Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

Le lys et la soie: le trousseau de Marguerite de France, duchesse de savoie (avec la transcription du Trousseau, bnf, ms. fr. 31119)

Rosanna Gorris Camos

Texte intégral

Nous remercions Daniele Speziari pour sa collaboration à la transcription du document

  • 1 * Nous remercions Daniele Speziari pour sa collaboration à la transcription du document.

– ô l’Oméga, rayon violet de Ses Yeux!
Arthur Rimbaud, «Voyelles»1

 

  • 2  Il s’agit de l’article 39 du Traité de Cateau-Cambrésis signé en juin 1559. Un exemplaire du trait (...)
  • 3   Le roi mourut le lundi 10 juillet à midi, cf. Saint-Martin-Velut (2011). Voir aussi Romier (1913)
  • 4   Voir par ex. Ronsard (1993b: t. 2, 64 sg.): «Tu as aussi comme par destinée / La Sœur du Roy pour (...)
  • 5   Pour ces poèmes, cf. Hartley (1981).

1Dans le cadre des négociations de la paix de Cateau-Cambrésis2 fut décidé le mariage de Marguerite, duchesse de Berry, et d’Emmanuel-Philibert de Savoie. L’union fut célébrée dans la nuit du 9 au 10 juillet 1559, dans la chambre où le roi blessé attendait la mort3. Les poètes de Pallas, regrettant le départ de leur mécène et conscients des conséquences de ce mariage qu’ils considéraient une sorte d’enlèvement4 ou un ‘désastre’, durent réduire au silence leurs Muses qui avaient préparé une gerbe de poèmes, Epithalames et Chants pastoraux, pour ce mariage entre Mars et Minerve, les ‘lettres et les armes’, qui naissait sous le signe de la paix, mais aussi du deuil5.

  • 6  Pour l’Estat de la Maison de Marguerite, avant son départ pour la Savoie, cf. le Ms. BnF, Ms. fr. (...)
  • 7   C’est aussi grâce aux rentes du duché du Berry qu’elle put entretenir sa cour parallèle et garder (...)
  • 8   Voir nos études récentes sur cette princesse et notre livre Princesse des frontières, Genève, Dro (...)

2Marguerite, en deuil, habillée en blanc comme dans le portrait de Londres, suivie d’une partie de sa Maison6, commence, en novembre, un long voyage et entame un parcours qui conduit la Pallas de France, tant célébrée par les poètes de la Pléiade, à devenir la duchesse d’un nouvel état, entièrement à reconstruire, à côté de ce duc conquérant dont le plus grand souci sera ‘la pubblica felicità’. Princesse des frontières, princesse de l’entre-deux, elle gère son nouveau rôle politique à l’ombre des enseignements et de la parole irénique de Michel de l’Hospital, éminence grise de sa cour auquel l’on doit, sans doute, les plus beaux portraits en vers de Marguerite. Ses lettres, comme celles de sa belle-sœur Catherine, non seulement défient les distances, passent les montagnes qui la séparent des siens, de sa famille, mais aussi de sa familia, dans le sens de ses plus fidèles serviteurs, de son duché de Berry qu’elle garde sous sa tutelle7, mais révèlent une gestion habile et prudente des problèmes politiques et religieux. Son rôle de médiatrice entre la Savoie et la France, entre la Savoie et Genève et son effort d’exercer une politique de contre-poids à la politique espagnole de son mari révèlent des enjeux complexes, politiques, éthiques et religieux8.

  • 9   Cf. Gorris Camos (2011a).

3Princesse de savoir aux yeux sombres et tristes, ‘aux beaux yeux de victoire’, Marguerite est très cultivée ainsi que le démontre sa bibliothèque9, mais allie au goût pour les livres et les reliures précieuses le goût pour la soie et pour l’or, ainsi que Ronsard, son poète esleu, l’évoque:

  • 10  Sur Ronsard et Marguerite, cf. Rouget (2011).

Aucunes fois avec ses Damoiselles
Comme une fleur assise au milieu d’elles,
Guidant l’aiguille et d’un art curieux
Joignant la soie à l’or industrieux
Dessus la toile, ou sur la gaze peinte
De fil en fil pressoit la laine teinte.
(Ronsard 1993b: t. 2, 70, vv. 259-264)10

4Intelligente et habile, la fille de François Ier était consciente de son nouveau rôle. Sa dot de 300 mille écus était digne de sa naissance, mais elle avait aussi fait préparer un riche trousseau. La BnF conserve en effet un précieux document, un Mémoire de tous les objets qu’il faut pour Madame, seur du Roy (BnF, Ms. fr. 31119) qui enregistre fidèlement tous les objets, les meubles, les tapisseries, mais aussi les somptueux vêtements de Marguerite, de ses filles d’honneur et de sa cour, laquais et palefreniers compris.

  • 11   Voir Gorris Camos (2012) et la bibliographie citée dans cet article.
  • 12   Jacques Vignon créa, par exemple, des fermoirs en or ou en argent avec les initiales des princess (...)
  • 13   Anne de Parthenay se plaint dans l’une de ses lettres (ASTO de Modène, Casa e stato busta 156, or (...)
  • 14  Voir pour ses reliures nos travaux sur sa bibliothèque cités ci-dessus note 8.

5Comme sa tante Renée de France, duchesse de Ferrare, qui aimait les tissus et les robes ‘à la française’ aux couleurs chatoyantes, ainsi que le démontrent les poèmes ferrarais de Marot et ses livres des comptes11, Marguerite aimait les robes et les décors «de haulte coulleur». Il suffit de lire ces précieux documents pour s’apercevoir des lumières et des couleurs des brasses de tissus, du chatoiement des soies et des velours, pour admirer la splendeur des reliures émaillées et enrichies de bijoux, de fermoirs et de chaînettes en or, d’initiales, de clous et de fleurs de lys, des ornements dignes des reliures d’une Reine12. Renée fait relier ses livres en cuir turquoise, en «peau de marroquin», «dorer » et orner par son orfèvre Jacques Vignon en dépensant plus pour ces magnifiques et somptueuses reliures que pour l’achat des livres13. De même Marguerite fait émailler ses reliures de fleurs de lys et de son initiale M en semé14.

1. Regarder dans ses coffres…

  • 15   Sur ce magnifique Ms. enluminé offert par Cristoforo Duc ou Duchi à la duchesse, cf. Gorris Camos (...)

6Or, si le Manuscrit de son Trousseau est un document important pour connaître les objets et les ameublements indispensables à une princesse qui aborde un long voyage après son mariage, cette longue liste de «ce qu’il faut à Madame» nous permet aussi de pénétrer dans les coffres et les bagages qui ont suivi Marguerite de Paris à Turin via Nice et Rivoli. Non seulement nous pouvons admirer ses tapisseries en velours cramoisi et en or qui seront le décor de sa chambre à Rivoli et de sa demeure de Turin, mais nous pouvons aussi admirer les couleurs et les tissus de ses robes et de ses accessoires, ses bijoux, ses chapeaux que nous retrouvons dans les livres qu’elle reçut en don de noces, comme le splendide Livre des prières conservé à la Bibliothèque Royale de Turin (Var. a 84)15, dans les ouvrages littéraires, les portraits et les documents issus de sa cour.

  • 16   Cf. BnF, Ms. fr. 31119, f. 55 où nous trouvons tous les vêtements préparés pour le jour de son ma (...)
  • 17   «Mais plus son cœur elle addonnoit au livre, / A la science, à ce qui fait revivre / L’homme au t (...)

