Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Roman Jakobson, linguistica e poetica

 | 
Edoardo Esposito
, 
Stefania Sini
, 
Marina Castagneto

Radici e frutti dello strutturalismo di Jakobson

Métaphore, métonymie, magie

Patrick Sériot

Texte intégral

Cet article a été réalisé dans le cadre du projet №16-18-02042 (Rossijskij nauchnyj fond)

1Le monde intellectuel français, prenant son origine dans la tradition des Lumières, a coutume d’expliquer l’évolution des phénomènes par le critère de la causalité: en d’autres termes, ce qui vient après est la conséquence de ce qui était avant. En Russie, en revanche, le changement linguistique est souvent pensé en termes de «tendances de développement» (Troubetzkoy) ou d’«orientation vers un but» (Jakobson).

  • 1 Antoine Meillet, Le problème de la parenté des langues, «Scientia», vol. XV, n° XXXV-3, 1914, réim (...)

2Mais il y a plus: si pour Antoine Meillet, toute analogie de formes entre des langues non apparentées n’est qu’une «amusette»,1 pour Troubetzkoy et Jakobson au contraire, tenant pour acquis qu’aucune ressemblance ne peut être due au hasard, il s’agit de la preuve d’une «affinité», c’est-à-dire d’une tendance à l’attraction.

3Cette différence d’approche envers la diachronie comparée des langues et leur distribution géographique a eu pour résultat une riche tradition de typologie linguistique en Russie (v., par exemple, l’école de Viktor Xrakovskij à Léningrad). Mais ce qui est moins connu est l’origine intellectuelle de l’idée que toute forme de similitude est nécessairement signifiante.

4Cette origine est double. D’un côté on trouve la théologie de l’icône dans l’Eglise orientale, pour laquelle l’icône n’est ni un signe de la divinité, ni même sa représentation, mais sa présence effective. Cette théologie a trouvé une manifestation extrême dans l’hésychasme au début du XXème siècle, attitude religieuse dont le principe est que «le nom de Dieu est Dieu», et qui mène à une philosophie du langage qui a pour fondement que le nom de la chose est la chose elle-même (Sergej Nikolaevič  Bulgakov, Aleksei  Losev).

5La seconde source est la Naturphilosophie allemande de l’époque romantique, qui a effacé la frontière entre les sciences naturelles et les sciences de la culture (ou de l’«esprit»: Naturwissenschaften / Geisteswissenschaften). La variante russe au XXème siècle relie les langues à un sol particulier (un Landschaft), refusant tout aléatoire dans leur distribution spatiale.

6Enfin, une troisième source est une étonnante collusion entre le cratylisme d’un refus de l’arbitraire et un virulent anti-darwinisme, issu d’une biologie orthogénétique en Russie nommée «nomogénèse», ou développement reposant sur des lois.

7Ces trois courants intellectuels, réunis par le refus du hasard et une poursuite passionnée de l’‘unitotalité’ (vseedinstvo) des objets de recherche et d’une synthèse du savoir, sont une clé pour comprendre et expliquer les particularités de la philosophie du langage en Russie qui font obstacle à la compréhension de certains textes particulièrement obscurs et ambigus de Jakobson ou de Vološinov, pourtant lus et largement commentés en «Occident».

8Cet article a pour but de présenter quelques voies d’accès à ces aspects paradoxaux de la linguistique et de la philosophie du langage en Russie.

9Roman Jakobson (1896-1982) est largement connu dans ce qu’il est convenu d’appeler le «monde occidental» comme «an American scholar», comme si sa carrière intellectuelle avait commencé à son arrivée à New-York en 1943. Or, la courte épitaphe qu’il a fait graver sur sa tombe indique: «Roman Jakobson, russkij filolog». Ne devrait-on pas voir dans cette affirmation de ‘russianité’ un peu plus qu’une nostalgie des origines, une allusion au fait que, d’un point de vue épistémologique, la science de l’Europe orientale possèderait des traits spécifiques qui la différencient de celle de l’Europe de l’Ouest? Que signifie, au juste, russe dans cette épitaphe?

10Une lecture attentive des textes que Jakobson écrivit en russe ou en tchèque pendant l’entre-deux-guerres apporte un éclairage insolite sur ces questions.

