Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

Mieulx vault amy en voye que ne fait denier en courroye. Vêtements et tissus dans quelques proverbes en moyen français

Maria Colombo Timelli

Texte intégral

  • 1   Le nombre de signes préconisé a imposé une sélection draconienne dans le corpus: nous offrirons d (...)

1Dans l’Avant-propos au Dictionnaire des locutions en moyen français, Giuseppe Di Stefano souligne à juste titre la richesse des expressions tirées de la vie domestique et de la vie quotidienne: à l’intérieur de ce vaste domaine, nous allons sélectionner un certain nombre de proverbes qui contiennent un lemme rapporté au domaine de recherche qui est cher à Liana Nissim et qui n’ont toujours pas fait l’objet d’une étude d’ensemble1.

1. Les tissus, d’abord

2Notre petite liste s’ouvre par les mots désignant des tissus ou des matériaux. Drap peut indiquer toute matière dont une chose est faite, et renvoyer métaphoriquement à la vie elle-même, comme il ressort de ces beaux vers de Michault Taillevent, amère réflexion sur la fuite du temps: «Bien fusse se j’eusse eu ce sens, Quant de Jeunesse estoye es mains, Que temps passe, comme je sens, A toutes heures, soirs et mains; Mais je ne cuidoie avoir mains Du bien dont mon cuer est yssu: Drap s’use comme il est tissu» (Passe temps, éd. Deschaux R., 1975, Un poète bourguignon du XVe siècle, Genève, Droz: 139, vv. 134-140; ca 1440) [DMF, drap].

  • 2   Nous touchons là à un des aspects saillants du moyen français, à savoir la non-pertinence de la n (...)

3D’autres proverbes jouent sur le même réseau sémantique: «Au bout de l’aune faut le drap» (‘tout a une fin’) clôt l’explicit du Debat du veil et du josne de Blosseville, où la rime impose l’inversion sujet-verbe2: «Du debat me convient cy taire Car le sens au besoing me fault, Je ne puis tout au long retraire, Pour Dieu, ne vous vueille desplaire, Au bout de l’aulne le drap fault» (Le manuscrit B.N. nouv.acq.fr. 15771: une nouvelle collection de poésies lyriques et courtoises du XVe siècle, éd. Inglis B.L.S., 1985, Paris, Champion: 186, vv. 381-385; milieu du XVe siècle) [DiS, aune: 41c].

  • 3   C. Enlart cite à ce propos l’accusation portée par Georges Chastelain aux excès d’élégance d’Agnè (...)
  • 4   Le proverbe est attesté dans le recueil d’Estienne Legris, transmis par un manuscrit unique du XV(...)

4Dans le cas de «Il fault drap qui veult avoir queue», on fait allusion aux robes à queue, dont la mode s’affirme à la fin du XIVe pour durer tout au long du siècle suivant, la longueur de la traîne étant proportionnelle au rang de la dame3: il faudra donc comprendre ‘pour prétendre à quelque chose, il faut en avoir les moyens’4.

  • 5   Je rectifie ici l’interprétation que j’avais proposée dans mon édition des Proverbes de Jean Miél (...)

5«La penne passeroit le drap» s’inscrit dans l’opposition drap / penne, indiquant les deux faces d’un manteau [DiS, drap: 272b; penne: 665c]. Cette expression se lit dans le Livre de deablerie d’Eloi d’Amerval, associée à une image qui la double et l’éclaircit: «On dit – et dit on verité – Quant la penne passe le drap Que c’est poree en beau hanap» (éd. Deschaux R. et Charrier B., 1991, Genève, Droz: 273, vv. 6144-6146; 1508). Dans les deux cas, c’est le contraste inconvenant entre l’intérieur (la doublure) et l’extérieur (le tissu), le contenu (la soupe du paysan) et le contenant (la coupe raffinée) qui est stigmatisé5.

6Tout comme drap, toile désigne en moyen français un tissu de matière végétale ourdi à la main; le secours apporté par Dieu à l’homme peut alors s’exprimer par «A toile ourdie Dieu envoie fil» (Legris, n. 66): non enregistré par les dictionnaires, son sens est manifestement le même de «Fais ce que tu dois et Dieu fera le demourant», ou de «Aide toi et Dieu t’aidera» [DiS, Dieu: 261a; DMF, aider, Dieu].

  • 6   Proverbe repris par Miélot dans ses Proverbes, 2007, n. 174.

7Quant à linceul, les deux proverbes qui s’y rattachent témoignent, l’un du sens aujourd’hui vieilli et régional de ‘pièce de toile, en particulier drap de lit’, l’autre de l’acception conservée de ‘suaire’: «Celuy peut bien menger sans nappe Qui fust engendré sans lincheul», lit-on dans les Menus propos (in Recueil général des sotties, éd. Picot É., 1902, Paris, Didot, I: 47-112, 91, vv. 307-308; 1461) [DMF, nappe]; alors que, dans la Danse macabre, Le Mort oppose la richesse du Roy au seul ‘vêtement’ qui le couvrira dans l’au-delà: «[…] toute haultesse Laisseres, vous n’estes pas seul. Peu aures de vostre richesse; Le plus riche n’a qu’un linseul» (Jean Gerson, Œuvres Complètes, éd. Glorieux P., 1968, Paris, Desclée, VII: 288)6 [Has, L59].

