Version classiqueVersion mobile

Pauvreté, cultures et ordre social

 | 
Jean-Pierre Gutton

Église et société

La mise en place du personnel soignant dans les hôpitaux français (xviie - xviiie siècles

Note de l’éditeur

Article initialement publié dans Bulletin de la Société française d’histoire des hôpitaux, n° 54, 1987, p. 11-19.

Texte intégral

1L’histoire de la mise en place d’un personnel soignant dans les hôpitaux français sous l’ancien régime demeure une histoire modeste, même au XVIIIe siècle. C’est au XIXe siècle que les évolutions les plus décisives auront lieu. Du moins permet-elle de saisir les tout débuts du phénomène et, par là, de comprendre les raisons et le processus du mouvement.

2Ce n’est certes pas le XVIe siècle – au demeurant siècle bien terne pour l’histoire hospitalière – qui a pu beaucoup favoriser cette mise en place du personnel soignant. Sans doute, un facteur aurait pu être éminemment favorable. Dans les années 1520-1530, un nombre important de villes mettent sur pied un système d’assistance municipale. Sous des noms divers – assez fréquemment ceux de Bureau des Pauvres ou d’Aumône – ces organisations nouvelles avaient mission de prendre en charge l’ensemble de l’assistance. Particulièrement, elles luttaient contre la mendicité par la mise au travail des « caymans », par des distributions de vivres aux pauvres du lieu. Aussi l’hôpital était réservé aux enfants et aux malades. C’était, en principe, favoriser l’évolution de l’hôpital vers la fonction d’établissement de soins. De fait, on constate que l’hôpital demeure, très généralement, asile de toutes misères et fort peu établissement médical. Dans ces conditions, on ne peut pas vraiment parler de la mise en place d’un personnel soignant dans les hôpitaux. Tout au plus, doit-on attirer l’attention sur trois faits.

- Il y a spécialisation de certains hôpitaux dans le traitement de telle ou telle maladie. Dans plusieurs villes du royaume se créent des hôpitaux de pestiférés ; ou bien encore des hôpitaux affectés à l’accueil des enfants trouvés. Dans ces maisons, le personnel est forcément un peu plus sensible à la nécessité de soins spécifiques.

- Au moins dans quelques établissements, il y a, précisément au XVIe siècle, un effort de fait pour améliorer le personnel. Les « frères », souvent responsables d’abus, sont réduits en nombre, parfois supprimés. Quant aux « sœurs » elles peuvent être recrutées dans l’ordre des sœurs de Saint-François, ou sœurs grises, qui les a formées à la discipline.

  • 1 A.M. Lyon, BB 54.
  • 2 E. EBRARD, Misère et charité dans une petite ville de France de 1560 à 1682. Essai historique et st (...)
  • 3 C. Beutler, Étude de la consommation dans une communauté parisienne entre 1500 et 1640 d’après les (...)

- L’aspect thérapeutique des hôpitaux s’affirme quelque peu. Dès le Moyen Âge, des chirurgiens, voire des médecins, étaient attachés à des hôpitaux. L’Hôtel-Dieu de Paris a un chirurgien dès 1328. À Aix-en-Provence, l’hôpital Saint-Jean a un médecin en 1338 et l’infirmerie un chirurgien en 1373. Au XVIe siècle, de nouveaux établissements se dotent de médecins. À Angers, la Faculté de Médecine désigne le « médecin ordinaire » de l’Hôtel-Dieu. Celui-ci est, traditionnellement le dernier nommé des docteurs-régents et il n’est tenu qu’à une visite par semaine. Ici, comme un peu partout, le médecin soigne moins qu’il ne dirige et contrôle le travail des chirurgiens. À partir de 1532, et avant même d’être docteur, Rabelais est médecin de l’Hôtel-Dieu de Lyon. Il est vrai qu’en mars 1535, l’échevinage lui désigne un successeur car il « s’est absenté de la ville et dudit hôpital sans congé prendre pour la deuxième fois »1. À Bourg-en-Bresse, le registre de délibérations consulaires précise : « En 1540, le spectable Medici, docteur en médecine, s’est offert de servir et de médicamenter gratuitement – amore Dei – plusieurs pauvres reçus dans l’hôpital de cette ville, qui sont atteints de diverses maladies. Mais, pour ce faire, il faudrait prendre chez les apothicaires quelques drogues. Le Conseil de la ville arrête qu’il viendra en aide à ces pauvres infirmes, du mieux qu’il pourra, et que, s’il est nécessaire de prendre quelques drogues chez les apothicaires, on les leur paiera sur les revenus de l’hôpital »2. À Paris, l’hôpital des Quinze-Vingts, fondation médicale destinée aux aveugles, se médicalise aussi lentement. On en lit les étapes sur les registres de comptabilité. Jusqu’en 1559 le trésorier règle les soins particuliers – visites, « unguements » – donnés par un chirurgien, un médecin ou un apothicaire. À partir de cette date, c’est un maître-barbier chirurgien qui reçoit des gages annuels. À partir de 1588 seulement, il est question des gages du « médecin dudit hostel »3.

  • 4 L. Pérouas, Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724. Sociologie et pastorale, Paris, 1964.

3Au siècle suivant, les progrès sont beaucoup plus nets. Sans doute, la volonté d’« enfermer » les pauvres dans des hôpitaux généraux aboutit-elle souvent à confier aux établissements des mendiants, des vagabonds, des asociaux. Les pauvres sont tout à fait réintroduits dans l’hôpital, d’où, au vrai, ils n’avaient pas été vraiment exclus en dépit des projets de réforme du XVIe siècle Mais l’important – et on ne le dit peut-être pas assez – c’est que le XVIIe siècle, pour avoir créé des hôpitaux généraux, n’a nullement délaissé les hôtels-Dieu destinés aux malades. La réforme catholique a mis l’accent sur les œuvres et particulièrement sur l’assistance aux pauvres malades. L’ouvrage du duc de Luynes, Instruction pour apprendre à ceux qui ont des terres dont ils sont seigneurs, ce quils peuvent faire pour la gloire de Dieu et le soulagement du prochain suivant les Ordonnances de France, (Paris, 1658) recommande de « régler » les hôpitaux, de ne pas y tolérer le séjour des passants plus d’un jour et d’établir des filles religieuses pour veiller sur les malades. C’est à cette époque, d’autre part, que se met en place un réseau d’hôtels-Dieu qui marquera durablement les structures hospitalières du pays. Les maladreries, les léproseries, devenues généralement sans objet, les très petits établissements, naguère voués à l’accueil des pauvres passants sont fréquemment réunis, par décision royale, à des établissements plus importants qui pratiquent les soins aux malades. La volonté des municipalités et, beaucoup plus souvent, la générosité de fondateurs permettent surtout la création de nouveaux hôtels-Dieu et, parfois, en nombre important. Le diocèse de La Rochelle compte quatre hôpitaux recueillant les malades en 1648 ; en 1724, il en comptera treize. À cette date, le nombre des lits est d’environ cent soixante soit trois ou quatre fois plus qu’en 16484.

