secret; elle comprendra bientôt que pour s’introduire dans la parade il faut ‘se parer’, que pour jouer la comédie il faut adopter la mise et le décor que la scène demande7. Et, jusque-là, rien encore d’insolite dans sa conduite, par rapport à celle des nombreuses héroïnes, bien plus célèbres, qui animent la vie et la fiction de cette fin de siècle. Exception faite pour les Liaisons dangereuses – où la séduction se joue sur de pures stratégies intellectuelles dans un monde raréfié où peu de place est faite aux objets et, en général, aux éléments visuels – la recherche du plaisir (ou l’initiation à la corruption, comme les romanciers s’empressent prudemment de la définir) se fait d’habitude par l’intermédiaire d’une ambiance où le lieu (boudoir), les objets (sofa, glaces…) et la toilette (négligé) jouent un rôle approprié.

  • 8  C’est toujours moi qui souligne dorénavant les mots ‘âme’ et ‘animé’ qui figurent dans le texte de (...)
  • 9  Sur la ‘sensibilité’ d’Edmond pour le pied féminin, rappelons les épisodes de voyeurisme qui le co (...)
  • 10  De nombreuses études anthropologiques et psychosociologiques ont focalisé leur attention sur les t (...)

5Ce qui caractérise, toutefois, chez Ursule et dans son entourage, l’érotisation du corps c’est la fonction toute particulière attribuée à l’habillement et à ses accessoires. Dans une lettre à sa belle-sœur restée au village, Ursule rapporte une déclaration d’amour, dont elle a été témoin, de son frère Edmond à la vertueuse madame Parangon, à partir de l’éloge de sa chaussure: «ce n’est là qu’une matière grossière […]; mais depuis que cela vous a touché, c’est un talisman, c’est un être animé; vous lui avez communiqué votre âme8; cela fait partie de vous» (Ursule à Fanchon, I. viii, Rétif de la Bretonne 1972: 76)9. De l’individu à l’objet s’opère donc un transfert de qualités spirituelles puisqu’un lien étroit s’est constitué au moment du contact. Mais le passage fonctionne aussi à l’envers: dans une des nombreuses lettres-fleuve à contenu argumentatif, le père Gaudet d’Arras, génie et idéologue de la dépravation («[il combat la pudeur, la chasteté, toutes les vertus]» annonce ‘l’éditeur’ de la lettre: 266), s’engage à montrer à Ursule les avantages que l’éros tire du paraître et, en particulier, pour ce qui concerne la sensualité féminine, de l’habillement (autrefois rempart de la pudeur)10:

La coquetterie, parmi nous, tire ses plus grands avantages de ce qui fut d’abord annexé à la pudeur: c’est par les habits qu’on embellit les formes, qu’on en crée même d’agréables; par les habits, une maigre qui blesserait nos regards et nous repousserait, paraît avoir la taille fine; au lieu d’un squelette décharné, elle ne nous fait voir, par une illusion heureuse, qu’un corps délicat, recouvert par des étoffes les plus élégantes. La coiffure, un corset rassemblant, une robe bien faite, une jupe agréablement flottante, une chaussure mignonne se variant tous les jours, cela renouvelle la même femme, et la change sans cesse […]. Ajoutez que la parure devenant l’effet des goûts factices, il arrive que lorsque ces derniers sont satisfaits à un certain point, la parure excite plus que les appâts naturels. (Gaudet à Ursule, I. lxxiii: 268)

  • 11   Pour indiquer la parure féminine, j’ai employé une série de mots qui m’ont été imposés par le bes (...)

6Les appâts de la parure11 sont donc beaucoup plus efficaces que ceux que la nature peut fournir; ils sont tellement agissants que la façon de s’habiller finit, de manière paradoxale, par ébranler et troubler les sens même quand elle glisse dans le grotesque ou dans le vulgaire:

Ainsi quand la mode sera qu’on ait des hanches factices, qui fassent danser la jupe en marchant, qui donnent au mouvement du corps un branle lascif, alors, un homme qui aura pris vivement ce goût, en voyant une femme avec ce costume porté jusqu’au ridicule, éprouvera des désirs ardents, beaucoup plus vifs que ceux inspirés par la nature; […] il arrivera même de là que les laiderons qui auront ce genre de parure, l’enflammeront plus que la beauté. (268-269)

7Mais c’est la chaussure qui, comme on l’a vu, garantit la conquête plus que tout autre complément d’habillement:

Un autre aime-t-il la forme moderne des chaussures de nos femmes? Plus une d’entre elles aura un soulier bien pointu, un talon bien haut et bien mince, plus cet homme se passionnera; il ira jusqu’au délire, comme on en a vu. (269)

8Simple invitation à la coquetterie? Défi à la morale naturelle? Rien de cela. Pour la philosophie de Gaudet d’Arras la satisfaction de ses plaisirs est un exercice de liberté: «vous resterez libre, comme vous avez commencé; […] vos vivrez heureuse, en faisant des heureux, qui vous paieront leurs plaisirs, en satisfaisant vos caprices» (267); d’ailleurs la pudeur ne serait «pas plus naturelle aux femmes, qu’aux femelles des animaux» (Ibidem); rien qu’un sentiment factice à utiliser uniquement comme tactique amoureuse, d’où l’affirmation tranchante: «la prétendue pudeur est une politique, ou un vice, et […] sa plus grande utilité est en faveur des catins» (268); Ursule devra donc l’adopter de façon pondérée: «vous en ferez usage, pour plaire davantage: Mais vous n’y serez pas astreinte en esclave, comme si elle était un devoir, ou seulement une vertu», puisque «la jouissance modérée est le plus bel apanage que la nature nous ait donné: c’est le baume de la vie» (Ibidem). Voilà donc que les principes de la morale commune, qui se voudrait naturelle, sont renversés: ce n’est pas la pudeur, mais l’épanouissement physique, qui exprime le naturel de l’individu; l’habillement, soustrait à la nécessité primordiale de couvrir les nudités, contribue de manière consubstantielle et primaire à mettre en valeur le corps et à satisfaire l’expression de la sensualité.

9Si la parure et ses détails à la mode contribuent en général au raffinement du plaisir, il faut prêter quand même le maximum d’attention à sa propre ‘vocation érotique’ et donc à sa propre mise vestimentaire. Sur cela Gaudet d’Arras n’a pas de doutes, son exhortation à Ursule est péremptoire: «N’ayez rien sur vous, qui n’ait l’empreinte de votre génie» (Gaudet à Ursule, I. xcviii: 326).

10S’en suivent des conseils détaillés sur la manière dont elle obéira à la dictée de la mode tout en gardant sa personnalité ou, pour mieux dire, sur la manière dont elle pliera la mode à son goût et à sa sensibilité (peut-on dire à son âme?):

Ne l’adoptez pas en automate, et quoique tout aille aux jolies femmes, ayez soin de vous adapter la mode nouvelle de la manière qui vous aille le mieux. C’est par ce moyen que vous serez toujours neuve, toujours piquante, toujours originale, c’est-à-dire jamais imitatrice servile (327).

  • 12   Si on voulait pousser un peu plus loin les hypothèses sur l’inspiration que Rétif tire des Liaiso (...)
  • 13   Dans sa Frivolité essentielle, Frédéric Monneyron rappelle la fonction fondamentale qu’a l’habill (...)

11Ursule ne tardera pas à signaler à son mentor qu’elle a bien profité de son enseignement, que l’élève est parvenue à égaler le maître et qu’elle l’a probablement dépassé en philosophie et pratique de la séduction. La ‘formation’, en tout cas, est accomplie. La lettre cxiv d’Ursule à Gaudet paraît rappeler la fameuse lettre lxxxi de Madame de Merteuil à Valmont des Liaisons dangereuses, dans laquelle la marquise raconte à son complice les étapes de son apprentissage libertin; on pourrait même supposer quelques influences directes. La Paysanne est publié en 1784, deux ans après les Liaisons, qui connaissent un succès immédiat et foudroyant et que Rétif doit sûrement avoir lu12. La clôture «Adieu, l’ami; c’est assez causé» (385) de la missive d’Ursule résonne, c’est vrai, comme le laconique «voilà notre roman. Adieu» de la Merteuil, mais la comparaison n’ira pas au-delà de quelques ressemblances de surface. La lettre de la jeune paysanne ne connaît ni la qualité de langage, ni le mépris, ni la dureté, ni le machiavélisme de celle de la marquise; de plus, le moralisme de l’auteur / éditeur la conditionne déjà dans l’intitulé-commentaire paratextuel: «[elle lui expose son art pour le libertinage. Hélas! l’infortunée le payera cher!]» (379). Rétif n’est pas Laclos, tout simplement… La lettre d’Ursule à Gaudet est toutefois intéressante parce qu’elle y montre combien son choix de vie libertine est consubstantiel à l’adoption de sa mise et comme la recherche de sa définition identitaire passe à travers l’étude minutieuse de ses vêtements13.