  • 7   Un changement de rythme – de l’octosyllabe au décasyllabe – requiert d’autres aménagements: «Celu (...)

8Textile fondamental pour l’habillement médiéval, la laine est présente dans l’imaginaire linguistique par le dicton «En tout temps croist la laine dont on drape» (‘toujours vient ce dont on a besoin’, à savoir ‘il est toujours possible de se tirer d’une situation difficile’). Jean Molinet s’en sert dans son Dictier sur Tournay: «Cognois se t’es subjecte [la ville de Tournay] au sang de France; Tu t’assers fort ou tu doibs estre france; Modere donc ton coeur impetuel, Le temps qui court n’est point perpetuel, Pense a ton faict, garde qu’on ne t’atrappe: En tout temps croist la layne dont on drappe» (Faictz et Dictz, éd. Dupire N., 1936, Paris, SATF, I: 184, vv. 105-110; ante 1483). Comme il est fréquent en moyen français, des variantes sont attestées: «Pasiphée: “Quant tous vos biens seront minés, J’ay grand peur que Malheur vous happe”. Perusine: “Damoyselle, vous devinés Le mau temps, ne vous chagrinés. Tousjours vient laine dont on drappe”» (Jean Michel, Mystère de la Passion, éd. Jodogne O., 1959, Gembloux, Duculot: 115, vv. 8531-8535; 1486)7 [DiS, laine: 469a; DMF, laine].

  • 8   L’emploi dans un poème en octosyllabes impose une adaptation formelle au premier vers, que ce soi (...)

9L’amour, on le sait depuis longtemps, ne fait pas de différence entre pauvres et riches; dans notre domaine, l’antithèse peut être exprimée par le contraste entre deux tissus de valeur fort différente, la brunette (‘étoffe de couleur foncée, légère et fine’) et le bureau (‘drap de laine grossière’): «[force d’amour] atrait a soy les febles et les fors, les jones et les vieulx, et les folz et les sages, et les povres mesmez et les riches, car Aussi bien sont amouretes Soubz buriaux come soubz brunetes, selon le proverbe ancien» (Evrart de Conty, Le livre des eschez amoureux moralisés, éd. Guichard-Tesson F. et Roy B., 1993, Montréal, Ceres: 627; ca 1400)8 [DMF, amourette, bureau, brunette].

2. Quelques habits, ensuite

10Si l’on quitte le domaine des tissus pour celui des vêtements, l’hyperonyme atour couvre tout ce qui compose la toilette: vêtement, parure, ornements; le lien avec les femmes et leur capacité de séduction – exprimée par une dangereuse arme de siège – va alors de soi: «Femme de fol atour est arbaleste a tour» (Legris, n. 283; Mor, n. 731).

  • 9   Est-il nécessaire de rappeler qu’en moyen français robe s’applique à l’ensemble des habits?
  • 10   Proverbe sur lequel repose sans doute l’assertion ironique de François Villon: «Je congnois a la (...)

11La (non-)coïncidence entre la robe9 / l’habit porté, l’apparence donc, et la substance, est au cœur de quelques proverbes. Les affirmations peuvent de fait être contradictoires: «Robe refait moult homme» (Legris, n. 597)10, est contrecarrée par: «L’en ne congnoist pas la personne Par la robe quant elle est bonne. Ne pour la robe qui est sale Pour ce n’est la personne male» (Avionnet XIX, éd. cit.: 588) [DIS, robe: 769b], et surtout par le célèbre – et toujours vivant – «l’habit ne fait pas le moine», qui connaît des attestations innombrables à partir du début du XIVe siècle (Mor, n. 1053 et var.; Legris, n. 355; Has, H1; DiS, habit: 421b-c; DMF, habit; cf. Oudin 2013). Un tri s’imposant, je n’ai retenu qu’une œuvre en vers et une en prose, où le proverbe sert à l’argumentation, soit en la concluant, soit en permettant d’en faire l’économie:

  • Contre ses détracteurs, le Champion des Dames exalte Jeanne d’Arc, qui adopta pour combattre un habillement masculin, avec «pourpoint et robe escourtee»: «Chappiau de faultre elle portoit, Heuque frapee et robes courtes, Je l’acorde. Aussy aultre estoit Son fait que cil des femmes toutes. La longue coste, tu n’en doubtes, Es fais de guerre n’est pas boyne. Item moult souvent tu escoutes Que l’abit ne fait pas le moyne» (Martin le Franc, Champion des dames, éd. cit., IV: 96, v. 16972, et 97, vv. 16977-16984).
  • Le Jouvencel ayant été choisi comme «chief et gouverneur» de l’armée, son maréchal Guy de Fromentières et Gervaise Nardereau s’empressent de le conseiller: «“pour l’honneur de vous et de nous, il nous semble que devez vestir desormaiz parfoys quelque robbe honneste et laisser ceste jacquette deccoupée et ce petit mantelet, qui est bien fraiz pour ce temps yci”. “Ha-a ! dist le Jouvencel, ne vous chaille de cela; l’abit ne fait pas le moyne. Quant à moy, j’aimeroye mieulx à employer l’argent à recouvrer ung archier que à achatter une robbe”» (Jean de Bueil, Jouvencel, éd. Lecestre L., 1887, Paris, Renouard, I: 100-101; 1461-1466).

12Comme nous l’avons déjà constaté, des questions métriques peuvent imposer un changement dans l’ordre des mots: «L’abit le moine ne fait pas» (refrain du rondeau CXXV, De Jehan Monseigneur de Lorraine: Charles d’Orléans, Poésies, éd. Champion P., 1927, Paris, Champion, II: 362; 1443-1460); voire l’inversion des deux lemmes et le passage à la voix passive: «Ly moigne, ensi comme truis escrit, Ne sont pas faict de leur habit» (John Gower, Mirour de l’omme: Complete Works, éd. Macaulay G.C., 1899, Oxford, Clarendon Press, I: 238, vv. 21085-21086; 1376-1379).

13Mais ce proverbe est aussi un bon exemple de variance lexicale. En effet, si le verbe faire est stable, les substantifs à sa gauche et à sa droite varient, en fonction du contexte lexical ou rythmique:

  • Déguisé «en l’habit d’un religieux», un basilic cherche à attirer un loup de mer par de faux propos, mais «le lus, regardant amont, tantost recongnu l’ennemy de nature et lui dist: “O faulx ypocrite et gendre viperine, la gonne ne fait pas le moisne. Tes parolles sont belles, mais ton coraige et tes pensees sont iniques, perverses et plaines de dol et de deception”» (la gonne désigne un grand manteau, surtout des moines; Du loup marin et du basilique: Dialogue des creatures, éd. Ruelle P., 1985, Bruxelles, Palais des Académies: 150; 1482) [DiS, gonne: 405a; DMF, gonne].
  • L’abbé s’adresse à Théodore, qui vit dans un couvent déguisée en moine: «Voirement dit on voir: l’abbit Ne fait pas le religieux» (Miracle de Theodore: Miracles de Nostre-Dame par personnages, éd. Paris G. et Robert U., 1878, Paris, SATF, III: 107, vv. 1036-1037; 1357) [DMF, habit].
  • Déguisé en berger, le loup invite le mouton à se tapir sous sa «chappe chiere, Qui pour [le] garder est idoine»; la réplique, immédiate, s’appuie sur le même substantif: «Le chappe ne faict pas le moisne. Tous ceux qui portent longue barbe Ou gris manteau de Saint Anthoine, Ne sont pas doulx que Saincte Barbe» (Jean Molinet, Debat du leup et du mouton: Faictz et dictz, éd. cit., 1937, II: 660, vv. 105-106, 107-110; 1467-1506) [DiS, cape: 126c; DMF, chape].

14Des expansions aussi peuvent se produire. Au moment de sa mort, l’abbé Panuce exhorte ses confrères à ne mépriser personne: «Qu’en touz estaz de vie humaine Dieu, qui les reins et les cuers preuve, Aucunes bonnes ames treuve. L’abit et la profession Ne font pas la religion» (De saint Panuches abbé: Le Tombel de Chartrose, éd. Kooiman E., 1975, Amsterdam, Graduate Press: 280, vv. 450-454; ca 1337-1339) [DMF, habit].

15Le vocabulaire de la mode se trouve particulièrement exploité dans un huitain de la Danse macabre des femmes, où la Mort invite la Vieille à tout quitter: «Et vous, madame la gourree [‘élégante, vaniteuse’], Vendu avez maintz surpliz Dont de l’argent estez fourree Et en sont voz coffres remplis. Aprés tous souhaitz acomplis Convient tout laisser et bailler: Selon la robbe on fait le<s> plis, A tel potaige tel cuillier»; le dernier vers confirme l’interprétation: ‘il faut savoir s’adapter’ (éd. Harrison A.T., 1994, The Danse macabre of Women, Kent – London, Kent State University Press: 98, vv. 1-8; post 1480) [DMF, robe].

  • 11   L’éditeur a glosé manteau de sac par «manteau improvisé», p. 162; le DMF, manteau, explique que l (...)