  • 5 F. Lebrun, Les hommes et la mort en Anjou aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1971, chapitre VII.

4Il y a d’autre part, et incontestablement, progrès de l’encadrement médical. Quelques exemples le feront voir. À l’hôpital d’Angers, on assiste, dans la seconde moitié du siècle, à une profonde réorganisation du service médical. La charge de « médecin ordinaire », qui entraîne l’obligation d’une visite quotidienne, revient au plus jeune docteur-régent de la ville. En 1662, Pierre Hunauld, qui s’est porté volontaire, assume la charge. Il est vite convaincu de ce qu’une visite quotidienne est très insuffisante, d’autant qu’elle consiste le plus souvent à écouter le rapport du chirurgien. Aussi se fait-il accompagner de deux autres médecins et, en 1683, le bureau de l’hôpital accepte de confier le service médical à cette équipe. Désormais, l’un des adjoints viendra, tôt le matin, visiter les malades, reviendra, le soir, pour les nouveaux arrivés. À 10 heures le matin, Hunauld fait sa visite, accompagné de l’adjoint de service. Les adjoints seront bientôt aidés de deux suppléants et, ainsi, sur 12 docteurs-régents en exercice à Angers, 5 sont médecins à l’hôpital. Une telle organisation est sans doute d’abord soutenue par la volonté de servir les pauvres malades, mais aussi par le souci de lier pratique hospitalière, exercice de la clientèle privée et enseignement. Le rôle des médecins est toujours surtout de surveiller le chirurgien et la sœur apothicaire. Mais les responsabilités médicales sont assez bien réparties. Les aides chirurgiens font saignées et pansements ; le chirurgien panse les « playes de conséquence » et décide les « grandes opérations » avec le médecin ordinaire. Les religieuses jouent le rôle d’infirmière et l’une d’elles a la charge de l’apothicairerie5. Dans plusieurs autres villes les médecins assurent à tour de rôle un service à l’hôpital, de telle sorte que l’exercice de la médecine soit inséparable du service hospitalier. Dans la plupart des hôpitaux il y a au moins un chirurgien. Si l’établissement est trop pauvre pour le payer, la municipalité assure du moins une exemption fiscale. Ou bien encore les lettres patentes accordent la maîtrise sans chef-d’œuvre aux aides-chirurgiens après six années de service.

5N’exagérons pas ces progrès. Le souci des corps demeure très en deçà de celui des âmes, partout. Et les hôpitaux sont très loin de ne recueillir que des malades, même s’ils sont des hôtels-Dieu. Enfants trouvés, vieillards, pauvres sont généralement plus nombreux que les malades. Du reste, pauvreté et maladie sont liées, aussi les établissements pensent à soigner sous-alimentation ou malnutrition plus que la maladie. Le souci alimentaire demeure plus important que le souci médical. Et l’apport le plus important du XVIIe siècle est ailleurs.

6En effet, le progrès le plus notable, au XVIIe siècle, réside dans les mutations profondes qui affectent le personnel avec le développement des congrégations hospitalières. Les hôpitaux n’avaient, jusqu’alors, jamais vraiment résolu le problème du personnel de service. Ceux qui disposaient d’un personnel religieux étaient sans doute favorisés. Les congrégations hospitalières se rattachaient généralement à la règle de Saint-Augustin. Celle-ci, simple reproduction d’une lettre adressée par le saint à des moniales pour les aider dans la vie conventuelle, était générale et même vague. Au début du XIIIe siècle, des conciles provinciaux avaient précisé les cadres de la vie religieuse des sœurs et des frères hospitaliers. Les évêques rédigèrent en s’en inspirant des constitutions pour les hôtels-Dieu. Cependant, il existait aussi des établissements dont le personnel n’était pas lié par des règles religieuses, pouvait se retirer à son gré et ne constituait qu’une association pieuse. Beaucoup d’établissements, surtout les petits, étaient aussi simplement aux mains d’un « gardien », d’un « hospitalier » ou d’une « hospitalière » qui, seul ou aidé de domestiques, assurait le service des malades. Il est à la fois portier, cuisinier, lingère, infirmière et parfois même fossoyeur et jardinier. La charge peut être exercée par un ou une célibataire à titre d’apostolat. Outre son entretien, il ne reçoit alors qu’une rétribution symbolique et, parfois, la « dépouille des pauvres » qui décèdent à l’hôpital. Mais certains hospitaliers considèrent la fonction comme un bénéfice et n’ont qu’un piètre souci des malades. Dans la première moitié du siècle, les plaintes sont nombreuses contre ces personnels. À l’hôpital de Rennes

  • 6 Texte de 1629 ou 1630 cité p 296 du T. II de A. Croix, La Bretagne aux 16e et 17e siècles. La vie. (...)

« le gardien ne se tient prest de son debvoir ainsy que les autres precedens gardiens avoint de coustume, dautant quil n’assiste que fort peu les mallades, n’assiste aux traictementz qui leur sont faictz, n’est present a la reception des pauvres tant valides que autres, lesquelz on reçoit aud. hospital pour scavoir scy lesd. poovres doibvent y estre receuz pour y coucher et loger »6 .

  • 7 Jean de Viguerie, Les débuts de la congrégation des servantes des pauvres de Jeanne Delanoue, p. 61 (...)

