Version classiqueVersion mobile

« La grâce de montrer son âme dans le vêtement » Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim

 | 
Marco Modenesi
, 
Maria Benedetta Collini
, 
Francesca Paraboschi

Le langage figuré des vêtements dans le Dictionaire Comique de Philibert Joseph Le Roux en 1718

Monica Barsi

Texte intégral

  • 1  En 1735, le dictionnaire est publié à Lyon chez les héritiers des frères Béringos. L’édition de 17 (...)

1Le Dictionaire comique, satyrique, critique, burlesque, libre et proverbial de Philibert Joseph Le Roux a été publié pour la première fois en 1718 à Amsterdam chez Michel-Charles Le Cène: c’est cette édition qui fera l’objet de quelques observations. Les éditions successives, parues entre 1735 et 17861, ne sont pas en effet du même auteur, comme le prouvent d’ailleurs les traces qui nous permettent de reconstituer sa vie mouvementée.

  • 2  Voir les indications données par Birn (1981: 602-607). C’est Pierre Enckell qui nous avait indiqué (...)
  • 3  Ce séjour est attesté par un manuscrit conservé à la Bibliothèque du Château de Chantilly [Ms 95]: (...)
  • 4  À la Bibliothèque royale de Belgique, se trouvent deux volumes d’un certain Philibert Joseph Le Ro (...)

2D’après un dossier de police conservé à la Bibliothèque nationale de France, complété par d’autres documents déposés à la Bibliothèque de l’Arsenal2, on sait qu’un jeune homme nommé Le Roux, provenant de Tours, a été élève du collège du Plessis à Paris, d’où il a été renvoyé pour mauvaise conduite. Il était soupçonné de lire des livres interdits, d’avoir rédigé un manuscrit intitulé Le dégoût des femmes de mauvaise vie, destiné à être publié en Hollande, et d’être l’auteur d’un Dialogue sur la vie des religieuses. Entre la fin de 1701 et le début de 1702, enfermé chez les Bénédictins de Marmoutier, Le Roux écrivit des lettres désespérées à ses anciens amis de la capitale, en demandant entre autres qu’on lui envoie certains livres d’inspiration libertine. À cette époque, il ne devait pas avoir plus de dix-sept ou dix-huit ans. Par la suite, il aurait quitté la France et aurait séjourné d’abord à Rastat, où il fut au service de la duchesse d’Orléans3, puis à Amsterdam, où il publia son dictionnaire, et enfin à Bruxelles, où il fut engagé par Marie-Élisabeth jusqu’à sa mort, datable autour de 17354.

  • 5  Plusieurs recherches ont mis en relief les différentes fonctions de la citation d’auteur: Richelet (...)
  • 6  Voir à ce propos Bray (1992). Nous nous référons dans cet article à la deuxième édition du Diction (...)
  • 7  Voir à ce propos Bray (1986), qui compare l’édition de 1693 (publiée à Genève chez D. Ritter) du d (...)
  • 8  Voir à titre d’exemple l’article consacré à Cotillon: «COTILLON. […] Marêchal du cotillon, ou Marê (...)

3Comme le suggère le titre, le Dictionaire comique, satyrique, critique, burlesque, libre et proverbial est un répertoire de langue accueillant des mots et des locutions qui appartiennent pour la plupart à un registre familier, marqué parfois par des traits vulgaires. Dans un bon nombre de cas, les exemples sont justifiés par des citations d’auteur, comme pour les dictionnaires de Richelet et de Furetière5. On distingue en fait dans l’ouvrage deux couches: l’une tirée du Dictionnaire des proverbes françois de George de Backer, qui est très proche du Dictionnaire universel de Furetière6, même s’il exclut les citations d’auteur, l’autre d’un répertoire plus ancien, proche du Dictionnaire françois de Richelet de 16937. Le Roux aurait intégré ce matériel lexicographique avec des extraits tirés de ses lectures et avec des remarques sur les mœurs de son temps8.

4Dans cette étude, l’analyse portera sur un corpus restreint qui réunit le langage figuré des vêtements, composé d’une centaine d’entrées, isolées à l’intérieur de la nomenclature comptant presque 4 400 mots. La liste complète de ces entrées illustre la répartition des mots pour chaque lettre:

Affiquet, s’Agencer, Aiguille, Aiguillette, Ajuster, Amant à calotte, Balandran, Beguin, Besace, Bonnet, Bonneter, Bonnetier, Botte, Botter, Bouge, Bourse, Brague, Braguette, Braye, Brettelles, Broder, Broderie, Brodeur, Caparasson, Cape, Casaquin, Ceinture, Chamarer, Chape, Chapeau, Chaperon, Chausses, Chemise, Chiffon, Chiffonner, Coëffe, Coëffer, Collet, Collier, Cotillon, Coton, Cotte, Couvre-chef, Déboutonné, Débraguetter, Débrailler, Déchausser, Décousu, Défroquer, Déhousser, Dépenaillé, Diaprer, Doublure, Drap, Draper, Écharpe, Écharper, Éguille, Éguillette, Embeguiner, Empannacher, Emplumer, Escarcelle, Escarpin, Escoffion, Étoffe, Fil, Filer, Froc, Gant, Gantelet, Gregue, Guenille, Guêtre, Habit, Houpelande, Houzeau, Hucquebille, Jaquette, Jartiere, Linge, Lisiere, Manche, Manteau, Martingale, Mode, Pantoufle, Parer, Piaffe, Piaffer, Piaffeux, Pourpoint, Rocaille, Satin, Semelle, Simarre, Soie, Tablier, Toile, Vêtir.

  • 9   Dans cette contribution, la transcription des articles reproduits et celle de tous les
    autres ext (...)

5Puisque la lettre C comprend le plus grand nombre de mots, le sondage sera ici mené sur les vingt articles allant de Caparasson à Couvre-chef9.

6En ce qui concerne la macrostructure, la sélection effectuée par Le Roux dans le vocabulaire des vêtements comprend des mots employés dans des locutions figées ou dans un contexte satyrique ou burlesque, souvent emprunté à des œuvres littéraires.

7Les entrées tirées du Dictionnaire des proverbes françois de Backer, dont les articles sont rapportés avec une certaine quantité de variations, comportent des locutions figées. Tout ce matériel est défini par Furetière, la source probable de Backer, de manière explicite par des marqueurs diastratiques, comme «on dit proverbialement», «on dit bassement», «on dit figurément», «on appelle proverbialement». L’article consacré à Ceinture, dans les trois dictionnaires, en fournit un exemple:

Furetière (s.v. Ceinture):
[…] On dit proverbialement, qu’une personne est toûjours penduë à la ceinture d’une autre; pour dire qu’elle est toûjours avec elle. On dit aussi, que bonne renommée vaut mieux que ceinture dorée; pour dire, que l’estime qu’un homme s’est acquise dans le monde vaut mieux que les marques exterieures qu’il affecteroit pour faire paroître son merite.

Backer:
Ceinture. Cette personne est toûjours penduë à la ceinture d’une autre; pour dire qu’elle est toûjours avec elle.
Bonne renommée vaut mieux que ceinture dorée; c’est-à-dire, que la reputation vaut mieux que les richesses.

Le Roux:
CEINTURE. Cette personne est toûjours penduë à la ceinture d’une autre; pour dire, qu’elle est toûjours avec elle.
Bonne renommée vaut mieux que ceinture dorée; c’est-à-dire, que la réputation vaut mieux que les richesses.

8Les entrées qui ne sont pas tirées du Dictionnaire de Backer sont également choisies, par Le Roux, pour la variété de langue qu’elles présentent dans leur contexte; celle-ci est quelquefois spécifiée. L’article consacré au verbe Coeffer contient par exemple certaines expressions dont la première est ‘être né coeffé’, définie «manière de parler proverbiale»:

COEFFER. Etre coeffé [sic, pour ‘être né coeffé’]. Maniére de parler proverbiale, dont on se sert depuis long-temps, & qui est fort en usage, pour dire, être heureux, parce qu’on prétend que tous ceux qui viennent au monde coeffez sont ordinairement heureux […].

  • 10   Dans tous les extraits du dictionnaire de Richelet cités ici, les symboles utilisés par le lexico (...)

9Lorsqu’il n’y a pas d’indication d’emploi, les dictionnaires de Richelet et / ou de Furetière nous permettent, étant donné leur proximité temporelle, d’identifier le registre des mots ou des acceptions sélectionnés. Pour Couvre-chef, l’absence de marquage dans Le Roux peut en effet être comblée par les indications fournies par les deux autres dictionnaires de référence, qui utilisent un système de marqueurs, comme ceux déjà mentionnés, et de symboles10:

Richelet:
†* Couvre-chef. Il se dit aussi en riant, & signifie aussi ce qu’on met sur la tête d’une personne pour l’acabler.
(Jupiter fit à Typhon leur grand chef
D’une montagne un couvre-chef
. Sca. Poes.)

Furetière:
Couvre-chef, se dit aussi quelquefois en riant & dans le stile burlesque, pour signifier tout ce qu’on met sur la tête d’une personne pour l’accabler.
Jupiter fit à Tiphon leur grand Chef
D’une montagne un
couvre-chef Scar.

  • 11  Les renvois des citations d’auteur à certaines sources dans des éditions proches de la publication (...)