16Parmi les hyponymes, la chape (manteau de pluie et de voyage, souvent avec chaperon; Enlart 1916: 549) et le manteau désignent des vêtements de dessus, portés tant par les hommes que par les femmes. Les proverbes peuvent les mettre en relation avec la condition sociale de celui qui les porte: «Manteau de questeur n’a clut [‘morceau, pièce’] neuf, Ne truant jamais point de pain» (Menus propos, éd. cit.: 105, vv. 465-466), où le questeur (‘celui qui quête’) et le truant (‘celui qui mendie, qui vagabonde’) sont mis en parallèle, l’un avec un vêtement usé, l’autre avec le manque de l’aliment principal [Has, M79; DMF, manteau]; ou les comparer entre eux, sans doute pour affirmer – comme dans les vers qui suivent – la meilleure qualité du deuxième terme: «De ce que sa rente lui livre Vit viel homme et est a repos En sa maison ou lit ung livre, Ou mande du vin a trois potz Pour fuïr les las d’Attropos Qui est la mort dont nul n’eschappe: Manteau de sac nul temps n’est chappe» (Michault Taillevent, Passe temps, éd. cit.: 146, vv. 288-294)11 [DiS, manteau: 522b; DMF, manteau].

  • 12   Ce que confirment ces vers d’André de La Vigne: «[Berith, à savoir un diable:] Et je m’en voys, p (...)

17Signe distinctif d’une femme à la mode, le chaperon rouge contraste évidemment avec le manque de coiffure qui caractérise la (vieille) prostituée: «La bourgoise de basse taille Qui sa vye a en joye usee, Afin que le bruit ne luy faille Et du tout ne soit reffusee, S’elle est de quelq’ung emparee, De bagues fault plaine une bouge [‘bourse’], Et pour estre de chief paree, A vielle putain chappron rouge» (Proverbes en rimes (B), éd. Frank G., 1940, «Romanic Review» 31: 216, vv. 321-328; ca 1500) [Has, P298]12.

  • 13   Les Proverbes en rimes (B) confirment cette correspondance: «C’est ung plaisant metal qu’argent: (...)

18Le chapeau (mot qui indique toute espèce de vêtement ou d’ornement de tête; Enlart 1916: 549) se trouve au centre d’une imagerie assez riche, le couvre-chef traduisant une fois de plus l’apparence extérieure, opposée à la substance même de l’homme. C’est aux trépassés que Jean Molinet attribue cet avertissement: «Si n’avons fors laidure et desconfors; Nous fusmes fors et beaux comme vous estes: Les blans chappeaux couvrent les noires testes» (Complainte des trespassés: Faictz et dictz, éd. cit., 1937, II: 433, vv. 13-16; 1467-1506) [Has, C61; DiS, chapeau: 142a; DMF, chapeau]. Faisant partie des ornements que la richesse peut procurer, le chapeau peut être assimilé à tout autre bien qui s’achète, y compris l’amour: «[Omme mondain:] “S’a honneur ne puis parvenir, J’essaieré d’avoir richesses; C’est la fin ou je vueil venir, Pour prendre toutes mes lïesses, Faire festes, dances, largesses, Acquerir terres et troppeaulx, Nouvelles dames et maistresses: Qui a argent a des chappeaux”» (Guillaume Alexis, Debat de l’omme mondain et d’un sien compaignon qui se veult rendre religieux: Œuvres poétiques, éd. Piaget A. et Picot É., 1908, Paris, Didot, III: 146, vv. 161-168; fin XVe siècle)13 [DiS, argent: 32a; DMF, argent].

19En poursuivant notre panoramique des pièces de vêtement du haut vers le bas, nous rencontrons la haire (‘chemise de crin ou de poil de chèvre portée à même la peau par esprit de mortification’), qui traduit une fois de plus le contraste entre ce qui est caché et l’apparence: «Pour ce dit on moult de legier En ung proverbe en reprouver: Qui n’a couraige de bien faire Il ne doit ja vestir la haire» (Liber Fortunae, éd. Grigsby J.L., 1967, Berkeley / Los Angeles, University of California Press: 83, vv. 800-803; 1346); les vers qui suivent glosent on ne peut plus clairement: «Nulz hons ne doit faire semblant De bien faire s’i n’a tallent Du faire du tout de bon cueur Sans monstrer Faulx Semblent defeur» (vv. 804-807) [DMF, haire].

  • 14   Voir Has, C113. C’est ce sens (‘le plus intime des sous-vêtements’) qui permet de comprendre le ‘ (...)

20Une image analogue oppose la chemise (‘vêtement d’homme et de femme, porté directement sur la peau’) aux vêtements extérieurs pour exprimer la proximité d’une personne ou d’un objet14:

  • «Mais on dist un parler en commune raison C’on veste ains sa chemise c’on ne fait pelison» (Romans de Bauduin de Sebourc, éd. Bocca L.N., 1841, Valenciennes, Henry, II: 37, vv. 1270-1271; 1360-1370) [DiS, chemise: 157b].
  • «Mais ma chemise m’est plus prez certainement Que ma cote ne fait» (Cuvelier, Chronique de Bertrand Du Guesclin, éd. Charrière E., 1839, Paris, Didot, II: 135, vv. 17227-17228; 1380-1387) [DiS, chemise: 157a].
  • «[Envie:] “Quel prouffit fait au prince bruit loingtain Et renommee en divers lieux aquise? Vault il point mieulx avoir ung los prouchain Entre voisins qui congnoissent la guise? Plus pres met on de son corps la chemise Que la robe qui n’a point tel doulceur”» (Le Lyon coronné, éd. Urwin K., 1958, Genève / Paris, Droz / Minard: 47, vv. 65-70; 1467) [DiS, chemise: 157a].