7Au XVIIe siècle, cette situation évolue largement dans la mesure où l’on assiste à un véritable foisonnement d’ordres hospitaliers, surtout féminins. L’historien a parfois peine à se reconnaître dans ces multiples créations. Les ordres strictement locaux sont nombreux ; une même appellation recouvre des groupements différents d’une province à l’autre. En 1622, le Grand Aumônier a obtenu du Pape une bulle qui enlève à sa juridiction, sauf dans la région parisienne, l’ensemble des ordres religieux voués aux services d’assistance. Désormais, ceux-ci dépendent directement des évêques pour leurs activités apostoliques. Cela accroît encore la décentralisation de fait. Et la complexité tient aussi au fait que plusieurs congrégations ne sont pas vraiment religieuses. Il y a, au vrai, toute une série de nuances en ce domaine. Souvent quelques « filles dévotes », « sœurs », « servantes des pauvres » prennent en charge le service d’un hôpital en demeurant des laïques. C’est le cas aux hôpitaux de Thiers et de Clermont en Auvergne. En 1633, « le Sindic de Vannes remonstre que certaines filles dévotieuses s’offrent à entrer en l’hospital pour servir en lieu et place des gardiens sans aucuns gages ny salaires ». Les filles charitables, les veuves qui assurent ces fonctions ne font cependant pas toujours preuve de discipline. En 1672, l’hôtel-Dieu de Saumur a été réorganisé par « plusieurs filles vertueuses qui se veuillent donner à Dieu en estat de laïcques et sans engagement ni aucuns vœux ». Mais ces « filles et veuves » sont bientôt en conflit avec les administrateurs et l’expérience ne dure que cinq années. Aussi les filles dévotes peuvent-elles former des associations tout en restant laïques et en ne prononçant pas de vœux solennels. À l’hôtel-Dieu de Lyon, des veuves et des orphelines soignent les malades. Elles se nomment « sœurs », mais elles ne dépendent d’aucun ordre et les vœux de pauvreté, chasteté et obéissance qu’elles prononcent ne sont que des vœux simples. L’hôtel-Dieu peut les renvoyer ; elles peuvent aussi se retirer. Des congrégations au rayonnement beaucoup plus vaste demeurent également en deçà d’un statut strictement religieux. Depuis le XVe siècle, les filles hospitalières de Sainte-Marthe, issues de l’hôtel-Dieu de Beaune, « se retirent pour entrer en religion, se marier, ou retourner dans leurs familles ». Elles sont répandues en Bourgogne et en Comté. Au XVIIe siècle, des congrégations comparables se créent. En Anjou, le service de plusieurs hôpitaux est assuré par des hospitalières de Saint-Joseph, créées à La Flèche en 1636. Ne sont prévus ni vœux solennels, ni stabilité, ni clôture, mais les filles peuvent s’y astreindre à titre individuel. Elles s’engagent « à consacrer gratuitement leur vie au service des pauvres de l’hôpital, par le pur amour de Dieu, à la seule condition qu’il leur fût permis de vivre en communauté régulière sous certaines lois, à l’instar des statuts des communautés régulières, sans cependant faire profession de l’état religieux ». À la fin du siècle, naît à Saumur, la congrégation des servantes des pauvres de Jeanne Delanoue7. Elles gèrent bientôt de petits hôpitaux. Or, elles ne constituent pas un institut religieux, mais une société de filles séculières, approuvée par l’évêque. Il n’y a pas de clôture, pas de vrai noviciat et un simple « acte d’association » tient lieu de profession. Toutefois elles prononcent des vœux, évidemment simples et secrets : aux trois vœux d’obéissance, de pauvreté et de chasteté, elles ajoutent ceux « de résidence dans la Maison autant de temps qu’il plaira à la Divine providence de la faire subsister et d’y servir les pauvres sains et malades. »

Sœur hospitalière de l’Hôtel Dieu de Lyon

8La caractéristique du XVIIe siècle est cependant la création de véritables ordres religieux hospitaliers. Quelques-uns sont masculins. Les Frères de la Charité de Saint-Jean- de-Dieu s’établissent en France en 1601 ; des frères pénitents du Tiers Ordre de Saint-François, les « bons fieux », se répandent dans les hôpitaux flamands. Les ordres féminins qui vont fournir en personnel soignant les hôpitaux sont très nombreux : religieuses de la Charité Notre-Dame, qui ne soignent, en principe, que les femmes ; de Saint-Charles de Nancy en Lorraine ; de Saint-Thomas de Villeneuve qui, en Bretagne, concurrencent des religieuses Augustines de la Miséricorde de Jésus ; sœurs de Saint-Alexis en Limousin ; Filles de la Sagesse en Poitou et en Aunis ; Filles de la Croix et Filles de la Providence en Anjou ; Hospitalières de Saint-Augustin... Cet émiettement réel s’explique souvent par la difficulté qu’il y a à obtenir de congrégations dont le siège est lointain autant de religieuses qu’on en désire. Cette profusion est, plus encore, le signe de l’engouement de l’âge de la réforme catholique pour les clercs qui vivent dans le siècle tout en étant soumis à une règle. C’est là que réside la raison essentielle de la multiplication des religieuses hospitalières. La formule est particulièrement affirmée avec les Filles de la Charité de Vincent de Paul. Leur règle revendique hautement ce caractère de clercs séculiers.

« Elles ont pour monastère la maison des malades, pour cellule une chambre de louage, pour chapelle l’église de la paroisse, pour cloître les rues des villes ou les salles des hôpitaux, pour clôture l’obéissance, pour grille la crainte de Dieu et pour voile la sainte modestie ».

  • 8 F. Lebrun, o.l., p. 242 sqq. Sur les Filles de la Charité : P. Coste, Le grand saint du grand siècl (...)

L’aspect de religieuses soignantes est accentué par le fait que Vincent de Paul recommande l’obéissance au médecin et par l’ordonnance épiscopale de 1655 qui, les reconnaissant officiellement, leur prescrit non seulement d’apprendre à préparer les médicaments mais aussi à les administrer et à soigner les malades. Parce que les Dames de Charité, chargées de la visite des malades, manquaient parfois de ponctualité dans leur tâche, la nécessité de servantes des pauvres s’imposa. Louise de Marillac, veuve de Antoine Legras, ancien secrétaire de la Reine Mère, forme dès 1627 de « bonnes filles de villages ». Dès 1633 un noviciat est créé et un règlement ébauché en 1634. À partir de 1642, les religieuses se lient par des vœux qui sont annuels. Elles se mêlent au monde ; leur costume n’est point celui des religieuses, mais la robe de bure grise et le petit bonnet (qui sera, plus tard, remplacé par la cornette) des paysannes de l’Île-de-France. Au début, les Filles de la Charité visitent les hôpitaux avec les Dames de la Charité. Mais, bientôt elles sont affectées dans les hôpitaux. Ainsi, dès 1633, Vincent de Paul avait-il envoyé à Angers une de ses auxiliaires, Madame Goussault, pour visiter l’hôpital. Mais le projet de prendre en charge l’hôpital tourne court car la « gouvernante des pauvres, … bonne tourière qui a fait vœu d’y finir ses jours au service des malades, tient l’établissement en bon ordre. » On perçoit ici combien nous sommes à une période de mutation de l’histoire du personnel soignant : dévouement individuel ou prise en charge par un ordre. De fait, après le décès de cette « gouvernante », mademoiselle Legras est envoyée à Angers et, après trois mois d’observation, un contrat est signé avec les administrateurs le 1er février 1640 : huit filles de la Charité sont établies « comme sœurs servantes au gouvernement et traitement des pauvres malades. » L’année suivante, Vincent de Paul rédige lui-même leur règlement8. Cet exemple sera suivi de beaucoup d’autres (Nantes, Saint-Denis, Montreuil-sur-Mer, Chateaudun, Belle-Isle, Ussel, Cahors) et les Filles de la Charité – qui ne se cantonnent d’ailleurs pas dans le service hospitalier – constituent l’exemple le plus éminent des hospitalières fondées au XVIIe siècle.

