Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

Ainsy ne vault le monde ung bout de Fringe. Tissus, vêtements, chaussures, expression d’une valeur minimale en moyen français

Barbara Ferrari

Texte intégral

1Selon la définition donnée par Frankwalt Möhren dans son étude fondamentale sur le renforcement affectif de la négation, l’expression d’une valeur minimale «est constituée par une désignation d’un objet de faible valeur ou d’usage courant […] utilisée comme comparant dans une comparaison implicite et renforcement de la négation» (1980: 11). La variété des substantifs employés dans la langue médiévale est «surprenante, sans pareille dans l’histoire ultérieure du français» (1). En effet, F. Möhren a pu réunir 423 expressions d’une valeur minimale couvrant différents domaines onomasiologiques; si les plus représentés sont la flore (ne … une pome, un pois, une feuille), la faune (ne … un chien, une pie, une aloe) et les monnaies (ne … un denier, un parisi, un besant etc.), les désignations de vêtements, d’étoffes et d’objets de la vie quotidienne sont aussi nombreuses.

  • 1   Ces observations valent pour la langue littéraire; encore aujourd’hui l’argot et la langue famili (...)

2La productivité dans ce secteur de la langue semble diminuer significativement à partir de la seconde moitié du XIVe siècle. D’après le répertoire cité, une soixantaine d’expressions seulement survivent en moyen français ou en français moderne (23)1. Cependant, comme l’auteur même le rappelle, les sources qu’il a utilisées concernent principalement l’ancien français, et parmi les textes dépouillés (liste aux pages 6-7), une dizaine seulement sont postérieurs au milieu du XIVe siècle.

  • 2   Une édition allégée de l’apparat des exemples, mais enrichie des résultats de nouveaux dépouillem (...)
  • 3   Les répertoires de locutions de Hassell (1982) et Enckell (2000) ont aussi été dépouillés, mais s (...)

3Depuis la parution du répertoire de Möhren, la lexicographie du moyen français s’est enrichie de deux instruments fondamentaux: le Dictionnaire des locutions en moyen français de Giuseppe Di Stefano (1991; dorénavant DiS)2 et le Dictionnaire du moyen français (2012, en ligne sur le site de l’atilf; dorénavant DMF). Les attestations réunies dans ces deux ouvrages montrent la vitalité de bon nombre de ces expressions encore dans la littérature de la fin du XIVe et du XVe siècles. Je ne présenterai ici que les résultats d’un sondage mené dans le domaine onomasiologique des tissus et des parties de l’habillement, en hommage aux intérêts de la dédicataire de ce volume3.

4Dans la section «Vêtements, fourrures, accessoires, étoffes», F. Möhren énumère 55 unités (1980: 242-244); selon le linguiste (24), quatre mots seulement seraient encore attestés comme renforcement affectif en moyen français: boton, fil, soler (soulier), mofle (moufle), auxquels notre dépouillement permet d’ajouter quelques autres désignations. Je vais analyser ce petit corpus en commençant par le domaine des tissus.

  • 4   À des rares exceptions près, j’ai utilisé les éditions auxquelles renvoient les dictionnaires dép (...)

- La biffe est un «drap léger, d’un tissu peu serré, généralement rayé ou biffé en travers» (Zangger 1945: 19) considéré comme une étoffe de qualité inférieure. F. Möhren n’enregistre qu’un exemple de la première moitié du XIIIe siècle (1980: 61), mais deux citations du DMF montrent qu’au XVe siècle ce mot était encore employé comme expression d’une valeur minimale: «Et je croy que noz conscïences S’en trouveront si acquitees Que les reprouches recitees Par vous, sire evesque Caÿphe, Ne nous chargeront d’une biffe» (Le Mystère de la Résurrection: Angers (1456), P. Servet (ed.), 1993, Genève, Droz: t. 1, 508, vv. 10150-154)4; «Le laberinth, faict au filz de Paciphe Par Dedallus, n’a la rien comparable, Ses sens, ses ars ne sont la qu’une biffe» (Antitus, La Satyre Megere, in Poésies, M. Python (ed.), 1992, Genève, Droz: 5, vv. 18-20; ca 1500). Dans le premier cas une des gardes du sépulcre du Christ nie le bien-fondé des accusations de Caÿphe, qui considère faux leur témoignage sur la Résurrection. Dans le deuxième c’est l’ingéniosité de Dédale qui est dévalorisée, puisque le labyrinthe qu’il a construit ne peut rivaliser avec le chemin tortueux menant à la demeure de Mégère; du point de vue syntaxique, remarquons la tournure restrictive ne … que − utilisée rarement selon Möhren (1980: 21) − établissant une équivalence entre la valeur minimale du comparant et du comparé.