21En tant que ‘partie du vêtement qui couvre le bras’, la manche devient le signe d’une proportion, pour inviter à la modération et à la prudence: «Il faut faire la manche selon le bras» (Michel Menot, Sermons choisis, éd. Nève J., 1924, Paris, Champion: 78) [DiS, manche: 520b], tout comme «selon la gembe, la chausse» (Arnoul Greban, Mystère de la Passion, éd. Jodogne O., 1965, Bruxelles, Académie royale de Belgique, I: 307, v. 22928; ca 1450) [Has, J3; DiS, jambe: 446c; DMF, jambe].

22On ne sera pas étonné du caractère parfois trivial des proverbes centrés sur le lemme braies (‘caleçon collant, court ou long, porté par les hommes’); l’allusion peut être sexuelle: «Du voult barbu en verité Moult est plaisant l’esperité, C’est signe d’homme vertueus, Debonnaire et non point crueus. Car à la chaume du menton L’essay des braïes congnoist on Pour faire plaisir à sa mie, Et par lequel[,] n’en doubtez mie, Sauvée est l’espece divine Par nature qui si encline» (Jean Lefèvre, La Vieille ou les dernieres amours d’Ovide, éd. Cocheris H., 1861, Paris, Aubry: 16; ante 1376) [DiS, chaume: 150b; DMF, chaume]; ou scatologique: «Petite merde conchiee [‘souille’] grans braies» (Mor, n. 1620 et var.; XIVe siècle). Un autre dicton n’est pas sans rappeler le peu d’habitude à porter ces vêtements de dessous: «Qui braies n’a amors [amordre = ‘s’habituer à’] en son lit les oublie» (Mor, n. 1865; XVe siècle. Cf. Morawski 1924: 511).

  • 15   Legris, n. 6; Langlois signale aussi le proverbe correspondant latin: «Si brevis est caliga, sit (...)

23Le conseil à s’adapter à la réalité des choses peut être formulé par le rapport entre la chausse (‘vêtement collant couvrant la jambe et le pied, éventuellement depuis la ceinture, pour homme et pour femme’) et les lanieres (bandes servant de jarretières), la longueur des deux étant inversement proportionnelle: «Courte cauche longue laniere» (Miélot, Proverbes, éd. cit., n. 58)15. Des variantes peuvent porter sur l’ordre des adjectifs: «A longue cauche corte laniere» (Mor, n. 67; XIVe siècle); ou sur le deuxième substantif: «Se mon pourpoint ne fust sy court, Mes chausses s’en portassent mieulx, Mais c’est l’usance de la court Et aussy de moult d’aultres lieux. Il me couvendra, se m’ist Dieux, Serchier affin que je m’attache, Tant que je treuve pour le mieulx A courte chausse longue attache» (Proverbes en rimes (B), éd. cit.: 220, vv. 697-704) [Has, C106].

  • 16   Si M. Gilles Roques voit dans le dicton l’évocation d’un mari soumis, obligé de se coiffer des ch (...)

24Deux expressions centrées sur les chausses posent problème. La première, «Il ne fait mie quanqu’il veult qui fait des chausses sa femme chapperon», n’est attestée que dans un recueil (Legris, n. 341; cf. Mor, n. 899 et var.; XVe siècle), ce qui nous prive du contexte qui en éclaircirait le sens16. La deuxième résiste pour l’instant à toute interprétation; elle se lit dans la version en prose de Guillaume de Palerne: «Impossible est de racompter tout ce que lors elle peut dire l’une à l’autre [deux jeunes filles] faisans leurs complainctes, car l’on dit parlant du secret des dames Ce sont avant piedz de chausses a femmes» (éd. Paris, s.d. [1527-1530/32], f. d2v; ce commentaire du narrateur manque dans la source en vers: cf. éd. Micha A., 1990, Genève, Droz, 1990: 79-80, vv. 1388-1396).

3. Quelques accessoires, pour terminer

  • 17   La locution faire / tailler d’autrui cuir large courroie / ceinture (‘dépenser sans scrupules l’a (...)

