LARHRA https://books.openedition.org/larhra CC0 christine.chadier@univ-lyon3.fr Un parcours en protestantisme II Des hommes, des femmes et des enfants serpentent sur un chemin sinueux, portant de lourds paquets sur leurs épaules. Certains sont accompagnés de chevaux, de charrettes, d’animaux domestiqués. Beaucoup de personnes modestes, mais également un noble, épée au côté, sur son cheval, suivi de serviteurs portant ses affaires. Certains de ces « voyageurs » sont pourchassés et arrêtés par des soldats armés et à cheval, malmenés, leurs affaires sont confisquées ; certains sont enchaînés, contraints de faire marche arrière sous bonne garde. Les visages sont fermés, las. Au loin, un port, la mer, des navires. Au loin, une ville, de laquelle on s’éloigne, car elle est aux mains des soldats. Nombreux sont les protestants français à quitter le territoire à la suite de la révocation de l’édit de Nantes par Louis XIV, en 1685. Ces protestants ne portent pas de signes distinctifs, on ne les reconnaît qu’à leur fuite. Ces protestants sont des femmes, des hommes, des enfants de leur temps, et pourtant leur présence est inacceptable au sein du royaume du « Roi Soleil ». Pourquoi ? Qui sont-ils ? Qui sont-elles ? Ces questions se trouvent au cœur du travail qu’a mené Yves Krumenacker tout au long de sa carrière, à laquelle il s’agit aujourd’hui de rendre hommage.
Pendant du recueil d’articles d’Yves Krumenacker ce volume propose des travaux originaux réalisés par des collègues, d’anciens élèves et en tout cas des amis qui ont eu l’opportunité de travailler avec lui, à ses côtés ou sous sa direction. C’est pourquoi le sous-titre de cet opus est Compagnons de route, rappelant ainsi que le travail d’historien relève tout autant d’une démarche et d’un parcours personnels que de rencontres, d’échanges, de collaborations, de compagnonnage, et osons le dire, d’amitiés. Ces travaux font écho aux différentes approches et thématiques auxquelles Yves a consacré son travail, ou sont des clins d’œil à des intérêts partagés.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/9445 2024-03-25 Julien Léonard et Noémie Recous LARHRA fr LARHRA
Un parcours en protestantisme I Ce volume s’intéresse au vécu et aux représentations des protestants, principalement français, du XVIe siècle au XVIIIe siècle. Le fil conducteur est une interrogation sur ce qu’est un protestant, sur la manière dont il se différencie, ou non, des catholiques – en dehors, bien sûr, de la participation au culte -, aussi bien dans ses croyances que dans sa vision du monde ou son apparence, et s’il y a une évolution entre les débuts de la Réforme et l’époque des Lumières. Pour cela est privilégiée une histoire qui ne s’en tient pas aux institutions, aux pratiques et aux idées ; une histoire culturelle attentive non à l’explicite mais aux impensés, à ce qu’expriment les textes, les paroles et les gestes de la manière dont on vit à une époque donnée ; une histoire non confessionnelle, qui fait du protestantisme à la fois le nom d’un patrimoine religieux à laquelle on peut se rattacher et une construction intellectuelle ; une histoire puise à des sources extrêmement variées. C’est ainsi que, en dehors de thèmes classiques (Calvin, les institutions réformées, la coexistence religieuse, les persécutions), sont aussi abordés des thèmes souvent délaissés dans l’histoire du protestantisme comme les missions, les attitudes face à la mort, le temps, la perception de la nuit, les pensées et attitudes hétérodoxes, etc. Les derniers chapitres portent sur l’historiographie du protestantisme, depuis le XVIe siècle, et de voir comment cette religion est perçue aussi bien par les protestants eux-mêmes que par la littérature contemporaine pour la jeunesse. Ces contributions reprennent des articles parus entre 1995 et 2020, la plupart repris et mis à jour. Ils révèlent ainsi l’évolution d’une recherche menée au cours de toute une carrière.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/9815 2024-03-25 Yves Krumenacker LARHRA fr LARHRA
Des allers sans retours ? Les prêtres français en Amérique latine 1961-1984 Le Comité épiscopal France – Amérique latine (CEFAL) a fonctionné pendant plusieurs décennies comme une véritable gare de triage pour envoyer des prêtres français dans les favelas de São Paulo ou sur les plateaux andins, à la demande d’évêques locaux effrayés par l’aura de la révolution cubaine. Le livre raconte comment les évêques de France ont largement improvisé une réponse collective à cet élan soutenu par Rome, en s’appuyant sur une génération de jeunes prêtres qui, une fois sur place, tombent amoureux d’une Amérique latine mythifiée qu’incarnent alors l’« évêque des pauvres » Hélder Câmara, le révolutionnaire Ernesto Guevara ou l’archiprêtre Ivan Illich installé à Cuernavaca, auprès duquel viennent se former des centaines de clercs missionnaires européens et nord-américains. Très rapidement, avec l’instauration des dictatures militaires et l’essor de la théologie de la libération, le CEFAL est sommé de choisir son camp. Les emprisonnements de clercs français se multiplient, accusés d’être des agents du communisme mondial. Tout à la fois instance officielle de l’épiscopat et caisse de résonance des militants tiers-mondistes, le Comité navigue à vue dans un contexte politique et religieux qui s’est radicalisé et il ne peut empêcher l’assassinat de deux des siens, Gabriel Longueville et André Jarlan. Cet ouvrage est une invitation à découvrir une histoire transatlantique jamais écrite, celle d’un moment « Amérique latine » en France qui, à travers un imaginaire et des engagements, a suscité des malentendus mais aussi des amitiés durables. Passeurs entre deux mondes, ces hommes aux trajectoires souvent peu ordinaires se sont brûlés au contact des tensions politiques, sociales et ecclésiales.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/10671 2024-02-09 Olivier Chatelan LARHRA fr LARHRA
Le péché originel <span style="font-variant:small-caps;">xvi</span><sup>e</sup>-<span style="font-variant:small-caps;">xx</span><sup>e</sup> siècles Le péché originel qui joue dans l’histoire du christianisme la partition de la basse continue, est-il un objet d’étude pour l’historien ? On peut en douter si on se fie à la bibliographie où dominent surtout des travaux de théologiens, et aussi de philosophes. Pourtant, il s’agit d’un dogme clé du christianisme qui intéresse l’historien : outre que s’y fixe une bonne partie de la pratique sacramentelle, il met en jeu une conception de l’humanité dont découle une conception de la société et de l’ordre social, du mal, de la souffrance, de la liberté, de l’homme et de la femme.
C’est entre le xviiie et la fin du xixe siècle que le dogme essuie les critiques les plus radicales et que le débat sur le péché originel change de statut : il n’est plus seulement l’objet de polémiques doctrinales confessionnelles entre catholiques et protestants. Le dogme soulève de plus en plus de répugnances et d’incompréhension : dans l’opinion savante, convoquant les nouveaux savoirs sur l’homme et sur la nature, le  péché originel passe du statut « ce n’est pas possible » à celui où « ce n’est plus possible ». L’apologétique catholique a eu fort à faire pour défendre le dogme. La coïncidence entre le lent épuisement de sa signification socialement reconnue et l’avènement de la société « d’opinions » ne saurait se réduire au processus caricatural d’effacement d’une « légende ».
La critique, outre l’historicité du récit de la Chute, touche plus largement à la dimension anthropologique du dogme (la nature du mal) et à ses conséquences en termes civilisationnels (la notion de progrès). Ces deux plans sont intimement dépendants et affectent à terme les comportements, les représentations de l’humanité et de la société. La perte de crédit du péché originel ou ses réinterprétations ont favorisé la thèse du royaume de Dieu possible sur terre, et ont légitimé un droit au bonheur et à l’égalité. Il est alors question d’une vraie révolution anthropologique qui devait précéder une reconfiguration de la cité des hommes. Baudelaire n’écrivait-il pas : « Théorie de la vraie civilisation. Elle n’est pas dans le gaz, ni dans la vapeur, ni dans les tables tournantes, elle est dans la diminution des traces du péché originel » ?