7Nous y retrouvons le magnifique manteau à la royale émaillé de fleurs de lys préparé pour son mariage et qu’elle porte dans les jardins de Rivoli dans les gravures de la Città del vero16, la couleur violette qui domine dans ses robes et celles de ses filles d’honneur, l’or et l’argent des tenues de jour et de nuit de cette princesse des frontières qui, tout «en adonnant son cœur au livre, à la science» (Ronsard 1993b: 70, vv. 267-268)17, possède un goût du beau extraordinaire et l’amour des objets d’art les plus raffinés. Dans cette longue liste l’on admire, à côté des lumières de l’or et de l’argent, des couleurs des soies et des velours, des damas et des satins, tous les objets nécessaires à la vie quotidienne d’une Maison princière: lits, tapisseries, tapis, coffres, miroirs, sacs, brosses, chandeliers, bassinoires, draps et chemises de nuit brodées, nappes, mais aussi des cuvettes en or pour l’hygiène personnelle, des coupes et des objets précieux que l’on retrouvera à la Cour, lors des fêtes et des cortèges ou dans les ‘délices’ comme le château de Rivoli, le Parc des Cerfs ou Viboccone, le Regio Parco. Il s’agit d’objets artistiques souvent dessinés par des artistes importants invités à la Cour pour les créer.

2. Dons de noces

  • 18   Duc, mort en 1563, écrivit un livre de mémoires dédié à ses enfants et trois autres livres dédiés (...)
  • 19   Le précieux manuscrit est conservé à la BRT, Var. a 84 (qui possède aussi deux fac-similés: 1888: (...)

8L’un des plus somptueux dons de noces reçus par Marguerite est le Livre de prières conservé à la Biblioteca Reale (Var. a 84) de Turin dans une reliure en velours bleu-ciel richement ornée et avec un fermoir en argent doré. Le précieux ms. (24 ff., 155 x 110 mm) fut offert, en 1559, à la duchesse par le comte Cristoforo Duc, de Moncalieri, maistre d’hostel de son mari avec lequel il avait combattu à la bataille de Saint Quentin18. Il lui écrit: «sì ch’essendo V. A. più divina che umana non potessio’ se non haverne presso Iddio insieme mercede». Le manuscrit s’ouvre sur les versets de Matthieu (XIII, 45-46) et il contient des prières, mais aussi de magnifiques enluminures: les portraits des mariés, les armes de Savoie et de France, les portraits de Saint Louis et d’Amédée de Savoie, le Saint Suaire, le cosmos où le soleil représente le duc et la lune (une perle dans le ciel) la duchesse. Des gerbes de fleurs, des marguerites surtout, des perles, des oiseaux, des initiales, des nœuds, des rubans, des anges, des mascarons encadrent les prières et les portraits. Marguerite est représentée en Sainte Marguerite d’Antioche. Les portraits des deux mariés sont d’une grande beauté et évoquent les portraits de la duchesse de Clouet et notamment les dessins de Chantilly que nous avons étudiés ailleurs19.

9Or, dans ses deux portraits (ff. 20r et 22r)

  • 20   Voir l’enluminure f. 24 qui représente le cosmos; le duc est le soleil, alors que la lune, une pe (...)

Marguerite porte deux de ses très nombreuses robes (une cinquantaine) décrites dans son trousseau; ces deux robes montrent la richesse de ses toilettes, conçues selon la mode française de l’époque, d’après des modèles très soignés et raffinés, avec de riches ornements en or et en argent, des manches bouffantes en crevés, des corsages en mousseline à ruches. Ces robes sont émaillées de pierres précieuses, notamment de perles (la perle, margarita, était l’un des emblèmes de la duchesse), mais aussi d’autres pierres précieuses20. Dans sa maison parmi les maîtres, les maréchaux, les dames, les cinq préposés à la fruiterie et tant d’autres personnes, l’on trouvait aussi un tailleur de vêtements qui avait un rôle important dans sa cour.

Livre de prières, f. 20r

Livre de prières, f. 20r
  • 21On disait qu’elle fut avalée par un monstre et qu’elle en transperça le ventre pour en sortir; c’e (...)
  • 22Inventaire des tableaux du roi, 1709-1710, Paris, Leroux, 1899, n. 422: «Une copie d’après Raphaë (...)
  • 23   Cf. Ronsard (1993c: 611, vv. 57-64).
  • 24  Voir Gorris Camos (2013a). Le monstre représenté dans la gravure de Th. de Leu comme un terrible d (...)

Dans le premier portrait où elle est représentée en Sainte Marguerite d’Antioche, sortant des ailes d’un dragon vert21, le graveur s’inspire bien probablement d’un tableau de Raphaël, Sainte Marguerite et le dragon, anciennement conservé dans le cabinet du roi François Ier22. Le dessin préparatoire est de Raphaël et l’exécution de Giulio Romano. Le tableau fut commandé à Raphaël en 1518 par le pape Léon X et était destiné à Marguerite de Navarre, tante et marraine de la duchesse. Or, ce tableau évoqué par Ronsard dans l’Ode IV À Madame Marguerite, sœur du Roy, duchesse de Savoye23, met en scène ce monstre de l’Ignorance ou de l’Ire que nous retrouverons dans la Journée XIV de la Città del Vero24. Plusieurs éléments du tableau de Raphaël se retrouvent dans le portrait de Marguerite: la coiffure, la chevelure retenue sur le sommet par une coiffe, une fine auréole dorée au-dessus de la tête, le crucifix, mais la duchesse ne porte pas la robe bleue collant au corps de la Sainte, trop sensuelle pour un livre de prières… Marguerite porte l’une des robes noires évoquées dans son trousseau, bien probablement la première, «une robbe et une cotte de veloux noir pourfillee d’or et d’argent» (f. 51v). Les magnifiques enluminures montrent toutefois des rapports importants avec les enlumineurs flamands des Livres d’heures de Charles Quint qui paraît d’ailleurs ici en Saint Louis (f. 2v). Le portrait de Marguerite avec le dragon évoque par exemple les gravures de Simon Bening.

Kunsthistorisches Museum, Vienne

Kunsthistorisches Museum, Vienne
  • 25   Les velours cramoisis pouvaient atteindre des prix considérables lorsqu’ils étaient colorés grâce (...)

10Dans le second portrait du manuscrit turinois (f. 22r) qui est une sorte de portrait officiel du mariage de Marguerite, elle porte une robe cramoisi, un velours très cher25, avec des manches à crevés bouffantes enrichies de perles; il s’agit sans doute de la robe évoquée dans le Trousseau:

Une robbe de veloux cramoysi de haulte coulleur avec du passement d’or et d’argent à l’entour de demy pied de large et la cotte de mesme. (f. 51v)

  • 26   Cf. Zvereva (2002: 114-115, note 50) et Gorris Camos (2011b: passim).

11Ce portrait est très proche des portraits de la duchesse de François Clouet conservés à Chantilly que nous avons étudiés ailleurs26.

Livre de prières, f. 22r

Livre de prières, f. 22r

3. Nice 1560

  • 27   Le jour de la conversion de Saint Paul, dit une relation manuscrite citée par Pierre Gioffredo (1 (...)

12Le 25 janvier 156027, Marguerite fit son entrée solennelle à Nice. Le cortège était formé de sept mules blanches avec un manteau en or émaillé de fleurs de lys, sur l’une desquelles la duchesse parcourut les rues de la ville sous

  • 28   C’est l’un des «daiz» du trousseau, cf. ci-dessous.

un baldacchino d’argento e cremisi28 portato dai quattro sindaci della città affiancati da venti nobili nizzardi in raso bianco e catena d’oro, e venti mercanti in raso rosso. Lei era vestita di tela d’argento con sopravveste di velluto nero stellata d’oro, con cappello di velluto, fregiata di gioie di valore inestimabile, con grosso carbonchio per medaglia con quattro o cinque penne di corvo di Polonia, ed in cima di detto cappello un grossissimo diamante in punta con quattro grosse perle e rotonde, il tutto di prezzo straordinario. Il suo candidissimo collo era adornato da un collare d’oro tempestato di finissimi rubini e diamanti con tre perle lunghette e grosse come pere moscatelle per fermaglio. Era poi cinta la sua persona di vari giri di grosse finissime perle con una croce pesante in mezzo al petto, tutta fatta a punta di grandissimi e preziosissimi diamanti e braccialetti. (Gioffredo 1839: 397)

13Dans ce document nous retrouvons les précieux bijoux de Marguerite et ses vêtements décrits avec finesse et attention; la robe est l’une des deux robes en velours noir évoquées dans le trousseau:

Une robbe et une cotte de veloux noir pourfillee d’or et d’argent
Une robbe et une cotte de veloux noir avec du passement large à jour d’or et d’argent

  • 29Voir, par exemple, le portrait attribué à Rabel et conservé au Cabinet des estampes de la BnF, une (...)
  • 30Voir BnF, Ms. fr. 31119, f. 55.
  • 31   Cf. note 19 ci-dessus.

alors que ces bijoux que nous voyons souvent sur ses portraits29 appartiennent aux parures qu’on lui fit préparer pour son mariage30 ainsi qu’à Claude de France, duchesse de Lorraine, et sont sortis de ses coffres riches en magnifiques bijoux. Le double collier de perles est, par exemple, souvent peint dans ses portraits comme celui de Vienne et celui de la BNU de Turin31.