- Pour fil, DiS et DMF citent le même exemple relevé par Möhren, où l’affectivité de l’expression est renforcée par l’adjonction de l’adjectif petit et du complément déterminatif: «Il n’a mie .III. jours qu’en mon dormant songoie C’un aigle m’assaloit et je me défendoie; Mais trestoute ma force ne gent que je menoie Ne pot a moi valoir .I. petit fil de soie» (Cuvelier,  Chronique de Bertrand du Guesclin, E. Charrière (ed.), 1839, Paris, F. Didot: t. 2, 150, vv. 17705-708; ca 1380-1385).

- Estain indique une «laine longue dégagée par le peignage (entrant dans un tissu en qualité de chaîne ou de trame)» (DMF, s.v. étaim). Les deux citations du DMF estain figure comme renforcement affectif de la négation viennent de deux chansons de geste du milieu du XIVe siècle. Dans Bauduin de Sebourc (ca 1350), le vassal félon Gauffroi offre sa protection à la reine (qu’il convoite) après lui avoir annoncé la mort de son époux, le roi Ernoul: «Car je vous garderai et m’arés si prochain, Qu’il n’a en tout le mont roy, conte, chastelain, Que s’il vous mesfaisoit une livre d’estain; Que tantost ne l’amende, s’a moi en faitez clain» (Li Romans de Bauduin de Sebourc IIIe roy de Jhérusalem, L.N. Boca (ed.), 1841, Valenciennes, Henry: t. 1, 25, vv. 859-862; ex. enregistré aussi par Möhren 1980: 116). Dans Florent et Octavien (ca 1356) le contexte est toujours celui des relations amoureuses; la belle sarrasine Esclarmonde adresse ses reproches à Octavien, qui, la croyant morte, vient d’épouser une autre femme: «De moy ne tenés compte ne que d’un peu d’estain, Bien appert que m’avés du tout mis en desdain» (Florent et Octavien, chanson de geste du XIVe siècle (Première et deuxième parties), N. Laborderie (ed.), 1991, Paris, Champion: t. 1, 373, vv. 11684-685). Dans les deux cas la valeur minimale du comparant est accentuée par l’indication d’une petite quantité (une livre de, un peu de); mais les deux expressions sont aussi intéressantes du point de vue syntaxique, puisqu’elles ne présentent pas la structure-type «X (le comparé) ne vaut O (le comparant, soit l’expression d’une valeur minimale)» (Möhren 1980: 18). Dans la première le comparant est employé dans une phrase formellement positive – en l’occurrence, une hypothétique –, construction peu fréquente comme le signale Möhren (21-22); dans la deuxième on relèvera le tour comparatif ne … ne que marquant une analogie négative, tournure rare elle-aussi (21), surtout en moyen français (cf. l’Introduction de l’éd. Laborderie 1991: XXXVIII).

- Fringe (frange) est absent du répertoire de Frankwalt Möhren. Ce terme peut désigner tant le bord d’une tapisserie que d’un vêtement; mais une frange n’est pas nécessairement un objet de faible valeur, car elle peut contenir des matériaux précieux: fils d’or, d’argent, de soie. Dans les deux exemples cités par le DMF, à mon avis, c’est plutôt le sens de ‘partie finale’ et donc ‘marginale’ qui transmet l’idée d’une valeur minimale. L’une et l’autre attestations sont tirées des Faictz et Dictz de Jean Molinet (1467-1506) et se situent dans des réflexions à portée moralisante; dans le poème Les eages du monde, il est question du pouvoir terrien des empereurs de Rome qui ne vaut rien devant la mort: «Mais mort vilaine ung et aultre rabat; C’est ung ebat que de veoir tel sabat, Tel s’en combat qui n’en a fringe: C’est beau jeu que de chat et singe» (Jean Molinet, Faictz et Dictz, N. Dupire (ed.) , 1937, Paris, S.A.T.F.: t. 2, 594, vv. 165-168); dans Le débat du poisson et de la chair, ce n’est pas toujours le grand poisson qui dévore le petit: «Il n’est si fin qui n’aist ung tour de pine; Le seigneur est mengiet de l’officier Et l’officier de le gouge fort fine; La gouge trouve ung paillart qui l’affine, Le gros paillard des poux se voit rongier Et les gros poux du lait [= laid] singe mengier: Ainsy ne vault le monde ung bout de fringe» (639, vv. 71-77). Dans cette dernière expression, une partie seulement du comparant est prise en compte (ung bout de), selon un procédé qui permet d’augmenter la dépréciation du comparé (Möhren 1980: 15).