11En premier lieu, il faut noter que le contexte de réception d’un scientifique est aussi important que sa propre culture pour l’image générale que nous avons de lui. En fait, dans le cas présent, il y a autant de perceptions ‘nationales’ de Jakobson qu’il y a de cultures de réception. Le Jakobson français, par exemple, donne l’impression d’un penseur typique des Lumières, totalement détaché de tout environnement culturel:

  • 2 Jean-Claude Milner, Le bonheur par la symétrie, «Cahiers Cistre», 5, 1978, pp. 53-56: 53-54.

Tout pour lui doit devenir familier à tous, pour peu qu’on adopte le point de vue de la Raison.2

  • 3 Ib., p. 56.

[…] Certain, comme Spinoza, comme Voltaire ou comme tout Juif d’Europe centrale, que des hommes constitués en nations, aucun bien ne peut venir.3

12Vu ‘de l’autre côté’, au contraire, Jakobson est profondément impliqué dans sa culture scientifique nationale:

  • 4 L’attività scientifica di Roman Osipovič Jakobson (1896-1982) fu legata sin dall’inizio alla profo (...)

Dès le tout début, l’activité scientifique de Roman Jakobson (1896-1982) a été associée à une profonde assimilation des principes de la tradition philologique russe.4

13Cette confrontation des réceptions soulève un problème délicat: dans quelle mesure les sciences humaines sont-elles dépendantes de leur contexte culturel? Plus précisément, si l’on conçoit aisément que la pensée chinoise ou japonaise soit fort différente du monde occidental, combien différente est la pensée scientifique en Europe de l’Est? Cette question a-t-elle un sens?

I/ Aux sources de la typologie: la similitude sans ancêtre commun

14Dans les années 1930 Jakobson a une cible explicite: le «naturalisme» en linguistique. Qu’est-ce que cela signifie?

  • 5 Roman Jakobson, Sur la théorie des affinités phonologiques entre les langues, in Actes du IVe Cong (...)

La doctrine de Schleicher, ce grand naturaliste dans le domaine de la linguistique, est ébranlée depuis longtemps, mais on en trouve encore maintes survivances.5

  • 6 Ibidem.

Est-il besoin aujourd’hui de rappeler que la linguistique appartient aux sciences sociales et non à l’histoire naturelle?6

15Jakobson s’en prend à l’‘évolutionnisme orthodoxe’:

  • 7 Ibidem.

c’est la tendance à expliquer les similitudes phoniques et grammaticales de deux langues par leur descendance d’une langue-mère commune, et à n’envisager que les similitudes susceptibles d’être expliquées d’une telle manière, qui demeure sans aucun doute l’élément le plus stable de la doctrine en question.7

  • 8 Ib., p. 236.

La similitude de structure est indépendante du rapport génétique des langues en question et peut indifféremment relier des langues de même origine ou d’ascendance différente.8

16On peut maintenant poser le problème de la façon suivante: quelle est la valeur, ou le pouvoir explicatif, de la ressemblance de forme? Repose-t-elle sur le hasard? Ou la cause? Ou un plan caché? En d’autres termes: pourquoi les choses qui se ressemblent se ressemblent-elles?

17Une façon d’aborder cette question intrigante est de jeter un regard attentif à la façon dont ce qu’on appelait la ‘science bourgeoise’ était présenté en Union Soviétique dans les années 1920-1930. Etait-elle, à proprement parler, idéaliste ou matérialiste?

  • 9 Ernst Cassirer, Structuralism in modern linguistic, «Word», I, 2, 1945, p. 99-120.

18Une première étape sur le chemin qui pourrait nous rapprocher de la solution du problème dans le champ linguistique est l’article fort éclairant que Ernst Cassirer (1874-1945) écrivit à New-York quelques jours avant sa mort (Cassirer, 1945).9 Il attirait l’attention sur les similitudes frappantes entre le naturaliste français Georges Cuvier (1769-1832) et le structuralisme de Jakobson et Troubetzkoy. Son argumentation repose sur l’attitude épistémologique qu’ils avaient en commun: la «loi de corrélation des parties dans un tout». Ce qui est vrai pour les organes dans leur relation à l’organisme auquel ils appartiennent l’est aussi pour les phonèmes à l’intérieur du système phonologique d’une langue donnée. Consciemment ou non, Cassirer avait eu l’intuition que la façon implicite de raisonner pour Jakobson et Troubetzkoy était précisément le modèle naturaliste qu’ils refusaient explicitement.