  • 32  Le premier portrait est actuellement conservé au Musée de Chantilly, cf. Bentley-Cranch (1978: 245 (...)
  • 33   Cf. Bentley-Cranch (1978: 248). Il a servi de modèle pour le Promptuarium iconum de Rouillé dans (...)

14La duchesse porte, à cette occasion, le même chapeau en velours, cité dans son trousseau (f. 51r) et qu’elle a aussi dans les deux portraits en huile sur bois peints par Corneille de Lyon32 et sur la médaille du Promptuarium iconum de Guillaume Roville. Dans le portrait de Corneille, conservé à Chantilly, Marguerite est peinte à mi-corps sur un fond bleu clair tirant au vert. Elle porte une robe de velours noir, semée de perles bleues et roses, et sur ses cheveux ce chapeau de cour en velours noir, orné de perles bleues et roses. Dans l’autre portrait de Corneille de Lyon, conservé à Versailles, Marguerite porte le même bonnet, mais son corsage est garni de fourrure33.

15Or, les sept mules blanches que nous voyons défiler lors de son entrée à Nice sont sans doute les «hacquenées» que le trousseau enregistre dans la partie consacrée au voyage, Pour l’escurie (f. 51r):

Une hacquenée pour sa personne enharnaschée de veloux violet acoustré d’or et ung manteau de drap violet acoustré d’or. Et ung taffetier violet acoustré d’or avec les davantures de mesme. Et ung chappeau de veloux violet acoustré d’or.

Huict hacquenées pour ses filles enharnachées de veloux violet avec des franges d’or.

  • 34  Cf. Alexander (2007).

16Marguerite porte donc sa robe noire et son manteau à la royale en velours noir émaillé non pas d’étoiles, mais de fleurs de lys. Or, lors de son séjour niçois en 1560, un autre manuscrit enluminé fut offert à Marguerite, le Ms. B.L. Sloane Ms 2421, où dans la gravure, f. 2, nous voyons Marguerite en compagnie de deux de ses dames recevoir en hommage un livre de la part d’une «mansueta asinella», une petite ânesse34. Le Ms. Sloane contient une CANZONE. In lode dell’Asina dal cui latte fu risanata a Niza la Serenissima Margherita di Francia. Duchessa di Savoia, l’anno 1560 qui nous apprend que Marguerite tomba gravement malade à Nice et que le médecin Castellan, envoyé par la reine, la soigna avec du lait d’ânesse. Il est intéressant de voir encore une fois son chapeau de plumes, mais surtout le petit sac porte-livre ou pochette à livre qu’elle porte et qui contient un livre.

4. Rivoli 1565

  • 35  Sur la Civitas veri voir nos articles récents sur cet ouvrage et notamment Gorris Camos (2013b).
  • 36  Sur ce double visage, entre Marthe et Marie, qui appartenait aussi à Marguerite de Navarre, voir C (...)
  • 37  Sur l’envol du poète, cf. Du Bellay (1974: passim). Voir aussi Gorris Camos (2007).

17Marguerite à Rivoli, entourée de sa cour, commande en 1565 à son poète Baccio del Bene un poème sur l’An dont le mois de novembre, La Città del vero, représente un voyage initiatique dans les vices et les vertus des hommes, un épitomé de l’Ethique à Nicomaque d’Aristote35. En compagnie de ses deux dames, richement habillées et représentant la vie active et la vie contemplative, une sorte de Marthe et de Marie36, et portant son ‘manteau à la royale’ émaillé de lys de France, elle suit Aristote, comme Dante Virgile, sur ces chemins escarpés, dans ces descentes au fond de l’abîme pour comprendre la nature, les conditions d’épanouissement et de déviation de la vertu. Elle veut aussi acquérir une sorte de conscience de son exercice, une connaissance profonde des vertus, mais aussi des abîmes de l’âme et de tous leurs enjeux, collectifs, politiques, mais aussi individuels. Exercice de la vertu comme disposition, visant le juste milieu, l’équilibre entre excès et défaut, itinéraire vers la perfection, de la terre au ciel, toute vertu représente, dans ce poème-échelle, inondé de la lumière des pierres précieuses, de la flamme de la mens, des couleurs de l’automne, mais aussi rendu sombre par ces étranges plongées dans les antres souterrains des vices peuplés des monstres, étranges et inquiétants comme le monstre-serpent de l’Avarice, recouvert d’écailles, et le dragon enflammé de l’Ire, un itinéraire personnel vers la perfection. Les ‘disciplines’ aristotéliciennes, Physique et Morale, offrent ainsi «une préparation adéquate à la sagesse supérieure de Platon» (Yates 1996: 147), ce Platon lu et relu mille fois par cette princesse qui fait voler les poètes de la Pléiade vers le monde des idées37. Illustration poétique et artistique du célèbre tableau de Raphaël, la Città del vero est, d’après la définition de l’auteur même, «una Città intera e perfetta delle più compite del mondo e la meno ruinabile dal tempo e dalle incursioni» (Ms. 7, B.M. du Mans, f. 149v) et semble la réponse (à chacun ses armes) poétique et philosophique de Marguerite et de son entourage francophile aux projets du duc qui dessine, dans les mêmes années (1566), avec ses architectes, le projet de la Cittadella.

  • 38  Expliqué par le commentaire de Marcile: «Lunæ Reginam ipsam similem fecit. Est enim Luna siderum r (...)

18Sur les grandes routes des vertus morales, le long des fleuves des plaisirs et des souffrances, dans les marécages et les nuées de vices, Marguerite, nouvelle Béatrice, avance avec ses deux dames-étoiles (Del Bene 1609: 13)38, accompagnée par Aristote en personne et par l’auteur. Or, à partir des premières images de la Civitas veri, Marguerite porte dans cet ouvrage, écrit d’abord en italien et traduit par la suite en latin, son magnifique manteau à la royale émaillé de fleurs de lys qu’on lui avait fait préparer pour son mariage. On la reconnaît justement dans ces gravures, comme Yates le dit, grâce à ce manteau fleurdelysé.

19Marguerite (toujours identifiable grâce à la fleur de lys de la France que porte sa robe) et les deux dames de compagnie qui escortent la reine comme deux étoiles gravitant autour de la Lune, atteignent le grand mont qui s’élève au cœur de la Cité de la Vérité.

  • 39   La fleur de lys, symbole de pureté apparaît dès le XIIe siècle sur les armoiries royales. Devenue (...)

20Ce manteau émaillé de fleurs de lys en semis39, comme le sceptre et la couronne pour le roi, sont l’emblème de cette fille et sœur de Roi qui joue un rôle politique de premier plan à la cour de Turin et en Savoie pour son rôle de médiation et comme «passeuse» de culture.

5. Turin 1567: le baptême du petit prince et la couleur du secret

  • 40Voir Gorris Camos (2013c).
  • 41Sur Charles-Emmanuel voir Gal (2012).
  • 42  LES TRIOM-/PHES DU BAPTESME / DE TRESILLUSTRE SEIGNEUR / Monseigneur Charles Emanuel, Prince de / (...)
  • 43   Voir les PASTORALES / SUR LE BAPTESME / DE MONSEIGNEUR CHARLES / EMANUEL, PRINCE / DE PIEDMONT. / (...)

