Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

Le vetement dans les premieres traductions Françaises du Galatee

Sara Cigada

Texte intégral

Je tiens à remercier Maria Luisa Lucca, Giovanni Gobber et Elena Raponi, avec qui j’ai discuté du samit pendant des mois, de manière fructueuse ainsi qu’agréable.

1. Le Galatée, en dessous des apparences

1Consacré en tout premier lieu à l’attitude qu’il faut maintenir dans la conversation (sous une telle variété de perspectives qu’elles pourraient aisément former la table des matières d’un manuel de linguistique pragmatique), le Galatée de M. Giovanni della Casa contient aussi plusieurs remarques intéressantes concernant d’autres aspects de la vie sociale, parmi lesquels la manière de se tenir à table et la manière de s’habiller.

2Comme M. della Casa le souligne dans les deux premiers chapitres de son traité, la nécessité des manières découle de la nature même des hommes, qui préfèrent vivre dans la compagnie des autres plutôt que de demeurer seuls comme des ermites. C’est pourquoi la courtoisie, sujet à l’apparence frivole et légère, est souvent, en fait, plus importante que les vertus les plus admirables: si nous n’avons l’occasion de pratiquer ces dernières que peu de fois et dans des circonstances exceptionnelles, nous avons par contre très souvent recours à la courtoisie du fait que nous avons affaire aux autres tous les jours et même plusieurs fois par jour. Par cet argument paradoxal, Giovanni della Casa fonde l’importance des bonnes manières (cf. Cigada-Greco Morasso 2014: 57-58) et par conséquent de son traité.

2. Montrer toute son âme dans le vêtement

3Voilà donc comment Giovanni della Casa reconstruit son argumentation, entre le chapitre VII et puis XXVI-XXXVIII de son traité: il est vrai qu’on peut comprendre l’élégance par la raison, parce que l’élégance n’est finalement que beauté, unité et proportion. Toutefois cette compréhension est difficile pour beaucoup de gens. Par contre, tout le monde ressent très aisément qu’il est désagréable d’être blâmé par les autres: il est en conséquence plus efficace d’expliquer pourquoi il faut s’habiller selon l’usage en faisant référence à la conformité, qui n’offense les sens et l’appétit de personne, plutôt que de faire appel à l’intellect car «il n’est pas donné aussi généralement à tous de comprendre» tandis que «sentir et désirer sont des choses faciles à faire à tout un chacun» (della Casa 1988: 144). Nous retrouvons ici une trace du souci éducatif qui a donné son origine au traité: pour éduquer, il ne suffit pas de connaître la vérité, il faut aussi bien savoir comment rapprocher d’elle les hommes.

  • 1   Sur le détail et son rapport à la totalité, cf. Cigada (2012: 3-5).

4Les termes utilisés puisent bien évidemment à une description classique de l’homme, dont l’auteur se sert toutefois avec une surprenante souplesse, en reconstituant l’image d’un être désireux de la beauté par ses sens et par son âme, conscient de ses défauts et prêt à essayer de les corriger, connaisseur des limites des autres sans les mépriser (bien au contraire, parce qu’il reconnaît en eux la disposition qui consiste à se laisser attirer par le beau), dont l’intériorité se manifeste naturellement à l’extérieur par une multiplicité étonnante de détails1: en un mot, un homme élégant à tous égards.

5Dans le Chapitre XXVIII, il ajoute encore quelques avertissements concernant l’habit, tout en poursuivant l’argumentation liée à la beauté comme unité. Il observe que les hommes ne doivent pas s’habiller et se coiffer en femme, «afin qu’il n’y ait pas d’un côté la parure et de l’autre le corps, comme je vois faire à certains qui se frisent au fer chaud les cheveux et la barbe» (146); les hommes ne doivent pas non plus trop se frotter le visage, le cou et les mains, comme une demoiselle, ou une prostituée.

