Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Roman Jakobson, linguistica e poetica

 | 
Edoardo Esposito
, 
Stefania Sini
, 
Marina Castagneto

Jakobson e il formalismo russo

Roman Jakobson et le formalisme russe

Catherine Depretto

Texte intégral

  • 1 Dans cet article, le terme de formalisme inclut sans distinction l’Opojaz de Petrograd et Cercle l (...)
  • 2 Victor Erlich, Russian Formalism. History-Doctrine, The Hague-Paris, Mouton, 3a ed., 1969 [1955], (...)
  • 3 Nikolaj S. Trubetzkoy, N.S. Trubetzkoy’s Letters and Notes, édité par Roman Jakobson et alii, The (...)

1Le rôle joué par Roman Jakobson dans la sauvegarde de l’héritage formaliste1 pendant l’entre-deux-guerres en Tchécoslovaquie, puis, à partir des années 1950, lors de sa redécouverte en Occident est bien connu. Rappelons, pour mémoire, les mentions systématiques du mouvement dans ses cours à Brno, Columbia, Harvard, dans des revues spécialisées, l’aide apportée aux traductions, à la constitution d’anthologies, les nécrologies, les souvenirs etc. Il est également pour beaucoup dans la conception de la thèse de Victor Erlich, Russian Formalism (1ère édition, 1955) qui, pendant longtemps, a été le seul livre sur la question et reste, encore aujourd’hui, un ouvrage de référence.2 En 1933, il a essayé d’aider le linguiste Evgenij Polivanov (1891-1938), un des membres fondateurs de l’Opojaz, à quitter l’U.R.S.S.3 où il se sentait, à juste titre, menacé. Aussi a-t-on du mal aujourd’hui à imaginer ce qu’aurait été la destinée posthume du mouvement s’il n’avait veillé à en préserver la mémoire.

2Cependant, le rapport de Jakobson au formalisme reste ambivalent. La boutade rapportée par l’écrivain russe Sergej Dovlatov (1941-1990) renferme peut-être un fond de vérité:

  • 4 Sergej Dovlatov, Solo na IVM, Moskva, Azbuka, 2013.

Roman Jakobson était atteint de strabisme. Couvrant son œil gauche de la main, il criait à ses amis: Regardez mon œil droit! Oubliez le gauche! Le droit, c’est le principal! Le gauche, c’est en quelque sorte mon tribut au formalisme […].4

  • 5 L’élément qui a le plus infléchi sa présentation du mouvement dans les années 1960 a certainement (...)
  • 6 Natalija Avtonomova et Mixail Gasparov ont bien montré comment, en fonction de la conjoncture, Jak (...)

3Ce n’est pas le lieu de revenir sur les raisons, bien connues pour certaines, de ses sentiments mêlés à l’égard du formalisme, raisons scientifiques, mais aussi personnelles5 et conjoncturelles:6 en retracer l’histoire demanderait un travail long et minutieux. Si Jakobson a œuvré pour ne pas laisser sombrer dans l’oubli l’œuvre de ses anciens compagnons d’armes, il a aussi imprimé sa marque à l’image qu’il a donnée de leur travail.

  • 7 «Le structuralisme puise beaucoup dans le formalisme, mais ne doit pas conserver celles de ses thè (...)
  • 8 Sur cette question, cf., entre autres, Tzvetan Todorov, Notice, in Roman Jakobson, Russie folie po (...)
  • 9 «Pour être plus concret, je peux vous raconter le développement de deux institutions qui ont créé (...)
  • 10 Cf. Henryk Baran, Roman Jakobson i zarubežnye publikacii Brika [Roman Jakobson et les publications (...)

4Il a certes présenté le formalisme comme le précurseur du structuralisme, mais comme un précurseur affecté d’une «maladie infantile»7 et mort de ses propres apories.8 Dans son tableau (années 1960-1980) du formalisme, il a eu tendance, pour des raisons bien compréhensibles, à accorder la priorité au «Cercle linguistique de Moscou» (désormais CLM);9 il a mis en avant certains noms, comme celui d’Osip Brik (1888-1945),10 oubliant d’autres figures tout aussi importantes comme Grigorij Vinokur (1896-1947).

  • 11 Sound, Sign and Meaning. Quinquagenary of the Prague Linguistic Circle, édité par Ladislav Matejka (...)

5Plus généralement, en raison de sa stature internationale, ses années russes et ses premières années tchèques ont été principalement interprétées à travers le prisme de son structuralisme linguistique ultérieur. Ses rapports avec les formalistes ont été envisagés dans un sens, celui de son influence sur eux. La conséquence en a été une tendance à minimiser cette première période, exception faite de l’excellent article de Stephen Rudy (décédé en 2003), «Jakobson’s inquiry into verse and the emergence of structuralist poetics».11

  • 12 On sait peu de chose de ses interventions devant l’Opojaz, avant son départ pour Prague, Roman Jak (...)
  • 13 Malgré sa ténacité proverbiale, Marietta O. Čudakova n’a pas réussi à inclure le témoignage de Jak (...)
  • 14 Henryk Baran, Počemu Jakobson ne napisal vospominanij o Majakovskom [Pourquoi Jakobson n’a pas écr (...)

6Sur un plan strictement biographique, et même scientifique, les années russes de Jakobson restent paradoxalement les moins bien connues.12 Dans l’U.R.S.S. des années 1960-1980, il n’était pas de bon ton de s’intéresser à l’émigré Jakobson13 et les documents qui avaient trait à ce sujet n’étaient pas toujours accessibles. Enfin, si le linguiste se prêtait volontiers à des interviews, il préférait parler du futur que du passé.14

Jakobson et les formalistes russes: liens réciproques

  • 15 Cf. Moskovskij Lingvističeskij Kružok, dans Andrey V. Krusanov, Russkij avangard 1907-1932 (Istori (...)
  • 16 Grigorij Vinokur, Moskovskij lingvističeskij kružok, in Naučnye izvestija/ Akademičeskij centr Nar (...)
  • 17 Grâce principalement à Lazar Fleishman, Marietta O. Čudakova, Evgenij A. Toddes, Maksim Šapir, And (...)

