Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

Les extravagances de la mode au temps des derniers valois

Nerina Clerici Balmas

Texte intégral

  • 1   Cf. Boucher (1986: 72).

1Catherine de Médicis n’était pas belle, surtout si on la comparait à sa puissante rivale dans le cœur d’Henri II, Diane de Poitiers. Les chroniques de l’époque nous la décrivent avec une peau jaunâtre, une taille plutôt trapue et robuste, un visage sans éclat sur lequel se détachaient deux yeux porcins et pénétrants, mais… elle avait de belles jambes, et en femme intelligente et avisée qu’elle était, elle n’hésita pas à s’en servir en introduisant la mode de monter à cheval sans cacher ses caleçons de velours rouge qui firent le scandale des prédicateurs de la Cour, mais qui furent bientôt imités par les belles dames de son entourage1. C’est seulement une des nombreuses trouvailles par lesquelles s’exprimaient le goût et la recherche de la nouveauté qui caractérisent cette époque. Abel Lefranc, qui en a longuement étudié la vie, les coutumes et les usages, nous a laissé un tableau saisissant du temps de la Renaissance, un tableau qui montre dans la Cour des Valois le noyau central de toute nouveauté, mais où le goût de l’excentricité et de l’exagération se répand du roi à la noblesse, et ensuite à la haute bourgeoisie et à la classe moyenne. Et naturellement du centre à la périphérie, de Paris aux villes de province. Il cite par exemple les archives communales d’Amiens, d’où il ressort que les bourgeois de la ville ne la cédaient en rien, quant à la richesse de leur habillement, aux grands seigneurs: ils portaient «mules de velours de couleur et de cramoisi enrichies de cantilles [broderies] d’or et d’argent, et ne s’est vu onques, depuis que le monde est monde, un tel débordement» (Lefranc 1938: 139).

2Il suffit de feuilleter les pages des mémorialistes du temps pour trouver une foule d’anecdotes sur les exagérations de la mode, sur cette soif inextinguible pour la richesse des vêtements et en général pour le faste, pour la grandeur et l’éclat de la dépense. Les Vies de Brantôme en sont une des principales sources, Brantôme qui est, selon la définition de Maurice Rat, «le témoin de cette Cour des Valois à la fois ardente et frivole, brutale et raffinée, fanatique et légère, voluptueuse, magnifique, cruelle» (Brantôme 1947: X). Cette définition, à notre avis, pourrait convenir parfaitement à toute l’époque de la Renaissance en France, un siècle plein de contrastes qui vit, à côté du rêve de la conquête des guerres d’Italie, l’humiliation de la captivité de François Ier et de la paix des Dames, la rivalité angoissante avec la puissance espagnole et la tragédie sans fin des guerres de religion, avec le massacre de la nuit de la Saint-Barthélemy au beau milieu du mariage entre Henri de Navarre et la sœur du roi de France. Brantôme décrit, avec une plume à la fois amusée et sans illusions, les événements saillants d’une société où le luxe le plus effréné se mêle à un constant besoin d’argent. Il est plein d’admiration pour le costume de César Borgia lorsque celui-ci se rendit en France pour épouser Charlotte d’Albret, fille d’Alain d’Albret, roi de Navarre. Voici son entrée à la Cour de Chinon, où se trouvait Louis XII, le 28 octobre 1499:

il était monté sur un grand et gros coursier, harnaisché fort richement, avecqu’une robbe de satin rouge et drap d’or my party (je ne puis pas bien comprendre, quant à moy, ceste façon d’estoffe), et brodée de force riches pierreries et grosses perles. A son bonnet estoient, à double rang, cinq ou six rubis, gros comme une grosse feve, qui monstroient une grande lueur. Sur le rebras [retroussis] de sa barrette avoit aussi grande quantité de pierreries, jusques à ses bottes, qui estoient toutes lardées d’un cordon d’or et bordé de perles,
Et un collier, pour en dire le cas,
Qui valait bien trente mille ducats.
(Brantôme 1888a: t.II, 217)

3L’impératif auquel on ne peut se soustraire est qu’il faut éblouir son entourage, mieux, qu’il faut l’étonner par son élégance, par la richesse de son vêtement et des accessoires que l’on porte, tant pis si pour les acheter souvent on s’endette jusqu’à se ruiner. Jacqueline Boucher rapporte, à titre d’exemple, le cas de David de Beaumont qui, pourvu par son père d’un trousseau modeste où dominaient le gris et le noir, pour aller à la Cour, se sentit vite tellement ridicule dans cet accoutrement qu’il se crut obligé d’acheter «du velours, satin, damas et taffetas de couleur rouge et des garnitures dorées ou vertes» (Boucher 1986: 73) pour se faire confectionner des habits à la mode. Tout cela lui causa des dettes si graves que son père, l’austère baron des Adrets, dut intervenir et les payer, bien que furieux pour la légèreté de son fils, pour éviter la faillite de la famille entière (Ibidem).