19Allons maintenant un peu plus loin.

20Le grand écrivain allemand Goethe est connu en dehors d’Allemagne essentiellement pour ses œuvres littéraires. Pourtant, il se considérait lui-même avant tout comme un spécialiste de sciences naturelles. Sa Farbenlehre (théorie des couleurs) anti-newtonienne était pour lui plus importante que son Die Leiden des jungen Werthers [Les souffrances du jeune Werther].

21Goethe était un promoteur de la morphologie idéaliste, dont les thèses principales peuvent se résumer ainsi:

  • deux formes peuvent être semblables sans aucun contact que ce soit dans l’espace ou dans le temps;
  • aucune similitude de forme ne peut être due au hasard.

22La conséquence de ces deux principes est qu’il existe un plan caché qui doit être découvert et exposé. Je vais tenter de montrer maintenant à quel point la morphologie idéaliste fournit une clé utile pour mettre en évidence certains traits du travail de Jakobson qui le distinguent considérablement du structuralisme ‘classique’.

II/ La théorie des types

23Comment peut-on expliquer et justifier la similitude d’objets qui se ressemblent?

24Il y a trois possibilités principales:

  • I. un ancêtre commun;
  • II. une convergence téléologique;
  • III. l’harmonie et la transcendance.

25Jakobson et Trubetzkoy choisirent les deux dernières et rejetèrent la première.

26La raison, pour eux, est que la similitude par causalité mécanique existe bel et bien, mais est privée de sens. En revanche, la similitude de pure forme, sans aucun contact dans le temps ou dans l’espace, implique qu’il existe un plan, un dessein, une téléologie cachée qui gouverne ces correspondances de formes.

27On est ici confronté à une importante et irréconciliable opposition entre une attitude positiviste, qui considère qu’une ressemblance sans contact n’a pas le moindre intérêt, et la morphologie idéaliste, qui, au contraire, s’efforce de mettre au jour les raisons cachées de la ressemblance.

28La première approche, par exemple, ne sera pas intéressée au phénomène des sosies, ces personnes qui se ressemblent sans avoir d’ancêtre commun: leur ressemblance est due à un pur hasard, et par conséquent n’apporte aucune information sur la seule question qui ait une valeur pour les linguistes-positivistes: reconstruire une origine commune. Le linguiste français Antoine Meillet, dans sa polémique implicite contre Jakobson, est un exemple concret de cette attitude épistémologique:

  • 10 Meillet, op. cit., pp. 76-77.

Il [ce classement d’après les traits généraux de structure] s’est trouvé dénué de toute utilité soit pratique, soit scientifique; c’est une amusette dont aucun linguiste n’a pu tirer parti.10

  • 11 Des travaux de Ljubiščev furent reproduits par Jurij M. Lotman dans la revue de sémiotique de Tart (...)

29A l’opposé, le biologiste soviétique Aleksandr Ljubiščev (1890-1972), qui pendant toute sa vie professa un platonisme parfaitement explicite sans jamais avoir d’ennuis politiques, soutint constamment l’opinion qu’aucune ressemblance de forme ne peut être due au hasard: si les fleurs de gel sur une vitre par temps froid ressemblent aux feuilles d’un arbre, si la forme hélicoïdale d’un coquillage ressemble à celle d’une galaxie, tous ces phénomènes peuvent être rassemblés en une réflexion commune: Eto ne slučajno! [‘Ce n’est pas un hasard!’].11

30Dans les années 1920 Jakobson était particulièrement intéressé par une biologie non-darwinienne qui devenait de plus en plus populaire en Union soviétique: la nomogénèse de L. Berg (1876-1950). La nomogénèse est une théorie qui a pour principe que toute évolution est gouvernée, déterminée et réglée par des lois (en grec: nomos = loi); il s’agit d’une variante de l’orthogénèse, une façon d’envisager l’évolution biologique qui rejette tout aléatoire.

  • 12 Lettre publiée dans Letters and Other Materials from the Moscow and Prague Linguistic Circles, 191 (...)
  • 13 Ib., p. 23.

31Dans une lettre à V. Šklovskij du 26 février 1929, Jakobson écrivait: «J’ai lu le livre de Berg sur la nomogénèse avec passion».12 Des années plus tard, il recommandait cet ouvrage à Noam Chomsky13 à plusieurs reprises.