7Premier président du CLM, de sa fondation en 1915 jusqu’à son départ de Russie soviétique en 1920, Jakobson a participé en réalité à une seule année de vie intensive du cercle (1919-1920).15 Auparavant, l’activité principale du cercle avait consisté en des travaux de collecte de matériaux ethnographiques et linguistiques afin d’établir un atlas des parlers de la région de Moscou.16 Au CLM, Jakobson a fait deux exposés remarqués, La langue poétique des œuvres de Xlebnikov (O poetičeskom jazyke proizvedenij Xlebnikova)  le 11 mai 1919, et, le 23 septembre 1919, Un exemple de charlatanisme scientifique (Obrazčik naučnogo šarlatanstva), dirigé contre les travaux de versification du poète symboliste Valerij Brjusov (1873-1924), à quoi on peut ajouter sa participation à une séance collective sur le Nez de Gogol’, le 20 mai 1919, et un rapport sur la vie philologique de Petrograd, le 7 février 1920. Il est présent à la quasi-totalité des séances qui ont eu lieu entre avril 1919 et juin 1920, date de son départ, d’où l’intérêt des procès-verbaux de ces réunions qui consignent, en général de façon détaillée, les interventions de l’auditoire.17

  • 18 Si l’ethnographe, passionné de théâtre, ami de Jakobson et futur structuraliste, Petr Bogatyrev (1 (...)
  • 19 Cf. Georgij A. Levinton, Andrej B. Ustinov, Ukazatel’ soderžanija žurnala ‘Germes’ [Tables de la r (...)

8Cependant, en 1919-1920, par rapport à certains membres du CLM, Jakobson a peu écrit et peu publié. Boris Tomaševskij (1890-1957) ou Boris Jarxo (1889-1942), pour s’en tenir au domaine de la métrique, ont sans doute déjà réalisé des études plus systématiques. Lorsqu’il présente son travail sur Xlebnikov le 11 mai 1919, celui-ci est loin de faire l’unanimité. Son principal critique est Brik. L’idée de ‘dialectologie poétique’ suscite de vives réactions, venant aussi bien de ‘droite’ (Filipp Vermel’) que de ‘gauche’ (Petr Bogatyrev).18 On peut même repérer l’émergence d’une opposition au premier président du CLM, perçu comme trop proche de l’Opojaz et du futurisme, opposition qui se fera connaître principalement à travers le bulletin dactylographié Hermès et rassemble une génération un peu plus jeune de membres moins connus du CLM, parmi lesquels Boris Hornung (1899-1976), Maksim Kenigsberg (1900-1924), Aleksandr Romm (1898-1943), le frère aîné du réalisateur de cinéma.19

  • 20 Cf. Maksim Šapir, Grammatika poezii i ee sozdateli [La grammaire de la poésie et ses fondateurs], (...)

9D’autre part, Jakobson n’est pas seul à défendre l’idée d’une ‘poétique linguistique’; outre Evgenij Polivanov, on peut mentionner Grigorij Vinokur, un de ses amis les plus proches, lui aussi membre du CLM et son président en 1922-23, même si son évolution à partir de 1924 tend à l’éloigner de Jakobson et du formalisme. Or les parallèles Jakobson-Vinokur sont rarement abordés, malgré les travaux de Maksim Šapir sur cette question et les publications de Sergej Gindin.20

  • 21 Cf. Stefania Sini, L’intero irrequieto: sulla poligenesi dell’idea strutturale nel pensiero russo (...)
  • 22 Boris M. Ejxenbaum, O poezii [De la poésie], Leningrad, 1969, p. 332, cf. également dans son étude (...)
  • 23 Iouri Tynianov, De l’évolution littéraire, dans Théorie de la littérature, op.cit., p. 130; Boris (...)
  • 24 Cette particularité est également relevée par Filipp Vermel’, cf. Šapir, op. cit., p. 47.
  • 25 «9. Compte tenu de l’importance d’une réflexion collective concernant les questions théoriques exp (...)
  • 26 Roman Jakobson, Tynjanov v Prage [Tynjanov à Prague], in SW. V, pp. 560-568 ; repris dans Jakobson (...)
  • 27 Tynjanov v Prage, cit., p. 567. Pour une analyse de l’épisode à partir de la correspondance des fo (...)

10Plus tard, lorsque Jakobson aborde certains thèmes, ils trouvent parfois leur source dans les travaux du CLM et de l’Opojaz. Cela concerne la «Dominante» (cours de Brno, 1935), une notion, empruntée au philosophe allemand Broder Christiansen (Filosofija iskusstva, 191121), qui est proposée par Boris Ejxenbaum dans La mélodique du vers lyrique russe (Melodika russkogo liričeskogo stixa, 1922),22 puis qui est reprise par Tomaševskij dans La question du rythme du vers (Problema stixotvornogo ritma, 1922) et par Tynjanov De l’évolution littéraire (O literaturnoj evoljucii, 1927).23 Dans L’intervalle (Promežutok, 1924), Tynjanov avait déjà mis en évidence la préférence de Pasternak pour les images «par proximité», une autre façon de désigner la métonymie, figure au centre de l’analyse que Jakobson donne de son écriture dans son célèbre article de 1935, Notes marginales sur la prose du poète Pasternak.24 Enfin, avant la réédition commentée de Tynjanov en 1977 (Poetika. Teorija literatury. Kino), on ne savait rien de la tentative de relance de l’Opojaz, liée au retour de Jakobson en U.R.S.S. et au séjour de Tynjanov à Prague en 1928. Pour la première fois, cet épisode très important pour l’histoire du mouvement comme pour l’histoire culturelle des années vingt est présenté en détails, dans la partie «commentaires» de la réédition de l’article, coécrit par Tynjanov et Jakobson Problèmes des études littéraires et linguistiques (Problemy izučenija literatury i jazyka, 1928) qui devait tenir lieu de nouvelle plate-forme du groupe. De fait, on avait tendance jusqu’alors à minimiser la part de Tynjanov dans la rédaction de ce texte célèbre. Or, celui-ci s’inscrit dans le prolongement direct de son article, déjà cité, De l’évolution littéraire, et, malgré son double intitulé, est plutôt un manifeste littéraire que strictement linguistique. Pour la petite histoire, rappelons que les versions occidentales de l’article omettent systématiquement son point 9, appelant à une relance de l’Opojaz sous la présidence de Šklovskij,25 ce qui en dénature profondément la signification. D’une façon générale, sans l’insistance des maîtres d’œuvre de Poetika. Teorija literatury. Kino, Marietta O. Čudakova, Aleksandr P. Čudakov, Evgenij. A. Toddes, Jakobson n’aurait sans doute jamais écrit les quelques pages sur le séjour de Tynjanov à Prague.26 Cette relance manquée de l’Opojaz met bien en évidence l’importance de Jakobson pour les formalistes, pour Šklovskij, mais aussi pour Tynjanov: «A Jakobson sans qui il n’est pas d’Opojaz», telle est l’inscription que porte l’exemplaire d’Archaïstes et novateurs (Arxaisty i novatory) qu’il lui dédicace le 20 février 1929.27

  • 28 Boris Tomaševskij, Kniga i revoljucija, 12, 1921, p. 54; Viktor Žirmunskij, Načala, 1, 1921, pp. 2 (...)

11Ces éléments auxquels on pourrait ajouter les recensions des écrits de Jakobson, faites par les formalistes,28 le débat suscité par Du vers tchèque (O češskom stixe, 1923) montrent l’intérêt que suscitent ses travaux, mais aussi les débats qu’ils provoquent. Si sa pensée stimule, elle tire également profit des interventions d’autres savants.