6De plus, les vêtements doivent favoriser l’harmonie du corps et non pas la détruire: «si tu as par hasard les jambes très longues et que la mode soit de porter des vêtements courts, tu pourras faire que le tien soit parmi les moins courts, et non parmi les plus courts». Et si les jambes sont trop grêles, ou trop grosses, ou torses, mieux vaut éviter de porter des chausses très colorées ou très élégantes, «pour ne pas inviter les autres à regarder ton défaut». Mais même sur un corps sans défaut, c’est l’exagération qu’il faut éviter, selon sa condition et son occupation. Ainsi, en guise de conclusion, l’auteur semble ne pas pouvoir éviter de citer deux exemples où le mauvais goût semble toucher le fond: la robe en samit cramoisi de Castruccio Castracani «sur le devant de laquelle était écrit en lettres d’or: IL EST COMME DIEU VEUT. Et sur le dos il était écrit en lettres semblables: ET IL SERA COMME DIEU VOUDRA», et le roi Manfred, qui «se vêtait toujours de drap vert» (146-148): un excès que l’auteur ne lui pardonne pas, même si les rois ont en principe le droit de faire tout ce qu’ils veulent.

7Finalement, ce n’est pas seulement le temps qui cause le changement de l’usage. Il faut considérer aussi le lieu: Naples ou l’Espagne ne sont pas Vérone ni Venise.

8Malgré la quantité des préceptes et des remarques, on apprécie aisément l’unité profonde du discours dans la variété de ses implications et de ses applications. Toutes les motivations se ramènent au respect de l’autre ainsi qu’à la valeur positive de la vie sociale (cf. Cigada-Greco Morasso 2014) et finalement à la manifestation suprême de la raison humaine, qui est l’aptitude à reconnaître la beauté.

3. Les traductions françaises

  • 2   Pour une reconstitution documentée, cf. la section «Principali edizioni del Galateo dalla princep (...)

9Le nombre d’éditions et de traductions du Galatée parues immédiatement après sa publication témoigne de la faveur qui accueillit le traité2. Pour cet article, nous n’avons considéré que les traductions du Galatée publiées en France tout de suite après la publication du traité en Italie (1558), entre 1562 et 1598, qui montrent sans aucun doute le succès de l’ouvrage en France.

10La traduction utilisée dans l’édition la plus récente (Pons 1988) ne repropose d’ailleurs que le texte de 1598, en le simplifiant toutefois d’une manière que l’on ne peut pas toujours approuver.

11Nous allons donc présenter ici ces trois éditions du XVIe siècle.

3.1 La première traduction, publiée à Paris

12La première édition française du Galatée représente aussi la première publication à l’étranger de l’œuvre, déjà publiée six fois en Italie: cette édition ne présente que la version française du texte, qui est dédié «A treshault, tresillustre & tresexcellent Prince Henry de Bourbon Prince de Navarre». Publiée à Paris par Jacques Kerver, dans un volume in-8°, cette édition présente la traduction française ainsi qu’une préface, signée «Ce 12. de Mars 1562»: traduction et préface de Iean du Peyrat, Sarladoys (Sarladais, de Sarlat en Dordogne). L’édition est consultable en ligne sur le site de la Bayerische StaatsBibliothek (BSB), qui en a photographié toutes les pages, y compris la couverture.

13Dans sa préface en français, plutôt longue (sept pages), Jean observe que la terre, si on la laisse sans la cultiver, ne produira qu’«orties, ronces, espines & chardons». De la même manière, les arbres fruitiers doivent être cultivés et les animaux doivent être apprivoisés. Mais parmi les animaux, le plus fier et indomptable est l’homme: le sens commun ne lui suffira donc pas, il a besoin «d’un bon cultiveur» et de la bride. Autrement, comme la fleur des champs ou comme un jeune cheval, il va bientôt dissiper ses énergies et ses bonnes qualités. Peyrat plaide donc en faveur de l’éducation de la Dame et du Gentilhomme. En effet, «les enfans sortiz de la souche du grand Clovis», nonobstant le bon naturel, ont souffert du «peu de soing des parents à les faire instruire». Après quoi, le traducteur célèbre la famille, l’éducation, la sagesse du jeune Henri, destinataire du livre, et lui relate comment il a trouvé, chez un ami avec qui il aime discuter de lettres, «entre autres livres de diverses langues & sciences, un livre en langue Toschane» qui lui a donné tout de suite envie «de se ruer dessus» à cause de l’intérêt éveillé en lui par son sujet. Il a donc décidé de l’offrir au prince car il a été écrit par celui qui est «comme le paragon & miroir des autres en courtoisie, civilité, bonnes mœurs et loüables coustumes», c’est-à-dire Iean de la Case qui, sous les apparences d’un vieux, Galathée, s’adresse à son neveu. Il offre donc au prince «ce Galathée parlant François et introduisant la jeunesse Françoise sous la faveur et umbre de vostre nom royal».