4Ce goût pour le luxe exagéré est l’héritage du siècle précédent: déjà sous Louis XI les Chroniques de Monstrelet décrivent une société où «portaient tous des chaisnes d’or moult somptueuses, chevalier [sic] et escuyers; les varlets mesmes pourpoint de soye et de veloux» (Aragon 1921: 58); mais avec François Ier cette tendance prend un essor incomparable. La description de la célèbre entrevue du Camp du Drap d’or entre François Ier et le roi d’Angleterre nous en donne un exemple:

Le roy estoit monté sur un beau coursier et estoit vestu d’une saye de drap d’or frisé ayant une manteline de drap d’or battu fort enrichie de pierreries. La pièce de devant et ses manches bien garnies de fines pierreries, comme gros diamants, rubis, esmeraudes, grosses perles à forme et façon de houppes, et pareillement sa barette et bonnet de velours et garnis de plumes et pierreries, tant que tout en reluisait. (Audin 1856: 233, cité par Aragon 1921: 61)

5Selon l’avis de Paul Lacroix, c’est en effet au seizième siècle que se vérifie une séparation définitive entre le costume ancien et le costume nouveau, et c’est pendant ce siècle que nos modes actuelles ont pris naissance avec la création d’un type de vêtement encore durable au XIXe siècle: «Sous les derniers Valois le costume des hommes est court, fermé: justaucorps pointu, entouré de petites basques, toque de velours avec aigrette, barbe en pointe, perle pendante à l’oreille gauche, petit manteau ou mantelet ne descendant qu’à la ceinture. L’usage des gants de peau devient alors universel» (1871: 594). Quant au vêtement féminin, la mode veut une robe très serrée à la ceinture, dont le corsage était toujours allongé et pointu par devant, et la jupe, toujours longue jusqu’à terre sans laisser apercevoir le bout du pied, était ouverte sur le devant en triangle à partir de la taille. Les bourgeoises imitent les dames nobles, mais leur robe n’est pas ouverte sur le devant. La nouveauté éclatante dans la parure féminine est la fraise, une sorte de collerette composée de volants de mousseline godronnés (plissés en cigarette), qui entoure le cou, maintenue par des fils de laiton et qui s’agrandit jusqu’à prendre la forme d’un éventail plus ou moins ouvert derrière la nuque. Autre innovation que les femmes porteront jusqu’au XIXe siècle est le vertugadin (corruption de ‘vertu-gardien’): une structure en bois ou en fil de fer que l’on posait sous la jupe pour la faire bouffer. Paul Lacroix définit les vertugadins «monstrueux appareils de baleines et d’acier rembourrés qui devaient plus tard devenir les ridicules ‘paniers’» (Ibidem). La France entière regarde aux vêtements des nobles dames qui fréquentent la Cour comme à un modèle sur lequel construire son propre habillement. Anne de Vivonne, mère de Brantôme, est décrite dans les Vies le jour de son mariage dans toute la splendeur de sa toilette:

Elle fut superbement habillée pour ses noces, car la reine Anne, qui estoit sa marraine, et qui aymoit singulièrement M. le seneschal, veoire d’amour, luy legua par testament deux robbes de drap d’or, deux de toile d’argent et deux de damas rayés d’or et d’argent, ainsy que ceste façon en couroit pour lors. Elle luy ordonna aussy deux paires de brodures, belles et riches. (Brantôme 1888b: 23-25)

6Mais l’étoile qui brille avec le plus d’éclat à la Cour de France, celle sur laquelle les mémorialistes du temps ont les yeux pointés pour cueillir tout petit détail de sa parure, de sa coiffure, de son habillement et de son maintien, est Marguerite de Valois, la fille d’Henri II et de Catherine de Médicis. La voici, «le jour que la reine mère fit un festin aux Tuileries» pour honorer les ambassadeurs Polonais: «vêtue d’une robe de velours incarnadin d’Espagne, fort chargée en clinquant, et d’un bonnet de velours dressé de pierres et de pierrerie» (Brantôme 1947: VII). Lors d’une autre réception, elle a «une robe de drap d’or frisé, le plus beau et le plus riche qui fut jamais vu en France» (Brantôme 1888a: t. 10, 201). Quant à sa coiffure, elle est ornée de pierreries (Ibidem), et toute la Cour tombe en admiration devant la mode qu’elle a introduite de porter des cheveux frisés sur les tempes, entrelacés de rubans, avec un extrême raffinement (t. 11, 293).