5Les mots rattachés au champ sémantique de l’habillement employées en moyen français comme renforcement affectif de la négation représentent des vêtements très communs, faisant partie du vestiaire de base: bouton, braie, coiffe, gant, jacques, mitaine, moufle, savate et soulier.

  • 5   Tout comme dans le français moderne, bouton peut indiquer dans l’ancienne langue tant ‘bourgeon’ (...)
  • 6Gant ne figure pas dans la liste des mots encore attestés comme renforcement affectif en moyen fr (...)
  • 7   800 attestations pour denier, 278 pour bouton, 174 pour gant (je rappelle que les chiffres relevé (...)
  • 8bouton: Möhren (1980: 73-74); DiS (107b-c); DMF (s.v. bouton); gant: Möhren (1980: 141-142); DiS (...)

6Bouton5 et gant6 occupent respectivement la deuxième et la troisième position dans la liste des unités par ordre de fréquence du répertoire de Möhren, précédés seulement, mais de loin, par denier (252)7. En moyen français les exemples demeurent si nombreux qu’il est impossible de les prendre en considération ici: je ne peux donc que renvoyer aux dictionnaires8.

7Pour deux autres mots, moufle et soulier, Frankwalt Möhren relève aussi quelques exemples en moyen français (167, 221).

- La moufle, selon Enlart, est un gant en forme de sac, dont le pouce seul est détaché (1916: 584); je signale l’une des rares attestations du répertoire de Möhren remontant au XVIe siècle, qui en plus, à la différence des exemples cités jusqu’ici, est tirée d’un texte en prose, le XVe chapitre de Gargantua, où Rabelais, en polémique avec la vieille culture, exprime son mépris pour la science des maîtres: «Car leur savoir n’estoit que besterie, et leur sapience n’estoit que moufles, abastardisant les bons et nobles esperitz, et corrompent toute fleur de jeunesse» (François Rabelais, Œuvres complètes, M. Huchon (ed.), 1994, Paris, Gallimard: t. 1, 44; t. 15, 1534). On observera que dans la même phrase Rabelais recourt deux fois au renforcement affectif de la négation en employant toujours la tournure restrictive ne … que déjà remarquée plus haut (cf. biffe).

  • 9   Voir aussi Roussel (1998: 368-369).
  • 10   L’exemple enregistré dans DiS 808a, tiré d’un récit de voyage du premier quart du XVe siècle, ne (...)

- À propos de soulier, une attestation supplémentaire est signalée par Roger Bellon dans La Belle Hélène de Constantinople en alexandrins (milieu du XIVe siècle), texte richissime en formules de renforcement affectif de la négation (Bellon 1998: 114)9. Elle se situe dans un contexte de guerre où l’on ne peut que mépriser les menaces de l’ennemi: «Mandés a Maradin sans point de l’arester Que vous ne les doubtés le monte d’un souller» (La Belle Hélène de Constantinople. Chanson de geste du XIVe siècle, Cl. Roussel (ed.), 1995, Genève, Droz: 652, vv. 13607-608). Ici le comparant est introduit par un complément nominal (la monte de …) qui exprime explicitement ce que Möhren appelle le tertium comparationis, c’est-à-dire «la valeur, l’estime, l’importance, la quantité, etc.» (1980: 18); il s’agit d’une construction bien représentée dans le corpus qu’il a réuni, avec plusieurs variantes: le pris de …, la valeur de … etc., et surtout vail-lant … (cf. ci-dessous, coiffe)10.

Quelques autres désignations de vêtements exprimant une valeur minimale n’ont été relevées par Möhren que dans des ouvrages antérieurs au milieu du XIVe siècle, donc en dehors de notre tranche chronologique, mais DiS permet d’ajouter des exemples tirés de textes plus tardifs.