12«Il est inconcevable combien […] une femme entretenue coûte! c’est quelque chose d’effrayant!» constate Ursule (380); entretenue par le ‘marquis’, son amant, dont elle déplore l’avarice, ou entretenue, dans le sens de soignée dans son aspect? Les deux, sans doute, parce qu’elle continue:

Si elle veut plaire, exciter des désirs dans tous ceux qui l’approchent, il faut qu’elle se diversifie, au point de jamais se ressembler: pour être toujours appétissante, il faut du neuf tous les jours; il lui est impossible de mettre deux fois les mêmes choses, la plupart trop fragiles, à moi, par exemple, les gazes, les chaussures ne me servent qu’une fois. (Ibidem)

13Le travail de plaire, donc, exige beaucoup d’efforts et met en jeu nombre de détails («J’ai bien des amants! je les rends tous assez contents de moi: mais c’est un travail! […] C’est un travail de l’esprit, que je veux dire»: 381). Il faut avant tout étudier le contexte; dans le secret de l’alcôve ce sont les meubles qui jouent un rôle primordial; ils participent de façon ‘animée’ (puisqu’un mécanisme spécial leur communique un mouvement, mais surtout parce que – nous le verrons par la suite – ils sont partie prenante dans la célébration de l’éros):

Quant à mes meubles, on les croirait vivants, et ils ont leur coquetterie […]. Outre leur somptuosité, ils ont la volupté pour âme; car j’ai voulu qu’ils en eussent une. […] Mes sofas sont d’une façon particulière: mes chaises pliantes, mes ottomanes, mes bergères, etc., me reçoivent dans leurs bras, et paraissent plutôt des êtres actifs qui m’étreignent que des meubles passifs qui me portent. (380)

14Tableaux dont les sujets licencieux défilent grâce à un ressort secret, selon le moment de l’entretien amoureux, glaces qui les reflètent…, tout concourt à mettre en valeur ce qui détermine la réussite de la séduction:

L’étude de ma toilette succède: vous savez quels détails elle exige! quelle imagination il me faut chaque jour […]. Mon goût à moi, prescrit tout, imagine tout; je fais défaire, refaire, je déchire, je coupe, je jette au feu tout ce qui me déplaît et je le fais recommencer […]. Chacune de mes robes est faite de manière, qu’à les voir, fût-ce à la friperie, ceux qui me connaissent, m’y retrouveraient. (Ibidem)

15Ainsi que les habits, les accessoires correspondent moins à la mode du moment, qu’à la personnalité d’Ursule («mes détails […] sont proportionnés au costume que j’ai choisi»: 382) ou, pour mieux dire, ils revêtent dans leur relation symbiotique et fortifiante avec Ursule une personnalité à eux. Voici encore un petit faible pour le pied chaussé:

Ma chaussure ne m’exerce pas moins que mes robes: c’est la partie de la parure où l’âme d’une femme se montre davantage; moins cet article tient à nous, plus il semble vil et bas, et plus il doit être soigné; mes chaussures non seulement ont de la grâce, mais une grâce unique qui n’est qu’à moi. (Ibidem)

16Et puisque «les pieds et la tête sont le plus important de la parure», la coiffure sollicite, elle aussi, beaucoup d’application:

Rien n’est à négliger. Mais mon chef-d’œuvre de goût, d’élégance, de coquetterie, c’est la coiffure […]; c’est par ma coiffure, que je me donne tous les jours une physionomie nouvelle, et du caractère que je la veux, tantôt en cheveux, tantôt en bonnets; mais surtout par mes bonnets. J’en change plusieurs fois le jour […], et je deviens tour à tour agaçante, ou modeste, ou coquette, ou prude, ou folle, ou bacchante, ou naïve, ou effrontée, ou honteuse: ma coiffure me donne l’âme que je veux (383).

  • 14   Sur la présence dans le roman de nombreux renvois à la peinture et sur la qualité picturale de ce (...)