]]>
https://books.openedition.org/larhra/9068 2023-07-13 Bernard Hours, Frédéric Meyer et Sylvain Milbach LARHRA fr LARHRA
Droites et catholicisme en France et en Europe des années 1960 à nos jours Dans son dernier ouvrage, Henri Tincq qui fut journaliste en charge des questions religieuses au journal Le Monde (1985-2008), porta un regard désenchanté sur le catholicisme de sa jeunesse : « Nous sommes en train de perdre un héritage : celui des catholiques libéraux, des cathos sociaux, des “abbés démocrates”, des catholiques résistants sous l’Occupation ». Cet héritage se serait dissous au profit d’un catholicisme porteur de réflexes identitaires et “néoconservateurs” dont le mouvement de balancier pencherait désormais à droite.
Bien que les récentes enquêtes sociologiques témoignent de l’éclatement du paysage catholique en France, accentuant une opposition déjà ancienne entre “libéraux” et “intransigeants” puis entre “progressistes” et “traditionnels”, un processus de “droitisation” du catholicisme semblerait s’opérer depuis deux décennies, dans ce qui constitue la longue histoire politique des catholiques français au XXe siècle. En prendre la mesure nécessite donc l’ouverture d’un vaste chantier historiographique, à l’image des recherches coordonnées par Denis Pelletier sur les “cathos de gauche”.
Face à l’ampleur d’une telle entreprise, mobilisant aussi bien l’histoire des partis que la géographie électorale, ce volume propose une approche d’histoire sociale, culturelle et religieuse du politique, sous l’angle des droites et du catholicisme depuis la décennie “problématique” des années 1960. Cette réflexion tente de repérer les forces et les influences des réseaux, romains et transnationaux, sur lesquels s’appuie ce processus de “droitisation” du catholicisme, si tel était le cas, prioritairement à l’échelle d’une catholicité française mais aussi européenne et américaine. Et ce, en prenant en compte les réceptions, circulations et transferts repérables depuis les Amériques. Ici, transparaissent le rôle des communautés traditionnelles ou charismatiques, l’action des mouvements familiaux et des associations éducatives, l’influence des espaces de formation, de la presse, de l’édition et d’internet. Il demeure également les réseaux de mobilisation menés au sein même des structures partisanes marquées à droite mais aussi les figures classiques du publiciste, voire du polémiste, engagées dans le combat politico-religieux.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/8210 2022-05-10 Olivier Dard et Bruno Dumons LARHRA fr LARHRA
Penser l’histoire religieuse au <span style="font-variant:small-caps;">xxi</span><sup>e</sup> siècle L’histoire est aujourd’hui très éclatée, chaque secteur ayant ses traditions, sa propre historiographie, ses références. L’histoire religieuse n’y échappe évidemment pas. Mais le pire serait que les différentes spécialisations historiques s’ignorent, alors qu’elles ont beaucoup à apprendre les unes des autres. C’est cette question qui était au cœur du colloque de la Commission Internationale d’Histoire et d’Étude du Christianisme, tenu à Lyon du 11 au 13 juin 2019. Des historiennes et historiens d’une douzaine de pays différents ont cherché à montrer comment d’autres disciplines historiques, histoire du temps présent, histoire transnationale et globale, histoire économique, histoire du livre, histoire de la justice, histoire numérique, histoire des savoirs, histoire du genre, avec leurs apports et leur méthodologie propres, peuvent féconder l’histoire religieuse. Ils ont également montré l’intérêt de confronter des traditions historiographiques nationales différentes. Ce livre en est le résultat, avec des chapitres qui sont à la fois des réflexions méthodologiques et des études de cas allant du XVIe au XXIe siècles dans des pays catholiques, protestants et orthodoxes. Il espère ainsi contribuer à une réflexion sur la manière dont on peut faire de l’histoire religieuse au XXIe siècle. Les contributions à ce volume ont été réunies par Yves Krumenacker, professeur d’histoire moderne à l’université de Lyon (Jean Moulin) et par Raymond A. Mentzer, professeur d’histoire religieuse à l’université d’Iowa (Daniel J. Krumm Family Chair in Reformation Studies)