Le Roux:
COUVRE-CHEF. Pour chapeau, ou autre chose servant à couvrir la tête. Scarron chant I de la Gigantomachie
Il fit à Typhon leur grand chef

D’une montagne un couvre-chef. (Scarron 1712b: ch. I, 5)11

10Suivant ce système de référence qui permet de vérifier la variété linguistique du matériel sélectionné par Le Roux, certaines entrées ne sont toutefois pas justifiables: dans un bon nombre de cas, leur intégration dans la nomenclature ne se fonde que sur une citation d’auteur, tirée du corpus d’ouvrages réunis par le lexicographe. Les Satyres de Boileau et les Satyres de Régnier sont par exemple les sources d’où sont extraites les citations qui paraissent sous Chamarer, Chiffon et Cotte:

CHAMARER. Pour parer de toute sorte de couleurs. Dépreaux Satyre 4 [sic]
Qu’il voit de toutes parts les hommes bigarez,
Les uns gris, les uns noirs, les autres chamarez
. (Boileau 1694: Satyre VIII, 69)

CHIFFON. Pour guenille, vieille piéce de nippes, lambeau. Regn. Satyre 11
Du blanc, un peu de rouge, un chiffon de rabat. (Régnier 1710: Satyre XI, 98)

COTTE. Pour cotillon, juppe, robe ou jupon que portent les femmes. Regnier Saty. 11
Non, ma foi, j’ai encor
Un demi ceint, deux cottes
. (Régnier 1710: Satyre XI, 100)

11En ce qui concerne la microstructure, on peut distinguer différents procédés.

12Les articles que Le Roux tire du Dictionnaire de Backer sont reproduits sans aucune variation (comme pour Ceinture, Chapeau, Chaperon, Chemise, Coeffe, Collier et Coton) ou avec des variations qui comportent l’ajout de nouveaux éléments (comme pour Cape) comprenant aussi des citations d’auteur (comme pour Chape et Chausses).

13Dans le premier cas, rien ne change, si ce n’est la ponctuation, comme l’entrée Chapeau l’atteste:

Backer:
Chapeau. Voilà un beau chapeau que vous lui mettez sur la tête: se dit, d’une personne à qui il est arrivé quelque sujet de honte, ou de qui on a fait quelque médisance. Perdre la plus belle rose de son chapeau; c’est-à-dire, faire quelque perte considérable, sur tout en ce qui regarde l’appui, ou la protection.

Le Roux:
CHAPEAU. Voilà un beau chapeau que vous lui mettez sur la tête: se dit, d’une personne à qui il est arrivé quelque sujet de honte, ou de qui on a fait quelque médisance.
Perdre la plus belle rose de son chapeau; c’est-à-dire, faire quelque perte considérable, sur tout en ce qui regarde l’appui, ou la protection.

14Dans le deuxième cas, Le Roux enrichit avec des approfondissements un article tiré de Backer, comme sous Cape:

Backer:
Cape. Rire sous cape; c’est, rire sourdement, & sans que personne s’en apperçoive.
Vendre une chose sous cape; pour dire, ne l’oser vendre publiquement.
On dit qu’un homme n’a que l’épée & la cape; pour signifier, qu’il n’a rien vaillant, qu’il n’a aucune fortune établie.

Le Roux:
CAPE. Rire sous cape, c’est rire sourdement, & sans que personne s’en aperçoive.
Vendre une chose sous cape, pour dire ne l’oser vendre pu[bli]quement.
N’avoir que la cape et l’épée. Maniére de parler, qui se dit d’une personne qui est fade dans l’entretien, qui n’a point de vivacité, ni d’esprit, simple, qui n’a rien de prévenant; se dit d’un Officier, ou Gentilhomme gueux.

  • 12   Tout comme dans le Dictionnaire de l’Académie de 1694 (s.v. Cape) «On dit fig. d’un cadet de bonn (...)

15Dans Le Roux, la locution ‘n’avoir que la cape et l’épée’ occupe la même place que dans Backer mais les termes de ‘cape’ et d’‘épée’ sont intervertis12. De plus, l’explication de la locution est très articulée: le sens le plus proche de son origine «ne pas avoir de fortune» appliqué à la noblesse («se dit d’un Officier, ou Gentilhomme gueux») est postposé au sens extensif qui se réfère en particulier à une personne: «Maniére de parler […] qui n’a rien de prévenant». L’attestation de cette dernière acception ne correspond que partiellement à celle de Furetière (s.v. Cape), qui applique l’extension aux ‘choses’:

On dit aussi, qu’un homme n’a que l’épée & la cape; pour dire, qu’il n’a rien vaillant, qu’il n’a aucune fortune établie. On le dit figurément de toutes les choses qui n’ont ni valeur, ni merite, mais seulement un peu d’apparence. C’est une Noblesse qui n’a que l’épée & la cape; un sçavoir qui n’a que l’épée & la cape; du vin qui n’a que l’épée & la cape. C’est un mérite qui n’a que l’épée & la cape.