  • 2   Cf. Lacroix (1871: 592).

7La coiffure avait en effet une place de choix dans l’habillement tant masculin que féminin, et là encore se manifestait une singulière recherche de raffinement dans les étoffes et les ornements. Les hommes portaient une toque très souvent fournie d’une aigrette, qui se portait d’un côté ou de l’autre de la tête; les femmes avaient les cheveux relevés en rouleaux, ornés de pierres précieuses, surmontés d’un petit toquet coquettement posé soit de côté, soit sur le haut de la tête, et orné de chaînes d’or, de pierreries et d’aigrettes2. Mais, au temps de François Ier, les dames élégantes, surtout en province, ne dédaignaient pas une coiffure héritée du siècle précédent. Les vitraux de l’église Saint-Ouen à Rouen ont conservé le portrait d’une riche bourgeoise normande dont la tête est surmontée par une énorme structure, une sorte de tour trapézoïdale dont la hauteur surpasse celle du visage entier de la dame (591). Il paraît que ces accoutrements absurdes avaient obligé les constructeurs de l’époque à abattre quelquefois les linteaux des portes pour permettre le passage du gentil sexe. Autre trouvaille extravagante, qui eut un succès immédiat chez les élégants du moment: les poulaines, un type de chaussures avec une pointe à boucle sur le devant, une sorte d’appendice qui arrivait à mesurer autant que la longueur du pied et qui était enjolivée de la manière la plus bizarre (578). On se demande comment ces gens ainsi affublés pouvaient marcher sans encourir le risque de s’entraver à tout moment dans leurs propres jambes. Mais c’est une réflexion qui pourrait aller de pair avec la question que nos contemporains se posent sur la possibilité qu’une femme de nos jours a de marcher avec des talons de 15 cm sans se fracturer une cheville.

  • 3   Cf. Boucher (1986: 73).

8Les bizarreries de la mode affectent aussi le costume masculin. Sous Henri II, les hommes portent des hauts-de-chausse rembourrés de crin ou de coton, en satin, le plus souvent de couleur blanche, mais ensuite aussi de toutes les couleurs: l’inventaire après décès (1584) du marquis de Coatmeur, gentilhomme de la Chambre, énumère des chausses de satin jaune, vert, noir, incarnat, de velours à fond de satin figuré, à côté d’un manteau de satin pêche avec dentelle d’argent, et des manteaux noirs en serge de Florence (qui était la plus réputée)3. Au fur et à mesure que le siècle avance, les chausses deviennent plus bouffantes, toujours plus rembourrées, jusqu’à frôler le ridicule, au point qu’un édit royal en 1560 défend «aux bourgeois aux cuisses maigres et aux mollets de coq de faire la belle jambe en se bourrant les chausses avec du coton ou autres manières de remplissage» (Lefranc 1938: 139).

  • 4   Jacques d’Albon, marquis de Fronsac, très apprécié par Henri II pour sa bravoure, fut nommé par l (...)
  • 5   François Goufier de Bonnivet, colonel général de l’infanterie française au Piémont, mort en décem (...)
  • 6   Brantôme dit encore de lui: «il estoit très beau; de sorte que, quand on parloit de luy, on disoi (...)

9La tentation du luxe prend des proportions de plus en plus importantes dans toutes les classes sociales; elle n’épargne même pas les hauts dignitaires de l’armée, à commencer par le maréchal de Saint-André4, dont Brantôme raconte dans ses chroniques qu’il possédait des maisons parmi les plus belles et plaisantes de France, avec des tapisseries et des meubles hors prix. «Il avoit aussy deux tapis velus tout d’or, persians, qui estoient hors de prix. Bref, qui voyoit de ce temps-là Vallery [une des résidences du maréchal] meublé, n’en pouvoit assez estimer ny en priser les richesses» (Brantôme 1888c: 38). Cette ambition maniaque pour le luxe s’étend des grands capitaines aux classes inférieures, surtout en ce qui concerne les armes et les uniformes que l’on exhibait dans les ‘montres’ (défilés de parades): les soldats du colonel Bonnivet5, dit Brantôme, «quant à leurs armes, elles estoient la pluspart dorées et gravées: pour les accoustremens, ce n’estoit que tout soye, d’ordinaire» (Brantôme 1888a: t. 7, 258)6. Et un peu plus loin: «On vit au capitaine La Chasse, gentilhomme provençal, cinquante soldatz, qui tous avoient le bonnet rouge ou de vellours, ferré d’or [avec un galon d’or], avec la chaisne au col faisant deux tours» (t. 7, 259). Toujours, dans les Vies des couronnels françois, Brantôme fait mention d’un caporal Alebret qui «comparut le matin à la messe habillé tout de satin verd, et ses bandes de chausses toutes rattachées de doubles ducats d’angelotz et nobles, jusques à ses souliers» (Ibidem).