]]>
https://books.openedition.org/larhra/7833 2021-06-02 Yves Krumenacker et Raymond A. Mentzer LARHRA fr LARHRA
Laïcité et christianisme chez Émile Poulat Émile Poulat, sociologue, historien, intellectuel inclassable, que l’on ne peut jamais cataloguer a priori, a marqué durant sa longue vie (Lyon 1920 – Paris 2014) le débat français et européen jamais épuisé sur le rapport entre laïcité et religion, entre modernité et christianisme. Dans ce livre sont discutés les sujets de fond de sa production scientifique, ainsi que sa méthode de travail fondée sur une froide objectivité opposée aux passions subjectives par ailleurs incontournables, sans lesquelles son oeuvre aurait probablement été moins féconde. Dans la construction de ses principales thèses qui en ont fait un intellectuel dérangeant, Poulat a toujours récusé les lieux communs, à commencer par les schémas dualistes d’explication de la politique et de la religion en termes de droite/ gauche, conservatisme/progressisme, archaïsme/ modernité, foi/athéisme. Il en résulte une oeuvre hors des schémas habituels, qui pose plus de questions qu’elle n’apporte des certitudes, et pourtant fascinante pour qui recherche un surplus de profondeur interprétative au-dessus de la mêlée. Dans ce livre, on avance sur une double voie, entre le chercheur Poulat et l’homme Poulat, en éclairant le lien entre les deux, pour montrer la cohérence de son oeuvre et de sa vie.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/7748 2021-05-10 Jean-Dominique Durand et Roberto Morozzo della Rocca LARHRA fr LARHRA
Le père Fraisse (1912-2001)<br><sub>Les combats d’un jésuite foudroyé</sub>  En 1957, le père Fraisse est aumônier d’étudiants à Lyon. Personnalité originale, il a eu un parcours exceptionnel de résistant et de combattant en 1940 et 1944-45. Sans avoir été alerté auparavant, il est sanctionné par le Visiteur de la Compagnie qui l’accuse de ne pas donner aux étudiants le sens de l’autorité hiérarchique. Il est exilé à Nice avec interdiction de s’occuper d’étudiants et de tout ministère à Lyon. Fin 1960, son retour à Lyon n’est qu’une demi-mesure : il ne sera jamais réhabilité et plusieurs affaires douloureuses montrent qu’il est resté suspect aux yeux de certains de ses confrères. Son cas est un exemple frappant de l’impact sur l’Eglise de France du raidissement romain à la fin du pontificat de Pie XII. En effet, une pratique « totalitaire » de l’obéissance religieuse a souvent eu de lourdes conséquences humaines. Cette autorité condamnait, souvent sur la base de dénonciations, sans possibilité pour l’accusé de connaitre son dossier (secret) et donc de se défendre. L’expérience douloureuse du P. Fraisse met en lumière certains fonctionnements d’une Eglise de guerre froide qui pouvaient provoquer de graves abus. Son ami et défenseur le P. Ganne opposait la conception d’une autorité respectueuse de la justice et des droits de la conscience, conscience chère à Newman qui était une référence majeure pour le P. Fraisse. Et il prêchait aussi une Eglise ouverte au monde Aujourd’hui le cléricalisme est mis en question : la vie du P. Fraisse nous semble y avoir échappé. Son comportement, sa théologie mais aussi l’importance de ses amitiés avec des laïcs et leur rôle dans l’élaboration de sa pensée anticipent sur l’avenir. Témoins les deux premiers livres posthumes du P. Ganne qu’il a publiés, non sans difficultés : Qui dites-vous que je suis ? Leçons sur le Christ et Le don de l’Esprit Leçons sur l’Esprit saint.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/7498 2021-05-06 Bernard Comte et Madeleine Comte LARHRA fr LARHRA
Le retour de Lyon sous l’autorité royale à la fin des guerres de Religion (1593-1597) Le livre d’Henri Hours sur la fin de la Ligue à Lyon fait partie des incontournables de l’historiographie lyonnaise du XVIe siècle alors que très peu de lecteurs ont pu le consulter. C’est son principal paradoxe et c’est l’enjeu de cette édition. Thèse de l’École Nationale des Chartes soutenue en 1951, elle ne fut jamais publiée et conformément au règlement de cette École, elle a été jusqu’à présent incommunicable. Seuls ceux qui ont connu l’auteur ont pu un jour la lire, ce qui ne l’empêche pas encore aujourd’hui de figurer dans toutes les bibliographies concernant les guerres de Religion. Suite à son décès en 2017 et avec l’accord de sa famille, la Collection Chrétiens & Sociétés a décidé de publier pour la première fois ce mémoire pour le rendre accessible au public lyonnais et aux historiens des affrontements religieux. Henri Hours s’est attaché à analyser méticuleusement les derniers temps de la Ligue lyonnaise, les années cruciales 1593-1597. Depuis 1589, la ville avait basculé du côté de l’intransigeance catholique au point de rejeter son souverain, Henri IV, et d’entretenir un effort de guerre coûteux mais nécessaire dans une région traversée de frontières confessionnelles. L’évêque, Pierre d’Epinac, les consuls lyonnais, le gouverneur de la ville, les espions savoyards et espagnols, mais aussi les prédicateurs de rue et le petit peuple très enclin à s’alarmer, sont les principaux acteurs de ces événements. On touche ici les dimensions politiques et religieuses de l’histoire urbaine. Par les délibérations municipales, par les correspondances, par la production pamphlétaire et quelques récits de contemporains, Henri Hours dénoue l’écheveau du basculement politique de la ville vers la soumission au roi. En revenant sur les écrits de certains de ces acteurs, notamment Pierre Mathieu et Claude de Rubys, il interroge aussi la mémoire de l’évènement dans les consciences lyonnaises.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/7260 2021-04-23 Henri Hours et Pierre-Jean Souriac LARHRA fr LARHRA
Bâtir pour Dieu : l'œuvre des religieuses et religieux architectes (<span style="font-variant:small-caps;">xvii</span><sup>e</sup>-<span style="font-variant:small-caps;">xviii</span><sup>e</sup> siècles)  À partir de la seconde moitié du XVIe siècle, les ordres religieux, créations nouvelles ou réformes d’ordres anciens, se multiplient dans les villes de l’Europe catholique où ils bâtissent églises, collèges et monastères. Si l’apport des architectes laïcs à ces entreprises est bien connu, celui des religieux, et plus encore des religieuses, est resté au second plan de la production architecturale. Pourtant, ces hommes et ces femmes ont été les chevilles ouvrières de ces chantiers, concevant des projets, des plans ou des croquis d’architecture, surveillant les travaux et expertisant les édifices. Mettant leurs connaissances et leurs compétences au service de leur ordre – et parfois d’autres – ils et elles ont pleinement pris part à l’intense activité constructive qui caractérise les XVIIe et XVIIIe siècles. Afin de réhabiliter les œuvres de ces hommes et de ces femmes, une journée d’étude s’est tenue en avril 2017 à l’Université de Lyon 3 dans le cadre de l’atelier « Nouvelles recherches sur le catholicisme moderne » du LARHRA. Richement illustrées, les contributions de ce volume interrogent le métier des religieux et religieuses architectes en France, dans les Pays-Bas méridionaux et la principauté de Liège. Si leurs formations restent pour la plupart méconnues, leurs talents sont attestés par l’étude de leurs carrières et de leurs réalisations (malheureusement fréquemment démolies ou transformées), mais aussi et surtout par les archives et les sources iconographiques. Éclairage complémentaire, la dernière contribution analyse le rôle des marguilliers dans la construction des églises paroissiales de Paris pour lesquelles les compétences des membres de la communauté ont également été mobilisées et mises à profit.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/6457 2020-12-15 Julie Piront et Adriana Sénard-Kiernan LARHRA fr LARHRA
L’Anticléricalisme intra-protestant en Europe continentale (<span style="font-variant:small-caps;">xvii</span><sup>e</sup>-<span style="font-variant:small-caps;">xviii</span><sup>e</sup> siècles) La Réforme étant née en partie d'une critique des clercs aurait dû être prémunie du cléricalisme, d'autant qu'une de ses affirmations majeures est le principe du sacerdoce universel. Or on constate qu'il n'en est rien. Presque dès les origines, on note une critique contre le cléricalisme du corps pastoral, voire son sacerdotalisme - sa tendance à perpétuer les fonctions sacrées des prêtres. Par la suite, différents courants perpétuent cette critique, peut-être d'autant plus fortement que les Églises s'établissent et se cléricalisent réellement. La critique est encore plus vive si les pasteurs peuvent sembler trahir, par exemple quand ils quittent la France au moment de la Révocation. Elle est également forte quand de nouveaux mouvements prônent une intériorisation personnelle de la piété (on songe bien sûr au piétisme), ou dans les mouvements radicaux en butte à l'hostilité des Églises établies et de leurs clercs. Ces critiques ont-elles une unité ? Sont-elles dans le prolongement de la critique du cléricalisme de l'Église romaine, ou y a-t-il une spécificité protestante ? Une identification de type sociologique des pasteurs aux prêtres en serait-elle la source et colorerait-elle l'anticléricalisme protestant ? Le mythe de la Réforme comme " libre examen ", qui se développe au XVIIIe siècle, l'appel à la liberté de conscience jouent-ils un rôle dans ce processus ? C'est à répondre à ces questions que ce recueil tente de répondre, à travers les cas de la France, de l'Allemagne et des Provinces-Unies. Cet ouvrage inaugure la collection " Chrétiens et Sociétés. Documents et Mémoires "