25Quelques accessoires sont aussi à l’origine d’une expression gnomique. Il en va ainsi de la courroie, sujet d’une expression bien connue, où les verbes varient: «et sy l’a on aussi par nature plus chiere [la chose que on acquiert a plus grant peine] que celle que on acquiert legierement, par don d’autry ou par autre maniere; et pour ce dit le proverbe commun que on fait voulentiers d’autry cuir large corroye» (Evrart de Conty, Le Livre des eschez amoureux moralisés, éd. cit.: 478); «[Guerre] Veult bruit acquerre et amasser sa proie: De cuir d’autrui taille on large coroie» (Molinet, Le temple de Mars: Faictz et Dictz, éd. cit., 1936, I: 65-76, 70, vv. 135-136; après septembre 1475)17; «Plusieurs gens sont larges et frans Et a despendre fort pretendent Robes, joyeaulx, escus et francs, Mais que du leur rien ne despendent. A estre liberal contendent, Affin que leur largesse on voye, Mais quant les plus grans dons s’estendent, C’est d’aultruy cuir large corroye» (Proverbes en rimes (B), éd. cit.: 212, vv. 25-32. Cf. aussi Legris, n. 165, et Miélot, Proverbes, éd. cit., n. 439).

26En tant que ‘ceinture à laquelle est fixée la bourse’, la courroie peut en venir à désigner, par métonymie, la bourse elle-même: «Sage est qui tel tresor fait [de se procurer des amis fidèles], Qu’on dit: mieulz vault amis en voie Que ne font deniers en courroie» (Guillaume de Machaut, Le livre du Voir dit, éd. Imbs P., 1999, Paris, Livre de Poche: 480, vv. 5355-5357; 1364); ou, dans la complainte d’un prisonnier: «Si vueil prendre le dit du sage Qui dist: mieulx vault amy en voye Que ne fait denier en courroye. Car mes parens sont endormis Ausquelz esperance j’avoye, Et pour ce bien avoir vouldroye Moins de parens et plus d’amys» (Jean Régnier, Les Fortunes et adversitez, éd. Droz E., 1923, Paris, Champion: 138-139, vv. 3921-3927; 1432-ca 1465) [DMF courroie et ami].

27Le rapport entre amitié et argent est néanmoins controversé. Si, dans les dictons que l’on vient de voir, c’est incontestablement la première qui prévaut, le scepticisme domine dans d’autres, à tel point que seule la bourse, à savoir l’argent qu’elle contient, s’avère utile contre les adversités: «On parle de trouver secours Vers les parens ou bons amis, Mais je les ay trouvé sy cours Que l’ung a l’aultre m’a remis. D’aulcuns m’ont bien souvent promis De me faire une grant rescoursse, Mais ce sont simples compromis: Je ne treuve amy que ma boursse» (Proverbes en rimes, éd. Frank G. et Miner D., 1937, Baltimore, J. Hopkins: 47, vv. 297-304, et 88, note; 1485-1490) [Has, B156]; ou: «De vous, lieutenans de grans barres Et messeigneurs les allouez (‘procureurs’), Je me taictz, car vos faictz sont garres (‘bigarrés’) Des ce qu’aucun vous a louez Par grans dons; mais tres mal ouez Les povres, qui n’ont d’argent source. Il n’est plus d’amys qu’en la bourse» (Jean Meschinot, Lunettes des princes, éd. Martineau-Genieys C., 1972, Droz, Genève: 63, vv. 1027-1033; 1461-1465) [DiS, ami: 20c; DMF, ami].

28Le rapport entre la bourse et ce qu’elle contient est on ne peut plus strict, que ce soit pour inviter à se contenter de peu: «Cil qui petitement pratique, Soit en marchandise ou mestier, Ne puet gaignier a sa pratique Sy a coup qu’il feroit mestier; Mais se tantost n’est grant rentier, Il est bien simple s’il s’en coursse, Car s’il scet tenir son sentier, Le petit gaing emplit la boursse» (Proverbes en rimes, éd. cit.: 40, vv. 73-80) [DMF, bourse]; ou pour rappeler que c’est la réalisation d’une affaire qui compte, et non pas les promesses: «Offre ne vault rien qui a bourse ne vient» (Mor, n. 1429; XVe siècle).

29Quoi qu’il en soit, Molinet, se sentant injustement privé d’une partie de ses gages, n’hésite pas à déclarer: «[ung molinet] est quassé, desbrisiet, desbauchiet Et trebuchiet en dure oppression, […] il a pour pension Grand passion et doeul en lieu de joye: De bourse wide il n’est coeur qui s’esjoye» (Gaiges retrenchies: Faictz et dictz, éd. cit., 1937, II: 768, vv. 9-10 et 14-16; 1467-1506) [Has, B157; DiS, bourse: 103a].

  • 18   L’équivalence est confirmée par ce huitain: «Qui vouldra prendre ung chat sauvage, Face qu’il ait (...)