16Toujours dans le deuxième cas, lorsque la variation comporte une citation d’auteur, Le Roux transpose partiellement l’article de Backer, comme dans le cas de Chape où la locution ‘chercher / trouver chape-chute’ est traitée de manière différente. Elle figure sous la forme ‘trouver chape-chute’, où le verbe ‘chercher’ n’est plus rapporté, elle est expliquée avec d’autres mots et elle est illustrée par un passage tiré d’un auteur (Chevalier):

Backer.
Chape. Se debattre de la chape à l’Evêque; signifie, contester sur une chose où on n’a, ni où on ne peut avoir d’interêt. On dit aussi, qu’un homme cherche chape-chute, qu’il a trouvé chape-chute; pour dire, qu’il cherche, ou qu’il a trouvé quelque occasion, quelque hazard, quelque rencontre avantageuse, ou quelquefois mauvaise.

Le Roux:
CHAPE. Se débattre de la chape à l’Evêque, signifie, contester sur une chose où on n’a, ni où on ne peut avoir d’intérêt.
Trouver Chape-chute. Trouver la bonne aventure, une occasion favorable à faire fortune, capture, ou prise. Chevaliers [sic, pour Chevalier] desol. des filoux Afin de trouver chape-chute. (Chevalier 1683: sc. 2, 15)

17L’insertion des citations d’auteur dans un article tiré du Dictionnaire de Backer est un procédé récurrent. Le cas de Chausses se révèle particulièrement intéressant pour la variété des passages tirés de plusieurs œuvres – le Dépit amoureux de Molière, le Virgile travesti de Scarron et le Don Quichotte de Cervantes – que le lexicographe intercale au matériel provenant de Backer:

Backer:
Chausses. On dit à celui qu’on veut chasser d’aupres de soi, va te promener, tu auras des chausses, ou simplement, va-t-en, tire tes chausses.
Ils ont bien fait de tirer leurs chausses: se dit, de ceux qui se sont mis en sûreté par la fuite.
On dit pour se moquer de la pauvre Noblesse, c’est un Gentilhomme de Beauce, qui se tient au lit quand on racoûtre ses chausses.
Il est si pauvre qu’il n’a pas de chausses.
Quand un jeune homme est hors d’âge d’avoir le fouët, on dit qu’il a la clef de ses chausses.
Quand les Sergens menent un homme prisonnier; on dit qu’ils le tiennent au cul et aux chausses.
On le dit aussi des parties adverses qu’on a réduites à l’extrémité, qui ne peuvent plus fuïr leur condamnation, ou de qui on juge le procés, qu’on les tient au cul et aux chausses.
Cette femme porte les haut-de-chausses. Se dit d’une femme qui gourmande son mari, et qui fait les affaires de la maison.
On dit à celui à qui on voit des bas dépareillez, qu’il a des chausses de deux Paroisses.

  • 13   La citation ne correspond pas exactement au passage: «Et me laissez tirer mes chausses
    sans murmur (...)

Le Roux:
CHAUSSES. On dit à celui qu’on veut chasser d’auprès de soi, va te promener, tu auras des chausses, ou simplément, va-t-en, tire tes chausses.
Tirer ses chausses. S’enfuir, s’en aller sans bruit, plier bagage, déloger sans trompette, s’esquiver, décamper. Mol. Dépit Am. Et me laisse tirer mes chausses sans murmurer. (Dépit amoureux, Molière 1694: T. I, A. I, sc.4, 22)13
Ils sont dans vos chausses. C’est une maniére de parler basse du peuple de Paris, et sert communément de réponse à une personne à qui on dit des injures. Scaron Virg. Trav.
Et prediseur de choses fausses
Chalchas dit, ils sont dans vos chausses
. (Scarron 1712a: L. II, 131)
Donner des chausses. Pour punir, frapper, battre, donner des coups. Don Quix. 1. P. Un bon maître n’a jamais manqué de donner des chausses à son valet, quand il lui a dit une injure. (Cervantes 1696: T. I, 259)
On dit, pour se moquer de la pauvre Noblesse, c’est un Gentilhomme de Beauce, qui se tient au lit quand on racoûtre ses chausses.
Il est si pauvre qu’il n’a pas de chausses.
Quand un jeune homme est hors d’âge d’avoir le fouët, on dit qu’il a la clef de ses chausses.
Quand les Sergens menent un homme prisonnier; on dit qu’ils le tiennent au cul & aux chausses.
On dit aussi des parties adverses qu’on a réduit à l’extrémité, qui ne peuvent plus fuir leur condamnation, ou de qui on juge le procès, qu’on les tient au cul & aux chausses.
Cette femme porte les haut-de-chausses: se dit d’une femme qui gourmande son mari, & qui fait les affaires de la maison.
On dit à celui à qui on voit des bas dépareillez, qu’il a des chausses de deux Paroisses.