]]>
https://books.openedition.org/larhra/663 2020-06-23 Yves Krumenacker LARHRA fr LARHRA
Quelle laïcité en Europe ? Cent ans après, la question laïque est de retour, dans un contexte singulièrement transformé, et le Colloque organisé à Rome en mai 2002 dans le cadre du Centre culturel Saint-Louis de France dépendant de l’Ambassade de France près le Saint-Siège, apparaît avec un peu de recul comme plongé dans la chaleur de l’actualité. En un peu plus d’un an le concept de laïcité et la place des religions dans la société et par rapport à l’État, se sont imposés comme l’un des axes majeurs du débat public en France et en Europe.

En effet, la question laïque n’est plus une question franco-française : elle concerne l’ensemble des États européens qui, sous le double effet de la progression de l’Union européenne vers une plus forte intégration politique et les bouleversements introduits dans les équilibres religieux par une immigration musulmane plus nombreuse et plus identitaire, sont appelés à s’interroger à nouveaux frais sur leurs relations avec les religions.

La laïcité a une dimension historique et philosophique, juridique et politique, culturelle surtout. C’est pourquoi ce colloque de Rome a voulu se caractériser d’abord par la diversité des disciplines des intervenants (politiques, hauts fonctionnaires, historiens, philosophes, juristes, sociologues), par la diversité de leurs origines nationales et religieuses. De ce point de vue, cette rencontre a été aussi une rencontre interreligieuse. Là est l’ambition de ce livre : offrir une méthode d’approche d’un grand problème de notre temps aux profondes racines historiques, à travers une approche comparatiste, interdisciplinaire et interreligieuse.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/775 2020-06-23 Jean-Dominique Durand LARHRA fr LARHRA
Pauvreté, cultures et ordre social Dans ce volume sont rassemblés trente-sept articles qui rendent compte d’une œuvre et d’une personnalité. Le lecteur qui connaît J.-P. Gutton retrouvera ici l’élégance du personnage à travers l’élégance de l’œuvre.

Ses préoccupations intellectuelles l’ont conduit à travailler sur cette humanité souffrante de l’ancien régime et ses thèmes de recherche conservent une grande unité, rarement aussi évidente dans un recueil d’articles. L’histoire de la société et de la culture irrigue le volume et les quatre parties ne recouvrent pas des curiosités successives, mais des chantiers constants et parallèles. Certes J.-P. Gutton a d’abord été l’historien des pauvres et des hôpitaux. C’était prendre pour objet d’étude une part considérable de la société de jadis ! Entendre la voix des pauvres n’est pas chose aisée et on admire la capacité à faire parler les « petits » à partir des archives hospitalières, judiciaires ou ecclésiastiques. J.-P. Gutton n’est pas un historien du religieux, pourtant l’Eglise et les dévots dont il parle si bien sont forcément rencontrés à toutes les pages. Il est plutôt un historien des régulations sociales. Mais ce ne sont pas tant la face répressive, « le dressage corporel » , le « disciplinamento » qui l’intéressent, que la manière dont les structures politiques et judiciaires ou l’action des notables dévots ont permis à la société des xvie-xviiie siècles de durer malgré ses hésitations entre ordre et désordre.

La majorité de ces articles prennent Lyon et sa région pour illustration. Mais en aucun cas il ne s’agit d’histoire régionaliste : c’est un ancrage régional pour une problématique toujours nationale ou européenne. J.-P. Gutton est un laboureur d’archives et ces articles rendront service aux collègues toujours friands de textes pour leur enseignement. Il est aussi un adepte de la polyvalence, au bon sens du terme qui impose de ne jamais s’enfermer dans une spécialité trop étroite : étudier les pauvres, c’est étudier la législation, la fiscalité, les aléas de l’économie, l’évolution de l’Église, des mentalités, le rôle des « officiers moyens », etc… Ces études révèlent tout ce qui a peu à peu construit la modernité dans l’ancienne société.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/916 2020-06-23 Jean-Pierre Gutton LARHRA fr LARHRA
Enfance, assistance et religion Cet ouvrage rassemble un peu plus d’une quinzaine de contributions sur la place de l’enfant au cœur de la société européenne du xvie au xviiie siècle. Prononcées à l’occasion d’un colloque tenu à Lyon en juin 2005, elles sont un hommage à Jean-Pierre Gutton autant qu’un état des problématiques actuelles sur la question de la petite enfance.

Des orphelins sans refuge aux monarques en herbe, des vertueuses enfances de saints aux pauvres adolescences des villes, des marâtres sans cœur aux pieuses fondatrices d’œuvres, des prêtres soucieux de catéchèse aux médecins intéressés par la santé publique, tout un univers enfantin ou préoccupé de questions enfantines s’offre à l’analyse d’une identité sociale aux limites trop souvent insaisissables. L’enfance, conçue comme un temps de la vie, conçue également comme une manière d’être au monde sous le regard de l’adulte, se voit ici déclinée dans son rapport au catholicisme et à la maladie. Cette enfance est vue de salut par sa contemplation d’abord, grâce à sa personnification dans la Trinité ou dans la Sainte Famille. Elle l’est aussi par l’engagement dévot et sincère qu’elle présuppose, que ce soit dans l’assistance aux pauvres ou dans l’éducation. Pour tout cela, mais aussi en raison de sa fragilité irréductible face à un monde jugé souvent hostile, cette enfance est cause d’inquiétude et de combats. Que l’on considère ces jeunes chrétiens captifs en terre musulmane aussi bien que ces petites vies confrontées à des mises en nourrice systématiques ou aux assauts de la variole, l’adulte se montre au fil des siècles de plus en plus soucieux de protection, tant spirituelle que médicale. Cet ouvrage invite donc à suivre des itinéraires originaux et multiples mais qui, pour la plupart, mettent en scène des soucis similaires de protection et d’éducation, dans l’espoir de préparer l’enfance à l’entrée dans le monde des adultes.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/1110 2020-06-23 Olivier Christin et Bernard Hours LARHRA fr LARHRA
Les écoles de pensée religieuse à l’époque moderne Cet ouvrage a pour but de clarifier un certain nombre de notions ou de concepts couramment utilisés quand on aborde la théologie ou la spiritualité chrétiennes des xvie et xviie siècles : école ignatienne, augustinisme, thomisme, écoles dominicaine, carmélitaine, salésianisme, école française de spiritualité. À ce titre, il intéressera aussi bien les historiens que les littéraires, les philosophes que les théologiens. C’est le fruit d’une réflexion pluridisciplinaire, associant des chercheurs de spécialités différentes mais ayant déjà tous travaillé sur ces questions, qui s’est déroulée lors d’une journée d’études organisée par le GRAC (Groupe Renaissance Âge Classique), UMR 5037, et le LARHRA (Laboratoire de Recherches Historiques Rhône-Alpes), UMR 5190, le 14 janvier 2006 ; c’est également le résultat d’une collaboration exemplaire entre chercheurs des universités Lumière Lyon 2 et Jean Moulin Lyon 3.