- Coiffe est employé au XIIe siècle dans le syntagme coife de lin (Möhren 1980: 92); DiS (181c) relève une expression de Christine de Pizan adressant à Eustache Deschamps (sous le pseudonyme de E. Mourel) une réflexion critique sur les mœurs de son temps: «Meismes voit on qu’en orgueil monte Maint de qui le scens petit monte Et qui n’ont pas vaillant ma coiffe Des fortunez biens […]» (Christine de Pizan, Une epistre a Eustache Mourel, in Œuvres poétiques, M. Roy (ed.), 1891, Paris, S.A.T.F.: t. 2, 299-300, vv. 151-154; 1404). En plus de l’expression du tertium comparationis par le participe présent vaillant, on remarque ici la concrétisation de l’image grâce à l’emploi du possessif pour introduire le comparant (Möhren 1980: 15).

- Pour savate comme expression d’une faible valeur, Möhren n’enregistre qu’un exemple remontant à la première moitié du XIIIe siècle (1980: 76). DiS (790a) fournit une attestation en moyen français relevée dans Le Livre de la Deablerie, rédigé par Eloy d’Amerval en 1508; la mise en scène d’une conversation entre Lucifer et Satan, son représentant sur la terre, à propos du pouvoir du diable sur les hommes, permet aussi de tracer un tableau de la société française du temps: «[satan:] Tous ces beaulx escumeurs de mer, Qui ne vallent pas deux savates, Tous gallifres, toutes pirates, Et tous ces gentilz mailligos, Qui ne sont pas gens fort bigos Mais de tresfaulx gouvernement, Sont tous en mon commandement» (Eloy d’Amerval, Le Livre de la Deablerie, R. Deschaux-B. Charrier (eds), 1991, Genève, Droz: 113, vv. 1472-1478). Du point de vue syntaxique, soulignons la présence du renforcement grammaticalisé pas à côté du renforcement affectif deux savates (due peut-être à des raisons métriques; cf. aussi infra: braie et jacque); le numéral qui précède le comparant est fréquemment utilisé comme expression d’un petit nombre indéfini (Möhren 1980: 17), mais son emploi semble ici plus motivé puisqu’il se réfère à une paire de chaussures.

8Complètent ce petit recueil trois pièces d’habillement qui représentent une ‘nouveauté’, puisqu’elles ne sont attestées comme expressions d’une valeur minimale qu’en moyen français.

- Braie désigne, selon la définition du DMF, un «caleçon collant, court ou long, porté par les hommes»; employé généralement au pluriel, ce mot figure comme renforcement affectif de la négation dans un célèbre ouvrage de Guillaume Alexis d’inspiration misogyne, mettant en garde les hommes contre les conséquences fâcheuses de l’amour (DiS 108b): «Telz estoient nez Bien fortunez Qui, quant tout y ont despendu, Sont sy au bas de quatre piez, Que tout leur bien, rentes et fiefz, Ne vault pas les brayes d’un pendu» (Guillaume Alexis, Le blason de faulses amours, in Œuvres poétiques, A. Piaget-É. Picot (eds.), 1896, Paris, S.A.T.F.: t. 1, 223, vv. 907-912; ante 1486). On retrouve la même expression dans le mystère de saint Christophe, du début du XVIe siècle, mise dans la bouche d’un des bourreaux chargés du supplice: «Aide moi de la. Tu ne vaulx, Par noz dieux, les brayes d’ung pendu!» (Maistre Chevalet, La vie de sainct Christofle, P. Servet (ed.), 2006, Genève, Droz: 870, vv. 16484-485; ca 1510-1514). L’adjonction au comparant d’un complément déterminatif (d’ung pendu) accentue la dévalorisation du comparé et renforce efficacement le caractère affectif de l’image.

- Selon le Trésor de la Langue Française, jacque est attesté pour la première fois (au pluriel) en 1364 (cf. TLFi, s.v. 2jaque); le Manuel d’archéologie française, en effet, le définit comme un «vêtement de dessus à buste ajusté d’abord très court, puis à jupe flottante porté du XIVe au XVIe siècle» (Enlart 1916: 574). C’est encore du Livre de la Deablerie d’Eloy d’Amerval, que DiS (446a) tire cet exemple: «Je ne prise pas deux vieux jaques La foy que les crestiens ont, Si les bonnes euvres ne font» (R. Deschaux-B. Charrier (eds.), 1991: 715, vv. 19642-644). Dans cette expression c’est l’adjonction de deux adjectifs, dont l’un péjoratif, qui rehausse l’affectivité de l’image, en diminuant ultérieurement la valeur du comparé (la foi sans les œuvres).

  • 11   Le DMF ne cite que deux exemples pour l’acception «gant qui ne couvre que la moitié de la main»: (...)