17Mais ce sont les couleurs qui donnent la dernière touche à ce défilé14 et qui, par leur fantasmagorie, célèbrent et glorifient la volupté. Une attention spéciale est encore portée au pied chaussé:

J’adopte le blanc de préférence; mais j’emploie aussi les autres couleurs, surtout le noir, qui fait quelquefois à merveille; le rose, le vert, mais il veut de la broderie; l’orangé, le bleu céleste, le gris perle, les étoffes d’or et d’argent, pour les mules, etc. […] Mes bas sont du plus beau blanc, souvent à coins d’argent, surtout lorsque le costume que je dois prendre exige une jupe courte. (Ibidem)

18Même la vertu, si peu pratiquée par Ursule, méritera, plus loin, une allusion ‘coloriée’ qui constitue, à mon avis, une des maximes les plus réussies du roman: «La vertu, je la compare à mon rouge; cela donne de l’éclat, mais il faut que la couche soit superficielle» (Ursule à Gaudet, I.cxx: 403).

19En épilogue, Ursule résume ce long récit fait de dentelles, rubans, gazes, satins, en rappelant qu’il s’agit là non d’un badinage frivole, mais de l’exposition d’une véritable tactique qu’elle a érigée en système philosophique, au point d’oser défier la supériorité intellectuelle de son ancien maître:

Voilà ma philosophie à moi, l’ami, et non pas les billevesées d’astronomie ou de physique dont vous remplissez la tête de mon frère […]. Ce n’est pas que je ne raisonne quelquefois: je me suis fait des principes, dont je vous entretiendrai peut-être un jour. (Ursule à Gaudet, I.cxiv: 384)

20Ursule est à l’apogée de sa fortune; de mésaventure en mésaventure, son existence connaîtra un déclin sans retour; humiliée, séquestrée, violée, réduite à se prostituer dans un bordel, elle finira par oublier les temps de la fierté et des plaisirs sans souci: «une jupe de toile, un juste, et de gros bas de fil. Voilà mes habits des dimanches, avec des souliers ferrés» (Ursule à Laure, I.cxxvii: 423). «Mon tempérament est devenu une fureur; mon goût pour la crapule une rage; je veux m’anéantir dans l’infamie […]. Je veux être esclave, moi!» (Ursule à Edmond, I.cxxx: 438). D’ailleurs, son ancien maître de vice l’a abandonnée, déçu par son manque de mesure:

Chacun est maître de son corps: mais en abuser, au point de se perdre soi-même moralement et physiquement, est un crime contre la nature et contre la société […]. C’est qu’il faut des lumières peu communes, un esprit aussi rare que juste, pour ne pas avoir besoin de préjugés, de loi, de frein. Ursule s’est perdue; je la regrette à proportion qu’elle pouvait monter plus haut, avec ses charmes, ses grâces ses talents. (Gaudet à Laure, I.cxxxvi: 448)

21À ce point de l’histoire d’Ursule se pose une question: l’habillement si changeant, le paraître si soigné et toujours à la mode, qui ont accompagné son chemin de séductrice, ont-ils constitué un masque, un travestissement imposé à son corps par un écart de la raison et des sentiments, ou bien ont-ils favorisé, symboliquement et matériellement, l’érotisation, la visibilité de ce corps, en même temps qu’ils ont contribué à la réalisation de sa personne? La réponse n’est pas immédiate; car le corps d’Ursule, que les mises essayaient de mettre en valeur, est plutôt exhibé par la crudité de la déchéance:

Je suis dévorée d’ulcères; mon cadavre infect me fait horreur à moi-même; je me dégoûte de ce que j’ai touché: des os découverts, et non des doigts, tiennent ma plume […]. Ma langue gonflée sort de ma bouche ulcérée; mon sein flétri est disparu: deux plaies remplacent ma gorge […]. Le reste de mon corps fait horreur, et je souffre horriblement, quelque position qu’on me donne. (Ursule à Zéphire, I.cxliv: 463-464)

22Ce corps nu et scarifié voudrait être, dans l’économie du roman, le signe de la faute et l’objet sacrificiel offert en expiation à Dieu et à la société, dont Ursule a enfreint les principes, mais la fierté attribuée à l’usage libre de sa personne, l’insistance posée sur les ‘embellissements’ et les agréments, la sensualité investie dans la parure, laissent comprendre que Rétif (le reste de sa production, d’ailleurs, nous le confirme) a déversé dans son roman tout son érotisme, stimulé par la force symbolique des objets liés à l’habillement féminin; érotisme qu’il voudrait triomphant, mais qui bute sur les écueils de la norme.