9L’arrivée de religieuses dans un hôpital donne lieu à un traité, passé devant notaire, signé entre les recteurs de l’établissement et la supérieure générale, autorisée par ses supérieurs ecclésiastiques. Les communautés prennent l’engagement de faire desservir l’établissement par un certain nombre de religieuses. On prévoit parfois le remplacement des sœurs malades ou décédées, et, éventuellement, l’augmentation de leur nombre. Le contrat peut exclure le soin de certaines affections, celui des hommes, celui des accouchées. Les Augustines de la Miséricorde, dans un mémoire à la ville de Rennes pour être admises à servir à l’hôpital proposent :

  • 9 Texte cité p. 130 du T. II de A. Croix, o.l.

« nous servirons les hommes les femmes et les enfants malades excepté que pour les services quy seraient peu sceants à nostre sexe et condision destre par nous rendus aux hommes, nous y ferons supléer par quelque petit nombre de serviteurs modestes et cregnants Dieu »9.

Les hospitalières de Saint-Augustin s’engageant avec les hôtels-Dieu de Riom et de Clermont le font en ces termes : elles devront

« servir, panser, médicamenter les malades et infirmes de l’hôtel-Dieu, ou les blessés qui ne seront pas atteints de plaies et maladies indécentes à voir ou à traiter, et où il n’y aura pas amputation de membres. »

Les contrats prévoient encore généralement que l’hôpital fournit aux frais du voyage, assure la nourriture, une indemnité annuelle, et bien entendu, le logement. L’autonomie des religieuses par rapport aux recteurs est totale sur le plan spirituel. Une formule fréquemment rencontrée dans les traités liant les Filles de la Charité est par exemple qu’elles ont entière liberté

« d’y observer tous leurs règlements et exercices spirituels de leur institut sans néanmoins préjudicier au soin et service des pauvres dudit Hôtel-Dieu qu’elles préfèreront à toutes autres choses ».

Pour tout ce qui a trait au service des malades elles sont au contraire sous l’autorité des recteurs. Elles doivent se conformer aux statuts de l’établissement et rendre compte de leur service au bureau d’administration.

  • 10 J. Jenny, Les œuvres de Charité et les institutions hospitalières dans le diocèse de Bourges (XVIIe(...)

10Il est difficile de dire si l’arrivée des hospitalières a amélioré le taux d’encadrement des malades. L’important est qu’elles assurent le sérieux et la régularité des soins. Le souci de la santé et du bien-être des malades est désormais très vif. Dans le règlement pour les Filles de la Charité d’Angers, M. Vincent précise les soins à donner le matin : faire les lits, donner les médecines, faire déjeuner les plus malades et servir les autres ; et le soir : donner les lavements, vider les pots, « racommoder un peu les lits », changer de drap « à ceux qui se seront gâtés. » Ce sérieux et cette régularité ne s’expliquent certes pas par un souci très vif de progrès médical. Ce qui est au contraire essentiel c’est que les « pauvres malades » soient considérés à nouveau comme « seigneurs et maistres » qu’il faut servir « avec une charité respectueuse, regardant Jésus-Christ en leurs personnes. » De telles formules se rencontrent dans de nombreux règlements. Et, questionnées au cours d’un entretien sur les motifs qu’elles ont de servir les malades, les Filles de la Charité répondent : « Le premier motif est que les pauvres ont l’honneur de représenter les membres de Jésus-Christ, qui tient les services qu’on leur fait comme faits à lui-même. » Dans le règlement qui, en 1632, donne mission aux Augustines de « servir Notre-Seigneur dans la personne des pauvres malades » de l’hôtel-Dieu de Bourges on lit : « Quand un malade appelle, qu’elles quittent aussitôt toute autre occupation, même leur dévotion, se persuadant que c’est Jésus-Christ qui leur fait entendre sa voix »10. C’est sur ce terrain que les progrès médicaux prendront greffe, et dès le siècle suivant.

  • 11 M. Joerger, La structure hospitalière de la France sous l’Ancien régime, Annales E.S.C., 1977, n° 5 (...)
  • 12 D. Voldman, Les hôpitaux militaires dans l’espace sanitaire français, 1708-1789, thèse de 3e cycle (...)