  • 3  Voir Perret (2010).
  • 4  Cf. le chapitre consacré à la civilité, dans l’ouvrage La Politesse mondaine de Maurice Magendie ( (...)

14Cette préface – à laquelle il faudrait consacrer une analyse à part, tant elle est riche en argumentations puisant à l’histoire, à la philosophie, à la tradition des miroirs des princes3 et à la rhétorique – témoigne donc de l’autorité de Giovanni della Casa en tant que maître de bonnes manières4.

3.2 La première édition bilingue

  • 5  Çà et là, quelques expressions changent en effet; l’orthographe et la ponctuation sont souvent dif (...)

15Nous ne nous arrêtons pas davantage sur la première traduction parce que le texte réapparaît, sans modification significative, dans la première version bilingue du traité, publiée dix ans plus tard à Lyon en 1572. La traduction utilisée pour cette édition est donc encore celle de Jean du Peyrat: l’auteur n’y est en effet pas indiqué, mais la comparaison avec l’édition précédente montre une identité pratiquement complète5. Cette édition bilingue est d’ailleurs plus intéressante car les manipulations effectuées par le traducteur sont mises en évidence par la disposition du texte italien et de la version française en deux colonnes parallèles.

16Nous avons pu consulter un exemplaire de cette édition, réimprimée l’année suivante (1573), à la Biblioteca Nazionale Braidense de Milan. Cet exemplaire est conservé dans une reliure incluant quatre ouvrages d’époques, langues et mesures différentes, mais tous consacrés aux manières, dont trois publiés à Lyon et un à Venise: le Trattato de costumi (le Galatée) est suivi par un livre en latin paru à Lyon en 1542 sur la manière de se tenir à table (Libellus de Moribus in mensa servandis, Ioanne Sulpitio Verulano Autore, Lugduni 1542 apud Stephanum Doletum). Il y a ensuite la traduction espagnole du Galatée (Tratado de M. Iuan de la Casa llamado Galatheo, o tratado de Costumbres, trad. Domingo de Bezerra, en Venecia 1585 por Juan Varisco). Finalement un ouvrage en vers sur les manières des enfants (Michaelis Verini Poetae Christiani, De puerorum moribus Disticha, Lugduni 1537).

17Le Trattato de costumi, opera di M. Giovanni della Casa. Fatto nuovamente Italiano & Franceze a commune utilita di quelli che si dilettano dell’una & l’altra lingua, & delle buone creanze. Le Galathee, faict nouvellement en Italien & François pour l’utilité de ceux qui se delecte en l’une & l’autre langue, & sont curieux de savoir toutes choses honnestes, par l’éditeur Alexandro de Marsilij, est imprimé par Pierre Roussin à Lyon et dédié en italien à M. Bartolomeo Arnolfini par l’éditeur, «il 20. Genaro 1573»: le but de la traduction est que «poterete exercitarvi nella lingua Franceze poi che tale libro e Italiano & Franceze».

18Le texte, imprimé sur deux colonnes par page, comporte l’italien à gauche et le français à droite sur le recto et, vice-versa, le français à gauche et l’italien à droite sur le verso: sur les deux pages ouvertes on voit ainsi l’original italien au centre (deux colonnes centrales) encadré par la traduction française (deux colonnes externes).

19Nous allons revenir plus tard à la traduction et plus particulièrement aux passages consacrés aux vêtements.

3.3 L’édition quadrilingue de Lyon

  • 6   Sur l’histoire de la famille de Tournes entre Lyon et Genève, cf. Cartier (1937: 21-22). L’éditio (...)

20La Biblioteca Ambrosiana de Milan garde un exemplaire de l’édition in-16° publiée par Jean II de Tournes à Genève en 1598, après que la fameuse maison d’édition a déménagé de Lyon en 15856.

  • 7   La traduction espagnole est celle de Domingo de Bezerra. Pons n’est pas précis dans sa présentati (...)
  • 8   Cf. Cartier (1937: 23-24, 106 note 52): le Jean-Antoine indiqué par Cartier comme destinataire de (...)

21Cette édition se caractérise par la traduction du texte italien en latin, français et espagnol7. Le livre, très petit, est en effet offert comme cadeau à J.A. Sarrazin, un enfant de neuf ans qui est le filleul de l’éditeur et le fils de son ami M. Sarrazin, médecin8. La dédicace en français, de deux pages, est signée le 13 aout 1598 par «votre parrain et enfin ami Jean de Tournes». L’éditeur-traducteur souligne que l’éducation reçue par l’enfant dans sa famille ne manque en rien, mais il lui offre ce Galatée pour lui donner le double plaisir de la variété des langues et du contenu.