18Dans le cas de Molière, la citation complète la définition de l’expression figée; tandis que les citations tirées de Scarron et de Cervantes enrichissent l’article avec de nouvelles expressions figées dont l’explication est aussi donnée.

19Quant au matériel lexicographique qui n’est pas tiré du dictionnaire de Backer, on reconnaît d’autres procédés qui présentent certaines régularités. L’acception d’un mot tirée d’une citation d’auteur peut donner lieu à la constitution d’un article qui n’a pas de correspondances dans d’autres dictionnaires. Dans le cas de Caparasson, par exemple la glose «Pour coëffe de femme» explique l’une des acceptions fondée sur le passage du Virgile Travesti de Scarron où la sibylle de Cumes perd son ‘caparasson’ («Sa chevelure devint telle / Que les pointes d’un herisson, / Et perdit son caparasson»):

CAPARASSON. Pour coëffe de femme. Scaron Virg. Trav.
Et perdit son caparasson.
Sa face devint cacochime
. (Scarron 1712a: L VI, 500)

20Dans le cas de Casaquin, la locution ‘donner sur le casaquin’ avec le sens de ‘battre’, rapportée tant par Richelet que par Furetière, explique la variante avec le verbe ‘épouster’ qui figure dans Le Roux par le biais d’une citation:

CASAQUIN. Pour pourpoint, habit, casaque, ou juste-au-corps. Theatre Italien, Fausse Coquette. comed.
Et qu’un bâton ne te relance,

Et n’épouste ton casaquin. (La fausse Coquette 1697: A. II, sc. 11, 145)

21Certains articles présentent une double articulation où différentes acceptions d’un mot semblent être enregistrées, comme c’est le cas pour Chiffonner:

CHIFFONNER. C’est un mot que disent les femmes qu’on patine, & qu’on caresse un peu de près, ou lorsqu’on s’est diverti avec elles. Arrêtez-vous, vous me chiffonnez mon falbalat. Mon Dieu, que vous m’avez chiffonnée, & signifie autant que mettre en desordre.
Chiffonner. Pour inquiéter, chagriner, faire de la peine, mettre de mauvaise humeur. Poisson Comed. sans titre
M’interrompre à tous coups, c’est me chiffonner l’ame
. (Poisson
1682: 73)

22La première explication correspond à celle qu’on trouve également dans Richelet et Furetière:

Richelet (s.v. Chifonner):
†* Chifonner. Embrasser. Baiser. Patiner d’une façon brusque & étourdie. (C’est un badin qui la chifone, & la fait tourner en sabot Gomb. ep. liv. 1)

Furetière (s.v. Chifonner):
On dit figurément dans le stile comique; pour dire, Embrasser, baiser, patiner d’une façon brusque & étourdie (C’est un badin qui la chifone, & la fait tourner en sabot. Gombaut).

23La deuxième acception, introduite par le mot de l’entrée retranscrit en italique, se réfère au sens tiré de la citation d’auteur, où «chiffonner l’ame» n’est pas une expression lexicalisée. Le verbe ‘chiffonner’ est de plus employé suivant l’extension figurée rapportée en premier, ce qui atteste que le matériel lexicographique est souvent réorganisé, dans le Dictionaire comique, sur la base de citations d’auteur superposées.

24Dans le cas de Coeffer, l’article est composé de plusieurs acceptions relevables dans les expressions «être né coeffé», «se coeffer» et «se coeffer le cerveau»:

COEFFER. Etre coeffé [sic pour ‘être né coiffé’]. Maniére de parler proverbiale, dont on se sert depuis long-temps, & qui est fort en usage, pour dire, être heureux, parce qu’on prétend que tous ceux qui viennent au monde coeffez sont ordinairement heureux. Palap. fem. d’int. Il faut assurément qu’il soit né coeffé. (Dancourt 1694: A. IV, sc. V, 95)
Se coeffer. Pour s’entêter, s’enbeguiner, s’infatuer & s’enamouracher. Mol. Tart.
Elle paroît coeffée
(Tartuffe ou l’Imposteur, Molière 1694: T.III, A. I, sc. 2, 19).
Hautero
. Crisp. Musi.
Quand un coquet fiefé
D’amour de bonne sorte est une fois coeffé
(Le Breton de Hauteroche 1682: A. V, sc. 4, 103).
Se coeffer le cerveau. Mol. Amp. Pour s’enyver [sic pour ‘s’enyvrer’], se brouiller le siége de la raison à force de boire.
Quel est le cabaret honnête
Où tu t’es coeffé le cerveau?
(Amphitryon, Molière 1694: T. II, A. III, sc. 2, 64)

25Dans les trois acceptions, la citation d’auteur motive la constitution de l’article qui réunit des statuts différents du verbe: le participe passé ‘coeffé’ transformé en adjectif, le pronominal intransitif ‘se coeffer’ et le pronominal transitif ‘se coeffer le cerveau’.