11Au XVIIIe siècle, en effet, et surtout dans la seconde moitié du siècle, les progrès dans la mise en place d’un personnel soignant hospitalier apparaissent beaucoup plus nets. Plusieurs conditions sont réunies pour le permettre. Il y a d’abord le vif intérêt que manifestent non seulement les penseurs, les « donneurs d’avis », mais aussi les gouvernants pour ces questions. Voyez au temps de Turgot, par exemple, la création de l’hospice des Écoles de chirurgie pour l’étude des « maladies chirurgicales graves et dispendieuses. » L’établissement, qui doit être à la fois dispensaire et école pratique, est ouvert en 1776 avec six lits. Il en a vingt-deux en 1783. Un professeur de chimie chirurgicale y est attaché et il doit faire des démonstrations aux étudiants. C’est Turgot encore qui fait transférer de locaux les écoles de la Faculté de médecine. Il fonde un cours d’anatomie humaine, confié à Vicq d’Azyr. Il organise une « commission de médecins à Paris pour tenir une correspondance avec les médecins de provinces sur tout ce qui peut être relatif aux maladies épidémiques et épizootiques. » Vicq d’Azyr en est commissaire général et, à ce titre, met en œuvre des enquêtes sur les maladies, diffuse en province remèdes, nouvelles méthodes, instructions officielles. La correspondance avec les médecins de province est très suivie. Voyez aussi comme, au temps de Necker, les enquêtes du pouvoir commencent à s’intéresser de près au personnel médical. En 1779 une enquête hospitalière interroge sur le nombre de lits, de salles, de malades, d’« officiers de santé. » Le même Necker prescrit aussi une enquête sur les médecins exerçant « dans les principaux hôpitaux du royaume ». Condition favorable aussi que le souci de réserver l’hôpital aux malades. Les hôpitaux ont échoué, au moment des déclarations de 1724 et de 1764, dans la tâche d’enfermement des mendiants et des vagabonds. Aussi l’idée s’impose-t-elle que des établissements spéciaux doivent être prévus pour ces derniers. Les dépôts de mendicité furent officiellement créés par un arrêt du Conseil d’octobre 1767. En réalité, la séparation entre les deux types d’établissement ne fut pas aussi rigoureuse que prévue. D’abord parce que les dépôts de mendicité, contre la volonté de leurs fondateurs, se médicalisent quelque peu. Comme les hôpitaux répugnaient à recevoir leurs pensionnaires lorsque ceux-ci sont malades, ils durent bien prévoir des infirmeries. Par la force des choses, ils servirent, d’autre part, de cliniques spécialisées dans le traitement de certaines affections : maladies vénériennes, rage, aliénation mentale. Mais surtout, les hôpitaux demeurent très loin de ne recueillir que des malades ! Une statistique du temps de Necker indique que sur 105 000 personnes abritées dans les hôpitaux, 40 000 étaient des enfants trouvés, 40 000 des vieillards et des infirmes et 25 000 seulement des malades. Les papiers Tenon, de la Bibliothèque nationale, ont permis l’esquisse d’une carte hospitalière de la France en 1791 qui montre que les hôpitaux, surtout les hôpitaux généraux, recueillent encore beaucoup de marginaux, de victimes de la misère. À cette date, 62 % des lits seraient consacrés au soulagement non de la maladie mais de la misère11. Est-ce d’ailleurs bien étonnant en un temps où la misère, liée aux structures sociales et économiques de l’ancien régime, menace tant de monde et provoque aussi tant de maladies ou d’infirmités ? Il reste, cependant que la volonté de faire des hôpitaux « des machines à traiter les malades... en masse et par économie » (Tenon) ne peut que favoriser la mise en place de personnel soignant. Ajoutons que la création dans les années 1780 de petits hôpitaux de paroisses (futurs hôpitaux Cochin et Beaujon à Paris, par exemple) va aussi dans le sens d’une plus grande attention portée aux soignants. Ceux-ci sont nombreux, compétents (Filles de la Charité) et étendent leurs soins aux habitants de tout le quartier. Ces créations sont, de plus, liées au souci d’observation clinique. Les petits hôpitaux devraient développer moins que les grands ce que l’on nommera plus tard l’hospitalisme. L’observation de la maladie ne devrait pas être gênée. Mais, c’est peut-être plus encore aux hôpitaux militaires que l’on doit de voir progresser la conception de l’hôpital réservé aux malades. Dès le XVIIe siècle s’était fait jour le souci de créer des établissements qui ne soient que de soins. C’était au bénéfice des marins, mais l’idée n’eut guère de conséquences pratiques. Au siècle suivant, l’évolution est beaucoup plus nette. Le 12 janvier 1708 le Secrétaire d’État à la Guerre décide de créer dans toutes les places fortes du royaume des hôpitaux militaires. Bientôt y exercent des médecins habiles à dresser des tableaux des mœurs, des coutumes, du climat, de l’habitat des régions pour mieux comprendre les maladies. Ce sont eux aussi qui établissent un réseau de correspondants dont les observations médicales sont centralisées. La Société royale de médecine aura là un modèle dont le mérite revient à l’Inspecteur général Richard de Hautesierck. Les hôpitaux militaires construits au cours du siècle manifestent cette volonté de médicalisation. On donne grand soin à l’installation de latrines ; on aère par des dômes, des cours, des ventilateurs. On sépare rigoureusement les salles selon les types de maladies : fiévreux, blessés, vénériens, galeux... C’est un principe d’arrêt de la contagion par la séparation qui est emprunté aux médecins de la marine britannique. Une ordonnance sur les hôpitaux militaires (1747) prescrit de spécialiser les salles. C’est la raison pour laquelle on s’efforce d’adopter le système pavillonnaire anglais. De 1783 à 1788, Touffaire construit l’hôpital de la marine à Rochefort selon ce plan. C’est d’ailleurs dans la marine que cette médicalisation de l’hôpital apparaît le plus nettement, et pour des raisons bien diverses. La forte mortalité dans les hôpitaux de forçats et les cadavres non réclamés facilitaient les études anatomiques. Médecine et chirurgie sont ici enseignées sur un pied d’égalité et la formation des chirurgiens est bonne. L’hôpital est articulé avec des lazarets où fonctionnent des services de quarantaine. Des spécialités pratiquement nouvelles naissent ici. Ainsi l’étude des maladies bucco-dentaires en raison des localisations orales du scorbut. Dans le domaine hospitalier comme dans les autres, la marine fait figure d’arme savante12.

  • 13 M. L. Fracard, L’organisation hospitalière des Frères de Saint-Jean-de-Dieu à Niort (Poitou) dans l (...)
  • 14 M.J. Imbault-Huart, L’école pratique de dissection de Paris de 1750 à 1822 ou l’influence du concep (...)
  • 15 p. 211 de J.P. Kerneis, Jean-Baptiste Cassard (1683-1752) et la naissance de la médecine hospitaliè (...)
  • 16 Ch. Lamarre, L’hôpital de Dijon au XVIIIe siècle, Langres, 2004.

12Qu’en est-il dans les hôpitaux civils ? Depuis le Moyen Âge bien souvent, les établissements s’étaient assurés les services d’un chirurgien. Au XVIIIe siècle, ceux-ci conservent toute leur importance. Les progrès de la chirurgie sont d’ailleurs favorisés par sa séparation d’avec la barberie, ordonnée par un édit de novembre 1691. Certains chirurgiens se font une belle réputation, particulièrement dans les opérations de la pierre. Les Frères de Saint-Jean-de-Dieu manifestent souci d’hygiène et de confort des malades et entreprennent des opérations difficiles13. Dans beaucoup de petits hôpitaux ruraux, les chirurgiens sont d’ailleurs seuls à avoir la responsabilité des soins. Mais la vraie nouveauté du siècle est ailleurs. C’est qu’un pouvoir des médecins commence à s’affirmer. Un ou plusieurs médecins ont la responsabilité de l’ensemble du service médical. Des contrats les lient à l’hôpital et prévoient leurs devoirs. Et ils insistent beaucoup sur les visites. Il faut s’y arrêter, car cette insistance rend compte, en fait, des progrès d’une médecine dite pratique ou d’observation qui prépare la médecine clinique qui s’épanouira dès le début du XIXe siècle. Cette médecine, prônée par exemple par Hunauld dès 1718, aboutit à la création de « cliniques » destinées à l’étude des maladies et à l’enseignement. L’une d’elles est créée à Paris par l’École pratique de dissection et le Collège de chirurgie. Sans doute dans ces « cliniques » les soins sont-ils, paradoxalement, négligés14. Mais, dans les hôpitaux, 1es progrès d’une médecine pratique sont au contraire bénéfiques pour les soins. Dans les hôpitaux du Mans, le médecin fait la visite des salles avec la religieuse responsable qui lui rend compte de l’état des malades. Un élève du chirurgien remplit, sur ses indications, deux cahiers dans chaque salle : l’un pour les régimes alimentaires et l’autre pour les ordonnances médicales. À l’hôtel-Dieu de Paris, les règlements deviennent de plus en plus contraignants, à mesure que l’on avance dans le temps, à l’égard des médecins. Celui de 1687 prévoit une seconde visite dans la journée. Celui du début du XVIIIe siècle fixe les heures de visite, précise qu’elles ne peuvent durer moins de deux heures. Celui de 1771 rend possible une triple visite journalière et institue l’obligation de tours de garde. À Nantes, la contre visite du soir, complément de la visite du matin, apparaît en janvier 1749. Un troisième médecin est alors nommé à l’hôtel-Dieu15. À l’hôpital de Dijon16, les médecins doivent, depuis 1700, une visite chaque jour alors que les règlements de 1649 ne leur en imposaient une que tous les deux jours. C’est encore le texte de 1700 qui fait des médecins les véritables responsables des soins hospitaliers. Ils doivent établir les états d’entrées et de sorties et tenir un double de ces états pour y consigner les régimes alimentaires spéciaux. Le médecin doit accompagner le chirurgien pour l’assister de ses conseils. Seul il signe les billets de sortie. Et un texte de 1704 établit bien nettement la suprématie du médecin sur le chirurgien, ce dernier devant renoncer à soigner les fiévreux, à faire des ordonnances et à donner des remèdes internes aux blessés. Il doit attendre la visite commune au médecin et au chirurgien, qui a lieu le mercredi, ou bien il doit faire demander par une religieuse une ordonnance au médecin de garde.