30Moufle et mitaine peuvent désigner en moyen français un même type de gant, et – métaphoriquement – la protection nécessaire pour affronter des situations périlleuses. Dans une parodie des procès et de la pratique judiciaire de l’époque, deux femmes, la Simple et la Rusée, se disputent un jeune homme; c’est Maistre Simon, avocat de la première, qui plaide ainsi: «L’aller entretenir tousjours, Tous les ans le jour des estraines, Luy donner coletz de velours, Saintures, chapperons de migraynes [étoffe de luxe, rouge ou écarlate], Chausses et soulliers a poulaines (De prendre telz chatz sans mitaines, Vous sçavés que c’est ung abuz)» (Guillaume Coquillart, Le ploidoyé de Coquillart d’entre la Simple et la Rusée: Œuvres, éd. Freeman M.J., 1975, Genève, Droz: 14-15, vv. 163-169; 1478-1480)18.

31Et pour conclure, le soulier, qui rentre dans le moule bien connu «a tel… tel…»: «et [l’homme] fortrait a sa femme ce qui deust estre sien et ce qu’il li doit de droit et le depart en autre lieu ou prejudice de sa compaigne, froissant le veu qu’il a promis a Dieu, et la femme aussy refait a son mari autel, dont il est dit, ‘A telle gaine tel coutel’ ou ‘A telle fourme tel sanler’» (Philippe de Mézières, Livre de la Vertu du sacrement de mariage, éd. Williamson J.B., 1993, Washington, Catholic University of America Press: 252; 1384-1389. Mor, n. 159; Legris, n. 70) [DiS, forme: 370c; DMF, forme]; mais aussi dans un proverbe dénonçant l’adulation: «“Grant mercis, dit Valentin qui a terre se getta pour baiser les piéz de l’admiral en signe de humilité et obeïssance. Mais on dit en commun proverbe que on deschausse souvent le soulier dont on vouldroit avoir coupé le pié”» (Valentin et Orson, éd. Schwam-Baird S., 2011, Tempe, ACMRS: 78; 1489. Cf. Ferrari 2007: 243) [Has, P160].

 

32Le Moyen Âge nous est étranger sur plusieurs plans: autant dans le domaine vestimentaire, où l’identité de certains lemmes n’est pas sans cacher des différences profondes entre la mode d’aujourd’hui et celle des siècles révolus, que pour ce type particulier d’expression qu’est le proverbe, formule figée par définition, mais qui admet en ancien et en moyen français une variance étonnante à nos yeux. Notre promenade – trop limitée, certainement – nous aura au moins permis de mettre en relief cette distance impossible à combler et de mesurer une fois de plus nos propres limites… en espérant néanmoins avoir procuré quelque plaisir à la dédicataire de ces pages.

Bibliographie

Dictionnaires et répertoires

DiS: Di Stefano G., 1991, Dictionnaire des locutions en moyen français, Montréal, Ceres.

DMF: Dictionnaire du moyen français, 2012, en ligne: http://www.atilf.fr/dmf.

Has: Hassell J.W. Jr., 1982, Middle French Proverbs, Sentences, and Proverbial Phrases, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies.

Mor: Morawski J., 1925, Proverbes français antérieurs au XVe siècle, Paris, Champion.

Bibliographie secondaire

Colombo Timelli M., 2007, Les «Proverbes en français» de Jean Miélot (1456). Introduction et édition, «Romania» 125: 370-399.

Enlart C., 1916, Manuel d’archéologie française depuis les temps mérovingiens jusqu’à la Renaissance, t. 3, Le costume, Paris, Picard.

Ferrari B., 2007, Expressions figurées dans le roman de ‘Valentin et Orson’, «Le Moyen français» 60-61: 233-246.

Morawski J., 1924, Locutions et proverbes obscurs, «Romania» 50: 499-514.

Oudin F., 2013, L’habit fait-il le moine? Quelques réflexions autour des proverbes vestimentaires du Moyen Âge, «Questes» 25: 1-21.

Notes

1   Le nombre de signes préconisé a imposé une sélection draconienne dans le corpus: nous offrirons donc dans ces pages un échantillon du patrimoine parémiologique en moyen français et de l’emploi qu’ont pu en faire les poètes et prosateurs du XIVe et surtout du XVe siècle; toujours pour des raisons d’économie, nous nous bornerons à fournir un nombre très limité de citations. Le tri a été opéré sur la base des dictionnaires et répertoires suivants (pour les sigles, on se rapportera à la bibliographie en annexe): Mor, Has, DiS, DMF.

2   Nous touchons là à un des aspects saillants du moyen français, à savoir la non-pertinence de la notion de ‘figement’, les proverbes eux-mêmes admettant une variance que le français moderne ne saurait accepter.

3   C. Enlart cite à ce propos l’accusation portée par Georges Chastelain aux excès d’élégance d’Agnès Sorel: «Portoit queues un tiers plus longues qu’oncques princesse de ce royaume…» (Enlart 1916: 110). 

4   Le proverbe est attesté dans le recueil d’Estienne Legris, transmis par un manuscrit unique du XVe siècle et édité par Langlois 1899, n. 348 (dorénavant: Legris).

5   Je rectifie ici l’interprétation que j’avais proposée dans mon édition des Proverbes de Jean Miélot (Colombo 2007: 370-399, n. 181).