12D’une façon générale, ce tableau, brossé à grands traits, des relations initiales de Jakobson avec les formalistes, plaide en faveur de l’importance de ces années russes, (comprises au sens large comme incluant également les premières années tchèques, jusqu’à la parution de Du vers tchèque en 1923), non seulement en raison des relations nouées alors par Jakobson avec les milieux artistiques et scientifiques, mais parce qu’elles sont à la source de ses conceptions les plus solidement ancrées et parce que les conséquences de ces contacts se sont fait sentir très longtemps.

  • 29 Linda Waugh, The Poetic Function in the Theory of Roman Jakobson, dans Roman Jakobson: Language an (...)
  • 30 Métrique, in Roman Jakobson, Une vie dans le langage. Autoportrait d’un savant, Paris, Ed. de Minu (...)

13Sa conception de la fonction poétique29 et, partant des fonctions du langage, se met en place à cette époque, même si elle n’est complétée et systématiquement exposée que dans les années 1960. Sur le fond, le noyau est bien constitué dès la période formaliste (avec les correctifs que l’on sait par rapport aux articles de Lev Jakubinskij). D’autre part, ce sont les études de métrique de l’époque formaliste qui mettent le linguiste sur la voie de la phonologie structurale: «[…] c’est bien l’étude de la poésie qui m’a amené à entrevoir les fondements de la phonologie», écrira-t-il beaucoup plus tard.30

  • 31 Roman Jakobson, Préface à O češskom stixe [Du vers tchèque], SW. V, p. 4.

14Et les travaux des autres formalistes ne sont pas étrangers à ce processus: «Les débats du CLM, en particulier les exposés d’O.M. Brik et de B.V. Tomaševskij sur le vers russe m’ont permis pour la première fois de voir clair dans les questions d’étude scientifique du rythme».31

15Aussi une mise en parallèle des travaux de Brik, Jakobson, Tomaševskij de la première moitié des années 1920 serait-elle, sans doute, du plus grand intérêt. L’insistance de Jakobson à souligner, dans les années soixante, la valeur de Brik-poéticien n’a pas uniquement des raisons conjoncturelles. Son admiration pour Tomaševskij est également profonde: pendant les années 1920, il suit ses publications, en discute avec Troubetzkoy, réclame ses articles à Vinokur, l’invite à Prague en 1928 et rend hommage à son intelligence dans son article nécrologique de 1959, la seule des nécrologies d’anciens formalistes à être assortie d’une bibliographie exhaustive:

  • 32 Roman Jakobson, Boris Viktorovič Tomaševskij (1890-1959), «International Journal of Slavic Linguis (...)

In 1919, when V.B. Tomaševskij first addressed the Moscow Linguistic Circle and discussed Puškin iambic pentameter, he struck the young workers in linguistics and poetics who led and composed this society by his astute, original approach and by his insurmountable mastery of the interpreted material».32

16D’une façon générale, malgré un certain nombre d’articles dont l’étude de Stephen Rudy déjà mentionnée, l’apport de Jakobson à la métrique n’est peut-être pas suffisamment pris en compte par la critique.

Jakobson et le formalisme: de quel formalisme parle-t-on ?

  • 33 «Roman Jakobson représente le lien historique entre le formalisme russe et le structuralisme lingu (...)
  • 34 Sur ce sujet, cf. Šapir, Grammatika poezii i ego sozdateli, cit.

17Paradoxalement, et malgré ses efforts pour se démarquer du formalisme, Jakobson est, en Occident, considéré comme une de ses figures typiques.33 Or, il ne représente qu’une composante d’un mouvement, qui, ainsi que l’ont montré les travaux récents, était divers. Pour qualifier sa position, on s’est le plus souvent contenté de rappeler sa défense d’une ‘poétique linguistique’, sans vraiment creuser les implications d’une telle revendication et en y voyant surtout une ligne de fracture entre un formalisme littéraire pétersbourgeois et un formalisme linguistique moscovite.34

  • 35 Tzvetan Todorov, Jakobson et Bakhtine, dans Id., La signature humaine, Essais 1983-2008, Paris, Se (...)
  • 36 « […] un linguiste sourd à la fonction poétique comme un spécialiste de littérature […] ignorant d (...)

18Dans le domaine de l’étude de la littérature, Jakobson accorde incontestablement la priorité au domaine dans lequel s’exprime le mieux «la fonction poétique», la poésie,35 et, en poésie, il s’attache à la recherche de ce qui en fait le principe général d’organisation, en liaison avec la langue conçue comme système, englobant tous les niveaux, de la phonétique à la composition et à la sémantique et étudiant également leurs interactions,36 d’où l’intérêt porté à la signification des catégories grammaticales elles-mêmes, exprimé dans la formule célèbre, «grammaire de la poésie, poésie de la grammaire». Pour ces raisons, Jakobson reste attaché à la poétique, qui, même dans sa définition particulière (poetičeskoe jazykoznanie), implique une certaine façon de poser les problèmes et d’aborder l’étude des textes littéraires.

  • 37 Matejka, «L’Arc», op. cit., p. 58. «Qu’est-ce que la poésie?, Questions de poétique, cit., pp. 113 (...)
  • 38 M.V. Umnova, Reljativistskie ustanovki v sisteme idej Opojaza [Les orientations relativistes du sy (...)
  • 39 Tzvetan Todorov, Three Conceptions of Poetic Language, dans Russian Formalism. A Retrospective Gla (...)
  • 40 «En revenant sur son parcours dans une série d’entretiens accordés à divers interlocuteurs dans le (...)

19Malgré son adhésion au texte rédigé avec Tynjanov à Prague, qui prend en compte les rapports de la série littéraire au hors-texte, Jakobson reste prudent face à ce qui tire l’étude de la littérature du côté des séries extra-littéraires, et ce, même s’il est conscient de la nécessité de prendre en compte cette dimension (dans le texte de 1928, la question est transcendée dans l’idée du «système des systèmes»), et même s’il s’intéresse à la poétique historique, à des œuvres anciennes, au caractère systémique de la diachronie. Dans son essai sur l’essence de la poésie (1933-34), il insiste pour dire que la fonction esthétique demeure autonome bien que l’art fasse partie de la structure sociale et de la culture.37 Son hostilité à tout ce qui pourrait faire penser de près ou de loin à un retour aux vieilles problématiques, à l’étude des rapports entre vie et œuvre, entre biographie et création, entre société et art, est profonde et, pour cette raison, il reste opposé à une trop grande valorisation du contexte historico-littéraire et au relativisme généralisé auquel aboutit en définitive Tynjanov dans sa conception de l’évolution littéraire38 (d’où également sa réaction très violente à l’égard de Vinokur et de son retour à la philologie). Ce qui le stimule, c’est la recherche des invariants, des structures profondes,39 de ce qui est permanent dans la variété.40

20En outre, sur deux points importants, la conception téléologique de la fonction et l’antipositivisme, Jakobson a une position qui lui est propre.