21Elle représente en effet dans cet état de frontière, stratégiquement important, le parti français et son action politique, tolérante (elle défend les juifs et protège les réformés)40, a un effet de contrepoids et de médiation importants pour la sauvegarde des équilibres européens essentiels à la survie du duché de Savoie. Une politique qui se manifeste partout même lors de l’organisation des fêtes pour le baptême de Charles-Emmanuel, cet enfant du miracle qu’elle eut en 156241. Non seulement le choix des parrains et des marraines de l’enfant est orienté par cette politique d’équilibre, mais les stratégies politiques orientent l’ordre du cortège et l’organisation des cérémonies et des fêtes. Les poètes français de la cour de Marguerite qui n’hésitent pas à chanter leur Pallas et à orchestrer ses emblèmes et devises, de l’olivier aux serpents, n’oublient pas de décrire les somptueux vêtements des dames de la duchesse, ces dames françaises, souvent réformées que le Nonce détestait. Or, encore une fois nous retrouvons dans les poèmes de Pierre Demay42, du mystérieux Jean Grangier43 et des poètes de cette cour plurilingue, cette symphonie de robes où triomphe le velours violet:

Huict manteaux avec les davantures de drap violet bendez de veloux violet avec des bizettes d’or dessus et une tresse d’or au bout.
Huict chappeaux de veloux violet avec une tresse d’or autour et des plumes violettes acoustrées d’or. Quatre lacquaiz po(ur) les filles abillez de satin violet et jaulne et des manteaux de drap violet bandez de veloux jaulne. (Trousseau, f. 50)

  • 44   Sur le goût de Marguerite pour la couleur violette voir son trousseau ci-dessous; en réalité les (...)
  • 45   Voir le chap. VII de notre livre Princesse des frontières, en préparation.
  • 46   La même attention est consacrée aux dames portugaises de Béatrice, mère d’Emmanuel-Philibert, dan (...)

22Le groupe qui entourait le petit prince était en effet suivi par les dames de la duchesse «superbement vestuës» en velours violet à fond d’argent44 et les poètes français de Marguerite en dressent la liste détaillée, alors que les plaquettes publiées à Venise et à Mondovì parlent simplement d’une compagnie de dames et de seigneurs de la cour, turinois comme étrangers45. Une attention particulière est donc consacrée par Pierre Demay aux «françaises» de la Cour46. Il évoque non seulement la gouvernante du petit prince: «la Presidente, [n.m. «c’est Madame Barbe d’Annebaut, presidente de Saluces»] aux deux hanches tenant le jeune Prince à fin de l’engarder. Laquelle a tousjours esté pres de la personne de Mondit Seigneur le Prince depuis sa naissance» (f. 21v), mais surtout «les filles de Madame» (f. 22) et leurs robes en velours violet:

En leurs habitz sainctement accoustrez,
Apres marchoyent (o beautez naturelles)
Mignonement dames et damoyselles,
Qui resembloyent à l’Astre qui reluit
Pour esclairer en un’obscure nuict
Quand ça et là elles jettoyent leurs veuës
Apparoissant superbement vestuës,
Entre lesquelles (ainsi qu’estoit la fame)
L’on connoissoit les filles de Madame
Sur un corps gent, et regard joliet,
Porter habitz de velours violet
Tout figuré, ayant le fond d’argent,
Et tout autour de mesme passement. (f. 22)

23Si les dialogues représentent une véritable institutio sur la femme, la partie finale des Pastorales est surtout consacrée au récit de la cérémonie (f. 94 sg.) et de son cadre, de l’ordre de la procession, mais surtout aux «nymphes domesticques de Marguerite […] qui en perfection de mœurs, de beauté, de gestes et de toute autre vertu, ne cedent en rien (à ce que j’ay vue, et à ce que me conta Violante) à Nymphes qu’on puisse veoir soubs le soleil. Elles estoient toutes vestues de robes d’esgalle parure faictes de veloux violet, ayans le fond d’argent, couleur si naifve, comme vous sçavés, qu’elle en lustroit d’avaintage leur beauté» (f. 95).

24Le somptueux trousseau de Marguerite évoque donc une constellation d’objets d’art, de créations artistiques qui annoncent et nous font apercevoir la vie de cour de la duchesse, les demeures et les fêtes splendides de cette cour française entre Turin et la couronne de délices qui entourent la ville. Il s’agit d’un document extraordinaire qui confirme que Marguerite n’était pas seulement une princesse de pouvoir, politiquement et religieusement engagée, mais aussi une princesse de savoir qui aimait l’art, la musique, la poésie, le théâtre, les sciences – ainsi que sa bibliothèque le démontre –, mais aussi le frusciare des soies et des tissus les plus raffinés, les couleurs violette et jaune de ses tenues et de celles de ses dames. La symphonie dominante du violet déclinée dans tous les tissus, symbole de tempérance et d’apaisement, est ainsi l’emblème de cette princesse, de sa politique d’équilibre, de sa prudence et de sa tolérance, mais aussi de son pouvoir de donner «des ailes aux poètes», d’allier le ciel et la terre comme l’Olive de Du Bellay et la fleur de Grangier.

  • 47   Sur les objets précieux (bijoux, argenterie, vêtements, armes, armures, médailles, livres et mss… (...)

25Ces robes et ces objets non seulement «montrent l’âme» de la duchesse et de sa maison, mais révèlent les enjeux d’une cour qui se met savamment en scène à travers les moyens les plus divers. La mode et les vêtements de cour font partie d’une stratégie de représentation d’un pouvoir qui devient spectacle pour montrer à l’Europe les ambitions et les rêves dynastiques d’un duché qui déploie tous ses efforts pour donner à cet État intramontain un rôle important. La mode et le luxe des apparats révèlent ainsi des visées politiques et diplomatiques et offrent une image spectaculaire de cette cour de frontière où l’art, les lettres et l’architecture ainsi que la mode sont les instruments d’une politique de réaffirmation du pouvoir d’un État et d’une dynastie aux ambitions démesurées47.

26Emblèmes et icônes du pouvoir, les objets et les vêtements de la duchesse émaillent de leurs couleurs et de leur raffinement le château de Rivoli, le palais des ducs à Turin et le Parco Regio, mais leurs ors et leur «rayon violet» brillent aussi comme des étoiles dans les peintures et dans les textes des artistes et des poètes de cour.

27Le manteau à la royale violet émaillé de fleurs de lys n’était pas resté dans son coffre. Le lys de France ne s’était pas perdu en vain dans ce royaume à cheval des montagnes.

Le trousseau de Marguerite de France

28BnF, Ms. Français 3119, ff. 50-51

Memoire de ce qu’il fault pour Madame premierement

[f. 50r]

 

  • 48  À rayures, voir Godefroy (1881: s.v. laece) qui cite notre exemple.
  • 49  Lit à baldaquin.

Une tapisserie de veloux cramoisy violet par layses48 de toille d’or frizee toutes jaulnes qui sera po(ur) sa chambre Avec le lict grand ciel49 et daiz de mesme chayses et tabouretz

 

  • 50  Baldaquin: la duchesse mangeait toujours sous un petit baldaquin.

Po(ur) la salle une tapisserye de veloux cramoisy violet par laizes de toille d’or damassée toute jaulne avec le daiz50 de mesme et une chayse pour s’assoir a table

 

  • 51 Mot biffé.