10Cette exhibition de luxe de parade à une époque où souvent les soldats ne voyaient pas de paie pendant des mois, ou bien devaient s’arranger à trouver leurs moyens de subsistance en pillant les campagnes et les villes qu’ils traversaient, ne manque pas d’être signalée avec un certain étonnement par quelques chroniqueurs du temps. En 1577, l’ambassadeur vénitien Gerolamo Lippomano, qui se trouvait à Paris pour une mission diplomatique, se montre très frappé du faste et des dépenses de la société parisienne. Il note qu’«un homme de la cour n’est pas estimé riche s’il n’a pas vingt-cinq à trente habillements de différentes façons, et il doit en changer tous les jours» (Baudrillart 1878: 437-438).

  • 7   Cf. Lefranc (1938: 140).
  • 8   Giovanni Sulpizio, né à Veroli dans la deuxième moitié du XVe siècle, fut l’éditeur des œuvres de (...)

11Et c’est pourtant à Venise, la patrie de Lippomano, qu’est créé, au début du siècle, un accessoire de toilette réputé du plus haut raffinement, le mouchoir de poche. De la ville lagunaire, l’usage du mouchoir se répand lentement en France, introduit probablement sur suggestion de Catherine de Médicis, mais la plupart des gens continuent à se moucher avec les doigts7. Parmi les gens de lettres, il paraît qu’Erasme était favorable à l’usage du mouchoir pour des raisons hygiéniques (Lefranc 1938: 140), et un philologue et grammairien italien, Giovanni Sulpizio, dans son ouvrage sur Les bonnes mœurs et bonnes contenances que doit garder un jeune homme, tant à la table qu’ailleurs, recommande à ce propos de ne pas se moucher le nez avec la main droite (Ibidem)8.

12Un autre accessoire de toilette dont l’usage se répand curieusement chez les hommes, c’est l’éventail, surtout à l’époque de la régence de Catherine de Médicis et sous le règne d’Henri III, avec les gants parfumés de musc et d’ambre, dont l’historien Henri Baudrillart parle comme d’une dégradation du luxe qui continue et exagère l’héritage d’une tendance qui s’était déjà manifestée au siècle précédent (Baudrillart 1878: 452). Quant aux éventails, voici ce qu’écrit le pamphlétaire Arthur Thomas sans L’Ile des Hermaphrodites: «Je vis qu’on lui mettait à la main droite un instrument qui s’étendait et se repliait en y donnant seulement un coup de doigt, que nous appelons un éventail. Il était d’un vélin aussi délicatement découpé qu’il était possible, avec la dentelle à l’entour de pareille étoffe» (Aragon 1921: 68).

13Cette tendance à l’exagération efféminée se manifeste évidemment en premier lieu à la Cour. Brantôme note avec une ironie amusée l’habillement curieux de Jacques de Savoie, duc de Nemours, qui s’était présenté pendant un tournoi comique organisé par François II à Amboise (1560) masqué en femme bourgeoise de la ville (Brantôme 1888a: t. 5, 72). Mais le bon peuple de Paris ne tarde pas à suivre l’exemple, et la plume corrosive de Pierre de L’Estoile enregistre dans son Journal d’un bourgeois de Paris en 1576 cette Epigramme d’un jeune homme fardé à Saint-Eustache:

Ce jour (30 juillet) courait à Paris un épigramme fait sur un jeune homme fardé qui avait été marié à Saint-Eustache le mardi de devant 24e de ce mois avec une belle fille, par le vicaire de ladite église, qui rencontra gaillardement sur leurs fards et passefillons. Il est tel:
Peu de jours a, qu’en cette ville,
Un jeune mignon, bien peigné,
Bien fardé et bien godronné,
Epousait une jeune fille.
Le vicaire, homme fort gaillard,
Leur dit: vous avez tant de fard,
Vous avez tant de passefillons,
Les cheveux si crêpus et blonds
Que je ne sais pas d’entre vous
Laquelle est l’épouse ou l’époux.
(L’Estoile 1996: 76-77)