21Pour Tynjanov, l’orientation (ustanovska) d’une œuvre, d’un genre reste une visée au sens le plus large, «elle tend vers»; le système est un jeu de corrélations-fonctions sur le modèle des mathématiques; le triomphe de telle ou telle tendance est fortuit; sa conception de la succession des étapes en littérature est, malgré le terme d’évolution, fondamentalement anti-téléologique:

  • 41 Le littéraire aujourd’hui [Literaturnoe segodnja], dans Poetika. Teorija literatury. Kino, cit., p (...)

La littérature emprunte en même temps de nombreuses voies et tresse en même temps de nombreux nœuds. Elle n’est pas un train qui arrive à destination. Le critique n’est pas un chef de gare. On a passé de nombreuses commandes à la littérature russe. Mais c’est inutile de lui commander quoi que ce soit; on lui demande les Indes et elle découvre l’Amérique.41 

  • 42 «[…] une révolution qui est en même temps construction», poursuit-il, L’intervalle, (1924), dans P (...)

22S’il y a des lois (zakonomernosti) dans le processus de l’évolution littéraire, il y aussi ruptures et accidents; la formule «une rupture, méthodiquement réalisée» (vzryv, planomerno provedennyj) est sans doute ce qui traduit le plus exactement les deux traits contradictoires que le savant prêtait à la diachronie littéraire.42

23Pour Jakobson, au contraire, l’intentionnalité est une notion centrale. Là est peut-être le seul point de divergence entre lui et Tynjanov, au moment de la rédaction de leur article commun de 1928. Une preuve indirecte en est sans doute le fait que le point de vue fonctionnel au sens d’intentionnalité est à peine mentionné (cf. point 3), alors que cet élément est largement mis en avant dans les Thèses du cercle linguistique de Prague (1929) dans la rubrique Conception de la langue comme système fonctionnel:

  • 43 1, a, Travaux du Cercle linguistique de Prague, 1, 1929, p. 7.

Produit de l’activité humaine, la langue partage avec cette activité le caractère de finalité. Lorsqu’on analyse le langage comme expression ou comme communication, l’intention du sujet parlant est l’explication qui se présente le plus aisément et qui est la plus naturelle. Aussi doit-on dans l’analyse linguistique prendre égard au point de vue de la fonction. De ce point de vue, la langue est un système de moyens d’expression appropriée à un but.43 

24Ce qui est réaffirmé dans Structures linguistiques subliminales en poésie:

  • 44 Jakobson, Questions de poétique, cit., p. 280. Cf. également Jakobson, Structuralisme et téléologi (...)

Toute composition poétique significative, qu’elle résulte de l’improvisation ou soit le fruit d’un long et pénible travail, implique un choix orienté du matériel verbal.44

  • 45 Boris Ejxenbaum, Teorija formal’nogo metoda [La théorie de la méthode formelle], dans Sovremennaja (...)

25D’autre part, dans ses cours de Brno, L’école formelle et la critique littéraire russe contemporaine (Formal’naja škola i sovremennoe russkoe literaturovedenie), Jakobson brosse du mouvement un tableau bien particulier. Contrairement à Boris Tomaševskij ou à Boris Ejxenbaum, sélectifs dans leur interprétation des sources du formalisme,45 lui est plus éclectique et inclut le mouvement dans une longue tradition d’intérêt pour la forme qui remonte à Byzance, même s’il souligne également ses liens avec le contexte littéraire contemporain, le futurisme. Contrairement à ce que prétend la science occidentale (romano-germanique), non seulement il existe en Russie une longue tradition d’étude de la forme, mais celle-ci est plus riche qu’en Occident et, pour ce faire, Jakobson dresse un vaste tableau de la littérature russe depuis le Moyen Age jusqu’à l’époque actuelle. Ce panorama réunit en un tout l’héritage de Byzance, les textes vieux-russes, le XVIIIe, le XIXe, y compris les maîtres du roman russe, et finit par les marxistes Plexanov et Buxarin (mentionné pour son discours sur la poésie au premier Congrès des écrivains soviétiques en 1934).

  • 46 Tomáš Glanc, Formalizm Jakobsona [Le formalisme de Jakobson], dans Roman Jakobson, Formal’naja ško (...)
  • 47 Erlich, Child of a Turbulent Century, cit., note 11, p. 225: «In his own ruminations on the genesi (...)

26Ces cours de Brno, par-delà leurs aspects conjoncturels, bien montrés par Tomáš Glanc,46 n’en contiennent pas moins des éléments auxquels Jakobson tenait fortement. Si l’on en croit Victor Erlich, il semblerait qu’à Columbia il ait continué à faire remonter à Byzance la tradition du formalisme.47

  • 48 A ce sujet, cf. Avtonomova, op. cit.
  • 49 Ces attaques visent en linguistique les néogrammairiens. Cf. en priorité Patrick Sériot, L’origine (...)

27En outre, de façon implicite dans les cours de Brno, d’une manière plus explicite dans un article de 1929, A propos des perspectives actuelles de la slavistique russe (O sovremennyx perspektivax russkoj slavistiki), et dans d’autres publications des années trente, Jakobson relie le structuralisme à des tendances antipositivistes, anti-mécanistes de la pensée russe en général.48 Qu’entend-il par-là? Comme l’a montré Patrick Sériot, il ne s’attaque pas tant à la philosophie positiviste d’Auguste Comte (qui selon lui, d’ailleurs, a eu peu d’impact en Russie), qu’à des conceptions mécanistes, refusant de s’intéresser aux buts (začem) et donnant la préférence à la recherche des causes (počemu).49

  • 50 «Le formalisme évoluait vers la méthode dialectique, tout en restant fortement marqué par l’hérita (...)
  • 51 Dans la rubrique «Erreurs» [du formalisme], le linguiste mentionne «l’absence de réflexion philoso (...)

28Il n’est pas difficile de voir que ces deux éléments (téléologie et antipositivisme) caractérisent son structuralisme en tant qu’il se démarque du formalisme et renvoient à la dimension philosophique de sa pensée linguistique. Et lorsqu’il amorce une critique du formalisme, Jakobson fustige précisément ses aspects mécanistes,50 son refus de mettre en évidence ses présupposés philosophiques.51

29Mais en dénonçant ce qu’il nomme le «positivisme» du formalisme, Jakobson oblitère précisément un des aspects les plus intéressants de la recherche formelle, le refus de définir des catégories esthétiques a priori, l’accent mis sur l’analyse de faits littéraires concrets. Si les faits contredisent les hypothèses de travail, alors on change d’hypothèse. Comme l’écrit Aleksandr Dmitriev,

  • 52 Aleksandr Dmitriev, Estetičeskaja avtonomija i istoričeskaja determinacija: russkaja gumanitarnaja (...)