- D’après le Manuel d’archéologie française de Camille Enlart, la moufle et la mitaine représentent deux gants différents: le premier, comme on l’a vu, n’a de séparation que pour le pouce (1916: 584), le second serait «un gant qui ne couvre que la moitié ou le mitan de la main et laisse les doigts libres» (259). Cette même distinction se retrouve dans le DMF (s.v. moufle et mitaine), tandis que pour Godefroy les deux termes semblent désigner un objet de même forme (cf. mofle, V: 354; mitaine, Complément, X: 159b «gant […] fait avec une seule séparation pour le pouce»). De fait, aucun des exemples cités dans les dictionnaires ne permet de distinguer l’un de l’autre11. Quelle que soit la forme qu’ils désignent, les deux mots sont employés en moyen français comme expression d’une valeur minimale (cf. supra). Les attestations de mitaine relevées par DiS (548a) et par le DMF viennent du même ouvrage, mais se situent dans deux contextes tout à fait différents. Dans un cas c’est la défense de la mère, à laquelle le fils rend souvent mal pour bien: «C’est l’amour, c’est la charité Que de la bonne mère avons! Et où elle a tant mérité, Blapheme à l’encontre rendons. Nous ne valons une mitaine» (Martin Le Franc, Le Champion des Dames, R. Deschaux (ed.), 1999, Paris, Champion: t. 2, 61-62, vv. 5645-5649; 1440-1442); dans l’autre il s’agit de l’assaut du protagoniste contre l’armée de Malebouche: «Il ne doubtoit une mitaine Le remanant de la bataille: La victoire lui est certaine, Il gaingnera comment qu’il aille» (t. 4, 11, vv. 14789-792).

  • 12   Voir, par exemple, Colombo Timelli (1998; 2007).

Cette petite enquête ne permet évidemment pas de formuler des conclusions générales; je crois cependant qu’elle a montré comment le goût pour les expressions affectives d’une valeur minimale reste vivant même à la fin du Moyen Âge. La prose se révèle sans aucun doute bien moins riche en ce genre d’expressions figurées, et il serait intéressant d’étudier, comme on l’a fait pour les proverbes12, quel est le destin des renforcements affectifs de la négation dans les mises en proses des romans anciens et épopées en vers. Un autre élément à souligner, surtout à l’intérieur d’un si petit corpus, défini uniquement à partir d’un critère onomasiologique, c’est la variété des constructions syntaxiques employées et des procédés mis en œuvre pour renforcer l’aspect affectif des expressions.

9Cette recherche ne s’est appuyée que sur les instruments lexicographiques; bien que, depuis quelques décennies déjà, l’édition de textes en moyen français soit en plein essor, un travail comparable à celui que Möhren a consacré à l’ancien français (à savoir le dépouillement direct d’un corpus élargi de textes) reste à faire. Pour commencer, on ne peut que souhaiter que des relèvements systématiques des expressions d’une valeur minimale trouvent finalement leur place dans les introductions ou dans les glossaires des éditions.

Bibliographie

Dictionnaires et répertoires

DiS: Di Stefano G., 1991, Dictionnaire des locutions en moyen français, Montréal, Ceres.

Di Stefano G.-Bidler R.M., 1992, Toutes les herbes de la Saint-Jean. Les locutions en moyen français, Montréal, Ceres.

DMF: Dictionnaire du moyen français, 2012, en ligne: http://www.atilf.fr/dmf.

Godefroy F., 1881-1893, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, Paris, Champion; Complément, 1895-1902.

Hassell J.W. Jr, 1982, Middle French Proverbs, Sentences, and Proverbial Phrases, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies.

Henckell P., 2000, «La lune avec les dents». Le Dictionnaire des façons de parler du XVIe siècle, Paris, CNRS Éditions.

Möhren F., 1980, Le renforcement affectif de la négation par l’expression d’une valeur minimale en ancien français, Tübingen, Niemeyer.

TLFi: Trésor de la Langue Française informatisé, en ligne: http://atils.atilf.fr.

Bibliographie secondaire

Bellon R., 1998, Le renforcement affectif de la négation par l’expression d’une valeur minimale dans «La Belle Hélène de Constantinople», in Ch. Brucker (ed.), Mélanges de langue et de littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Demarolle, Paris, H. Champion: 105-118.