  • 14 Lev S. Berg, Nomogenez, ili èvoljucija na osnove zakonomernostej, Petrograd, Gosudarstvennoe izdat (...)

32Dans sa Nomogenez, publiée en 1922, Berg rejetait explicitement la théorie darwinienne. En s’appuyant sur les théories de Richard Owen, dont on va reparler plus loin, il mettait en avant la notion de convergence, c’est-à-dire l’acquisition indépendante de caractéristiques semblables par des organismes non apparentés.14 Mais, alors que Owen s’efforçait de comprendre les homologies, Berg renversait l’échelle de valeurs. Au centre de ses recherches étaient les analogies, il voulait montrer que, en opposition diamétrale à la théorie darwinienne, l’évolution des espèces ne procédait pas par divergence à partir d’un ancêtre commun, mais bien par la convergence d’organismes non apparentés vivant dans les mêmes conditions environementales.

  • 15 Nikolaj Jakovlevič Danilevskij, Darvinizm: kritičeskoe issledovanie [Le darwinisme: étude critique (...)
  • 16 Nikolaj Jakovlevič Danilevskij, Rossiia i Evropa, Vzgljad na kul’turnye i političeskie otnošeniia (...)
  • 17 Roman Jakobson, Über die heutigen Voraussetzungen der russischen Slavistik, dans «Slavische Rundsc (...)

33Une autre source peu connue des idées de Jakobson pendant l’entre-deux-guerres est la théorie des types de Nikolaj Danilevskij (1822-1885). Danilevskij était un penseur nationaliste anti-occidental, à la fois historien et biologiste. Il est connu dans l’historiographie intellectuelle russe pour son livre contre Darwin (1885)15 et son livre contre l’Europe (1869).16 Les deux sont extrêmement agressifs. Mais Jakobson plaçait Danilevskij parmi les the «fruits merveilleux» de la philosophie russe, à cause de son anti-positivisme.17

34Danilevskij proposait une théorie des types fermés. Dans ce domaine, il suivait très étroitement le naturaliste français Georges Cuvier (1769-1832), qui affirmait que le règne du vivant était divisé en quatre types («embranchements»), totalement différents entre eux et impénétrables les uns aux autres.

35Cette théorie des types fermés était importante pour Jakobson et Troubetzkoy, qui l’utilisèrent dans leur travail de linguistes pour prouver que la culture russe (ou ‘eurasienne’) était entièrement étrangère à la culture ‘européenne’. Ainsi, pour Troubetzkoy il existe une claire opposition entre le continu et le discontinu dans les langues. Par exemple, il affirme que le russe et le mordve, dépourvus de tout lien génétique, présentent une continuité phonologique (ils appartiennent au même type), alors que le russe et le tchèque, reliés par une évidente parenté, sont dans une relation de discontinuité (ils sont membres de deux types phonologiques différents).

36Dans sa morphologie idéaliste, Goethe pensait que toutes les plantes remontent par «métamorphose» à une proto-plante (Urpflanze) idéale, primordiale, qui n’est pas un ancêtre commun, mais un prototype idéal. Troubetzkoy et Jakobson adhèrent au concept goethéen d’archétype, mais y ajoutent le principe fort différent de type fermé, qu’ils empruntent à Cuvier.

III/ Métaphore et métonymie

37Dans cette quête des sources peu connues du mode de pensée de Jakobson, un autre candidat inattendu apparaît: Paracelse (1493-1541).

38A la Renaissance, une façon de guérir les maux de tête consistait à manger des noix. Quel est le lien entre les noix et la migraine? C’est la similitude de forme entre les noix et les circonvolutions du cerveau humain. Si l’on tient qu’aucune similitude de forme n’est due au hasard, il est normal de penser qu’il existe quelque chose de supérieur qui relie les noix et le cerveau. Cette sorte de médecine prend ainsi son sens (et son illusoire efficacité) à condition d’admettre le postulat que la forme est un contenu. C’est ce qu’on appelle la médecine sympathique.

  • 18 Roman Jakobson, Linguistique et poétique, dans Id., Essais de linguistique générale, I, Paris , Ed (...)