Ung tappiz de veloux violet avec ung [grand]51 passement et une frange d’or à l’entour pour sa table de nuict

 

Ung coffre de nuict de veloux violet aux quatre coings acoustré d’argent doré avec l’ense au meilleu doré

 

Ung mirouer acoustré d’or le vallet pour le tenir de mesme

Une pelotte de veloux violet acoustré d’argent doré à l’entour

Une pelotte de veloux violet acoustree d’or à l’entour

 

Une poche de veloux violet à mectre ses peignes avec du passement d’or à l’entour

Des petites espoussettes le manche de veloux violet acoustré et doré po(ur) nectoyer ses peignes

Des vergettes pour nectoyer ses besongnes de veloux le manche de veloux violet acoustré d’or

 

Ung bougier doré, ung poinçon et une longue esguille doré

Deux petites chaufferettes d’argent ainsy qu’on en monstrera le partron

 

Deux tappiz veluz po(ur) mectre à l’entour de son lict

Ung tappiz de veloux violet avec ung passement et frange d’or à l’entour pour mectre sur le buffet

Ung grand tappiz velu pour mectre soubz ses piedz en la salle

  • 52  Haute lisse, tapisserie dont la chaîne est tendue verticalement sur le métier et où les fils s’éca (...)

Une tapisserye de haulte lisse52 pour sa salle Une pour sa chambre et une pour sa garderobbe

Ung lict de veloux violet avec des passemens d’or et le daiz de mesme

  • 53  Taies pour les oreillers.

Douze linceux, Douze chemises de jour, Douze chemises de nuict ouvrés, Une douzaine de touailles ouvrées d’or et argent, Une douz(aine) de souilles53 d’oriller ouvrées d’or et argent Et de la toille de hollande po(ur) faire le demourant du linge qui luy est necessaire la quantité que l’on monstrera en estre de besoing

 

[f. 50v]

 

  • 54  Le camelot était un tissu fabriqué avec du poil de chameau originaire d’Asie Mineure. Il fut impor (...)

Ung petit lict avec ung pavillon de damas violet frangé d’or po(ur) celle qui couschera en sa chambre. Une paillasse pour ses femmes de chambre avec un pavillon de camelot54 violet frangé de soye violette

 

Six coffres de bahu pour porter ses besongnes

 

Quatre flambeaux d’argent doré

Quatre chandeliers à mectre contre les murailles d’argent doré comme ceulx qui sont en la chambre de la Royne

Ung valet d’argent doré pour tenir le flambeau comme celluy qui sert devant la Royne

 

Ung bassin po(ur) se laver les mains et une esguiere le tout doré

  • 55  Une écouelle.

Une couppe dorée. Ung essay55 doré

Ung petit bassin doré po(ur) laver la bouche

Ung vaze doré po(ur) gecter la lessyve sur la teste

  • 56  Petit vase ayant la forme d’un mortier, plein d’eau sur laquelle flottait un morceau de cire qu’on (...)

Une petite cuvette a mectre le mortier56 qui soit doré

Une petite chaufferette dorée de la facon qu’on monstrera

  • 57  Une cuvette.

Une buye57 dorée et deux petitz flascons dorez

  • 58  Bassinoire pour chauffer le lit.

Une bassinoyre58 d’argent

Ung bassin à laver la teste

Une cuvette à laver les jambes

  • 59  Ustensile de cuisine qui sert à faire bouillir de l’eau et cuire plusieurs choses. On fait des coq (...)

Ung grand coquemart59 et ung petit

Ung pot à pisser

Une petite cuvette a mectre la chandelle

  • 60  Le bourlet ou bourrelet était un petit meuble avec un coussin qui pouvait contenir une cuvette.

Ung bassin pour son bourlet60 et ung po(ur) sa chaize persée

 

De la vaisselle d’argent pour la servir à table et pour toute sa maison et du linge pareillement

 

  • 61  Ses dames d’honneur ne pouvant laisser seule la duchesse dormaient à tour de rôle; c’est la raison (...)

Quatre lictz pour ses huict filles61 avec des pavillons de damas violet frangez de soye violette.

  • 62 Tissu, sorte de taffetas à fleurs provenant de l’Inde.
  • 63  Tissu en laine.

Po(ur) les quatre lictz: Douze paires de linceulx de toille de lin. Ung lict de damars62 noir po(ur) la gouvernante et troys paires de linceulx de lin. Une paillasse po(ur) leurs femmes avec ung pavillon de sarge63 violette, Et troys paires de draps et six aultres paires pour les deux lictz de la chambre de madame

 

  • 64Écarlate a pu désigner anciennement une teinture ou une étoffe de qualité supérieure.

Ung entour de lict po(ur) madame qui soit d’escarlatte64 violette (avec des passementz d’or et soye violette)

 

Pour l’escurie

 

[f. 51r]

 

  • 65  Madame de Lorraine: Claude de France, née à Fontainebleau le 12 novembre 1547, morte à Nancy le 21 (...)

Une lectiere couverte de veloux violet frangee d’or Et le dedans de satin violet pourfillee d’or faicte comme celle de madame de lorraine65 les harnoys des mulletz de mesme

  • 66  Froc.

Au mulletier ung saye66 de veloux violet Et un manteau de violet tout bordé de veloux jaulne

 

Quatre pages abillez de veloux violet avec de l’or Et des manteaux de drap violet bandez de veloux

 

Quatre lacquaiz abillez de veloux violet et jaulne Et les manteaux de violet bandez de veloux

  • 67  Un panneau.

Une planchette67 de veloux violet frangée d’or

 

  • 68  Une haquenée est un cheval ou plus fréquemment une jument d’allure douce, allant ordinairement à l (...)
  • 69  Bardée.
  • 70  Manteau en taffetas.
  • 71  Jupes ouvertes devant pour pouvoir monter à cheval.

Une hacquenee68 pour sa personne enharnaschée69 de veloux violet acoustré d’or et ung manteau de drap violet acoustré d’or. Et ung taffetier70 violet acoustré d’or avec les davantures 71 de mesme. Et ung chappeau de veloux violet acoustré d’or

 

  • 72  Harnais.

Ung harnois72 de drap d’or po(ur) le landemain de ses nopces

Une malle de veloux violet frangée d’or à porter ses manteaux

Ung manteau de veloux violet frangé d’or doublé de taffetas po(ur) mectre en sa lectiere

 

Huict hacquenees pour ses filles enharnachées de veloux violet avec des franges d’or

  • 73  Dentelles.

Huict manteaux avec les davantures de drap violet bendez de veloux violet avec des bizettes73 d’or dessus et une tresse d’or au bout

Huict chappeaux de veloux violet avec une tresse d’or autour et des plumes violettes acoustrées d’or. Quatre lacquaiz po(ur) les filles abillez de satin violet et jaulne et des manteaux de drap violet bandez de veloux jaulne

 

Quatre hacquenees pour les femmes qui vont avec elle enharnachées de veloux noir.

Quatre manteaux avec les davantures de drap noir bandées de veloux noir et des chappeaux de veloux noir.

Deux palfreniers abillez de drap violet bandé de veloux jaulne Et deux aydes

 

  • 74  Chariots suspendus utilisés pour les cortèges des reines et des princesses.

Deux chariotz braslans74 doublés de drap violet, les deux chartiers et les deux lacquaiz abillez de drap violet et jaulne.