Sans prétendre apporter une définition précise de chacune des notions envisagées, l’ouvrage cherche à en dessiner les contours, de manière à faire mieux comprendre ce qu’elles recouvrent, à signaler les références privilégiées, les réflexes terminologiques de chaque famille religieuse. Les auteurs espèrent ainsi donner des éléments permettant d’inclure ou au contraire d’exclure tel auteur, telle œuvre, de tel courant de pensée. À l’heure où la réflexion sur le « fait religieux » est reconnue commeindispensable à la culture contemporaine, les différents chapitres du livre permettront de mieux connaître des pans considérables de la pensée et de la spiritualité chrétiennes et de les classer rigoureusement. Au fil de l’ouvrage, et plus particulièrement dans sa dernière partie, une interrogation plus large se fait jour sur la notion même d’école dans le domaine de la pensée. Ce sont aussi bien les chercheurs confirmés que les débutants qui devraient pouvoir en tirer profit.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/1293 2020-06-23 Yves Krumenacker et Laurent Thirouin LARHRA fr LARHRA
Le Roi-Providence Trois œuvres d’art françaises de la fin du xvisiècle et du début du xviie siècle, différentes dans leur technique et dans leur destination, mais présentant une même curiosité iconographique déroutante : un portrait très précis du roi au milieu d’une scène religieuse en apparence banale. Peut-on y retrouver des références précises aux enjeux politiques et confessionnels de la sortie des guerres de religion et de la construction de l’absolutisme, sans renouer avec les vieilles lunes interprétatives de la « propagande royale » ou de la « rationalisation religieuse » du pouvoir ? Peut-on, au prix de la restitution minutieuse de leurs conditions de production, de réception et de fonctionnement, retrouver le rôle efficace qui fût le leur ?

C’est à ces questions qu’entend répondre ce livre, proposant trois enquêtes qui prennent pour fil directeur des œuvres peu ou mal connues : les Puys amiénois, le retable d’émail du Musée des Beaux-Arts de Lyon, les chartes de mariage lyonnaises. La présence des premiers Bourbon n’y doit en effet rien à une quelconque exigence du roi ou de ses agents, à une commande officielle : elle s’explique par les stratégies que certains acteurs mettent en œuvre pour négocier leur rôle dans le redressement du royaume et concilier au mieux conviction catholique et fidélité monarchique.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/1398 2020-06-23 Olivier Christin LARHRA fr LARHRA
Antiromanisme doctrinal et romanité ecclésiale dans le catholicisme posttridentin (<span style="font-variant:small-caps;">xvi</span><sup>e</sup>-<span style="font-variant:small-caps;">xx</span><sup>e</sup> siècles) La romanité est une notion que l’on trouve communément employée dans les analyses historiographiques consacrées au catholicisme d’après le concile de Trente. Force est pourtant de constater encore l’insuffisance, voire l’absence, de caractérisation qui puisse autoriser un usage légitime et véritablement fructueux du concept de romanitas. Le premier, Yves Congar s’était ému d’une lacune dans la réflexion des historiens et avait posé de précieux jalons dans un article paru en 1987 dans la Revue des Sciences Philosophiques et Théologiques. Sa démarche constitue toujours très certainement l’effort le plus sérieux qui ait été fait pour clarifier un débat singulièrement actuel. Au cours de la deuxième moitié du xxe siècle, les travaux d’Alphonse Dupront et de Bruno Neveu ont par ailleurs souligné, sur un plan historiographique, la nécessité d’explorer une notion toujours insuffisamment définie. L’objectif de la journée d’étude organisée à Lyon le 30 novembre 2007 par l’équipe RESEA du LARHRA, UMR-CNRS 5190, consistait à évaluer la fécondité d’une démarche historienne qui tente de préciser le concept de romanité dans ses rapports avec l’antiromanisme doctrinal développé par certaines tendances centrifuges du catholicisme, le gallicanisme au premier rang, mais aussi le jansénisme, le juridictionalisme vénitien, ou encore les sensibilités schismatiques ou critiques catholiques du xxe siècle. Une longue périodisation a été retenue afin de favoriser les échanges entre modernistes et contemporanéistes, mais aussi afin de respecter la cohérence d’une période de l’histoire de l’Église catholique qui court du concile de Trente jusqu’à Vatican II.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/1455 2020-06-23 Sylvio De Franceschi LARHRA fr LARHRA
Le catholicisme en congrès (<span style="font-variant:small-caps;">xix</span><sup>e</sup>-<span style="font-variant:small-caps;">xx</span><sup>e</sup> siècles) Le congrès, étudié par les spécialistes du politique comme lieu de production d’un discours militant, est entré plus récemment dans d’autres champs historiographiques, en particulier celui du catholicisme où la pratique congressiste se révèle d’une grande plasticité : diversité des échelles, des congrès internationaux aux congrès paroissiaux ; diversité des thématiques, des congrès généralistes aux assemblées dédiées à un sujet particulier ; diversité des modalités, des rassemblements de masse aux réunions presque confidentielles. Sans prétendre à l’exhaustivité, les journées d’études réunies en septembre 2005 à Paris sous la responsabilité de Claude Langlois et Christian Sorrel ont eu pour but d’évaluer le phénomène à l’échelle européenne et de proposer des études de cas pour la France avant de prendre la mesure des congrès internationaux qui ne sont pas le simple résultat d’un processus cumulatif, mais qui sont présents dès les origines. Au fil des communications s’impose l’idée que le congrès, dans sa forme comme dans son contenu, est un observatoire pertinent des mutations du catholicisme contemporain.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/1545 2020-06-23 Claude Langlois et Christian Sorrel LARHRA fr LARHRA
La coexistence confessionnelle à l’épreuve La France de l’époque moderne connaît une situation de coexistence confessionnelle complexe. La Réforme a échoué à s’imposer et les catholiques n’ont pas réussi à éradiquer le protestantisme, ni au moment des guerres de religion, ni avec la révocation de l’édit de Nantes. Cela a obligé les membres de religions différentes à cohabiter, selon des modalités très différentes selon les lieux et les temps.