39Là où je veux en venir est que Jakobson a pris cette question de la similitude de forme très au sérieux. Prenons sa définition de la poésie: «La fonction poétique projette le principe d’équivalence de l’axe de la sélection sur l’axe de la combinaison».18

40Dans cette formule célèbre mais fort énigmatique Jakobson met en évidence le rôle éminent qu’il assigne aux similitudes et contigüités dans l’art verbal. Une clé de compréhension de cette formule intrigante est fournie subrepticement par Jakobson lui-même dans un article de 1956 où il écrit:

  • 19 Roman Jakobson, Two aspects of language and two types of aphasic disturbances, dans Roman Jakobson (...)

Les principes sur lesquels reposent les rites magiques ont été classé par Frazer en deux types: les charmes fondés sur la loi de similitude et ceux fondés sur l’association par contigüité. […] Cette bipartition est proprement une illumination.19

41Ce que Jakobson avait trouvé chez l’anthropologue James Frazer (1854-1941) est bien le principe de la magie sympathique dans les cultures primitive, répartie en magie par contact et magie par ressemblance.

42Voici le passage du Rameau d’or de Frazer qui est décisif pour notre discussion:

  • 20 James Frazer, The Golden Bough, London, Macmillan, 1911-1915, chapter 3.

If we analyze the principles of thought on which magic is based, they will probably be found to resolve themselves into two: first, that like produces like, or that an effect resembles its cause; and, second, that things which have once been in contact with each other continue to act on each other at a distance after the physical contact has been severed. The former principle may be called the Law of Similarity, the latter the Law of Contact or Contagion. From the first of these principles, namely the Law of Similarity, the magician infers that he can produce any effect he desires merely by imitating it: from the second he infers that whatever he does to a material object will affect equally the person with whom the object was once in contact, whether it formed part of his body or not. Charms based on the Law of Similarity may be called Homoeopathic or Imitative Magic. Charms based on the Law of Contact or Contagion may be called Contagious Magic.20

43Peu à peu se mettent en place les morceaux du puzzle:

similitude -> métaphore (axe paradigmatique)
contigüité -> métonymie (axe syntagmatique).

44Un pas supplémentaire dans cette reconstitution des origines des idées de Jakobson pendant l’entre-deux-guerres pourrait être la Naturphilosophie de la première moitié du XIXème siècle.

45La notion de fonction était en train d’émerger. C’est sur cette base que l’anatomiste britanique Richard Owen (1804-1892) développait l’opposition entre homologie et analogie qui à partir de ce moment domina l’anatomie comparée, surtout après qu’elle fut redéfinie dans la théorie de l’évolution.

46En 1843 Owen systématisa l’opposition de la Naturphilosophie entre affinité et analogie, à ceci près que le terme d’affinité était remplacé par homologie. Les organes ou les parties du corps qui avaient la même fonction chez différents animaux indépendamment de leur origine (par exemple, les ailes des oiseaux et les ailes des insectes) étaient analogues, alors que les organes de même origine chez différents animaux et sans égard à la forme ou à la fonction étaient homologues (par exemple, les ailes des oiseaux et les nageoires pectorales des baleines).

47J’aimerais attirer l’attention sur le frappant parallélisme d’argumentation chez Jakobson et Richard Owen: l’opposition entre homologie et analogie dans la philosophie de la nature au milieu du XIXème siècle est utilisée par Jakobson pour fonder l’idée de différence entre familles de langues et unions de langues.

48A cet égard, on ne saurait sous-estimer sa brochure K xarakteristike evrazijskogo jazykovogo sojuza (1931) [Pour une caractérisation de l’union de langues eurasienne]. L’idée principale de Jakobson est que les unions de langues sont plus importantes, ou plus réelles, que les familles de langues pour expliquer (et justifier) l’existence de l’Eurasie. Jakobson va plus loin que Troubetzkoy. Ainsi, en dépit de l’évident lien génétique entre le russe et le tchèque, ces deux langues appartiennent à deux mondes culturels entièrement différents, et cette différence est mise en évidence par le fait que le tchèque ne possède pas la corrélation phonologique des consonnes dures/molles, alors que toutes les langues de l’Eurasie la connaissent. C’est également un moyen de mettre en contraste le roumain et le moldave.