26L’article consacré au substantif Collet se base sur trois expressions – ‘prêter le collet’, ‘collet monté’ et ‘prendre au collet’ – toutes tirées de citations d’auteur, auxquelles correspond une explication introduite par la préposition ‘pour’, suivie d’une série de synonymes:

  • 14   L’attribution de la pièce à Chappuzeau est douteuse.

COLLET. Prêter le collet. Pour faire résistance, s’opposer, se mesurer, témérairement avec quelqu’un. Scar. Virg. Trav. L. 5.
En vaillant fils de Pélée,
Ayant osé comme un follet
Prêter fortement le collet
. (Scarron 1712a: L. V, 480)
Don Quix. T. I. (Cervantes 1696: T. I, 359) Pour faire tête, tenir tête.
Collet monté. Pour bizarre, contraint, gêné, fade, ridicule. Moliere Femmes savantes
Il est vrai que le mot est bien collet monté
(Les Femmes savantes, Molière 1694: T. IV, A. II, s. 7: 2)
Prendre au collet. Pour saisir, presser, arrêter, prendre à la gorge avec force. Chevalier, Fray. de Cris.
Je me cache, un Demon me va prendre au collet
. (Chappuzeau 1682: sc. 23, 57)14

27La citation provenant de Molière est présentée comme un syntagme lexicalisé, mais de son côté, Furetière précise qu’il s’agit d’une création d’auteur:

On appelle encore une vieille femme critique, un grand chaperon, un collet monté. Moliere a fait un plaisant usage de ce mot dans les Femmes sçavantes, où il introduit Belise disant que le mot de sollicitude est bien collet monté.

28Dans ce cas, le dictionnaire de Le Roux semble attester un emploi plus étendu de l’expression, qui se trouve à l’origine dans l’œuvre de Molière.

29En concluant, l’ouvrage de Le Roux offre un corpus marqué diastratiquement, ce qui permet de remonter à la définition d’un registre de langue tel qu’il était perçu à l’époque de sa publication. Cette restitution linguistique d’un segment temporel précis se prolonge, passant assez paresseusement d’un répertoire à l’autre, jusqu’au XIXe siècle. Le dictionnaire de Le Roux est en effet republié jusqu’en 1786 avec des modifications consistant surtout dans des ajouts et bien peu de suppressions; le vocabulaire figuré concernant les vêtements reste presque inaltéré. Même si modifié, le matériel lexicographique de la dernière édition de 1786 est ensuite transposé dans Le Nouveau Dictionnaire Proverbial, satyrique et burlesque plus complet que ceux qui ont paru jusqu’à ce jour, à l’usage de tout le monde d’Antoine Caillot (publié à Paris, chez Dauvin, en 1826). Plus tard, nous rencontrons Le Roux cité, toujours dans des dictionnaires, comme source pour expliquer des mots et des locutions qu’on ne comprend presque plus: c’est une nouvelle étape du chemin parcouru par cet ouvrage dans l’histoire de la lexicographie.

Bibliographie

Dictionnaires

Le Dictionnaire de l’Académie françoise dédié au Roy, 1694, Paris, Vve J.-B. Coignard et J.B. Coignard.

[Backer G. de], 1710, Dictionaire des proverbes françois. Avec l’explication de leurs Significations, et une partie de leur Origine. Le tout tiré et recueilli des meilleurs autheurs de ce dernier Siecle. Par G.D.B., Brusseles, George de Backer, Imprimeur et Marchand Libraire, aux trois Mores, à la Bergh-straet.

Caillot A., 1826, Nouveau Dictionnaire Proverbial, satyrique et burlesque plus complet que ceux qui ont paru jusqu’à ce jour, à l’usage de toute le monde, Paris, Dauvin.

Furetière A., 1701, Dictionaire universel contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes et les termes des sciences et des arts […]. Le tout extrait des plus excellens Auteurs anciens et modernes […], Seconde édition revüe, corrigée & augmentée par Monsieur Basnage de Bauval, La Haye / Rotterdam, Leers.