Colombo Timelli M., 1998, De l’«Erec» de Chrétien de Troyes à la prose du XVe siècle: le traitement des proverbes, «Le Moyen Français» 42: 87-113.
—, 2007, Le Perceval en prose de 1530: langage figuré et proverbes, «Le Moyen Français» 60-61: 141-163.

Enlart C., 1916, Manuel d’archéologie française depuis les temps mérovingiens jusqu’à la Renaissance, t. 3, Le costume, Paris, Picard.

George K.E.M., 1970, Formules de négation et de refus en français populaire et argotique, «Le Français Moderne» 38: 307-314.

Roussel Cl., 1998, Conter de geste au XIVe siècle. Inspiration folklorique et écriture épique dans «La Belle Hélène de Constantinople», Genève, Droz.

Zangger K., 1945, Contribution à la terminologie des tissus en ancien français, attestés dans des textes français, provençaux, italiens, espagnols, allemands et latins, Zürich, Arts Graphiques Schüler.

Notes

1   Ces observations valent pour la langue littéraire; encore aujourd’hui l’argot et la langue familière sont riches en expressions de ce genre; cf. Möhren (1980: 24), et, pour l’argot, George (1970).

2   Une édition allégée de l’apparat des exemples, mais enrichie des résultats de nouveaux dépouillements, a paru en 1992 (Di Stefano-Bidler 1992).

3   Les répertoires de locutions de Hassell (1982) et Enckell (2000) ont aussi été dépouillés, mais sans résultats pour le domaine objet de cette étude.

4   À des rares exceptions près, j’ai utilisé les éditions auxquelles renvoient les dictionnaires dépouillés. Dans tous les cas j’ai vérifié les citations en élargissant souvent les contextes.

5   Tout comme dans le français moderne, bouton peut indiquer dans l’ancienne langue tant ‘bourgeon’ que ‘attache’. Selon Frankwalt Möhren, « [d]ans presque tous les cas où boton exprime une valeur minimale, une distinction d’après ces deux définitions est impossible» (1980: 66).

6Gant ne figure pas dans la liste des mots encore attestés comme renforcement affectif en moyen français (Möhren 1980: 24), mais à l’entrée correspondante du répertoire sont cités trois exemples de la seconde moitié du XIVe siècle (141).

7   800 attestations pour denier, 278 pour bouton, 174 pour gant (je rappelle que les chiffres relevées par Möhren ne concernent que l’ancien français).

8bouton: Möhren (1980: 73-74); DiS (107b-c); DMF (s.v. bouton); gant: Möhren (1980: 141-142); DiS (393c); DMF (s.v. gant). De nombreux exemples se trouvent aussi dans Bellon (1998).

9   Voir aussi Roussel (1998: 368-369).

10   L’exemple enregistré dans DiS 808a, tiré d’un récit de voyage du premier quart du XVe siècle, ne rentre pas dans la typologie analysée par Möhren, puisqu’il s’agit d’une comparaison explicite (1980: 9), mais il vaut la peine de le citer pour la vivacité de l’image contenue dans la réponse du sultan Faradji au consul des Vénitiens: «de la puissance de vous, Venixians, ne ancore le reste de toute la crestienté, je ne la prise ne ne m’en chault autant comme d’une paire de souliers rompus» (Traité d’Emmanuel Piloti sur le passage en Terre Sainte (1420), P.-H. Dopp (ed.), 1958, Louvain / Paris, Nauwelaerts: 189).

11   Le DMF ne cite que deux exemples pour l’acception «gant qui ne couvre que la moitié de la main»: «et si lui aprendray de mon mestier, car tailler sçay mitaines et moufles» (Bérinus, roman en prose du XIVe siècle, R. Bossuat (ed.), 1931, Paris, S.A.T.F.: t. 1, 84; c. 1350-1370); «six paires de mitaines de layne violées, prisé la paire 20 d.» (Les Affaires de Jacques Cœur. Journal du procureur Dauvet. Procès-verbaux de séquestre et d’adjudication, M. Mollat (ed.), 1952, Paris, S.E.V.P.E.N.: 93; 1453-1457). Le doublet qui figure dans le premier passage ne suffit pas à prouver qu’il s’agit de deux objets de forme différente. M. Gilles Roques, que je remercie, partage notre impression que le DMF (ainsi qu’Enlart, bien avant) projette sur le moyen français une distinction qui n’est que moderne.

12   Voir, par exemple, Colombo Timelli (1998; 2007).

Auteur

Università degli Studi di Milano

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search