C’est cette diversité qu’explore le présent volume, où alternent des analyses portant sur les modalités politiques de la coexistence, des études de cas sur les trois siècles de l’époque moderne, des bilans historiographiques sur le sujet. Les sources les plus variées sont convoquées afin de bien examiner les différents aspects de la question. Les solutions armées comme les relations pacifiques, les liens économiques comme la sociabilité au quotidien, les liens entre politiques ou membres de la République des Lettres comme ceux qui unissent les paysans ou les artisans sont tour à tour évoqués. Si le Sud de la France, particulièrement le Languedoc, est évidemment privilégié, d’autres régions sont également étudiées, que ce soit le Poitou, la petite ville alsacienne de Sainte-Marie-aux-Mines ou Paris.

Ce livre rassemble les communications faites à la journée d’études qui s’est tenue à Lyon le 30 septembre 2006. Elle réunissait les meilleurs spécialistes actuels de l’histoire du protestantisme français, sous la direction de Didier Boisson, professeur à l’Université d’Angers et membre du CERHIO et d’Yves Krumenacker, professeur à l’Université Lyon 3, membre de l’Institut Universitaire de France et de l’UMR 55190 LARHRA.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/1665 2020-06-23 Didier Boisson et Yves Krumenacker LARHRA fr LARHRA
Le ministère des prêtres et des pasteurs Bruno Hübsch (1933-2003) avait soutenu en 1966 à la faculté de théologie de Lyon une thèse particulièrement novatrice consacrée à la controverse entre catholiques et réformés français sur le ministère. Ce travail, inspiré par un souci œcuménique profond, se fondait sur l’étude approfondie de nombreux traités de controverse, dont certains provenant d’auteurs prestigieux du premier XVIIe siècle, comme Du Perron ou Bérulle du côté catholique, Duplessis-Mornay, Chamier ou Dumoulin pour les protestants. Il montrait comment la notion de ministère s’approfondissait peu à peu en réponse aux critiques adverses. Du côté réformé, l’accent est mis sur la nécessaire vocation intérieure puis, peu à peu, on insiste sur le rôle de l’Église qui délègue une part de son autorité aux pasteurs ; chez les catholiques, la succession apostolique, d’abord mise en avant, s’enrichit d’une signification surnaturelle qui fait parler de mission plus que de vocation. Ainsi, d’un côté on rappelle le rapport fonctionnel du pasteur et du peuple chrétien tandis que de l’autre, on insiste sur la grandeur du ministère et l’état sublime que procure l’ordination. La controverse sur le ministère touche ainsi à la conception qu’on se fait de l’Église, considérée comme universelle ou envisagée d’abord sous son aspect local. La thèse de Bruno Hübsch permet ainsi de mieux comprendre l’enjeu de controverses souvent mieux connues.

Malgré son intérêt, cette thèse n’avait jamais été publiée et avait donc été largement ignorée par les études qui, depuis, se sont multipliées sur les controverses. Elle conserve pourtant toujours toute sa valeur, d’où l’intérêt de cette édition. Une introduction d’Yves Krumenacker permet de la situer par rapport aux travaux plus récents sur le sujet. La bibliographie a été mise à jour. L’ensemble devrait ainsi rendre de grands services à tous ceux qu’intéressent aussi bien la théologie des ministères que les relations intellectuelles entre catholiques et protestants.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/1741 2020-06-23 Bruno Hübsch LARHRA fr LARHRA
Le pontife et l’erreur Aux temps posttridentins, l’infaillibilité pontificale a fait l’objet de nombreuses mises en cause de la part des catholiques antiromains. On sait que la question a été vivement agitée au temps du centenaire houleux de la Constitution Pastor Æternus. Après la publication de l’ouvrage célèbre de Hans Küng intitulé Infaillible ? Une interpellation (1970), l’historien Brian Tierney a fait paraître en 1972 une étude consacrée aux origines de l’infaillibilité pontificale. Il tentait d’y montrer, preuve à l’appui, que lorsqu’elle était apparue, la thèse comportait une limitation, et non pas une extension, de l’autorité romaine. Les deux concepts de souveraineté et d’infaillibilité, que Mauro Cappellari et Joseph de Maistre avaient étroitement liés au tournant des xviiie et xixe siècles, étaient en réalité antagonistes aux xiiie et xive siècles. Conception que ne reconnaissent plus les époques moderne et contemporaine, ainsi que le montre sans ambiguïté l’acharnement anti-infaillibiliste du catholicisme antiromain.

L’objectif de la journée d’études organisée à Lyon le 7 mai 2009 par l’équipe RESEA du LARHRA, UMR-CNRS 5190, la seconde d’une série consacrée au catholicisme antiromain et à son opposition à la romanitas, consistait à évaluer la fécondité d’une démarche historienne qui tente de préciser, touchant spécifiquement la question de l’infaillibilité, ou de l’indéfectibilité, pontificale ratione fidei, le concept de romanité dans ses rapports avec l’antiromanisme doctrinal développé par certaines tendances centrifuges du catholicisme, le gallicanisme au premier rang, mais aussi les grands courants régalistes, comme le joséphisme, le fébronianisme, ou les juridictionalismes italiens. Une longue périodisation a été retenue afin de favoriser les échanges entre modernistes et contemporanéistes, mais aussi afin de respecter la cohérence d’une période de l’histoire de l’Église catholique qui court du concile de Trente à Vatican II.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/1833 2020-06-23 Sylvio De Franceschi LARHRA fr LARHRA
La Jeunesse étudiante chrétienne 1929-2009 La Jeunesse étudiante chrétienne, mouvement d’action catholique fondé en 1929, a joué un rôle important dans le renouvellement des élites confessionnelles et la présence chrétienne dans la société française contemporaine. Les communications de Gérard Cholvy, Christophe Roucou, Bernard Giroux et Vincent Soulage et les témoignages de Yves-Marie Hilaire et Catherine Thieuw-Longevialle, donnés à la journée d’étude organisée par le Centre national des Archives de l’Église de France et la Société d’histoire religieuse de la France le 7 décembre 2009, éclairent un parcours jalonné de tensions et de crises. En complément, Bernard Giroux propose un « Dictionnaire biographique des responsables nationaux et des aumôniers de la JEC (1929-1975) » qui constitue un instrument de travail d’une grande richesse.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/1917 2020-06-23 Christian Sorrel et Bernard Barbiche LARHRA fr LARHRA
Jésuites et littérature (<span style="font-variant:small-caps;">xix</span><sup>e</sup>-<span style="font-variant:small-caps;">xx</span><sup>e</sup> siècles) Par le réseau de leurs collèges à travers le monde, les jésuites ont largement contribué à la fortune de la littérature classique, celle de l’Antiquité grecque et latine notamment. Mais qu’en est-il de leur attitude vis-à-vis de la littérature moderne, celle de leur temps ? Surtout quand elle ne les ménage pas et prend de plus en plus de liberté par rapport aux canons éprouvés ? Les premières réponses esquissées dans ce livre sont nuancées. Au xxe siècle en France, l’antijésuitisme ne disparaît pas de la production littéraire, mais il laisse peu à peu la place à une vision moins polémique de la Compagnie de Jésus et de son rôle au sein de la société ou de l’Église. Les jésuites de leur côté, d’abord très réservés envers les audaces littéraires du xxe siècle, comme en témoignent leurs revues, les apprivoisent peu à peu, voire laissent certains des leurs s’en inspirer dans des œuvres originales. L’approche par la littérature apporte ainsi sa pierre à la révision de la légende noire des fils de Loyola.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/2010 2020-06-23 Étienne Fouilloux et Frédéric Gugelot LARHRA fr LARHRA
Justice et protestantisme Dans le royaume de France à l’écrasante majorité catholique et gouverné par un roi « très chrétien » que le sacre, en en faisant le lieutenant de Dieu sur terre, rend comptable du salut de ses sujets, la question des rapports entre protestantisme et justice est particulièrement cruciale.