Le Roux Ph.J., 1718, Dictionaire comique, satyrique, critique, burlesque, libre et proverbial. Avec une Explication très-fidele de toutes les maniéres de parler Burlesques, Comiques, Libres, Satyriques, Critiques et Proverbiales, qui peuvent se rencontrer dans les meilleurs Auteurs, tant Anciens que Modernes. Le tout Pour faciliter aux Étrangers et aux Français mêmes l’intelligence de toutes sortes de Livres, Amsterdam, Michel Charles Le Cene.

Richelet C.-P., 1693, Dictionnaire françois, contenant généralement tous les mots et plusieurs remarques sur la langue françoise, Genève, D. Ritter.

Études critiques

Birn R., 1981, Les colporteurs de livres et leur culture à l’aube du Siècle des Lumières: les pornographes du Collège d’Harcourt, «Revue française d’histoire du livre» nouvelle série 33: 593-616.

Bray L., 1986, Richelet’s «Dictionnaire françois» (1680) as a Source of «La porte des sciences» (1682) and Le Roux’s «Dictionaire Comique» (1718), in R.R.K. Hartmann (ed.), The History of Lexicography, Amsterdam, Benjamins: 13-22.
—, 1992, Essai de filiation d’un dictionnaire de français non conventionnel du XVIIIe siècle: Le Roux (1718, 1735), in Grammaire des fautes et français non conventionnels, Actes du IVe Colloque international organisé à l’École Normale Supérieure les 14, 15 et 16 décembre 1988 par le groupe d’Étude en Histoire de la Langue Française, Paris, Presses de l’École Normale Supérieure: 185-196.

Challe R., 1996, Mémoires. Correspondance complète. Rapports sur l’Académie et autres pièces, Publiés d’après les originaux avec de nombreux documents inédits par F. Deloffre, avec la collaboration de J. Popin, Genève, Droz.

Lehman A., 1995, La citation d’auteurs dans les dictionnaires du XVIIe siècle (Richelet et Furetière), «Langue française» 106: 35-54.

Petrequin G., 2009, Le Dictionnaire françois de P. Richelet (Genève, 1679/1680). Étude de métalexicographie historique, Leuven / Paris / Walpole (MA), Peeters.

Sources lexicographiques

Boileau N., 1694, Œuvres diverses, Paris, Claude Barbin.

Cervantes M. de, 1696, Histoire de l’admirable Don Quixote de La Manche, Amsterdam, Pierre Mortier.

Chappuzeau S., 1682, Frayeurs de Crispin, Leyde, F. Lopez.

Chevalier (Jean Simonin, dit), 1683, La Désolation des Filoux, sur la deffense des armes, ou les malades qui se portent bien, La Haye, Adrian Moetjens.

Dancourt F.C., 1694, La Femme d’intrigues, Paris, Thomas Guillain.

La fausse Coquette, 1697, in Suite du théâtre italien ou nouveau recueil de plusieurs Comedies Françoises, qui ont été joüées sur le Théâtre Italien de l’Hôtel de Bourgogne, s.l., s.e.

Le Breton de Hauteroche N., 1682, Crispin Musicien, La Haye, Adrian Moetjens.

Molière, 1694, Les Œuvres de Monsieur Moliere, Nouvelle édition corrigée & augmentée des Œuvres Posthumes, & de tres belles Figures à chaque Comedie, & c., Brusselles, George De Backer, Imprimeur & Marchand Libraire aux trois Mores, à la Bergh-straet, t. 1-4.

Poisson R., 1682, Le Mercure galant, ou la Comédie sans titre, Paris, J. Ribou.

[Régnier M.], 1710, Les Œuvres de Mr Régnier contenant ses Satyres Et autres pieces de Poësie, Amsterdam, Estienne Roger.

Scarron P., 1712a, Le Virgile Travesty, in Œuvres, t. 1, Amsterdam, R & G. Wetstein.
—, 1712b, La Gigantomachie, in Œuvres, t. 2, Amsterdam, R & G. Wetstein.

Notes

1  En 1735, le dictionnaire est publié à Lyon chez les héritiers des frères Béringos. L’édition de 1752 chez les héritiers des frères Béringos n’est qu’une réimpression de l’édition de 1735; l’édition hollandaise de Zacharie Chastelain de 1750 reproduit, en revanche, une édition perdue. En 1786, une nouvelle édition considérablement augmentée est publiée en deux volumes à Pampelune – lieu fictif pour Paris – sans aucune indication de l’éditeur; l’édition de 1787 publiée à Amsterdam – lieu fictif pour Paris – correspond exactement à l’édition de 1786.

2  Voir les indications données par Birn (1981: 602-607). C’est Pierre Enckell qui nous avait indiqué cette contribution.

3  Ce séjour est attesté par un manuscrit conservé à la Bibliothèque du Château de Chantilly [Ms 95]: Heures à la Duchesse, ou Prieres Journalliéres A l’usage de Madame La Duchesse d’Orléans Ecrites A la main A Rastat le 18 juin 1724 Par Philibert Joseph le Roux, dédié à Auguste Marie Jeanne de Bade, duchesse d’Orléans (1704-1726), belle-fille du Régent.