Troys mulletz pour sa lectiere. Six mulletz po(ur) son lict et ses coffres. Six couvertures de drap violet et jaulne en broderye

 

Une grand garderobbe po(ur) mectre les abillemens de madame

Une aultre garderobbe pour mectre les abillemens des filles et les gouvernantes

 

Neuf coffres de bahu pour les huict filles et leur gouvernante

Quatre coffres de bahu pour les femmes de chambre

Une chayze persee de veloux violet frangée d’or, ung bourlet de mesme et ung pavillon de damas violet frangé d’or pour mectre sur la(dite) chayze

 

[f. 51v]

 

Ung manteau à la Royalle de veloux violet fourré d’hermines tout dyapré d’or et la cotte et manches de mesme

Quatre robbes et quatre cottes de drap d’or et d’argent frizé

Quatre robbes et quatre cottes de toille d’or et toille d’argent plaines et damassées

Une robbe et une cotte de satin blanc pourfillée d’or

Une robbe et une cotte de damas blanc pourfillée d’or

Une robbe de taffetaz blanc avec du passement d’or à jour de quatre doigtz de large pour mectre à l’entour Et la cotte de mesme

Une robbe de satin cramoysi pourfillée d’argent et la cotte de mesme

Une robbe et une cotte de damas cramoisy pourfillée d’or et d’argent

Une robbe de veloux cramoysi de haulte coulleur avec du passement d’or et d’argent à l’entour de demy pied de large et la cotte de mesme

Une robbe et une cotte de veloux violet pourfillee d’or

Une robbe et une cotte de satin violet pourfillee d’or et d’argent

Une robbe et une cotte de veloux noir pourfillee d’or et d’argent

Une robbe et une cotte de veloux noir avec du passement large à jour d’or et d’argent

Une robbe et une cotte de satin noir avec du passement d’argent large à jour

Une robbe et une cotte de damas noir avec du passement d’or large à jour

Une robbe et une cotte de taffetaz noir avec des passements large à jour d’or et d’argent

Une robbe et une cotte de damas violet avec du passement d’or à jour large

Une robbe et une cotte de satin jaulne paille couverte de passement d’argent

Une robbe et une cotte de veloux jaulne paille avec ung passement d’argent large à jour

  • 75  Le vertugadin à tambour, version française du verdugale espagnol, est une sorte de coussin ou de b (...)

Une verdugade75 couverte de camelot d’or violet

Une juppe dessoubz de mesme de la tresse d’or au bout

  • 76  Robe de chambre.

Ung manteau de nuict76 de toille d’or violette double de mesme brodé de tresse d’or

Ung manteau de nuict pour tous les jours de damas violet avec du passement d’or large à jour

Une couverture de verdugade pour tous les jours de damas violet avec du passement autour large à jour

Bibliographie

Libro di preghiere offerto a Margherita di Francia duchessa di Savoia dal conte Cristoforo Duc nell’anno 1559, 1888, V. Promis (ed.), Torino, Bocca.

Alexander J.G., 2007, «Mansueta Asinella»: an unusual Image of a Book Presentation to Marguerite de France, duchesse de Savoie, in K.A. Smith-C. Krinsky (eds.), Tributes to Lucy Freeman Sandler: Studies in Manuscript, London, Miller: 387-395.

Bentley-Cranch D., 1978, L’iconographie de Marguerite de Savoie (1523-1574), in L. Terreaux (ed.), Culture et pouvoir au temps de l’humanisme et de la Renaissance, Genève, Slatkine.

Condulmer P., s.d., Emanuele Filiberto e Margherita di Valois, Torino, Codella.

Cottrell R.D., 1995, La Grammaire du silence. Une lecture de la poésie de Marguerite de Navarre, Paris, Champion.

Del Bene B., 1609, Civitas veri, Paris, Drouart.

Dreux Du Radier J.-F., 1754, Bibliothèque historique, et critique du Poitou, contenant les vies, t. 2, Paris, Ganeau.

Du Bellay J., 1974, Olive, E. Caldarini (ed.), Genève, Droz.

Felici F.A., 1637, Racconto delle memorie e vita del Signor Christoforo Duchi…, Torino, Zavatatta.

Franceschini C., 2001, Tra Ferrara e la Francia: notizie su orefici e pittori al servizio di Renée de France, in M. Beltramini (ed.), Tra Italia e Francia. Scambi artistici italo-francesi dal XV al XIX secolo, «Franco-Italica» XIX-XX: 65-104.

Gal S., 2012, Charles-Emmanuel de Savoie. La politique du précipice, Paris, Payot (Biographie Payot).

Gioffredo P., 1839, Storia delle Alpi marittime, Torino, Reale.
—, 2007-2008, Histoire des Alpes-Maritimes: une histoire de Nice et des Alpes du Sud des origines au XVIIe siècle, tr. de l’italien H. Barelli, tr. du latin M. Prève, Nice, Nice Musées (Biblioteca gioffrediana: les grands textes du patrimoine).

Godefroy F., 1881, Dictionnaire de l’ancienne langue française, Paris, Vieweg.

Gorris Camos R., 2007, Sous le signe de Pallas: paroles ailées et ascension dans l’«Olive», in R. Campagnoli-A. Soncini et al. (eds.), L’«Olive» de Du Bellay, Actes du Colloque de Lucelle, 1-4 décembre 2005, Bologna, CLUEB (Bussola, atti di ricerche, seminari, convegni, 34): 167-232.
—, 2011a, La Bibliothèque de la duchesse: de la bibliothèque en feu de Renée de France à la bibliothèque éclatée de Marguerite de France, duchesse de Savoie, in N. Ducimetière-M. Jeanneret et al. (eds.), Poètes, princes et collectionneurs, Mélanges offerts à Jean Paul Barbier-Mueller, Genève, Droz: 473-525.
—, 2011b, I volti della duchessa: icone e rappresentazioni del potere alla Corte di Margherita di Francia, in D. Carpi-S. Fiorato (eds.), Iconologia del potere: rappresentazione della sovranità nel Rinascimento, Verona, Ombre corte: 45-86.
—, 2012, “Chose de si grande consequence n’estoit à dissimuler”: Calvino e la duchessa, «Schifanoia, Rivista dell’ISR di Ferrara» 40-41: 13-36.
—, 2013a, «La Città del vero», une ville en papier entre utopie et hétérotopie, in F. Lestringant (ed.), Polygraphies, «Revue du Seizième siècle» 9: 171-196.
—, 2013b, «La città del vero»: éthique, politique, poésie à la Cour de Marguerite de France, duchesse de Savoie, in D. de Courcelles (ed.), Dire le vrai dans la première modernité. Langue, esthétique, doctrine, Paris, Garnier (Classiques): 135-173.
—, 2013c, ‘Vanitas vanitatum’: tradurre e commentare il Qohèlet all’ombra di Margherita di Francia, duchessa di Savoia, in A. Scarabelli-R. Catania Marrone-D. Balzano (eds.), Sconfinamenti. Omaggio a Davide Bigalli, Milano, Bietti: 185-196.
—, 2014, Principessa di potere, principessa di sapere. Margherita di Francia, duchessa di Savoia, e i suoi libri (1523-1512), Torino, Hapax.

Haan B., 2009, Une paix pour l’éternité. La négociation du traité du Cateau- Cambrésis, Madrid, Casa de Velàsquez.

Hartley D.J., 1981, La célébration poétique du traité de Cateau-Cambrésis (1559): document bibliographique, «B.H.R.» 43: 303-318.

La Croix du Maine F.-du Verdier A. et al., 1772-73, Les Bibliothèques françoises, Paris, Saillant & Nyon.

Massabò Ricci I.-Carassi M. et al., 2012, Il teatro di tutte le scienze. Raccogliere libri per coltivare idee in una capitale di età moderna. Torino 1559-1861. Catalogo della mostra svoltasi all’Archivio di Stato di Torino dal 22 novembre 2011 al 27 febbraio 2012, Savigliano, L’Artistica.

Moncassoli Tibone M.L., 2009, 1559-2009, Ricordo di Cateau-Cambrésis, Torino, Ananke.

Rimbaud A., 2009, Œuvres complètes, A. Guyaux-A. Cervoni (eds.), Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade).

Romier L., 1913, La mort d’Henri II, «Revue du XVIe siècle» 1: 140-152.

Ronsard P. de, 1993a, Chant Pastoral, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade).
—, 1993b, Discours à tresillustre et vertueux prince. Philebert de Savoye, et de Piemont, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade).
—, 1993c, À Madame Marguerite, sœur du Roy, duchesse de Savoye, Ode IV, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade).

Rouget F., 2011, Ronsard et le mécénat de Marguerite de Savoie, in L. Secchi Tarugi (ed.), Mecenati, artisti e pubblico nel Rinascimento, Actes du XXIe Colloque International de Pienza-Chianciano Terme, 20-23 juillet 2010, Firenze, Cesati: 245-254.