Du xvie au xviiie siècle la justice royale a évolué : au xvie, l’hérésie, prise en main par la justice royale, apparaît comme un crime abominable et doit être réprimée ; mais il faut aussi rétablir la paix dans le royaume déchiré par les premières guerres de religion et la justice est un des instruments qui y contribuent. Au xviie siècle, alors que la paix religieuse règne en principe depuis l’édit de Nantes, le pouvoir n’a pas perdu l’espoir de convertir les réformés, rétablissant ainsi l’unité spirituelle du royaume. Les moyens pour atteindre ce but sont divers, la législation en fait partie et les procès se multiplient à l’encontre des réformés. Après la Révocation, la justice royale pour laquelle il n’existe plus de protestants mais seulement des « sujets rebelles », s’active à les poursuivre de toutes les manières possibles.

Mais ce volume ne se contente pas de faire la chronique de la répression judiciaire au service de la paix ou de l’unification religieuse du royaume. Il explore également le regard particulier sur la justice que peuvent avoir les protestants ; c’est ainsi que les récits de martyres et de massacres remettent en quelque sorte en cause le pouvoir royal, et que la littérature, en dressant un tableau de la situation des protestants et donc de la justice qui s’applique à eux, produit une « justice fictionnelle » au service de la cause réformée. Il s’interroge également sur le rôle des gens de justice nombreux dans certaines Églises réformées et qui ont pu jouer un rôle important de défense des droits de leurs coreligionnaires.

Il importe enfin de replacer la question dans l’histoire plus globale de l’histoire de la justice, se demander si les protestants constituent des justiciables comme les autres, si la justice fait preuve envers eux de la souplesse qui la caractérise, si l’opinion publique ne compte pas plus que les raisons politiques dans l’évolution de la pratique judiciaire. Au-delà du constat, indéniable, d’une répression souvent très forte, l’ouvrage invite à s’interroger sur le rôle régulateur de la justice, dont l’objectif est d’abord de retisser le lien social, détruit ou menacé par telle ou telle déviance, ce qui passe quelquefois par le châtiment, mais aussi beaucoup plus souvent par le pardon ou par l’oubli.

Ce livre rassemble les communications faites lors de la journée d’étude qui s’est déroulée à Angers le 28 mai 2010. Elle a été organisée par Didier Boisson, professeur à l’université d’Angers, membre du CERHIO et Yves Krumenacker, professeur à l’université Lyon 3, membre de l’Institut Universitaire de France et de l’UMR 5190 LARHRA.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/2137 2020-06-23 Didier Boisson et Yves Krumenacker LARHRA fr LARHRA
Histoires antiromaines La troisième journée d’études consacrée par l’équipe RESEA du LARHRA à l’antiromanisme catholique des temps post-tridentins s’est intéressée à l’expression de sentiments antiromains dans l’historiographie catholique. À l’époque moderne, le développement d’une historiographie ecclésiastique antiromaine au sein du catholicisme a d’emblée été tributaire de deux grands modèles élaborés dans la deuxième moitié du xvie siècle et qui s’inséraient dans le débat entre catholiques et protestants. De 1559 à 1574 paraissent à Bâle les treize centuries de l’Ecclesiastica historia, dites Centuries de Magdebourg. Très imposante, l’œuvre propose une version luthérienne de l’histoire du christianisme. Après la conclusion du concile de Trente, la papauté s’est rapidement préoccupée de faire répondre aux centuriateurs de Magdebourg. En publiant ses Disputationes de controuersiis christianæ fidei (1586-1593), Robert Bellarmin s’est chargé de réfuter les arguments théologiques que les Centuries de Magdebourg avaient développés, tandis que son collègue Cesare Baronio, plus connu sous le nom latinisé de Baronius, faisait paraître à Rome, entre 1588 et 1607, les douze volumes de ses Annales ecclesiastici, qui se faisaient fort d’anéantir par leur érudition la validité des analyses historiques des protestants. À la fin du xvie siècle, l’historiographie ecclésiastique européenne est clairement le lieu d’affrontements confessionnels dont on va retrouver la trace proprement historiographique jusqu’au xixe siècle. L’écriture de l’histoire devient pour les catholiques un domaine de choix où manifester leur opposition à Rome et aux prétentions ecclésiales et temporelles du Saint-Siège. Les différentes contributions ici réunies permettent de mettre en lumière les racines gallicanes et plus largement régalistes du libéralisme contemporain, sourde transformation par laquelle l’historiographie de l’Église a longtemps été travaillée en France, en Italie et en Allemagne et dont la journée d’études organisée le 24 septembre 2010 a tenté de marquer les grandes étapes et d’illustrer le mouvement pluriséculaire.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/2223 2020-06-23 Sylvio De Franceschi LARHRA fr LARHRA
Le monde de l’histoire religieuse L’Histoire religieuse est devenue, pour les périodes moderne et contemporaine, un secteur de recherche historique particulièrement active dans l’Université française. Colloques, thèses, éditions scientifiques de documents, se sont multipliés au cours des dernières décennies, permettant la reconnaissance des facteurs religieux dans l’histoire. Etienne Fouilloux a pu évoquer « une percée de l’histoire religieuse en France ».

Il est important, d’un point de vue méthodologique, de ne pas réduire les recherches aux observations franco-françaises, particulièrement face aux phénomènes religieux qui ont une dimension universelle. Or les historiographies ont trop souvent tendance à s’ignorer et à n’évoluer que dans un cadre national. Dans les limites géographiques et thématiques qui sont les siennes (de nombreux espaces sont absents, et le propos se limite pour l’essentiel au christianisme), ce volume propose d’établir des ponts entre des universitaires confrontés à des questions semblables, mais qui restent séparés par les logiques nationales, voire par les langues.