22Le petit volume comporte 460 pages: sur les deux pages ouvertes, l’éditeur a disposé le texte en quatre colonnes, à gauche le latin et l’italien, à droite le français et l’espagnol. L’impression est extrêmement jolie, car les polices des colonnes externes (latin et espagnol) sont plutôt rondes tandis que celles des colonnes internes (italien et français) sont imprimées en italique avec des empattements très prononcés, surtout dans le texte français où ils sont plus visibles, probablement grâce à l’effet produit par les consonnes en fin de mots.

23Les titres sont très brefs: en italien «Galateo, overo de costumi»; en latin «Galateus, sive, de moribus»; pour le français «Le Galatée, ou, des façons & manieres louables»; et pour l’espagnol: «Galateo, overo tratado de costumbres».

4. Quelques remarques sur les deux traductions

  • 9   Nous avons gardé la numérotation des chapitres, qui n’apparaît pas dans la version originale de G (...)

24Revenons donc aux passages consacrés à la manière de s’habiller, pour comparer les deux traductions faites par Jean du Peyrat et Jean de Tournes. Ils affirment respectivement, au Chapitre VII9, que «chacun doit aller bien vestu selon sa condition & estat, & esgard à son aage», à savoir «si tous les autres portent les cheveux courts, la raison & l’honnesteté ne veut point que tu portes la chevelure longue: ou bien si tous les autres nourissent la barbe, tu ne dois la couper, car ce seroit contredire du tout à l’usage commun» (Peyrat), les mêmes expressions sont traduites par de Tournes de la manière qui suit: «chacun doit aller bien habillé selon son estat, et selon son aage» et «si tous les autres portent les cheveux courts, il ne doit pas nourrir sa chevelure. Si les autres nourrissent leur barbe, il ne la doit pas faire raser: car cela est une espece de contrebande». L’italien guarnaccia lunga fino insul tallone est traduit par de Tournes comme «le manteau long jusques aux talons», tandis que Peyrat reste plus générique et change le texte, en conseillant de s’habiller de manière à ne pas être «seul entre tous les habitants d’un pays qui vueille vivre à sa fantasie, & selon le moule de ses conceptions, & qui façonne ses habits du tout au contraire, & comme par despit des autres». Les belle zazzere lunghe deviennent chez Peyrat «longues perruques» sans autres spécifications, pour de Tournes «des belles et longues perruques».

  • 10   Le texte italien «gli huomini sono molto vaghi della bellezza, & della misura, & della convenevol (...)
  • 11   Tous les deux gardent l’adjectif «autres» qui présuppose l’appartenance de l’homme à l’ensemble d (...)

25Pour ce qui concerne les passages des Chapitres XXVI et XXVII, la traduction que de Tournes nous offre à propos du désir de beauté de l’homme est particulièrement jolie: «tu dois sçavoir, que les hommes sont merveilleusement desireux de la beauté, de la proportion et de la bienseance»10. Peyrat avait proposé: «faut que tu sache que tout homme naturellement est fort convoiteux, & amoureux de la beauté des choses bien proportionnees et avenantes». Le texte de 1598 ajoute cet adverbe «merveilleusement», en intensifiant la qualité décrite avec un effet de sens plus fort par rapport à l’original. De son côté, Peyrat ajoutait «naturellement» en changeant le sens d’une manière différente, car il soulignait plutôt que l’aptitude à aimer le beau est spontanée et typique chez l’homme. Cette interprétation s’intègre bien à la suite du texte, que Peyrat traduisait en faisant encore référence à la nature: «& c’est un especial privilege que nature a donné à l’homme, entre tout autre animant, de savoir juger & cognoistre cecy, avec une grand & singuliere raison». De Tournes traduit par contre que «les autres animaux ne sçavent discerner que c’est que beauté ny proportion»11.