Saint-Martin P.-Velut S. et al., 2011, Le médecin et la mort du roi. Un témoignage d’André Vésale sur la mort d’Henri II, in J. Vons-S. Velut (eds.), Pouvoir médical et fait du prince, Actes du Colloque de Tours, CESR, les 17-18 juin 2010, Paris, De Boccard (Medic@): 29-45.

Tranfaglia N. (ed.), 1998, Storia di Torino, Torino, Einaudi.

Varallo F., 1985, I manoscritti miniati, in G.C. Sciolla (ed.), Le Collezioni d’arte della Biblioteca Reale di Torino. Disegni, incisioni, manoscritti figurati, Torino, Istituto San Paolo: 184.

Yates F.A., 1996, Les académies en France au XVIe siècle, tr. de l’anglais T. Chaucheyras, Paris, PUF.

Zvereva A., 2002, Les Clouet de Catherine de Médicis. Chefs-d’œuvre graphiques du Musée Condé, Paris, Somogy / Musée Condé / Château de Chantilly.

Notes

1 * Nous remercions Daniele Speziari pour sa collaboration à la transcription du document.

 Rimbaud (2009: 167).

2  Il s’agit de l’article 39 du Traité de Cateau-Cambrésis signé en juin 1559. Un exemplaire du traité est conservé aux Archives d’État de Turin (ASTO). Sur ce traité, voir Moncassoli Tibone (2009) et Haan (2009).

3   Le roi mourut le lundi 10 juillet à midi, cf. Saint-Martin-Velut (2011). Voir aussi Romier (1913).

4   Voir par ex. Ronsard (1993b: t. 2, 64 sg.): «Tu as aussi comme par destinée / La Sœur du Roy pour espouse emmenée» et surtout le Chant Pastoral: «ceste Nymphe à la fin il osa / Ravir au dos, l’emportant en Savoye» (vv. 158-159, 1993a: t. 2, 198).

5   Pour ces poèmes, cf. Hartley (1981).

6  Pour l’Estat de la Maison de Marguerite, avant son départ pour la Savoie, cf. le Ms. BnF, Ms. fr. 10394, Comte septiesme de Me François Barquin [1550] où parmi les Dames l’on trouve de nombreuses dames qui accompagneront Marguerite en Savoie.

7   C’est aussi grâce aux rentes du duché du Berry qu’elle put entretenir sa cour parallèle et garder une autonomie financière et politique. Voir la série de documents conservés aux ASTO de Turin, Corte, Real Casa, Matrimoni, mazzo 19, nn. 1-10 qui mettent en évidence l’importance des revenus provenant du Berry pour l’entretien de sa Maison.

8   Voir nos études récentes sur cette princesse et notre livre Princesse des frontières, Genève, Droz, en préparation. Voir aussi maintenant Gorris Camos (2014).

9   Cf. Gorris Camos (2011a).

10  Sur Ronsard et Marguerite, cf. Rouget (2011).

11   Voir Gorris Camos (2012) et la bibliographie citée dans cet article.

12   Jacques Vignon créa, par exemple, des fermoirs en or ou en argent avec les initiales des princesses ou de la duchesse («faiz à lettres de R», CR n. 62, f. 112, décembre 1536). Sur cet orfèvre, cf. Franceschini (2001).

13   Anne de Parthenay se plaint dans l’une de ses lettres (ASTO de Modène, Casa e stato busta 156, original prob. confisqué par le duc) que Vignon est très cher.

14  Voir pour ses reliures nos travaux sur sa bibliothèque cités ci-dessus note 8.

15   Sur ce magnifique Ms. enluminé offert par Cristoforo Duc ou Duchi à la duchesse, cf. Gorris Camos (2011a: 496-497).

16   Cf. BnF, Ms. fr. 31119, f. 55 où nous trouvons tous les vêtements préparés pour le jour de son mariage: un manteau à la royale avec une bordure de broderie large d’un pied; une jupe de drap doré; un manteau de nuit en toile d’argent et doublé de loup sauvage; une valsquine en satin jaune doré orné d’une passementerie en argent; une jupe doublée de satin jaune doré avec passementerie en argent autour. Le jaune est la couleur dominante de la chambre de mariée et la vaisselle est en argent.

17   «Mais plus son cœur elle addonnoit au livre, / A la science, à ce qui fait revivre / L’homme au tombeau, et les doctes mestiers».

18   Duc, mort en 1563, écrivit un livre de mémoires dédié à ses enfants et trois autres livres dédiés à Emmanuel-Philibert, conservés à la BRT, Storia Patria 1158. Voir Felici (1637); Varallo (1985).

19   Le précieux manuscrit est conservé à la BRT, Var. a 84 (qui possède aussi deux fac-similés: 1888: C.28.38 et C.28.38.BIS). Pour les portraits de Marguerite, cf. Gorris Camos (2011b). Voir aussi Massabò-Ricci (2012: 48).

20   Voir l’enluminure f. 24 qui représente le cosmos; le duc est le soleil, alors que la lune, une perle dans le ciel, est la duchesse. La terre autour de laquelle ces deux astres tournent représente l’équilibre après la Paix de Cateau-Cambrésis. Marguerite porte souvent un magnifique collier de deux rangs de perles (cf. le portrait du Kunsthistorisches Museum de Vienne et celui de la Bibliothèque Nationale de Turin).

21 On disait qu’elle fut avalée par un monstre et qu’elle en transperça le ventre pour en sortir; c’est la raison pour laquelle on la représente «issant du dragon». Elle est invoquée pour la délivrance des femmes en couches. Duc adresse donc à la mariée un vœu de fécondité.

22Inventaire des tableaux du roi, 1709-1710, Paris, Leroux, 1899, n. 422: «Une copie d’après Raphaël représentant sainte Marguerite; ayant de hauteur 5 pieds 9 pouces sur 3 pieds et demi de large».

23   Cf. Ronsard (1993c: 611, vv. 57-64).

24  Voir Gorris Camos (2013a). Le monstre représenté dans la gravure de Th. de Leu comme un terrible dragon est décrit dans l’édition latine de la Civitas veri (Del Bene 1609: 136 sg.) Le motif du monstre et du dragon revient souvent, comme un refrain, dans l’iconographie de l’entourage de Marguerite: par ex. dans la Sphinge de Valerio Saluzzo della Manta, chez Ronsard évoquant le monstre de l’Ignorance, chez Del Bene où les monstres des vices et de la feritas sont nombreux, dans le Livre des prières.

25   Les velours cramoisis pouvaient atteindre des prix considérables lorsqu’ils étaient colorés grâce au kermès, une teinture très coûteuse et extraite des œufs d’un insecte originaire de la Méditerranée.

26   Cf. Zvereva (2002: 114-115, note 50) et Gorris Camos (2011b: passim).

27   Le jour de la conversion de Saint Paul, dit une relation manuscrite citée par Pierre Gioffredo (1839: t. 5, 397 sg.). Le texte du Père Gioffredo vient d’être traduit en français (2007-2008). Cf. aussi Condulmer (s.d.: 129-130).

28   C’est l’un des «daiz» du trousseau, cf. ci-dessous.

29 Voir, par exemple, le portrait attribué à Rabel et conservé au Cabinet des estampes de la BnF, une sorte d’icône de la princesse qui porte dans cette gravure tous ses bijoux et notamment ses colliers de perles. Cf. Bentley-Cranch (1978: 251-252 et ill. n. XXII).

30 Voir BnF, Ms. fr. 31119, f. 55.

31   Cf. note 19 ci-dessus.

32  Le premier portrait est actuellement conservé au Musée de Chantilly, cf. Bentley-Cranch (1978: 245). Il en existe un croquis à la BnF avec la mention: «Copié sur l’original peint par Corneille dans le cabinet de M. de Gaignières» et avec cet ajout «agée de 25 ans, 1548». La mode du chapeau pour les femmes date toutefois des années 1550.