Le formalisme russe est intéressant en ce qu’il affirme l’autonomie des catégories esthétiques par en bas, à partir de l’étude du processus même de l’évolution historico-littéraire et de sa propre conception de ce qui est scientifique, et non par en haut (à partir de la sphère de la source éternelle du beau, de la sanction supérieure de l’art verbal ou d’une recherche spirituelle).52

30Cette position peut effectivement être qualifiée de ‘positiviste’, mais elle n’est pas forcément synonyme d’approche mécaniste, de classification et de catalogage. Dans La théorie de la méthode formelle (1925), Ejxenbaum assume parfaitement ce ‘pathos positiviste’, comme nécessité historique, ayant valeur propédeutique:

  • 53 Boris Ejxenbaum, O literature [De la littérature], Moskva, Sovetskij pisatel’, 1987, pp. 376, 379; (...)

Nous n’avions et n’avons toujours pas de système tout fait ou de doctrine. Dans notre travail scientifique, la théorie n’a de valeur qu’en tant qu’ hypothèse de travail qui nous permet de découvrir et de penser des faits, c’est-à-dire de voir en quoi ils obéissent à des lois et deviennent matériau d’étude. […] Si ce matériau demande de rendre plus complexe ou de changer nos principes, nous le faisons. […] De là découle le nouveau pathos de positivisme scientifique, caractéristique des formalistes: le refus de prémisses philosophiques, d’interprétations psychologiques et esthétiques etc. La situation elle-même imposait cette rupture avec la philosophie esthétique et avec les théories idéologiques de l’art.53

31A quoi fait écho cet extrait d’une lettre de Tynjanov à Šklovskij de mars-avril 1928 :

  • 54 Cf. Poetika. Teorija literatury. Kino, cit., p. 536; également, «Soglasie», 30, 1995, pp. 193-194. (...)

Nous nous sommes débarrassés de papa-métaphore et de maman-métaphore […] on a commencé à sentir le sens, l’écrivain. Le prix à payer pour cette restructuration du sens a été notre tête ou nos jambes. […] Nous nous sommes passés du geist des Allemands et, visiblement, avons compris de quoi il retournait. Nous sommes mûrs pour l’ ‘Histoire de la littérature’ que nous allons écrire et qui ressemblera peu à celle d’Ovsjaniko-Kulikovskij ou de Gruzinskij. Après nous, il ne sera pas possible d’écrire ni sur maman-métaphore, ni sur le geist.54

32Une des conséquences de cette façon un peu rapide de dénoncer le ‘positivisme’ des formalistes a eu pour conséquence de mettre l’accent sur la première phase d’activité du groupe, mais surtout de prêter moins d’attention à la phase plus tardive où, sous l’impulsion décisive de Tynjanov, les formalistes ont commencé à poser la question des rapports de la série littéraire au hors texte. Il y aurait sans doute beaucoup à dire sur ce que les formalistes eux-mêmes entendaient par ‘positivisme’ puisqu’ils n’étaient pas non plus les derniers à dénoncer l’attitude ‘positiviste’ des courants de critique dont ils entendaient se démarquer, dénonçant par là leur manque de principes, l’absence d’une conscience claire des problèmes à poser.

  • 55 Cette précision est importante parce que la question du formalisme se pose également dans le domai (...)
  • 56 Cf. également ce qu’écrivait Ejxenbaum à Žirmunskij le 19 octobre 1921: «L’étude de la forme est u (...)

33Il faudrait donc interroger plus avant cette étiquette de ‘positivisme’, employée si généreusement par Jakobson à chaque fois qu’il s’agit d’affirmer la supériorité du structuralisme sur le formalisme. Ce terme sert plus d’écran que d’explication et évite de poser véritablement la question de la rupture (ou non) que constitue le formalisme russe en critique littéraire55 par rapport à ses prédécesseurs: celui-ci, en effet, n’est pas le premier, y compris en Russie, à se préoccuper des questions de forme. Comme le rappelle ironiquement Tomaševskij, le populiste Černyševskij s’intéressait à la métrique: cela n’en fait pas pour autant un formaliste.56

  • 57 Jakobson, Russie folie poésie, cit., 1986, p. 9.

34Et lorsque Jakobson lui-même insiste sur le fait que le plus important dans l’héritage du formalisme russe n’était pas la méthode, mais le rejet de tout dogme,57 ne peut-on considérer qu’il rend hommage, même indirectement, à ce ‘positivisme’ abhorré?

Notes

1 Dans cet article, le terme de formalisme inclut sans distinction l’Opojaz de Petrograd et Cercle linguistique de Moscou (CLM), même si, comme on sait, les Moscovites ne se considéraient pas comme ‘formalistes’. Les deux groupes ont pourtant une histoire commune et, dans les années les plus fructueuses, la plupart de membres de l’Opojaz étaient également membres du CLM.

2 Victor Erlich, Russian Formalism. History-Doctrine, The Hague-Paris, Mouton, 3a ed., 1969 [1955], p. 13: «The debt which I owe Roman Jakobson is of a special nature». Voir également du même auteur, Child of a Turbulent Century, Evanston, Illinois, Northwestern University Press, 2006, le chapitre Back to school. Russian Formalism with Roman Jakobson, pp. 125-141.

3 Nikolaj S. Trubetzkoy, N.S. Trubetzkoy’s Letters and Notes, édité par Roman Jakobson et alii, The Hague-Paris, Mouton, 1975, p. 194.

4 Sergej Dovlatov, Solo na IVM, Moskva, Azbuka, 2013.

5 L’élément qui a le plus infléchi sa présentation du mouvement dans les années 1960 a certainement été sa brouille avec Viktor Šklovskij; à ce sujet, cf. en priorité Aleksandr Galuškin, «Ešče raz o pričinax razryva V.B. Šklovskogo i R.O. Jakobsona [Sur les causes de la rupture entre V.B. Šklovskij et R.O. Jakobson, une fois de plus], in Roman Jakobson. Teksty, dokumenty, issledovanija, édité par Henryk Baran et Sergey Gindin, Moskva, RGGU, 1999, pp. 136-143 (désormais Jakobson 1999).

6 Natalija Avtonomova et Mixail Gasparov ont bien montré comment, en fonction de la conjoncture, Jakobson pouvait présenter un même problème de façon diamétralement opposée, cf. Natalija Avtonomova, Mixail Gasparov, Jakobson, slavistika i evrazijstvo: dve kon” juktury: 1929-1953 [Jakobson, la slavistique et l’eurasisme: deux conjonctures 1929-1953], «Novoe Literaturnoe Obozrenie», 23, 1997; repris dans Natalija Avtonomova, Otkrytaja struktura: Jakobson-Baxtin-Lotman-Gasparov [La structure ouverte: Jakobson-Baxtin-Lotman-Gasparov], Moskva, Rosspèn, 2009, pp. 27-103 (vtoroe izd. 2014, pp. 31-106). En français, cf. Natalija Avtonomova, Roman Jakobson: deux programmes de fondation de la slavistique 1929/1953, «Cahiers de l’I.L.S.L.», 9, 1997, pp. 5-20.