14Effectivement, c’est avec Henri III que le jeu subtil de mêler l’aspect des deux sexes devient de plus en plus accentué, jusqu’à arriver à une sorte d’obsession. Comme toujours, c’est le roi qui met à la mode les parures les plus efféminées; il paraît souvent aux fêtes somptueuses organisées à la Cour avec un pourpoint très échancré, qui montre «des dentelles de point coupé» importées de Venise, la poitrine ornée de colliers de perles en sautoir, des boucles aux oreilles et, dernière trouvaille qui suscite l’émerveillement admiré de toute l’assistance, un bilboquet à la main, dont il s’amuse à jouer avec nonchalance. Pierre de L’Estoile ne manque pas de noter dans son Journal cet Accoustrement du Roi efféminé:

Cependant le roi faisait tournois, joutes et ballets et force mascarades où il se trouvait ordinairement habillé en femme, ouvrait son pourpoint et découvrait sa gorge, y portant un collier de perles et trois collets de toile, deux à fraise et un renversé, ainsi que lors portaient les dames de la Cour. (89)

15L’exemple du roi est évidemment suivi par les courtisans, en premiers lieu par ses favoris, les beaux mignons dont Pierre de L’Estoile nous offre un portrait sans pitié:

Ces beaux mignons portaient leurs cheveux longuets, frisés et refrisés par artifice, remontant par-dessus leurs petits bonnets de velours, comme font les putains du bordeau, et leurs fraises de chemises de toile d’atour empesées et longues de demi-pied, de façon qu’à voir leur tête par-dessus leur fraise il semblait que ce fut le chef de Saint Jean dans un plat. (76)

16Ce qui frappe surtout le lecteur moderne en lisant les chroniques des mémorialistes de l’époque, c’est la quantité de pierres précieuses, perles et pierreries qui ornaient les vêtements; usage, à vrai dire, qui remontait à un temps bien antérieur à Henri III. Blanche de Montferrat, duchesse de Savoie porte un habillement extrêmement luxueux lorsqu’elle reçoit à Turin en 1494 le petit Charles VIII en voyage pour Naples: «car elle estoit en estat magnifique, habillée d’une grande robbe de drap d’or frisé, et toute bordée de gros diamans, rubis, safirs, émeraudes, et autres riches pierreries. Sa teste estoit entourée de pareilles et riches pierreries» (Brantôme 1888b: t. 12, 121).

17À l’avènement d’Henri III le goût pour les costumes ornés de pierres précieuses devient de plus en plus évident. Le roi se couvre de bijoux et commence par placer des boutons d’argent et des perles sur ses somptueux vêtements; les nobles qui fréquentent la Cour l’imitent, et bientôt on assiste à des compétitions très serrées sur celui qui paraîtra aux fêtes avec l’habillement le plus splendide. Colliers de perles, chaînes d’or massif jusqu’à l’invraisemblable, vêtements littéralement incrustés de bijoux sont portés tant par les hommes que par les femmes, et cette mode passe des nobles aux simples écuyers qui vivaient à la Cour, puis à la société civile, aux bourgeois aisés qui s’efforcent d’imiter les classes plus privilégiées. Il faut préciser que l’achat de pierres précieuses et de perles n’est pas seulement un goût pernicieux pour la dépense, mais, chez des gens avisés, une sorte de ressource mise de côté, utilisable en cas de difficultés économiques. Jean Boucher cite le cas de Jacques Gassot, maître d’hôtel du duc d’Alençon qui avait une étonnante réserve de perles: 938 petites, 14 grosses et 111 moyennes (Boucher 1986: 70). Autre cas, toujours cité par Jean Boucher, la comtesse de Sault qui, au plus fort des guerres de religion, voulant mettre sa collection de bijoux en lieu plus sûr, dressa une liste oû figuraient 1123 perles non montées, 132 cordes déjà enfilées et un tour de cou formé par 30 grosses perles d’orient (Ibidem).

  • 9   Le jour des Rois, on mange un gâteau à l’intérieur duquel est cachée une fève. Celui ou celle qui (...)