6   Proverbe repris par Miélot dans ses Proverbes, 2007, n. 174.

7   Un changement de rythme – de l’octosyllabe au décasyllabe – requiert d’autres aménagements: «Celui qui veult avoir des benefices Et n’a amis ne personnes propices Qui(lz) lui veullent aidier devers le pappe, Souvent advient qu’il fait sy bien son fet, Qu’il est du tout ly et les siens reffet. Tousjours vient il lainne de quoy on drappe» (Georges Chastelain, Les Coquards, éd. Piaget A., 1921, Les Princes de Georges Chastelain, «Romania», 47: 161-206, 184, vv. 127-132).

8   L’emploi dans un poème en octosyllabes impose une adaptation formelle au premier vers, que ce soit l’insertion de l’article: «Et estre voudroye amoureux D’une leale pastourelle, Si seroye trop plus heureux Que dames n’en tour n’en tourelle. Aussy bien sont les amourettes Doulces, leales, avenans, Soubx bureaux comme soubx brunettes, Voire, et plus longement tenans» (Martin Le Franc, Champion des dames, éd. Deschaux R., 1999, Paris, Champion, III: 93, vv. 13197-13204; 1440-1442); ou l’ajout d’une syllabe à l’adverbe initial: «Ainsiques bien sont amourettes Dessous buriaus com sous brunettes» (Avionnet XIX: Pauphilet A., 1941, Jeux et sapience du moyen âge, Paris, Gallimard: 588; milieu du XIVe siècle. Le proverbe est aussi enregistré dans Legris, n. 84).

9   Est-il nécessaire de rappeler qu’en moyen français robe s’applique à l’ensemble des habits?

10   Proverbe sur lequel repose sans doute l’assertion ironique de François Villon: «Je congnois a la robe l’homme» (Ballade des menus propos: Le Lais Villon et les poèmes variés, éd. Rychner J. et Henry A., 1974, Genève, Droz: 54, v. 2; ca 1456-1457) [DMF, robe].

11   L’éditeur a glosé manteau de sac par «manteau improvisé», p. 162; le DMF, manteau, explique que le sac est ‘un type de manteau qui a la forme d’un sac, sans autre ouverture que celle qui permet de le passer par la tête’, et ajoute, à propos du proverbe: «il s’agit peut-être ici d’un sac qui tient lieu de manteau». Il me semble plus simple d’interpréter sac par ‘étoffe grossière’ [DMF, sac].

12   Ce que confirment ces vers d’André de La Vigne: «[Berith, à savoir un diable:] Et je m’en voys, par maniere d’esbas, Les cardinaulx, l’empereur et le pape Aussi aguillonner, aussi leurs vielz cabas [= prostituées] Qui revestues sont de leur rouge chappe» (Mystère de saint Martin, éd. Duplat A., 1979, Genève, Droz: 225, vv. 2283-2286; 1496).

13   Les Proverbes en rimes (B) confirment cette correspondance: «C’est ung plaisant metal qu’argent: Plusieurs en sont fort desireux. De sa nature il est sy gent Qu’il fait tout cuer d’homme joyeux. Par argent on est amoureux, En donnant dons riches et beaulx; Sans argent on est douloureux: Qui a argent, il a chappeaux» (éd. cit.: 213, vv. 81-88; ca 1500) [Has, A180].

14   Voir Has, C113. C’est ce sens (‘le plus intime des sous-vêtements’) qui permet de comprendre le ‘proverbe’ sans doute créé par François Villon: «Tant despend on qu’on n’a chemise» (Ballade des proverbes: Le Lais Villon et les poèmes variés, éd. cit.; 53, v. 26; 1456-1457).

15   Legris, n. 6; Langlois signale aussi le proverbe correspondant latin: «Si brevis est caliga, sit tibi longa liga» (éd. cit., p. 573).

16   Si M. Gilles Roques voit dans le dicton l’évocation d’un mari soumis, obligé de se coiffer des chausses de sa femme, Mme Elisabeth Schulze Busacker pense plutôt à une image de pauvreté familiale. Que tous les deux trouvent ici l’expression de mes remerciements pour leurs suggestions.

17   La locution faire / tailler d’autrui cuir large courroie / ceinture (‘dépenser sans scrupules l’argent d’autrui’) est tout aussi fréquente: Has, C356; DiS, cuir: 220c-221a; DMF, ceinture, courroie, cuir.

18   L’équivalence est confirmée par ce huitain: «Qui vouldra prendre ung chat sauvage, Face qu’il ait bonnes mitaines! Il est pire q’ung loup, ravage, Qu’attachier fault a grosses chaines. Il a les griffes sy soudaines Et est sy hideux quant il souffle C’on voit bien, pour raisons certaines, C’on ne prent pas tel chat sans mouffle» (Proverbes en rimes, éd. cit.: 77, vv. 1273-1280).

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search