7 «Le structuralisme puise beaucoup dans le formalisme, mais ne doit pas conserver celles de ses thèses qui n’ont été qu’une maladie infantile de cette nouvelle tendance de la science littéraire », déclaration faite lors d’une séance du Cercle linguistique de Prague, 1935, cité d’après «Change», 3, 1969, p. 59.

8 Sur cette question, cf., entre autres, Tzvetan Todorov, Notice, in Roman Jakobson, Russie folie poésie, Paris, Seuil, 1986, pp. 17-18.

9 «Pour être plus concret, je peux vous raconter le développement de deux institutions qui ont créé le mouvement dit ‘formaliste’. A savoir dans l’ordre chronologique, le Cercle linguistique de Moscou qui a commencé à travailler en 1915 et le fameux Opojaz, Société d’études de la langue poétique, qui a surgi comme institution au début de 1917, quelques semaines avant la révolution. Jamais les membres de ces institutions qui étaient en principe des étudiants, des assistants ou des chargés de cours, ne se sont sentis séparés du mouvement de l’avant-garde dans l’art», Roman Jakobson, Entretien, dans Jakobson, «Cahiers Cistre», 5, Lausanne, L’Âge d’homme, 1978, p. 12. Comparer avec ce qu’écrit Žirmunskij à Šklovskij en 1970, «Roman Jakobson déforme sciemment cette histoire, en la présentant à sa manière dans les éditions étrangères: comme si au début, il y avait eu le Cercle linguistique de Moscou qui, en 1914, aurait reçu la bénédiction de […] Šaxmatov lui-même; et ensuite, en 1916-1917, serait apparu l’Opojaz», Perepiska B.M. Ejxenbauma i V.M. Žirmunskogo, in Tynjanovskie čtenija, 3, édité par Evgenij A. Toddes et alii, Riga, Zinatne, 1988, p. 320.

10 Cf. Henryk Baran, Roman Jakobson i zarubežnye publikacii Brika [Roman Jakobson et les publications de Brik à l’étranger], in Brikovskij sbornik, 2, Moskva, Azbukovnik, 2014, pp. 624-636. Cet article confirme bien la mise en avant du nom de Brik par Jakobson qui veut, de cette façon, contrecarrer les attaques systématiques dont lui et Lili sont alors l’objet en U.R.S.S.

11 Sound, Sign and Meaning. Quinquagenary of the Prague Linguistic Circle, édité par Ladislav Matejka, Ann Arbor, Department of Slavic Languages and Literatures, University of Michigan, 1976, pp. 488-520.

12 On sait peu de chose de ses interventions devant l’Opojaz, avant son départ pour Prague, Roman Jakobson, Budetljanin nauki, [Roman Jakobson, l’avenirien de la science], édité par Bengt Jangfeldt, Moskva, Gileja, 2012, pp. 91-92 et note 199, p. 251.

13 Malgré sa ténacité proverbiale, Marietta O. Čudakova n’a pas réussi à inclure le témoignage de Jakobson sur la visite de Tynjanov à Prague en 1928 dans un recueil de souvenirs, paru en 1983.

14 Henryk Baran, Počemu Jakobson ne napisal vospominanij o Majakovskom [Pourquoi Jakobson n’a pas écrit de mémoires sur Majakovskij], in Brikovskij sbornik, 2, cit., p. 102.

15 Cf. Moskovskij Lingvističeskij Kružok, dans Andrey V. Krusanov, Russkij avangard 1907-1932 (Istoričeskij obzor), T.2, Futurističeskaja revoljucija 1917-1921, kn. 1, Мoskva, NLO, 2003, p. 455 (désormais, Krusanov-MLK). Jusqu’à avril 1919, les réunions du CLM étaient rares et on a peu d’information à leur sujet. Quant à l’activité de l’Opojaz, Jakobson n’en a été qu’un témoin secondaire, puisqu’il n’a pas participé aux échanges antérieurs à la publication du premier Sbornik po teorii poetičeskogo jazyka (qu’Elsa Kagan lui met entre les mains en 1917, cf. Budetljanin nauki, op. cit., p. 49) et qu’il n’est allé à Petrograd que pour faire deux conférences, cf. note supra.

16 Grigorij Vinokur, Moskovskij lingvističeskij kružok, in Naučnye izvestija/ Akademičeskij centr Narkomprosa, 2, 1922, pp. 289-290; Krusanov-MLK, p. 453.

17 Grâce principalement à Lazar Fleishman, Marietta O. Čudakova, Evgenij A. Toddes, Maksim Šapir, Andrej L. Toporkov, on commence à disposer d’un échantillon significatif de procès-verbaux du CLM. Pour un récapitulatif bibliographique, cf. Andrej L. Toporkov, Toporkov, Fol’klornye temy na zasedanijax MLK, [Les sujets liés au folklore abordés lors des réunions du CLM], in Neizvestnye stranicy russkoj folkloristiki [Pages inédites de la folkloristique russe], édité par Andrej L. Toporkov, Мoskva, Indrik, 2015, pp. 56-78, en particulier pp. 74-75 et, pour la publication des procès-verbaux, ib., pp. 78-141.

18 Si l’ethnographe, passionné de théâtre, ami de Jakobson et futur structuraliste, Petr Bogatyrev (1893-1971) est bien connu, le poète et traducteur, proche de Grigorij Vinokur, Filipp Vermel’ (1898-1938) l’est, en revanche, beaucoup moins. L’un et l’autre étaient membres du CLM et participaient régulièrement à ses réunions. Publication du procès-verbal de cette séance dans: Maksim Šapir, Materialy po istorii lingvističeskoj poetiki v Rossii (konec 1910-ch - načalo. 1920-ch godov),  [Matériaux pour l’histoire de la poétique linguistique en Russie (fin des années 1910-début des années 1920)], «Izvestija AN SSSR, Serija literatury i jazyka», 50/1, 1991, pp. 43-57. Cf. du même auteur, la publication des remarques de Vinokur en marge de Novejšaja russkaja poezija, «Poezija ne slovo, a kriptogramma» [La poésie n’est pas un mot, mais un cryptogramme], dans Jakobson 1999, pp. 144-160.

19 Cf. Georgij A. Levinton, Andrej B. Ustinov, Ukazatel’ soderžanija žurnala ‘Germes’ [Tables de la revue Hermès] ; K istorii mašinopisnyx izdanij 1920-x godov  [Sur l’histoire des éditions dactylographiées des années 1920], Pjatye Tynjanovskie čtenija. Tezisy dokladov i materialy dlja obsuždenija, Riga, Zinatne, 1990, pp.189-196 ; pp. 203-204.