18Toutefois, il est indéniable que la plupart de ces pierreries servaient à rendre plus magnifiques les vêtements, et étaient donc portées pour susciter l’admiration et l’envie de l’assistance, souvent comme un signe de la bienveillance du roi. Henri III était en effet très généreux en cadeaux pour tous ceux qui l’entouraient, en premier lieux envers ses favoris. Les chroniques du temps rapportent de nombreux épisodes qui attestent sa munificence; nous en choisissons seulement quelques exemples. En 1573 il fit donner des chaînes de plus de 1 000 écus aux ambassadeurs venus annoncer son élection au trône de Pologne (Baudrillart 1878: 428); au festin de noces du duc d’Epernon (1587), le roi donna ce jour à la mariée un collier de cent perles estimé à cent mille écus (L’Estoile 1996: 234); quelques années auparavant, en 1581, à l’occasion du mariage du duc de Joyeuse avec la sœur de la reine, Henri III et son favori se présentèrent habillés exactement de la même façon, couverts de broderies, de perles et de pierres précieuses (Baudrillart 1878: 452); en 1586, le jour de la fête des Rois (le 6 janvier), Henri III porte un ensemble très raffiné violet et argent, et offre à la reine de la Fève, comme le voulait la tradition, «une robe en soie de mêmes teintes, de la valeur de 2 500 livres» (Boucher 1986: 74)9. Il faut préciser, à titre de comparaison, qu’à l’époque, dans les fabriques de soie à Lyon, le salaire d’un compagnon était de 10 sols (sous) par jour, et celui d’un manœuvre de 7 sols (la livre valait 20 sols).

19Autre chose qu’il est intéressant de noter, c’est que tous ces précieux qui ornaient les vêtements étaient aussi assez lourds au point d’entraver les mouvements de ceux qui les endossaient. C’est ainsi que le jour de son mariage avec Bernard de La Valette, frère du duc d’Epernon, la pauvre demoiselle de Batarnay portait une robe de velours rouge brun brodée d’or et d’argent si lourde qu’elle pouvait à peine se tenir debout et se retourner (Ibidem).

  • 10   François Olivier, grand ennemi de Diane de Poitiers, dont il détestait le penchant pour la prodig (...)

20Contre ces extravagances de la mode à mi-chemin entre le comique et le dramatique se levèrent les célèbres lois somptuaires, qui eurent à vrai dire un succès très limité. La raison essentielle de ces édits, qui se succédèrent sans interruption pendant toute la durée du siècle, est d’ordre à la fois économique et social: le gouvernement, et surtout les grands fonctionnaires de l’Etat, chargés de veiller aux caisses du trésor publique, voyaient avec préoccupation ce luxe excessif, qui avait comme conséquence la sortie du métal précieux pour l’achat de produits surtout d’importation, tels que la soie, les parfums, les fourrures. Déjà au temps de Louis XI ce faste grandissant dans les parures était signalé comme très dangereux. Les Chroniques d’Enguerrand de Monstrelet notent la somptuosité des vêtements (Aragon 1921: 58). D’où l’émanation de ces édits qui s’efforçaient de freiner les dépenses excessives en fait de luxe. Sous le règne de François Ier, c’est surtout le chancelier François Olivier10, homme d’une grande austérité de mœurs, qui inspire une ordonnance, donnée à Fontainebleau le 8 décembre 1543, où:

Défense est faite à tous les sujets du Roi de porter drap d’or, d’argent, de soye, ne bordures, exceptés les Enfans de France: […] inhibons et defendons tres expressement à tous Princes, Seigneurs, Gentilshommes et autres hommes nos sujets, de quelques estat et qualité qu’ils soyent, sans exception de personne (fors de nos tres chers et tres aimez enfans le Dauphin et duc d’Orléans) que doresnavant ils n’ayent à porter, ne eux vestir ny habiller d’aucun drap d’or, drap d’argent, toille d’or ne d’argent, pourfilleures, broderies, passemens d’or ne d’argent, velox, ne soye barrez d’or et d’argent, soit en robbes, sayes, pourpoints, chausses, bordures d’habillement, ni autrement en quelque sorte et manière que ce soit, sinon sur le harnois. Et ce sur peine de mille escuz d’or sol d’amende, de confiscation desdits habillemens, et d’estre punis comme infracteurs et transgresseurs de nos ordonnances. (Fontanon 1611: 981)

21Même teneur dans un édit promulgué par Henri II le 21 mai 1547: «Defense et prohibition à tous, de ne porter aucuns draps, toilles d’or et d’argent, pourfilleures, passemens, broderies, orfevreries, cordons, canetilles, et plusieurs autres sortes nommées en l’Edict, sur peine de mille escuz et de confiscation des habillemens» (Ibidem). Deux ans plus tard, en date 12 juillet 1549, le même roi se voit obligé de faire une autre ordonnance où l’on lit que les gentilshommes et les femmes faisaient des dépenses excessives «pour leurs draps en étoffes d’or et d’argent, pourfilures, passements, bordures, orfèvreries, cordons, canétilles, velours, satin ou taffetas barrés d’or et d’argent» (Aragon 1921: 65).