26En s’habillant de manière différente des autres, comme «censeur & correcteur» (Peyrat) on cause «un ennuy insupportable à l’apetit de la plus part des hommes qui desirent d’estre louangez» et «un grand crevecoeur aux iugemens de ceux qui sont les plus sages & entendus». De Tournes substitue le «crevecoeur» en modifiant la deuxième partie du passage, qui devient: «elle desplaist aussi au iugement des hommes entendus». Ceux qui achètent leurs habits al Rigattiere sont habillés selon Peyrat «à la villanesque», tandis que de Tournes change le texte en «ceux qui s’habillent de pieces dissemblables, et malproprement».

  • 12   «Non si dee l’huomo ornare a guisa di femina; accioche l’ornamento non sia uno, et la persona un (...)
  • 13   «Come io veggo fare ad alcuni, che hanno i capelli, & la barba inanellata col ferro caldo, e ‘l v (...)

27À propos de l’unité entre la personne et l’habit, que de Tournes traduit: «l’homme ne se doit point orner à la façon d’une femme»12, Peyrat avait proposé: «car l’homme ne doit point se mocquer de l’habit d’une femme». Comme ceux «qui se frisent et crespent les cheveux et la barbe avec le fer chaud» et «qui ont le visage et le col et les mains tant frottees et refrottees, que cela mesferroit mesmes a une femme, voire aux courtisanes publiques, qui ont plus de haste de despescher de leur mercerie et de la vendre à prix» (de Tournes)13. Le même passage avait été traduit – mais aussi un peu comprimé – par Peyrat: «lesquels se crespelent & annelent les cheveux & la barbe avec le fer chaut; & ont le visage & la gorge & les mains si chargez de parfums, unguens & fard que cela seroit encore reprehensible en une paillarde, laquelle ne cherche que d’exposer sa marchandise à pris & vente».

  • 14   «Non dee farsi le calze di colori molto accesi, ne molto vaghi; per non invitare altrui a mirare (...)
  • 15   «Accioche non si dica, che tu porti le calze di Ganimede, o che tu ti sij messo il farsetto di Cu (...)

28Les chausses de celui qui n’a pas de belles jambes ne doivent pas être «de couleur trop violente, ou ioyeuse, à fin qu’il ne semble semondre les autres à contempler son default»14 (selon Peyrat) ou «de couleur trop esclattante, ny trop gaillarde, pour n’inviter autruy a considerer son defaut» (selon de Tournes). Il faut éviter les excès de richesse, afin qu’on ne dise «que tu portes les chausses de Ganymede, ou que tu ayes vestu le pourpoint de Cupidon» (de Tournes)15, «le hoqueton du fils de Venus» (Peyrat).

  • 16   D’après l’édition de 1564 (della Casa 1564: 236). Dans la version de D. Provenzal «sciàmino cremi (...)
  • 17   Cf. l’entrée samit dans le TLFi. Le Trésor atteste aussi la variante samin. En italien, «sciàmito (...)
  • 18   La traduction espagnole utilisée par de Tournes dit «una ropa de chamalote carmesi», la latine «v (...)

29Finalement, la robe en sciamito cremesì16 de Castruccio (en français samit, «riche tissu de soie lamé d’or et d’argent»17 cramoisi) était selon Peyrat «un accoustrement de Samis cramoisi», pour de Tournes «une robbe de Samis cramoisi»18.

  • 19   On trouve par exemple, dans le Lexique en ligne du Musée des Tissus de la ville, la description s (...)
  • 20   Cf. Levi-Pisetzky (1964: 232). L’ouvrage est riche d’informations sur ce tissu précieux et sur sa (...)

30Samis (ou Samilis) paraît comme entrée dans le Dictionnaire universel de commerce publié à Paris en 1748, qui le décrit de la manière suivante: «Etoffe très riche lamée ou tramée de lames d’or. Cette Etoffe est de Manufacture Vénitienne, mais peu connue présentement. Il s’en porte pourtant encore à Constantinople. La Tradition veut que le fameux Oriflame si célèbre autrefois en France, que quelques-uns croyent n’avoir été que la Baniere de l’Abbaye Royale de saint Denis, étoit de cette étoffe. Il y avoit aussi des Samis tout de soye & d’autres sans soye. L’on trouve», et ici nous retrouvons l’information qui nous intéresse davantage car elle remonte presque à l’époque des traductions de Peyrat et de Tournes, «quatre sortes de Samis tariffés dans le Tarif de la Douane de Lyon de 1632; sçavoir, les Samis de Florence, de Bologne & de Naples, & le Samis sans soye» (Savary des Bruslons 1748: s.v. samis). La traduction de De Tournes, originaire de Lyon, où la soie n’était pas seulement commercialisée mais produite dès la fin du XVe siècle, est particulièrement significative19. Le «Capitulare Samitariorum» (Venise, 1265, mais reflétant un texte un peu précédent, perdu) présente l’organisation des tisseurs de soie vénitiens, indiqués par un nom dérivé de samit20.