4  À la Bibliothèque royale de Belgique, se trouvent deux volumes d’un certain Philibert Joseph Le Roux travaillant au service de Marie-Élisabeth d’Autriche comme «Maître en Histoire et de Langues»: Le Prince selon Dieu et les hommes, demontré par l’Écriture sainte par les Saints Peres et par les plus celebres historiens profanes, publié à Bruxelles chez Nicolas Stryckwant en 1730, et Les Annales du monde ou l’histoire universelle sacrée, ecclésiastique et profane, publiées par le même éditeur en 1732-1735 et terminées, vraisemblablement en raison de la mort de leur auteur avant 1735, par Chevalier Lenglet de Percel, c’est-à-dire Nicolas Lenglet-Dufresnoy.

5  Plusieurs recherches ont mis en relief les différentes fonctions de la citation d’auteur: Richelet indique sa source, en signalant souvent, en plus du nom de l’auteur, le titre de l’ou-
vrage et le lieu d’où l’exemple est tiré pour attester l’usage du mot; chez Furetière, le renvoi au seul nom de l’auteur informe l’usager quant à l’utilisation littéraire d’un mot. Voir à ce propos Lehman (1995), qui se réfère aux premières éditions des deux dictionnaires cités. Sur la structure du dictionnaire de Richelet, voir aussi Petrequin (2009).

6  Voir à ce propos Bray (1992). Nous nous référons dans cet article à la deuxième édition du Dictionnaire universel de Furetière, c’est-à-dire à celle de 1701, en raison de la diffusion de cette édition par rapport à la première (1690). Il reste toutefois encore à établir de quelle édition du dictionnaire de Furetière George de Backer s’est servi.

7  Voir à ce propos Bray (1986), qui compare l’édition de 1693 (publiée à Genève chez D. Ritter) du dictionnaire de Richelet avec le dictionnaire de Le Roux, et non pas la première édition (1680).

8  Voir à titre d’exemple l’article consacré à Cotillon: «COTILLON. […] Marêchal du cotillon, ou Marêchal du fourreau. Maniére de parler satirique, dont on se sert à Paris, pour marquer qu’un Maréchal de France, ou autres Officiers portant l’épée ou la robe, sont de la création de M. de M**. & ont été élevez à leurs Charges par le canal de cette Sultane validée». L’appellation ‘marêchal du cotillon’ ou ‘marêchal du fourreau’ désignait des grades attribués par le roi sous l’influence de sa maîtresse; voir Challe (1996: 250).

9   Dans cette contribution, la transcription des articles reproduits et celle de tous les
autres extraits des dictionnaires cités respecte fidèlement la graphie et la ponctuation, mais elle n’en respecte que très partiellement la mise en page et la typographie.

10   Dans tous les extraits du dictionnaire de Richelet cités ici, les symboles utilisés par le lexicographe, croix et astérisque, sont fidèlement reproduits; leur explication est donnée dans les pièces liminaires de l’ouvrage: «La croix † qui est vis à vis du mot, ou de la façon de parler veut dire que le mot ou la façon de parler n’ont proprement leur usage que dans le stile simple, dans le comique, le burlesque, ou le satirique. Mais lors qu’on trouve à côté du mot, ou de la phrase une étoile & une croix, ou une croix & une étoile, *†, ou †*, cela signifie que le mot ou la façon de parler se prennent figurément, mais qu’ils n’ont cours que dans le stile le plus simple, comme dans les vaudevilles, les rondeaux, les épigrammes, & les ouvrages comiques» (Richelet 1693: f. 7 n.n.).

11  Les renvois des citations d’auteur à certaines sources dans des éditions proches de la publication du dictionnaire de Le Roux n’indiquent pas les ouvrages que le lexicographe a effectivement consultés. On peut toutefois supposer qu’il avait sous les yeux des ouvrages publiés surtout à Bruxelles et à Amsterdam, puisqu’il avait séjourné dans ces villes. En ce qui concerne en particulier les citations tirées de Molière, comme il cite le Festin de Pierre d’après une édition basée sur le texte de 1683, il avait sans doute à sa disposition le recueil publié par George de Backer auquel nous nous référons ici (voir infra).

12   Tout comme dans le Dictionnaire de l’Académie de 1694 (s.v. Cape) «On dit fig. d’un cadet de bonne maison qui n’a point de bien, qu’Il n’a que la cape & l’espée».

13   La citation ne correspond pas exactement au passage: «Et me laissez tirer mes chausses
sans murmure».

14   L’attribution de la pièce à Chappuzeau est douteuse.

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search