23Dans la lignée des romans libertins qui se donnent un épilogue édifiant, La Paysanne pervertie nous réserve un final où le vice succombe et les vicieux meurent, mais il ne s’agit pas du banal escamotage qui doit complaire à la morale du lecteur; dans le cas de Rétif, agissent deux pulsions opposées qui finissent par sacrifier sa sensualité impérieuse à la lourde charpente morale qui le domine. Les objets vestimentaires de son héroïne, qui animent et qui sont animés, qu’elle vivifie et qui lui donnent la vie, visent réellement à réaliser son être, c’est-à-dire les volontés et les désirs aussi bien du moral que du physique. L’être serait-il donc dans le paraître?

Bibliographie

L’auteur

Rétif de la Bretonne N.E., 1972, La Paysanne pervertie, B. Didier (ed.), Paris, Garnier-Flammarion, (1784).
—, 1977, Le Paysan Perverti, P. Jost (ed.), Lausanne, L’Âge d’Homme, (1775).

Les textes critiques

Barthes R., 1960, Le Bleu est à la mode cette année. Notes sur la recherche des unités signifiantes dans le vêtement de mode, «Revue française de sociologie» 1-2: 147-152.
—, 1967, Système de la mode, Paris, Seuil.

Blanchot M., 1986, Sade et Restif de la Bretonne, Bruxelles, Complexe.

Burgelin O., 1996, Barthes et le vêtement, «Communications» 63: 81-100.

Delon M., 2000, Le savoir-vivre libertin, Paris, Hachette (Littérature), en particulier «Le miroir et le roman»: 227-280.

Descamps M.-A., 1972, Le Nu et le vêtement, Paris, Éditions Universitaires.
—, 1979, Psychosociologie de la mode, Paris, PUF.

Franchi F., 2004, L’épiderme de la mode, in F. Franchi-F. Monneyron (eds.), L’entre-deux de la mode, Paris / Bergamo, L’Harmattan / University Press: 173-186.

Houbre G., 2003, Jeunes libertines, jeunes romantiques. Les mirages d’une sexualité confisquée, in A. Richardot (ed.), Femmes et libertinage au XVIIIe siècle. Ou les caprices de Cythère, Rennes, PUR: 133-150.

Imbroscio C., 1990, Mimesi e diegesi: modalità teatrali nella narrativa restiviana, in Aa.Vv., Le Paysan et la Paysanne pervertis, «Seminari Pasquali di analisi testuale» 5: 27-36.
—, 1993, ‘Le Paysan et la Paysanne pervertis’. Représentation et autoreprésentation de l’artiste, in R. Démoris (ed.), L’artiste en représentation, Paris, Desjonquères: 69-81.

Monneyron F., 2011, La Frivolité essentielle, Paris, PUF, (2001).

Richardot A. (ed.), 2003, Femmes et libertinage au XVIIIe siècle. Ou les caprices de Cythère, Rennes, PUR.

Notes

1   Il s’agit, évidemment, de la ville d’Auxerre où Rétif raconte, à plusieurs reprises et notamment dans son autobiographie (Monsieur Nicolas, ou le cœur humain dévoilé, 1794-1797), avoir travaillé comme apprenti typographe et être tombé amoureux de l’épouse de son patron, celle qui sera dans ses écrits Colette Parangon.

2   On peut dire de même pour Le Paysan perverti, dont la rédaction remonte à 1775. Pour La Paysanne pervertie, paru en 1784, j’utilise l’édition Garnier-Flammarion, préfacée par Béatrice Didier (1972). Toujours en 1784 Rétif augmente, modifie et unifie les deux romans dans Le Paysan et la Paysanne Pervertis, qu’il ne publiera qu’en 1787.

3   Impossible ici de ne pas faire allusion à Barthes: «un vêtement purement fonctionnel n’est concevable qu’en dehors de toute société: dès qu’un vêtement est confectionné, il rejoint fatalement une sémiologie», (1960: 148). Les nombreux écrits de Barthes sur la mode sont évoqués et analysés de façon intéressante par Olivier Burgelin (1996).

4   Barthes consacre quelques considérations aux différentes structures (verbale et plastique) du ‘vêtement-écrit’ et du ‘vêtement-image’, si fréquent, ce dernier, dans les journaux de mode (1967: 13).

5   D’ailleurs, comme le souligne Béatrice Didier, «Rétif est passionné de la chaussure et du vêtement féminin, de tout ce qui est imprégné de l’‘odor di femmina’» (Préface à la Paysanne Pervertie, in Rétif de la Bretonne 1972: 15).