31À propos des usages du lieu, de Tournes traduit encore «Les plumes (it. le penne) que les Neapolitains et les Espagnols ont accoustumé de porter sur leur teste, et les pompes (it. le pompe) et dorures (it. i ricami), ne viennent aucunement bien parmi les robbes des personnes graves, et parmi les habits des citadins», tandis que Peyrat traduisait «Les plumes que les Napolitains & Espagnols sont coustumiers de porter les borderies & recamures qu’ils ont, sont mal-seantes sur l’habit des hommes graves, & entre les Citadins».

5. Pour conclure

32En ce qui concerne les traductions, l’analyse de ces quelques passages montre que Peyrat et de Tournes demeurent généralement fidèles au texte original, mais, surtout, que les deux versions du XVIe siècle sont aussi agréables et lisibles, sinon plus, que celle, très récente, que nous avons utilisée dans la première partie de cet article pour citer le texte du Galatée. L’écriture de M. della Casa, son lexique et sa syntaxe, sont en effet des éléments constitutifs du message, qui s’en trouve fort diminué lorsqu’on change trop le style pour le rendre plus contemporain. Si les traducteurs anciens semblent participer de l’idéal de l’auteur, qui mêle la légèreté à la conscience du ‘privilège’ de la raison, une traduction qui vulgarise trop l’écriture ne rend pas justice à son intention, le but n’étant pas de proposer des préceptes sur comment s’habiller, mais de nous faire percevoir que, dans le vêtement, c’est toute l’âme d’un homme qui se montre.

33L’ironie, la bonhomie mais aussi le sérieux que l’on perçoit dans ces passages qui concernent les vêtements constituent une synthèse efficace de l’esprit de ce livre, immédiatement désigné par la culture française comme l’un des points de repère sur l’élégance. Bien que largement consacré à la manière de converser, le Galatée exprime de manière profonde – mais toujours souple – une idée précise sur l’homme et la vie, qui passe aussi par les vêtements: l’âme s’y montre, par son amour de la beauté.

Bibliographie

Aristotelis Rhetorica (1931, Rhétorique, 2 t., M. Dufour (ed.), Paris, Les Belles Lettres).

Cartier A., 1937, Bibliographie des éditions des de Tournes imprimeurs lyonnais, M. Audin (ed.), Paris, Éditions des Bibliothèques nationales de France.

Cigada S., 2012, Lingue, linguaggio, ragione, Milan (texte publié en ligne sur le site www.ilrischioeducativo.org).

Cigada S.-Greco Morasso S., 2014, Good reasons for good manners, in Language, Reason and Education, G. Gobber-A. Rocci (eds.), Berne, Peter Lang: 51-70.

Cuoghi Costantini M., 1981, Dagli sciamiti ai lampassi, in D. Devoti-G. Romano (eds.), Tessuti antichi nelle chiese di Arona (catalogo della mostra), Torino, s.e.: 24-28.

Kluge F., 200224, Etymologisches Wörterbuch der deutschen Sprache, Berlin, de Gruyter.

Levi-Pisetzky R., 1964, Storia del costume in Italia, t. 1, Milano, Istituto editoriale italiano.

Magendie M., 1993, La Politesse mondaine, t. 1, Slatkine, Genève, (1925).

Martiniani-Reber M., 1986, Lyon, musée historique des tissus. Soieries sassanides, coptes et byzantines Ve-XIe siècles, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux.

Perret N.-L., 2010, Lecteurs et possesseurs des traductions françaises du De regimine principum (vers 1279) de Gilles de Rome (XIIIe-XVe), dans Le prince en son “miroir”, in J. Devaux-A. Marchandisse (eds.), Littérature et politique sous les premiers Valois, numéro spécial, «Le Moyen Âge» 3/4: 561-576.

Savary des Bruslons J., 1748, Dictionnaire universel de commerce, nouvelle édition, t. 3 (L-Z), P.-L. Savary (ed.), Paris, chez la Veuve Estienne et Fils.

Wartburg W. von, Französisches Etymologisches Wörterbuch.