  • 17 J.P. Goubert, Malades et médecins..., p. 174-175.

13L’exemple de Dijon permet aussi de montrer combien les médecins hospitaliers s’appliquent désormais à exercer un art lié à la recherche. La plupart de ces médecins sont membres de l’Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres. Certains font des cours publics pris en charge par les États de Bourgogne. Plusieurs laissent des volumes d’observations. Jean-Jacques Louis Hoin écrit quatorze recueils de cinq ou six cents pages chacun ; Chaussier et Leroux rédigent des registres témoins de leur activité et de leur correspondance scientifiques ; Esnaux laisse des observations gynécologiques. La conception d’un établissement centre d’enseignement et de soins spécialisés progresse. Au XVIIe siècle, les administrateurs avaient interdit de « choisir les pauvres pour former des expériences au hasard de leur personne » et de faire des dissections. Mais, dès 1714, des aspirants chirurgiens travaillent sur des cadavres. L’un d’eux est autorisé à prendre un petit cadavre « à condition de l’emmener secrètement et de le rapporter après dissection pour être enterré et de payer trois livres pour le repos de son âme ». Nouvelle étape en 1723 : une petite chambre pour les dissections est installée à côté de la salle des hommes malades. En 1776, un règlement rappelle le respect dû aux cadavres, mais ne parle plus d’aumône. À la fin du siècle, Leroux, déjà cité, préconise la création de collèges départementaux qui seront « plus utiles parce que se trouvant en moins grandes quantités d’étudiants ils pourront aisément profiter des instructions et voir les malades dans les hôpitaux ». Et il ajoute que « les grandes opérations reviendront naturellement aux médecins et chirurgiens des grandes villes et des hôpitaux ». Pareillement, une étude sur la Bretagne montre que les médecins hospitaliers constituent une sorte d’élite17.

14Toute cette évolution qui va dans le sens d’un pouvoir des médecins, va de pair avec une certaine spécialisation du personnel soignant. On sait combien de magnifiques pharmacies ou apothicaireries furent sculptées au XVIIIe siècle. Cette floraison artistique est signe de la promotion de la fonction d’apothicaire. Au moins dans les grands hôpitaux, la confection, et la distribution des remèdes échappent aux religieuses au profit d’un apothicaire soumis au contrôle du médecin. Son service est défini dans un contrat qui le lie à l’établissement. Il doit notamment résider et assister aux visites des malades par le médecin.

  • 18 J. P. Desaive, J. P. Goubert, E. Le Roy Ladurie, J. Meyer, C. Muller, J.P. Peter, Médecins, climat (...)
  • 19 Mais dès le premier quart du siècle un pensionnaire de l’hôpital de Blois utilise le mot d’infirmiè (...)
  • 20 D. Voldman, o.l., p. 83.
  • 21 M.L. Fracard, o.l., p. 305.
  • 22 Utiles remarques, à cet égard dans J. de Viguerie, Quelques aspects du catholicisme des Français au (...)
  • 23 Cl. Guihal, Images de la femme en Auvergne au XVIIIe siècle, thèse 3e cycle, Clermont II, 1981, 336 (...)
  • 24 cf p. 16 de P. Huard, M.J. Imbault-Huart, Introduction à l’étude de la médecine hospitalière frança (...)
  • 25 R. Mandrou, Un problème de diététique à l’Hôtel-Dieu de Paris à la veille de la Révolution, Acte du (...)