6   Il vaut la peine de rappeler la fonction essentielle du miroir dans les stratégies de séduction. Michel Delon dans son Savoir vivre libertin consacre un chapitre à la fonction de l’image reflétée dans la société libertine ainsi que dans les romans qui la représentent: «Le miroir est d’abord solitaire, c’est celui des premiers apprêts au lever du lit et d’un minimum indispensable de toilette loin des regards. C’est éventuellement aussi celui de la répétition d’une scène de séduction: le libertin ou la libertine apprend son rôle, essaie des mimiques. Le miroir peut alors devenir duel ou pluriel, lorsque la toilette devient un moment de réception pour les intimes et un rituel social. L’apprêt du corps, le maquillage, l’habillage se théâtralisent et éventuellement s’érotisent. Le reflet dédouble le point de vue et peut, comme l’éventail dans la soirée mondaine, laisser voir ce qu’on prétend ne pas montrer» (Delon 2000: 231). Sur le rapport entre le miroir, le corps féminin et ses agréments vestimentaires vid. aussi Richardot (2003); en particulier Houbre (2003).

7  Sur la nature ‘dramatique’ de La Paysanne pervertie je renvoie à Imbroscio (1990).

8  C’est toujours moi qui souligne dorénavant les mots ‘âme’ et ‘animé’ qui figurent dans le texte de Rétif, afin de mettre en relief la valeur symbolique qui émane de certains objets.

9  Sur la ‘sensibilité’ d’Edmond pour le pied féminin, rappelons les épisodes de voyeurisme qui le concernent: il se cache sous le sofa sur lequel Ursule entretient ses amants et intervient, en cachette, en lui serrant le pied. Ces épisodes alludent au lien incestueux entre les deux, raconté de manière explicite dans Le Paysan perverti (Rétif de la Bretonne 1977); vid. surtout la lettre CXXXVI d’Ursule à Gaudet.

10  De nombreuses études anthropologiques et psychosociologiques ont focalisé leur attention sur les trois facteurs: protection, pudeur et ornementation, qui poussent l’homme à s’habiller. Sur ce sujet, il est intéressant de rappeler les travaux de Marc-Alain Descamps (1972; 1979).

11   Pour indiquer la parure féminine, j’ai employé une série de mots qui m’ont été imposés par le besoin de ne pas être répétitive. En réalité, la sémiologie, notamment celle de Barthes (1967), est bien plus précise. Barthes utilise le terme général de vêtement, qui comprend le costume (la mode collective) et l’habillement (l’utilisation individuelle); ces distinctions sont calquées sur le système saussurien de langage / langue / parole. Il paraît évident que Ursule a choisi, tout en suivant la dictée de la mode (le costume), de ne jamais renoncer à l’habillement, qui constitue sa parole.

12   Si on voulait pousser un peu plus loin les hypothèses sur l’inspiration que Rétif tire des Liaisons dangereuses, on pourrait comparer la vertueuse Madame Parangon à Madame de Tourvel; comme cette dernière elle est tourmentée par le conflit entre ses principes et son désir amoureux, auquel elle finira par céder. François Jost, dans l’Introduction à son édition critique du Paysan perverti (1977), dresse une comparaison suivie entre certains aspects de ce dernier et Les Liaisons de Laclos; on pourrait appliquer à ce rapprochement ce que Blanchot affirme à propos du rapport Sade / Rétif: «Comparer à Sade Restif de la Bretonne ne va sans inconvénient pour ce dernier» (1986: 105).

13   Dans sa Frivolité essentielle, Frédéric Monneyron rappelle la fonction fondamentale qu’a l’habillement dans la définition de la personnalité: «zone frontière entre intériorité et extériorité, il est l’instrument par excellence de ce travail d’ajustement identitaire» (2011: 82). Dans le domaine de la séduction il joue un rôle également important: «dans le désir de séduire, le vêtement a une place importante, pour ne pas dire prépondérante, car il apparaît, à tort ou à raison, d’ailleurs, comme pouvant l’aider ou le favoriser. Aussi le vêtement à travers lequel opère la séduction est-il dès lors un indicateur des plus fiables de la manière dont on se conçoit et se vit la sexualité» (93). À consulter aussi, sur ce sujet, Franchi (2004).

14   Sur la présence dans le roman de nombreux renvois à la peinture et sur la qualité picturale de certains passages du texte, je signale Imbroscio (1993).

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search