49Cette opposition est renforcée par une fascination pour la symétrie. Ici, comme dans le platonisme, la géométrie est un moyen pour interpréter la géographie:

50Un autre exemple de ce rôle omniprésent de la géométrie et de la symétrie est l’interprétation que fait Jakobson de la place des articles dans les langues d’Europe occidentale:

51Pour comprendre l’intérêt que portait Jakobson à la symétrie et à la similitude, il nous faut nous tourner maintenant vers la philosophie grecque, et plus exactement vers la formule d’Empédocle: τὸ ὅμοιον τοῦ ὁμοίου ἐφίεσθαι.

52Cette formule a fait l’objet de diverses traductions selon chaque langue. En anglais elle se dit: like is only known by like / like produces like. Mais en français cela donne: seul le semblable attire le semblable. La version russe est encore autre: podobnoe stremitsja k podobnomu [litt.: le semblable s’élance vers le semblable]. Je propose comme traduction plus ou moins adéquate de ἐφίεσθαι «se réfère à».

53Ce principe philosophique mène à une dispute qui a agité la physique aux XVII-XVIIIèmes siècles au sujet de l’‘action à distance’. Selon le concept d’action à distance, les corps agissent les uns sur les autres sans intermédiaire matériel, dans le vide, et à n’importe quelle distance. Un exemple de force considérée comme action à distance est la gravitation universelle de Newton. A l’inverse, dans la conception des interactions à courte portée, ces dernières ne peuvent être transmises que par l’intermédiaire de supports matériels.

54L’objet de la controverse est l’action sans contact. Jakobson transpose la dispute de la physique en linguistique: l’action sans contact dans l’espace devient pour lui la similitude sans contact dans le temps.

55 

56Il est maintenant possible de concevoir que Jakobson s’efforçait de construire une synthèse, ou un mélange à la fois ambitieux et bancal entre:

  • a) les valeurs romantiques de la Naturphilosophie;
  • b) les principes des sciences naturelles anti-positivistes et anti-darwiniennes.
  • 21 Joseph de Maistre, Soirées de Saint-Pétersbourg, Anvers, Janssens et Van Merlen, 1821 [Paris, Edit (...)

57Son insistance sur la fonction masque une fascination pour la relation nécessaire forme / contenu, qui était le courant dominant de la pensée intellectuelle russe dans les années 1920-1930 (de Potebnja et Losev à Staline en passant par Marr). Si une forme sans contenu n’est pas une forme, on comprend l’impossibilité de l’arbitraire du signe pour Jakobson. De même qu’il cite Joseph de Maistre – «Ne parlons donc jamais de hasard ni de signes arbitraires»21 – Jakobson s’appuie fortement sur le principe néo-platonicien du lien, qu’il appelle, tout comme Nikolaj Marr, «metod uvjazki» [‘la méthode du liage’].

58On peut ainsi reconstituer l’échelle axiologique des valeurs chez Jakobson:

(-)

(+)

métonymie

métaphore

axe horizontal

axe vertical

axe syntagmatique

axe paradigmatique

combinaison

sélection

contigüité

similitude

prose

poésie

Pasternak

Maïakovsky

réalisme

romantisme

Famille de langues

(Sprachfamilie)

Union de langues

(Sprachbund)

magie par contact

magie par similitude

divergence à partir d’un ancêtre commun

convergence à partir de différences

mécanique

fonction

causalité

but

(phylogénèse)

nomogénèse

hasard

Zakonomernost’(Gesetzmäßigkeit, «loi interne»)

chaos

ordre

59On peut maintenant conclure cette longue histoire. Le fondement de l’unité de la pensée de Jakobson dans les années 1920-1930s est l’idée de ressemblance sans contact:

  • la cause est remplacée par le but
  • donc les unions de langues sont plus réelles que les familles de langues
  • la magie par similitude sous-tend la métaphore
  • donc les liens sans contact sont plus importants que les liens ‘mécaniques’ (qui reposent sur un lien matériel).

60La prémisse de base est que toute forme de similitude est nécessairement signifiante.

61Les textes de Jakobson de l’entre-deux-guerres sont à une croisée de chemins: ils sont tout à la fois des échos de la biologie anti-darwinienne de son époque et un essai de synthèse de la morphologie idéaliste du romantisme allemand et du néo-platonisme.

Notes

1 Antoine Meillet, Le problème de la parenté des langues, «Scientia», vol. XV, n° XXXV-3, 1914, réimpr. dans Id. Linguistique historique et linguistique générale, Paris, Champion, 1921, pp. 76-101: 77.