15Qu’en est-il du personnel directement en contact avec les malades ? Le développement de l’observation clinique rend indispensable la tenue de multiples registres qui consignent malades et maladies. La numérotation des lits, le cahier de visites se répandent. Des carnets de soins, attachés aux lits des malades également. Ce sont autant de liens entre médecins et agents d’exécution qui devraient conduire à une élévation du nombre et de la qualification du personnel. En ce qui concerne le nombre, il est vraisemblablement suffisant la plupart du temps. Peut-être est-il même parfois excessif et c’est là une des raisons des déficits hospitaliers. Ne parle-t-on pas, pour l’Hôtel-Dieu d’Abbeville, de 61 personnes pour une salle d’environ 70 lits ? Ces chiffres, au vrai, n’ont guère de sens s’il s’agit d’un personnel sans qualification. Le service des salles de malades demeure très largement assuré par des religieuses. Elles réalisaient un type de personnel soignant tout à fait polyvalent, assurant les soins de l’âme, ceux du corps et prenant aussi en charge les besognes d’entretien. À l’hôpital de Saint-Brieuc des cours d’initiation médicale sont dispensés aux sœurs18. À Tournus, les religieuses de Sainte-Marthe se montrent soucieuses de l’observation clinique des malades. Mais la nouveauté du XVIIIe siècle, en ce domaine, c’est qu’apparaissent des infirmiers et infirmières, c’est-à-dire des techniciens des soins. C’est le cas dans les hôpitaux militaires comme dans les hôpitaux civils. À Lorient, l’hôpital de la Compagnie des Indes, qui traite plus de 1 000 malades par an, dispose de vingt-quatre infirmières et d’une soixantaine d’infirmiers. À l’hôpital de Nantes, trois infirmières apparaissent en 1751. La langue évolue. Au début du siècle, les dictionnaires définissent encore l’infirmier comme le religieux qui, dans un couvent, a soin des religieux malades dans l’infirmerie. C’est le titulaire de cet office claustral. Puis la référence à la vie conventuelle devient moins nette. On parle, en termes plus généraux, de communauté. Surtout, le féminin apparaît. Le Dictionnaire de Trévoux, par exemple, ne connaît que le mot infirmier dans son édition de 1721 et donne le féminin dans celle de 177119. Il ne faut pas considérer que cette nouveauté est forcément gage de meilleurs soins. À l’hôpital du bagne de Toulon, il y a bien des infirmiers : ce sont des forçats. Beaucoup d’infirmiers sont formés « sur le tas ». L’hôpital militaire de Strasbourg a, en 1733, deux infirmiers pour servir et soigner quatre à cinq cents soldats. Le commissaire se plaint, disant qu’il en faudrait dix ! Dans tous les hôpitaux militaires, on fait appel à la main-d’œuvre des soldats et, en cas de bataille ou d’épidémie, on recrute les paysans des environs20. Ce n’est pas beaucoup mieux dans les hôpitaux civils. À l’hôpital des Frères de Saint-Jean-de-Dieu, à Niort, les frères sont secondés par deux ou trois infirmiers laïcs. Ce sont des enfants trouvés élevés dans la maison, et, peu à peu, formés à ce rôle21. Ce que manifeste l’apparition des infirmiers et infirmières c’est seulement l’idée, disons même la promesse, que des soins de type paramédical doivent être donnés par des personnes qui sont spécialisées dans cette tâche et qui peuvent être laïques. Il faut, pour bien comprendre cela, rappeler plusieurs points. D’abord, et c’est sans doute essentiel, il faut dire que la dévotion devient séculière au XVIIIe siècle, et même que la sainteté est surtout laïque22. La profession d’infirmière en est valorisée. Il faut, d’autre part, noter au rang des conditions favorables que l’exercice libéral, hors des hôpitaux, de la profession d’infirmière est parfois toléré. Tel est le cas en Auvergne pour des « chirurgientes »23. Il est tout à fait clair enfin que les médecins favorisèrent cette évolution vers un personnel d’infirmiers et d’infirmières dans la mesure où ils se heurtaient aux religieuses. C’est la raison pour laquelle à l’hospice du Collège de Chirurgie de Paris il n’y a que des infirmiers et des infirmières. On voulait éviter les heurts qui avaient lieu par exemple à l’Hôtel-Dieu. Dans les dernières années de l’ancien régime ces heurts sont parfois très vifs. Desault, chirurgien en chef, tente de contraindre les religieuses à exécuter strictement ses directives concernant propreté et aération des salles, soins pré et post-opératoires, régimes alimentaires... La Révolution survient alors qu’un procès est en cours devant le Parlement24. C’est particulièrement dans le domaine de l’alimentation des malades que les conflits entre médecins et religieuses furent vifs. Dès le milieu du siècle, les médecins dénoncent la manière dont les sœurs nourrissent les malades. Ils donnent l’exemple de malades qui ont reçu des nourritures solides le jour où ils devaient être saignés, de convalescents morts pour avoir mangé six ou sept écuelles de soupe dans une matinée. Dans les premiers mois de 1787, le bureau approuve, à l’initiative des médecins, un règlement qui prévoit un système de diète et de quatre rations, tel qu’il est déjà appliqué dans des hôpitaux de province. Les médecins établiront les rations ; les chirurgiens en surveilleront leur distribution. Huit régimes alimentaires sont possibles : diète, une soupe, plusieurs soupes, nourriture légère sans viande, quart, demi, trois quarts ou portion entière. Les religieuses ne pourront rien modifier à ces régimes. La mise en application, en juillet 1787, de ce règlement entraîne un vif conflit aux prolongements judiciaires. Au-delà d’aspects parfois burlesques, il est plein d’enseignements. Les religieuses considèrent toujours l’Hôtel-Dieu comme l’asile des miséreux. Elles font œuvre de charité et distribuent donc des régimes alimentaires destinés à refaire les forces des hospitalisés. Elles entendent distribuer la ration complète à tous. Les religieuses y ajoutent des pâtisseries qu’elles confectionnent, des aliments venus de l’extérieur. Contre ces pratiques, les médecins prônent une conception médicale de l’hôpital et du régime alimentaire. Celui-ci doit aider le malade à se rétablir au plus vite. Ils ont défini une ration alimentaire qui, entière, correspond à peu près à 600 grammes de pain, 300 grammes de viande, un demi litre de vin et des aliments variés. Cette ration est plus pauvre en pain, mais plus riche en viande que ne l’est l’alimentation « normale » d’alors. Les religieuses ne doivent rien ajouter aux repas prescrits et leurs offices ne doivent servir qu’à faire réchauffer. Entre les deux conceptions alimentaires, la différence est celle qui sépare deux manières de concevoir l’hôpital. Et les médecins enragent de ne pas avoir des auxiliaires plus soucieuses de médicaliser l’hôpital25.

  • 26 p. 195 de P. Huard, M.J. Imbault-Huart, V.P. Comiti, Jacques Tenon et son temps, p. 168 à 197 de La (...)

16C’est donc vraisemblablement le souci d’avoir des collaboratrices plus dociles et plus aptes à donner des soins spécialisés qui conduit à l’émergence de la profession d’infirmière. Dès l’époque révolutionnaire, en tout cas, le mot et la fonction semblent répandus. Dans un questionnaire adressé par Tenon aux différents hôpitaux on peut lire : « Comment s’y prend-on pour former de bons et de bonnes infirmières et s’en procurer le nombre suffisant ? »26. Des lois de février 1794 relatives aux hôpitaux militaires prévoient l’organisation d’un « corps d’infirmiers » dont le rôle est précisé : servir le malade, lui donner la boisson « au numéro de température prescrit », lui rappeler le moment pour prendre ses remèdes, faire son lit, assurer la propreté des ustensiles et des salles, organiser une garde de nuit. Ces infirmiers qui seront logés, recevront un traitement et porteront un uniforme, seront distribués, dans les hôpitaux fixes, à raison de un pour douze malades.