33   Cf. Bentley-Cranch (1978: 248). Il a servi de modèle pour le Promptuarium iconum de Rouillé dans lequel un petit médaillon reproduit exactement ce portrait de Corneille. L’édition française du Promptuaire des medalles, Lyon, Roville, 1553 (Ars.4° H 7879) est dédié par Rouillé à «A Tres Haulte et Tresillustre Princesse Madame Marguerite de France, sœur unique du Roy, Duchesse de Berry etc.», f. a2.

34  Cf. Alexander (2007).

35  Sur la Civitas veri voir nos articles récents sur cet ouvrage et notamment Gorris Camos (2013b).

36  Sur ce double visage, entre Marthe et Marie, qui appartenait aussi à Marguerite de Navarre, voir Cottrell (1995: 9 sg.).

37  Sur l’envol du poète, cf. Du Bellay (1974: passim). Voir aussi Gorris Camos (2007).

38  Expliqué par le commentaire de Marcile: «Lunæ Reginam ipsam similem fecit. Est enim Luna siderum regina, ut apud Horatium in carmine saeculari, et astrorum decus, ut apud Virgilium lib. IX Aeneid. & siderum mater, tu Apuleij Milesiis lib. XI. Eademque Aeschylo [...], honoratissima stellarum, noctis ocellus. Comites autem Reginae puellas cum stellis Lunae vicinis comparavit» (Del Bene 1609: 22). Grâce au Ms. de la Città del Vero nous avons pu identifier les deux demoiselles. Il s’agit de Philiberte de Seyssel et de Caterina Tornabuoni, membre de la famille Delbene.

39   La fleur de lys, symbole de pureté apparaît dès le XIIe siècle sur les armoiries royales. Devenue le symbole de la famille royale, la fleur de lys est présente sur le manteau du sacre, en un semis, et sur les blasons avec trois fleurs sur fond d’azur.

40 Voir Gorris Camos (2013c).

41 Sur Charles-Emmanuel voir Gal (2012).

42  LES TRIOM-/PHES DU BAPTESME / DE TRESILLUSTRE SEIGNEUR / Monseigneur Charles Emanuel, Prince de / Piemont: en Eglogues, Odes, & Sonnets, vers / Latins, Italiens, & François, avecques anno-/tations, Par Pierre Demay de Chastelleraud / en Poictou Secrettere de Monsieur le Pre-/sident Depurpurat Seneschal de Saluces. // A Treshaute et Trespuissante Princesse, Madame / Marguerite de France, Duchesse de / Savoye et de Berry. // A PARIS, / Chez Thomas Richard, à la Bible D’or / devant le College de Rheims. / 1567. / AVEC PRIVILEGE DU ROY //, 42, [2] ff., cahiers A-E8 F4 (ex. Bibliothèque Royale, G.2.67 et Arsenal, 8° BL 15431). Sur Pierre Demay ou de May, ami de Peletier du Mans, cf. La Croix du Maine-du Verdier (1772-73: 1025) et Dreux Du Radier (1754).

43   Voir les PASTORALES / SUR LE BAPTESME / DE MONSEIGNEUR CHARLES / EMANUEL, PRINCE / DE PIEDMONT. / Par I. Grangier, Lorrain / Avecques un Recueil de quelques Odes et Sonnetz Faictz par le mesme aucteur / [Marque] / Imprimé à Chamberi, par Françoys Pomar leyné / AVEC PRIVILEGE / 1568 //.

44   Sur le goût de Marguerite pour la couleur violette voir son trousseau ci-dessous; en réalité les couleurs de la duchesse étaient le noir, le jaune et le rouge. Le violet était la couleur de la tempérance, de l’apaisement car il était fait d’une proportion équilibrée de rouge (la force impulsive) et de bleu (la paix céleste) et symbolisait l’équilibre entre la terre et le ciel, la passion et l’intelligence, les sens et l’esprit. Marguerite dont la devise était «Rerum prudentia custos» et dont la politique sage et équilibrée était connue n’ignorait pas sans doute la connotation allégorique et hermétique de cette couleur. Le violet était la couleur du secret évoquant le mystère de la réincarnation et de la transformation, c’est la raison pour laquelle le Christ porte la robe violette pendant la passion.

45   Voir le chap. VII de notre livre Princesse des frontières, en préparation.

46   La même attention est consacrée aux dames portugaises de Béatrice, mère d’Emmanuel-Philibert, dans l’Adrianeo.

47   Sur les objets précieux (bijoux, argenterie, vêtements, armes, armures, médailles, livres et mss…) comme icones du pouvoir des Savoie, voir Tranfaglia (1998: t. 3, 316).

48  À rayures, voir Godefroy (1881: s.v. laece) qui cite notre exemple.

49  Lit à baldaquin.

50  Baldaquin: la duchesse mangeait toujours sous un petit baldaquin.

51 Mot biffé.

52  Haute lisse, tapisserie dont la chaîne est tendue verticalement sur le métier et où les fils s’écartent et se rapprochent alternativement.

53  Taies pour les oreillers.

54  Le camelot était un tissu fabriqué avec du poil de chameau originaire d’Asie Mineure. Il fut importé en Occident dès le XIIIe siècle par les Français et les Italiens.

55  Une écouelle.

56  Petit vase ayant la forme d’un mortier, plein d’eau sur laquelle flottait un morceau de cire qu’on allumait quand le roi ou la reine étaient couchés.

57  Une cuvette.

58  Bassinoire pour chauffer le lit.

59  Ustensile de cuisine qui sert à faire bouillir de l’eau et cuire plusieurs choses. On fait des coquemars de terre, d’estain, de cuivre, d’argent. Ce mot vient du latin cucuma, chaudière; ou de cucumarium, qui est une sorte de vase ainsi appellé, quod ventrem haberet magnum uti cucumis.

60  Le bourlet ou bourrelet était un petit meuble avec un coussin qui pouvait contenir une cuvette.

61  Ses dames d’honneur ne pouvant laisser seule la duchesse dormaient à tour de rôle; c’est la raison pour laquelle il n’y a que quatre lits.

62 Tissu, sorte de taffetas à fleurs provenant de l’Inde.

63  Tissu en laine.

64Écarlate a pu désigner anciennement une teinture ou une étoffe de qualité supérieure.

65  Madame de Lorraine: Claude de France, née à Fontainebleau le 12 novembre 1547, morte à Nancy le 21 février 1575, est la deuxième fille d’Henri II de Valois-Angoulême et de Catherine de Médicis; elle épouse, en 1559, Charles III, duc de Lorraine et de Bar.

66  Froc.

67  Un panneau.

68  Une haquenée est un cheval ou plus fréquemment une jument d’allure douce, allant ordinairement à l’amble, que montaient fréquemment les dames.

69  Bardée.

70  Manteau en taffetas.

71  Jupes ouvertes devant pour pouvoir monter à cheval.

72  Harnais.

73  Dentelles.

74  Chariots suspendus utilisés pour les cortèges des reines et des princesses.

75  Le vertugadin à tambour, version française du verdugale espagnol, est une sorte de coussin ou de bourrelet placé au niveau des hanches pour les arrondir. Placé entre la cotte et la robe du dessus, le vertugadin faisait ressortir la taille. L’ampleur du vêtement obligea la création d’une chaise spéciale sans accoudoirs, dite chaise à vertugadin, pour permettre aux dames de s’asseoir.

76  Robe de chambre.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ledizioni/docannexe/image/5982/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 445k
URL http://books.openedition.org/ledizioni/docannexe/image/5982/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Livre de prières, f. 20r
URL http://books.openedition.org/ledizioni/docannexe/image/5982/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 557k
Titre Kunsthistorisches Museum, Vienne
URL http://books.openedition.org/ledizioni/docannexe/image/5982/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Titre Musée du Louvre
URL http://books.openedition.org/ledizioni/docannexe/image/5982/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Livre de prières, f. 22r
URL http://books.openedition.org/ledizioni/docannexe/image/5982/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
URL http://books.openedition.org/ledizioni/docannexe/image/5982/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 575k
URL http://books.openedition.org/ledizioni/docannexe/image/5982/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
URL http://books.openedition.org/ledizioni/docannexe/image/5982/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search