2 Jean-Claude Milner, Le bonheur par la symétrie, «Cahiers Cistre», 5, 1978, pp. 53-56: 53-54.

3 Ib., p. 56.

4 L’attività scientifica di Roman Osipovič Jakobson (1896-1982) fu legata sin dall’inizio alla profonda appropriazione dei principi della tradizione filologica russa. Vjaceslav V. Ivanov, Préface à Roman Jakobson, Izbrannye trudy [Selected Writings], Moscow, Progress, 1985, p. 5.

5 Roman Jakobson, Sur la théorie des affinités phonologiques entre les langues, in Actes du IVe Congrès international des linguistes tenu à Copenhague du 27 août au 1er septembre 1936, Copenhague, Einar Munskgaard, 1938, p. 48-58; réimp. dans une version modifiée dans Roman Jakobson, SW. II, pp. 234-246: 234.

6 Ibidem.

7 Ibidem.

8 Ib., p. 236.

9 Ernst Cassirer, Structuralism in modern linguistic, «Word», I, 2, 1945, p. 99-120.

10 Meillet, op. cit., pp. 76-77.

11 Des travaux de Ljubiščev furent reproduits par Jurij M. Lotman dans la revue de sémiotique de Tartu Trudy po znakovym sistemam en 1977 (Aleksandr A. Ljubiščev, Ponjatie sistemnosti i organizovannosti (predvaritel’nyj nabrosok) [Les notions de système et d’organisation, essai préliminaire], «Trudy po znakovym sistemam», 9, pp. 134-141.

12 Lettre publiée dans Letters and Other Materials from the Moscow and Prague Linguistic Circles, 1912–1945, édité par Jindřich Toman, Ann Arbor, Michigan Slavic Publications/Cahiers Roman Jakobson 1, 1994, p. 61.

13 Ib., p. 23.

14 Lev S. Berg, Nomogenez, ili èvoljucija na osnove zakonomernostej, Petrograd, Gosudarstvennoe izdatel’stvo, 1922. Traduction anglaise: Nomogenesis, or Evolution Determined by Law, traduit par  J. N. Rostovtsov, London, Constable and Company, Ltd., 1926, p. 105.

15 Nikolaj Jakovlevič Danilevskij, Darvinizm: kritičeskoe issledovanie [Le darwinisme: étude critique], Saint Pétersburg, Komarov, 1885.

16 Nikolaj Jakovlevič Danilevskij, Rossiia i Evropa, Vzgljad na kul’turnye i političeskie otnošeniia slavjanskogo mira k germano-romanskomu [La Russie et l’Europe: un regard sur les relations culturelles et politiques entre les mondes slave et germano-romain], Saint Pétersburg, 1869.

17 Roman Jakobson, Über die heutigen Voraussetzungen der russischen Slavistik, dans «Slavische Rundschau», 1, Prague, p. 629-646; réimp. dans Roman Jakobson, Semiotik. Ausgewählte Texte 1919-1982, édité par Elmar Holenstein, Frankfurt, Suhrkamp, 1988, p. 50-70: 55.

18 Roman Jakobson, Linguistique et poétique, dans Id., Essais de linguistique générale, I, Paris , Ed. de Minuit, 1963, p. 209-248: 220; paru en anglais, sous le titre Closing statements: Linguistics and Poetics, dans Style in Language, édité par Thomas A. Sebeok, New York, 1960.

19 Roman Jakobson, Two aspects of language and two types of aphasic disturbances, dans Roman Jakobson, Morris Halle, Fundamentals of Language, The Hague, Mouton, 1956; réimpr. dans Jakobson, SW. II, pp. 237-259: 258.

20 James Frazer, The Golden Bough, London, Macmillan, 1911-1915, chapter 3.

21 Joseph de Maistre, Soirées de Saint-Pétersbourg, Anvers, Janssens et Van Merlen, 1821 [Paris, Editions de la Maisnie, 1980, p. 103]. Jakobson a souvent cité cet extrait des Soirées de Saint-Pétersbourg dans ses écrits des années 1930, il y est revenu dans Roman Jakobson, Krystyna PomorskaDialogues, traduit par Christian Hubert, Cambridge, Mass., The MIT Press, 1983 (I ed. 1980), pp. 88.

Auteur

University of Lausanne: patrick.seriot[at]unil.ch