17Concluons. Particulièrement au dernier siècle de l’ancien régime, la spécificité de professions de santé : médecins, infirmières, s’est affirmée à l’hôpital. Sans doute, la relative simplicité de la pharmacie, la promiscuité, le « doublement » des lits, voire leur « triplement », bref tous les freins au progrès médical, rendent cette naissance difficile. Mais la naissance a eu lieu. Au XIXe siècle, ces professions hospitalières s’affirmeront dans le secteur tertiaire. Il demeure que l’historiographie reste muette sur certaines des conséquences de cette naissance. Comment les malades ont-ils ressenti la séparation croissante des soins du corps et de ceux de l’âme et du cœur ? Comment ce nouveau « pouvoir médical » s’est-il exercé à l’égard des malades ? Ceux-ci furent-ils dès lors dotés d’une psychologie enfantine par ces nouveaux techniciens, comme il arrive encore si souvent ? Questions importantes et qu’il faudra étudier.

Notes

1 A.M. Lyon, BB 54.

2 E. EBRARD, Misère et charité dans une petite ville de France de 1560 à 1682. Essai historique et statistique sur les établissements et institutions de bienfaisance de la ville de Bourg, Bourg, 1866.

3 C. Beutler, Étude de la consommation dans une communauté parisienne entre 1500 et 1640 d’après les registres de comptabilité de l’Hostel des Quinze-Vingts, Paris et Île-de-France. Mémoires p.p. la Fédération des Sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Île-de-France, T. 26-27, 1975-1976, Paris, 1978, p. 73 à 122.

4 L. Pérouas, Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724. Sociologie et pastorale, Paris, 1964.

5 F. Lebrun, Les hommes et la mort en Anjou aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1971, chapitre VII.

6 Texte de 1629 ou 1630 cité p 296 du T. II de A. Croix, La Bretagne aux 16e et 17e siècles. La vie. La mort. La foi, Paris, 1981, 2 vol.

7 Jean de Viguerie, Les débuts de la congrégation des servantes des pauvres de Jeanne Delanoue, p. 61 à 76 de Les religieuses enseignantes, XVIe-XXe siècles, Publications du Centre de Recherches d’Histoire Religieuse et d’Histoire des Idées, 4, Angers, 1981.

8 F. Lebrun, o.l., p. 242 sqq. Sur les Filles de la Charité : P. Coste, Le grand saint du grand siècle. Monsieur Vincent, Paris, 1934, 3 vol.

9 Texte cité p. 130 du T. II de A. Croix, o.l.

10 J. Jenny, Les œuvres de Charité et les institutions hospitalières dans le diocèse de Bourges (XVIIe-XVIIIe siècles), Trente-deuxième congrès de la fédération des sociétés savantes du Centre, Guéret, 1973, p. 66 à 80.

11 M. Joerger, La structure hospitalière de la France sous l’Ancien régime, Annales E.S.C., 1977, n° 5, p. 1025 à 1051.

12 D. Voldman, Les hôpitaux militaires dans l’espace sanitaire français, 1708-1789, thèse de 3e cycle d’urbanisme. Paris VIII, 1980, 423 p. ; P. Huard et P. Niaussat, Les hôpitaux de la marine française au XVIIIe siècle, p. 125 à 146 de La médecine hospitalière française au XVIIIe siècle, Colloque de l’Institut d’Histoire de la médecine et de la Pharmacie de l’Université René Descartes, Paris, 6 octobre 1977. Publié par l’université Louis Pasteur, Strasbourg, 1980, 213 p. ; J.-P. Goubert, Malades et médecins en Bretagne, 1770-1790, Paris, p. 141 sqq. ; V.P. Comiti, La Géographie médicale de la Corse à la fin du XVIIIe siècle, Genève, 1980.

13 M. L. Fracard, L’organisation hospitalière des Frères de Saint-Jean-de-Dieu à Niort (Poitou) dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, p. 299 à 327 de Actes du 97e Congrès national des Sociétés savantes. Nantes 1972. Assistance et assistés de 1610 à nos jours, T. 1, Paris, 1977.

14 M.J. Imbault-Huart, L’école pratique de dissection de Paris de 1750 à 1822 ou l’influence du concept de médecine pratique et de médecine d’observation dans l’enseignement médico-chirurgical au XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, Lille, 1975, et L’incidence de la médecine d’observation ou médecine pratique et de la médecine clinique sur le système hospitalier, p. 72 à 86 de La médecine hospitalière française au XVIIIe siècle, o.l

15 p. 211 de J.P. Kerneis, Jean-Baptiste Cassard (1683-1752) et la naissance de la médecine hospitalière nantaise en 1717, p. 198 à 213 de La médecine hospitalière française au XVIIIe siècle, o.l

16 Ch. Lamarre, L’hôpital de Dijon au XVIIIe siècle, Langres, 2004.

17 J.P. Goubert, Malades et médecins..., p. 174-175.

18 J. P. Desaive, J. P. Goubert, E. Le Roy Ladurie, J. Meyer, C. Muller, J.P. Peter, Médecins, climat et épidémies à la fin du XVIIIe siècle, Paris, 1972, p. 199-200.

19 Mais dès le premier quart du siècle un pensionnaire de l’hôpital de Blois utilise le mot d’infirmière avec une connotation médicale. Journaux inédits de Jean Desnoyers, chirurgien de l’hôtel-Dieu de Blois 1689-1728, et d’Isaac Girard pensionnaire à l’hôpital de Blois 1722- 1725, p.p. Pierre Dufay, Paris, 1912, p. 123, 141, 143.

20 D. Voldman, o.l., p. 83.

21 M.L. Fracard, o.l., p. 305.

22 Utiles remarques, à cet égard dans J. de Viguerie, Quelques aspects du catholicisme des Français au XVIIIe siècle, Revue historique, CCLXV2, 1981, p. 335 à 370.

23 Cl. Guihal, Images de la femme en Auvergne au XVIIIe siècle, thèse 3e cycle, Clermont II, 1981, 336 p. cf p. 231 à 233.

24 cf p. 16 de P. Huard, M.J. Imbault-Huart, Introduction à l’étude de la médecine hospitalière française au XVIIIe siècle, p. 3 à 59 de La médecine hospitalière française au XVIIIe siècle, o.l.

25 R. Mandrou, Un problème de diététique à l’Hôtel-Dieu de Paris à la veille de la Révolution, Acte du 93e Congrès national des sociétés savantes. Tours, 1968. Section d’histoire moderne et contemporaine, T.I. L’alimentation et ses problèmes, Paris, 1971, p. 125 à 137.

26 p. 195 de P. Huard, M.J. Imbault-Huart, V.P. Comiti, Jacques Tenon et son temps, p. 168 à 197 de La médecine hospitalière française au XVIIIe siècle, o.l. Cf aussi : B. Weiner, The French Revolution, Napoléon, and the nursing profession, Bulletin of the History of Medecine, XLVI, n° 3, 1972, p. 274-305.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/985/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Sœur hospitalière de l’Hôtel Dieu de Lyon
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/985/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

© LARHRA, 2006

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search