TLFi: Trésor de la langue française informatisé, en ligne: http://atilf.atilf.fr.

Vocabolario della lingua italiana lo Zingarelli 2005, 2005, Zanichelli, Bologna.

Éditions anciennes du Galatée consultées

della Casa G., 1562, Le Galathee, trad. de Iean du Peyrat, Sarladoys, Paris, Iacques Kerver (Bayerische StaatsBibliothek digital, reader.digitale-sammlungen.de, consultation: 10/04/2014).
—, 1564, Galateo, overo de costumi, in Rime, et prose, Fiorenza, appresso i Giunti: 143-246.
—, 1573, Trattato de costumi, opera di M. Giovanni della Casa. Fatto nuovamente Italiano & Franceze a commune utilita di quelli che si dilettano dell’una & l’altra lingua, & delle buone creanze. Le Galathee, faict nouvellement en Italien & François pour l’utilité de ceux qui se delecte en l’une & l’autre langue, & sont curieux de savoir toutes choses honnestes, Lyon, par Alexandro de Marsilij.

Casae I., 1595, Galathaeus sive de moribus Liber italicus. A Nicolao Fierberto Anglo latine expressus, Romae, Apud Dominicum Giliottum.

della Casa G., 1598, Galatée, s.l. [Genève], par Jean de Tournes.

Éditions modernes du Galatée consultées

della Casa G., 1950, Galateo ovvero de’ costumi, D. Provenzal (ed.), Milano, BUR.
—, 1988, Galatée, A. Pons (ed. et tr.), Paris, Quai Voltaire.
—, 1994, Galateo, S. Prandi (ed.), Torino, Einaudi.

Notes

1   Sur le détail et son rapport à la totalité, cf. Cigada (2012: 3-5).

2   Pour une reconstitution documentée, cf. la section «Principali edizioni del Galateo dalla princeps al 1800» dans la bibliographie de della Casa (1994: LIII-LV).

3  Voir Perret (2010).

4  Cf. le chapitre consacré à la civilité, dans l’ouvrage La Politesse mondaine de Maurice Magendie (1993: 151-164). Le livre est pourtant consacré au XVIIe siècle (1600-1660) et le Galatée n’y est étudié que comme source.

5  Çà et là, quelques expressions changent en effet; l’orthographe et la ponctuation sont souvent différentes. Nous avons suivi celles de l’édition bilingue. Remarquons que la dédicace d’Alexandro de Marsilij semble par ailleurs contredire à l’idée reçue d’une simple reprise de la traduction de Peyrat, car il offre «questo picciol libretto che al presente ho fatto traduire & stampare»…

6   Sur l’histoire de la famille de Tournes entre Lyon et Genève, cf. Cartier (1937: 21-22). L’édition est en effet sans lieu tandis que la dédicace est signé «De mon estude ce 13 Aout 1598». À l’époque, d’ailleurs, la maison d’édition se trouvait à Genève depuis plus de dix ans.

7   La traduction espagnole est celle de Domingo de Bezerra. Pons n’est pas précis dans sa présentation (p. 43), parce que la version de De Tournes offrant la traduction allemande n’apparaîtra qu’en 1609: le texte latin sera alors disposé en bas de page tandis que les quatre langues modernes se disposeront sur quatre colonnes parallèles. Nous n’avons pas pu consulter cette édition; nous avons vu en ligne une édition successive (1615) qui présente cette disposition.

8   Cf. Cartier (1937: 23-24, 106 note 52): le Jean-Antoine indiqué par Cartier comme destinataire de l’ouvrage (né en 1547 et décédé en 1598, à l’âge donc de 51 ans) ne peut pas évidemment être le filleul, âgé de neuf ans en 1598, de De Tournes. Il doit être plutôt le grand-père de l’enfant. Le père de l’enfant est plus probablement l’ami, médecin, qui a aidé de Tournes à trouver un manuscrit qu’il cherchait: pour le remercier, Jean II offre à l’enfant ce Galatée. Cette interprétation a plus de sens du point de vue de la chronologie, mais il faudrait la vérifier davantage. La dédicace fait par ailleurs référence à «Vostre pere et feu Vostre ayeul, (personnages illustres en sçavoir et en pitié, et comme tels aimés et honorés de tous ceux qui font profession de la vertu)».

9   Nous avons gardé la numérotation des chapitres, qui n’apparaît pas dans la version originale de Giovanni della Casa ni dans ces premières traductions, pour avoir un point de repère, désormais conventionnel, à l’intérieur du texte.