20 Cf. Maksim Šapir, Grammatika poezii i ee sozdateli [La grammaire de la poésie et ses fondateurs], «Izvestija AN SSSR, Serija lit i jaz», T. 46, 3, 1987, pp. 221-236; Grigorij Vinokur, Filologičeskie issledovanija, édité par Maksim Šapir, Moskva, Nauka, 1990. Voir également Sergej Gindin, Druz’ja v žizni-opponenty v nauke [Amis dans la vie-adversaires en science], «Novoe Literaturnoe Obozrenie», 21, 1996, p. 59-70 et en coll. avec E.A. Ivanova, Perepiska G.O. Vinokura i R.O. Jakobsona, [Correspondance Jakobson-Vinokur], ib., pp. 70-111.

21 Cf. Stefania Sini, L’intero irrequieto: sulla poligenesi dell’idea strutturale nel pensiero russo del primo novecento, «Enthymema», I, 2010, pp. 190-228.

22 Boris M. Ejxenbaum, O poezii [De la poésie], Leningrad, 1969, p. 332, cf. également dans son étude sur Axmatova, ib., p. 106. La notion est reprise dans son article bilan de 1925, Théorie de la méthode formelle, in Théorie de la littérature, édité par Tzvetan Todorov, Paris, Seuil, 1966, p. 74, point 4 (désormais Théorie de la littérature).

23 Iouri Tynianov, De l’évolution littéraire, dans Théorie de la littérature, op.cit., p. 130; Boris Tomaševskij, La question du rythme du vers, dans Id., O stixe [Du vers], Leningrad, Priboj, 1929, p. 27.

24 Cette particularité est également relevée par Filipp Vermel’, cf. Šapir, op. cit., p. 47.

25 «9. Compte tenu de l’importance d’une réflexion collective concernant les questions théoriques exposées supra et des objectifs concrets qui découlent de ces principes, [...] le rétablissement de l’Opojaz sous la présidence de Viktor Šklovskij est indispensable»: Poetika. Teorija literatury. Kino, édité par Aleksandr P. Čudakov, Marietta O. Čudakova, Evgenij A. Toddes, Moskva, Nauka, 1977. p. 283. Comparer avec Roman Jakobson, Poetry of grammar and grammar of poetry, in SW. III, pp. 3-5; Théorie de la littérature, cit., pp. 138-140; Roman Jakobson, Questions de poétique, Paris, Seuil, 1973, pp. 56-58.

26 Roman Jakobson, Tynjanov v Prage [Tynjanov à Prague], in SW. V, pp. 560-568 ; repris dans Jakobson 1999, pp. 58-64. Ce texte en russe reproduit l’article manifeste, en y incluant le point 9.

27 Tynjanov v Prage, cit., p. 567. Pour une analyse de l’épisode à partir de la correspondance des formalistes et une mise au point bibliographique sur les principales études consacrées à cette question, cf. Catherine Depretto, Le formalisme russe, Paris, IES, 2009, pp. 133-146. Les commentateurs occidentaux sont en général étonnés que Jakobson ait pu sérieusement envisager de rentrer en U.R.S.S. à ce moment, mais ce n’était pas la première fois qu’une telle éventualité était envisagée, cf. Samuil B. Bernštejn, Zigzagi pamjati, Moskva, 2002, p. 137.

28 Boris Tomaševskij, Kniga i revoljucija, 12, 1921, p. 54; Viktor Žirmunskij, Načala, 1, 1921, pp. 213-215; Grigorij Vinokur, Pečat’ i revoljucija, 5, 1923, p. 274-276 et du même auteur, «Lef», 3, 1923, p. 173; Novyj put’ 6, 6 février 1921, Riga, p. 3-4.

29 Linda Waugh, The Poetic Function in the Theory of Roman Jakobson, dans Roman Jakobson: Language and Poetry, «Poetics today», 2/1a, 1980, Duke University Press, pp. 57-62. Cf. également, Josip Užarević, Problema poetičeskoj funkcii [La question de la fonction poétique], dans Jakobson 1999, pp. 613-625.

30 Métrique, in Roman Jakobson, Une vie dans le langage. Autoportrait d’un savant, Paris, Ed. de Minuit, 1984, p. 102. Cf. également Roman Jakobson, Structuralisme et téléologie, dans Roman Jakobson: sémiologie, poétique, épistémologie, «L’Arc», 60, 1975, p. 50: «C’est à force d’analyser les poèmes que j’ai commencé à travailler sur la phonologie».

31 Roman Jakobson, Préface à O češskom stixe [Du vers tchèque], SW. V, p. 4.

32 Roman Jakobson, Boris Viktorovič Tomaševskij (1890-1959), «International Journal of Slavic Linguistics and Poetics», 1959), repris dans SW. V, pp. 545-548 (accompagné d’une bibliographie); ib., p. 545.

33 «Roman Jakobson représente le lien historique entre le formalisme russe et le structuralisme linguistique. Il est d’ailleurs le premier à souligner cette parenté, et ses écrits récents sur le mouvement formaliste, comme par exemple sa préface à l’Anthologie parue en 1965 en témoignent éloquemment. […] Jakobson a animé le Cercle linguistique de Moscou […] Il a publié peu pendant cette période: un court livre et quelques articles, qui demeurent pourtant des textes marquants. Ils seront constamment cités et commentés par la suite, par les autres membres du groupe»: Tzvetan Todorov, L’héritage formaliste, dans «Cahiers Cistre», 5, Lausanne, L’Âge d’homme, 1978, p. 48.

34 Sur ce sujet, cf. Šapir, Grammatika poezii i ego sozdateli, cit.

35 Tzvetan Todorov, Jakobson et Bakhtine, dans Id., La signature humaine, Essais 1983-2008, Paris, Seuil, 2009, p. 111: «La poésie occupe pour lui le sommet de la hiérarchie littéraire».

36 « […] un linguiste sourd à la fonction poétique comme un spécialiste de littérature […] ignorant des méthodes linguistiques sont d’ores et déjà l’un et l’autre de flagrants anachronismes»: Roman Jakobson, Poétique et linguistique, dans Id., Questions de poétique, cit., p. 248.

37 Matejka, «L’Arc», op. cit., p. 58. «Qu’est-ce que la poésie?, Questions de poétique, cit., pp. 113-126. «J’ai déjà dit que le contenu de la notion de poésie était instable et variait dans le temps, la poéticité, comme l’ont souligné les formalistes, est un élément sui generis, un élément que l’on ne peut réduire mécaniquement à d’autres éléments. Cet élément il faut le dénuder et en faire apparaître l’indépendance […]».

38 M.V. Umnova, Reljativistskie ustanovki v sisteme idej Opojaza [Les orientations relativistes du système des idées de l’Opojaz], dans Jakobson 1999, pp. 815-825.