22Charles IX, qui était un homme aux goûts très simples, aimant la chasse et les sports plus que les délicatesses de la Cour, continue dans la même direction. Deux ordonnances de 1563 proscrivent les vertugadins de plus d’une aune et demie (l’aune était une unité de mesure d’à peu près un mètre vingt), les hauts-de-chausse enflés de crin, ainsi que «le port de chaînes d’or, aiguillettes, pièces d’orfèvrerie avec ou sans émail, plaques et tous autres boutons» à l’exception de ceux qui étaient vraiment nécessaires (56).

23Ce qui est remarquable c’est la préoccupation générale de donner des règles précises selon les différentes classes sociales. Par exemple, les soieries sont permises dans les ordres ecclésiastiques seulement aux cardinaux, archevêques et évêques; les toiles d’or et d’argent peuvent être portées uniquement par les princes, princesses, ducs et duchesses; les femmes bourgeoises ne peuvent porter des perles et des dorures qu’en patenôtres (chapelets) et en bracelets (67).

24Le renouvellement continu de ces lois somptuaires, qui deviennent toujours plus sévères en entrant dans les plus menus détails, est la preuve la plus évidente qu’elles n’étaient pas observées, car le luxe était une tentation à laquelle on ne pouvait pas se soustraire, une contagion qui se répandait par imitation des Grands de la Cour à la petite noblesse, et puis aux roturiers, à la bourgeoisie aisée, aux gens de justice et aux financiers, jusqu’aux artisans, gens de métier, serviteurs et laquais. Ainsi, en 1572, le chancelier de France René de Birague émane une ordonnance relative au commerce du luxe où le motif moral et le motif économique se combinent dans la tentative de limiter ces énormes gaspillages: «Deffendons très-expressément toute entrée en cettuy nostre dit royaume de tous draps, toilles, passements et causetelles d’or ou d’argent, ensemble tous velours, satin, damas, taffetas, etc.» (Baudrillart 1878: 439).

25Avec Henri III la tendance ne change pas: les lois prohibitives se renouvellent, mais elles sont peu ou point observées, d’autant plus que le roi même est le premier à avoir ce goût maladif pour les cadeaux munifiques et les toilettes extravagantes. Henri Estienne note, dans son Apologie pour Hérodote, que «la somptuosité était si grande qu’un petit compagnon dépensait trois cents francs ou à peu près pour une seule paire de chausses» (Aragon 1921: 67). Et Antoine Du Verdier, en 1576, renchérit sur le même ton:

Si tous ces gens de bien vivaient de ce temps, je crois qu’ils rougiraient de honte pour nous, de voir le monde si déréglé, du plus grand jusques au plus petit, et le débord de licence du menu peuple à se vêtir sans exception de riches habits, jusques à déchiqueter les velours en mille lopins, et chamarrer leurs manteaux, pourpoints et chausses de passements d’or. Finalement, qu’à peine saurait-on discerner par le jour d’huy un grand seigneur, duc et comte d’avec un soldat ou autre, qui n’a que la cape et l’épée, excepté à la suite et train. (Aragon 1921: 67)

26Toutefois le roi s’efforce de rappeler à plusieurs reprises ses sujets à l’observation de ces ordonnances, et le Parlement collabore, en ce qui lui concerne, à cette action réformatrice. Vu le médiocre résultat obtenu, les gens de justice préposés à faire respecter la législation en vigueur deviennent de plus en plus rigoureux, et c’est ainsi qu’un jour de novembre 1583 les Parisiens assistent éberlués à un spectacle dont la plume acérée de Pierre de L’Estoile ne manque pas de souligner l’absurdité ridicule:

Le dimanche 13 novembre, le prévôt de l’hôtel et ses archers prirent prisonnières cinquante ou soixante que demoiselles que bourgeoises, contrevenant en habits et bagues à l’édit de la réformation des habits, sept ou huit mois auparavant publié; et les constituèrent prisonnières au Fort-l’Evêque et autres prisons fermées où elles couchèrent, quelque remontrance et offre de les cautionner et payer les amendes encourues que pussent faire les parents et maris, qui fut une rigueur extraordinaire et excessive, vu que par l’édit il n’y gissait qu’une amende pécunière. Mais il n’y en avait en ce fait un tacite commandement et consentement du roi, qui ferma la bouche aux plaintes qu’on en voulait faire. (L’Estoile 1996: 161)