L’équipe Religions, Sociétés et Acculturation (RESEA) du Laboratoire de Recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA, UMR 5190) a donc organisé deux Journées d’Études en 2008 et 2009, afin de confronter les points de vue, à partir de cadres nationaux divers : pays où l’histoire religieuse occupe une place notable et quasiment traditionnelle dans le paysage universitaire (Belgique, Italie, Allemagne, Suisse, Pays-Bas), la France où elle s’insère dans la dimension laïque, des pays où elle a été confrontée au contrôle et à l’instrumentalisation de la dictature (Pologne, Espagne), l’Afrique où le poids de l’histoire missionnaire et de la colonisation reste grand, l’Amérique du Nord où elle s’est développée dans un contexte de grande diversité religieuse. Les approches, les thématiques, les évolutions sont différentes, les méthodes restent proches.

Contributions de : Jan De Maeyer et Jo Deferme, Jean-Dominique Durand, Joris van Eijnatten, Piotr Kosicki, Thomas Kselman et Mark Noll, Catherine Maurer, Pablo Pérez López, Hugh Macloed, Claude Prudhomme, Francis Python, Magloire Somé, Stefano Trinchese.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/2292 2020-06-23 Jean-Dominique Durand LARHRA fr LARHRA
Femmes, genre et catholicisme De nouveaux chantiers s’ouvrent aujourd’hui pour une histoire revisitée des rapports entre femmes et catholicisme avec la perspective du genre. Dans le cadre d’une journée d’études, il n’était pas possible de baliser tous les chemins à emprunter. Quatre seulement ont été retenus : le politique, la spiritualité, le genre et le féminisme. Un cinquième a été joint dans cette publication avec un point de vue décentré sur la « mission au féminin », celui d’une historienne américaine et d’une historienne chilienne. Cet ouvrage a donc pour but de croiser les approches historiographiques, en faisant appel à des spécialistes d’horizons différents, venus de l’histoire religieuse, de l’histoire sociale, de l’histoire des femmes et du genre mais également d’autres disciplines comme la sociologie. Il est aussi le fruit d’une collaboration étroite entre deux équipes de recherches au sein du LARHRA : « Genre et Sociétés » (Pascale Barthélémy) et « Pouvoirs, Villes et Sociétés » (Bruno Dumons). L’histoire du catholicisme est devenue à ce jour un objet d’études à part entière, délesté de l’histoire de l’Église de tradition apologétique, qui peut désormais s’approprier les nouvelles recherches menées sur les femmes et le genre. En retenant quelques-unes d’entre elles à partir de l’exemple français, cette publication constitue aussi un appel à confronter la réflexion avec d’autres historiographies nationales mais aussi bien au-delà de celles qui caractérisent l’espace européen.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/2425 2020-06-23 Anne Cova et Bruno Dumons LARHRA fr LARHRA
Enfance, santé et société À relire l’ensemble des articles ici rassemblés, il apparaît, qu’outre son importante contribution à l’histoire de la santé, Dominique Dessertine a privilégié l’histoire de la famille et, en son sein, celle de l’enfance et de l’adolescence au tournant des xixe et xxe siècles. Dans cet ensemble, elle a mis l’accent sur les initiatives qui visent à protéger les enfants et les jeunes en danger ou en danger de l’être. Déjà arrachés aux prisons ordinaires pour être détenus dans des colonies pénitentiaires, les enfants coupables peuvent être de plus en plus - et sont de plus en plus - confiés à l’Assistance publique et surtout à des institutions privées agréées, essentiellement laïques, chargées de les éduquer. Celles-ci reçoivent aussi les enfants victimes de mauvais traitements ou d’une éducation familiale jugée trop déficiente. Derrière cette convergence entre ces deux jeunesses, se lit la hantise de voir les enfants sombrer dans la délinquance et la marginalité. Cette obsession est si forte qu’elle va jusqu’à passer outre la sacrosainte autorité parentale.

Par ailleurs, avec son époux Bernard Maradan (1946-2000), elle a mis à jour un moteur fondamental du dynamisme des patronages, la rivalité entre laïcs et catholiques. Au-delà de leurs différences, - les patronages catholiques sont plus sportifs, les laïques plus tournés vers les activités culturelles - les deux visent à civiliser les enfants et à les protéger des dangers de l’errance et du vagabondage. Parmi les activités de ces patronages, l’auteur donne une place particulière aux défilés et fêtes de la jeunesse.

Enfin les études pionnières sur les écoles de plein air de l’entre-deux-guerres et les centres sociaux d’après-guerre (même s’ils ne sont pas spécialement destinés à l’enfance, ils sont amenés à lui accorder une grande place), complètent un tableau décidément riche et varié des initiatives en faveur de l’enfance et de la jeunesse.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/2563 2020-06-23 Dominique Dessertine LARHRA fr LARHRA
Alexandre Glasberg 1902-1981. Prêtre, résistant, militant Alexandre Glasberg (1902-1981) est une figure étonnante. Né dans l’Empire des tsars, converti du judaïsme, ordonné prêtre catholique après son arrivée en France en 1932, il est l’une des figures du sauvetage des Juifs et de la Résistance entre 1940 et 1944 à Lyon, puis dans le Tarn-et-Garonne. Après la guerre, il poursuit son action dans le cadre du Centre d’orientation sociale des étrangers et soutient le jeune État d’Israël avant de critiquer l’évolution qui l’éloigne de l’utopie fondatrice. Novateur social, de sensibilité progressiste, il renouvelle son engagement dans les années 1960 au profit des réfugiés politiques et est l’un des fondateurs de France Terre d’Asile au début de la décennie suivante. Prêtre sans ministère, homme de l’ombre, acteur des politiques publiques, il s’est peu exprimé sur ses convictions et n’a guère laissé d’archives. La journée d’études organisée à l’Université de Lyon le 24 mai 2012 a néanmoins permis, grâce à des documents inédits, de relire son itinéraire et de dessiner son portrait avec plus de précision, même si demeure une part irréductible de mystère.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/2698 2020-06-23 Christian Sorrel LARHRA fr LARHRA
Les « Matériaux Boulard » trente ans après. Des chiffres et des cartes... La publication en 2011 du dernier volume des « Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français », plus connus sous le nom de « Matériaux Boulard », et la journée d’étude organisée à cette occasion à l’Université de Lyon ont permis de mettre en lumière la figure trop ignorée du chanoine Fernand Boulard (1898-1977), pionnier de la sociologie religieuse pastorale. Il s’agissait dans le même temps de réfléchir à l’usage que les historiens ont fait des données qu’il avait collectées et pourront encore en faire à l’avenir, alors que les paradigmes historiographiques ont changé depuis la décennie 1970 qui vit le projet des « Matériaux Boulard » prendre forme.

]]>
https://books.openedition.org/larhra/2888 2020-06-23 Christian Sorrel LARHRA fr LARHRA