39 Tzvetan Todorov, Three Conceptions of Poetic Language, dans Russian Formalism. A Retrospective Glance. A Festschrift in Honor of Victor Erlich, édité par R.L. Jackson and Stephen Rudy, New Haven, Slavica Publishers, 1985, pp. 130-147.

40 «En revenant sur son parcours dans une série d’entretiens accordés à divers interlocuteurs dans les dernières années de sa vie, Jakobson identifie toujours deux influences décisives, dont la coexistence peut surprendre à première vue, celle de l’art d’avant-garde et celle de la phénoménologie», Tzvetan Todorov, Jakobson et Bakhtin, dans La signature humaine, cit., pp.108-109.

41 Le littéraire aujourd’hui [Literaturnoe segodnja], dans Poetika. Teorija literatury. Kino, cit., p. 166.

42 «[…] une révolution qui est en même temps construction», poursuit-il, L’intervalle, (1924), dans Poetika. Teorija literatury. Kino, cit, p. 181.

43 1, a, Travaux du Cercle linguistique de Prague, 1, 1929, p. 7.

44 Jakobson, Questions de poétique, cit., p. 280. Cf. également Jakobson, Structuralisme et téléologie, «L’Arc», cit., pp. 50-52; p. 51 : «Dans le langage poétique, ce qui attirait le plus mon attention de chercheur, c’est son caractère téléologique : il y a là une finalité […]». Autre formule de Jakobson: «Eto ne slučajno!» [Ce n’est pas par hasard].

45 Boris Ejxenbaum, Teorija formal’nogo metoda [La théorie de la méthode formelle], dans Sovremennaja literatura, Leningrad, 1925, pp. 27-36 et Boris Tomaševskij, La nouvelle école d’histoire littéraire en Russie, «Revue des Etudes Slaves», 8/3-4, 1928, pp. 226-240.

46 Tomáš Glanc, Formalizm Jakobsona [Le formalisme de Jakobson], dans Roman Jakobson, Formal’naja škola i sovremennoe russkoe literaturovedenie, édité par Tomáš Glanc, traduit du tchèque par E. Borakova-Timoškina, Moskva, Jazyki slavjanskix kul’tur, 2011, p. 102-121 (désormais Jakobson 1935).

47 Erlich, Child of a Turbulent Century, cit., note 11, p. 225: «In his own ruminations on the genesis of formalism, Jakobson […] tended to trace the movement as far as Kievan Russia […]».

48 A ce sujet, cf. Avtonomova, op. cit.

49 Ces attaques visent en linguistique les néogrammairiens. Cf. en priorité Patrick Sériot, L’origine contradictoire de la notion de système: la genèse naturaliste du structuralisme pragois, «Cahiers de l’I.L.S.L.», 5, 1994, pp. 19-58; du même auteur, Structure et totalité: les origines intellectuelles du structuralisme en Europe centrale et orientale, 2a éd., Limoges, Lambert-Lucas, 2012 (1ère édition 1999).

50 «Le formalisme évoluait vers la méthode dialectique, tout en restant fortement marqué par l’héritage mécaniste. C’est à juste titre que Bem qualifie «l’évolution littéraire» d’abstraction artificielle.» Deux lettres de Roman Jakobson, a cura di J.P. Faye, in Le Cercle de Prague, «Change», 3, 1969, p. 59.

51 Dans la rubrique «Erreurs» [du formalisme], le linguiste mentionne «l’absence de réflexion philosophique», Jakobson 1935, p. 82.

52 Aleksandr Dmitriev, Estetičeskaja avtonomija i istoričeskaja determinacija: russkaja gumanitarnaja teorija pervoj treti XX v. v svete problematiki sekuljarizacii [Autonomie esthétique et déterminisme historique: la théorie russe en sciences humaines dans le premier tiers du XXe siècle dans une perspective de sécularisation], dans Russkaja teorija 1920-1930-e gody [La théorie russe années 1920-1930], édité par Sergej Zenkin, Moskva, RGGU, p. 35. La même idée est exprimée, d’une autre façon, par Sergej Zenkin, parlant à propos de la méthode des formalistes d’un «externalisme radical excluant toute herméneutique, toute Einfühlung, toute idée de sujet créateur» : Le formalisme russe et la pensée du dehors, intervention au colloque 100 ans de réception du formalisme russe, Paris, 8-10 octobre 2015.

53 Boris Ejxenbaum, O literature [De la littérature], Moskva, Sovetskij pisatel’, 1987, pp. 376, 379; Théorie de la littérature, cit., pp. 32, 36.

54 Cf. Poetika. Teorija literatury. Kino, cit., p. 536; également, «Soglasie», 30, 1995, pp. 193-194. Derrière l’expression le «geist (l’esprit) des Allemands» on peut voir une allusion à la Phénoménologie de l’esprit de Hegel et plus généralement à la tradition esthétique et philosophique allemande. Mais ce mot vise également celui qui, dans l’environnement scientifique le plus proche, incarne cet «esprit» allemand, le germaniste Viktor Žirmunskij. D.N. Ovsjaniko-Kulikovskij (1853-1920): philologue, disciple de Potebnja et adepte d’une approche psychologique en critique littéraire; auteur, en particulier, d’une Histoire de l’intelligentsia russe qui prend pour jalons de cette histoire les principaux héros de la littérature russe du XXe siècle. A.E. Gruzinskij (1858-1930): philologue, élève de Buslaev et de Tixonravov, participe, en particulier, à une Histoire de la littérature russe du XIXe. L’un et l’autre sont pour les formalistes l’incarnation d’approches obsolètes. Quant à la phrase sur la perte de la tête ou des jambes, elle fait sans doute allusion aux premiers symptômes de la sclérose en plaques dont souffrait Tynjanov et qui précipita sa mort en 1943.

55 Cette précision est importante parce que la question du formalisme se pose également dans le domaine de l’histoire de l’art, même si jusqu’à présent cet aspect a été en général délaissé.

56 Cf. également ce qu’écrivait Ejxenbaum à Žirmunskij le 19 octobre 1921: «L’étude de la forme est une chose, la méthode formelle [russe] en tant que principe (en italique dans l’original C.D.) en est une autre. Certes, nous étudions la forme depuis longtemps, indépendamment de l’Opojaz. Certes, il faut rappeler ici Veselovskij et même Petrov. Tout le département d’études romanes et germaniques nous a appris à aborder les questions de forme, sans compter la masse considérable de travaux savants dont nous nous occupons depuis longtemps. Mais Vitja [Žirmunskij], c’est tout à fait autre chose! Dans tout ce dont je viens de parler, il y avait toujours l’idée que la forme était l’extérieur, qui recouvrait quelque chose d’autre et que c’est de ce quelque chose d’autre qu’il fallait parler en définitive»,  Perepiska, cit., p. 313.

57 Jakobson, Russie folie poésie, cit., 1986, p. 9.