27Il faut donc conclure que toutes les tentatives pour mettre un frein aux excentricités de la mode restèrent, à peu de chose près, inopérantes; les toilettes extravagantes, les vêtements excessifs, les chaussures et les coiffures absurdes ont eu gain de cause sur la raison et le bon sens, chose que Montaigne note dans son œuvre, avec une bonhomie sans illusion:

La façon de quoy nos loix essayent à régler les foles et vaines despenses des tables et vestemens semble estre contraire à sa fin. Le vray moyen, ce serait d’engendrer aux hommes le mespris de l’or et de la soye comme choses vaines et inutiles […]. Que les Rois et les Princes commencent à quitter ces despenses, ce sera faict en un mois, sans édict et sans ordonnance: nous irons trestost après. (Montaigne 2005: I, xliii, 252)

Bibliographie

Aragon H., 1921, Les lois somptuaires en France, s.l., éd. du Coq Catalan.

Audin J.M., 1856, Histoire de Henri VIII et du schisme d’Angleterre, t. 1, Paris, L. Maison.

Baudrillart H., 1878, Histoire du luxe, Paris, Hachette.

Boucher J., 1986, La Cour de Henri III, Ouest-France.

Brantôme, 1888a, Œuvres complètes, P. Mérimée (ed.), Paris, P. Jannet.
—, 1888b, Vie de François de Bourdeille, in Œuvres complètes, P. Mérimée (ed.), t. 13, Paris, P. Jannet.
—, 1888c, Vies des Grands Capitaines français, in Œuvres complètes, P. Mérimée (ed.), t. 5, Paris, P. Jannet.
—, 1947, Les dames galantes, M. Rat (ed.), Paris, Garnier.

Fontanon A. (ed.), 1611, Edicts et Ordonnances des Rois de France depuis Louis XI dit le Gros jusques à présent, t. 1, Paris.

L’Estoile P. de, 1875-96, Mémoires-Journaux, Brunet-Champollion (ed.), t. 4, Paris.
—, 1996, Journal d’un bourgeois de Paris, J.L. Frandrin (ed.), Paris, 10/18.

Lacroix P., 1871, Mœurs, usages et costumes au Moyen-Age et à l’époque de la Renaissance, Paris, Firmin-Didot.

Lefranc A., 1938, La vie quotidienne au temps de la Renaissance, Paris, Hachette.

Montaigne M. de, 2005, Essais, Paris, STFM.

Notes

1   Cf. Boucher (1986: 72).

2   Cf. Lacroix (1871: 592).

3   Cf. Boucher (1986: 73).

4   Jacques d’Albon, marquis de Fronsac, très apprécié par Henri II pour sa bravoure, fut nommé par le roi maréchal de France en 1547. Après la mort d’Henri II, il fut un des triumvirs maîtres du gouvernement pendant quatre ou cinq ans, malgré l’opposition de Catherine de Médicis qui ne l’aimait pas.

5   François Goufier de Bonnivet, colonel général de l’infanterie française au Piémont, mort en décembre 1556 d’une blessure qu’il reçut au siège de Valpian.

6   Brantôme dit encore de lui: «il estoit très beau; de sorte que, quand on parloit de luy, on disoit tousjours “le beau Bonnivet”. Il estoit fort de bonne grace, et tout luy seoit bien en tous exercices et actions» (Brantôme 1888a: t. 7, 259).

7   Cf. Lefranc (1938: 140).

8   Giovanni Sulpizio, né à Veroli dans la deuxième moitié du XVe siècle, fut l’éditeur des œuvres de Vitruve. Il est également l’éditeur d’un poème latin traduit, selon l’opinion de La Croix du Maine, par Pierre de Brohé de Tournon avec le titre que nous avons cité, édité à Lyon, Macé-Bonhomme, en 1555.

9   Le jour des Rois, on mange un gâteau à l’intérieur duquel est cachée une fève. Celui ou celle qui trouve la fève dans son morceau était proclamé roi ou reine de la Fève.

10   François Olivier, grand ennemi de Diane de Poitiers, dont il détestait le penchant pour la prodigalité, est mentionné à plusieurs reprises dans les Mémoires-Journaux de Pierre de l’Estoile, qui en fait l’éloge (1875-96: t. 4, 370).

Auteur

Università degli Studi di Milano

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search