10   Le texte italien «gli huomini sono molto vaghi della bellezza, & della misura, & della convenevolezza» est traduit en latin par «quod homines valde expetentes sint pulchritudinis venustae et concinnae» et en espagnol par «los hombres son muy amigos de la hermosura, proporcion, compostura y conveniencia».

11   Tous les deux gardent l’adjectif «autres» qui présuppose l’appartenance de l’homme à l’ensemble des «animants» ou «animaux».

12   «Non si dee l’huomo ornare a guisa di femina; accioche l’ornamento non sia uno, et la persona un altro» (della Casa 1564: 234).

13   «Come io veggo fare ad alcuni, che hanno i capelli, & la barba inanellata col ferro caldo, e ‘l viso, & la gola, & le mani cotanto strebbiate, & cotanto stroppicciate, che si disdirebbe ad ogni feminetta, anzi ad ogni meretrice, quale ha piu fretta di spacciare la sua mercatantia, & di venderla a prezzo» (della Casa 1564: 234).

14   «Non dee farsi le calze di colori molto accesi, ne molto vaghi; per non invitare altrui a mirare il suo difetto» (della Casa 1564; 235).

15   «Accioche non si dica, che tu porti le calze di Ganimede, o che tu ti sij messo il farsetto di Cupido» (della Casa 1564: 235).

16   D’après l’édition de 1564 (della Casa 1564: 236). Dans la version de D. Provenzal «sciàmino cremisi» (della Casa 1950: 80). Dans l’édition de S. Prandi, «sciamito cremesì» (cf. della Casa 1994: 79 note k), qui propose l’accent sciamìto; mais aussi la note 242, page 114, où l’éditeur renvoie aux sources historiques de l’épisode, notamment à Villani, Giovio et Machiavelli. Sciamito est employé par Boccaccio, Decameron, Settima giornata, Novella Nona («Il pero incantato»), où Lidia paraît «vestita d’uno sciamito verde e ornata molto».

17   Cf. l’entrée samit dans le TLFi. Le Trésor atteste aussi la variante samin. En italien, «sciàmito, o sàmeto, […] drappo fine vellutato», Zingarelli (2005). En allemand «Samt» (mais aussi «Sammet», vielli), velours, à partir du XIIIe siècle, emprunt de l’ancien français samit ou du bas latin sametum, samitum (examitum). Tissu en soie à six fils, produit à l’origine dans l’Empire Romain d’Orient. Cf. Kluge (2002: s.v. samt). Le Französisches Etymologisches Wörterbuch, s.v. hexámitos, propose samit à partir du XIIe siècle avec la variante samin ainsi que les diminutifs samiton et samelot (variétés moins précieuses).

18   La traduction espagnole utilisée par de Tournes dit «una ropa de chamalote carmesi», la latine «vestem holosericam murice ardentem». Cette dernière change le vermeil (nom latin du chermes, ar. qirmiz, la couleur obtenue du coccus ilicis, d’où cramoisi) en pourpre. Dans une autre traduction latine, publiée en 1595, on utilise par contre «vestem ex ostro purpuraque undulatam» (Casæ 1595: 114), avec le même problème sur la traduction du nom de la couleur.

19   On trouve par exemple, dans le Lexique en ligne du Musée des Tissus de la ville, la description suivante: «Samit. Terme employé au Moyen Âge. Dérivé du latin examitum, samitum, et du grec hexamitos, qui a six fils. Tissus unis et façonnés dont les faces d’envers et d’endroit sont constituées par des flottés de trame liés en sergé de 2 lie 1 par une chaîne de liage». Dans l’Inventaire du Musée historique des tissus de Lyon, le samit est décrit parmi les armures, «composé de deux types de chaînes (pièce et liage) qui donnent à ces étoffes l’aspect brillant du satin». L’auteur ajoute dans une note que «le terme d’eksamit qui désigne le satin dans la plupart des langues slaves montre la similitude qui existe entre le samit et le satin trame» (Martiniani-Reber 1986: 15-16, 20). Dans la bibliographie, l’Inventaire renvoie par ailleurs à Cuoghi Costantini (1981), que nous n’avons pas pu consulter.

20   Cf. Levi-Pisetzky (1964: 232). L’ouvrage est riche d’informations sur ce tissu précieux et sur sa diffusion en Italie.

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search